Navigation – Plan du site

AccueilNuméros170-171Dossier : L’Europe par ses “autres”“C’est le photographe colombien”

Dossier : L’Europe par ses “autres”

“C’est le photographe colombien”

Le poids des origines dans une ethnographie visuelle en banlieue parisienne
“This is the Colombian Photographer”: the Role of Citizenship Within a Visual Ethnography in a Parisian Banlieue
Camilo Leon-Quijano
p. 85-105

Résumés

Cet article explore le poids des origines lorsqu’un anthropologue colombien, enquête sur et dans un pays du « Nord ». En partant d’une recherche menée en banlieue parisienne, cet article met en perspective l’expérience photographique au regard de la « déportabilité » en suivant l’expérience migratoire d’un étudiant-chercheur colombien en France. L’article décrit les rapports d’altérité et les formes d’exotisme inversé qui se déploient au cours de l’enquête. Dans ce cadre, la performativité des pratiques photographiques est un moyen de questionner le décentrement anthropologique et les origines du chercheur au regard d’une photo-ethnographie critique. Cette démarche souligne la façon dont « l’engagement ethnographique » est mis à l’épreuve par des rapports de genre, de nationalité et de classe. Photographier peut ainsi être une façon de déconstruire les rapports d’altérité en proposant des visualités nouvelles sur la cité et les citadins.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

La cité, le titre et la peur : ce qu’un terrain au Nord fait à un chercheur du Sud global
Regarder au-delà de la galère : refaçonner l’identité par la photographie
Situer l’altérité au croisement de la nationalité, de la classe et du genre
Du « photographe colombien » au « photographe du noir et blanc »
Conclusion

Aperçu du début du texte

Cet article fait suite à une série d’expériences d’enquête qui ont eu lieu entre 2015 et 2018 à Sarcelles, une ville du nord de la banlieue parisienne. Il revient sur la constitution d’une communauté imagée, c’est-à-dire les pratiques, les individus et les discours qui contribuent à la définition visuelle d’une identité collective dans la cité au moyen d’une photo-ethnographie. Cette démarche consiste à réaliser, analyser et publiciser des photographies au cours d’une recherche ethnographique. Ma recherche explore ainsi l’écologie dans laquelle s’inscrivent les activités de fabrication et de publicisation d’images pour saisir le vécu de la communauté dans des interactions ordinaires et régulières.

C’est lors d’interactions ordinaires que je me retrouve empêtré dans des mécanismes d’assignation identitaire du fait de mes origines. Kamel Boukir, montre comment le « régime narratif de l’idiome des origines […] engage notre façon de décrire les actions et leurs protagonistes » (2016). C...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Camilo Leon-Quijano, « “C’est le photographe colombien” »Journal des anthropologues, 170-171 | 2022, 85-105.

Référence électronique

Camilo Leon-Quijano, « “C’est le photographe colombien” »Journal des anthropologues [En ligne], 170-171 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2026, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/jda/12310 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jda.12310

Haut de page

Auteur

Camilo Leon-Quijano

Centre Norbert Elias / La Fabrique des Écritures – CNRS
Courriel : cleonquijano@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search