Navigation – Plan du site

AccueilNuméros en texte intégral108-1ArticlesRevendiquer le patrimoine archéol...

Articles

Revendiquer le patrimoine archéologique par le rituel : la cérémonie pan-maya du fuego sagrado dans le Petén et le Quintana Roo

Reivindicar el patrimonio arqueológico mediante el ritual: la ceremonia pan-maya del fuego sagrado en el Petén y en Quintana Roo
Claiming archaeological heritage through rituality: the fuego sagrado pan-Maya ceremony in Petén and Quintana Roo
Mathieu Picas
p. 49-81

Résumés

Les sites archéologiques sont des lieux qui autorisent différentes utilisations sociales et politiques du passé. Cela est particulièrement vrai dans des régions où les vestiges de villes anciennes sont sujets à des négociations entre identités nationales, locales et/ou ethniques. Le présent article s’intéresse aux cérémonies réalisées dans des sites mayas par des acteurs qui leur attribuent une valeur sociale et rituelle dans le présent, en opposition à leurs utilisations et leurs mises en valeur hégémoniques habituelles. On y analyse la relocalisation de la cérémonie du fuego sagrado en contexte archéologique comme une action de contrepouvoir qui suggère l’existence d’un territoire maya transnational et qui revendique une résistance culturelle face au colonialisme. Cette étude s’intéresse particulièrement à l’appropriation et à l’adaptation de cette cérémonie dans la péninsule du Yucatán, notamment dans le département guatémaltèque du Petén et dans l’État mexicain du Quintana Roo, des années 1990 jusqu’à nos jours.

Haut de page

Texte intégral

Remerciements – Mes remerciements vont au comité éditorial du Journal de la Société des américanistes et aux réviseurs pour leurs précieuses observations et suggestions. À mes directrices de recherche, Margarita Díaz-Andreu et Gemma Celigueta Comerma pour leur soutien inestimable. À Ana Pastor Pérez pour ses recommandations. Au Grup d’Arqueologia Pública i Patrimoni (GAPP) de l’université de Barcelone. À Paulina Orellana Villarroel pour son aide avec les figures. Aux personnes qui m’ont permis de réaliser cette recherche dans les municipalités de Felipe Carrillo Puerto et de Lázaro Cardenas au Mexique, de San José au Guatemala, à la famille Moure Peña, à l’ACAMAYA, au CEQROODE, au Museo Maya Santa Cruz Xbáalam Naj, au Centro Comunitario U kúuchil k Ch’i’ibalo’on, au Centro INAH de Quintana Roo, à Ukajil Xokt’an Maya Itza’ ainsi qu’à Carlos Chablé Mendoza et à José Alfredo Chayax Tesucún pour leurs photographies.

1Rares sont les lieux qui suscitent autant de narrations historiques, culturelles et politiques que les sites archéologiques. Une des vocations premières du patrimoine culturel étant, par son ancrage dans l’histoire, de légitimer l’existence d’un territoire et d’assurer ainsi la cohésion sociale entre ses habitants, les monuments anciens se convertirent dès le xixe siècle en symboles susceptibles de renforcer les identités nationales (Bonerandi 2005 ; Díaz-Andreu 2007). Depuis lors, en règle générale, ce sont les États qui gèrent le patrimoine archéologique, veillant à sa conservation, sa restauration et sa mise en valeur par l’intermédiaire d’institutions nationales. En découlent fréquemment des conflits concernant l’utilisation des espaces patrimoniaux, notamment lorsque la vision hégémonique défendue par les institutions contredit celle d’autres acteurs qui attribuent aux vestiges des significations et des valeurs différentes (Lowenthal 2018, p. 32 ; Smith 2006, p. 75).

2En Amérique, les patrimoines culturels dévalorisés lors des périodes coloniales ont été utilisés pour la construction des identités nationales, avant d’être à nouveau mobilisés par les populations autochtones pour leurs propres processus de construction identitaire (Van Geert et Roigé 2016). Ces dernières décennies, différents groupes autochtones ont revendiqué leur légitimité à participer à la gestion, à la conservation, à la recherche et à l’utilisation du patrimoine archéologique, au même titre que les archéologues, les anthropologues et les agents des institutions nationales (Ayala, Avendaño et Cárdenas 2003). De nombreux sites archéologiques ont alors été convertis en espaces propices à la construction et à l’expression des identités autochtones actuelles. Certains de ces sites ont parfois donné naissance à de nouveaux récits et ont été symboliquement réinvestis par des pratiques rituelles (Arsenault 2003 ; Benavides 2010, p. 425 ; García 2002).

