Navigation – Plan du site

AccueilNuméros160-161Anthropologie visuelleDe l’ascension à la chute du lutt...

Anthropologie visuelle

De l’ascension à la chute du lutteur sénégalais « Tyson »

Itinéraire visuel d’un héros renversé (1995‑2006)
From the Ascent to the Fall of the Senegalese Wrestler “Tyson”: Visual Itinerary of an Overthrown Hero (1995‑2006)
Omar Dieng et Thomas Riot
p. 211-227

Résumés

Inventée pendant la période coloniale, la lutte sénégalaise avec frappe figure de nos jours parmi les sports les plus pratiqués et regardés au Sénégal. Au cours des années 1990, l’activité fut marquée par une spectacularisation et une médiatisation de plus en plus importante des combats. C’est pendant cette période qu’un lutteur connu sous le pseudonyme de « Tyson » tire d’importants profits symboliques et financiers de son ascension fulgurante dans les arènes et le milieu du « sport business ». Les médias forgent peu à peu l’image d’un nouveau modèle de la réussite sociale et sportive. La diffusion à une grande échelle des images du lutteur jouerait en faveur de la circulation d’un mode de vie sportif, dans lequel tradition sénégalaise et culture mondialisée se rencontrent, se croisent ou s’affrontent dans le cadre d’un nouveau style de vie, auquel la jeunesse peut s’identifier.

Haut de page

Texte intégral

  • 3 Avec le football et le basket-ball.

1Inventée pendant la période coloniale, la lutte sénégalaise avec frappe (làmb) figure de nos jours parmi les sports les plus pratiqués et regardés au Sénégal3. La pratique s’est développée à partir des années 1920 dans la ville de Dakar, où les combats prirent peu à peu le caractère d’un spectacle sportif : espaces dédiés à la pratique (arènes), droits d’entrée payants, primes, titres, championnats (Faye, 2002). Après la création de la Fédération sénégalaise de lutte amateurs et disciplines assimilées — en 1959 — les années 1960-70 voient apparaître une génération de lutteurs de renom, qui remportent peu à peu d’importants cachets. Bien que plusieurs controverses existent à propos de ses origines, le làmb apparaît comme le résultat d’une hybridation entre des styles locaux de lutte, la boxe anglaise, les arts martiaux et l’haltérophilie (Fanoli, 2017). Les années 1990 marquent un véritable tournant, notamment grâce à une spectacularisation et une médiatisation (presse écrite, télévision) de plus en plus importante des combats. C’est dans ces années qu’un lutteur connu sous le pseudonyme de « Tyson » tire d’importants profits symboliques et financiers de son ascension fulgurante dans les arènes du làmb et le milieu du « sport business » (Harvard, 2001 ; Fanoli, 2017). D’origine très modeste, la condition sociale du lutteur s’associe à sa consécration très rapide comme « Roi des Arènes » ; et tandis que les médias forgent peu à peu l’image d’un nouveau modèle de la réussite sociale et sportive, de nombreux groupes de jeunes issus des milieux populaires de Dakar s’engagent dans une pratique qui tend à augmenter la reconnaissance sociale à laquelle ils aspirent.

  • 4 Mouvement d’émancipation de la jeunesse urbaine dakaroise des années 1990, sur lequel nous reviendr (...)

2Si plusieurs travaux ont décrit le lutteur ­Mohamed Ndao dit « Tyson » comme la principale figure du mouvement bul faale 4 (Diouf, 2002 ; Chevé et al., 2014 ; Harvard, 2001 ; Biaya, 2000), aucune recherche n’a insisté — à notre connaissance — sur l’image que les médias sénégalais (presse écrite, télévision, espaces publicitaires) ont forgé du lutteur. Au niveau de la presse écrite et imagée, la construction visuelle de Tyson s’adresse autant aux amateurs de lutte qu’à un public bien plus large ne maîtrisant pas forcément la culture de l’écrit. Les séries visuelles créées s’affirment comme un médium important au service de l’audience sociale de la lutte et de la transmission des symboles qu’elle porte auprès de la jeunesse sénégalaise des années 1990-2000. La diffusion à une grande échelle des images de champions de lutte jouerait en faveur de la circulation d’un mode de vie sportif, dans lequel tradition sénégalaise et culture mondialisée se rencontrent et représentent un nouveau style de vie, auquel la jeunesse peut s’identifier. Elle concourt à la conservation du mysticisme, à la promotion d’une hexis corporelle moderne et à l’intégration par la jeunesse des valeurs fondatrices et dominantes de cet univers social dans les couches populaires de la société sénégalaise.

« Sopi » dans l’arène, une nouvelle image de la réussite sportive ?

  • 5 Mohamed Ndao à la RTS (Radio Télévision du Sénégal), « Sports de chez nous », au cours de l’année 1 (...)

