Navigation – Plan du site

AccueilNuméros114-115Activités de l'AFAForum des associations en anthrop...

Activités de l'AFA

Forum des associations en anthropologie. 19 septembre 2008, Aix-en-Provence (MMSH)

p. 341-343

Texte intégral

1Organisé par :
AMADES (Anthropologie médicale appliquée au développement et à la santé)
APRAS (Association pour la recherche en anthropologie sociale
AFA (Association française des anthropologues)
dans le cadre du travail du CLETAF

2Les Assises de l’ethnologie et de l’anthropologie en France qui ont eu lieu en décembre 2007 à Paris, à l’initiative de l’AFA et de l’APRAS, ont consacré une demi‑journée à la structuration associative de la discipline. Cette dernière session a été l’occasion de « découvrir » l’existence d’un grand nombre d’associations. De taille variée, poursuivant des objectifs divers, ces associations jouent un rôle fondamental dans plusieurs domaines. Or elles s’ignorent encore les unes les autres. Parallèlement, le CLETAF (Comité de liaison et de travail de l’anthropologie en France), structure transitoire mise en place à la suite des Assises, travaille depuis le mois de janvier à la création d’une organisation représentant l’anthropologie en France qui rassemblerait à la fois des membres individuels et fédérerait des associations.

Compte rendu

3Compte rendu réalisé par Maud Saint-Lary, APAD
avec la participation d’Aline Sarradon, AMADES

4À l’initiative d’AMADES, de l’APRAS et de l’AFA, s’est tenu le premier forum des associations en anthropologie le vendredi 19 septembre 2008 à Aix-en-Provence. Une vingtaine d’associations y étaient représentées sur la trentaine d’associations recensées. Cette rencontre a été un moment de débat entre les différents représen­tants associatifs pour réfléchir à l’avenir de l’anthropologie et surtout à la professionnalisation des anthropologues. Cette journée a permis que les associations d’anthropologues sachent qu’elles ne sont pas seules…

5Après la présentation des organisateurs et un tour de table des représentants des associations, nous avons débattu sur trois principaux sujets :

1. La constitution d’une association pour l’anthropologie en France

6Les organisateurs y avaient largement réfléchi dans le cadre du CLETAF né à l’occasion des Assises de l’ethnologie et de l’anthropologie en France qui se sont tenues en décembre 2007. Les Assises de l’ethnologie et de l’anthropologie avaient été l’occasion de découvrir l’existence d’un grand nombre d’associations de taille variée et poursuivant des objectifs divers. Ces associations jouent un rôle fondamental dans plusieurs domaines, mais s’ignorent souvent les unes les autres. Partant du constat du morcellement et des divisions du milieu de l’anthropologie, l’idée est donc de fonder une association qui unirait les anthropologues en fédérant toutes les associations en anthropologie et les individus (anthropologues ou ayant une affinité avec l’anthropologie). Cette association a une triple vocation : d’abord de permettre une visibilité des activités et métiers liés à l’anthropologie, ensuite de constituer une force à même de défendre les intérêts de la discipline en France, et enfin de favoriser une activité scientifique à l’échelle nationale, par notamment un congrès annuel des anthropologues. S’il y a là un projet a priori très franco-français, cette future association est largement ouverte.
La première AG fondatrice de cette association se tiendra le 17 janvier 2009 à Paris.

2. La professionnalisation des anthropologues

7La crise actuelle qui secoue les sciences humaines et sociales nous oblige à penser des alternatives pour notre avenir, autres que les trajectoires académiques (CNRS, IRD, Universités). La présence des différentes associations prouve que les anthropologues ont forgé des compétences leur permettant de se reconvertir dans de nombreux domaines : la sensibilisation à l’interculturel auprès d’enseignants du primaire et d’enfants, la formation auprès de professionnels de la santé et du social, l’expertise, la conception et la réalisation de projets de développement locaux en France et ailleurs, l’audiovisuel, le musée…

8La future association se donne pour tâche de recenser et de donner une visibilité à toutes ces potentialités. Dans ce sens, des travaux ont déjà été faits pour redéfinir le métier d’anthropologue au sein de l’ANPE (l’Agence nationale pour l’emploi). Un groupe de travail constitué d’anthropologues a déjà commencé à définir un certain nombre de compétences de l’anthropologue. L’enjeu est bien plus important qu’il n’y paraît puisque les répercussions seront visibles en termes d’emplois proposés. Ce point a largement fait débat puis­que certains estiment qu’il y a un risque de détournement de ces compétences et d’obligation pour les anthropologues au chômage à faire des travaux qui n’ont rien à voir avec notre discipline (par exemple du télémarketing). D’autres considèrent que le métier d’anthropologue doit être connu des entreprises et collectivités susceptibles d’avoir besoin de nous. Et qui mieux que des anthro­pologues peut définir les compétences des anthropologues ? Ce sont là les raisons d’existence du groupe de travail.

3. L’avenir de la discipline dans les sphères académiques

9Compte tenu des réaménagements (et destructions) qui s’opèrent actuellement, la future association pourrait constituer une force pour défendre la discipline à l’heure de ces profondes réformes. Ce point n’est pas encore clairement défini, d’autant plus que les cho­ses sont en marche et que l’association, quant à elle, n’est pas en­core née. Nous savons que les questions de la professionnalisation des anthropologues et la vitalité de la discipline dans les sphères académiques sont beaucoup plus liées qu’il n’y paraît : si au­jourd’hui nos filières sont désertées, c’est bien à cause du peu de débouchés. Aussi, une meilleure visibilité sur les compétences et les débouchés de l’anthropologie permettrait de redynamiser nos filières et de leur donner un nouveau souffle dans les sphères académiques.

Associations inscrites au forum

10AFA – Association française des anthropologues
Créée en mai 1979
Site web : http://www.afa.msh-paris.fr
Contact : afa@msh-paris.fr / afa@mmsh.univ-aix.fr
Responsable : Laurent Bazin

11Activités et objectifs :
L’Association française des anthropologues (AFA) a été fondée en mai 1979 à la suite du colloque « Situation actuelle et avenir de l’anthropologie » (avril 1977), organisé par S. Dreyfus‑Gamelon et G. Condominas, à un moment où la communauté des anthropologues exprimait un souci de professionnalisation et de représentativité vis‑à‑vis de l’extérieur.

