Navigation – Plan du site

AccueilNuméros158-159Dossier : Subjectivations du(es) ...Subjectivations du(es) / au trava...

Dossier : Subjectivations du(es) / au travail

Subjectivations du(es) / au travail. Subjectivations en travail

Étienne Bourel et Judith Hayem
p. 15-26
Traduction(s) :
Subjectivations of Work: Subjectivations in Labour [en]

Texte intégral

  • 1 Nous renvoyons notamment à l’ouvrage Genre et savoirs qu’elle a coordonné avec Hélène Guétat-Bernar (...)

1Les nombreux discours sur les transformations du travail (« numérisation », « automatisation croissante », « uberisation », « externalisation », etc.), souvent décrites comme structurelles et définitives, doivent faire l’objet d’un examen circonspect. Tel était l’un des caps que nous nous étions fixés pour la coordination de ce dossier après nos échanges avec les membres du Comité de rédac­tion, et en particulier avec Magalie Saussey, dont les réflexions ont beaucoup nourri notre appel à contributions1.

2Ne retrouve-t-on pas la trace de formes historiques plus an­ciennes, comme le travail à la tâche, dans ce qui apparaît au premier abord comme profondément nouveau ? Comprendre le digital labour impliquerait, à suivre Sébastien Broca (2017), une redéfini­tion des conceptions conventionnelles du « travail ». Toutefois, Sarah Abdelnour et Sophie Bernard s’interrogent en ces termes dans La Nouvelle Revue du Travail (2018, n° 9) : « Si le numérique permet […] de distribuer des tâches à l’échelle planétaire, de ma­nière quasi instantanée, le travail sur les plateformes ne ressemble-t-il pas toutefois à des formes de travail caractéristiques des débuts de l’industrialisation ? ». Symétriquement, un numéro récent de la revue Sociologies pratiques (2017) invitait par exemple à envisager le numérique tant comme catalyseur qu’amplificateur de tendances plus anciennes. Comment faire alors pour « dégager la réflexion sur la technologie et la société de la chape de l’incessante nouveauté qui impose un futur sans avenir » (Le Bot et al., 2017 : 20).

Trajectoires des analyses et débats contemporains

3Poursuivant la tâche entamée par L’Homme et la société il y a 15 ans, dans un numéro intitulé « Travail globalisé, travail singu­lier », nous avons eu à cœur dans ce numéro du Journal des anthropologues de « remettre en cause la réduction de ces transformations à de grandes tendances homogénéisantes comme la tertiarisation, la désindustrialisation, etc. » – on pourrait aujourd’hui ajouter  « l’ubérisation »  à cette liste – qualificatifs qui, pour continuer la citation, « acquièrent » tous « rapidement la fonction de mythologies occultant la singularité des situations » (Didry et alii, 2004 : 11).

4Ce dossier tient également une place singulière quant à la réflexion sur le travail dans l’histoire de notre revue. Lancée à la fin des années 70, et s’appelant alors le Bulletin de l’AFA, elle a au cours des années 80 constitué une chambre d’échos du déploiement de l’anthropologie du contemporain où Gérard Althabe promut l’anthropologie de l’entreprise. Et ce, au côté de débats sur les modalités d’implication des anthropologues et sur l’anthropologie appliquée qui, d’une autre façon, interrogent aussi le travail. Formellement, ce numéro est ainsi le cinquième du Journal des anthropologues à être principalement consacré au travail. Si l’on considère séparément les prolongements de l’anthropologie marxiste qu’a permis le volume d’hommage à Claude Meillassoux en 2009 (n° 118-119), il est possible de relever qu’un premier dossier fut consacré en 1991 à l’anthropologie de l’entreprise comme thématique propre (n° 43-44). La focale fut ensuite élargie à la figure entrepreneuriale en 1996 (n° 66-67). Les promoteurs de ces thématiques se sont alors tournés vers des questions plus générales telles que celle de la monnaie ou de la globalisation. Finalement, c’est en 1999 qu’un dernier dossier a consacré une place majeure au travail, sous la forme d’une attention aux « nouvelles configurations économiques et hiérarchiques » (n° 77-78). Le présent volume peut donc être tenu, en ce sens, comme un « retour au travail » dans la revue. Si nous pouvons noter que ce n’est plus l’entreprise (comme lieu central pour penser un ensemble de dynamiques sociales) qui est l’entrée principale ici, elle n’en est pas moins régulièrement présente en toile de fond. Ce constat invite à questionner les spatialités du travail et du capitalisme (Harvey, 2006 ; Castree et al., 2004). Ce dossier prolonge ainsi les jeux de diffraction et de synthétisation qui ont caractérisé la réflexion sur le travail dans le Journal des anthropologues.

