Navigation – Plan du site

AccueilNuméros168-169Dossier : Socionatures en tension...Socionatures en tension

Dossier : Socionatures en tension. Crise climatique et résistances écologiques

Socionatures en tension

Crise climatique et résistances écologiques
Socionatures under pressures. The Climate Crisis and Ecological Resistances
Barbara Casciarri, Francesco Staro, Mauro Van Aken et Romain Leclercq
p. 19-39
Traduction(s) :
Socionatures Under Pressures [en]

Texte intégral

Remerciements
Nous remercions le projet CliMigraForm (Développement de formations à l’enquête participative sur climat et migrations au Soudan), financé par l’ADESFA (Aide au développement de l’enseignement français en Afrique – MEAE) (www.climigraform.org), pour son support financier à la réalisation de ce volume. Nos remerciements vont aussi à l’artiste mexicaine Sego y Ovbal, pour nous avoir accordé le droit d’utiliser l’une de ses œuvres pour la couverture. www.segoyovbal.blogspot.com, Instagram : @segoobval

Tensions en tout genre : Ce que l’époque nous dit des crises climatiques et environnementales

  • 5 Comme le dit le géographe E. Swyngedouw, voix majeure de la Political Ecology, il est difficile de (...)

1Lorsque nous lançons l’appel à contribution de ce numéro en 2019, notre ambition est de contribuer à la réflexion sur « la crise climatique en cours », à la fois objet, discours et injonction constants dans la quotidienneté de nos sociétés, dont l’altérité et la singularité des parcours historiques et culturels semblent se retrouver aplatis devant l’inéluctabilité d’un futur planétaire présenté comme global et catastrophique. Nous avons voulu mener cette réflexion à partir de la notion de « socionatures », forgée il y a presque quarante ans par la Political Ecology5, pour interroger le paradigme de la « crise » tel qu’il est actuellement (im)posé, et finalement décrypter les impensables d’une lecture politique que le discours dominant sur le changement climatique global ne cesse d’invisibiliser. Nous proposions de creuser cette piste en établissant un pont entre des parcours parallèles — qui pourtant résistent encore à leur mise en commun — de réélaboration critique des questions environnementales et climatiques par les sciences sociales, en mettant en premier plan la part des approches anthropologiques dans ce champ de débat et de production des connaissances. Entre l’appel à contribution et la parution du numéro, la pandémie Covid-19 est venue à la fois reproblématiser certaines de nos interrogations, et bouleverser, entre autres, les mondes de la recherche et de la production scientifique.

2La pandémie Covid-19 a ainsi mis l’accent sur le statut d’hyper-objets (Morton, 2013) — entraînant bouleversement épistémologique et des échelles spatio-temporelles auxquelles nos vies matérielles, sociales, existentielles et émotives s’enchevêtrent — des crises climatiques et environnementales. Les changements environnementaux accélérés et les émergences politiques, sociales et écologiques qui les accompagnent mettent en cause nos catégories pour comprendre et penser les dynamiques dans lesquelles nous sommes impliqués, y compris dans la production des savoirs (Selim, 2020).

3La pandémie Covid-19 peut être ainsi considérée comme le premier évènement public et social de l’Anthropocène en Europe — arrivé par le « micro » d’un virus et non par le « macro » d’un événement atmosphérique extrême — qui a mis en scène les liens profonds entre crise climatique et crise pandémique. Les processus de zoonoses (Keck, 2020) sont le miroir des relations d’exploitation environnementale de l’agrobusiness global et, dans le même temps, mettent en évidence notre interrelation, fragile et co-dépendante, avec d’autres sujets de l’environnement. S’il s’agit bien de la première expérience traumatique d’une nouvelle époque géologique et culturelle en Europe, ce n’est cependant pas le cas dans d’autres contextes globaux au sud du monde. Les conséquences des changements, risques et conflits environnementaux, et même des pandémies, y étaient déjà connues et vécues, de même que les politiques d’émergence, les techno-fix solutions, les politiques autoritaires, les dislocations et invibilisations des aspects sociaux et politiques des crises, l’amplification des dynamiques de marginalité et vulnérabilité sociale, qui en sont le corollaire. Traumatique parce que les sociétés occidentales ont pu y voir la fragilité de la modernité néolibérale, basée sur la disponibilité de la « nature » comme ressource extérieure, et où les pandémies et les conséquences du changement climatique pouvaient être vues comme éloignées dans l’espace et le temps, ou n’impliquant que des pays « sous-développés ». Ont aussi été redécouverts les liens historiques entre changements climatiques et dynamiques pandémiques, entre zoonose et exploitation néolibérale, entre carbon economy et destruction de l’environnement (Mitchell, 2011). Pour autant, les politiques pandémiques ont reproduit une représentation dualiste de la nature comme « extérieure » à l’humain et aux sociétés, dès lors engagés dans « une guerre » contre le virus.

  • 6 Nous croyons pouvoir lire dans cet aspect aussi l’effet d’une double difficulté, d’abord, celle à i (...)

4Paradoxalement, la pandémie s’est ainsi traduite par une accélération des processus, déjà en cours, de précarisation, relatifs à l’impossibilité d’imaginer le futur, de la frénésie d’une économie basée sur l’idée d’une croissance infinie, mais « verte », à l’inflation des formes de consommations insoutenables dans un monde cheap et disponible (Patel & Moore, 2017). Dans le scepticisme de la philosophie grecque antique, le mot grecque epoché a comme signification principale la « suspension », l’« interruption », l’« arrêt » et la « suspension de jugement ». Comme l’anthropologue Remotti le montre (Remotti & Favole, 2020), l’anthropologie a toujours étudié chez d’autres cultures des formes structurelles de suspension des activités ordinaires, économiques, sociales, souvent liées à l’idée de limite, à des formes rituelles démarquant moments de crise et « crise de présence » (De Martino, 2002), à de forts changements sociaux, liés notamment à l’idée de fin du monde. Divergent de ces « époques », le paradigme néolibéral ne connait pas de suspension dans la frénésie d’accumulation et de croissance, la pandémie ayant seulement contraint à une suspension temporaire, vécue comme un choc pour retourner à la « normalité » du réalisme capitaliste. Ce choc a pour autant bouleversé les temporalités au cœur de notre modèle culturel, entre confinements et accélérations, peur, recentrement sur les proches et demande accrue de productivité. Cette déstabilisation des échelles et des temporalités, en lien avec le caractère d’hyper-objet de la crise pandémique, a surement constitué l’une des difficultés principales dans le travail collectif pour ce numéro. Du début du projet jusqu’à la publication, de nombreux auteurs ont été contraints d’abandonner l’écriture, d’autres ont subi les conséquences d’un durcissement des attentes éditoriales peut-être dues aux tensions engendrées par la crise6. Comme ailleurs, les coordinateurs du numéro ont eux-mêmes été confrontés dans leurs laboratoires aux fermetures progressives, à l’impossibilité de se voir physiquement, et aux bouleversements politiques, parfois en lien avec la pandémie, qu’ont connu les terrains sur lesquels ils sont engagés. Tensions dans les échelles, dans les temporalités, mais aussi dans les conditions matérielles d’exercice de la recherche et au sein des épistémologies, tensions, enfin, entre les êtres et les situations globales, mais toujours situées : la pandémie est ainsi apparue à la fois comme un contexte de réflexion sur les socionatures en crise, et comme un acteur de cette réflexion.