12L’Association se donne pour objet de « promouvoir le développement de l’anthropologie et des relations entre les anthropologues, informer le public sur l’anthropologie, représenter l’ethnologie française dans les instances internationales, éclairer les anthropologues sur leurs responsabilités ».

13Elle tente désormais d’adapter son action au contexte créé par l’arrivée de nombreux jeunes chercheurs sans statut sur le marché de l’emploi et aux tensions qui travaillent le champ disciplinaire.

14L’Association comprend deux types de membres :

  • Les personnes physiques, qui sont des membres individuels actifs ; celles‑ci disposent du droit de vote et sont éligibles en tant que membres du bureau.

  • Les personnes morales, qui sont des institutions agréées, tels que universités, grands établissements, laboratoires de recherche, ONG, etc.

15L’AFA publie une revue scientifique, le Journal des anthropologues qui a succédé, à partir de 1990 au Bulletin de l’AFA. Cette publication s’est véritablement ancrée dans le paysage anthropologique en occupant une place originale ; elle s’efforce de constituer une vitrine de la discipline. La revue propose des dossiers d’une quinzaine d’articles de haut niveau scientifique, et accorde une place prépondérante à des thématiques et problématiques relevant de champs nouveaux de la recherche anthropologique, soit par leurs objets, soit par leurs terrains et méthodes, soit encore par la réflexion sur la pratique de l’enquête et ses implications.

16Chaque numéro est élaboré dans une perspective comparatiste, associant des recherches menées dans des aires culturelles variées. Une réflexion sur la pratique de la discipline et son évolution ainsi que sur l’interdisciplinarité y est menée. Une attention soutenue est portée aux aspects épistémologiques.

17Cette ligne éditoriale maintenue depuis plusieurs années a fait du Journal des anthropologues une revue prisée de la communauté scientifique et de chercheurs ou responsables d’institutions. Le nombre de bibliothèques et d’unités de recherches abonnées va croissant ainsi que celui des adhérents à l’étranger.

18Pour sa réalisation, l’Association dispose d’un comité de rédaction qui est assisté d’un comité scientifique.
Chaque numéro comprend plusieurs chapitres : Dossier thématique qui donne son titre au numéro ; « Recherches et débats » qui accueille des articles hors‑thème ou développant des réflexions sur des objets de débat ; « Chroniques » qui présente des points de vue anthropologiques sur l’actualité, mais également des points d’actualité de la profession d’anthropologue ; une rubrique consacrée à l’« Anthropologie visuelle » et enfin « Activités de l’AFA ».

19L’AFA organise périodiquement des manifestations scientifiques de différentes natures : un séminaire mensuel depuis 2001, des journées d’études ou encore des colloques. Dans ces diverses manifestations, l’accent est mis sur des thématiques engageant des discussions et des échanges sur des aspects particuliers de l’exercice de l’anthropologie, que ce soit dans une optique de confrontation avec d’autres disciplines, dans une perspective de réflexivité sur la pratique du terrain ou encore sur des considérations sur les responsabilités sociales et politiques des connaissances anthropologiques.

20L’AFA participe au Conseil mondial des associations d’anthropologie (WCAA), dont elle est un membre fondateur depuis 2004. Elle est également membre de l’Union internationale des sciences anthropologiques et ethnologiques (IUAES).

21AMADES – Anthropologie médicale appliquée au développement et à la santé
Créée en 1988
Site web : www.amades.net
Contact : info@amades.net
Président : Aline Sarradon - aline.sarradon@wanadoo.fr
Secrétaire : Sandrine Musso - sandrinemusso@gmail.com
Trésorier : Claire Beaudevin - claire@beaudevin.net

22Activités et objectifs :

  • Associer les sciences sociales et la santé publique dans une approche interdisciplinaire des problèmes sanitaires.

  • Intégrer recherche et développement aux différents niveaux des programmes de santé.

  • Promouvoir l’anthropologie médicale appliquée, avec : l’organisation d’un réseau composé de professionnels de la santé publique et chercheurs en sciences sociales engagés dans ce domaine, rassemblés à l’occasion de rencontres périodiques ; la sensibilisation et l’information des professions concernées par cette approche ; l’organisation de formations en anthropologie médicale ; l’élaboration de projets associant recherche en anthropologie médicale appliquée et développement sanitaire.

23Activités principales :

  • Bulletin trimestriel : ce bulletin rassemble des informations sur les sciences sociales et la santé : présentation de travaux en anthropologie de la santé, annonces de formations et de colloques, compte rendus de colloques, revues et analyses bibliographiques, y compris un article de réflexion sur un sujet d’actualité.

  • Site Web : propose des informations pratiques (appels d’offres, adresses utiles, etc.) comprenant des ressources bibliographiques.

  • Colloques scientifiques dont les communications font par la suite l’objet d’une publication.

  • Apéros amades : espaces d’échanges interdisciplinaires où, à partir de la présentation de travaux récents ou en cours, peut être conduite une réflexion sur les modalités d’intervention et où peuvent être pensées les collaborations entre sciences sociales et sciences de la vie.

  • Réseau (international) : publication d’un annuaire des adhérents. Envoi d’informations et réseau de communication. Présence de correspondants dans divers pays assurant le relais de l’information.

  • Prix de thèse : annuel (depuis 2004).

  • Réseau de chercheurs (statutaires et non statutaires), d’étudiants et de professionnels de santé intéressés par l’articulation entre les travaux de l’anthropologie et les actions ou problématiques médicales.

24AMME – Association pour la maison de la mémoire de l’émigration
Créée en 1999
Site web : www.emigr.net
Contact : emigr@wanadoo.fr

25Activités et objectifs :
Collecter toutes les informations possibles (bases de données, correspon­dances, photos, archives d’agents d’émigration, témoignages oraux) ayant trait à l’émigration pyrénéenne aux Amériques (XIXe – début XXe siècle) afin de voir se créer une ou des maisons de mémoire concernant le phéno­mène social majeur de la partie des Pyrénées occidentales, resté méconnu et sous‑exploité faute de sources jusque‑là disponibles.

26Ces « maisons » auraient de multiples objectifs : faire exister et valoriser le phénomène par des rencontres et retrouvailles familiales ou communales, échanges et accueils divers de descendants d’émigrés en recherche de racines ; par de la création artistique (spectacles à base de lettres d’émigrés) ou expositions ; par la création d’un centre de ressources pour chercheurs et tout public ; par des actions pédagogiques basées sur la problématique émigrés/immigrés.

