Navigation – Plan du site

AccueilNuméros114-115Dossier : L’empathie en anthropol...L’empathie en anthropologie

Dossier : L’empathie en anthropologie

L’empathie en anthropologie

Ghislaine Gallenga
p. 9-11

Texte intégral

  • 1 Deux séminaires de plusieurs journées en 1998 et 2000, coordonnés par Bruno Martinelli, lui ont été (...)

1Transitant de discipline en discipline, le concept d’empathie énonce un paradoxe en anthropologie. Si le concept est relativement ancien, il n’a jamais fait l’objet d’une appropriation directe bien qu‘il ait été abordé dans des ouvrages et des manifestations scientifiques1. En outre, l’empathie concernerait l’ethnologie en ce qu’elle vise à la compréhension du comportement de l’Autre. Or, l’usage de cette notion donne à penser qu’elle pourrait être davantage mobilisée au sein de la production scientifique en anthropologie. On tourne autour, on y fait allusion mais le plus souvent l’empathie ne se voit reléguée qu’au rang de simple mot‑valise. Peut-être, son assimilation hâtive connotée à une forte valence psychologisante – ressentir les émotions d’autrui – a‑t‑elle ralenti son appropriation véritable ?

  • 2 Ce colloque a été organisé à l’université de Provence par Ghislaine Gallenga et Bruno Martinelli so (...)

2En réponse à la richesse des nombreuses réactions et échanges suscités par ce thème après la parution de l’appel à contribution, un colloque sur l’empathie en anthropologie a ainsi vu le jour au sein de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme les 12 et 13 octobre 2007 à Aix‑en‑Provence2, qui a permis de préparer ce dossier.

3Aussi coordonner ce dossier sur l’empathie, concept nomade, revient en quelque sorte à fédérer un ensemble de contributions autour d’un concept non fédérateur. Convoquée dans des problématiques afférentes à l’anthropologie du proche, du sensible et du réflexif, l’empathie est mise à l’œuvre à travers des recherches qui traitent des émotions, de la violence, de la maladie, de la mort, de la promiscuité, du corps, etc.

4En raison de l’effet de halo qui entoure cette notion et de l’absence de savoirs référencés dans la discipline est née l’idée d’un dossier consacré à l’empathie qui constituerait ainsi un premier recueil analytique en anthropologie. En d’autres termes, il s’agit de dissiper un ensemble de malentendus qui gravitent autour de cette notion.

5En dépit de contours notionnels peu définis dans le champ de l’anthropologie et du caractère polysémique de l’empathie, l’ambition de ce volume n’est pas d’aboutir à une définition normative. L’objectif consiste à appréhender la façon dont les anthropologues la questionnent à l’aune de leurs recherches, la saisissent, s’y réfèrent ou s’en abstiennent et pour quels motifs. C’est pourquoi cette introduction ne retracera pas la genèse du concept d’empathie ni son définitoire, afin de profiter des productions des divers auteurs qui s’y essaient tour à tour.

6Les contributions présentées au sein de ce numéro du Journal des anthropologues interrogent la construction des savoirs, la distance à l’objet d’étude, le renversement de perspective et la gradation de l’empathie et des affects. Les cinq premiers auteurs questionnent les difficultés afférentes à l’intégration et à l’implication du chercheur sur son terrain dans des visées distinctes mais complémentaires. Les unes se focalisent sur les pratiques et expériences partagées et les questionnements liés à la pratique personnelle de l’activité observée autour de la danse (Boukobza), du trapèze (Sizorn) et de la chorégraphie (Bottineau) ; les autres (Fancello, Nicolas) interrogent l’expression d’affinités ou non à l’endroit du milieu étudié et l’analyse de ses répercussions sur l’immersion méthodologique du chercheur. S’ensuivent deux contributions qui proposent un jeu de miroirs concernant les problèmes épistémologiques complexes liés à la compréhension des émotions et à l’empathie lors de l’immersion chez le personnel des pompes funèbres (Bernard) et chez les accompagnants de fin de vie bénévoles (Papadaniel). Trois derniers auteurs poursuivent cette déconstruction de l’empathie autour de la décentration et du renversement de perspective. L’empathie considérée du point de vue des acteurs ou « empathie inversée » (Gallenga), de sa perception lors de terrains au sein de la société japonaise (Lagane) et autour de sa mise à distance épistémologique (Fabbiano). En marge de ce dossier, Jeanne Favret-Saada, revient sur la notion à la lumière de son parcours scientifique à travers une interview-portrait recueillie par Cyril Isnart.

Haut de page

Notes

1 Deux séminaires de plusieurs journées en 1998 et 2000, coordonnés par Bruno Martinelli, lui ont été consacrés à l’IDEMEC.

2 Ce colloque a été organisé à l’université de Provence par Ghislaine Gallenga et Bruno Martinelli sous l’égide de l’AFA, de l’IDEMEC et du CEMAf (Centre d’études des mondes africains).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ghislaine Gallenga, « L’empathie en anthropologie », Journal des anthropologues, 114-115 | 2008, 9-11.

Référence électronique

Ghislaine Gallenga, « L’empathie en anthropologie », Journal des anthropologues [En ligne], 114-115 | 2008, mis en ligne le 01 décembre 2009, consulté le 27 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/jda/300 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jda.300

Haut de page

Auteur

Ghislaine Gallenga

Université de Provence, IDEMEC (Institut d’ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative). MMSH – 5 rue du Château de l’Horloge. B.P. 647. 13094 Aix-en-Provence.gallenga@mmsh.univ-aix.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Journal des anthropologues

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search