3« Je suis venu dans l’arène pour y gagner beaucoup d’argent et mater mes adversaires5 ». Tels furent les premiers mots prononcés par Mohamed Ndao dit Tyson aux médias sénégalais lors de ses premières apparitions sur la scène nationale, au cours de l’année 1995. Mohamed Ndao est né en 1972 à Kaolack. Issu d’une famille sérère de condition modeste, il se retrouve — au début des années 1990 — sans diplôme et sans emploi. Doté d’importantes qualités physiques et motrices, cette situation le conduit à opter pour un parcours sportif. Préférant dans un premier temps le football et la boxe, il s’engage ensuite dans le monde de la lutte. Il réalise son premier grand combat à l’âge de 23 ans, se réclamant immédiatement du bul faale. Ce mouvement d’émancipation de la jeunesse urbaine sénégalaise a officialisé son nom par l’intermédiaire du groupe de rap Positive Black Soul, qui a fait de l’expression « bul faale » (t’occupe pas) le titre d’une chanson et d’un album éponyme. Il émergea au moment de la crise économique et sociale des années 1980, pendant laquelle des groupes de jeunes Dakarois cherchaient à échapper à cette conjoncture par la « débrouille » et l’insouciance. Cette jeunesse s’est ainsi engagée dans un mouvement d’émancipation vis-à-vis de leurs aînés, considérés comme les premiers responsables de la dite crise. Au cours des années 1990, le « contrat social sénégalais » semblait s’épuiser, tandis que le modèle senghorien de l’élite intellectuelle avait perdu une large part de sa légitimité publique. L’année 2000 fut marquée par un tournant. L’élection ­d’Abdoulaye Wade à la tête du pays répondait au mouvement de rupture porté par plusieurs franges urbaines de la jeunesse, convaincues que le renouveau « Sopi » (changement) viendrait de leur association avec le Parti démocratique sénégalais (PDS).

4C’est dans ce contexte que plusieurs organes de la presse écrite ont produit nombre de récits et d’images véhiculant les changements plus ou moins attendus par leurs lecteurs. La majorité des journaux écrits d’informations générales possèdent une rubrique sportive. Les journaux retenus pour cette étude — Le Soleil, Sud Quotidien et Walfadjri — abritent une pluralité d’objets visuels : affiches, publicités, photographies, reportages, etc. Ces images se manifestent vis-à-vis de tous les domaines de la vie publique du pays, parmi lesquels les sports — en particulier le football, la lutte sénégalaise et le basket-ball — tiennent une place importante. À chaque nouvelle édition, au moins trois pages de chacun des journaux sont consacrées à une actualité sportive que nous voudrions explorer dans ces conditions de production dans le Sénégal contemporain. Nous avons plus précisément choisi d’étudier la force visuelle de la « chute » vécue par le lutteur Tyson qui — par hypothèse — transforme le rapport iconique des récepteurs de l’image aux modèles incarnés par le lutteur : le bul faale sénégalais et le fighting spirit américain. Afin de mettre à l’épreuve cette hypothèse, nous avons constitué un corpus de soixante images insérées (ou pas) dans les récits de la presse sénégalaise entre 1995 et 2006. Ces éléments de culture visuelle peuvent en effet nous permettre de comprendre comment la transformation des signes attribués au lutteur pendant cette période a pu modifier la perception plus large de la réussite individuelle et sportive dans le Sénégal contemporain. L’étude de ce processus peut nous permettre de reconstituer l’itinéraire visuel d’une « figure » — celle d’un combattant — connectée à une pratique — le làmb — dont les tracés nous semblent rejoindre une dynamique de branchements culturels (Amselle, 2001). La construction de l’image du champion (comprenant son ascension, sa consécration puis sa chute) est en effet marquée par la circulation nationale des imaginaires « traditionnels » associés à la lutte sénégalaise, ainsi que par une somme d’emprunts à une « culture monde » (Glissant, 1997) qu’incarnent des lutteurs comme Tyson. De là, il semble que l’image de ces combattants contemporains se façonne via une articulation de signes locaux et cosmopolites (Hannerz, 1993) grâce auxquels des « plasticiens » ont la possibilité de jouer avec différents registres (urbain-rural, tradition-modernité, individu-société) et de créer des visuels qui mêlent, différencient ou opposent les signes à leur disposition. Dans le champ des pratiques d’exercice corporel, le phénomène permet de relire l’histoire d’une activité locale selon ses évolutions endogènes, dont les formes se sont connectées à un double processus de sportization et de mondialisation. Le corpus visuel ici constitué marque cette hybridation des genres (sportif, traditionnel, mystique, compétitif, etc.), qui demande d’opter pour une méthodologie capable de faire jouer les rapports de signes et de significations dans des contextes socio-historiques marqués — en plus d’importantes évolutions sociales et politiques — par une créolisation des mondes du làmb (Hannerz, op. cit.). Ainsi, — comme l’ont proposé Vivier et Loudcher dans une toute autre situation visuelle — « […] le décryptage des images conduit à dissocier artificiellement plusieurs niveaux d’interprétation qui se chevauchent, s’interpénètrent et/ou s’ajoutent. » (2012 : 134). Il s’agit de mobiliser des éléments « d’hybridation méthodologique » (Gervereau, 2000a : 19), qui demandent d’aborder plusieurs niveaux d’analyse : documentaire et linguistique, qui permettent de définir le genre de l’image (Gervereau, 2008 ; Barthes, 1982) ; contextuel, permettant de confronter le corpus à « l’esprit du temps » (Gervereau, 2000b) ; plastique, soit l’exploration des formes artistiques de l’objet qui restitue l’image (Alekan, 1983 ; Klinkenberg, 1996 ; Joly, 1994a) ; pré-iconographique, à savoir le sens dénoté de l’image, « l’analogon lui-même » (Barthes, 1982) ; iconographique, selon le premier niveau symbolique qui s’impose au récepteur (Cocula et Peyroutet 1986 ; Joly, 1994b ; Barthes, 1980, 1982).