27APAD – Association euro-africaine pour l’anthropologie du changement social et du développement
Créée en 1991
Site web : www.association-apad.org
Contact : apad@ascleiden.nl

28Activités et objectifs :
L’APAD a pour objectif d’étudier, dans une perspective socio‑anthropologique, les processus de transformation à l’œuvre dans le champ du développement et dans les espaces publics en Afrique. L’APAD est un réseau international visant à promouvoir un dialogue entre chercheurs, africains et européens, et praticiens du développement.

29APRAS – Association pour la recherche en anthropologie sociale
Créée en 1989
Site web : http://web.mae.u-paris10.fr/​apras/​

30Activités et objectifs :
L’association se consacre à la réalisation de Journées d’études, professionnelles et scientifiques, et au parrainage de colloques organisés par ses membres. Chaque année, elle organise la Conférence Robert Hertz qui est ouverte à tous, étudiants et professionnels des sciences sociales et humaines. Depuis sa création, l’APRAS suit les développements institutionnels de l’anthropologie à travers les réformes successives des instances françaises qui veillent au recrutement et à l’évaluation des chercheurs (CNRS, CNU, IRD...). Le principal objectif de l’association est de mener une réflexion sur la pratique anthropologique, ses objets, ses méthodes, les nouvelles conditions d’exercice de la profession et de son devenir. L’APRAS est ouverte à tous les anthropologues, statutaires ou non, résidant en France ou à l’étranger.

31ARA – Association Rhône-Alpes d’anthropologie
Créée en décembre 1982
Site web : http://www.ara-anthropologie.fr
Contact : Youssef El Mamdouhi - contact@ara-anthropologie.fr

32Activités et objectifs :
L’ARA (Association Rhône-Alpes d’anthropologie) a été fondée à l’initiative de plusieurs anthropologues engagés dans une pratique appliquée de la discipline. Depuis lors, elle s’attache en particulier à favoriser les liens entre les différents acteurs de l’anthropologie en Rhône‑Alpes et à la diffusion à un public spécialisé ou non, de l’actualité de l’anthropologie régionale.

33L’ARA compte de 40 à 60 membres selon les années et regroupe des professionnels de l’anthropologie (universitaires ou non), des doctorants et jeunes docteurs en anthropologie et sociologie, ainsi que des institutions. Son CA est composé de 10 à 15 personnes.

34L’ARA bénéficie du soutien régulier de la DRAC R‑A, de la région Rhône‑Alpes, et mène plusieurs actions en partenariat avec des institutions locales. Dans un futur proche, l’association souhaite renforcer les liens qu’elle entretient avec les représentants de l’anthropologie dans d’autres départements que le Rhône (notamment les départements limitrophes) et développer la rémunération d’une partie de ses membres. Elle s’oriente vers de nouvelles formes de financements, ponctuels et sur missions.

35L’action de l’ARA se décline en plusieurs axes :

  • Édition d’une revue d’opinion anthropologique, La Lettre de l’ARA (58 numéros à ce jour, paraissant une fois l’an, distribuée aux membres et disponible à la vente) visant à faire s’exprimer des chercheurs et spécialistes des sciences sociales sur des questions de société, dans un esprit de diffusion et d’implication. Cette revue touche aussi bien à l’actualité de la recherche qu’aux actions culturelles ou sociales mobilisant ou intéressant des anthropologues. Passées deux années d’existence, les Lettres sont disponibles en ligne sur le site de l’ARA. Un travail de refonte est actuellement en cours, visant à pérenniser le format revue, en collabo­ration avec plusieurs institutions régionales réunies au sein d’un comité scientifique. Il s’agit de valoriser la contribution d’un tissu humain à l’échelle régionale dans la définition d’un champ professionnel.

  • Organisation de rencontres biannuelles, les Rencontres de l’ARA, en partenariat avec des institutions ou organismes partenaires (musées, parcs, université...), autour de thèmes touchant à la professionnalisation et aux enjeux sociaux des pratiques anthropologiques.

  • Organisation d’espaces d’échanges entre des anthropologues et différents acteurs sociaux dans un but de formation (ethnologie à l’école – introduction au « regard ethnologique » auprès de classes de primaire ou de collège, en lien avec des activités plastiques ; opérations de médiation culturelle auprès d’institutions muséographiques), d’information (AraPalabres – cycle thématique de conférence/débat confrontant des ethnologues à d’autres experts, à la bibliothèque municipale de Lyon ; participation annuelle à la fête de la science) ou de débat (Café ethno – espace de débats avec la participation d’ethnologues et acteurs de sociétés civiles autour de questions d’actualité).

36ARCE – Atelier de rencontres et de recherches comparatives en ethnologie
Association de loi 1901
Créée le 19 juillet 1993
Site web : www.ethnobistro.fr
Contact : contact@ethnobistro.fr

37Activités et objectifs :
Des ethnologues d’origines diverses (DRAC, Universités, CNRS, INSERM, ODAC) se sont associés au sein de l’ARCE, Atelier de rencontres et de recherches comparatives en ethnologie et ont créé la formule du Bistrot des ethnologues, qui fonctionne depuis 1993.

38Les objectifs fixés au départ ont su rencontrer l’intérêt du public :

  • Transmettre les résultats d’une recherche dans un langage simple et faire ainsi connaître à un large public la démarche et les méthodes d’une discipline spécifique : l’ethnologie.

  • Débattre de faits sociaux contemporains à partir d’une analyse des pratiques, dans des sociétés « exotiques » comme dans notre propre société.

39Ainsi, un mardi par mois, dans le cadre convivial d’un café‑concert, le Baloard, le Bistrot invite un chercheur à parler de ses travaux, dans un langage adapté à un public de non-spécialistes ; puis le débat s’engage avec la salle, à partir des questions posées sous forme orale ou écrite.

40La deuxième activité de l’ARCE est une activité de recherches : en réponse à des appels d’offres divers, des membres de l’ARCE ont conduit des recherches ethnologiques dans leur champ thématique de compétences : patrimoine, médecine, mémoire des quartiers, etc.

41ARCRA – Association pour la recherche sur les catastrophes et les risques en anthropologie
Créée en 2007
Site web : http://arcra.fr/​
Contact : Cécile Quesada : cequesada@free.fr
Violaine Girard : viogirard@yahoo.fr
Julien Langumier : langumier@yahoo.fr
Sandrine Revet : sandrine.revet@free.fr

42Activités et objectifs :
L’ARCRA est une structure associative dont le but est d’ouvrir un espace d’échange et de dialogue scientifique sur les regards que l’anthropologie porte aujourd’hui sur le risque et la catastrophe. Aux côtés de l’histoire des catastrophes, du paradigme de la société du risque ou encore de la sociologie des désastres nord‑américaine, il s’agit de montrer l’apport spécifique de l’ethnologie sur ces questions.

43Par ailleurs, l’appréhension de ces objets peu conventionnels dans la discipline ouvre la possibilité d’une réflexion passionnante sur les problématiques et les méthodes de l’anthropologie contemporaine. Pour répondre à cette ambition, l’association entend susciter et soutenir des rencontres scientifiques tout en assurant une capitalisation des recherches et des réflexions par la publication de textes et d’ouvrages, et par leur mise en circulation grâce à ce site. Il s’agit aussi de promouvoir des formes collectives d’organisation du travail de recherche qui démultiplient les possibilités de nouer un dialogue pluridisciplinaire et international.

44ASSOCIATION « FAÇONS DE VOIR »
Créée en janvier 2007
Site web : à venir
Contact : faconsdevoir@gmail.com

45Activités et objectifs :
Organisation d’ateliers d’initiation et de perfectionnement à l’enquête ethnologique, études et enquêtes, création de rencontres et d’événements autour de l’ethnologie, l’anthropologie et la sociologie.

46Objectifs : mettre en valeur l’intérêt et l’utilité de ces disciplines pour la société et les individus, impulser des rencontres entre mondes scientifiques, société civile et populations.

47ASSOCIATION HORIZOME
Créée le 28 octobre 2006
Site web : http://horizome.unblog.fr
Contact : horizome@gmail.com

48Activités et objectifs :
Promouvoir les rencontres entre artistes et ethnologues. Produire des interventions dans des collections privées ou publiques.

49ASSOCIATION JEUNES ÉTUDES INDIENNES
Créée en 1998
Site web : www.ajei.org

50Activités et objectifs :
Mettre en relation les jeunes chercheurs en sciences sociales (depuis les étudiants de maîtrise jusqu’aux post-doctorants) travaillant trop souvent de manière isolée, dans différentes régions de l’Inde. deux activités principales :

  • Un séminaire annuel en France réunissant chercheurs et jeunes chercheurs autour d’une thématique donnée.

  • Des Ateliers (sur 5 jours en moyenne) en Inde réunissant chercheurs et jeunes chercheurs autour d’une thématique donnée.

51ASSOCIATION L’AUTRE
Créée en 1990
Site web : www.myspace.com/lautreassoc
Contact : lautreasso@gmail.com

52Activités et objectifs :
L’AUTRE, association régie par la loi 1901, a été fondée en 1990 par Dragoss Ouedraougo pour permettre aux étudiants du Département d’anthropologie de l’Université Bordeaux 2 de se rencontrer, de se soutenir dans leurs études et d’élaborer des projets communs. Elle rassemble chaque année une grande majorité d’étudiants de la discipline ainsi que des sympathisants de plus en plus nombreux. Son siège est situé 3 ter, place de la Victoire à Bordeaux. Les principaux atouts de cette association sont le bénévolat et la volonté de ses membres de se mobiliser et de réaliser des projets communs :

  • Ouvrir l’anthropologie : l’anthropologie est une discipline des sciences humaines et sociales qui a pour vocation de penser l’homme dans son unité et dans sa diversité. L’association se veut donc être un relais entre la production d’un savoir scientifique sur l’homme et sa mise en pratique au sein de projets étudiants.

  • Représenter les intérêts des étudiants en anthropologie : l’AUTRE effectue un relais d’information auprès des étudiants, et vise à encourager l’échange et le soutien des étudiants dans la réalisation des travaux universitaires : transmission de cours ; fonds documentaire en libre accès (prêt de cassettes vidéo, de documents écrits, d’ouvrages…) ; organisation de conférences au sein de l’université ; échange entre professeurs et étudiants ; organisation de débats entre étudiants autour de leurs sujets de mémoires et de thématiques anthropologiques ; projections de films documentaires suivis de débats.

  • Organiser avec les étudiants en anthropologie et des étudiants d’horizons différents les Journées du film ethnographique.

53Les JFE sont un temps fort de notre volonté d’ouverture vers les autres et de notre transmission de connaissances et de savoirs. L’utilisation du média audiovisuel permet de rendre plus accessible l’anthropologie aux étudiants, mais aussi à un public extérieur.

  • Organiser des soirées étudiantes : ces soirées ont pour but de favoriser les rencontres entre étudiants mais aussi la découverte et la promotion de musiciens et d’artistes locaux. Elles se tiennent dans nos locaux et dans diverses autres salles bordelaises avec lesquelles l’association est en partenariat.

  • Créer des partenariats : dans le cadre de ses activités, l’association l’AUTRE est amenée à travailler en collaboration avec les collectivités territoriales, d’autres associations de type étudiant ou semi‑professionnel, des artistes d’ici et d’ailleurs, et des professionnels. Le partenariat permet ainsi la création de passerelles entre différentes structures et encourage leur collaboration à différents niveaux (moral, logistique, financier, artistique…).

  • Organiser une passerelle entre les associations étudiantes : la création d’une dynamique interassociative entre les associations de sciences humaines présentes à Bordeaux a pour objectif la rencontre des savoirs et leur mise en relation. Cette dynamique encourage le développement des liens entre les disciplines, et de projets fédérateurs (aménagement d’un local commun, organisation de soirées au profit d’organismes caritatifs ou humanitaires…).

54CDFEA – Comité pour la diffusion du film ethnographique en Afrique
Créée en décembre 2006
Site web : http://cinema.anthropologie.free.fr
Contact : Sophie Accolas - sophieaccolas@yahoo.fr noir_sur_blanc@hotmail.com

55Activités et objectifs :

  • Diffusions et projections de films ethnographiques.

  • Base de données sur les formations, les sites spécialisés, les bibliogra­phies et filmographies concernant l’anthropologie audiovisuelle.

  • Permettre une meilleure visibilité à l’anthropologie audiovisuelle par la création du site internet de l’association.

56CETMA-AM – Centre d’ethno‑technologie en milieux aquatiques – Anthropologie maritime
Créée en 1973
Site web : en reconstruction
Contact : cetma@mnhn.fr - alietteg@mnhn.fr

57Activités et objectifs :
Centre de documentation en anthropologie maritime (rattachée à la base de données de la bibliothèque centrale du MNHN).

