Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Grenand Françoise (dir.), Encyclopédie palikur, wayana et wayãpi, fascicule 0, Langue, milieu et histoire

Stéphen Rostain
Référence(s) :

Grenand Françoise (dir.), Encyclopédie palikur, wayana et wayãpi, fascicule 0, Langue, milieu et histoire, Éditions du CTHS (La librairie des cultures, 2), Vanves, 2009, 118 p., bibliogr., ill. (en noir et blanc), photos, cartes.

Texte intégral

1Deuxième opus d’une série encyclopédique qui, hélas, n’a pas encore connu son troisième, cet ouvrage a été conçu sous la baguette de la cheffe d’orchestre Françoise Grenand. On ne pouvait espérer meilleure coordinatrice pour cette mélodieuse partition. Cette ethnolinguiste du CNRS œuvre en effet chez les populations amérindiennes de Guyane française depuis près d’un demi-siècle. Si son terrain de prédilection fut celui des Wayãpi du haut Oyapock, elle s’impliqua également fortement chez les cinq autres ethnies amérindiennes du pays : Wayana, Teko, Kali’na, Arawak et Palikur. Ses compétences sur la question amérindienne de Guyane sont unanimement saluées.

2Le volume initial de l’« Encyclopédie des Guyanes » – Les Indiens Palikur et leurs voisins, commentée par Pierre et Françoise Grenand (2008) – était la première traduction publiée de l’ouvrage essentiel de Curt Nimuendaju en 1926 : Die Palikur-Indianer und ihre Nachbarn. Ce livre était attendu depuis longtemps en version française, car il était le seul à offrir un panorama large – bien que daté de près d’un siècle – de ce groupe du nord de l’État d’Amapá brésilien et du bas Oyapock à la frontière de la Guyane française et du Brésil. Cette nouvelle version traduite était en outre enrichie de nombreux textes et d’observations personnelles du couple d’ethnologues français.

3Ce second volume est en réalité un fascicule « zéro » introductif, puisqu’il tient plus du projet d’intention que de l’étude aboutie ou de la synthèse finalisée. Il est divisé en quatre parties plus ou moins égales, d’environ une vingtaine de pages chacune. La première dévoile l’idée de cette « Encyclopédie des Guyanes », tandis que les trois autres s’attachent à faire un petit point sur trois des six ethnies de Guyane française : Palikur, Wayana et Wayãpi. On se demande d’ailleurs pourquoi les trois autres ethnies – Kali’na, Teko, Arawak – n’ont pas été conviées dans ce tour d’horizon. Ce choix restrictif est expliqué dans la préface parce que « notre documentation est suffisamment dense pour nourrir et justifier son édition » (p. 7), suggérant implicitement que la connaissance des autres cultures de Guyane française est encore trop fragmentaire. Cette excuse ne tient toutefois pas car, en réalité, des ethnies comme les Kali’na sont extrêmement bien documentées et ce, depuis les premiers temps de la conquête européenne. D’autres logiques ont dû commander une telle sélection.

4L’objectif avoué de cette collection est de publier des fascicules thématiques qui présenteront « des savoirs existants chez ces peuples et à leur sujet » (p. 7). Longtemps resté au niveau du vœu pieux pour beaucoup, cette volonté est tout à l’honneur des auteurs qui ont eu le courage de prendre le taureau ethnologique par les cornes. S’il existe plusieurs ouvrages très savants sur différents aspects des cultures autochtones de Guyane française, traitant de mythologie, de pharmacopée, d’ethnohistoire, de culture matérielle, etc., on manque cruellement de grandes synthèses sur les ethnies elles-mêmes. Ce n’est pas faute de chercheurs ou de travaux académiques, mais d’une absence de dynamique dans ce sens – jusqu’à ce jour. C’est dire si cette entreprise encyclopédiste est la bienvenue.

5La première partie de ce fascicule 0 est un plaidoyer en faveur des encyclopédies et une présentation de la philosophie de la collection. Elle traite de la définition d’une encyclopédie, du public espéré et du contenu des fascicules : histoire, géographie, sciences naturelles, technologie culturelle, vie sociale, littérature orale, langue, dictionnaires et littérature enfantine. Chaque encyclopédie se présentera en deux grandes parties. La première comprendra des études, la bibliothèque (littérature orale et textes d’archive), les publications pour la jeunesse et un dictionnaire fondamental. La seconde partie inclura un grand dictionnaire culturel et les index. Trois encyclopédies sont donc prévues, chacune sur une ethnie spécifique, qui intégreront autant les langues vernaculaires que le français. La dimension interculturelle, mariant compétence des chercheurs et savoir des populations concernées, semble d’ailleurs être un maître-mot et une des grandes qualités du projet.