Comprendre « les temps qui changent » : approches localisées, critiques et réflexives

  • 7 Cette définition convient à une approche, qu’est aussi la nôtre, mettant en exergue non seulement l (...)
  • 8 Le cas de « l’objet eau » — dont une nouvelles génération d’anthropologues s’est appropriée dans le (...)

5À l’aune de l’omniprésence dans le monde contemporain de l’urgence du changement climatique, avec son corollaire des « crises écologiques » (Beck et al., 2006), des décennies de débat en sciences sociales sur la déconstruction des approches essentialistes des « natures humaines et extra-humaines » (Moore, 2016)7, la réflexion théorique et méthodologique de l’anthropologie est de plus en plus sollicitée. Si le potentiel d’une approche critique, qualitative et à la micro-échelle des transformations profondes et accélérées des relations société-culture/environnement n’est plus à démontrer8, son raffinement est à poursuivre. De fait, des biais subsistent en dépit des acquis de la déconstruction du dualisme nature/culture (Escobar, 1999 ; Latour, 1999 ; Ingold, 2000 ; Descola, 2006), de la prise en compte du facteur humain et social dans l’accès et la gestion des ressources environnementales en tant qu’écologie politique (Heynen et al., 2006 ; Linton, 2010), ou de l’œuvre de « dénaturalisation » de savoirs et pratiques concernant la nature et ses trajectoires d’incorporation sociale (Davies, 2001 ; Caillé et al., 2001 ; Mosse, 2008 ; Charbonnier & Kreplak, 2012). Le premier d’entre eux concerne la persistance d’une primauté attribuée aux données quantifiables et aux approches d’une science de la nature détachée de ses dimensions socioculturelle et historique. Le second concerne presque en miroir la tentation du repli « culturaliste », imprégné d’un double déni, du conditionnement matériel-environnemental des cultures, et de la portée pratique des résultats de la recherche en sciences sociales sur l’environnement.

6Ainsi, malgré les invitations récurrentes à une synergie entre approches qualitatives et quantitatives, entre sciences sociales et naturelles, entre recherche fondamentale et appliquée, dans le traitement scientifique et politique des questions d’environnement et d’urgence climatique globale, une incommunicabilité semble persister entre les outils théoriques et les avancées empiriques de ces différents domaines du savoir et de la recherche (Granjou, 2016). Plus qu’un simple dialogue, une coproduction d’outils méthodologiques et analytiques, ancrée dans des réalités empiriques, doit encore se consolider. Ce constat pousse à aller au-delà de l’impasse, qui rend encore « impensable » et « indicible » le changement climatique (Gosh, 2016) et les transformations des « structures symboliques du fossile » ou la « décarbonisation des imaginaire fossiles » (Van Aken, 2020). 

7Au cœur du bouleversement drastique et accéléré que nous vivons, nous manquons souvent de modèles et des métaphores pour comprendre « les temps qui changent » (Norgaard, 2011 ; Weintrobe, 2013). Ces derniers sont ainsi principalement saisis par des dispositifs de prévention des risques ou de gestion des « désordres naturels » sur la brève durée, renvoyant à la manipulation d’une « écologie de la peur » par le capitalisme des catastrophes (Davis, 1998). L’élargissement de ce débat à la philosophie (Scolari, 2017 ; Charbonnier, 2020) — puisant, entre autres, son inspiration des « trois écologies » de l’écosophie de Felix Guattari (Antonioli, 2014) — confirme le besoin d’une prise en compte des reconfigurations des cultures contemporaines dans leurs dynamiques d’intégration des changements environnementaux et climatiques qui s’imposent désormais comme élément incontournable de leurs pratiques, représentations, stratégies et imaginaires du futur. 

  • 9 Martin de la Soudière, à qui l’on doit un rôle pionnier, du moins pour la tradition française, quan (...)

8Les anthropologues qui soulignent aujourd’hui l’intérêt de porter leur démarche disciplinaire au cœur du débat sur le changement climatique le font aussi en observant comment les récits scientifiques sur ce dernier impactent les perceptions locales des phénomènes météorologiques, atmosphériques et, plus largement, environnementaux (Sourdril & Wichatitsky, 2019). Le regard sur ces « météorologies locales » implique une réflexion préalable sur les catégories et les terminologies d’un domaine que seul la raison scientifique et technocratique imagine comme universel. D’ailleurs, l’absence dans les langues latines, comme le français, d’un terme spécifique pour indiquer le temps (comme weather, en anglais) — le mot « temps » induisant la confusion avec le temps chronologique, tandis que « météo » renvoie à une vision purement statistique et scientifique (Serres, 2009)9— invite à élargir le regard des anthropologues vers cet « environnement atmosphérique », implicite dans la notion de changement climatique, et indissociable d’un regard plus ample sur les configurations et tensions d’une pluralité de socionatures. Les temps comme les météos sont mis au cœur des récits contemporains sur le futur de l’humanité et ses enjeux globaux, et pourtant ils restent négligés dans leur imprégnation socioculturelle et historique (Strauss & Orlove, 2003 ; Ingold, 2010 ; Hulme, 2017 ; Van Aken, 2020 ; Sillitoe, 2021). Dans ce cadre, l’anthropologie commence à se donner l’ambition de proposer des outils de compréhension de « nouvelles cultures » pour lesquelles le changement climatique n’a plus un statut secondaire de phénomène exceptionnel. Par ailleurs, si la réflexion sur le rapport entre cultures et changements écologiques/climatiques n’est pas nouvelle pour l’anthropologie (Katz et al., 2002 ; Casimir, 2008 ; Weintrobe, 2013), c’est dans une période relativement récente qu’elle a commencé à y revendiquer un rôle central. 

9En parallèle du développement du débat scientifique sur l’Anthropocène ces dernières années, la vocation holiste et comparative de l’anthropologie, ainsi que la solidité de sa tradition ethnographique, l’ont portée à se faire une place dans la recherche scientifique sur les dynamiques sociales liées aux changements environnementaux et climatiques globaux (de la Soudière & Tabeaud, 2009 ; Harstrup & Skrydstrup, 2013 ; Crate & Nuttal, 2016). Ainsi, la première contribution de l’anthropologie dans le débat contemporain sur le « changement climatique » et les « crises écologiques » se situe au niveau des modes spécifiques de production des données et des connaissances de la discipline. La notion de « socionatures » s’intègre à ce mouvement : ayant comme postulat la critique définitive de la dichotomie « nature/culture », elle la dépasse, en affirmant que cette unité ne prend son sens que dans une vision dialectique du métabolisme intrinsèque des systèmes d’exploitation et de domination capitaliste. Mais, surtout, elle permet de reconnaître la valeur heuristique d’une approche socio-anthropologique (de micro-échelle, foncièrement qualitative), qui a d’ailleurs déjà imprégné d’autres paradigmes à vocation interdisciplinaire, dont les Water Studies sont un cas exemplaire (Blanchon, 2016).

