Navigation – Plan du site
Éditoriaux

Devenir politiques : le gilet, le rond-point et la place

Barbara Morovich et Annie Benveniste
p. 9-12

Texte intégral

  • 1 Ainsi Daniel Schneidermann en début de présentation de l’émission Arrêt sur Image du 23 novembre 20 (...)

« Sont-ils de droite, de gauche, d’ailleurs, de nulle part, du centre ?...  »1

1L’AFA, avec le Bistrot des Ethnologues a décidé de consacrer son colloque annuel de juin 2019 aux formes d’association. Le projet initial était de donner la parole à des chercheurs et des membres associatifs ou encore à des citoyens qui questionnent les manières de s’associer aujourd’hui. Par la suite, le mouvement des « Gilets jaunes » a fait irruption dans le paysage politique et a mobilisé les sciences sociales qui s’attèlent à en décrypter les formes inédites ou recomposées. Ce mouvement ne se laisse enfermer dans aucune catégorie. Il peut cependant être identifié comme le signe d’un contexte social et politique très tendu, où s’affrontent, d’une part, une gouvernance technocratique autoritaire affichant les limites du parlementarisme, d’autre part des fractions de la société, en révolte contre les injustices sociales et qui subissent une répression sévère : violences policières et intensification des mesures contrant le droit de manifester et débouchant sur la loi anticasseurs. Le climat de guerre, entretenu par le gouvernement et certains médias mainstream a jeté, sur la lutte des « Gilets jaunes », un discrédit directement proportionnel à la brèche ouverte par le mouvement dans la société.

  • 2 Voir le soutien aux « Gilets jaunes » du Collectif Adama Traoré.

2S’il est nécessaire de rester attentifs aux propos racistes tenus par certains, les entreprises de déqualification du mouvement nous poussent à refuser la partition simpliste entre « extrémistes » et « non extrémistes » qui est loin de résoudre sa complexité. La contribution de l’anthropologie à ce débat pourrait être plurielle et s’inspirer d’actions et expérimentations déjà en cours. L’expérience physique de la manifestation, le partage des slogans dans le cortège et la pra­tique réitérée des lieux a progressivement politisé le mouvement des « Gilets jaunes » et permis une socialisation de ses membres. Cette expérience commune du cortège et de sa répression a eu comme effet de faire comprendre aux manifestants, parfois de manière dra­matique, comment s’exerce la domination. À la faveur de la confrontation, une pédagogie des sujets en voie de politisation a pu s’exercer. La confrontation avec les violences policières a pu aussi être comparée aux situations vécues par d’autres sujets stigmatisés, les habitants racisés des quartiers populaires, et permettre des rap­prochements significatifs2.

3Ce n’est pas seulement la temporalité des actes d’insurrection, hebdomadaires et donc désormais inscrits dans l’histoire par leur cadence régulière, qui caractérise le mouvement des « Gilets jaunes » mais aussi les espaces où ces actes ont lieu. Et c’est l’analyse ethno­graphique et pas seulement statistique ou géographique des lieux de rassemblement qui pourrait se révéler heuristique. Nous souhaitons pointer un certain nombre d’analyses relatives à l’espace qui apparaissent particulièrement porteuses de sens aux yeux des anthropologues.

  • 3 Nous rappelons que ce concept a été critiqué déjà par son auteur : « À ce point, il faut rappeler q (...)

4Faisons tout d’abord la critique du concept de « non-lieux » (Augé, 2010 : 172)3 : parmi ces « non-lieux » certains ont prouvé leur efficacité en tant qu’espaces appropriés ; ces lieux de flux et de passage que sont les ronds-points, les péages ou les abords d’autoroutes qui s’animent et deviennent des « localités » où s’exprime et s’invente une sociabilité ancrée dans un territoire. Car l’expérience des « Gilets jaunes » est d’abord territoriale et inscrite dans un local qui souhaite devenir centre.

5Si le rond-point révèle toute la portée du mouvement, d’autres lieux plus classiques se remettent en scène et prouvent l’ancrage national (« La France à Paris ! ») et la volonté d’investir, dans toutes les villes, les lieux symboliques du pouvoir : pour les occuper, mais aussi pour y être vus, connus et reconnus, s’octroyer ce droit de visibilité et d’existence, accentué par la couleur fluorescente, qui permet d’être visible quand on est en panne sur le bord de la route, et dans les médias qui filment les manifestations. Et cela distingue le mouvement des « Gilets jaunes » des revendications venant des quartiers populaires de 2005, appelées « émeutes » et qui sont res­tées globalement territorialisées en périphérie. Avec les « Gilets jaunes », c’est le droit d’être au centre qui est réalisé.

