Navigation – Plan du site
Activités de l’AFA

Assemblée générale de l’AFA 2019 : compte rendu

15 juin 2019, Université de Montpellier, Site Saint Charles
Barbara Morovich
p. 333-335

L’assemblée générale est ouverte en présence d’une vingtaine d’adhérent.e.s de l’AFA. Benoit Hazard du collectif « Gilets Jaunes enseignants-chercheurs » est également présent.

Barbara Morovich, présidente de l’AFA, tient à remercier Françoise Palumbo au nom de l’association. Françoise a souhaité se retirer du secrétariat de l’AFA qu’elle assurait bénévolement pendant plus de vingt ans.

Barbara Morovich donne ensuite lecture du rapport moral et d’activité 2018-19, Étienne Bourel, trésorier, celle du rapport financier.

Les deux rapports sont approuvés à l’unanimité.

Nous procédons enfin à l’élection des nouveaux membres du bureau. Les nouveaux élus étant : Pascale Absi, Marion Aubrée (réélue), Annie Benveniste, Ana Gendron, Wenjing Guo (réélue), Émir Mahieddin, Barbara Morovich (réélue), Julie Peghini, Paula Vasquez.

Une discussion s’engage sur la suite à donner au colloque, un consensus se dégage sur la volonté d’arriver à une publication. Plusieurs possibilités sont alors envisagées :

  • Un numéro collectif du Journal des anthropologues avec des normes académiques plus souples

  • Un hors-série

  • La possibilité de faire deux numéros est aussi envisagée

  • Un numéro qui fédère les débats sur les « Gilets Jaunes », notamment en lien avec les chercheurs qui travaillent sur ce sujet.

L’idée est de poursuivre les dialogues qui se sont mis en place lors du colloque, entre chercheurs, membres d’associations, mili­tants. Plusieur.e.s soulignent le rôle de l’AFA, restée toujours indépendante par rapport aux institutions et l’importance de donner voix à l’anthropologie en dehors des institutions, comme la table ronde l’a montré.

Concernant l’idée de faire un numéro sur les Gilets Jaunes, le risque est de tomber dans la redite, puisque plusieurs ouvrages sortent actuellement sur ce sujet. Ne serait-il pas plus utile alors de reprendre les questions discutées lors du colloque, à la fois dans les sessions (« De l’association au mouvement de lutte » et « Retrait de l’État ? S’associer, entre bénévolat et individualisation ») et dans la table ronde (« Sciences sociales associatives et engagées »), afin d’identifier où sont les producteurs du savoir anthropologique au­jourd’hui, sans tomber dans les dichotomies et en considérant que le mouvement des Gilets Jaunes ou les associations interdisciplinaires ne sont que quelques-unes des surfaces émergées de ce nouvel ice­berg des acteurs de l’anthropologie aujourd’hui.

Du point de vue de la méthodologie, certain.e.s se demandent s’il ne serait pas opportun d’initier d’abord une démarche par des ateliers afin de réfléchir à ces nouvelles arènes avant de commencer à travailler sur une publication. Une simple publication d’actes se révèle moins constructive. D’autres soulignent l’importance de replacer ces débats aussi à l’international, tenant compte de ce qui se passe également dans d’autres pays comme le Brésil, l’Algérie…

L’AG se termine par les libations habituelles.

  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • OpenEdition Journals