6Un complément à cette collection est programmé afin d’inclure l’archéologie ou l’ethnologie politique dans des « questions transverses ». Difficile en effet d’exclure le passé précolombien d’une description complète des sociétés amazoniennes. De même, il n’est plus acceptable de pratiquer une anthropologie des Amérindiens depuis une tour d’ivoire, sans tenir compte des attaques, des pressions et des autres avanies qu’ils subissent. La cohabitation forcée et la prépondérance toujours plus invasive du monde occidental rendent nécessaire l’implication politique du chercheur et des prises de position fermes. En tout cas, archéologues, socio-ethnologues, décideurs autochtones ou toute autre personne investie dans l’histoire et la vie des communautés attendront avec impatience cet ultime volume prometteur.

7Les trois parties qui font suite à l’argumentaire introductif du fascicule 0 sont des portraits généraux des ethnies choisies, enrichis de bibliographies de base très détaillées. Elles sont présentées par leurs futurs éditeurs scientifiques respectifs : les Palikur (famille arawak) par Artionka Capiberibe (Programa de Pós-Graduação em Antropologia Social do Museu Nacional/Universidade Federal do Rio de Janeiro), Antonia Cristinoi (université d’Orléans) et Pierre Grenand (IRD) ; les Wayana (famille karib) par Éliane Camargo (CNRS) et Pierre Grenand ; les Wayãpi (famille tupi-guarani) par Pierre Grenand, Dominique Tilkin-Gallois (Universidade de São Paulo) et Françoise Grenand (CNRS).

8En quelques pages bien senties, on prend la dimension culturelle de chaque ethnie, ordonnée selon une charpente solide récurrente, incluant la localisation actuelle (systématiquement accompagnée d’une carte précise), les données sociopolitiques et la spatialité, les contacts et l’économie, l’état des connaissances (sur la base de bibliographies ethnologique et indigéniste, d’une bibliographie linguistique, d’une liste de récits de voyages et de sources anciennes publiées) et, enfin, des principaux experts de la question. Rien que ces petits textes constituent en eux-mêmes des contributions très utiles comme cartes d’identité intelligentes des ethnies. On y reconnaît la patte et le travail d’orfèvre auxquels nous ont habitués Françoise et Pierre Grenand. En tout cas, ces préliminaires font miroiter de futurs volumes de qualité.

9Même si la présentation, les orientations méthodologiques et les données ont été profondément modernisées, ce projet éditorial rappelle agréablement les monographies et les manuels (les Handbooks à l’américaine) de la première moitié du xxe siècle, qui avaient la prétention de l’exhaustivité sur les sociétés amazoniennes. Considéré à tort comme désuet, ce type d’ouvrage a hélas pratiquement disparu, laissant un vide intellectuel non comblé depuis. Ce sera donc un véritable plaisir pour le savant, ou même simplement pour le curieux, de retrouver ce genre d’enrichissante lecture.

10Reste que la séduction opérée par les deux premiers volumes de cette série « Encyclopédie des Guyanes » demeure à ce jour sans suite. Ce fascicule-apéritif fut une alléchante mise en bouche, mais il faut maintenant sustenter l’esprit. Les « trésors » encyclopédiques envisagés depuis dix ans se font attendre et, pour l’instant, on ne voit rien que le soleil qui poudroie, et l’herbe qui verdoie. Dans ces mêmes pages, en 2009, Philippe Erikson souhaitait « bon vent et bonne route à cette “Encyclopédie des Guyanes” ». Le vent semble avoir un peu faibli, mais la route est tracée. D’autres collègues poursuivent ainsi cette dynamique avec notamment deux livres sur l’histoire de la Guyane parus depuis dans la même collection « La librairie des cultures » du Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS). Il reste encore tant à révéler sur les premiers Guyanais.

Anna, uides toto properari litore1
Haut de page

Bibliographie

Collomb Gérard et Martijn van den Bel
2014  Amérindiens et Européens sur les côtes de Guyane avant la colonie (1560-1627), Éditions du CTHS (La librairie des cultures, 6), Paris.

Dupuy Francis
2012  Explorateurs de l'intérieur de la Guyane (1720-1860), Éditions du CTHS (La librairie des cultures, 4), Paris.

Erikson Philippe
2009  « Nimuendajú Curt, Les Indiens Palikur et leurs voisins » [compte rendu], Journal de la Société des américanistes, 95 (2), p. 312-314.

Nimuendajú Curt
2008  Les Indiens Palikur et leurs voisins, Pierre Grenand (éd.), Éditions du CTHS (Encyclopédie palikur, 1), Paris/Presses universitaires d’Orléans (La librairie des cultures, 1), Orléans.

Haut de page

Notes

1 « Anne, vois-tu comme ils se hâtent sur tout le rivage ? » (Virgile, Énéide, IV, v. 416).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphen Rostain, « Grenand Françoise (dir.), Encyclopédie palikur, wayana et wayãpi, fascicule 0, Langue, milieu et histoire », Journal de la société des américanistes [En ligne], 105-1 | 2019, mis en ligne le 15 juin 2019, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/jsa/17047

Haut de page

Auteur

Stéphen Rostain

Laboratoire « Archéologie des Amériques » (UMR 8096), CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Société des Américanistes

Haut de page
  • Logo Latindex
  • Logo Centre National du Livre
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals