Navigation – Plan du site

Les marges sociales : Production, gestion et technologies de contrôle

Appel à contribution
In the Margins of Society: Production, Management, and Technologies of Control

Les marges sociales : Production, gestion et technologies de contrôle

Les marges sociales sont aujourd’hui de plus en plus nombreuses et agglutinent des catégories dont la distinction n’a pas toujours été aussi évidente au regard des sciences sociales. Leur construction en tant que catégories − « fous » « criminels » « malades » « travailleurs pauvres » − nous a particulièrement préoccupé depuis l’avènement de la société industrielle, soucieuse d’un découpage entre normal, pathologique, déviant, marginal, inclus, exclu. Comment appréhender les marges dans les sociétés actuelles où la précarisation et la stigmatisation produisent en leur cœur même un nombre croissant des « marginaux » économiques et sociaux ? Où placer les figures périphériques très médiatisées : « travailleurs pauvres sans domicile fixe » ; « sujets en voie de radicalisation (s) » ; « migrants » suscitant à la fois des sentiments de compassion et de menace ? Tous ces acteurs donnent à voir des zones d’entre-deux difficiles à définir, où − exclusion/intégration ou inclusion ; in et out − constituent des moments de parcours de vie davantage fréquents et banalisés et qui sont l’objet d’une gestion qui se veut à la fois efficace, moralisante, à moindre coût qui oscille entre État social et pénal.

Depuis une vingtaine d’années, la prise en charge de ces populations a beaucoup évolué. Elle répond à des objectifs managériaux et sécuritaires liés notamment à la lutte contre les terrorismes. Les idéologies humanitaires et les technologies numériques sont davantage saisies comme des outils de travail pour et par tous les acteurs (instances étatiques, services sociaux, associations, entreprises, individus, etc.). Un continuum médico-socio-judiciaire s’impose en termes de gestion des comportements des individus perçus comme vulnérables et/ou indésirables, notamment dans l’objectif d’un contrôle et d’une évaluation de l’efficacité des services sociaux destinés à ces sujets (bracelets électroniques, aux bases de données numérisées en réseaux dans les services publics, appareils domotiques, applications de géo-localisation dans les Smartphones, etc.).

Ce numéro veut interroger et déconstruire dans une perspective anthropologique au niveau national et international ces diverses catégories, modalités de prise en charge de « marginalités sociales », en questionnant les processus d’invisibilisation des marges sociales, fruits des logiques administratives et des pratiques juridiques, mais également liés à l’emprise des images et des représentations médiatiques. Il cible aussi la mise en tension de trois axes :

  1. Les logiques de marché qui proposent la gestion et le contrôle des dites « marges » avec l’exigence d’une efficacité au moindre coût.

  2. Les mobilisations de type humanitaire qui font appel à la morale et aux émotions liées à l’urgence sociale permanente et contribuent au filtrage des inclus/exclus.

  3. Le contrôle des nouvelles « marginalités » au nom d’enjeux sécuritaires prioritairement phagocytés par la lutte anti-terroriste (avec le recours aux technologies numériques, managériales, psychologiques.)

Coordination

Wenjing Guo : wenjguo@gmail.com
David Puaud : puauddavid@yahoo.fr

Calendrier et consignes aux auteurs

Les résumés d’articles (moins de 5 000 signes) sont à adresser par mail en format word avant le 30 septembre aux coordinateurs et les articles complets d’une longueur maximum de 40 000 signes (bibliographie et résumés français-anglais compris) avant le 30 mars 2019 avec copie à la rédaction du Journal des anthropologues : afa@msh-paris.fr. Certains articles pourront être publiés également dans les autres rubriques du Journal des anthropologues et ne devront pas dépasser 25 000 signes.

Les auteurs pourront consulter les instructions pour la mise en forme de leur texte et les modalités de fonctionnement éditorial de la revue sur les sites suivants : 

http://www.afa.msh-paris.fr
http://www.jda.revues.org

Parution : avril 2020

*

In the Margins of Society: Production, Management, and Technologies of Control

The margins of society are more and more numerous today and include categories whose distinctions have not always been as evident to the social sciences. Their development into categories – “the mad” “criminals” “the sick” “poor workers” – has concerned us particularly since the advent of industrial society, with an insistence on delineations between normal, pathological, deviant, marginal, included, excluded. How to discern the margins of current society where precariousness and stigmatisation in themselves generate an increasing number of economically and socially “marginalized people”? Where to situate highly mediatised peripheral figures: “poor and homeless workers”; “subjects of radicalization(s)”; “migrants” that elicit feelings of both compassion and fear? All of these actors demonstrate grey areas that are difficult to define and where exclusion/integration or inclusion, in and out, constitute increasingly frequent and commonplace stages of life. They have become the object of an administration that seeks to be effective, moralising, and at little cost, and oscillates between the social and penal state.

Over the past twenty years, the granting of benefits to these populations has greatly evolved. This is in response to administrative and security objectives notably tied to the fight against terrorism. Humanitarian ideologies and digital technologies are now more deployed as work instruments for, and by, all of these actors (the state, social services, associations, enterprises, individuals, etc.) A medico-socio-judicial continuum is insisted on in terms of the management of behaviour of individuals seen as vulnerable and/or undesirable, with the goals of control and the evaluation of the efficiency of social services destined for these subjects (electronic bracelets, network databases for public services, home automation devices, GPS or global positioning system applications in smartphones, etc.).

This volume seeks to question and deconstruct the various categories and modes of support and supervision of “social marginalities” on a national and international scale, from an anthropological perspective. It will examine the processes of “invisibilisation” that conceal the margins of society, the fruit of administrative frameworks and judicial practices but equally tied to the influence of media images and representations. The volume also focuses on the relationships across three main themes:

  1. Economic logic that supports the management and control of “margins” with an expectation of efficiency at the lowest cost

  2. Humanitarian-style mobilisations that appeal to morality and emotions linked with a permanent state of social urgency and that contribute to the screening of the included/excluded

  3. The control of new “marginalities” in the name of security objectives subsumed under the anti-terrorist fight (and their resort to digital, managerial and psychological technologies and techniques)

Coordination

Wenjing Guo : wenjguo@gmail.com
David Puaud : puauddavid@yahoo.fr

Schedule and Author Guidelines

Article proposals (less than 5,000 characters) should be submitted to the coordinators by email in Word format before September 30th. The complete articles of a maximum length of 40,000 characters (including the bibliography and French-English summary) should be submitted before March 30th, 2019 with a copy to the editors of the Journal des anthropologues: afa@msh-paris.fr. Certain articles may be published in the other rubriques of the Journal des anthropologues and cannot exceed 25,000 characters.

Authors may consult instructions for page layout and the editorial process of the journal on the following sites:

http://www.afa.msh-paris.fr
http://www.jda.revues.org

Expected publication: April 2020

  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • OpenEdition Journals