Navigation – Plan du site

AccueilNuméros en texte intégral108-1HommageMaría Estela Mansur (1954-2022)

Hommage

María Estela Mansur (1954-2022)

Vanesa Parmigiani, Hernán H. De Angelis et Amandine Péquignot
p. 197-203

Dédicace

Personne ne savait regarder les « pierres » aussi bien qu’Estela.
« Apprenez d’elles, écoutez-les, et touchez-les, sentez la présence de nos premiers habitants… »
Lic. Rafael Paunero, FCNyM-UNLP

Texte intégral

Fig. 1 – María Estela Mansur et Anne Chapman réunies devant une hutte cérémonielle du hain du site Ewan I (photo personnelle E. Mansur, mars 2009, Terre de Feu, Argentine)

Fig. 1 – María Estela Mansur et Anne Chapman réunies devant une hutte cérémonielle du hain du site Ewan I (photo personnelle E. Mansur, mars 2009, Terre de Feu, Argentine)

1À travers ces lignes, nous souhaitons rendre hommage à l’anthropologue et archéologue María Estela Mansur, qui nous a quittés le 5 février 2022 dans la ville de La Plata (Buenos Aires, Argentine), ville qui l’a vue naître et où elle se rendait régulièrement pour rendre visite à sa famille, en particulier à Nita, sa mère. María Estela Mansur était chercheuse principale ad honorem du Conseil national de la recherche scientifique et technique (CONICET) au Centre austral de recherche scientifique (CADIC), professeure à l’Université nationale de la Terre de Feu (IDEI-UNTDF) à Ushuaia, et chercheuse-associée de l’équipe d’ethnologie préhistorique de l’UMR 7041 ArScan (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, université Paris Nanterre, CNRS). Son départ nous a tous surpris, provoquant une grande tristesse dans la communauté scientifique et universitaire, nationale et internationale. Elle laisse à tous ceux qui ont eu la chance de la connaître son empreinte d’humanité, d’humilité et de générosité, tant par le partage de ses connaissances académiques que par sa sagesse et son amitié. Elle a été pour beaucoup une amie, une grande professeure et un mentor dans la discipline archéologique.

2Diplômée de la faculté des Sciences naturelles et du musée de l’université de La Plata (FCNyM-UNLP), Estela poursuit ses études à l’institut du Quaternaire (université Bordeaux I) entre 1977 et 1981 sous la direction de François Bordes. Elle oriente ses travaux sur la fabrication et l’étude du matériel lithique expérimental réalisé sur plusieurs types de silex européens, afin de préciser les mécanismes de formation des traces d’utilisation, et de tester l’épreuve et la méthode d’analyse. Suite à un stage de technologie lithique à l’université d'État de Washington avec J. Jeffrey Flenniken, elle envisage de nouvelles voies pour l’étude des traces, ne se limitant plus à celles d’utilisation mais s’intéressant surtout à celles découlant de la fabrication ou de processus technologiques, sans oublier les traces d’altération naturelles. Elle obtient un Diplôme d’études approfondies de géologie du Quaternaire et Préhistoire, suivi d’un Doctorat de 3e cycle « Géologie Quaternaire et Préhistoire » (1983) en étudiant deux séries de Patagonie : les niveaux inférieurs des grottes de Los Toldos et de El Ceibo (Province de Santa Cruz, Argentine).

3De retour en Argentine, elle continue ses études lithiques de la Patagonie argentine qui la rapprochent pas à pas d’Ushuaia et de la Terre de Feu, où elle construit sa carrière scientifique et académique au CADIC. Elle y côtoie notamment l’ethnologue franco-américaine Anne Chapman avec laquelle elle développera une solide amitié. C’est aussi en Terre de Feu qu’elle rencontre son compagnon Mario Eiriz, et que naît leur fils, Nicolas Eiriz. Estela est une des pionnières dans les études tracéologiques des matériaux archéologiques, ligne de recherche qu’elle introduit et développe en Argentine et en Amérique latine, où son travail reste isolé jusqu’à la fin des années 1990. Ses travaux contribuent à la connaissance de l’organisation technologique et de l’utilisation des ressources dans les sociétés de chasseurs-cueilleurs, en particulier en Patagonie et en Terre de Feu, notamment la société selk’nam de l’île principale de Terre de Feu, et en particulier son grand rituel, le hain. Estela a fondé et dirigé le laboratoire Grupo de Investigaciones y Análisis Tecno-Funcional de Materiales Arqueológicos (GIATMA), le Projet archéologique Corazón de la Isla (PACI) et le Centre de documentation et de recherche anthropologique Anne Chapman (CEDIAAC).