5Les articles qui le constituent ne prétendent pas à l’exhaustivité. Mais ils illustrent, au-delà de nos espérances, la diversité persistante, tant des situations de travail elles-mêmes que des formes de subjectivations qui s’y déploient, qui sont autant des subjectivations au travail que du travail ou dues au travail, et plus généralement des subjectivations en travail, comme nous l’anticipions dans notre appel et l’affirmons dans le titre de ce dossier. Les enquêtes de terrain, dont ils procèdent, sont particulièrement variées : si plusieurs se sont déroulées en France, les géographies sont plurielles et souvent immédiatement en prise avec des problématiques globales, qui ne gomment pas pour autant leur singularité. Ce sont surtout les objets même de ces recherches qui renvoient à des horizons multiples. Preuve, si besoin était, du caractère polymorphe du travail dans le monde contemporain et, partant, de toute réflexion s’en réclamant. Cette diversité se retrouve sur le plan disciplinaire puisque, pour peu que la méthode ethnographique soit toujours de mise dans les textes proposés à la lecture, les analyses sont ancrées autant dans l’anthropologie et la sociologie que dans l’ergonomie ou la philosophie et auraient fait plus de place à l’histoire si notre espace éditorial nous l’avait permis.

6Les contributions reflètent également une véritable amplitude dans les échelles considérées du macro au micro. Dans leurs articles, respectivement consacrés au rapport au travail salarié des Innus du Québec et aux trajectoires des Paysans-Boulangers, Émile Duchesne d’une part, et Chloé Barbier et Pascale Moity Maizy, de l’autre, se penchent ainsi sur les dimensions symboliques et de symbolisation au travail renvoyant à des « rapports au monde ». Duchesne montre en effet comment leurs salaires permettent aux Innus de maintenir leurs activités de chasse traditionnelles gages de la préservation de leur mode propre de « production de la personne ». L’article sur les Paysans-Boulangers illustre quant à lui, une tentative de remise en cause d’un système sociotechnique dans son ensemble. À l’autre bout du spectre, c’est aux positionnements du corps et à la problématique du geste technique que s’attache en revanche le quatuor d’anthropologues et d’ergonomes, composé de Jeanne Robert, Constance Ruiz, Pascal Béguin et Valérie Pueyo dans un article dédié au travail méconnu et sous-estimé des illusionnistes et des modèles vivants. Puisqu’il en est question, soulignons d’ores et déjà la place du corps dans les articles de ce dossier. Il s’agit sans ambiguïté d’un axe fort des réflexions proposées et ceci était déjà marquant dans la trentaine de propositions de contributions que nous avons reçues et parmi lesquelles il nous a fallu faire des choix difficiles. Au centre de la moitié des analyses, le corps est implicitement une composante majeure des enjeux à l’œuvre dans plusieurs autres activités décrites, autre écho aux problématiques actuellement débattues dans les sciences sociales du travail (La Nouvelle Revue du Travail, 2019). Ce ne sont pas tant les corps en souffrance ou exploités qui sont mis en lumière ici mais leur mise au travail sous l’effet des subjectivations imposées ou auto-imposées.

Des subjectivations en travail

  • 2 Les personnes intéressées pourront découvrir d’autres toiles de Mario Chichorro sur son site http:/ (...)

7Afin de ne pas nous en tenir aux « fantasmes idéologiques accompagnant la perpétuation du capitalisme » (Le Bot et al., 2018 : 11) ni même aux analyses organisationnelles et pour éviter les effets de lissage qui gomment les particularités et dissimulent parfois la variété des configurations ainsi que les capacités d’agir et de penser des femmes et des hommes qui travaillent, nous avons souhaité que les articles réunis dans ce dossier nous livrent des ethnographies détaillées de situations de travail. Mais surtout, nous avons souhaité qu’ils donnent à voir et à comprendre la diversité de formes de subjectivations propres aux actrices et acteurs impliqué.e.s dans ces dernières. Et c’est parce qu’elle incarne, dans nos perceptions subjectives, cette diversité et les contradictions qui y sont en travail que nous avons choisi l’œuvre de Mario Chichorro pour illustrer notre couverture. Nous remercions vivement ce dernier ainsi que sa compagne Marie Delbarre, qui nous en ont autorisé l’usage2.

