Navigation – Plan du site

AccueilNuméros174-175Dossier. Leçons de portraitsLe visage, emblème et énigme de n...

Dossier. Leçons de portraits

Le visage, emblème et énigme de notre relation à l’autre

Entretien avec David Le Breton
The face, emblem and enigma of our relationship with the Other. Interview with David Le Breton
David Le Breton et Laura Apolonio
p. 125-140

Résumés

Nous proposons ici un entretien avec l’anthropologue David Le Breton sur son dernier ouvrage Des visages, une anthropologie (2022) pour approfondir l’ambivalence du visage, qui représente l’énigme de notre rapport à l’altérité, son côté sacré, le respect et la vénération d’autrui et, aux antipodes, sa profanation, le rejet de l’autre, la stigmatisation, le racisme. Dans cette rencontre avec le visage de l’autre se joue l’essentiel de notre humanité. C’est là que commence le dialogue avec l’Autre, notre responsabilité envers autrui, et que se construisent les significations sociales. Le visage est le lieu à la fois de l’individualisation extrême et de la socialisation. Il est identité et altérité. Avec David Le Breton nous analyserons l’histoire du visage dans les sociétés occidentales, les privilèges et les stigmates qui lui sont associés ainsi que les dangers des procédures de reconnaissance faciale.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2027.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Laura Apolonio – Le premier chapitre de votre livre sur les visages s’intitule « L’invention du visage » (Le Breton, 2022). Dans quel sens le visage est-il une invention ?

David Le Breton – Le visage et le corps ne sont pas des réalités « naturelles ». Il faut une représentation, une perception, et il faut isoler de ce que nous appelons le corps, une partie, pour la nommer « visage » et lui accorder également des significations, des valeurs, qui ne sont pas forcément universelles. Certaines sociétés ne retiennent pas dans leur répertoire de représentations le corps ou le visage. Pour que le visage apparaisse dans les sociétés humaines il faut l’émergence de l’individu, c’est-à-dire le souci de distinguer un homme ou une femme de leur communauté. Dans la Grèce antique les sculpteurs représentent uniquement des personnages publics importants. Il en est de même dans l’empire romain. Un statut d’autorité confère une position d’individualité, de distinction au regard des autres. Pendant t...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Le Breton et Laura Apolonio, « Le visage, emblème et énigme de notre relation à l’autre »Journal des anthropologues, 174-175 | 2023, 125-140.

Référence électronique

David Le Breton et Laura Apolonio, « Le visage, emblème et énigme de notre relation à l’autre »Journal des anthropologues [En ligne], 174-175 | 2023, mis en ligne le 01 janvier 2027, consulté le 02 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/jda/13618 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jda.13618

Haut de page

Auteurs

David Le Breton

Laura Apolonio

Université de Grenade
Courriel : lauraapo@ugr.es

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search