Navigation – Plan du site

AccueilNuméros en texte intégral107-2Comptes rendusNicolas Richard, Zelda Alice Fran...

Comptes rendus

Nicolas Richard, Zelda Alice Franceschi et Lorena Córdoba (dir.), La misión de la máquina. Técnica, extractivismo y conversión en las tierras bajas sudamericanas

Luc Capdevila
p. 251-255
Référence(s) :

Nicolas Richard, Zelda Alice Franceschi et Lorena Córdoba (dir.), La misión de la máquina. Técnica, extractivismo y conversión en las tierras bajas sudamericanas, Bononia University Press, Bologna, 2021, 283 p., bibliogr., ill. (en noir et blanc), photos (en noir et blanc), cartes.

Texte intégral

1Issu d’un colloque organisé à l’université de Bologne en 2019 sur « la dimension mécanique des projets missionnaires dans les basses terres américaines », cet ouvrage aborde, à travers la question des missions, l’une des thématiques développées dans le programme ANR « Analyse comparée autour de la formation du savoir mécanique dans les sociétés amérindiennes de l’Atacama et du Chaco boréal, 1950-temps présent », dirigé par Nicolas Richard en 2017-2021. Il réunit treize textes présentés à Bologne et en d’autres instances, interrogeant la confrontation des sociétés autochtones aux révolutions technologiques qui se sont produites dans leurs territoires depuis la fin du xixe siècle, de l’introduction de la machine à vapeur à l’arrivée de l’Internet. La question centrale du livre porte sur la singularité de l’expérience missionnaire, anglicane et catholique, définie comme l’un des vecteurs de diffusion des nouvelles technologies, parallèlement à l’expansion capitaliste et à la colonisation militaire. La majorité des textes porte sur l’espace chaqueño, les régions du Bermejo et du Pilcomayo, l’Alto Paraguay, avec des extensions en Amazonie occidentale, en Araucanie, au Paraná et en introduction un retour sur la première expérience jésuite aux xviie et xviiie siècles dans les réductions du Paraguay (Mickaël Orantin).

2Les années 1860-1930 correspondent à la colonisation tardive des derniers territoires amérindiens qui avaient jusqu’alors résisté à la conquête des Européens ou qui étaient restés en marge de la colonisation. L’événement historique s’est déployé à l’échelle continentale. Il est inscrit dans la volonté des États nationaux émergents de contrôler « leurs frontières intérieures » et, surtout, s’articule directement à la seconde révolution industrielle. Dans les régions étudiées, ce nouveau cycle économique s’est traduit par le développement des industries extractives et des économies d’enclaves exploitant des ressources forestières et pédologiques jusqu’alors préservées : collecte du caoutchouc en Amazonie, exploitation forestière d’extraction de tanin dans l’Alto Paraguay (obrajes), agro-industrie sucrière (ingenios) dans le nord-ouest argentin. Mais, dans ces territoires, le développement des entreprises capitalistes a reposé conjointement sur l’exploitation d’une autre ressource, les humains, en captant la force de travail des populations amérindiennes qui occupaient ces espaces avant leur « nationalisation ».

3Un ouvrage précédent, également dirigés par deux des auteurs du présent volume (Córdoba, Bossert et Richard [éd.] 2015), avait déjà permis de mesurer l’impact des économies d’enclave sur les sociétés amérindiennes du Chaco et d’Amazonie occidentale. L’accent y était mis sur le drainage de la main-d’œuvre autochtone dès la fin du xixe siècle, les migrations saisonnières en amont des grands travaux, puis les regroupements des populations autour des pôles industriels produisant des nouveaux régimes d’ethnicité. Le fait marquant était d’observer que si les travailleurs indigènes employés dans les ingenios et les obrajes avaient accédé à des formes de consommation et que des objets manufacturés avaient alors circulé dans les sociétés autochtones – provoquant un abandon précoce de la culture matérielle indigène au profit des boîtes de conserve, des armes à feu, des sandales, observé par Nordenskiöld chez les Chiriguano –, ce premier âge industriel charrie un processus de colonialisme interne caractérisé par un ensemble de mutations sociales : le déplacement et le regroupement des populations sédentarisées, la prolétarisation des indigènes, l’absence de transfert des techniques.