8Volontairement, nous n’avons pas assigné de signification définitive et préalable à la notion de subjectivation que nous savions très utilisée et polysémique (Tumultes, 2014 ; Hayem, 2016, 2019), nous bornant à décrire les subjectivations dans notre appel comme des « investissements subjectifs et [des] manières de penser ». Si la mobilisation des subjectivités est désormais une composante cardinale et revendiquée du management post-fordiste (Mercure & Bourdages-Sylvain, 2017), nous aspirions à voir révélées, dans leur diversité et leurs contradictions potentielles, les productions de subjectivités que suscite le travail aujourd’hui. Et ce, que cette subjectivation s’entende ou/et se manifeste comme un assujettissement consécutif à des formes renouvelées de contrôle (Mercure & Bourdages-Sylvain, ibid.) ou, au contraire, comme la production d’un sujet qui cherche à s’émanciper ou à se désidentifier d’une place assignée (voir les nombreux usages de Jacques Rancière dans cette veine) ou encore, comme la production d’imaginaires (Hours & Selim, 2003 ; Althabe, 1969) et de possibles au travail, voire même de prescriptions politiques (Lazarus, 2001 ; Hayem, 2016, 2019). Le pari de cette incitation était qu’elle permettrait, dans une démarche proprement anthropologique, d’être attentif aux significations originales et parfois inattendues que les travailleuses et travailleurs de notre temps confèrent, librement ou sous la contrainte, à leurs activités respectives. Quels sont les mots repris ou choisis par les acteurs pour décrire leur travail et se prononcer sur son devenir ? Quels sont les enjeux soulevés, à leurs yeux, par les transformations du travail ? Quels effets ces subjectivations du(es)/au travail ont-elles sur la manière de l’envisager, le concevoir et le pratiquer ?

9L’accent mis au fil des articles réunis sur les « représentations », les « imaginaires », les « horizons d’attente », les « engagements subjectifs et corporels », les « aspirations » ou « les reformulations », est donc l’une des spécificités de ce volume, par contraste notamment avec plusieurs dossiers récents qui ont plutôt choisi de s’attacher aux enjeux de la reconfiguration contractuelle du salariat et ses conséquences sur la relation de travail et l’organisation du travail lui-même (La Nouvelle Revue du Travail, 2018 ; Tracés, 2017 ; Sociologies pratiques, 2017). Cette question n’est pas pour autant absente de notre dossier qui, reflet de son contemporain, aborde aussi bien le cas du capitalisme de plateforme incarné par les livreurs à vélo (Saraceno) que les tentatives des coopératives d’activités et d’emploi pour constituer de nouvelles modalités de salariat offrant selon leurs termes plus « d’autonomie » à leurs membres (Bajart & Leclercq). L’enjeu des subjectivations permet par ailleurs d’entrer en écho avec différentes contributions aux théories sociales critiques récentes en la matière, qu’il s’agisse de celles relevant du féminisme (Simonet, 2018), de l’intersectionnalité (Journal des anthropologues dossier « Racisme et sexisme », 2017) ou des questions sociales (L’OURS, 2015).

  • 3 Si l’un des effets de la marchandisation intellectuelle et de la mise en plateforme des revues est (...)

10En effet, il nous importait particulièrement ici que soit identifiable la dimension politique du(e) et au travail. Au-delà des arguments théoriques et des débats d’école sur le caractère aliénant ou émancipateur de ce dernier (Jacquot et al., 2019, Tracés op. cit.), qu’est-ce que l’expérience vécue, les résistances et les inventions effectives au travail nous révèlent sur les émancipations attendues, rêvées ou bien réelles – qu’elles s’entendent comme de potentielles aspirations politiques voire des projets de société ou, à défaut d’ambition collective, comme des projets de vie ? Et aussi, et souvent conjointement, quelles sont les nouvelles aliénations imposées, redoutées, évitées, détournées ou subies, manifestes dans ces productions de subjectivité ? Ces configurations renforcent-elles systématiquement l’individualisme, comme on le déplore volontiers ou bien génèrent-elles, parfois, de nouvelles solidarités et de nouvelles relations sociales ? Et si oui, comment ? C’est le fil principal que nous avons choisi pour organiser les articles au sein de ce dossier : de la conformité à la résistance jusqu’aux tentatives de s’affranchir. De sorte qu’il peut être judicieux de les lire en suivant le sommaire, comme on feuillèterait page à page le volume papier3.

