Navigation – Plan du site

AccueilNuméros168-169Dossier : Socionatures en tension...Crise climatique, crise politique

Dossier : Socionatures en tension. Crise climatique et résistances écologiques

Crise climatique, crise politique

Quand l’incendie le plus meurtrier de l’histoire des États‑Unis affecte la perception de la forêt
Climate Crisis, Political Crisis: When the Deadliest Fire in the History of the United States Affects the Perception of the Forest
Élise Boutié
p. 117-132

Résumés

En détruisant entièrement la ville de Paradise (27 000 habitant·e.s) et ses environs, l’incendie le plus meurtrier de l’histoire des États-Unis a provoqué un choc important. Cet article s’intéresse à la façon dont cette catastrophe a affecté l’attachement à la forêt. En partant du choc de découvrir le paysage incendié, il s’agit de comprendre de quoi est fait cet attachement. Nous analysons aussi bien les récits qui racontent cet attachement après l’incendie que le rapport aux institutions en charge de la gestion des forêts. L’incendie a bouleversé le rapport au paysage et fait de l’expérience de vivre dans une forêt sans arbre une situation déroutante.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

La forêt : perte et perceptions
Évacuer dans l’urgence, découvrir le paysage calciné
« Why we all moved up here »
Prendre soin de la forêt : perceptions, idées reçues, accusations et défense de l’accusé
Idées reçues et méconnaissances de la forêt
Idées reçues et méconnaissances des institutions
Forêt, feux et Histoires
Conclusion

Aperçu du début du texte

Comme la secousse d’un tremblement de terre, la catastrophe remue. Son étymologie dit d’ailleurs le renversement, le bouleversement, le point de bascule. L’anthropologie et les sciences sociales ont montré qu’au-delà de l’événement en tant que tel, la catastrophe est un objet d’étude à part entière qui permet de mieux voir les dynamiques à l’œuvre dans une société (Revet, 2007 ; Langumier, 2008 ; Simpson, 2013 ; Moreau, 2017). Elle est un « fait social total » (Clavandier, 2015).

Le 8 novembre 2018 l’incendie le plus meurtrier de l’histoire des États-Unis détruit la ville californienne de Paradise (27 000 habitant·es) et ses alentours, forçant l’évacuation de plus de 50 000 personnes. Si chaque année des incendies se déclarent dans cette région et cet État de l’ouest, jamais aucun n’avait causé autant de dégâts en si peu de temps, et avec une telle force. Cet incendie n’est pas un feu classique, c’est un « méga-feu » (Zask, 2019).

Paradise se trouve en Californie du nord, sur un haut-...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élise Boutié, « Crise climatique, crise politique »Journal des anthropologues, 168-169 | 2022, 117-132.

Référence électronique

Élise Boutié, « Crise climatique, crise politique »Journal des anthropologues [En ligne], 168-169 | 2022, mis en ligne le 03 janvier 2025, consulté le 02 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/jda/11767 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jda.11767

Haut de page

Auteur

Élise Boutié

IIAC-LAIOS, EHESS
Courriel : eliseboutie@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search