Navigation – Plan du site

AccueilNuméros156-157Devenirs anthropologiquesFaire profession d’anthropologue ...

Devenirs anthropologiques

Faire profession d’anthropologue dans les mondes viticoles

Entretien avec Marie-Ange Lasmènes réalisé par Monique Selim
Become an Anthropologist in the Wine Worlds
Marie-Ange Lasmènes et Monique Selim
p. 277-291

Résumés

Auteure d’une trilogie d’ouvrages ethnologiques sur les mondes viticoles en coopératives dans le sud de la France, collection issue d’une collaboration avec le photographe Alain Tendero, Marie-Ange Lasmènes décrit son parcours professionnel d’ethnologue, celui d’une approche appliquée de l’anthropologie auprès d’entreprises agricoles et de territoires ruraux pour une valorisation des patrimoines culturels locaux. La collecte de mémoires reste son principal outil pour une mise en lumière du métier de vigneron. Elle interroge plusieurs générations sur les dynamiques et enjeux de la profession et de ses environnements économiques et socio-culturels en transition. Le métier d’ethnologue est ainsi revisité de façon à s’intégrer aux réflexions politiques portées plus largement par les collectivités territoriales et livrer des pistes de développement économique et culturel par l’étude des patrimoines viticoles locaux, notamment dans des perspectives touristiques. Une initiative récompensée par l’épanouissement d’une ethnologue cheffe d’entreprise et par une reconnaissance mutuelle de ces deux univers professionnels.

Haut de page

Texte intégral

Monique Selim − Marie-Ange Lasmènes, le Journal des anthropologues et l’Association française des anthropologues sont très attentifs aux jeunes anthropologues et aux différents parcours qui se proposent à eux. Ces parcours vont de la construction d’une entreprise jusqu’à une intégration dans une institution publique, sans que l’on puisse opposer ce qui serait une « anthropologie académique » à une « académie appliquée ». Aujourd’hui, vu les conditions de l’emploi, vu le marché qui s’offre aux jeunes docteurs, ce qui est intéressant pour les anthropologues, c’est de bien comprendre comment se joue la construction d’itinéraires originaux et d’itinéraires d’invention. Vous, qui êtes spécialisée dans le monde viticole, vous allez donc nous expliquer votre parcours.

Marie-Ange Lasmènes − Je me suis en effet spécialisée sur une approche des patrimoines viticoles en créant mon cabinet qui s’appelle « Paroles, paroles ». Cela n’a rien à voir avec mon sujet de thèse. J’ai un parcours atypique en ce sens.

Après une licence de sociologie, à travers les enseignements de mon futur directeur de thèse M. Jean-Yves Boursier, j’ai fait la rencontre, de deux approches : celle de l’anthropologie de la mémoire et de l’anthropologie politique. Cet enseignement m’avait passionnée. J’ai décidé à ce moment-là de basculer de la sociologie vers l’anthropologie. J’ai entrepris un master en me spécialisant sur l’anthropologie de la mémoire et du patrimoine, pour ensuite, dès le master 2, m’orienter vers un parcours professionnalisant via un master 2 Pro qui laissait une ouverture vers la recherche avec une possibilité de poursuivre le parcours par une thèse. Ce profil me convenait idéalement puisque j’exprimais déjà une envie de fouiller cet aspect « professionnalisant » du métier. Je souhaitais appréhen­der d’autres débouchés que ceux que l’ethnologie pouvait offrir tout en maintenant l’aspect recherche qui était important pour moi par rapport à l’analyse qu’offrent les méthodes ethnologiques.