5Les éléments méthodologiques ainsi retenus devraient nous aider à saisir ce que les objets visuels ainsi créés par la presse sénégalaise donnent à voir de la « chute » de l’ancien « Roi des Arènes », selon une importante transformation des rapports de signes et de significations au cours de la période étudiée. Ainsi, après avoir réalisé une première analyse des images du renversement du lutteur en 2002, il apparaît nécessaire de revenir sur les objets visuels qui ont participé de sa fulgurante ascension pendant les sept années précédentes. Les deux analyses ainsi réunies peuvent en effet nous aider à saisir, dans un dernier temps, les conditions visuelles d’une inversion des signes de la réussite attribuée au lutteur, passé — en l’espace de sept années — de la figure de la réussite à l’image « poussiéreuse » d’un héros déchu.

L’ascension du fighter (1995‑1997)

  • 6 Chevé D. et alii, op. cit. : 169.
  • 7 Le Soleil, vendredi 4 juillet 1997.

6Lors de son premier combat fortement médiatisé (face à Nguèye Loum, en 1995), Tyson a 23 ans. Il affiche immédiatement son appartenance à la génération bul faale. Porté par un très fort désir d’autonomie face à ses aînés et au milieu « traditionnel » de lutte, son sentiment d’appartenance à cette frange de la jeunesse urbaine se double de son identification à deux grands symboles américains : le drapeau, dans lequel il s’enroule régulièrement et avec lequel son image se forge dans la presse sénégalaise et internationale ainsi que son pseudonyme, emprunté au célèbre boxeur noir américain, rappelant les signes d’efficacité et de force brute qu’il souhaite épouser6. Entre 1995 et 1997, l’image du lutteur dans la presse sénégalaise se dote d’un capital combatif très important, qui apparaît de même dans le champ du récit : « La nature a doté “Tyson” de moyens physiques impressionnants. C’est véritablement un “géant”. Il l’a démontré lors de sa première sortie face à Nguèye Loum qu’il a arraché du sol avant de le terrasser avec une puissance hors du commun. Avec ses moyens physiques phénoménaux, Tyson peut compter sur une allonge qui peut tenir en respect tous ses adversaires désavantagés par leur taille. Il peut aussi à loisir distribuer des directs comme celui qui a envoyé à terre Mohamed Ali. En cette seule occasion, Tyson a révélé la lourdeur et la précision de sa frappe7. »

7Le corpus visuel que nous avons constitué permet de mettre en évidence une assez nette correspondance du discours et de l’image. Durant cette période, les photographies du lutteur oscillent entre trois lignes qui, une fois couplées, forment l’image du fighter : force, ascension et insouciance.

  • 8 Le Soleil, vendredi 4 juillet 1997.

8La première ligne visuelle repérée offre des images directes du lutteur, pris de profil ou de trois-quarts. Le récepteur ne peut échapper au regard de face de Tyson, qui impose une lecture de haut en bas, du visage vers le torse dénudé du sportif. Profondément belliqueuse, son expression, associée aux bandelettes posées sur sa musculature imposante, renvoie à la tradition guerrière incarnée par la lutte sénégalaise. Le corpus constitué pendant cette période montre que les images jouent régulièrement entre le registre de la « tradition », représentée par le lutteur (signes mystiques, port du pagne, évocations ­guerrière, etc.) et plusieurs symboles de la mondialisation (drapeau américain, baskets aux pieds, véhicule quatre roues motrices, sponsors, etc.). Deux jours avant « Le grand choc8 » entre Mohamed Ndao et Tapha Guèye (le 6 juillet 1997), le journal Sud Quotidien propose en couverture de l’édition du week-end une image du défi qui attend les spectateurs. Vêtu du drapeau étoilé, le regard défiant, l’image sportive de Tyson tranche avec celle montée en symétrie du « Tigre de Fass » (Thapha Guèye). Ce dernier apparaît dans une mise en scène qui valorise le port du pagne « traditionnel » et la sagaie comme symbole de la fertilité guerrière du combattant. La construction du visuel renvoie à l’enjeu d’une telle confrontation entre la « tradition » et la « modernité » : la culture locale sénégalaise aurait-elle la capacité de vaincre le fighting spirit américain ?