58Publications :

  • Cahiers d’anthropologie maritime : 6 numéros.

  • Collection Ketos : trois ouvrages.

59Organisation de colloques, séminaires.
Collaboration avec plusieurs organismes, musées « maritimes ».

60CIRIEF – Centre international de recherches interdisciplinaires en ethnomusicologie de la France
Créée le 17 mars 2007
Site web : en cours
Contact : Luc Charles-Dominique - l.charles-dominique@wanadoo.fr

61Activités et objectifs :
Le CIRIEF s’est donné pour but de promouvoir l’ethnomusicologie de la France au plan national et international, par le biais de la recherche, de la formation et de la valorisation des travaux scientifiques. À cet effet, les principaux moyens d’action mis en œuvre seront :

  • Fédérer les chercheurs et susciter des recherches en ethnomusicologie de la France.

  • Développer l’enseignement et la formation en général (universités, associations, institutions, etc.).

  • Initier l’édition d’archives et de travaux scientifiques portant sur l’ethnomusicologie de la France.

  • Organiser des conférences, séminaires, journées d’étude, colloques…

62Le projet général d’action du CIRIEF est le suivant :

  • Création d’un site internet.

  • Création d’une collection bibliographique chez L’Harmattan (Ethnomusicologie et anthropologie musicale de l’espace français).

  • Organisation d’une Journée d’études.

  • Lancement d’un inventaire des sources de l’ethnomusicologie de la France.

  • Incitation à la recherche par l’octroi d’une bourse d’études doctorales.

63Le CIRIEF s’est donné pour but de promouvoir l’ethnomusicologie de la France au plan national et international, par le biais de la recherche, de la formation et de la valorisation des travaux scientifiques.
À cet effet, les principaux moyens d’action mis en œuvre seront :

  • Fédérer les chercheurs et susciter des recherches en ethnomusicologie de la France.

  • Développer l’enseignement et la formation en général (universités, associations, institutions, etc.).

  • Initier l’édition d’archives et de travaux scientifiques portant sur l’ethnomusicologie de la France.

  • Organiser des conférences, séminaires, journées d’étude, colloques…

64CLAIR DE TERRE
Créée en 1986
Contact : Pierre Laurence : plaurence@cg34.fr
Julie Azoulay : lapluiesurmespieds@yahoo.fr

65Activités et objectifs :
L’association a pour but de développer un espace de recherche, d’action et de création autour des relations entre l’homme et son territoire de vie. Elle se donne comme terrain premier d’action le Sud de la France et ses espaces d’échanges, sans exclusive d’autres ouvertures.

66CRéCET – Centre régional de culture ethnologique et technique
Créée en 1984
Site web : www.crecet.org - www.musees-basse-normandie.fr
Contact : Pierre Schmit - Pierre.schmit@crecet.org
Karine Le Petit - karine.lepetit@crecet.org

67Activités et objectifs :
Le CRéCET poursuit deux objectifs complémentaires :

  • Pôle ethnologique régional, il mène des actions de recherche et de valorisation du patrimoine ethnologique régional.

  • Animateur et gestionnaire du Réseau des musées de société en Basse‑Normandie, il agit pour la conservation et la mise en valeur du patrimoine muséographique régional.

68Le CRéCET s’intéresse à l’ensemble du patrimoine ethnologique bas‑normand et a notamment acquis des compétences spécifiques dans les domaines de l’anthropologie maritime, urbaine et industrielle.

69Les modes de valorisation et de diffusion de ses travaux sont multiples :

  • publications (le CRéCET est également éditeur régional de la collection Les carnets d’ici).

  • Festival de cinéma (La semaine du cinéma ethnographique).

  • Exploitation multimédia des fonds sonores collectés (portail internet du Crécet).

  • Collaborations diverses : colloques, expositions, manifestations culturelles diverses.

70Le CRéCET a par ailleurs participé à la définition de nombreux projets muséographiques ou de valorisation du patrimoine de Basse‑Normandie.

71Il est également en charge de la mise en œuvre d’un programme d’inventaire et d’informatisation des collections des soixante musées membres du Réseau, ainsi que du développement d’une base de données collective.

72ETHNOART
Créée en 2002
Site web : www.ethnoart.org - www.grainesdethno.com
Contact : Martine Mounier Chouali - martine@ethnoart.org
Marie Pierre Julien - mariepierrejulien@yahoo.fr
Mourad Hakmi - mouradhakmi@yahoo.fr

73Activités et objectifs :
Objectifs : effectuer de la recherche-action ethnologique : œuvrer pour diffuser le savoir ethnologique par le biais d’ateliers, d’événements culturels, d’actions en entreprise, de contribuer à développer la connaissance de l’autre, l’interrogation sur tous les faits de culture et de société, l’action pour un monde égalitaire et solidaire entre hommes et femmes de toutes origines culturelles.

74Activités principales : ateliers d’ethnologie auprès de différents publics de jeunes en Île‑de‑France (dans le cadre scolaire – primaire, collège, lycée ou associatif – festival de musique ; jeunes adultes détenus ; jeunes travailleurs) : conception d’outils pédagogiques, animations des ateliers (thématiques, enquêtes de terrain...) – rencontres culturelles « Musiques et danses du monde », associant ethnologues et artistes, en Seine‑Saint‑Denis – actions menées par des ethnologues en entreprise (Ratp en Seine‑Saint‑Denis).

75ETHNOLOGUES EN HERBE
Créée en 2000
Site web : www.ethnokids.net
Contact : Chantal Deltenre de Bruycker - chantal@ethnokids.net

76Activités et objectifs :
L’association Ethnologues en herbe anime des ateliers et développe des sites internet pour sensibiliser les jeunes (7-16 ans) à la diversité culturelle contemporaine, leur faire prendre conscience que la diversité n’est pas une juxtaposition de différences mais les multiples façons dont les cultures interagissent dans le temps et dans l’espace.

77La méthodologie se fonde sur l’ethnographie de la vie quotidienne, à savoir l’observation et la description réalisées par les jeunes participants de leurs lieux familiers, de leurs pratiques quotidiennes, etc. Les ateliers (milieux scolaires, musées, centres d’animation, etc.) sont menés par des ethnologues, écrivains et photographes.