10Si ce recours à l’anthropologie était déjà consolidé en ce qui concerne le volet épistémologique grâce aux apports de la critique du « Grand Partage » nature/culture et de la notion d’hybridité (Latour, 1991 ; Descola, op. cit.), plus récemment, c’est au niveau de la démarche ethnographique que l’anthropologie a investi de manière créative la recherche empirique sur les phénomènes environnementaux. En témoignent des propositions d’analyse inédites, en termes de biographies de la vie sociale des « objets naturels », de récits environnementaux et climatiques, de cartographies socio-hydrauliques, ou encore de multispecies ethnographies (Mehta, 2001 ; Casciarri, 2008 ; Kirksey & Helmerich, 2010 ; Wagner, 2013 ; Harstrup & Skrydstrup, 2013 ; Harstrup, 2016 ; Van Aken, 2021). Dans cette lignée, la notion de « climat », issue d’un modèle scientifique abstrait et occidental, mérite d’être décryptée par une nouvelle ethnographie attentive aux modalités par lesquelles les sociétés perçoivent, contextualisent, s’approprient et domestiquent le temps (au sens de weather) dans les savoirs et pratiques locales, en relation avec leur environnement et face à des changements extrêmes. La relationnalité complexe du climat a en effet subi une désocialisation idéologique presque plus violente que celle de l’eau, autre objet fort de dépolitisation et de naturalisation. Afin de ne pas réintroduire la « séparation », à la base des idéologies de la nature propres à la modernité occidentale (Cornut & Swyngedouw, op. cit.), cet élément est à saisir dans les imbrications et déclinaisons multiples de l’ensemble d’acteurs et de dynamiques qui font la coévolution mutuelle de l’assemblage qu’on définit comme « socionatures » (Loftus, 2012).

Politiques de l’Anthropocène

11Une autre piste de la réflexion que nous voulions solliciter visait à coupler la valorisation de l’approche ethnographique avec celle du potentiel critique de l’anthropologie. De fait, l’étape essentielle d’un décentrement du regard pour sonder les processus complexes d’interaction entre sociétés et environnements en mutation dans la production locale de socionatures historiquement situées, ne pourrait pas s’arrêter à l’élaboration de cette « ethno-climatologie » (comme sous-branche des « ethnosciences ») que les anthropologues peuvent décrypter. Le risque en serait, d’une part, d’entériner la tendance vers des visions exotisantes de l’autre, celle d’un indigénisme sous-jacent aux lectures, pourtant radicales, de certaines écologies post-coloniales (Escobar, 2018) et, d’autre part, de réintroduire une autre logique binaire, qui tout en se défaisant du dualisme nature/culture reproduit un dualisme entre « sociétés traditionnelles », immergées dans leurs « plurivers » où les humains vivent en harmonie avec les non-humains, et « sociétés occidentales », où l’humain domine, ou simplement ignore, la nature, pensée comme objet universel et extérieur. 

  • 10 Dans ce sens le terme « obScène » indiquerait, par son étymologie dans le monde de la tragédie grec (...)

12À ce sujet, nous avons souhaité rester en marges du débat contemporain sur l’Anthropocène, qui nous semble constituer un élément problématique pour une approche anthropologique renouvelée des crises climatiques et environnementales, à la fois par ce qu’il permet de voir et ce qu’il invisibilise. Si la notion a récemment polarisé le débat des sciences sociales, les critiques du paradigme de l’Anthropocène invitent aussi à une prise de distance. Certains auteurs ont ainsi remplacé la notion par celle d’Anthroposcène(s), avec l’objectif de mettre en avant la dimension plurielle des configurations de socionatures en temps de crise, affirmant ainsi la nécessité de repartir de l’ethnographie, seule capable d’atteindre leur variété en dehors d’un naturalisme universalisant (Sillitoe, 2021). Plus radicaux, certains auteurs issus de la Political Ecology utilisent désormais la notion d’Antropo-obScene10 (Swyngedouw & Ernston, 2019) pour dévoiler la dépolitisation due à la production de récits consensuels, fonctionnels et utiles en dernière instance à une gouvernance techno-managerielle de l’adaptation et de la résilience.

13L’apport de l’histoire de l’environnement est aussi crucial dans cette mise en question du paradigme de l’Anthropocène. D’abord, car elle a montré la nécessité d’ancrer l’analyse du complexe socio-environnemental dans la moyenne et la longue durée pour déconstruire la naturalisation des phénomènes environnementaux. En critiquant l’a-historicité conventionnellement assignée à ce domaine (Davies, op. cit. ; Fressoz et al., 2014), elle a invité à un recentrement de la macro à la micro-échelle, dont l’anthropologie s’est saisie prônant les micro-histoires socio-environnementales locales comme piste féconde de l’enquête (Ingold, 2009). En argumentant que l’émergence d’une « réflexivité environnementale » est à dater bien avant les périodisations suggérées par le débat contemporain, elle a par ailleurs montré que l’« anxiété climatique » ou les « projets biopolitiques » des régimes au pouvoir ne sont pas apparus avec notre crise actuelle et le « début » de l’Anthropocène (Fressoz & Locher, 2010).

14Enfin, la contribution d’historiens marxistes bouleverse elle aussi les récits les plus consensuels de l’Anthropocène. En introduisant la notion de Capitalocène, J.W. Moore (2016) a ainsi permis de resituer le discours de la « crise planétaire » dans une vision élargie au long processus de développement du système capitaliste. Le capitalisme étant depuis ses origines un régime écologique, dont l’accumulation se base sur l’appropriation et l’exploitation des natures « humaines » et « extra-humaines », la crise actuelle ne peut se comprendre que comme celle de l’écologie-monde et du capitalisme global, qui seraient confrontés à la fin des « natures à bon marché » (Patel & Moore, 2017). D’autres apports comme celui de l’écoféminisme (Carrère, 2015) ou de la justice environnementale (Temper & Martinez‐Alier, 2019), complètent et renforcent cette vision critique, renvoyant l’anthropologie à la tâche de décrypter en profondeur les tracés croisés des rapports de domination de ces socionatures et de leurs naturalisations idéologiques. Ils permettent ainsi de sortir d’un débat biaisé et instrumentalisé, et d’y réintroduire des acteurs et des relations négligés. En témoignent l’attention portée aux rapports de travail d’une working-class ecology (Barca, 2018), élargissant aux Nords la réflexion sur « écologie des pauvres » élaborée par et pour les Suds (Martinez-Alier, 2003), ou les préoccupations autour d’une « écologie au quotidien » (everyday environmentalism) conçue comme praxis révolutionnaire située indiquant les chemins d’une possible libération (Loftus, 2012).

15En sortant du débat sur l’Anthropocène, nous voudrions solliciter le décryptage d’un objet (crise écologique/changement climatique), dont les caractères situés et conflictuels sont en partie niés par les paradigmes dominants du savoir et de l’intervention. Le retour à une vision historique et dynamique des configurations socio-environnementales vues « par le bas », pourrait non seulement constituer une première étape de la repolitisation de ces dernières, mais aussi relancer l’idée d’une anthropologie dynamique et politique de l’environnement. Cette perspective anthropologique renouvelée — encore en train de se construire — pourrait relever le défi d’une critique radicale du « nouvel ordre — ou nouveau régime (Latour, 2017) — écologique et climatique », par la déconstruction des rapports de domination que les récits sur les crises écologiques et les catastrophes climatiques tendent à occulter. Une ethnographie attentive à la politique des narrations médiatiques sur le changement climatique et les crises écologiques permettrait aussi d’envisager la déconstruction des discours hégémoniques sur le climat en crise, en dévoilant leur interconnexion avec une culture consumériste et libérale, leur connivence avec des histoires locales occultées de marginalisation et d’exploitation. Comprendre anthropologiquement les reconfigurations et les contradictions des « cultures du consumérisme » dans leur interdépendance quotidienne avec l’économie du CO2, devient ainsi un point crucial, là où le capitalisme néolibéral fait de ce dernier un élément clef de la marchandisation globale et de la fétichisation de la « nature ». Ici, la faculté de l’anthropologie politique à réveiller la « vertu corrosive » de la discipline (Balandier, 1967) prend tout son sens : toute anthropologie des changements climatiques et environnementaux, aurait la possibilité de se décliner comme une nouvelle anthropologie politique, qui se recentre sur l’objet environnement-climat sans négliger l’analyse des formes socioculturelles, illisibles en dehors du décryptage de rapports de pouvoir à plusieurs échelles.

