Navigation – Plan du site

AccueilNuméros en texte intégral107-2Comptes rendusMartijn van den Bel et Gérard Col...

Comptes rendus

Martijn van den Bel et Gérard Collomb (dir.), La colonisation de la Guyane (1626-1696)

Francis Dupuy
p. 270-273
Référence(s) :

Martijn van den Bel et Gérard Collomb (dir.), La colonisation de la Guyane (1626-1696), Hermann (République des lettres), 2021, 2 vol., 464 p. et 480 p., bibliogr., index, ill. (en noir et blanc), cartes, glossaire.

Texte intégral

  • 1 Les deux directeurs de l’entreprise ont su s’entourer d’une petite équipe composée de Frédéric Bla (...)

1Les deux imposants volumes qui composent cet ouvrage sont le produit d’une entreprise colossale, et pour le moins digne d’éloges, accomplie par Martijn van den Bel et Gérard Collomb, qui ont su exhumer un corpus considérable relatif aux débuts de la colonisation de la Guyane. Avec ces textes établis, présentés et annotés avec une minutie extrême et une rare érudition1, les auteurs poursuivent ainsi, pour la période 1626-1696, le travail déjà consacré aux sources avant la colonie (1560-1627) qu’ils avaient mis à disposition du public il y a quelques années (Collomb et Bel [dir.] 2014). Pris comme un tout, cet ensemble, richement documenté, présente un double intérêt : celui de la chaîne chronologique exhaustive et celui de l’analyse historique grâce à un apparat critique fourni, à quoi s’ajoute une panoplie d’outils (cartes et iconographie, glossaire, index…).

2Au fil des témoignages, les premières observations relatives aux peuples rencontrés surgissent, quasi unanimes : chacun note la nudité des Indiens, première évidence se présentant au regard des chrétiens européens, sans être forcément objet de réprobation morale, ainsi que l’absence totale de religion – et même d’idolâtrie –, mais la croyance postulée, à vrai dire rassurante, en un dieu créateur ; de là, l’espoir entrevu d’une possibilité de conversion aisée à la religion chrétienne.

3De même s’esquissent les caractéristiques générales de ces populations : l’émiettement, doublé de l’absence d’emboîtement politique. Deux activités sociales offrent un dépassement à l’éparpillement et jouent un rôle fédérateur : la guerre, par les alliances qu’elle suscite, et l’échange des biens, par les réseaux qu’il structure. Les Amérindiens des Guyanes viennent ainsi confirmer très tôt aux Européens qu’ils sont à rattacher à la catégorie, si peu amène, que ces derniers ont forgée à leur intention (et à leur détriment) : celle des Sauvages « sans foi, sans loi, sans roi ».

4Le long du littoral des Guyanes, deux grandes zones d’influence se dessinent : l’aire caribe et l’aire arawak, la zone de frottement entre les deux blocs se situant dans la région de Cayenne, même si, dans le détail, le puzzle humain se présente sous un jour infiniment plus bigarré. Les frontières ethniques apparaissent tantôt affirmées jusqu’à l’exacerbation tantôt passablement flottantes. Le témoignage le plus ancien, celui de Navarrete (1560) (in Collomb et Bel [dir.] 2014), fixe déjà les grandes lignes : à l’incorporation par l’adoption chez les Arawak répond l’incorporation par l’anthropophagie chez les Caribes. L’engrenage pervers se met bien vite en place : les haines entre ethnies amérindiennes rivales ne manqueront pas d’être attisées et exploitées entre nations européennes elles-mêmes concurrentes.

5Dans cet entrelacs de forces contraires et d’ambitions expansionnistes, de succès en revers de fortune et de fracas en abandons, Espagnols, Anglais, Hollandais et Français se disputeront sites stratégiques et segments de littoral, jusqu’à ce que l’amiral d’Estrées, en 1676, reprenant « l’île de Cayenne » aux Hollandais, installe durablement la colonie française. Les débuts du contact étaient marqués par le « commerce de traite », en des termes certes inégaux mais semblant ménager aux partenaires l’opportunité d’y trouver quelque avantage partagé. Le basculement s’opère au milieu du xviie siècle, avec pour objectif le profit des Compagnies, la mainmise sur les terres et le contrôle des peuples, promis à l’assujettissement avant même leur découverte. Pour certains d’entre eux – tels les Yao, puissants rivaux des Caribes et alliés zélés des Français –, le contact assidu sera corrosif jusqu’à l’effacement.

6Dès les années 1660-1670 s’ébauchent, en creux, les débuts du régime esclavagiste, inséparable complice et associé délétère du système des plantations, ainsi que son inévitable double : le marronnage, dont les premières manifestations sont rapidement rapportées (dès les années 1680, à travers le journal de Goupy des Marets). Dès les premières colonies hollandaises installées dans les années 1620, les planteurs réclamaient déjà qu’on les fournisse en esclaves africains, car « les Noirs, disaient-ils, sont plus enclins à travailler que les Hollandais ».