9Si telle est l’image du combat annoncé, le façonnage historique du làmb dans le Sénégal colonial et contemporain n’a rien de binaire. Il est en effet le produit d’une articulation de pratiques locales (styles locaux de lutte, pratiques magiques et guerrières) et importées (boxe anglaise, haltérophilie) dont la compénétration repose sur un processus plus large d’hybridation culturelle. Le syncrétisme ainsi relevé agit dans le cadre plus global des modèles culturels développés par la lutte sénégalaise avec frappe. Il produit des processus plus spécifiques « d’invention de la tradition » ou de « réinvention de la différence », qui caractérisent les transformations plus fines mises en jeu par ce « sport-spectacle » : la continuation d’héritages précoloniaux ; l’interaction d’anciennes pratiques impériales et d’éléments issus des cultures locales sénégalaises ; le positionnement hybride de l’image des lutteurs sur la scène culturelle nationale et internationale. De là, il permet aux acteurs médiatiques qui s’en emparent de jouer sur plusieurs registres (la guerre, la mondialisation, le sport compétitif, les cultures rurales face aux cultures urbaines, etc.), en fonction des circonstances et des enjeux du moment. À la fin des années 1990, des franges importantes de la jeune population urbaine attendent de profondes évolutions des institutions sociales, économiques et politiques du pays. Tandis que la presse gouvernementale (ici incarnée par le journal Le Soleil) tente de répondre à ces attentes en construisant l’image d’une réussite individuelle toujours possible, une seconde ligne visuelle substitue les images de force brute par des signes d’ascension socio-sportive. Mohamed Ndao est par exemple représenté avec un doigt pointé vers le ciel, accompagné de la marque du sportif « Tyson ». Ces indices marquent sans doute l’ascension d’un nouveau champion. Les signes repérés dans la troisième ligne interprétative de l’image du sportif n’évoquent pas, à première vue, le caractère combatif de son entreprise. L’étendard américain que porte Mohamed Ndao s’associe à un pas de danse, tandis que l’homme s’éclaire d’un sourire illustrant l’insouciance de sa démarche. Dans son analyse des structures anthropologiques de l’imaginaire, Gilbert Durand (1997) a étudié les procédés formels de mise en relief du héros parallèlement au système de valeurs auquel il est associé. Si un héros se définit souvent par ses qualités de courage, de ténacité ou par un esprit de sacrifice hors du commun, la figure du « héros diurne » permet de dépasser le niveau contextuel et notionnel pour remonter aux archétypes de l’imaginaire. Pour Gilbert Durand, le « régime diurne » regroupe trois catégories de symboles : ascensionnels, spectaculaires et diaïrétiques (coupants, tranchants, et plus globalement belliqueux). Dans la presse sénégalaise des années 1995-1997, le lutteur Tyson apparaît comme un puissant marqueur de cette symbolique diurne, qui semble s’associer à la forge d’une nouvelle figure de la réussite individuelle et sportive. Dans les quotidiens sénégalais, les séries visuelles et discursives consacrées au sportif véhiculent l’image d’un jeune qui s’est construit par lui-même, à la force du poignet. Son immense désir d’autonomie, sa désinvolture, son absence de complexe vis-à-vis de ses gains monétaires apparaissent comme les éléments majeurs d’un processus plus large d’individuation sociale. Au cours des années 1990, la fabrique visuelle d’un tel parcours se constitue à travers la figure du lutteur enroulé du drapeau étoilé américain, les zooms sur sa coupe de cheveux, ou encore les produits de consommation courante (lait en poudre, cahiers) auxquels il prête son image. Comme nous allons immédiatement l’observer, ces éléments se trouvent directement connectés au mouvement plus large que porte le lutteur le bul faale, et qui participe en très peu de temps d’une véritable consécration de sa valeur sportive, sociale et politique.

La consécration du héros de la génération bul faale (1997‑1999)

10« Boul Falé, je me reconnais. Boul Falé, je me réalise. Boul Falé je rêve. Moi, génération des plans d’ajustements, de l’austérité budgétaire, de la privatisation, de la mondialisation et surtout du chômage, du stress, des éternels trois normaux, du comptage des poteaux de la rue, je cherchais symbole pour colorer une vie qui a quelques semaines du prochain millénaire, est bouchée malgré les promesses d’une croissance économique crue par ceux qui en parlent. Je crois après avoir cherché des symboles pour servir de Leviathan. Il me semble qu’il vient de la région où brille l’or blanc, au cœur du bassin arachidier, et plus précisément le quartier de Ndangane. Sa maman est sa force. Il s’est drapé de la puissance étoilée, il s’abreuve à la doctrine Boul Falé qui porte son empreinte pour venir dans la cour des grands et s’imposer. » (Le Matin, lundi 5 juillet 1999).

  • 9 Le Soleil, lundi 5 juillet 1999.

11Pendant les deux années qui suivent sa première grande victoire dans l’arène nationale, l’image de Tyson s’approche d’un « spectacle total9 » identifiée au mouvement d’émancipation de la jeunesse bul faale. Baskets aux pieds, cigare aux lèvres, le lutteur affiche une propension importante à entraîner des milliers de jeunes hommes dans l’ethos et l’hexis qu’il met en scène : mélange subtil de bul faale et de tradition tidjane, au service de la réalisation de soi (Harvard, op. cit. : 70). Au fil des années, les corps de cette jeunesse deviennent leur principale ressource d’expression et de reconnaissance dans l’espace public (Diouf, 2002). Dans les médias sénégalais, le corps des lutteurs forge une grande partie de leur image. Certains visuels se concentrent sur des découpages techniques très détaillés, soulignant la valeur travail du lutteur et son ascension conquise à la force du poignet. Sur ce point, les journaux sénégalais étudiés se focalisent sur la technique qu’ils considèrent comme la plus répétée par Tyson (le hancher), proposant au lecteur l’image d’un corps en action, constitué de signes mécaniques. D’un point de vue plastique, le visuel se construit autour de l’engagement corporel du lutteur ; l’image s’anime au point de constituer « le film du combat ». Les lutteurs représentés se trouvent dans des postures qui expriment des points d’accroche, de mise en tension, de dégagement et, plus globalement, une performance réalisée dans un espace entièrement clos : celui du combat. Le visuel se détache du public, des sponsors et des objets matériels ou mystiques et garde ce qui fait l’essence du combat : des corps en lutte. Ces corps semblent indifférents au reste du monde, comme totalement immergés dans les techniques qu’ils réalisent. Autre genre donc que celui de la chronique visuelle du combat, qui rappelle la dynamique d’auto-construction de soi prônée par le mouvement bul faale. Comme nous allons le voir, elle s’institue dans le cadre d’une transformation importante de l’espace socio-politique dakarois.