Ce master 2 m’a donné l’opportunité de m’inscrire dans un circuit de stages au contact d’institutions publiques. J’ai travaillé pour le compte d’une commune et d’un office de tourisme sur les processus de patrimonialisation des métiers d’art dans la commune de Biot, célèbre pour ses céramiques et pour son verre. Cela a été l’occasion de faire mon apprentissage en tant que chercheure et j’ai pu passer du master 2 à la thèse. Pendant quatre années de thèse, j’ai été une apprentie ethnologue à l’échelle de cette commune essayant de comprendre quels étaient les enjeux politiques, sociaux, identitaires, culturels, touristiques et, par conséquent, économiques, liés à une mise en scène patrimoniale du secteur des métiers d’art et à la réappropriation par la commune de l’histoire des métiers d’art. En somme, ce sont des problématiques tout à fait classiques de l’anthropologie mais qui m’ont tout de même permis d’avoir une approche territoriale. Avec le recul, cette expérience m’aide énormément aujourd’hui.

Après la thèse, est venu le grand moment de choix. Il me semblait difficile, dans la situation dans laquelle j’étais, jeune et certainement naïve, de me lancer dans un système de recrutement que j’avais du mal à appréhender et à maîtriser. Je crois aussi que j’avais envie d’innover, de voir le métier différemment. Je pense que j’avais une grande soif d’être sur le terrain. Je ressentais le besoin de créer quelque chose, de m’accrocher à quelque chose de concret qui me manquait peut-être dans le milieu académique dans lequel je me sentais pourtant à l’aise. Je bénéficiais du statut d’allocataire‑monitrice donc j’enseignais ce qui me plaisait.

À l’issue de ce parcours académique, j’ai cherché des emplois, à la fois universitaires et au sein des collectivités territoriales dans le secteur de la culture et du patrimoine. Puis, la vie a fait que j’ai eu une opportunité : j’ai été contactée, par bouche à oreille, par le directeur de la cave coopérative de Montpeyroux, dans l’Hérault. Ce directeur était à la recherche d’une autre façon de communiquer sur sa structure. Il était très impliqué à la fois socialement et politiquement dans le mouvement coopératif et il avait envie de valoriser l’aspect social et « humain » de la coopération.

Il faut savoir que le milieu coopératif dans le Languedoc a un positionnement historique assez particulier. C’est un mouvement fort, structuré et qui est en même temps lié à une image dont les producteurs d’aujourd’hui voudraient se dégager et dont ils ont déjà commencé à se dégager, qui est l’image d’un vin de moindre qualité. Il y a un historique qui colle à la peau des vins du Languedoc et notamment à la coopération : on croit que du vin produit en coopérative est égal à du mauvais vin. Ce qui ne se vérifie plus du tout aujourd’hui. C’est une construction sociologique et historique qui est très bien décrite par les historiens. Cette tendance à associer du bon vin au petit producteur parce que c’est justement un petit producteur, un individu seul, alors que le vin produit de manière collective a une image plus négative est une construction hiérarchique et politique.

L’idée était donc de venir contrecarrer cette image-là qui ne se justifie plus à l’heure actuelle puisque les vins de coopératives, depuis les années 1970, ont nettement progressé dans la région, et bien plus même que dans d’autres régions. Il a fallu faire un effort de restructuration du vignoble d’autant plus important que le Languedoc était classé en bas du tableau des régions viticoles. La cave coopérative de Montpeyroux a donc eu cette volonté de rappeler l’histoire de la coopération à travers l’angle social. Il y avait l’intention de conserver, de garder une trace de cette mémoire qui est en train de s’évanouir puisque les générations passent et que nous avions là les derniers témoins vivants de la construction de la cave. Nous ne disposions que de très peu d’archives écrites. Les historiens ont très bien travaillé aux échelles régionale et locale sur la coopération viticole mais cette approche de transition entre le passé et le présent n’existait pas encore. On était donc là sur un projet de recherche innovant.

M. S. − Pour résumer, parce que le schéma est assez classique mais il se situe plutôt au sein d’entreprises industrielles, c’est un entre­preneur qui s’adresse à un anthropologue et qui lui demande de construire la mémoire de sa structure, de légitimer l’entreprise au sens social et symbolique et en même temps au sens le plus écono­mique du terme. L’instrument de la mémoire devient un instrument de cohésion sociale et de culture d’entreprise.