4Tout au long de sa carrière, María Estela Mansur développe des enseignements et des séminaires dans divers pays d’Amérique, d’Europe et d’Asie. Outre ces collaborations avec des équipes nationales et internationales, elle dirige et co-dirige des thèses de master et de doctorat dans diverses institutions, enrichissant ainsi la vie académique de nombreux chercheurs à travers le monde. Directrice exigeante sur le plan scientifique, elle ne manquait pas d’être affectueuse et compréhensive, trouvant toujours le mot juste. La passion avec laquelle elle transmettait ses connaissances et a incité de nombreux chercheurs à se former à l’analyse techno-fonctionnelle se traduit par le nombre croissant de recherches dans ce domaine. Pour son investissement et sa carrière scientifique, elle a reçu de nombreuses distinctions parmi lesquelles le prix Bernardo Houssay de la recherche en 1987, celui de la Personnalité illustre décerné par le Conseil délibérant d’Ushuaia et celui des Femmes protagonistes du Bicentenaire décerné par l’Institut contre la discrimination (INADI)-ministère du Développement social, tous deux en 2010. Son intérêt pour la vie des peuples autochtones, principalement ceux du centre l’île principale de Terre de Feu, a donné lieu à la publication d’un très grand nombre de travaux scientifiques et l’a conduit à nouer des relations solides avec les communautés locales. Au-delà de ses réalisations académiques, l’un de ses plus grands mérites était l’aide sans faille qu’elle offrait à ses collègues, aux étudiants, aux communautés selk’nam et yagan, récoltant l’affection et l’amitié de tous ceux qui l’ont connue. Estela laisse à la science argentine une contribution de grande importance et a permis à l’archéologie de ce pays, en particulier celle de la Patagonie et de la Terre de Feu, d’être reconnue au niveau international. Son ultime projet fut l’exposition en hommage à Anne Chapman, « Mujer en otros tiempos. Anne Chapman en Tierra del Fuego », inaugurée en novembre 2021 à Ushuaia.

5Pour nous, son héritage réside aussi dans une certaine idée de la manière dont il convient de faire de la recherche, rompant avec la verticalité typique du système scientifique. Estela nous a enseigné une recherche plus horizontale, respectueuse de ses différents partenaires. Son objectif a toujours été l’épanouissement mutuel, avec une attention particulière envers ceux qui débutaient, sans jamais afficher d’attitude mesquine ou négative. Elle nous a fait sentir que la Terre de Feu était notre place dans le monde, et transmettait également ce sentiment aux personnes qu’elle accueillait dans son laboratoire 17 du CADIC… Expérimentation, maté, café, lecture, écriture, de longs échanges sur chaque idée jusqu’à ce qu’elles se concrétisent. Une générosité dans son travail et dans la vie au quotidien, elle était aimante et drôle ! Toujours présente d’une manière ou d’une autre, et de bonne humeur. Elle offrait ses connaissances et son temps sans limite et sans grands discours, et répondait toujours aux curieux ou aux moments d’inquiétudes. Enfin, une incroyable force morale et un enthousiasme à toute épreuve. Des moments durs de sa vie, elle en disait très peu et n’en transmettait que l’énergie développée pour les surmonter et les solutions trouvées. Tout était accompagné de son magnifique sourire.

6Merci Estela pour ce legs académique et les axes de recherche que tu as tracés : le projet patrimonial et archéologique au cœur de la Isla Grande en Terre de Feu, le GIATMA et le fond de documentation Anne Chapman.

Fig. 2 – Équipe du laboratoire de microscopie GIATMA-CADIC-CONICET : Anna Franch Bach, Vanesa Parmigiani, María Estela Mansur, María Celina Alvarez Soncini, Hernán H. De Angelis (De Angelis Pablo, laboratorio CADIC, 2017)

Fig. 2 – Équipe du laboratoire de microscopie GIATMA-CADIC-CONICET : Anna Franch Bach, Vanesa Parmigiani, María Estela Mansur, María Celina Alvarez Soncini, Hernán H. De Angelis (De Angelis Pablo, laboratorio CADIC, 2017)
Haut de page

Bibliographie

Ouvrages

Mansur María Estela
1983  Traces d’utilisation et technologie lithique : exemples de la Patagonie, thèse de 3e cycle, Géologie du Quaternaire, Université Bordeaux I.

Mansur María Estela
1984  Archéologie de la Patagonie : l’industrie "Nivel 11" de la province de Santa Cruz (Argentine). Technologie lithique et traces d’utilisation, BAR, Oxford.

Mansur María Estela
1986  Microscopie du matériel lithique préhistorique. Traces d’utilisation, altérations naturelles, accidentelles et technologiques. Exemple de Patagonie, CNRS Éditions (Cahiers du Quaternaire, 9), Paris.

Salemme Mónica, Fernando Santiago, Myrian Álvarez, Ernesto Piana, Martín Vázquez et María Estela Mansur (dir.)
2009  Arqueología de Patagonia. Una mirada desde el último confín, Editorial Utopías, Ushuaia.