6Ce droit n’est pas seulement celui de manifester au centre, mais dans certains cas d’y construire des « maisons du peuple », comme dans le cas de Saint-Nazaire ou Commercy. Ou encore dans l’expérience de « Gilets jaunes » réunis à Paris, Place de la République, ou dans les assemblées générales qui se sont tenues également Place de la République, à Strasbourg. La place ronde et entourée par la circulation, ce qui en fait un immense rond-point, fut aussi la place élue par « Nuit debout ». Le mouvement actuel redes­sine donc une géographie par l’expérience physique (et virtuelle) répétée de ce nouveau sujet social par qui l’urbain, le périurbain et le rural « font corps », contrairement aux conceptions binaires qui pointent des séparations entre « urbains » et « ruraux ».

7Dans la première vidéo des « Gilets jaunes » de Commercy, le groupe est filmé dans une place centrale ; tou.te.s portent le gilet. Autre topos de la politisation du mouvement, cette relation au gilet (jaune) interroge par sa symbolique et sa volonté ambigüe de non‑personnalisation, et donc d’inclusion par la similitude du sym­bole (tout le monde pareil, tous unis) mais aussi d’individuation, car les inscriptions sur les gilets racontent des histoires singulières : on y trouve des slogans unitaires (Macron démission) ou des inscriptions plus complexes, plus personnelles. L’individuation se poursuit par le cumul des signes vestimentaires et par des gestes, des actes accom­plis lors de manifestations, parmi lesquels des performances, des travestissements…, qui ont une place importante et s’inscrivent également dans l’espace de la manifestation, sont filmés, postés, commentés. Dans une manifestation de « Gilets jaunes » tout le monde filme tout le monde et ces allers-retours entre celui qui filme et celui qui est filmé engendrent des relations de complicité, des blagues, des réactions et la sensation d’être sous les yeux du monde.

8Il nous a semblé important d’inscrire dans l’agenda de notre colloque de juin 2019 des analyses sur le mouvement afin que l’anthropologie soit présente dans le champ du politique et du monde contemporain. À travers cet éditorial nous invitons les cher­cheur.e.s à s’inscrire dans une approche d’immersion et de longue durée propre à l’anthropologie. Dépassant la désormais galvaudée observation « participante » et l’enquête dite « ethnographique ». Soyons sur le terrain, réapproprions-nous nos outils, réinventons-les et analysons nos positions !

Haut de page

Notes

1 Ainsi Daniel Schneidermann en début de présentation de l’émission Arrêt sur Image du 23 novembre 2018 : « Les journalistes se sont dit : Mais qui sont ces gens ? ».

2 Voir le soutien aux « Gilets jaunes » du Collectif Adama Traoré.

3 Nous rappelons que ce concept a été critiqué déjà par son auteur : « À ce point, il faut rappeler qu’il n’y a pas de "non-lieux" dans le sens absolu du terme. J’ai défini comme "lieu anthropologique" tout espace dans lequel on peut lire des inscriptions du lien social » (Augé M., 2010. « Retour sur les "non-lieux", les transformations du paysage urbain », Communications, 87 : 171-178).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Barbara Morovich et Annie Benveniste, « Devenir politiques : le gilet, le rond-point et la place », Journal des anthropologues, 156-157 | 2019, 9-12.

Référence électronique

Barbara Morovich et Annie Benveniste, « Devenir politiques : le gilet, le rond-point et la place », Journal des anthropologues [En ligne], 156-157 | 2019, mis en ligne le 15 mai 2019, consulté le 09 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/jda/7980

Haut de page

Auteurs

Barbara Morovich

École Nationale Supérieure d’Architecture de Strasbourg – AMUP (EA 7309).
Courriel : barbaramorovich@yahoo.fr

Articles du même auteur

Annie Benveniste

LEGS (Laboratoire d’études du genre et des sexualités) – UMR 8238, Université Paris 8.
Courriel : annie.benveniste@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Journal des anthropologues

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • OpenEdition Journals