M.-A. L. − On est tout à fait dans cet esprit là puisqu’il y avait dès le départ une double vocation du projet répondant à des besoins qui étaient exprimés. Le premier besoin était de remettre à jour une histoire à partager (là encore, on est sur des schémas classiques), pour que l’adhésion symbolique et culturelle des vignerons soit renforcée au niveau de la structure. Il y avait vraiment cette volonté de remobiliser l’adhésion des coopérateurs à la coopérative. Les coopérateurs sont en général de petits vignerons qui apportent leur vendange à une structure commune à partir de laquelle un vin est produit de manière collective. Une coopérative est la mutualisation de producteurs qui mettent leur vendange en commun. Cela permet d’avoir un outil économique intéressant, de mutualiser les charges de production, l’emploi de main d’œuvre, etc. et une mutualisation égalitaire des profits. Le constat de la direction, à ce moment-là, était qu’il y avait un délitement de l’appartenance de ces producteurs à la coopérative.

M. S. − Avec une volonté de s’en évader pour faire son propre vin ?

M.-A. L. − Pas forcément, même si cela arrive et si la tendance va plutôt dans ce sens, le vignoble languedocien comme d’autres est en transition par rapport à cela, il y a de plus en plus de caves particulières qui se créent. Mais je pense que c’est un phénomène plutôt lié à l’évolution du métier de vigneron en tant que tel qui fait qu’ils ont de plus en plus de charges administratives, de plus en plus de contraintes de production et qui fait que l’emploi du temps est beaucoup plus lourd, donc qu’on vit le métier différemment. Au­jourd’hui, nous sommes dans une société de loisir qui est beaucoup plus affirmée et je pense que le rapport au métier a évolué. Les rai­sons sociales et sociétales de la coopération ne sont plus les mêmes qu’au moment de la création de ce mouvement. Il y a 100 ans dans le Languedoc, la coopération était le fruit d’une lutte sociale et poli­tique très forte. Aujourd’hui, je ne suis pas sûre qu’il y ait besoin du même type d’engagement politique, bien que certaines formes d’engagement soient nécessaires.

M. S. − Il y a en même temps toute une revalorisation actuelle de la coopérative dans le cadre de l’économie sociale et solidaire et on a une revalorisation idéologique très forte de la coopération. Mais peut-être que cela joue moins sur le vin ?

M.-A. L. − Cette revalorisation revient aussi sur le vin mais toujours est-il que, dans le cadre de notre projet, on constatait une forme de désengagement à la participation collective. Remobiliser l’histoire de ce mouvement était donc l’occasion de sensibiliser les nouvelles générations au sens politique et social de la coopération en Languedoc. Et, pour en revenir aux débuts de l’initiative, le second objectif était, de revaloriser justement les engagements de la struc­ture dans un principe d’économie sociale et solidaire et de commu­niquer sur des valeurs à partager avec le public, la clientèle. La pre­mière intention avait une vocation interne, la seconde avait une vocation de communication externe. La cave souhaitait faire passer le message qu’elle s’inscrivait justement dans le champ de l’économie sociale et solidaire.

Ce qui était intéressant c’est que c’est une cave coopérative, qui a quand même d’autres préoccupations, qui a porté le projet : il faut vendre son vin, il faut faire des négociations, il faut gérer la produc­tion, etc. Il y a donc bien d’autres priorités. Là, la cave se position­nait comme un acteur presque mécène du patrimoine local puisque l’enquête s’est jouée à l’échelle du village. Les résultats de ce projet ont validé la démarche en interne, puisque la démarche ethnologique de ce projet a eu un impact sur la cohésion sociale au sein de l’entreprise. La participation au projet a mobilisé les coopérateurs, ce qui montre que l’anthropologue est un acteur social internalisé par le champ social lui-même, par le groupe et c’est fondamental. Le résultat concret de ce travail qui a été la publication du livre Au cœur des vignes, les hommes se racontent  a déclenché toute une série d’émotions au sein de ces acteurs-là.