À l’ombre de la crise globale, penser des crises environnementales et des résistances

16L’entrée par la crise représente ainsi un outil méthodologique et épistémologique approprié. Dans le titre de ce volume, nous gardons sa formulation au singulier afin de suggérer la critique d’un modèle dominant (scientifique et techno-politique) qui se voudrait unique et incontestable, fort de son appui sur des « savoirs experts scientifiques » et des modélisations quantitatives à la macro-échelle. Ce numéro part ainsi du constat de réétalonnage (rescaling) (Hameiri et al., 2017), sur de nombreux terrains, des transformations des « paysages » et des structures sociales à l’échelle de la crise climatique globale. Qu’il s’agisse désormais d’inondations à Jakarta, ou de feux de forêts aux États-Unis, aussi bien leur médiatisation que leur mise en traitement par les politiques publiques soulignent le rôle d’un faisceau de conséquences communes, ayant traits à un changement climatique affectant l’ensemble de la planète. Héritière d’un processus historique de construction du climat comme problème public et relevant nécessairement d’une forme ou d’une autre de gouvernance internationale (Aykut et al., 2015, 2017), cette « climatisation » (Barthel & Zaki, 2011) des désastres ou des risques environnementaux ne constitue souvent qu’une nouvelle rhétorique habillant des formes routinisées de gestion des catastrophes (Revet, 2018). Pour autant, elle pose problème sur au moins deux aspects. D’une part, elle enferme « les » transformations environnementales plus ou moins brutales qu’expérimentent des sociétés très diverses dans une même spatio‐temporalité, celle de la rupture et du déclin, masquant de ce fait les processus de long terme de production, d’apprivoisement, d’exposition aux catastrophes, et les formes par lesquelles ces dernières sont traitées par les sociétés qui en font l’expérience (Moreau, 2017). D’autre part, en en appauvrissant l’expérience, elle contribue à légitimer des approches techno-centrées et one fit all des catastrophes environnementales, pourtant souvent héritières d’évolutions plus ou moins spécifiques à certaines sociétés et à certains paysages (Tsing et al., 2019 ; Leclercq, 2020, 2022). Certes l’augmentation de la récurrence et de l’intensité des catastrophes à travers le monde se pose, au moins en partie, comme une conséquence de l’augmentation globale des taux de CO2 dans l’atmosphère (IPCC, 2021). Mais la diversité de ces manifestations à travers le globe, de même que la pluralité des formes d’appréhension et de préhension des catastrophes, demande une remise en perspective historique, et approche au plus près des acteurs.

17Le sentiment de la crise et du déclin traverse les sociétés occidentales depuis la fin des années 1970 (Reveault d’Allones, 2012). « La » crise environnementale en interrogeant à la fois les limites du système Terre et son habitabilité (Blanc et al., 2022), remet ainsi en question le modèle de croissance infinie sur lequel se sont bâties ces sociétés, et plus généralement le statut du progrès chez les modernes dans un monde de plus en plus incertain. Paradoxalement, changement climatique et Anthropocène apparaissent ainsi pour certains acteurs comme des récits permettant la remise de l’Occident et de ses théodicées au centre de l’histoire planétaire (Hamilton, 2015), là où le XXe siècle se concluait par des appels à déconstruire et pluraliser « l’histoire globale » (Chakrabarty, 2000 ; Robinson, 2006). Contre cette tendance, ce numéro vise d’abord à rendre compte d’histoires situées des crises climatiques, redevables d’une crise globale que dans la mesure où les acteurs affectés ou affectant y font référence, établissent des liens, s’y mesurent pour faire sens de leur expérience ou de celle des autres. Les crises climatiques interrogent ainsi les instruments par lesquels elles sont saisies, leurs échelles ou les acteurs « responsables » ou « sentinelles », variant dans leur forme aussi bien que dans leurs agencements. Elles sont toujours le sujet de plusieurs interprétations, parfois concurrentes (Revet, 2010), et sont traversées par différents ordres de régulations ou tentatives de gestion collective dont les bonnes pratiques des institutions internationales ne constituent qu’une des dimensions. C’est à partir de ces différentes situations critiques que peut s’élaborer, presque en négatif, l’image d’une crise globale.

18De la même manière, l’appréhension des crises climatiques dans leur diversité permet de réinterroger les temporalités propres à cette dernière. Au début des années 2010 en France, les notions de risque et de catastrophe se sont disputées le devant de la scène en vue de déterminer laquelle des deux était la mieux adaptée pour comprendre les situations critiques contemporaines (Clavandier, 2011, 2015). Ce débat recouvre deux types d’orientations qui ne sont pas incompatibles mais renvoient à deux ordres de réalité différents. Le concept de risque hérite ainsi d’une pensée positiviste et probabiliste de la catastrophe, tournée vers la prévention et la modélisation (Boudia, 2013), quand celui de catastrophe renvoie plutôt à l’expérience d’un événement hors du commun (Revet, 2007 ; Langumier, 2008). S’ils partagent des fondements historiques et scientifiques, et que les croisements sont fréquents entre les professionnels de la gestion des risques et des catastrophes, leur temporalité diffère grandement. Là où les risques s’ancrent dans une temporalité de long terme, de la prévention et de l’anticipation, les catastrophes renvoient à une temporalité de l’urgence et de l’adaptation. Entre ces deux positions archétypales, tout un ensemble de temporalités sont possibles, depuis la crise séculaire (Moreau, 2017) aux slow disasters (Fortun et al., 2016) où des territoires sont durablement contaminés ou définitivement passés à un nouvel « état d’équilibre » (Milkoreit et al., 2018).

19Ces différentes temporalités sont, pour beaucoup, des temporalités de l’action collective face à la crise, souvent prises dans des formes ou d’autres d’actions publiques à différentes échelles. Au niveau international, les observateurs des négociations climatiques et des institutions se chargeant de mettre en œuvre leurs préconisations, ont montré comment les processus de formation d’un accord dans ces arènes et institutions, aussi bien sur la nature des problèmes en cause que sur les solutions à leur apporter, contribuaient à naturaliser et dépolitiser les catastrophes environnementales. D’une part le « schisme de réalité » (Aykut, 2015) qui a caractérisé l’approche internationale du climat contribue à associer de manière quasi-systématique des mesures « d’adaptation » locales techno-centrée ou fonctionnant sur la forme naturalisée du marché (Tordjman, 2021), seule à même de s’imposer dans les COP et dans les organisations internationales (Müller, 2012). D’autre part, les politiques d’adaptation, de transition, de résilience face à la crise climatique intègrent souvent une forte dépendance au sentier, reproduisant souvent des modes de fonctionnement usuels dans des États ayant historiquement produit leur propre exposition à la catastrophe, et ce malgré les discours publics volontariste (Aykut & Evrard, 2017). Dès lors, investiguer les crises climatiques permet de repolitiser les désastres qui, s’ils sont pour une part globaux, engagent toujours des responsables et des réponses localisées.