12Entre 1997 et 2000, les combats menés par Tyson se présentent comme de bons analyseurs de la nature des tensions et des rapports de force qui touchent la capitale sénégalaise. Les images qui entourent la rencontre du lutteur face à Tapha Guèye insistent sur la figure individuelle de Tyson. Elles insistent sur le corps du champion. Sa musculature saillante, son regard belliqueux, son amulette protectrice placée au centre de son plexus s’inscrivent dans une mythologie à la fois guerrière et moderne qui participent d’une transformation sociale et culturelle plus large et dont le mouvement bul faale est l’un des vecteurs privilégié. À partir de 1997, Tyson est considéré comme l’un des porteurs du mouvement, comme modèle auquel des milliers de jeunes se réfèrent et peuvent s’identifier. Associée à ses exploits dans l’arène, son origine populaire en fait l’archétype d’une démocratisation réussie. Il devient en très peu de temps le symbole d’une sélection basée sur le mérite, via laquelle chacun peut à titre individuel accéder à la réussite socio-économique et symbolique.

13Dans ces années, la presse écrite et imagée appose régulièrement la figure de Tyson aux côtés de ses « fans », présentant l’individu et le groupe dont il est le représentant. Dans une conjoncture de contestation des formes patriarcales du pouvoir politique, l’image du fighter s’associe ainsi à des processus d’exploration de nouvelles marges d’autonomie et de capture de nouveaux espaces d’expression culturelle. De fait, le regard critique qui s’installe avec la jeunesse bul faale sur la société sénégalaise s’exprime à travers la figure de Tyson dans une mise en scène corporelle élaborée. Ce dernier affirme une posture de combat et se positionne comme le porte-parole de plusieurs franges de la jeunesse populaire qui se reconnaît dans son art. Pour le champion, le bul faale (ou « t’occupe pas ! ») est d’abord une réponse à tous ceux qui tenteraient de se mettre en travers de son chemin (Harvard, op. cit.). Affichant une réussite gagnée à la force du poignet, il transmet à cette jeunesse de nouvelles velléités d’autonomie, l’incitant dans le même temps à la prise de parole publique. Le phénomène est socialement très fort, dans la mesure où les supporters de Tyson viennent essentiellement de son quartier dakarois Pikine, la plus importante banlieue de la capitale où se trouvent concentrés une grande part de la délinquance, du chômage et de la grande pauvreté. Dans ces années, l’image du lutteur tend ainsi à rompre avec d’une part la « loi des aînés », proposant à la jeunesse ses propres modes d’immersion dans une société en mutation et d’autre part avec le statu quo socio-économique, attribuant à la jeunesse « déshéritée » de nouvelles pistes d’émancipation par la culture (la musique, le sport) et l’expression corporelle. Mais la posture de Tyson très marquée par l’individuation de son parcours va se confronter à une frontière que de nombreux témoins de l’époque pensaient infranchissable.

La chute

14Dakar, le 25 décembre 2002. En ce jour de Noël, le stade Demba Diop affiche complet. Le combat de lutte que le public s’apprête à vivre est appréhendé comme l’un des plus grands événements sportifs de l’année. Il oppose Mohamed Ndao dit Tyson, consacré « Roi des Arènes » depuis 1995, à Serigne Ousmane Dia dit « Bombardier », venu de Mbour, capitale de la Petite Côte. Dès les premières heures de la matinée, les abords du stade se transforment en ­marché spontané de produits d’alimentation et d’articles à l’effigie des deux lutteurs. Quelques heures plus tard, tandis que le public pénètre dans l’enceinte du stade, celui-ci se transforme en un vaste champ de spectacles, de battements de tambours et de prestations de « faux-lions ». Le défi est déjà lancé entre les batteurs des deux camps, séparés les uns des autres par une distance de vingt mètres. Chaque camp scrute l’entrée aménagée pour les lutteurs afin de reconnaître le sien avant de lancer sa partition. 16 h 50. Un véhicule noir à quatre roues motrices pénètre dans l’arène. Les supporters de Tyson brandissent des portraits de son guide spirituel El Hadji Ibrahima Niass. Le cortège du lutteur fait son apparition à cinquante mètres des batteurs dirigés par Ndongo Mbaye qui arbore le drapeau américain. Tyson accède au stade dix minutes plus tard, tandis que Bombardier emboîte le pas à son adversaire à bord d’un véhicule quatre roues motrices de couleur verte. Comme de coutume, Tyson arbore l’étendard des États-Unis, alors que ses lieutenants esquissent des pas de danse. Son adversaire du jour est de son côté revêtu d’un survêtement et d’une tunique jaune et bleue. Évitant le regard de Tyson, Bombardier se lance immédiatement dans une danse d’origine lébou. À 18 h, la chanteuse Khar Mbaye Madiaga entonne l’appel à la confrontation. Dans une atmosphère pesante, le leader de la génération bul faale s’adresse à la presse : « J’espère que vous êtes prêts, il faut bien regarder ». À 18 h 42, Tyson, amulette rouge au pied droit, toise Bombardier qui affiche un sourire juvénile. L’arbitre siffle. Les deux lutteurs balancent des mains. Bombardier attaque le premier et donne immédiatement le rythme du combat. Tyson recule, tandis que son adversaire enchaîne une petite série de coups de poings pour atteindre le visage de son rival. En reculant de nouveau, Tyson s’emmêle les pieds, initiant un important déséquilibre vers l’arrière. Bombardier appuie l’action en le poussant. Le « Roi des Arènes » vient de chuter.