Ce travail, je l’ai réalisé aux côtés du photographe Alain Tendero. Notre premier rendu a été de réaliser une exposition qui habillait l’espace de vente qui venait d’être réhabilité. Il y avait donc toute une démarche plus globale de revalorisation du produit et de l’outil commercial. Là aussi, dans ce binôme encore une fois classique ethnologie-photographie, il y a quelque chose d’intéressant. Nous avons eu deux rôles différents et complémentaires dans cette ap­proche du terrain. Cela a été passionnant. Pour ma part, l’ethnologue donnait la parole à des vignerons et à un métier qui a été honteuse­ment vécu à une certaine époque de l’histoire. Qu’une jeune ethno­logue arrive et effectivement ait de l’intérêt pour ces personnes, il y a quelque chose qui s’est passé. Pour le photographe, la mise en images et l’exposition de portraits a permis de personnaliser le tra­vail et de redonner de la dignité.

M. S. − L’ouvrage a donc été financé par la cave ?

M.-A. L. − Tout ce projet a été porté par la cave qui a trouvé des financements européens, régionaux, départementaux et locaux. J’ai directement créé mon cabinet à partir de cette opportunité sous la forme d’une entreprise. Cela me donnait plus d’autonomie et puis c’était certainement l’occasion de créer mon projet professionnel.

L’enquête a été menée pendant les vendanges 2011. L’exposition a été inaugurée en juin 2012. On a observé les réactions à la suite de cette exposition et, une certaine forme de dynamique territoriale s’est mise en place puisqu’au-delà de la valorisation d’une entreprise, on valorisait un territoire. Le projet en tant que tel était aussi un prétexte à communiquer sur la localité et à faire parler de ce territoire. Et puis une ethnologue dans une cave c’est une curiosité, cela interpellait !

On a donc recherché des financements pour une publication de l’ouvrage en 2014. Le département de l’Hérault nous a vraiment soutenus par la validation de la démarche et le financement de certaines opérations. À la sortie du livre, c’est comme s’il y avait eu une concrétisation matérielle de tout ce travail et j’ai bénéficié d’une ouverture professionnelle importante. J’avais quelque chose de concret à montrer et à faire-valoir.

M. S. − C’est donc une aventure heureuse ! Je reviens un petit peu en arrière. Vous, femme, avec ce monde de vignerons, hommes, qui ont eux-mêmes des épouses, comment cela s’est passé et comment l’analysez-vous ?

M.-A. L. − Je ne sais pas si dans ce cas-là, la plus-value est tant le fait d’être une femme ou le fait d’être jeune. Il y avait un contraste avec les anciennes générations que j’interviewais et c’était comme si on me faisait des confidences, comme si on prenait goût à cette transmission des savoirs. Le fait d’être femme, je ne l’ai pas tant analysé. Je ne vais pas le cacher, dans cette enquête, il y a eu énormément d’affect de part et d’autre qui s’est dégagé de ce terrain, ce que je n’avais pas forcément reçu sur d’autres terrains antérieurs. Certains vignerons m’ont dit que j’étais chez moi au village, j’étais l’invitée de toutes les fêtes et de tous les événements du village. J’ai certainement joué le rôle de médiatrice de la cave, de leurs discours, de leur vie et les plus beaux témoignages que j’ai pu recevoir sont aussi ceux de personnes extérieures qui m’ont dit : « Dans l’histoire que tu racontes qui n’est pas la mienne, je retrouve l’histoire de mon grand-père et celle de ma famille. » C’est très touchant. Ce travail a aussi fait couler les larmes de ces bonhommes qui racontaient leur vie, leur investissement au travail, puis qui constataient par la mise en valeur de leur récit et de leur portrait, l’importance de cet investissement. Ils exprimaient par là leur fierté à travers le rappel de cette mémoire.