3La cérémonie du fuego sagrado, un rituel des Hautes Terres du Guatemala, a ainsi connu un processus d’institutionnalisation et de politisation dans les années 1990 (Morales Sic 2007). Elle est aujourd’hui fréquemment réalisée dans des sites archéologiques, y compris dans d’autres régions, comme le département du Petén situé dans les Basses Terres (Estrada Peña 2012 ; García 2002). On analysera ici l’utilisation de cette pratique à des fins de revendication et de représentation dans le département guatémaltèque du Petén et dans l’État mexicain du Quintana Roo. On examinera notamment les différents emprunts et les adaptations qui entourent la cérémonie du fuego sagrado lorsqu’elle vise à légitimer l’espace patrimonial et l’existence d’un territoire maya transnational.

4Au Mexique, les revendications mayas en lien avec le patrimoine archéologique sont apparues au début des années 1990 au sein du mouvement 500 Años de Resistencia Indígena, Negra y Popular, une campagne anticoloniale à l’échelle continentale qui s’est constituée à la veille des commémorations du cinquième centenaire de l’arrivée de Christophe Colomb en Amérique. Au Guatemala, ces revendications furent formulées au sein du Movimiento Maya, une mouvance politique et culturelle apparue après les années les plus violentes de la guerre civile (1960-1996) qui fit 200 000 morts recensés, dont la plupart résultent d’assassinats commis lors du génocide des populations autochtones par l’État guatémaltèque (Bastos et Cumes 2007, p. 112). C’est dans ce contexte post-génocidaire que se produisit un phénomène duel de « politisation de la religion et de sacralisation de la politique », qui correspond à une institutionnalisation des pratiques religieuses mayas ainsi qu’à l’utilisation des pratiques rituelles comme éléments de légitimation politique, notamment en ce qui concerne l’activisme culturel qui nous intéresse ici (Bastos et Camus 2003, p. 246).

  • 1 Cette cérémonie du fuego nuevo est différente de la cérémonie du fuego sagrado qui est analysée da (...)

5À partir des années 1990 et tout au long des décennies suivantes, les sites archéologiques n’ont cessé d’être sollicités, une pratique caractéristique de la « Mésoamérique moderne », selon l’expression de Jacques Galinier, cette région possédant un capital symbolique qui permet des identifications entre les sociétés actuelles et précoloniales (2008, p. 112). L’ethnologue analyse ainsi la question du symbolisme dans les mécanismes d’autoreprésentation dans l’État de Queretaro où l’ethnicité se construit autour de différents éléments appartenant respectivement aux cultures indiennes régionales, à l’époque coloniale et au New Age. Dans son analyse des patrimonialisations autour de la cérémonie de fuego nuevo1 dans la région de la Huastèque, Kristina Tiedje (2010) a montré quant à elle le rôle qu’occupe cette cérémonie dans le processus de revendication de l’espace touristique pour les Nahuas et les Teenek. Parmi les différents acteurs qui revendiquent leur légitimité à utiliser des sites archéologiques mayas à des fins rituelles, nous retrouvons entre autres des militants et experts rituels mayas, des archéologues, des personnalités politiques, des promoteurs touristiques ou encore des adeptes du New Age : une variété de voix que nous avons précédemment analysée autour du site de Tulum dans l’État du Quintana Roo au Mexique (Picas 2021).

  • 2 Kali Argyriadis et Renée de la Torre définissent la relocalisation comme un processus d’ancrage de (...)

6La présente étude débutera par l’analyse d’une série de rencontres internationales nommée Encuentros Lingüísticos y Culturales del Pueblo Maya auxquelles prirent part différentes organisations et associations culturelles du Mexique, du Guatemala et du Belize entre les années 2001 et 2014. L’enquête se poursuivra dans le village de San José, dans le département guatémaltèque du Petén, et dans la commune de Felipe Carrillo Puerto, dans l’État mexicain du Quintana Roo. Ces deux études de cas nous permettront d’analyser les enjeux de la relocalisation du rituel2. Bien que ces deux régions possèdent des contextes sociohistoriques, politiques et culturels différents, elles ont toutes deux vu surgir cette pratique lors des dernières décennies. Nous étudierons ce phénomène en analysant des initiatives émanant d’institutions et d’associations en lien avec la mise en valeur des langues et des cultures mayas, notamment l’Academia de Lenguas Mayas de Guatemala (ALMG) et l’Academia de la Lengua y Cultura Mayas de Quintana Roo (ACAMAYA).