Mansur María Estela et Raquel Piqué Huerta (dir.)
2012  Arqueología del Hain. Investigaciones etnoarqueológicas en un sitio ceremonial de la sociedad Selknam de Tierra del Fuego. Implicancias teóricas y metodológicas para los estudios arqueológicos, Consejo Superior de Investigaciones científicas, Madrid.

Mansur María Estela, Marcio Alonso Lima et Yolaine Maigrot (dir.)
2014  Traceology today. methodological issues in the Old World and the Americas, actes du XVI World Congress of the International Union of Prehistoric and Protohistoric Sciences, Archaeopress, Oxford.

Articles

Mansur María Estela et Raquel Piqué Huerta
2009  « Between the forest and the sea: hunter-gatherer occupations in the subantarctic forests in Tierra del Fuego (Argentina) », Arctic Anthropology, 46 (1-2), p. 144-157.

De Angelis Hernán H. et María Estela Mansur
2010  « Artefactos de vidrio en contextos cazadores-recolectores. Consideraciones a partir del análisis tecnológico y funcional », Revista Atlántica-Mediterránea de Prehistoria y Arqueología Social, 12, p. 59-73.

Mansur María Estela, Karen Hardy et Raquel Piqué Huerta
2011  « Landscape and human settlement dynamics in insular environments. An archaeological approach », Arctic & Antarctic International Journal on Circumpolar Sociocultural, 5, p. 63-84.

Mansur María Estela, Hernán H. De Angelis et Vanesa Parmigiani
2013  « Human occupations in the mountains of central Tierra del Fuego: an archaeological approach », Preistoria Alpina, 43, p. 17-30.

Parmigiani Vanesa, Hernán H. De Angelis et María Estela Mansur
2013  « Replacement of extension? Changes in the Economy of the Selk’Nam Hunter-Gatherer groups of central Isla Grande de Tierra del Fuego », Arctic & Antarctic International Journal on Circumpolar Sociocultural, 7, p. 7-27.

De Angelis Hernán H. et María Estela Mansur
2015  « Exploitation of allochtonous raw materials in hunter-gatherer contexts. The archaeological sites of the Fagnano Lake, Tierra del Fuego, Argentina », Quaternary International, 375, p. 124-134.

Grimaldi Stefano, Sveinung Bang-Andersen, Francesco Carrer, Pierre Crotti, Philippe Della Casa, Federica Fontana, María Estela Mansur et Sabine Reinhold
2016  « Human occupations of mountain environments », Quaternary International, 402, p. 2-4.

Mansur María Estela et Hernán H. De Angelis
2016  « Lithic resource management in mountain environments: The Andean sector of Tierra Del Fuego », Quaternary International, 402, p. 117-128.

Alvarez Soncini María Celina et María Estela Mansur
2017  « Pecked and polished materials from southern Patagonia: An experimental techno-functional approach », Quaternary International, 427, p. 66-73.

De Angelis Hernán H., Vanesa Parmigiani, María Estela Mansur et Raquel Piqué Huerta
2013  « Investigaciones arqueológicas en la faja central de la Isla Grande de Tierra del Fuego, Argentina », Quaderni di Thule. Rivista italiana di studi americanistici, 12 [actes du XXXIV Convegno Internazionale di Americanistica, 3-10 maggio 2012, Perugia (Italia)], p. 297-310.

De Angelis Hernán H., María Estela Mansur, Vanesa Parmigiani, María Celina Alvarez Soncini et Anna Franch Bach
2020  « Between mountains and glacial valleys. Archaeology in the mountain ranges of the central strip of Tierra del Fuego », Journal of the International Union for Prehistoric and Protohistoric Sciences, 3 (1), p. 21-41.

Franch Bach Anna, Marian Berihuete-Azorín, Aylen Capparelli et María Estela Mansur
2021  « Use of plants by hunter-gatherers at coastal sites: The case of Cabo San Pablo 2017 (Tierra Del Fuego, Argentina) », Journal of Island and Coastal Archaeology, December 30, p. 1-21. DOI : 10.1080/15564894.2021.1983672

Mansur María Estela, Amandine Péquignot et Anna Franch Bach
2021  « Situaciones de emergencia global. Reflexiones sobre la preservación y la digitalización de los archivos científicos a partir del proyecto ARTEFAC », Antropología Experimental, Monográfico Covid-19 y Sociedad, 21, p. 59-65.

Chapitres d’ouvrage

Mansur María Estela et Hernán H. De Angelis
2013  « Ambiente, recursos y dinámica poblacional en la faja central de Tierra del Fuego: el bosque subantártico », in Francisco Zangrando, Ramiro Barberena, Adolfo Gil, Gustavo Neme (dir.), Tendencias teórico-metodológicas y casos de estudio en la arqueología de la Patagonia, Museo de Historia Natural de San Rafael/Sociedad Argentina de Antropología/Instituto Nacional de Antropología y Pensamiento Latinoamericano, San Rafael, p. 587-599.