M. S. − Vous leur avez peut-être donné la récompense d’une vie de labeur !

M.-A. L. − Ce sont surtout eux qui m’ont récompensée dans ma difficulté d’être ethnologue ! Cet échange de valorisation mutuelle de nos métiers n’a pas de prix. Je continue à les voir. Je travaille, depuis, sur d’autres terrains et quand je les croise, ils me chamaillent parce que je n’y vais plus aussi souvent ! Il s’est vraiment joué quelque chose dans cette mission…

Dans une coopérative, il y a la partie des vignerons puis il y a la partie salariale. Avec les vignerons, cela a été un véritable échange. Du côté des salariés, il y a une complicité qui est née, clairement. La direction a osé mettre en place ce projet. Il fallait le porter ! On ne savait pas où on allait ! Je sortais à peine de l’Université, je ne savais pas ce que c’était qu’une entreprise, je ne savais pas ce que c’était de monter un projet, un dossier de subvention. Tout ça, je l’ai fait avec eux ! J’ai appris avec eux.

M. S. − Donc vous avez été très impliquée, pas seulement comme anthropologue dans l’enquête mais bien dans tout le processus de valorisation ?

M.-A. L. − C’est ça. Et du moment où on a eu la publication, ce sont des choses que je ne maitrisais pas qui me sont arrivées : des journalistes venaient nous interroger, les élus finissaient par me reconnaître et m’interpeller, etc. Ce projet a déclenché un intérêt qu’on n’avait pas mesuré au départ, ce qui est valorisant pour la cave, pour les vignerons, et puis pour moi, ethnologue, bien sûr. On a continué dans cet élan-là à donner de la visibilité à ce projet soit dans des colloques pour garder l’aspect scientifique, lors de conférences, dans des revues spécialisées sur la vigne et on a réussi ! Nous sommes 4 ans après la publication et on continue encore à avoir des retours positifs. Pour moi, en dehors de toute analyse objective, c’est extraordinaire !

M. S. − Et votre rapport au vin ? Je pense qu’il a compté aussi dans cette aventure ?

M.-A. L. − Il a compté bien sûr ! Il y a un élément déterminant quand même dans cette histoire et je vais me faire reprocher de ne pas l’avoir dit plus tôt, c’est que mon frère est l’œnologue de cette cave. C’est comme ça que le contact a été établi. Cela a été pris par certains chercheurs montpelliérains comme du favoritisme ce qui, en réalité, ne pouvait pas être le cas puisqu’on ne savait pas si on allait pouvoir le mener ce projet ! On s’intéressait à quelque chose mais on ne savait pas ce que cela allait donner ! Et puis, encore une fois, il fallait prendre la responsabilité d’aller chercher quelques milliers d’euros pour rémunérer un photographe et une ethnologue. Mon frère est donc salarié de la cave, il est responsable de toute la partie technique de la production du vin.

M. S. − Vous étiez donc quand même deux. Il a fallu se séparer de l’association familiale…

M.-A. L. − Exactement et cela s’est fait assez facilement puisqu’on a été très respectueux du travail de l’un et de l’autre. Nous n’étions pas sur les mêmes registres et j’espère avoir été assez discrète dans son environnement tout comme il l’a été dans le mien.