15Dans la presse sénégalaise officielle et indépendante, les similitudes contextuelles des visuels du combat du 25 décembre 2002 entre Tyson et Bombardier sont tout à fait remarquables. Tous aspirent à représenter la finalité de la lutte menée par ces deux sportifs célèbres, consacrant le meilleur combattant de l’arène sénégalaise. D’un point de vue « plastique », l’image la plus significative est sans doute celle qui fut éditée en « une » du journal Frasques, qui porte le titre « Sopi dans l’arène », agrémenté du sous-titre « Tyson lâché par sa baraka ».

  • 10 Vivier Ch., Loudcher J.-F., op cit. : 141.

16Au niveau de la construction de l’image, le visuel attaché à la représentation de la victoire de Bombardier montre des signes de forte domination du vainqueur face à son adversaire. En effet, tandis que Tyson est incrusté en bas à droite de l’image, Bombardier, son cortège et le public imposent une lecture centrale. Ils font totalement face au récepteur. Les signifiants iconiques adossés aux deux protagonistes renforcent le régime d’opposition plastique repéré. La mise en visibilité des deux lutteurs est en effet très différente : tandis que Bombardier arbore un grand sourire, son attitude droite et enjouée tranche radicalement avec la posture accroupie de Tyson, de dos, que le monteur de l’image a ajouté au visuel. Le constat est prolongé par la clarté qui entoure le vainqueur du combat, alors que l’image de l’ancien « Roi des Arènes » se trouve brouillée par la poussière qui entoure sa position proche du sol. À cela s’ajoute une discordance de taille immanquable, dans la mesure où l’échelle des deux corps est très différente : effet visuel via lequel Tyson apparaît proportionnellement bien plus petit que Bombardier. Ainsi, la signification primaire du vainqueur renvoie à la lumière et à la joie, tandis que son concurrent du jour est rendu presque indiscernable, baignant dans une atmosphère trouble et sombre. Avec cela, les indices symptomatiques, soit les éléments qui entretiennent involontairement un rapport de cause à effet avec l’interprétation, l’idée ou l’objet auquel ils renvoient10, ouvrent une relation de très nette domination entre les deux personnages, allant jusqu’à l’humiliation. L’incrustation du corps poussiéreux et accroupi de Tyson cache une partie de la jambe gauche de Bombardier, qui ne le remarque pas (pour cause, puisque le corps de Tyson a été ajouté par le monteur) ; mais l’effet interprétatif est bel et bien présent, et la détermination euphorique de Bombardier est telle qu’il semble passer à travers le héros déchu sans même l’apercevoir.

17Une image parue quelques jours avant le combat tend à éclairer la façon dont l’issue fut en quelque sorte anticipée par la presse. Adossé au récit titré « La jeunesse à l’épreuve », le visuel se construit autour d’une comparaison symétrique des portraits de Tyson et Bombardier. Les deux lutteurs sont présentés de face, à l’aide d’un plan photographique américain. La différence des signes est extrêmement claire : le spectrum humain présente un sourire du côté de Bombardier, une grimace du côté de Tyson. La tenue des lutteurs tend de même à les placer en très nette opposition : survêtement de l’écurie de Mbour du côté de Bombardier, au-dessus duquel plane un ciel clair et ensoleillé ; étendard américain du côté de Tyson, chez qui la météo se révèle grise et laiteuse.

  • 11 Le Soleil du 15 févier 2000, « accolade de champions » : 8.
  • 12 Fall M., Walfadjri, 15 février 2000, n° 2377 : 10, cité par Harvard, op. cit., 2001.
  • 13 Diop Momar Coumba, op. cit., 2002 : 333.