11Le numéro s’ouvre ainsi sur une série d’articles qui mettent l’accent sur les effets d’assujettissement au travail. Celui de Giulia Mensitieri sur la manière de « se faire sur mesure » pour pouvoir pénétrer dans le monde de la mode et l’étude de Julien Debonneville sur la formation imposée aux domestiques philippines, destinées à s’embaucher à l’étranger − formation qui confine, note l’auteur, à une véritable « conduite des conduites » − illustrent particulièrement bien comment sont transmises, exercées et appropriées par les travailleurs des normes et des places dans la hiérarchie du travail, qui sont aussi bien des conformations intellectuelles que corporelles. Les études que nous livrent ensuite Marco Saraceno et Patience Biligha manifestent, quant à elles, l’ambivalence des subjectivités dans les situations qu’ils étudient ; si différentes soient-elles. Les livreurs à vélos qu’a côtoyés Marco Saraceno, comme les prostituées chinoises travaillant au Cameroun, qu’a rencontrées Patience Biligha, revendiquent la liberté dont ils/elles bénéficient dans leur travail ou grâce à celui-ci : par l’autonomie acquise vis-à-vis d’un patron et le plaisir et le loisir de la course, pour les uns ; grâce à la mise à distance des stéréotypes patriarcaux et l’autonomie financière obtenue par le travail du sexe, pour les autres. Pourtant, l’examen minutieux de leurs représentations et de leurs pratiques révèle que la liberté revendiquée le dispute à des formes d’intériorisation de la norme néolibérale dont les acteurs ont plus ou moins conscience.

12La conscience des contraintes imposées par un système de production, un patron ou encore une situation spécifique dans l’emploi et plus largement dans la société ainsi que la volonté de s’en défaire, ou pour le moins de s’en distancier, sont plus explicites dans les articles qui suivent. Toutefois, et de manière frappante, seule l’initiative des paysans sans terre du Brésil (Pascale Devette & Dan Furukawa Marques), réunis en coopératives agricoles de production, se présente comme une modalité organisée pour promouvoir une ambition qu’on peut dire à la fois collective et politique. Sans doute parce qu’elle est issue, comme le soulignent les auteurs, d’une « véritable lutte politique » et portée par une philosophie explicite de « compagnonnage ». Dans les autres cas de figures présentés, – y compris dans les coopératives d’activités et d’emploi (CAE) – les registres de revendication portées par les subjectivations à l’œuvre dans et par le travail sont beaucoup plus diffus, divers et nettement moins antagonistes. Dans plusieurs articles du numéro, il s’agit moins de s’affronter à que de se démarquer de, dans des formes d’invention et de mises à distance des normes ambiantes qui nous renseignent sur la façon dont les intéressés pensent la question des marges du capitalisme et les façons de louvoyer avec lui. Si elles ne reconstituent pas de véritables collectifs, ces manières d’envisager et de pratiquer le travail sont néanmoins productrices de liens sociaux et d’entraide. Voire même, elles sortent les protagonistes de leur isolement et leur rendent littéralement une place sociale, comme le montre Mélanie Duclos en s’attachant aux trajectoires des biffins parisiens.

  • 4 Cette question est discutée par Morgane Merteuil et Thierry Schaffauser (2017).

