Navigation – Plan du site

AccueilNuméros174-175Recherches et débatsBasculements épistémologiques : l...

Recherches et débats

Basculements épistémologiques : la position de l’anthropologue en question

Epistemological shifts: The position of the anthropologist in question
Monique Selim
p. 143-159

Résumés

Cet article dresse à grands traits quelques-unes des fluctuations épistémologiques de l’anthropologie en France sur une courte période, qui s’étend en gros des années 1970 à maintenant. Il expose les basculements épistémologiques, minoritaires ou majoritaires, qui se donnent à voir autour de la position de l’anthropologue sur son terrain. Cette position effective ou idéale est d’autant plus l’épicentre épistémologique de l’anthropologie qu’il s’agit de la seule discipline où la connaissance résulte de façon principielle d’une enquête fondée sur l’immersion du/de la chercheur·e dans le tissu relationnel du groupe étudié. L’auteure replace les débats épistémologiques examinés dans leur contexte social et politique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2027.
Consulter cet article

Plan

Contrebandes anthropologiques et effets de positionnement
L’appartenance de l’anthropologue comme module épistémologique
La rupture incontournable des épistémologies féministes
Les ouvertures épistémologiques des sexualités
Engagements épistémologiques : positions et postures articulées
Vers une épistémologie critique et politique de l’anthropologie

Aperçu du début du texte

Chaque discipline scientifique élabore son épistémologie dans un moment historique et un contexte social et politique particulier qui met son empreinte dans la forme de pensée livrée, sans la déterminer de manière causale. Chaque discipline scientifique se présente aussi comme un champ complexe avec ses polarités hégémoniques et ses marges contestataires qui font vivre les dynamiques intellectuelles contradictoires de sa réflexion épistémologique. C’est sur l’anthropologie que je me concentrerai ici en ne saisissant à grands traits que quelques-unes de ses fluctuations épistémologiques en France sur une courte période qui s’étend en gros des années 1970 à maintenant. Le contexte est donc en premier lieu celui de l’après 1968, marqué par un vent de libération et de libéralisation général et, en second lieu, celui actuel d’une crise climatique et environnementale globale.

La position de l’anthropologue sur son terrain constitue l’épicentre épistémologique de l’anthropologie car il s’ag...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique Selim, « Basculements épistémologiques : la position de l’anthropologue en question »Journal des anthropologues, 174-175 | 2023, 143-159.

Référence électronique

Monique Selim, « Basculements épistémologiques : la position de l’anthropologue en question »Journal des anthropologues [En ligne], 174-175 | 2023, mis en ligne le 01 janvier 2027, consulté le 02 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/jda/13653 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jda.13653

Haut de page

Auteur

Monique Selim

CESSMA
Courriel : monique.selim@ird.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search