18Des données contextuelles peuvent aider à comprendre une telle anticipation de la chute de Tyson. L’image du lutteur avait en effet commencé à se ternir au cours de la campagne présidentielle de 2000, peu de temps avant la victoire d’Abdoulaye Wade face à Abdou Diouf. Dans cette lutte politique, les deux candidats présentent une très forte ligne d’opposition. Pour de larges franges de la jeunesse sénégalaise, Abdou Diouf, au pouvoir depuis 1981, incarne la mémoire de la crise économique et de la corruption. De son côté, Abdoulaye Wade, porté par le slogan « Sopi » (changement), tend à répondre à la demande de rupture sociale et politique de cette même jeunesse. C’est dans ce contexte que lors d’un meeting d’entre deux tours organisé à Rufisque, Mohamed Ndao dit « Tyson » apparaît sur la tribune aux côtés d’Abdou Diouf11. Du côté de la presse indépendante sénégalaise, les conséquences de cette apparition sont directes : « Tyson, vous avez terni le bul faale12 ». Héros incontesté d’une telle génération jusqu’en 2000, Tyson subit, dans les semaines et les mois qui suivent cette apparition politique, une très nette dégradation de son image : tandis que la Radio-Télévision du Sénégal (RTS) fait disparaître des écrans les visuels publicitaires du lutteur au service des produits Gloria. L’ancien « Roi de l’Arène » se trouve en même temps mêlé à une polémique au sujet de la circulation monétaire entre lutteurs et hommes politiques13. Mais pour mieux comprendre les conséquences de ces faits sur les images de la chute du lutteur, il apparaît nécessaire de revenir sur la forge visuelle du champion, qui connut une ascension extrêmement rapide.

Conclusion

19Entre 1995 et 2006, l’ascension fulgurante suivie de la chute vertigineuse de Mohamed Ndao dit « Tyson » proviendraient de plusieurs caractéristiques complémentaires qui rendent compte et renforcent, tout à la fois, la spécificité de la forge visuelle du lutteur par rapport aux autres champions. D’abord, un style percutant, original et immédiatement reconnaissable mêlant défiance et envergure corporelle. Ensuite, la référence durable à un mouvement social, politique et culturel plus large — le bul faale — reposant sur des valeurs nouvelles et émancipatrices qui proposent au public la possibilité de s’associer à l’image d’un corps puissant, en mouvement, susceptible de gravir tous les échelons de la hiérarchie socio-économique par la seule force de son poignet. Enfin, une ouverture vers l’ailleurs (les États-Unis) et des performances corporelles par lesquelles le « Roi de l’Arène » et, par identification, ses supporters, investissent de nouveaux espaces de spectacle et de pratique. Sur un fond discursif bien ancré de diffusion de modernisme et de transgression des rapports sociaux vis-à-vis de la société traditionnelle et du droit d’aînesse se superpose une iconographie spectaculaire et novatrice. L’examen attentif des représentations photographiques et médiatiques du lutteur est parlant. Non seulement Tyson arbore un style pionnier dans le monde de la lutte sénégalaise mais, de plus, il l’emporte systématiquement (jusqu’en 2002) sur ses adversaires les plus redoutables.

20D’autre part, au tournant des années 2000, l’image du lutteur se forge dans une hybridation des genres (traditionnel, religieux, cosmopolite, magique) qui marque la forme créolisée de la pratique. Amulettes, danses réinventées, combats à mi-chemin entre la boxe et la lutte, parures vestimentaires cosmopolites participent de la réinvention d’une pratique qui tend à se démocratiser. En effet, de nombreux espaces sénégalais urbains et péri-urbains se trouvent au cœur d’un double processus de diffusion de la lutte « vers le bas » (des champions vers la jeunesse populaire) et de conquête d’une large partie du corps social qui se manifeste à partir du modèle qu’incarne Tyson pour les nouvelles générations bul faale dans la diversification sociale du recrutement des nouveaux lutteurs. Cette transformation s’explique dans les mutations du contexte politique de la fin des années 1990, qui marque une contestation d’une société dite corrompue et la croyance en une alternative au droit des aînés et aux attachements religieux et traditionnels. La chute progressive des croyances en des solutions collectives favorise le développement connecté d’un néo-individualisme et de nouvelles communautés, qui mettent en relation un individu souple, mobile, autonome qui se réalise par son action personnelle et de nouvelles appartenances collectives. Le cas des visuels attachés à la figure de Tyson illustre bien cette forte valorisation de la performance individuelle, au prix d’un individualisme et d’un opportunisme parfois poussé à l’extrême. En effet, la chute du lutteur en tant que moteur du renouveau social s’explique en partie par la « double trahison » ressentie par ses supporters les plus proches : son soutien (entre les deux tours de l’élection présidentielle) au président sortant Diouf au pouvoir depuis 1981 ; son détachement vis-à-vis de sa communauté d’origine (Sérère) lors de son combat face à son aîné Manga II. Ces deux événements ont eu pour effet de durablement ternir son image dont les signes renvoient, à partir de 2002, à l’affaiblissement physique et symbolique de cet ancien modèle de la réussite sociale.

  • 14 Sunu Lamb, « Comment Tyson a été éteint mystiquement », vendredi 5 août 2011 : 1.

21D’après les révélations d’un « marabout » du Sine : « Tyson a beau faire mais il ne gagnera plus de sitôt un combat. En réalité, il fait tout ce qu’il peut mais il ne sait pas ce qui lui arrive. Il est profondément atteint mystiquement. Un lutteur, qui a voulu le ferrer, a enterré au pied de la mer un mouton blanc, vivant. Et tant que la mer ne se tarira pas, Tyson ne se relèvera pas de cette psychose14 ».