20De même, nous parlons de « résistances écologiques » au pluriel, pour suggérer la faculté de l’approche ethnographique à dépasser le bouclier d’une crise-mondiale-naturelle déjà scientifiquement comprise, en se penchant sur l’observation qualitative à la micro-échelle des assemblages socio-environnementaux complexes, soient-ils dans les moments de réponse aux « catastrophes », de mutations et dégradations environnementales de longue durée, des pratiques d’action plus organisées contre l’extractivisme. Ici le terme résistance apparaît moins ambigu et consensuel que « résilience » ou « adaptation », qui font partie du jargon des modèles dominants sur les crises climatiques et sous-entendent un statut d’acteur passif pour les groupes présentés comme victimes de phénomènes « naturels ». Il apparaît aussi intéressant en ce qu’il ne limite pas son regard à la catégorie des « mouvements » ou « mobilisations » plus explicitement structurés, organisés, continués, exprimant luttes et protestations contre les injustices environnementales et climatiques, l’exposition aux risques et la définition politique du risque (Beck, 2020). Car il saisit une pluralité de modes de vivre et de penser où les acteurs humains et non-humains réinventent leurs synergies potentielles, au quotidien ou lors d’événements ponctuels, affichant ouvertement leur critique au système de domination des socionatures ou en la diluant dans l’infrapolitique (Scott, 2019) d’un vécu « autre » dans la nature, mettant toujours en avant des solutions localement élaborées et expérimentées, qui font entrevoir les failles du Grand Partage et de ses alliés politiques et économiques, dont le retrait serait la solution définitive de la « crise ». La notion de crise se donne ici à voir non comme un état pathologique ne pouvant conduire qu’à l’aggravation, au déclin inéluctable, voire à la catastrophe, dans une vision codifiée et véhiculée par la modernité occidentale et le système néolibéral (Antentas, 2020 ; Van Aken, 2020), mais comme « moment de vérité », où la bifurcation entre alternatives futures également possibles, quoique opposées, invite à se positionner et laisse envisager l’issue d’une transformation radicale (Malm, 2014).

Quelques pistes pour une repolitisation ? : Visions « d’en-bas » et du « dedans »

21 Si la sélection d’articles rassemblés dans ce numéro thématique reflète la diversité des questionnements autour du changement climatique saisi par une perspective anthropologique, l’attention est davantage portée sur les formes de résistance face à la crise climatique et aux changements environnementaux. Nous avons voulu prendre nos distances avec une approche visant à rendre compte de manière exhaustive des enjeux et des lieux liés aux changements climatiques, en interrogeant leur vision comme phénomène qu’on pourrait maîtriser en adoptant une « vue d’ensemble ». Nous nous opposons ainsi à la fonction corollaire ou complémentaire assignée à l’anthropologie comme expertise sur les dimensions socioculturelles des processus écologiques. Cette posture omnisciente, étroitement liée à une relation visuelle aux changements géo-physiques, à leur « mise à distance » et en perspective, est dominée par une lecture quantitative des processus écologiques qui a légitimé la réponse d’abord technique à la crise du climat et à ses « dysfonctionnements ». La contribution de l’anthropologie à ce débat consiste plutôt à renouer les relations matérielles, socioculturelles et symboliques au climat qui change, à questionner la hiérarchie disciplinaire et la construction du savoir sur le climat, en donnant priorité à l’analyse des processus environnementaux observés à une échelle locale. Le climat est aussi et surtout un « climat social », et la menace de crise environnementale est assimilée dans les pratiques et les discours des acteurs locaux à une dépossession et une désocialisation des relations communautaires et des formes d’appartenance.

22Si la déconstruction du caractère naturel des crises environnementales a déjà été largement débattue dans la littérature scientifique et notamment dans les travaux anthropologiques, les articles de ce numéro apportent une contribution décalée des notions et catégories analytiques aujourd’hui dominantes dans le débat sur la crise climatique. Plutôt que de résilience par exemple, notion souvent opérationnalisée mais rarement dans le sens d’une meilleure prise en compte du rôle des sociétés dans la production et le recouvrement des crises climatiques, il est ici question des recompositions de pratiques face aux asymétries de pouvoir et aux inégalités (aujourd’hui amplifiées par la crise pandémique). Par ce biais, on peut entrevoir des possibilités de subversion radicale des pratiques et conceptualisation d’un environnement désocialisé et dé‑historicisé.

23Il s’agit aussi dans ce numéro de nous démarquer des approches anthropologiques sur les « savoirs et représentations indigènes du climat » qui, si elles constituent un apport indéniable pour la discipline et pour les sciences en général, nous semblent courir le risque de reconduire des dualismes a-politiques ne séparant plus la nature de la culture, mais les cosmologies occidentales des cosmologies « traditionnelles ». En effet, limiter l’attention ou donner priorité aux terrains d’enquête plus éloignés (là où la dimension physique et matérielle des changements climatiques est plus visible et mesurable) donne une nouvelle légitimation à la représentation de matrice coloniale de l’altérité des populations du Sud comme étant reléguées dans un état « naturel » de dépendance aux aléas climatiques. Cela revient aussi à interroger le positionnement de l’anthropologie au sein de ces tensions pour la construction du savoir sur la nature, dans les pays du Nord comme dans les pays du Sud, et les rapports de force qui se construisent, comme le montrent bien les articles ici présentés.

24Plusieurs des contributions ici rassemblées montrent comment les mouvements de contestations proposent un autre rapport au vivant centré sur la dimension collective, sur les pratiques d’entraide et de partage. Les similitudes et les métaphores mobilisées pour décrire ces pratiques renvoient souvent à l’image d’un « combat » sur un terrain tangible et circonstancié. Ces études de cas aident à ramener la crise climatique globale à une échelle locale, où les changements en cours ne sont pas considérés comme des problèmes insurmontables, ou comme des risques latents, souterrains ou « cachés au regard » dont seulement les générations futures paieront les conséquences.

25Dans son article, Eugénie Clément analyse la reconfiguration des appartenances sociales et des formes de contestation anti-extractiviste dans la Nation Navajo, la plus grande réserve amérindienne des États-Unis. Mobilisées sur plusieurs fronts (mines d’uranium, extraction de charbon, accès à l’eau), les jeunes générations résistent aussi à la classification et labélisation de leur mouvement de contestation, en puisant dans des sources symboliques diversifiées de matrice anticapitaliste et anticoloniale. On est donc loin d’une simple défense de l’environnement ou d’une lutte contre le réchauffement climatique, les militants cherchant aussi par leur lutte à « se protéger » en revendiquant une autonomie de définitions de leurs formes de contestation et de mobilisation. L’espace du politique est ainsi co-construit et se transforme avec l’environnement, qui apparaît comme un partenaire, un co-acteur du mouvement de lutte.