Mansur María Estela et Raquel Piqué Huerta
2013  « Coast and hinterland: territory and resource management of the Selknam of Tierra del Fuego, Argentina », in Geoff Bailey, Karen Hardy et Abdoulaye Camara (dir.), Shell Energy. Mollusc Shells as Coastal Resources, Oxbow Books, Oxfords, p. 95-107.

Parmigiani Vanesa, María Estela Mansur et Igor Bogdanovic
2013  « The guanaco in the symbolic world of the Selknam society », in Francesca Lugli, Assunta Alessandra Stoppiello et Stefano Biagetti (dir.), Ethoarchaeology Current research and field methods, Archaeopress (BAR International Series, 2472), p. 107-112.

Mansur María Estela, Marció Alonso Lima et Hernán H. De Angelis
2014  « Microscopic Use-Wear analysis in Latin America. Its contribution to new problems, raw materials and taphonomic contexts », in María Estela Mansur, Marcio Alonso Lima et Yolaine Maigrot (dir.), Traceology today. Methodological issues in the Old World and the Americas, Archaeopress (BAR International Series), Oxford, p. 75-85.

Mansur María Estela
2016  « El Hain, ritual de iniciación selknam de Tierra del Fuego », in Federico Vladimir Strate Pezdirc (dir.), Cantos del Hain, Museo de Arte Contemporáneo, La Coruña, p. 170-193.

Mansur María Estela, Hernán H. De Angelis, Vanesa Parmigiani, María Celina Alvarez Soncini et Anna Franch Bach
2020  « Socio-cultural interaction and symbolism in prehistoric South America: Quartz crystal manuports from Tierra del Fuego », in Ono Rintaro et Alfred Pawlik (dir.), Pleistocene Archaeology. Migration, Technology, and Adaptation, IntechOpen, London, p. 173-191. DOI : 10.5772/intechopen.90851

Mansur María Estela, Hernán H. De Angelis, María Celina Alvarez Soncini et Vanesa Parmigiani
2020  « Chapter Thirteen. Toolkits, technology and resource exploitation in the forests of Tierra del Fuego », in Juan F. Gibaja, Joao Marreiros, Niccolò Mazzucco et Ignacio Clemente (dir.), Hunter-Gatherers Tool Kit. A Functional Perspective, Cambridge Scholars Publishing, Newcastle upon Tyne (UK), p. 236-259.

Parmigiani Vanesa, Anna Franch Bach, María Celina Alvarez Soncini, Hernán H. De Angelis et María Estela Mansur
2021  « Stones, bones and reeds. Operating chains in the manufacture and use of artifacts for the production of basketry in the societies of Tierra del Fuego », in Sylvie Beyries, Caroline Hamon et Yolaine Maigrot (dir.), Beyond Use-Wear Traces. Going from Tools to People by Means of Archeological Wear and Residue Analyses, Sidestone Press, Leiden, p. 89-101.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – María Estela Mansur et Anne Chapman réunies devant une hutte cérémonielle du hain du site Ewan I (photo personnelle E. Mansur, mars 2009, Terre de Feu, Argentine)
URL http://journals.openedition.org/jsa/docannexe/image/20603/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Titre Fig. 2 – Équipe du laboratoire de microscopie GIATMA-CADIC-CONICET : Anna Franch Bach, Vanesa Parmigiani, María Estela Mansur, María Celina Alvarez Soncini, Hernán H. De Angelis (De Angelis Pablo, laboratorio CADIC, 2017)
URL http://journals.openedition.org/jsa/docannexe/image/20603/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vanesa Parmigiani, Hernán H. De Angelis et Amandine Péquignot, « María Estela Mansur (1954-2022) »Journal de la Société des américanistes, 108-1 | 2022, 197-203.

Référence électronique

Vanesa Parmigiani, Hernán H. De Angelis et Amandine Péquignot, « María Estela Mansur (1954-2022) »Journal de la Société des américanistes [En ligne], 108-1 | 2022, mis en ligne le 30 juillet 2022, consulté le 26 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/jsa/20603 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jsa.20603

Haut de page

Auteurs

Vanesa Parmigiani

GIATMA-CADIC-CONICET, IDEI-UNTDF, Ushuaia, Argentine

Hernán H. De Angelis

GIATMA-CADIC-CONICET, IDEI-UNTDF, Ushuaia, Argentine

Amandine Péquignot

UMR 208 Paloc, MNHN-IRD, Paris, France

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Creative Commons - Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/

Haut de page
  • Logo MSH Mondes
  • Logo Centre national du livre
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search