4Le présent ouvrage développe plus spécialement ce dernier point et se focalise sur l’étude de la faible emprise de la culture technologique occidentale dans les sociétés du Chaco et d’Amazonie. Dans le chapitre sur les transports fluviaux en Amazonie péruvienne et bolivienne durant le cycle du caoutchouc, Diego Villar rappelle qu’initialement, dans les années 1880, les déplacements se faisaient avec des bateaux à rames. Les armateurs exploitèrent alors, sans limite, la force de travail des Amérindiens des missions environnantes pour composer et renouveler les équipages. Puis, avec l’arrivée des navires à vapeur dans les années 1890, les compagnies fluviales cessent de se fournir en main-d’œuvre indigène. Si d’aventure elles recrutent des mécaniciens ou des pilotes d’origine amérindienne, réputés pour leur connaissance du réseau hydrographique, ces derniers s’intègrent dans les sociétés nationales. Ce qui conduit Diego Villar à conclure que le passage aux navires à vapeur a entraîné une dé-indianisation, ou une dé-ethnicisation des rivières. Dans un même ordre d’idées, Lorena Córdoba observe que la guerre du Chaco a favorisé une importante circulation d’armes de guerre entre les communautés autochtones dans les années 1930. Certes, les armes à feu avaient été introduites avant la guerre, notamment à l’initiative des employeurs des ingenios qui en remettaient aux travailleurs amérindiens pour rémunération. Mais la conflagration entre la Bolivie et le Paraguay a conduit à l’intensification de leur circulation dans les sociétés amérindiennes par leur simple collecte sur les champs de bataille ; en outre, l’armée bolivienne armait les hommes des communautés censées être rangées sous le drapeau. Les armes étaient échangées, recyclées, utilisées par les guerriers, provoquant l’inquiétude des colons. Pour autant, cette situation n’a pas duré. Les autochtones sont désarmés au lendemain du conflit par les armées régulières. Les armes cessent de circuler entre les communautés. Les ruines mécaniques, les tracteurs abandonnés, les camions recouverts par la végétation, participent dès lors de cet étrange paysage du Chaco boréal d’après-guerre. Le Chaco est un « cimetière de machines » constate Rodrigo Montani.

5À la différence des enclaves industrielles et de l’avancée du front de colonisation agropastoral assuré par les militaires, les missions religieuses déploient une démarche de transfert de technologies, intrinsèque au projet missionnaire. Certes, elles s’agencent pleinement avec le dispositif colonial. Les missions anglicanes font partie du système de l’industrie sucrière du nord-ouest argentin (Chiara Scardozzi). Les missions franciscaines et salésiennes ont été mandatées par les États de la région, tandis que les Oblats ont accompagné la progression de l’armée bolivienne dans le Chaco. Et comme le souligne Valentina Bonifacio, « la mission salésienne et l’entreprise Casado ont formé pendant près d’un siècle un engrenage parfait » (p. 169). Selon elle, c’est ce qui explique la longévité de l’obraje de Puerto Casado dans l’Alto Paraguay. Mais les missions ont leur propre dispositif d’encadrement et de socialisation des Amérindiens qui repose sur le travail, en plus de l’école et de la pastorale. Les missionnaires forment les hommes et les femmes aux différents métiers artisanaux, la menuiserie, la ferronnerie, la couture et transfèrent ainsi des savoir-faire techniques. C’est avec la mission franciscaine de Nueva Pompeya que les Wichí ont été socialisés quotidiennement avec les machines dans la première moitié du xxe siècle, observe Zelda Alice Franceschi. Pour les missionnaires anglicans et catholiques, les ateliers étaient un moyen d’introduire les indigènes dans la citoyenneté, les machines avaient pour fonction de « civiliser ». C’est une démarche que l’on observe également au sein des missions laïques (Pablo Antunha Barbosa), ou dans les écoles indigènes, qu’elles soient religieuses ou publiques, à la même époque. Anna Guiteras Mombiola développe à ce sujet le cas méconnu des centres scolaires sylvicoles en Amazonie bolivienne, qui ont été organisés dans le prolongement de l’école expérimentale de Warisata dans la seconde moitié des années 1930. Des ateliers destinés initialement à répondre aux besoins de la mission ont évolué pour devenir des industries, notamment des scieries. Dans les années 1960, dans la mouvance de la théologie de la libération, les prêtres transforment les ateliers et fabriques en coopératives, percevant dans les machines les outils de la libération des communautés autochtones par le travail indépendant (Alberto Preci). C’est dans un même état d’esprit que les missionnaires catholiques de Puerto Escalante, dans le Chaco paraguayen, cèdent la gestion des ateliers de la mission et des machines, les tracteurs, les outils, les puissants groupes électrogènes, à la communauté nivaclé, au début des années 1980 (Nicolas Richard et Consuelo Hernández).