26En rendant compte des croisements entre revendications d’inclusion sociale et la lutte contre les discriminations de genre et mouvements environnementaux dans les communautés des quartiers ruraux du Vale do Ribeira au Brésil, Isabelle Hillenkamp donne à voir des résistances à la conception d’une nature vidée de ses habitants imposée par les projets de conservation environnementale. L’auteure décrit les différentes valeurs politiques associées aux techniques de l’agroforesterie dans le cadre de revendications ethno-raciales. Ces pratiques deviennent aussi un levier d’émancipation des femmes qui aboutit à la reformulation de l’agenda politique féministe. Cet article fait état des liens existants entre les pratiques du care socio-environnemental au niveau local et la mise en place de programmes de captation et compensation des émissions de CO2 dans le cadre des négociations internationales pour la lutte contre le changement climatique.

27Séverine Durand, Céline Granjou et Coralie Mounet abordent la question des « prises cognitives et sensibles » du changement climatique accessibles aux non spécialistes, en présentant les résultats d’une enquête menée dans le Parc national des Écrins. L’article propose des réflexions sur la dé-légitimation des savoirs locaux à partir d’un « effet pervers » de la médiatisation récente des changements climatiques : seuls quelques indicateurs mesurables sont reconnus par la communauté scientifique et acquièrent le statut de scientificité. D’autres indicateurs (non médiatisés) sont ainsi passés sous silence, confinés dans l’expérience individuelle, et relégués dans les observations et perceptions subjectives du climat qui change. Cette dimension « intime » de la crise climatique, vue à partir des perceptions et des expériences individuelles souvent associée à des sentiments d’inquiétude, mais aussi de dépossession et d’impuissance, interroge en miroir la production de l’information pertinente visant à modéliser, prévenir et orienter les politiques publiques de lutte contre un problème « global ».

28À partir du cas de l’incendie de 2018 dans la ville de Paradise en Californie, Élise Boutié interroge les processus de recouvrement post-catastrophe à travers l’observation des mobilisations de la « société civile » face à la crise climatique. Elle met ainsi en lumière les processus de mise en compétition des formes d’activisme dans ce champ contesté, qu’il s’agisse de la promotion des « savoirs ancestraux » par un groupe de descendants de peuples indigènes, ou de la défense de l’initiative individuelle par une association de sensibilisation et de mitigation des risques de feu de forêts. Il en résulte un élargissement des fractures sociales et une reconduction du modèle extractiviste ayant conduit à la crise.

29Finalement, dans son article, Elisabetta Dall’Ò décrit le rôle des « sentinelles non‐humaines » pour rendre compte du changement climatique en milieu montagnard. Cette contribution s’inscrit dans le débat désormais classique de la déconstruction nature/culture, tout en soulignant un bouleversement quant au rôle des agents non-humains réduits à objets passifs dans le discours dominant sur les crises climatiques. Dall’Ò revient donc sur le caractère socialement construit du changement climatique, en mettant en avant les modèles de savoir et la hiérarchisation des formes de connaissance.

30Ces articles résonnent enfin avec d’autres formes de contributions présentes dans ce numéro. La première est un entretien réalisé avec le collectif HIMBY (Hot in my backyard), en Italie, qui depuis 2020 fait sortir le débat sur le changement climatique de la sphère académique en l’ancrant dans des pratiques d’ateliers pédagogiques pour découvrir et construire un « sentir commun » de ce bouleversement matériel et symbolique. Le deuxième est le compte-rendu d’une autre expérience pédagogique, le projet CliMigraForm, qui a réuni étudiants, enseignants et acteurs du monde associatif lors d’une formation à l’enquête qualitative sur le changement climatique et les migrations au Soudan, questionnant non seulement la distance entre modèles théoriques et vécus locaux, mais aussi les pratiques de réflexivité dans une rencontre entre Nords et Suds.

31Sur un gradient qui va des luttes ouvertes contre l’extractivisme aux critiques implicites d’une remise au centre des acteurs non-humains, en passant par d’autres pratiques, ordinaires ou en phase de « catastrophe », de co-production de socionatures situées, ainsi que dans des expériences pédagogiques ouvertes à des publics de non-spécialistes, il s’agit par ce numéro d’identifier quelques pistes possibles pour une plus large repolitisation des crises climatiques et environnementales par le regard sur ces résistances plurielles à l’hégémonie persistante d’un modèle naturalisé et dépolitisé.

Haut de page

Bibliographie

ANTENTAS J. M., 2020. “Notes on Corona Crisis and Temporality”, Dialectical Anthropology, 44(3) : 315‑318.

ANTONIOLI M., 2014. Théories et pratiques écologiques : de l’écologie urbaine à l’imagination environnementale. Paris, Presses Universitaires de Paris-Ouest.

AYKUT S. C., DAHAN A., 2015. Gouverner le climat : Vingt ans de négociations internationales. Paris, Presses de Sciences Po.

AYKUT S.C., EVRARD A., 2017. « Une transition pour que rien ne change ? Changement institutionnel et dépendance au sentier dans les “transitions énergétiques” en Allemagne et en France », Revue internationale de politique comparée, 24 : 17‑49.

BALANDIER G., 1967. Anthropologie politique. Paris, PUF.

BARCA S., 2018. “Ecologies of Labour. An Environmental Humanities Approach”, in CRISTIANO S. (ed), Through the Working Class. Ecology and Society Investigated through the Lens of Labour, Culture del lavoro, 8 : 25‑34.

BARTHEL P.A., ZAKI L., 2011. Expérimenter la « ville durable » au Sud de la Méditerranée. Paris, Éditions de l’Aube.

BECK C., LUGINBÜL Y. & MUXART T. (eds), 2006. Temps et espaces des crises de l’environnement. Versailles, Éditions Quae.

BLANC N., BOUDIA S., BOUTEAU F., CHICHE J., DEPOUX A., DEVES M., GAILLARDET J., HALPERN C., PAULE C. & TOCILOVAC M., 2022. « Une terre au défi de l’habitabilité. Université et enjeux des savoirs de la Terre », Centre des Politiques de la Terre, Position Paper, IdEx, université de Paris.

BLANCHON D., 2016. « Radical Political Ecology et Water Studies. Quels apports pour une géographie de l’environnement en France ? », in CHARTIER D. & RODARY E. (eds), Manifeste pour une géographie environnementale. Paris, Presses de Sciences Po : 257‑278.

BOUDIA S., 2013. « La genèse d’un gouvernement par le risque », in BOURG D. et al., Du risque à la menace. Paris, PUF : 57‑76.

CAILLÉ A., CHANIAL P. & VANDENBERGHE F., 2001. « Présentation », numéro spécial « Chasser le naturel… Écologisme, naturalisme et constructivisme », Revue du MAUSS, 17 : 5‑21.

CARRÈRE L., 2015. « La nature a-t-elle un genre ? Variétés d’écoféminisme », Cahiers du genre, 59 : 103‑125.

CASCIARRI B., 2008. “Drought and ‘Natural’ Stress in the Southern Draa Valley: Varying Perceptions Among Nomads and Farmers”, in CASIMIR M.J. (ed), Culture and the Changing Environment. Uncertainty, Cognition and Risk Management in Cross-Cultural Perspective. New York/Oxford, Berghahn Books : 147‑174.

CASCIARRI B., VAN AKEN M., 2013. « Anthropologie et eau(x) : affaires globales, eaux locales et flux de cultures », Journal des anthropologues, 132‑133 : 15‑44. 

CASIMIR M.J., (ed), 2008. Culture and the Changing Environment. Uncertainty, Cognition and Risk Management in Cross-cultural Perspective. New York/Oxford, Berghahn Books.