Haut de page

Bibliographie

ALEKAN H., 1984. Des lumières et des ombres. Paris, Le Sycomore.

AMSELLE J.-L., 2001. Branchements : anthropologie de l’universalité des cultures. Paris, Flammarion.

BARTHES R., 1980. L’empire des signes. Paris, Flammarion.

BARTHES R., 1982. L’obvie et l’obtus. Paris, Le Seuil.

BIAYA T.-K., 2000. « Jeunes et culture de la rue en Afrique », Politique africaine, 80(4) : 12‑31.

CHEVÉ D., WANE C.T., BARTHÉLÉMY M. et alii, 2014. Corps en lutte. L’art du combat au Sénégal. Paris, CNRS Éditions.

COCULA B., PEYROUTET C., 1986. Sémantique de l’image : pour une approche méthodique des messages visuels. Paris, Librairie Delagrave.

DIOP M. C., (dir.), 2002. Le Sénégal contemporain. Paris, Karthala.

DIOUF M., 2002. « Des cultures urbaines entre traditions et mondialisation » in DIOP M. C. (dir.), Le Sénégal contemporain. Paris, Khartala : 261‑288.

DURAND G., 1997. Les structures anthropologiques de l’imaginaire. Introduction à l’archétypologie générale. Paris, Dunod.

FANOLI F., 2017. « Corps travaillés dans la lutte. Fabriquer des lutteurs de làmb à Dakar », Politique africaine, 147 : 45‑63.

FAYE O., 2002. « Sport, argent et politique : la lutte libre à Dakar (1800-2000) », in DIOP M.‐C., (dir.), Le Sénégal contemporain. Paris, Karthala : 309‑340.

GERVEREAU L., 2000a. Voir, comprendre, analyser les images. Paris, La Découverte.

GERVEREAU L., 2000b. Les images qui mentent. Histoire du visuel au XXe siècle. Paris, Le Seuil.

GERVEREAU L., 2008. Images : une histoire mondiale. Paris, CNDP Nouveau monde.

GLISSANT E., 1997. Traité du Tout-Monde. Paris, Gallimard.

HANNERZ U., 1993. Cultural Complexity. Studies in the Social Organization of Meaning. New York, Columbia University Press.

HARVARD J.-F., 2001. « Ethos bul faale et nouvelles figures de la réussite au Sénégal », Politique africaine, 82 : 63‑77.

JOLY M., 1994a. Introduction à l’analyse de l’image. Paris, Nathan.

JOLY M., 1994b. L’image et les signes : approche sémiologique de l’image fixe. Paris, Nathan.

KLINKENBERG J.-M., 1996. Sept leçons de sémiotique et de rhétorique. Toronto, Groupe de recherche en études francophones.

RIOT T., BANCEL N., 2017. « Derrière le sport et les pratiques ludomotrices. Subjectivation et mobilisation par le corps en Afrique subsaharienne », Politique africaine, 147(3) : 5‑22.

VIVIER C., LOUDCHER J.-F., 2012. « L’invitation esthétique dans les représentations de deux évènements hippiques de prestige, le prix du Jockey club et le prix de Diane » in FERREOL G., Le regard esthétique. Perspectives croisées philosophie / sociologie. Bruxelles, EME éditions : 134.

Haut de page

Notes

3 Avec le football et le basket-ball.

4 Mouvement d’émancipation de la jeunesse urbaine dakaroise des années 1990, sur lequel nous reviendrons.

5 Mohamed Ndao à la RTS (Radio Télévision du Sénégal), « Sports de chez nous », au cours de l’année 1995.

6 Chevé D. et alii, op. cit. : 169.

7 Le Soleil, vendredi 4 juillet 1997.

8 Le Soleil, vendredi 4 juillet 1997.

9 Le Soleil, lundi 5 juillet 1999.

10 Vivier Ch., Loudcher J.-F., op cit. : 141.

11 Le Soleil du 15 févier 2000, « accolade de champions » : 8.

12 Fall M., Walfadjri, 15 février 2000, n° 2377 : 10, cité par Harvard, op. cit., 2001.

13 Diop Momar Coumba, op. cit., 2002 : 333.

14 Sunu Lamb, « Comment Tyson a été éteint mystiquement », vendredi 5 août 2011 : 1.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Omar Dieng et Thomas Riot, « De l’ascension à la chute du lutteur sénégalais « Tyson » »Journal des anthropologues, 160-161 | 2020, 211-227.

Référence électronique

Omar Dieng et Thomas Riot, « De l’ascension à la chute du lutteur sénégalais « Tyson » »Journal des anthropologues [En ligne], 160-161 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 12 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/jda/9757 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jda.9757

Haut de page

Auteurs

Omar Dieng

Université de Rennes 2 — UFR Sciences et techniques des activités physiques et sportives
Courriel : omar.dieng@univ-rennes2.fr / omardieng13@yahoo.com

Thomas Riot

Institut des Sciences du sport de l’Université de Lausanne (ISSUL).
Courriel : Thomas.Riot@unil.ch / thomas.riot4@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search