13« Visibilisation » du travail effectué et « reconnaissance » de celui-ci comme un travail véritable constituent d’ailleurs un autre enjeu transversal à plusieurs contributions. Cela est particulièrement net pour les modèles vivants et les illusionnistes, dont le travail consiste précisément et paradoxalement à rendre invisibles les gestes qui sont au cœur même de leur activité (Robert et al.), de sorte qu’ils peinent à faire reconnaître la spécificité de leur profession et leur « engagement » dans celle-ci. Aussi complémentaire qu’orthogonale, l’analyse de la mode de Giulia Mensitieri renseigne sur les codes moraux d’un milieu social où les positions occupées conditionnent la considération du travail effectué. Volonté et capacité de faire-valoir métiers, savoir-faire et pratiques sont aussi des composantes importantes dans les articles de Patience Biligha avec les femmes chinoises se prostituant au Cameroun4 et de Mélanie Duclos avec les biffins parisiens. Éclairée par l’approche des subjectivations, la lutte pour la reconnaissance, au sens où l’entend Axel Honneth (2013), traverse donc plusieurs des articles de ce dossier. Ainsi, si l’institutionnalisation des combats fait souvent défaut, des résistances cachées ou qui se cherchent sont tout de même décelables dans plusieurs configurations présentées. On voit d’ailleurs poindre du texte caché, au sens où l’entend James Scott (2009), dans la chute de l’article de Debonneville. Ceci dément l’idée d’une domination sans faille et sans obstacle de la nouvelle conjoncture économico-politique globale, mais souligne aussi le caractère illusoire de l’idéal d’émancipation attendu par les travailleurs ubérisés sans patron, ou encore la liberté prétendument conquise par les entrepreneurs indépendants ou les acteurs du monde de l’économie sociale et solidaire (Abdelnour, 2017 ; Hely & Simonet, 2013). Faut-il voir là une conséquence de la dissolution des lieux de travail (et des lieux où il se pense et où s’élaborent des revendications) que nous avons relevée plus haut ? Sans doute. Notons que l’approche anthropologique révèle sa singularité sur ces questions également, puisque les dispositifs d’enquête eux-mêmes peuvent devenir lieux de revendication, comme dans le cas des entretiens menés par Patience Biligha avec les prostituées chinoises au Cameroun. Il en va de même dans le cas des illusionnistes et des modèles qu’ont rencontrés Jeanne Robert et Constance Ruiz : c’est la posture d’enquête elle-même qui permet aux interlocuteurs des chercheurs de faire valoir leurs aspirations et leurs revendications. Il peut donc arriver que les voies de l’émancipation soient relayées par les praticien.ne.s des sciences sociales.

14Sans doute aussi est-ce le choix de mettre l’accent sur les subjectivations qui permet de dresser ce tableau complexe et nuancé. En effet, pour diverses que soient les acceptions qu’ont eues de ce terme les contributeurs de ce numéro, tous mettent l’accent non pas sur un sujet historique ou politique du travail qui serait déjà là mais bien sur les modalités de sa production, les argumentaires de celle‐ci, ses temporalités et ses ambitions. Pas de normativité ni d’idéologie et peu de critiques dans leurs approches. Dans ces circonstances, seule une investigation prolongée dans le temps permettrait d’appréhender si ces subjectivations, à l’instar de celle des paysans sans terre, deviennent politiques et donnent naissance à une action collective.

Haut de page

Bibliographie

ABDELNOUR S., 2017. Moi, petite entreprise. Paris, PUF.

ABDELNOUR S., BERNARD S., 2018. « Vers un capitalisme de plateforme ? Mobiliser le travail, contourner les régulations », La Nouvelle Revue du Travail, 13. DOI : 10.4000/nrt.3797 (consulté le 10 juillet 2019).

ALTHABE G., 1969. Oppression et libération dans l’imaginaire. Les communautés villageoises de la côte orientale de Madagascar. Paris, Maspero.

BROCA S., 2017. « Le digital labour, extension infinie ou fin du travail ? », Tracés, 32. DOI : 10.4000/traces.6882 (consulté le 15 juillet 2019).

CASTREE N., COE N. M., WARD K. & SAMERS M., 2004. Spaces of work. Global capitalism and the geographies of labour. London, Thousand oaks/New Delhi, Sage publications.

DIDRY Cl., DIEUAIDE P., ROULLEAU-BERGER L., SELIM M. & SOBEL R., 2004. « La mondialisation n’existe pas : Regards sur les expériences singulières du travail globalisé », L’Homme et la société, 152-153 : 9-16.

GUÉTAT-BERNARD H., SAUSSEY M. (eds sc.), 2014. Genre et savoirs. Pratiques et innovations rurales au Sud. Marseille, IRD Éditions.

HARVEY D., 2006. Spaces of Global Capitalism. London/New York, Verso.

HAYEM J., 2016. « Des subjectivités politiques en Afrique du Sud », in SELIM M. & CASTELLI B., Réparer les inégalités, penser la solidarité ou construire l’égalité ? Paris, L’Harmattan : 67-83.