78Le premier site de l’association, www.ethnokids.net, rassemble des enquêtes ethnographiques menées par des centaines de classes de l’espace francophone et au‑delà, sur les espaces de vie : le quartier, l’établissement scolaire, les lieux de loisirs, etc. Des classes d’une trentaine de pays ont participé à ce site. Un autre site est actuellement en construction avec des musées ethnographiques de plusieurs pays francophones offrant une ressource pédagogique qui permet à des jeunes de devenir les ethnographes de leurs objets quotidiens et d’en réaliser une fiche descriptive de leur cru, qui s’apparente à celles des collections virtuelles en ligne.

79Dans les ateliers (essentiellement en France) et leurs participations aux sites, les jeunes sont créateurs de contenus (textes, dessins, photos, collages, etc.).

80La démarche de l’association s’inscrit dans une dynamique de découverte interculturelle, d’écoute et de dialogue, permettant de déjouer stéréotypes et préjugés.

81Contexte/origines de l’initiative :
L’association « Ethnologues en herbe » est une association loi 1901, fondée à Paris en 2000 par un groupe d’ethnologues et de spécialistes du multimédia.

82Ses objectifs sont les suivants :

  • Développer une pédagogie de la diversité culturelle grâce aux méthodes d’observation et d’analyse de l’ethnologie contemporaine.

  • Prévenir les conduites d’exclusion et d’intolérance et déjouer les stéréotypes et préjugés afin de préserver ou restaurer le lien social dans les établissements scolaires, les milieux professionnels, etc.

  • Développer des outils pédagogiques utilisant les nouvelles technologies de l’information et de la communication en vue d’aborder et comprendre la diversité culturelle.

83Porteurs du projet :

84Chantal Deltenre De Bruycker, fondatrice, ethnologue et écrivain, spécialiste des questions de diversité culturelle auprès de diverses organisations internationales (UNESCO, Organisation internationale de la francophonie, etc.)
Frédéric de Goldschmidt, président, spécialiste du multimédia et ethnologue.

85Destinataires :

  • Jeunes de 8 à 16 ans (établissements scolaires, y compris écoles professionnelles et classes d’accueil de nouveaux arrivants, centres d’animation, musées, etc.).

  • Enseignants, personnels des centres d’animation ou de toutes institutions culturelles (formations aux outils pédagogiques de l’association et aux thèmes de la diversité culturelle et du dialogue interculturel).

86Territoires concernés : Paris, Île‑de‑France, France, pays de la francopho­nie (et notamment ASBL Ethnokids à Bruxelles).

87FER EURETHNO – Réseau européen de coopération scientifique et technique en ethnologie et historiographie européennes
Créée en 1988 sous l’égide du Conseil de l’Europe
Site web : en construction
Contact : K. Verebelyi - kincs@ludens.elte.hu
L. S. Fournier - laurent.fournier@univ-nantes.fr
J. Bonnet-Carbonnel - jocelyne.bonnet@univ-montp3.fr

88Activités et objectifs :
Le réseau Eurethno a été créé en 1988. Membre de la Fédération euro­péenne des réseaux européens de coopération scientifique et technique du Conseil de l’Europe (FER), le réseau rassemble des universitaires franco­phones de 19 pays : Albanie, Allemagne, Belgique, Bulgarie, Chypre, Danemark, Espagne, Lituanie, France, Grèce, Hongrie, Italie, Japon, Portugal, Pologne, République Tchèque, Roumanie, Russie, Serbie.

89Le réseau a pour but :

  • La recherche des racines culturelles et anthropologiques de l’Europe pour favoriser l’union de ses différentes composantes, dans le respect des principes démocratiques et des droits de l’homme.

  • Le développement et l’entretien d’un climat de coopération harmonieuse d’amitié et de paix pour resserrer les liens culturels et sociaux entre les individus, les collectivités et les États.

  • Le regroupement des chercheurs et des universitaires en sciences humaines et sociales en vue de traiter des questions scientifiques et pédagogiques européennes et internationales.

90Les moyens d’action du réseau sont :

  • La tenue de colloques annuels d’études comparées (les ateliers).

  • La publication de travaux et de manuels.

  • L’organisation d’enseignements, de séminaires ou de conférences.

91L’organisation du réseau est réglée par son statut d’association à but non lucratif inscrit au registre des associations du tribunal d’instance de Strasbourg.

92Depuis 1989, le réseau a tenu des ateliers (22), des séminaires de recherche pour enseignants et spécialistes orientés vers l’étude comparée des « Temps de l’Europe », des « Fêtes, mythes et rites », de la « Gestion culturelle des risques ». La publication des actes est assurée dans la collection « Ethnologie de l’Europe » aux éditions L’Harmattan (Paris).

93Depuis 1992, le réseau collabore à des travaux consacrés à l’histoire de l’Europe sous la direction du Pr. Ch.‑O. Carbonell (Université Montpellier III). De 1994 à 1998 ont aussi été organisés à Athènes 4 séminaires internationaux pour doctorants, en partenariat avec L’Institut des études culturelles de l’Europe et de la Méditerrannée (ICUSEM).

94ICI ET AILLEURS - GRAEA – Groupe de recherches et d’actions en ethnologie et en anthropologie
Créée le 27 juin 1997
Site web : http://graea.monsite.orange.fr/​index.jhtml
Contact : graea@neuf.fr

95Activités et objectifs :
La principale activité de l’association est la production et l’édition de la revue annuelle Anthropopages, revue de spécialistes sans comité de lecture, et la conduite de divers projets qui rejoignent les objectifs ci‑dessous :

  • Promouvoir et favoriser les recherches en ethnologie et en anthropologie.

  • Impulser une réflexion sur les diverses possibilités de professionnalisa­tion en collaborant avec des partenaires publics, associatifs et privés.

  • Agir au niveau socio‑culturel par l’organisation de colloques, séminaires, conférences, publications et rencontres audiovisuelles.

96Le Lab’O

97Créée en février 2006
Site web : http://labop8.free.fr
Contact : Sanaa Mefiteh - sanaamefiteh@hotmail.fr
Alexis Roy - royalexi@gmail.com
Ghali Beniza - benizaghali@yahoo.fr

98Activités et objectifs :
Afin de valoriser une activité intellectuelle s’inscrivant dans le cadre d’une pensée anthropologique critique, l’association le Lab’O coordonne diverses journées d’étude en lien avec son objet (sous différentes formes alliant projections de films, discussions et rencontres). De plus, l’association le Lab’O met à disposition une publication, la revue N.O.I.R., rendant compte des avancées de multiples recherches d’étudiants‑chercheurs et chercheurs en anthropologie.

