Navigation – Plan du site

AccueilNuméros158-159In MemoriamEn souvenir de Martine Hovanessian

In Memoriam

En souvenir de Martine Hovanessian

Annie Benveniste
p. 9-12

Texte intégral

1C’est avec une grande tristesse que nous avons appris la nouvelle du décès de Martine Hovanessian. Elle avait consacré sa recherche anthropologique aux multiples approches et récits du génocide arménien et de la reconstruction du lien communautaire, saisie dans ses ruptures et ses scissions, comme dans ses symbolisations, édifiant une « nouvelle configuration de l’espace et du temps », « marque d’un réveil minoritaire dans la dispersion ». Dans les articles qu’elle publia dans le Journal des anthropologues, comme dans ses ouvrages – citons Le lien communautaire (1992) − elle a toujours cherché à lier la posture de l’anthropologue, celle de l’implication, dans la continuité des écrits de Gérard Althabe, à une nouvelle forme d’écriture où il ne s’agit pas de décrire mais de « produire des langages de la discontinuité », résonnant avec la réalité hors norme qui est celle de la catastrophe génocidaire. Résonnance aussi avec la littérature contemporaine, avec les textes d’un ethnologue-poète, Michel Leiris, les analyses d’un sémio­logue‐philosophe, Roland Barthes, tous écrits qui se présentent comme des actes. « Il y a effectivement dans la globalité de cette écriture un mouvement tendu vers "prendre corps" plutôt que vers "prendre sens" », écrit Martine dans « L’écriture du génocide des Arméniens : un texte à plusieurs voix » (1998).

2Martine prônait une écriture hétérogène, comme caractérisant l’écriture du génocide, celle d’une violence collective démesurée. La réalité hors norme se vit dans le rapport au lien communautaire, lieu d’enjeux sociaux plus que lieu territorial, chez les sujets qu’a ren­contrés Martine, en France à Issy-les-Moulineaux ; elle se vit dans l’imaginaire d’un « rapport sacré à la terre », matérialisé dans les mouvements de résistance au Karabagh, chez les sujets rencontrés en Arménie, où le tremblement de terre de 1988, décrit comme un nouveau séisme, raviva le souvenir du génocide. Du travail de ter­rain en Arménie, Martine en avait rendu compte, entre autre, dans un article publié en 1993, intitulé « L’enchevêtrement des catastrophes en Arménie. Discontinuités de l’Histoire et continuité de mémoire » (1993). Elle y décrit comment la réappropriation de l’histoire par les Arméniens de l’ex-Union soviétique ne peut se faire que dans un rapport à la territorialité − mouvements de résistance au Karabagh − supposant le retour de ce qui avait été refoulé, comme les expro­priations, reposant sur une mémoire traversée par l’angoisse de l’exil et de la disparition/dispersion.

  • 1 « Parcours de l’ethnologie dans le monde post-soviétique », 2001, n° 87.

3Cette plongée dans le monde post-soviétique se prolongea dans un numéro du Journal des anthropologues1 où Martine Hovanessian a cherché à analyser la construction de la discipline anthropologique, de son ancrage épistémologique et de l’emprise du politique dans l’ex-Union soviétique, ainsi que des changements qui ont suivi. Les nouvelles orientations politiques mais aussi les nou­veaux territoires contribuent à y reconfigurer la « science ethnologique ».

4Martine et moi avons été très proches dans notre rapport à nos objets : construction de l’identité de populations émigrées de l’ex‐Empire ottoman ; violence des génocides qui ont frappé les populations arméniennes et juives, jusqu’en leur rapport au territoire d’immigration. Les Arméniens de l’Empire ottoman fuient le génocide de 1915 ; les juifs fuient les changements économiques et politiques qui bouleversent l’Empire : ils seront confrontés au génocide en France, pendant la période de l’Occupation. Nous partagions des liens de sororité intellectuelle, bien que je n’aie jamais voulu travailler sur la shoah, dont le récit émaillait et trouait ceux que je voulais recueillir sur l’immigration. Dans le numéro 75 du Journal des anthropologues sur le « Statut de l’écrit et de l’écriture en anthropologie », Martine rappelle la proximité de nos approches, montrant comment, dans nos deux articles « le récit migratoire ou celui de l’exil » déroule des trajectoires faites de rupture.  Nous partagions certains souvenirs communs de l’enfance : odeurs de pastourma ; de nourritures de l’Orient qui s’invitaient aux repas de l’AFA : comment oublier l’immense plateau de beureks que Martine sortait du coffre de sa voiture, comme d’un four d’une cuisine orientale ? Nos façons de voyager différaient, cependant. La sienne reproduisait les multiples exils de nos grands-parents qui ne les avaient jamais dissuadés d’emporter avec eux tout ce qui rappelait l’avant. J’ai pris une fois l’avion avec Martine pour me rendre à Nice où se trouvait la direction de l’URMIS. Elle portait plusieurs petits paquets, plus appropriés, disait-elle, au mode de déplacement qui lui rappelait sa grand-mère, que la valise à roulettes de l’homme d’affaires.

5C’est sur cette image antinomique que je voudrais clore ce souvenir. Martine vivait la vie intensément, non sur des roulettes mais de plain-pied. Elle était tout entière dans son travail d’écriture, laissant libre cours à l’imaginaire dans son tissage avec des ap­proches renouvelées.

Haut de page

Bibliographie

− 1992. Le lien communautaire. Trois générations d’Arméniens. Paris, Armand Colin.

− 1993. « L’enchevêtrement des catastrophes en Arménie. Disconti­nuités de l’Histoire et continuité de mémoire », Journal des anthropologues, 52 : 11-27.

− 1995. Les Arméniens et leurs territoires. Paris, Autrement.

− 1998. « L’écriture du génocide des Arméniens : un texte à plu­sieurs voix », Journal des anthropologues, 78 : 63-84.

− 2001. Coordination du numéro 87 du Journal des anthropologues, « Parcours de l’ethnologie dans le monde post-soviétique ».

− 2013. Les récits de nos vies atteintes, une histoire arménienne inconcevable. Paris, L’Harmattan.

Ainsi que de très nombreux autres articles.

Haut de page

Notes

1 « Parcours de l’ethnologie dans le monde post-soviétique », 2001, n° 87.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Benveniste, « En souvenir de Martine Hovanessian », Journal des anthropologues, 158-159 | 2019, 9-12.

Référence électronique

Annie Benveniste, « En souvenir de Martine Hovanessian », Journal des anthropologues [En ligne], 158-159 | 2019, mis en ligne le 01 novembre 2019, consulté le 27 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/jda/8538 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jda.8538

Haut de page

Auteur

Annie Benveniste

LEGS (Laboratoire d’études du genre et des sexualités) – UMR 8238, université Paris 8.
Courriel : annie.benveniste@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Journal des anthropologues

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search