HAYEM J., 2019. Subjectivités politiques et singularités subjec­tives. Enquêtes d’anthropologie de la politique. Mémoire pour l’habilitation à diriger des recherches. Lille, université de Lille.

HELY M., SIMONET M., (dir.), 2013. Le travail associatif. Nanterre, Presses universitaires de l’Ouest.

HOURS B., SELIM M., 2003. Essai d’anthropologie politique sur le Laos contemporain : marché, socialisme et génies. Paris, L’Harmattan.

HONNETH A., 2013. La lutte pour la reconnaissance. Paris, Gallimard.

JACQUOT L., METZGER J.-L., BACHET D., BUREAU M.-C., DEFALVARD H. & DIDRY Cl., 2019. « Travail et émancipation », La Nouvelle Revue du Travail, 14. DOI : 10.4000/nrt.4936 (consulté le 16 juillet 2019).

JOURNAL DES ANTHROPOLOGUES, 2017. « Racisme et sexisme », 150-151.

L’OURS, 2015. « Le travail globalisé », Hors-série 72-73.

LAZARUS S., 2001. « Anthropologie ouvrière et enquêtes d’usine : état des lieux et problématiques », Ethnologie française, 31(3) : 389-400.

LE BOT F., DARD O., DIDRY C., DUPUY C. & PERRIN C., 2017. « Des discours aux pratiques : femme, enfant et homme‐machine au travail », L’Homme et la société, 205 : 19‐26.

LE BOT F., PERRIN C., DARD O., DIDRY C. & DUPUY C., 2018. « Prométhée déchaîné ? », L’Homme et la société, 207 : 9-19.

MERCURE D., BOURDAGES-SYLVAIN M.-P. (dir.), 2017. Tra­vail et subjectivités. Perspectives critiques. Paris, Hermann / Québec, Presses de l’Université Laval.

MERTEUIL M., SCHAFFAUSER T., 2017. « Le travail du sexe : entretien avec Morgane Merteuil et Thierry Schaffauser », Tracés, 32. URL : http://journals.openedition.org/traces/6921 (consulté le 15 juillet 2019).

LA NOUVELLE REVUE DU TRAVAIL, 2018. « Vers un capitalisme de plateforme ? », 13.

LA NOUVELLE REVUE DU TRAVAIL, 2019. « Corps au travail, corps travaillés », 14.

SIMONET M., 2018. Travail gratuit : la nouvelle exploitation ? Paris, Textuel.

SOCIOLOGIES PRATIQUES, 2017. « Le numérique (dés)organise‐t-il le travail ? », 34.

SCOTT J., 2009 [1990]. La Domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne. Paris, Éd. Amsterdam.

TRACÉS, 2017. « Déplacer les frontières du travail », 32.

TUMULTES, 2014. « Le moment de la subjectivation », 43.

Haut de page

Notes

1 Nous renvoyons notamment à l’ouvrage Genre et savoirs qu’elle a coordonné avec Hélène Guétat-Bernard (2014).

2 Les personnes intéressées pourront découvrir d’autres toiles de Mario Chichorro sur son site http://www.mariochichorro-peintre.fr/ et à l’occasion des expositions qu’il organise, notamment dans les Pyrénées-Orientales où il réside.

3 Si l’un des effets de la marchandisation intellectuelle et de la mise en plateforme des revues est la réticularisation des connaissances et la dispersion potentielle des articles d’un dossier, soulignons, en forme de clin d’œil, que l’ordre d’apparition des articles reflète notre travail et nos choix de coordination pour constituer ces articles en un tout cohérent.

4 Cette question est discutée par Morgane Merteuil et Thierry Schaffauser (2017).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Bourel et Judith Hayem, « Subjectivations du(es) / au travail. Subjectivations en travail »Journal des anthropologues, 158-159 | 2019, 15-26.

Référence électronique

Étienne Bourel et Judith Hayem, « Subjectivations du(es) / au travail. Subjectivations en travail »Journal des anthropologues [En ligne], 158-159 | 2019, mis en ligne le 03 janvier 2022, consulté le 09 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/jda/8549 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jda.8549

Haut de page

Auteurs

Étienne Bourel

Université Lumière Lyon 2. LADEC.
Courriel : e_bourel@yahoo.com

Articles du même auteur

Judith Hayem

CLERSÉ-UMR 8019 CNRS. Faculté des sciences économiques et sociales –Université de Lille
Courriel : judith.hayem@univ-lille.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search