7Quelques témoignages ressortent du lot. La publication de 2014 permettait de remarquer ceux de Rodrigo Pérez de Navarrete, mentionné ci-dessus, Espagnol de l’île Margarita au large du delta de l’Orénoque, vers 1560, qui donne le ton à propos des rivalités politiques et guerrières entre Caribes et Arawak, relayées et amplifiées par les puissances aux velléités coloniales ; de Jean Mocquet, accompagnant La Ravardière en 1604 lors d’une première tentative avortée d’implantation, pour sa compréhension de la rivalité entre Caripous et Caribes, et pour sa vision fantasmée des Amazones ; de Robert Harcourt (1609), pour sa peinture de la vie d’une petite colonie pionnière implantée dans le bas Oyapock, tout autant tournée vers les groupes amérindiens de la région dans des activités de traite associées à une robuste diplomatie guerrière que portée par des rêves de découvertes fabuleuses des richesses du Nouveau Monde.

  • 2 On remarquera plus spécialement les considérations à caractère ethnographique, les premières du ge (...)

8D’autres textes retiendront l’attention dans cette nouvelle contribution. Dans le premier volume, se détachent le récit de Paul Boyer, relatant l’équipée folle, en 1643, de la Compagnie de Rouen, emportée dans les délires paranoïaques de Poncet de Brétigny, version guyanaise du tristement célèbre Lope de Aguirre qui descendit l’Amazone, près d’un siècle auparavant ; la relation de Jean de Laon (1654), pour son observation attentive, et plutôt bienveillante, des mœurs des Galibis (Caribes) ; le long tableau consacré par Antoine Biet à la France équinoxiale, étayé par un séjour de quinze mois, rédigé en 1652 et publié en 1664, riche d’événements relatés et, surtout, d’un Livre troisième, véritable gisement de données relatives au pays et à ses autochtones2, un gisement tel qu’il sera maintes fois copié et pillé par la suite.

9Dans le second volume émergent la Description de la France equinoctiale cy-devant appellée Guyanne, de Joseph-Antoine Lefebvre de la Barre, en 1666, tentant modestement de prendre la mesure d’un pays dans lequel on envisage sérieusement une implantation durable, ainsi que le Journal du voyage des pères Grillet et Béchamel, écrit par Grillet en 1674. Parmi les tout premiers jésuites à tenter une incursion chez les Amérindiens de l’intérieur guyanais, ces deux religieux témoignent d’une naïveté parfois confondante quant à l’attente de conversion des « Sauvages » ; leurs successeurs, inspirés dans leur politique par les trop célèbres « réductions », organiseront par ailleurs des missions qui s’avèreront d’effroyables foyers de propagation épidémique, où périront quantité de corps au nom du salut des âmes, version terrestre de l’Enfer pavé de bonnes intentions. Mentionnons aussi le Journal de Jean Goupy dit « des Marets », qui séjourne entre 1687 et 1690 dans une « habitation » (i. e. plantation) de Rémire près de Cayenne, à propos duquel nous serons moins élogieux que les codirecteurs de l’ouvrage, car s’il se révèle incomparable dans le volet (non publié ici) concernant le fonctionnement d’une plantation, son apport concernant les populations amérindiennes des environs est assez pauvre et plagie très souvent l’ouvrage de Biet.

10En définitive, par-delà les témoignages figés dans l’écrit, c’est une galerie de portraits pittoresques qui s’anime, celle de personnages d’un temps où l’aventure s’offrait aux audacieux. Certes, le respect d’autrui n’y était pas la première des exigences, et l’engagement n’allait pas sans brutalité. Au moins la vie s’y exprimait-elle sans réserve.

11Rendons hommage à Gérard Collomb et à Martijn van den Bel d’avoir su nous livrer un tel corpus, dont peu d’autres régions peuvent se flatter de posséder un équivalent.

Haut de page

Bibliographie

Collomb Gérard et Martijn van den Bel (dir.)
2014  Entre deux mondes. Amérindiens et Européens sur les côtes de Guyane, avant la colonie (1560-1627), Éditions du CTHS (La librairie des cultures, 6), Paris.

Haut de page

Notes

1 Les deux directeurs de l’entreprise ont su s’entourer d’une petite équipe composée de Frédéric Blanchard, William Jennings, Yannick Le Roux, Odile Lescure, Christophe Maneuvrier et Jean-Marc Popineau ; les uns et les autres apportant leur touche sur les sujets relevant de leurs champs de compétences respectifs.

2 On remarquera plus spécialement les considérations à caractère ethnographique, les premières du genre dans cette région des Guyanes, relatives à la division sexuelle des tâches, au rôle social des fêtes accompagnées de libations de bière de manioc, à la fonction sociale de l’activité guerrière, au sort des prisonniers de guerre soumis aux rituels anthropophagiques, au séquençage rituel ponctué de violences collectives infligées aux « capitaines » ou chefs de village au cours de leur intronisation, à la formation ascétique des piayes (chamanes), à la couvade, au traitement des morts…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Dupuy, « Martijn van den Bel et Gérard Collomb (dir.), La colonisation de la Guyane (1626-1696) », Journal de la Société des américanistes, 107-2 | 2021, 270-273.

Référence électronique

Francis Dupuy, « Martijn van den Bel et Gérard Collomb (dir.), La colonisation de la Guyane (1626-1696) », Journal de la Société des américanistes [En ligne], 107-2 | 2021, mis en ligne le 30 mars 2022, consulté le 29 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/jsa/19940 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jsa.19940

Haut de page

Auteur

Francis Dupuy

Université Toulouse – Jean-Jaurès, LISST-CAS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Société des Américanistes

Haut de page
  • Logo Latindex
  • Logo MSH Mondes
  • Logo Centre national du livre
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search