M. S. − Au niveau des salariés, il n’y avait pas de revendications ou de conflits majeurs ?

M.-A. L. − Il y en a toujours. On m’en a forcément parlé et tout le monde savait que j’étais « la sœur de ». Comme dans toute entre­prise, il y avait bien des critiques à faire à la gouvernance mais l’union entre vignerons et salariés semblait plus forte que les capa­cités d’opposition ou de division entre les deux groupes. Même si, bien entendu, on peut observer des dysfonctionnements internes. Du fait de la coopération, par exemple, les métiers se sont spécialisés. Autrefois, le vigneron était en charge de sa vigne, de la plantation à la récolte, de la vinification à la commercialisation. Il était acteur de l’ensemble de la chaîne opératoire. Ce qui est le cas aujourd’hui encore des vignerons indépendants. Dans le fonctionnement coopé­ratif, le métier a été scindé puisqu’on a d’un côté le vigneron qui devient « viticulteur », qui s’occupe de tout l’aspect cultural mais qui n’a plus de notion de vinification ou de commercialisation. Il ne connaît plus la technique qui permet de transformer le raisin en alcool et il ne lui revient pas de le vendre. Donc là, on a un fossé qui se creuse entre les différentes tâches de l’élaboration du vin et de sa commercialisation mais qui est propre à la coopération en général. Il y a la volonté des salariés d’impliquer les vignerons dans la vinifi­cation puisque cela permet de comprendre ce qu’attend l’œnologue pour la qualité de son vin qui dépend de la qualité du raisin, de l’encépagement, de l’état sanitaire de la vigne, etc., et qui dépend aussi d’un cahier des charges. Là, parfois, on observe des incompré­hensions parce que le savoir-faire a été oublié et que la transmission n’a pas eu lieu entre le grand-père vigneron individuel qui a parti­cipé à la création de la coopérative et qui maîtrisait encore ce savoir-faire. Le père qui n’a plus eu besoin de faire appel à ces savoir-faire gérés par les salariés de la coopérative pas plus que le petit-fils qui aujourd’hui s’est complètement spécialisé dans les techniques cultu­rales. Les dysfonctionnements entre les salariés et la direction, bien que j’aie été au cœur de l’entreprise pendant près d’un an, n’ont pas été tant l’objet de ma recherche et ils ne m’ont pas sauté aux yeux dans ce cas précis. Dans d’autres caves oui.

Pour revenir à la question : mon rapport au vin n’est pas un détail. Il est même primordial et je l’ai compris après m’être engagée dans cette enquête. J’irai même jusqu’à dire que c’est mon rapport à la ruralité que j’interroge aujourd’hui à travers mon métier et que j’ai envie de défendre. Je suis originaire de la région de l’Armagnac, d’une famille d’agriculteurs. Mes grands-parents, de part et d’autre, possédaient des vignes en polyculture. J’ai baigné dans ces récits depuis toute petite, donc c’est finalement assez peu étonnant de me retrouver à collecter la mémoire de vignerons et de paysans. Notre histoire familiale fait que nous avons perdu les propriétés, un arrachement terrible pour mes deux parents qui a été transmis à notre génération d’enfants : mon frère est œnologue et je suis revenue au vin… Chacun à sa façon nous nous sommes réappropriés cette thématique !

Mon rapport concret au vin s’est développé par la fréquentation de ce milieu-là. J’étais bien sûr consommatrice de vin mais je m’y suis intéressée bien sûr en étant au cœur même des procédés de fabrication. Aujourd’hui, j’aimerais même encore mieux comprendre la partie technique et avoir un rapport peut-être plus technique au vin, mais cela demande quelques compétences œnologiques !

Pour revenir ensuite à mon itinéraire d’ethnologue en entreprise, j’ai donc créé mon cabinet pour accueillir ce projet. Par la suite, un membre du réseau partenaire professionnel de cette cave est venu me solliciter pour reproduire cette démarche dans son propre con­texte. D’une démarche dont je ne pressentais pas le besoin, ce besoin a été identifié par des acteurs viticoles eux-mêmes. J’ai donc pu renouveler ce type de travail en Gironde, à la cave coopérative des Vignerons de Puisseguin Lussac Saint-Émilion. Il y avait forcément un enjeu de prestige qui montait en gamme au vu de la localisation de la cave, le contexte était complètement différent. La cave était beaucoup plus grande, il y avait eu plusieurs cas de fusion entre coopératives locales et la cave de Puisseguin Lussac Saint‑Émilion gérait l’ensemble des satellites de Saint-Émilion. Le territoire était plus étendu, le nombre d’adhérents coopérateurs était plus important (200 environ). Dans ce cas, l’entreprise s’est autofinancée sur ce projet, n’a pas fait appel à d’éventuelles subventions, et a mandaté mon cabinet pour l’écriture d’un livre également, à compte d’auteur de la coopérative, avec aussi un projet photographique.