99LRSH – Laboratoire de recherche en sciences humaines
Créée en 2002 (reprise d’une autre association créée en 1999).
Site web : http://asso.lrsh.free.fr
Contact : Astrid Fontaine - asso.lrsh@free.fr

100Activités et objectifs :
L’association LRSH réalise des études à dominante sociologique/ anthropologique, associées au design, aux arts et à la vidéo.Anthropologie : étude des relations qu’entretiennent les groupes humains avec leur environnement, du sens qu’ils donnent à leurs pratiques et à ces relationsDesign : étude des usages dans leur environnement, création de nouvelles configurations, de nouveaux dispositifs.

101Méthodologie :

  • Implication et immersion des chercheurs sur un territoire donné (i.e. zone géographique, entreprise, sous-groupe culturel, espace d’accueil du public…).

  • Compréhension des phénomènes sociaux et comportements humains.

  • Identification des leviers permettant d’optimiser, améliorer, résoudre.

102Objectifs :

  • Donner des clés de compréhension et des pistes d’action aux commanditaires.

  • Les accompagner dans l’optimisation de leurs activités.

  • Faire évoluer la perception que les acteurs ont d’eux-mêmes, permettre la mise en pratique du changement.

103Notre mission :

  • Étudier et rendre compte des phénomènes sociaux‑culturels et environnementaux contemporains (pratiques et représentations ; environnements et usages).

  • Permettre la production et l’expression d’un savoir (expérience, connaissance, expression et transmission).

  • Accompagner les commanditaires dans la formalisation, la restitution et la valorisation des résultats de chaque collaboration.

104Notre démarche :

  • Utiliser les outils et méthodes issus des domaines des sciences sociales, du design et des arts (analyse qualitative, audiovisuelle, conceptuelle... mise en forme classique, technique, sensible, ludique...).

  • Notre activité s’inscrit dans des champs d’application à vocation sociale (santé publique, culture, action sociale, environnement…).

  • Toujours dans un souci d’adaptation aux contextes, de respect des milieux investis et d’implication dans les dispositifs mis en place.

105Les principales valeurs ajoutées de l’association :

  • Un apport de compétences qualifiées dans les domaines de la recherche, de la médiation, de l’art et de la communication.

  • Une attention particulière à la création de dispositifs innovants pour répondre aux demandes et besoins des commanditaires.

  • Une structure dont la taille permet une grande souplesse, et un réseau de compétences très spécialisées (adaptation aux terrains et à la demande, proactivité).

106PASSERELLES
Créée en 2005
Site web : en cours
Contact : Alexandre Soucaille

107Activités et objectifs :
Diffusion et développement de l’ethnologie auprès de tout public, et notamment auprès du public scolaire (primaire et secondaire) sous la forme d’ateliers de pratique ethnologique mettant l’accent sur la méthode ethnologique et l’expérimentation propre à la recherche sur le terrain.

108SFAV – Société française d’anthropologie visuelle
Créée en 1985
Site web
Contact : Fabienne Fourneret - sfav@u-picardie.fr

109Activités et objectifs :
La Société française d’anthropologie visuelle fut créée en 1985 en tant qu’association régie par la loi de 1901 pour favoriser la promotion du film d’anthropologie en milieu universitaire et culturel, et contribuer au développement de l’anthropologie visuelle en France. Sa spécificité consiste à acquérir un choix de films d’anthropologie étrangers assortis des droits non‑commerciaux et à les diffuser en France et dans les pays limitrophes. La Société française d’anthropologie visuelle dispose d’une collection de films d’anthropologie tous inédits en France dont elle assure la diffusion en France et dans les pays limitrophes.

110SEH – Société d’écologie humaine
Créée en 1987
Site web : www.ecologie-humaine.eu
Contact : president@ecologie-humaine.eu - nvernazza@aol.com

111Activités et objectifs :
L’écologie humaine correspond à un questionnement où la relation entre l’humanité et la nature est abordée essentiellement à partir de la relation entre les populations humaines et leur environnement. À l’écologie générale, l’écologie humaine emprunte l’habitude de raisonner en termes de dynamiques de populations, d’interactivité avec les autres espèces et l’ensemble des conditions de milieu. Mais il est clair que les êtres humains interagissent avec le milieu « naturel » en fonction de techniques, de représentations et à travers des organisations fort diverses qui n’ont aucun équivalent dans le monde animal. À ce titre l’Écologie humaine s’inscrit dans une démarche interdisciplinaire destinée à examiner les interfaces biologie/culture et société/nature.

112La Société d’écologie humaine a été créée en 1987 à l’initiative de chercheurs et enseignants en sciences sociales et biologiques convaincus des bienfaits de la pluridisciplinarité et ayant la volonté d’instaurer un lieu d’échange et une fonction de dialogue pour tous ceux qui s’intéressent à l’étude des relations des hommes et de leur milieu de vie. La SEH organise des journées scientifiques annuelles qui constituent pour des spécialistes (chercheurs, acteurs) de champs différents, un moment privilégié pour débattre sur des questions parfois situées aux marges de leur discipline. Les ouvrages issus des journées scientifiques sont publiés dans la collection « Écologie humaine » chez Édisud.

113SFE – Société française d’ethnomusicologie
Créée le 29 décembre 1983
Site web : http://ethnomusicologie.free.fr/​
Contact : ethnomusicologie@free.fr – ppitoeff@mnhn.fr

114Activités et objectifs :
Regroupant plus d’une centaine de membres, la SFE est une société savante ouverte à tous les chercheurs en ethnomusicologie. Elle s’est donnée pour mission d’encourager, soutenir et promouvoir cette discipline dans les milieux scientifiques et culturels selon quatre axes :

  • La recherche.

  • La formation.

  • La consultation.

  • La publication.

115La Société française d’ethnomusicologie se compose exclusivement de chercheurs spécialisés en ethnomusicologie et titulaires d’un diplôme de troisième cycle universitaire (DEA minimum).

116SOCIÉTÉ DES AFRICANISTES
Créée en 1930
Site web : http://www.mae.u-paris10.fr/​africanistes/​
Contact : africanistes@yahoo.fr

117Activités et objectifs :
La Société des africanistes a pour objet l’étude scientifique de l’Afrique et de ses habitants depuis les époques les plus anciennes jusqu’à nos jours.