CHAKRABARTY D., 2000. Provincializing Europe: Postcolonial Thought and Historical Difference. Princeton, Princeton University Press.

CHARBONNIER P., 2020. Abondance et liberté. Une histoire environnementale des idées politiques. Paris, Éditions La Découverte.

CHARBONNIER P., KREPLAK Y., 2012. « Savoirs écologiques », numéro spécial « Écologiques. Enquêtes sur les milieux humains », Tracés, 22 : 7‑23.

CLAVANDIER G., 2011. « Faire face à la catastrophe », La Vie des idées [En ligne], 19 avril, https://laviedesidees.fr/Faire-face-a-la-catastrophe.html

CLAVANDIER G., 2015. « Un retour de la catastrophe sur la scène scientifique ? », Communications, 96(1) : 93‑105.

CORNUT P., SWYNGEDOUW E., 2000. “Approaching the Society-Nature Dialectic: a Plea for a Geographical Study of the Environment”, Belgeo, 1‑4 [online].

CRATE S., NUTTAL M. (eds), 2016. Anthropology and Climate Change: From Actions to transformations. Oxford, Routledge.

DAVIES M., 2001. Late Victorian Holocaust. El Niño Famines and the Making of the Third World. Londres, Verso.

DE LA SOUDIÈRE M., 1990. « Revisiter la météo », Études Rurales, 118‑119 : 9‑29.

DE LA SOUDIÈRE M., TABEAUD M., 2009. « Introduction. Le ciel comme terrain », numéro spécial « Météo », Ethnologie française, 39(4) : 581‑585.

DE MARTINO E., 2002 (1977). La fine del mondo. Torino, Einaudi.

DESCOLA Ph., 2006. Par-delà Nature et Culture. Paris, La Découverte.

ESCOBAR A., 1999. “After Nature. Steps to an Antiessentialist Political Ecology”, Current Anthropology, 40(1) : 1‑30.

ESCOBAR A., 2018. Sentir-penser avec la terre. Une écologie au-delà de l’Occident. Paris, Seuil.

FORTUN K., KNOWLES S., CHOI V., JOBIN P., MATSUMOTO M., DE LA TORRE III P., LIBOIRON M. & MURILLO L. F., 2016. “Researching Disaster From an STS Perspective”, in FELT U., FOUCHÉ R., MILLER C., SMITH-DOERR L. (dir.), The Handbook of Science and Technology Studies. Cambridge MA, MIT Press.

FRESSOZ J. B., GRABER F., LOCHER F. & QUINET G., 2014. Introduction à l’histoire environnementale. Paris, La Découverte.

FRESSOZ J.B., LOCHER F., 2010. « Le climat fragile de la modernité. Petite histoire climatique de la réflexivité environnementale », La vie des idées, 20 avril 2010 : 1‑15.

GOSH A., 2016. The Great Derangement. Climate Change and the Unthinkable. Chicago, University of Chicago Press.

GRANJOU C., 2016. Sociologie des changements environnementaux. Futurs de la nature. Londres, ISTE Editions.

HAMEIRI S., HUGUES C. & SCARPELLO F. (eds), 2017. International Intervention and Local Politics. Cambridge, Cambridge University Press.

HAMILTON C., 2015. “The Theodicy of The ‘Good Anthropocene’”, Environmental Humanities, 7(1) : 233‑238.

HARSTRUP K., HASTRUP F., (eds), 2016. Waterworlds. Anthropology in Fluid Environments. Oxford/New York, Berghahn Books.

HARSTRUP K., SKRYDSTRUP M., (eds), 2013. The Social Life of Climate Change Models. Anticipating Nature. Oxford, Routledge.

HARVEY D., 1997. Justice, Nature and the Geography of Difference. Hoboken (NJ), Wiley-Blackwell.

HEYNEN N., KAIKA M. & SWYNGEDOUW E. (eds), 2006. In the Nature of the Cities. Urban Political Ecology and the Politics of Urban Metabolism. London, Routledge.

HULME M., 2017. Weathered Cultures of Climate. London, Sage Publications.

INGOLD A., 2009. « Écrire la nature. De l’histoire sociale à la question environnementale », Annales HSS, 66(1) : 11‑29.

INGOLD T., 2000. The perception of the Environment. Essays on livelihood, Dwelling and Skill. London, Routledge.

INGOLD T., 2010. “Footprints Through the Weather-World: Walking, Breathing, Knowing”, Journal of the Royal Anthropological Institute, 16(1) : 121‑139. https://www.ipcc.ch/report/ar6/wg1/downloads/report/IPCC_AR6_WGI_SPM_final.pdf

KATZ E., LAMMEL A. & GOLUBINOFF M. (eds), 2002. Entre ciel et terre. Climat et sociétés. Paris, Ibis Presses.

KECK F., 2020. Les sentinelles des pandémies. Chasseurs de virus et observateurs d’oiseaux aux frontières de la Chine. Bruxelles, Zones sensibles.

KIRKSEY E., HELMERICH S., 2010. “The Emergence of Multispecies Ethnography”, Cultural Anthropology, 25(4) : 545‑576.

LANGUMIER J., 2008. Survivre à l’inondation. Pour une ethnologie de la catastrophe. Paris, ENS Éditions.

LATOUR B., 1991. Nous n’avons jamais été modernes. Paris, La Découverte.

LATOUR B., 1999. Politiques de la nature. Comment faire rentrer les sciences en démocratie. Paris, La Découverte. 

LATOUR B., 2017. Où atterrir ? Comment s’orienter en politique. Paris, La Découverte.

LECLERCQ R., 2020. Dakar, proie des eaux. Sociologie de la ville catastrophée. Thèse, université Paris 8.

LECLERCQ R., 2022. “How Does Water Behave? Unstable Milieu and Stable Agencements in Dakar’s Flooded Suburbs”, Urban Planning, 7(1): 21‑31. https://doi.org/10.17645/up.v7i1.4353

LINTON J., 2010. What is Water? The History of a Modern Abstraction. Vancouver, University of British Columbia Press.

LOFTUS A., 2012. Everyday Environmentalism. Creating an Urban Political Ecology. Minneapolis/London, University of Minnesota Press.

MALM A., 2014. “Tahrir Submerged? Five Theses on Revolution in the Era of Climate Change”, Capitalism Nature Socialism, 25(3) : 28‑44.

MARTINEZ-ALIER J., 2003. The Environmentalism of the Poor. A Study in Ecological Conflicts and Valuation. Cheltenham, Eduard Elgar.

MEHTA L., 2001. “The Manufacture of Popular Perceptions of Scarcity. Dams and Water-related Narratives in Gujarat, India”, World Development, 29(12) : 2015‑2041.

MILKOREIT M., HODBOD J., BAGGIO J., BENESSAIAH K., CALDERÓN-CONTRERAS R., DONGES J., MATHIAS J-D., CARLOS ROCHA J., SCHOON M. & WERNERS S., 2018. “Defining Tipping Points for Social-Ecological Systems Scholarship – an Interdisciplinary Literature Review”, Environmental Research Letters, 13(3) : 1‑12. https://orcid.org/0000-0001-8899-6583

MITCHELL T., 2011. Carbon Democracy: Political Power in the Age of Oil. London, Verso.

MOORE J.W., 2016. Anthropocene or Capitalocene? Nature, History and the Crisis of Capitalism. Oakland, PM Press.