À l’issue de cette enquête (la publication de l’ouvrage est en cours), parmi les partenaires figurait la société commerciale coopérative Plaimont, située dans le Gers, département dont je suis donc originaire, et à qui j’ai présenté mes services. Plaimont regroupe différentes caves coopératives de la Gascogne et du Béarn avec 800 producteurs adhérents sur les appellations Saint-Mont, Madiran, Pacherenc du Vic-Bilh et Côtes de Gascogne. L’entreprise était déjà inscrite dans une démarche patrimoniale via l’acquisition et la conservation de châteaux gascons mais aussi la constitution d’un conservatoire ampélographique (étude des cépages) étudiant les cépages autochtones oubliés et parfois disparus pour savoir s’ils peuvent être réintroduits. Plaimont a accepté de me faire confiance et nous avons de nouveau lancé une collecte des mémoires pour la publication de l’ouvrage À hauteur d’hommes. Plaimont, mémoires vives d’une aventure vigneronne, édité en 2018.

Aujourd’hui, je bénéficie donc de ce trio de références avec les coopératives de Montpeyroux en Languedoc, les Vignerons de Puis­seguin Lussac Saint-Émilion en Gironde et Plaimont en Gascogne.

Parallèlement, ces démarches-là ont intéressé les collectivités territo­riales qui s’inscrivent aujourd’hui dans un développement de poli­tiques oenotouristiques. Les territoires s’interrogent sur leur patrimoine, sur leur patrimoine viticole bien entendu et cherchent à savoir comment le valoriser, comment se positionner en tant que destination touristique attractive grâce aux richesses de ce patrimoine-là. Certains territoires ont donc souhaité appliquer la démarche ethnologique pour répondre à ces questions. Là, on se situe donc plutôt au niveau de la politique à mettre en place pour construire une offre touristique liée au vignoble. On commence donc par un état des lieux sous la forme de diagnostic patrimonial des éventuelles spécificités locales. Ce processus politique est encadré par des prérogatives gouvernementales qui préconisent justement la mise en avant d’éléments distinctifs entre les vignobles. La deuxième étape est de construire un discours et un projet pour la collectivité. Il faut donc trouver un positionnement de la destination. Enfin, on doit définir une stratégie, un plan d’actions pour la réalisation du projet territorial choisi. L’ethnologue intervient dans chacune de ces étapes puisque son rôle est transversal. Je travaille sur ce genre de mission en collaboration étroite avec une géographe spécialisée sur les questions du tourisme et du vin également, France Gerbal-Médalle du cabinet AOC Tourisme. Elle finalise actuellement une thèse sur l’œnotourisme à l’université de Toulouse. Sur ce type de mission, on pourrait me reprocher de ne plus faire mon métier d’ethnologue mais plutôt celui d’agence de communication ou de marketing. Ce qui est en partie vrai mais en partie faux puisque justement, notre parti pris c’est de maintenir une certaine scientificité dans chacune de ces étapes de travail et de garder un rapport rigoureux à la connaissance et à la recherche. Notre plus-value elle est là.

L’approche de ce genre de consultation par les sciences humaines et sociales permet de créer une dynamique sociale, de structurer des réseaux professionnels qui, à la base, ne se côtoient pas forcément (tourisme et vin), de donner la parole pour recueillir des perceptions et des représentations sur les métiers, les territoires, le patrimoine local. Cela permet de créer une synergie, une cohésion et un lien entre différents acteurs pour les orienter dans une même perspective de développement économique.