118Activités principales :

  • Publication d’une revue scientifique, le Journal des africanistes.

  • Organisation de conférences mensuelles.

  • Projection d’un film sur l’Afrique, une fois par mois, au musée du quai Branly.

119SOCIÉTÉ DES OCÉANISTES
Créée en 1945
Site web : http://www.oceanistes.org/​index.html
Contact : Hélène Guiot - sdo@projetmuse.net
Isabelle Leblic - leblic@vjf.cnrs.fr

120Activités et objectifs :

  • Grouper les personnes s’intéressant à l’Océanie.

  • Réunir et diffuser les documents susceptibles de favoriser la connaissance de l’Océanie.

  • Faciliter les échanges de vue par des réunions.

  • Publier le Journal de la société des océanistes ainsi que d’autres publications.

  • Organiser des congrès, des conférences ou des expositions.

121SOCIETE D’ETHNOLOGIE FRANÇAISE
Succède à la Société d’ethnographie française fondée en 1947
Site web : www.culture.gouv.fr/sef/
Contact : Françoise Lautman - francoise.lautman@gsrl.cnrs.fr
Gilles Raveneau - gilles.raveneau@mae.u-paris10.fr

122Activités et objectifs :
Elle a pour objectif l’étude ethnologique du domaine français, sans s’y limiter pour autant, et la diffusion de ses résultats. Elle agit en faveur du développement de la recherche ethnologique en France et dans les pays francophones. Elle favorise la collaboration avec les disciplines connexes. Elle s’applique à être un interlocuteur scientifique auprès des pouvoirs publics et des institutions ou associations locales, nationales et internationales.

123L’association organise directement ou participe à organiser des colloques, des journées d’étude ou des ateliers qui sont publiés par la suite sous forme d’ouvrages ou trouvent place dans un numéro de revue. Par exemple, les ateliers « Plantes "à poisons" secrètes et bavardes », « Abris de loisirs » ou les récents colloques « La religion de l’autre » et « Ethnologie et sciences du sport ».

124Enfin, elle publie une revue, Ethnologie Française, qui est la revue de Société d’ethnologie française.

125TXOKE ! – Association européenne (AE) pour la recherche, la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine culturel

126Créée en décembre 2006
Site web : http://www.txoke.eu/​ (en construction)
Contact : txoke@txoke.eu

127Activités et objectifs :
L’association réunit en son sein des spécialistes (anthropologues, ethnologues, ethnomusicologues, historiens, archivistes et conservateurs du patrimoine) de plusieurs pays européens (France, Espagne, Allemagne, Royaume-Uni, Suisse et Norvège, pour l’instant), d’Amérique du Sud (Chili, Argentine) et du Maghreb (Algérie, Maroc). Tous souhaitent unir leurs efforts pour mener à bien des projets originaux en privilégiant la transversalité et l’aspect international. Ses membres souhaitent promouvoir une vision appliquée et éthique de l’anthropologie et des disciplines affines qui sont les leurs. Cette association professionnelle internationale s’est dotée du statut d’Association européenne (AE) qui, bien que non encore votée officiellement par la Communauté Européenne, est en cours de validation.

128Buts principaux de l’association : Txoke ! se propose de promouvoir au niveau européen des recherches et des activités liées au patrimoine culturel tangible et intangible (notamment patrimoine oral, ethnomusicologie, mémoire de groupes sociaux particuliers), à partir d’une approche anthropologique.

129Nous prévoyons :

  • De promouvoir et d’aider la recherche et les chercheurs à différents niveaux (technique, matériel, formation, etc.), d’apporter un appui scientifique et technique à des personnes individuelles comme à des entités patrimoniales et/ou culturelles comme des musées, phonothèques et archives.

  • L’acquisition et le prêt de matériel aux chercheurs membres de l’association ou participant aux projets conçus et appuyés par l’association.

  • De promouvoir la diffusion des résultats des recherches tant au niveau scientifique qu’à un niveau plus général (diffusion culturelle). Ces activités se réaliseront au travers d’actions de formation et de conseil et d’appui technique et scientifique.

  • De mettre en place des équipes de recherche pluridisciplinaires constituées par certains de nos membres, équipés de matériel professionnel (audio, vidéo) afin d’être en mesure de mener sur demande extérieure (contrats) des travaux de recherche spécifiques.

  • Nous prêtons une attention particulière à la sensibilisation des chercheurs au circuit qui mène les matériaux recueillis de leur collecte à leur archivage et conservation dans les normes en vigueur, et à leur diffusion postérieure, comme aux problèmes liés aux archives sonores et audiovisuelles, leur numérisation, leur restauration et leur conservation.

130Lesdites activités se réaliseront à partir d’une vision « appliquée », c’est‑à‑dire avec l’intention de restituer les résultats obtenus de l’activité scientifique aux intéressés et à la population en général.

131Université populaire d’ethnologie
Créée le 2 mai 2006
Site web : http://www.interculturel.net
Contact : Julie Kovacs - contact@interculturel.net

132Activités et objectifs :
Initialement, l’université populaire d’ethnologie propose :

  • De la formation professionnelle.

  • Des ateliers pour un public jeune.

  • Des cours tous publics.

133L’objectif de l’Université populaire d’ethnologie (UPE) est d’informer, d’apporter des éléments de réponses aux questions que posent la diversité culturelle et les identités, de permettre aux professionnels, aux jeunes comme aux curieux d’élargir leurs connaissances sur les spécificités sociales, culturelles et religieuses de chacun.

134Ainsi UPE leur permettra :

  • D’éviter ou de faire face aux situations d’incompréhension, de malentendus ou de conflits.

  • De faciliter la communication entre les individus de cultures différentes.

  • D’optimiser la médiation sociale et les capacités d’intervention des professionnels.

  • Et au‑delà, de favoriser l’acculturation des migrants dont l’impact est établi sur la socialisation de leurs enfants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Forum des associations en anthropologie. 19 septembre 2008, Aix-en-Provence (MMSH) », Journal des anthropologues, 114-115 | 2008, 341-343.

Référence électronique

« Forum des associations en anthropologie. 19 septembre 2008, Aix-en-Provence (MMSH) », Journal des anthropologues [En ligne], 114-115 | 2008, mis en ligne le 01 décembre 2009, consulté le 25 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/jda/3615 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jda.3615

Haut de page

Droits d’auteur

Journal des anthropologues

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search