6En posant les nouvelles technologies comme vecteur de l’expansion des États nationaux dans les terres basses sud-américaines, l’ouvrage éclaire sous un angle nouveau l’analyse des colonisations tardives dans ces territoires amérindiens. Les machines ont été les instruments de la domination (armes à feu) et de l’exploitation (chemin de fer, ingenios, obrajes) coloniale des populations amérindiennes. Elles ont été aussi des outils ambivalents de médiation entre colons et autochtones, suscitant l’envie de consommer (armes, véhicules, radio, téléphone…), apportant le bien-être (lunettes, réfrigérateurs…), pouvant provoquer le rejet (vaccination par injection…). Les machines apparaissent alors comme les éléments principaux d’un processus de transformation sociale des communautés indigènes, notamment en raison de leur accès différencié aux technologies. L’encadrement par le travail et la formation aux métiers dans les missions provoque de nouveaux rapports de genre, redistribue les assignations, cristallise de nouvelles identités et favorise l’individualisation des tâches dans des sociétés où les activités étaient généralement collectives. Elle introduit aussi dans les communautés de nouvelles hiérarchies fondées sur l’expertise technique, les savoir-faire manuels, comme c’était déjà le cas dans les réductions jésuites du Paraguay aux xviie et xviiie siècles. Les machines transforment également les paysages visuel et sonore. À la tombée de la nuit, le brouhaha assourdissant et continu des groupes électrogènes vient rompre la quiétude du Chaco et de la forêt. À Puerto Casado, dès les années 1930, la journée était cadencée par la sirène de la fabrique qui annonçait la relève des équipes toutes les huit heures et le marteau percutant la cloche de la mission qui convoquait à la messe deux fois par jour.

7Mais le livre pose une autre question. En définitive, que sont ces machines qui circulent dans les terres basses, et quelle est leur existence dans les communautés ? André Menard offre un premier élément de réponse à travers l’exemple énigmatique de l’usage de la montre à gousset d’Aburto Panguilef, le grand leader mapuche de la première moitié du xxe siècle. Aburto entretient une relation singulière avec sa montre, objet de prestige. Elle est d’abord mécanique en précisant le temps absolu qui accompagne chacun de ses actes au jour le jour, puis elle évolue dans un dialogue quotidien sur un temps relatif après qu’il a cassé le mécanisme un 17 avril 1948. Aburto, puis ses héritiers, noue une relation plus que symbolique avec la prestigieuse tocante devenue fétiche. C’est ainsi le devenir des machines dans les communautés qui est questionné. Ces machines bricolées, rafistolées, recomposées sont souvent très éloignées de leur apparence originelle, voire de leur usage initial. Surtout, après avoir fonctionné parfois pendant vingt ou trente ans, ces machines sont abandonnées, livrées à elles-mêmes. Devenues épaves, elles végètent au bord d’un chemin ou s’évanouissent sous la broussaille. L’ensemble des textes s’accordent ainsi sur l’absence d’enracinement des machines dans les sociétés indigènes : elles vivent le temps des missions, celui des obrajes, ou des programmes d’ONG, elles vont et viennent. Les révolutions technologiques dans le Chaco et en Amazonie n’ont pas été cumulatives.

8En conclusion, ce livre important propose une approche nouvelle des sociétés amérindiennes du Chaco et d’Amazonie à travers l’étude des machines. Tout en participant au renouvellement de l’analyse des cultures matérielles, il éclaire l’étude du changement social dans ces communautés, documente et interroge l’historicité des colonialismes internes.

Haut de page

Bibliographie

Córdoba Lorena, Federico Bossert et Nicolas Richard (dir.)
2015  Capitalismo en las selvas. Enclaves industriales en el Chaco y Amazonia indígenas (1850-1950), Ediciones del Desierto, San Pedro de Atacama.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Capdevila, « Nicolas Richard, Zelda Alice Franceschi et Lorena Córdoba (dir.), La misión de la máquina. Técnica, extractivismo y conversión en las tierras bajas sudamericanas », Journal de la Société des américanistes, 107-2 | 2021, 251-255.

Référence électronique

Luc Capdevila, « Nicolas Richard, Zelda Alice Franceschi et Lorena Córdoba (dir.), La misión de la máquina. Técnica, extractivismo y conversión en las tierras bajas sudamericanas », Journal de la Société des américanistes [En ligne], 107-2 | 2021, mis en ligne le 31 décembre 2021, consulté le 29 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/jsa/19914 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jsa.19914

Haut de page

Auteur

Luc Capdevila

Arènes (UMR 6051), CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Société des Américanistes

Haut de page
  • Logo Latindex
  • Logo MSH Mondes
  • Logo Centre national du livre
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search