M. S. − Vous dites « nous » depuis un certain temps, parce que vous avez recruté des salariés dans votre cabinet ?

M.-A. L. − Non, c’est parce qu’on travaille en équipe avec différents cabinets. Nous avons mis en place une plateforme de prestataires partenaires. Nous sommes toutes des consultantes qui avons notre propre cabinet. Nous pouvons comme cela rassembler différentes compétences en géographie, documentation, iconographie, ingénie­rie touristique, architecture, marketing, aménagement du territoire, photographie, graphisme, communication, webmaster et bien sûr anthropologie. Toutes, nous sommes diplômées de l’Université et en autonomie entrepreneuriale. Ce réseau nous permet donc de nous compléter en termes de savoir, de savoir-faire et de méthodes. Nous partageons également nos réseaux puisqu’une partie de mon métier d’entrepreneure revient à aller chercher des contrats et des finance­ments, donc de faire du commerce, même si c’est un mot qui ne plait pas à tout le monde.

M. S. − Il n’y a plus de recherche aujourd’hui sans financement et une grande partie de la recherche académique est une recherche de financements qui devient une légitimité et une légitimation majeure des projets de recherche. Un projet de recherche non financé paraît invalide. On est véritablement dans le même type de processus de marchandisation que ce soit la science dite académique ou que ce soit une science appliquée. C’est ça qui est intéressant.

M.-A. L. − Exactement. En ce qui concerne notre regroupement, nous avons trouvé un bel équilibre, cela fonctionne plutôt bien et les échanges sont intéressants. Cela m’a permis de découvrir d’autres champs disciplinaires, d’appréhender d’autres méthodes et d’aller plus loin dans ma démarche. Et puis on est un collectif et c’est parfois plus confortable moralement !

M. S. − Dans votre cabinet, vous êtes seule. Vous n’avez pas de salarié ?

M.-A. L. − Je suis seule. Pour l’instant, je ne peux pas encore recru­ter pour des raisons économiques. Mes souhaits et mes ambitions vont en ce sens. J’adorerais pouvoir recruter des jeunes ethnologues si j’en avais les moyens ! Mais ma structure est encore un peu jeune, elle a 7 ans et il faut encore qu’elle se développe.

C’est assez difficile d’être ethnologue en entreprise, d’expliquer ce métier et ses plus-values à des gens qui ne le connaissent pas tou­jours. Heureusement, les résultats que l’on obtient nous permettent d’ouvrir des portes. Mais pour en arriver là, il faut tenir financière­ment et moralement. On aimerait parfois que les choses aillent un peu plus vite mais on dépend pour une grande partie de marchés publics où on est mis en concurrence. Le travail de recherche de­mande forcément du temps. On est dans un processus de marché et de concurrence permanent. C’est un aspect du métier qu’il ne faut pas négliger et qui fait partie intégrante de la vie de chef d’entreprise.

M. S. − Parlons du futur !

M.-A. L. − J’ai confiance en cette démarche. J’aimerais pouvoir la développer, comme je le disais, pour en faire bénéficier à de jeunes chercheurs. Pour moi, il y a un vrai enjeu à développer cette initiative. Il y a un vrai enjeu d’y inclure l’Université. C’est notre souhait : partager le savoir et faire valoir les deux démarches l’une vis-à-vis de l’autre. C’est un souhait qui est très fort ! Créer un partenariat universités/entreprises capable de positionner des jeunes chercheurs sur des projets, pour moi, ce serait un idéal.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Ange Lasmènes et Monique Selim, « Faire profession d’anthropologue dans les mondes viticoles »Journal des anthropologues, 156-157 | 2019, 277-291.

Référence électronique

Marie-Ange Lasmènes et Monique Selim, « Faire profession d’anthropologue dans les mondes viticoles »Journal des anthropologues [En ligne], 156-157 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 09 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/jda/8400 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jda.8400

Haut de page

Auteurs

Marie-Ange Lasmènes

Site : http://paroles-paroles.com

Monique Selim

IRD-CESSMA, UMR 245 IRD, université Paris-Diderot, Inalco
Courriel : monique.selim@ird.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search