Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels en coursL’Europe étudiée par ses « Autres...

L’Europe étudiée par ses « Autres » : Expériences passées et contemporaines

Appels à contribution
Europe studied by its “Others”: Past and contemporary experiences

En Europe, l’ethnologie a connu son essor avec la colonisation des territoires et des populations partout dans le reste du monde (Asie, Afrique, Amérique latine, Moyen-Orient). Depuis plusieurs décennies, le caractère situé du sujet de recherche supposé « neutre » (homme, blanc, hétérosexuel) et les conditions de possibilité d’un tel développement (la domination coloniale) ont été largement mis en évidence par différents courants intellectuels. Les critiques subalternistes, postcoloniales et décoloniales, les épistémologies du Sud et les savoirs situés des épistémologies féministes ont permis de renouveler et de remettre en cause les logiques inégalitaires qui structurent la recherche en sciences humaines et sociales, récusant au passage la fabrique d’un « universel » trop souvent isomorphe aux regards sur le monde portés depuis l’Europe et les États-Unis. Elles ont mis au jour le caractère « provincial » de tout discours scientifique — toujours ancré dans le contexte historique et culturel de sa production. Cependant, ces épistémologies et analyses « venues d’ailleurs » font aujourd’hui, dans des pays comme la France, l’objet de polémiques et de méfiance dans les espaces académique et public. Par ailleurs, les mesures restrictives visant à réguler l’immigration, dont le dispositif « d’accueil » des étudiant·e·s étranger·e·s « Bienvenue en France » est un cas archétypal, indiquent que le cosmopolitisme caractéristique de l’anthropologie reste un privilège réservé aux personnes issues des pays les plus dotés en moyens financiers.

Si les ressorts de la géopolitique inégalitaire du savoir en anthropologie ont déjà été dénoncés dans les années 70-80, il faut bien admettre que cette dernière est toujours prégnante dans la discipline. Depuis les débuts de l’anthropologie moderne, plusieurs chercheur·e·s ont pris le chemin inverse de celui auquel la discipline est habituellement associée : ils et elles sont parti·e·s d’Amérique latine, ainsi que d’Afrique, d’Asie et du Moyen-Orient, afin de faire de l’Europe et des États-Unis, leur terrain de recherche. Néanmoins, ces productions scientifiques demeurent peu visibles au sein des champs universitaires, autant en Europe qu’ailleurs, et sont souvent auréolées d’un statut expérimental de curiosité, quand elles ne sont pas tout bonnement oubliées.

En Europe, la majorité des étudiant·e·s et chercheur·e·s en sociologie et en anthropologie venu·e·s d’Amérique latine, d’Afrique, d’Asie et du Moyen-Orient se retrouvent bien souvent assigné·e·s à faire de « leurs pays d’origine » ou de « leur communauté » des objets d’enquête et des terrains de recherche, encouragé·e·s s’étudier « soi-même » ou à étudier un « soi-même dans un ailleurs ». Ainsi, aujourd’hui encore, il reste inhabituel — voire insolite — de voir l’Europe et les États-Unis, et surtout ses groupes dominants, devenir des objets étudiés par leurs « Autres », notamment des personnes issu·e·s d’anciennes colonies. Ce contexte nous pousse à interroger les conditions sociales, économiques et scientifiques de la légitimité et de l’autorité de ces « autres » ethnographes « non-européen·ne·s » à produire des connaissances sur les sociétés européennes. Cette proposition n’enlève évidemment rien au caractère problématique et relationnel de l’« européanité » qui ne saurait être réduite à un ensemble de traits aisément isolables. Il conviendra d’interroger les ressorts de sa construction sociale dans ce volume. La question fondamentale de la légitimité du regard anthropologique se pose à nouveau frais : qui a le droit et la possibilité de porter son regard sur autrui ? Fort de ce regard, qui a le droit d’énoncer la vérité sur l’Autre, de dire la vérité de l’Autre — et dispose des conditions matérielles, entre autres, pour ce faire ? Everett Hugues affirmait à raison dans « Who Studies Whom? » (1996), que l’égalité de regard ne sera atteinte que quand les Trobriandais se rendront en Angleterre pour faire des enquêtes sur Malinowski et les sien·ne·s. Force est de constater que ce retournement du regard et cette quête d’égalité épistémique demeurent inaboutis ; les causes et surtout les conséquences sur la production des savoirs de l’anthropologie restent à explorer.

Ce dossier propose de reprendre ce questionnement en rassemblant des travaux menés par des anthropologues « non-européen·ne·s », ou perçu·e·s commes tel·le·s, ou « issues » de l’immigration postcoloniale, ayant travaillé sur les sociétés européennes. Il ne s’agit pas de réduire trop rapidement ces configurations à une affaire de subalternité des chercheur·e·s, puisqu’elles révèlent souvent la géométrie variable des rapports de pouvoir qui marquent inévitablement toute relation ethnographique. Il convient plus précisément de questionner le rôle des assignations de race, et de leur articulation à celles de classe et de genre dans le cadre d’enquêtes réalisées par des chercheur·e·s « non-européen·ne·s » sur des sociétés européennes. De quelles manières l’expérience d’assignation identitaire (ethnique, de genre, nationale, raciale, confessionnelle) sur le terrain fait-elle écho aux expériences d’assignation dans les institutions de recherche de l’anthropologie et comment les deux arènes s’articulent-elles ? Quels sont les enjeux entourant la diffusion, la réception et la reconnaissance de ces travaux ? Quel est le récit de soi que produisent les anthropologues en question sur le terrain et dans l’institution ? Dans les nouvelles formes de mobilités qui caractérisent la recherche internationale, depuis quels lieux ces anthropologies parlent-elles ? Dans quelle mesure les ethnographes qui s’engagent dans cette voie permettent-ils.elles véritablement aux sociétés européennes un regard éloignée sur elles-mêmes ? Cette anthropologie produit-elle des savoirs nouveaux, et si oui, quels sont-ils ? Dans quelle mesure permettent-ils·elles, pour paraphraser la poétesse Gloria Anzaldúa, d’y créer de nouveaux ponts, chemin faisant ? « Caminante, no hay puentes, se hacen puentes al andar ».

Calendrier

Les résumés des propositions (5 000 signes) sont à adresser par mail en format Word avant le 15 février 2022 aux coordinateurs·trices et les articles complets (si acceptés), d’une longueur maximum de 40 000 signes (espaces compris) avant le 15 juin 2022, avec copie à la rédaction du Journal des anthropologues (afa@msh-paris.fr).

Contacts 

Fernanda Azeredo de Moraes : fernanda.azeredodemoraes@ehess.fr
Émir Mahieddin : emir.mahieddin@ehess.fr
Yolinliztli Pérez-Hernandez : yolinliztli.perez-hernandez@ined.fr 

 

Parution prévue : novembre 2022

  • Logo Association française des anthropologues
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search