Navigation – Plan du site
Recherches et débats

Les Vezo du littoral sud-occidental de Madagascar

Les oubliés de la terre ou les enfants adoptifs de la mer-mère
The Vezo of the Southwestern Coastal Region of Madagascar : The Forgotten of the Earth, the Adopted Children of the Sea
Francis Veriza, Suzanne Chazan-Gillig et Barthélemy Manjakahery
p. 261-283

Résumés

L’appellation contrôlée de « Vezo » à Madagascar porte en elle l’histoire des grands déplacements de population d’origines multiples. Ces peuples issus des grandes migrations ont trouvé une terre d’accueil sur la côte ouest où ils sont restés. Avec le temps, la terre d’accueil est devenue la terre de leurs ancêtres dite « tanindraza » à l’époque lointaine du grand négoce des ports de la Méditerranée et de l’Atlantique quand les circuits de traite allaient dans les deux sens, du nord au sud, d’est en ouest. Chargés d’esclaves et de marchandises à l’aller comme au retour, nombreux ont été les bateaux qui se sont croisés dans l’océan indien et ont fait relâche dans les ports de Saint-Augustin, Tuléar, Morombe sur la côte sud-ouest malgache. Autour des ports, s’est formé un groupe de population qui est considérée et s’est considérée comme Vezo. Ils ont eu une place particulière dans l’ordre des royautés en raison de leur spécificité de pêcheurs de mer ou pêcheurs des lacs de la côte ouest. Pris simultanément, sous le poids des dominations, royale et coloniale, ils ont été des « oubliés de la terre », à l’époque des royautés durant lesquelles ils ont occupé le « littoral Vezo », une bande de terre étroite allant du sud au nord de la région Menabe. Cette population qui met en cause l’histoire du peuplement de la côte ouest, a été reconstituée en termes ethniques correspondant au développement des royautés de l’ouest. Reconnus comme « autochtones », ils ont occupé de tout temps une position marginale à l’égard de toute forme de pouvoir interne ou externe. Notre propos affirme la nécessité de repenser la question « ethnique » liée au littoral Vezo, tant dans le passé colonial dans le contexte de la mondialisation des marchés correspondant aux comptoirs et aux échelles de commerce de l’Océan indien, qu’actuellement, dans la mesure où ce littoral est particulièrement convoité pour l’exploitation des ressources naturelles.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Veriza, Suzanne Chazan-Gillig et Barthélemy Manjakahery, « Les Vezo du littoral sud-occidental de Madagascar », Journal des anthropologues, 154-155 | 2018, 261-283.

Référence électronique

Francis Veriza, Suzanne Chazan-Gillig et Barthélemy Manjakahery, « Les Vezo du littoral sud-occidental de Madagascar », Journal des anthropologues [En ligne], 154-155 | 2018, mis en ligne le 15 novembre 2020, consulté le 02 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/jda/7337 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jda.7337

Haut de page

Auteurs

Francis Veriza

Département de Géographie/CEDRATOM, Université de Toliara (Madagascar) − Université Bordeaux Montaigne, UMR CNRS 5319 Passages.
Courriel : veriza7724@gmail.com

Suzanne Chazan-Gillig

Anthropologue IRD, 144 rue de l’Arnel, 34070 Montpellier (France)
Courriel : suzanne.chazan@orange.fr

Articles du même auteur

Barthélemy Manjakahery

CEDRATOM, Université de Toliara (Madagascar)
Courriel : manjakaheryb@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Journal des anthropologues

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • OpenEdition Journals