MOREAU Y., 2017. Vivre avec les catastrophes. Paris, PUF.

MORTON T., 2013. Hyperobjects. Philosophy and Ecology After the End of the World. Minneapolis, University of Minnesota Press.

MOSSE D., 2008. “Epilogue: the Cultural Politics of Waters. A Comparative Perspective”, Journal of Southern African Studies, 34(4) : 939‑948.

MÜLLER B., 2012. « Comment rendre le monde gouvernable sans le gouverner : les organisations internationales analysées par les anthropologues », Critique internationale, 54 : 9‑18.

NORGAARD K. M., 2011. Living in Denial. Climate Change, Emotions and Everyday Life. London, The Mit Press.

O’CONNOR J., 1998. Natural Causes. Essays in Ecological Marxism. New York, Guilford.

PATEL R., MOORE J.W., 2017. A History of the World in Seven Cheap Things. A Guide in Capitalism, Nature and the Future of the Planet. Oakland, University of California Press.

REMOTTI F., FAVOLE A., 2020. Il mondo che avrete. Virus, Antropocene, Rivoluzione. Torino, Utet.

REVET S., 2007. Anthropologie d’une catastrophe. Les coulées de boue de 1999 au Venezuela. Paris, Presses Sorbonne Nouvelle.

REVET S., 2010. « Le sens du désastre. Les multiples interprétations d’une catastrophe “naturelle” au Venezuela », Terrain, 54 : 42‑55

REVET S., 2018. Les Coulisses du monde des catastrophes « naturelles ». Paris, Éd. de la Maison des Sciences de l’Homme.

ROBINSON J., 2006. Ordinary Cities: Between Modernity and Development. London, Routledge.

SCOLARI R., 2017. Catastrofi e cambiamenti climatici. Sette riflessioni su pensiero e rappresentazioni del disastro tecno-naturale. Milano, Mimesis.

SCOTT J.-C., 2019. La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne. Paris, Éditions Amsterdam.

SELIM M. (ed), 2020. Anthropologie d’une pandémie. Paris, L’Harmattan.

SILLITOE P. (ed), 2021. The Anthroposcene of Weather and Climate. Ethnographic Contributions to the Climate Change Debate. Oxford/NY, Berghahn Books.

SOURDRIL A., WICHATITSKY E.G., 2019. « Comment parler du temps qu’il fait à l’heure du changement climatique ? Petit catalogue de “Météorologies locales” », Ethnographiques.org, 38 [en ligne].

STRAUSS S., ORLOVE B., 2003. “Up in the Air. The Anthropology of Weather and Climate”, in STRAUSS S. & ORLOVE B. S., Weather, Climate, Culture. Oxford, Berg.

SWYNGEDOUW E., ERNSTON H., 2019. “O Tempora! O Mores! Interrupting the Anthropo-ObScene”, in Urban Political Ecology in the Anthropo-Obscène: Interruption and Possibilities, Abingdon/NY, Routledge: 25‑47.

TEMPER L., MARTINEZ-ALIER J., 2019. “Mapping Ecologies of Resistance”, Grassroot Environmental Governance. Community Engagements with Industry. London/NY, Routledge : 33‑58.

TORDJMAN H., 2021. La croissance verte contre la nature. Critique de l’écologie marchande. Paris, La Découverte.

VAN AKEN M., 2020. Campati per aria. Milano, Eleuthera.

VAN AKEN M., 2021. “Down to Air. Palestinian Memories and Practices of Weather Relatednesss”, in SILLITOE P. (ed), The Anthroposcene of Weather and Climate: Ethnographic Contributions to the Climate Change Debate. Oxford, Berghahn : 249‑270.

WAGNER R. (ed), 2013. The Social Life of Water. Oxford/New York, Berghahn Books.

WEINTROBE S., 2013. Engaging with Climate Change. Psychoanalitic and Interdisciplinary Perspectives. London, Routledge.

Haut de page

Notes

5 Comme le dit le géographe E. Swyngedouw, voix majeure de la Political Ecology, il est difficile de circonscrire précisément cette dernière en tant que courant homogène (Cornut & Swyngedouw, 2000) : la même étiquette recouvre les expériences des premiers mouvements écologiques contre les injustices socio-environnementales (émergés dans les années 1970 aux USA et en Europe) et elle inclut également des auteurs qui depuis les années 1980 revendiquent une approche matérialiste dialectique (historique ou géographique) des questions de « nature » (O’Connor, 1998 ; Harvey, 1997), plus récemment reprise sous la catégorie d’« Eco-marxisme ».

6 Nous croyons pouvoir lire dans cet aspect aussi l’effet d’une double difficulté, d’abord, celle à investir la crise climatique comme objet anthropologique nécessitant des outils, des clefs de lecture et des écritures foncièrement nouvelles, puis, celle à lire et accepter comme « anthropologiques » certaines des productions réalisées par une ethnographie de cet objet, par essence trans-« culturel ».

7 Cette définition convient à une approche, qu’est aussi la nôtre, mettant en exergue non seulement l’inadaptation du dualisme entre société et nature, mais aussi l’historicité des processus qui s’appuient sur la domination et l’exploitation simultanées de l’environnement biophysique (natures « extra-humaines ») et des rapports de genre, race, ethnicité (natures « humaines »), supportées par les idéologies de leur naturalisation.

8 Le cas de « l’objet eau » — dont une nouvelles génération d’anthropologues s’est appropriée dans les derniers décennies — est à ce sujet emblématique, comme nous le rappelions dans un numéro thématique du Journal des anthropologues (Casciarri & Van Aken, 2013), en évoquant le paradoxe entre son extraordinaire « vocation anthropologique » et l’entrée tardive de l’anthropologie dans ce débat, par rapport aux sciences naturelles, mais aussi à d’autres sciences sociales, comme la géographie.

9 Martin de la Soudière, à qui l’on doit un rôle pionnier, du moins pour la tradition française, quant à la focalisation sur les phénomènes météorologiques, évoquait déjà cette polysémie du terme « temps » (entre le temps qu’il fait et le temps qui passe) (de la Soudière, 1990 : 10).

10 Dans ce sens le terme « obScène » indiquerait, par son étymologie dans le monde de la tragédie grecque, tous ces récits et acteurs dont la mise en scène est niée, occultée, reléguée à l’off-stage, parce que non conformes aux représentations idéologiques consensuelles et hégémoniques du phénomène (Swyngedouw & Ernston 2019 : 2).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Barbara Casciarri, Francesco Staro, Mauro Van Aken et Romain Leclercq, « Socionatures en tension »Journal des anthropologues, 168-169 | 2022, 19-39.

Référence électronique

Barbara Casciarri, Francesco Staro, Mauro Van Aken et Romain Leclercq, « Socionatures en tension »Journal des anthropologues [En ligne], 168-169 | 2022, mis en ligne le 23 septembre 2022, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/jda/11582 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jda.11582

Haut de page

Auteurs

Barbara Casciarri

Université Paris 8/LAVUE/CEDEJ
Courriel : barbara.casciarri@univ-paris8.fr

Articles du même auteur

Francesco Staro

Université Paris 8/LAVUE
Courriel : francesco.staro@gmail.com

Articles du même auteur

Mauro Van Aken

Université Milano-Bicocca
Courriel : mauro.vanaken@unimib.it

Romain Leclercq

Centre des Politiques de la Terre
Courriel : romain.leclercq2@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search