7Dans les études anthropologiques, archéologiques et linguistiques, il est fréquent de distinguer les régions habitées par les populations mayas en fonction de leurs caractéristiques topographiques (Figure 1). On différencie ainsi la région des Basses Terres (en vert sur la carte) – qui regroupe les États mexicains du Campeche, du Yucatán et du Quintana Roo, une partie des États du Tabasco, du Chiapas et du nord-ouest du Honduras, l’intégralité du Belize et le nord du Guatemala – des régions montagneuses du Chiapas, du Guatemala, du Salvador et de l’ouest du Honduras qui forment, quant à elles, la région des Hautes Terres (en marron sur la carte). Si cette distinction géographique est sans nul doute schématique, elle permet toutefois de distinguer certaines particularités historiques, démographiques et culturelles relatives aux différents groupes mayas qui ont habité et qui habitent le sud du Mexique et le nord de l’Amérique centrale, régions où l’on dénombre actuellement plus de cinq millions de locuteurs mayanophones. Au Guatemala, les résultats du recensement de 2018 indiquaient que 43 % de la population nationale appartenait à l’un des trois groupes autochtones du pays : Mayas, Xinkas et Garifunas. Les Mayas sont le groupe autochtone largement majoritaire puisqu’ils représentent à eux seuls 41,7 % de la population nationale. Parmi les vingt-deux langues mayas parlées au Guatemala, le groupe linguistique quichéen est celui qui compte le plus de locuteurs et des langues comme le q’eqchi’ ou le k’iche’ sont toutes deux parlées par plus d’un million de personnes (Instituto Nacional de Estadística Guatemala 2019, p. 25-31). D’autres langues comptent toutefois beaucoup moins de locuteurs comme c’est le cas de l’itza’ dont la transmission est considérée en situation critique par l’Unesco (Moseley 2010, p. 13). L’itza’ est une langue de la famille linguistique yucatèque qui est parlée dans le village de San José situé sur la rive ouest du lac Petén Itzá, à quelques kilomètres de l’île de Flores et de Tayasal, l’ancienne capitale itza’ où les habitants de la région s’opposèrent aux incursions coloniales jusqu’au 13 mars 1697. En 1867, le prêtre Manuel Salvador González écrivait au sujet de San José que peu de ses occupants parlaient espagnol (Soza 1970b, p. 529), une situation qui a bien changé étant donné qu’en 2018 le village ne comptait plus qu’une vingtaine de locuteurs natifs, très âgés pour la plupart. Ce changement s’explique en grande partie par des politiques nationales hostiles aux langues autochtones à partir des années 1930 (Alejos García 2000, p. 7). Au Mexique, le maya yucatèque, qui fait partie de la même famille linguistique que l’itza’, était parlé par environ 775 000 personnes d’après les résultats du dernier recensement national de 20203. Dans l’État du Quintana Roo, les résultats du recensement comptabilisaient presque 175 000 locuteurs de cette langue soit environ 12 % de la population totale de l’État. La commune de Felipe Carrillo Puerto où j’ai mené mes recherches comptabilisait quant à elle 44 000 locuteurs de cette langue, soit 53 % de sa population totale. Ces deux langues, l’itza’ et le maya yucatèque, évoluent donc dans deux contextes linguistiques différents, des contrastes que nous étudierons également d’un point de vue rituel en tachant de comprendre comment les sites archéologiques des Basses Terres sont mobilisés dans des procédés de revendications ethniques, politiques et culturels autour de la cérémonie du fuego sagrado qui provient des Hautes Terres. Il sera particulièrement important d’analyser les enjeux politiques de cette relocalisation ainsi que les différentes adaptations du rituel aux contextes locaux sur les plans légaux et socioculturels.

Fig. 1 – Localisation des Hautes et des Basses Terres mayas et des lieux mentionnés dans l’article (carte M. Picas)

Fig. 1 – Localisation des Hautes et des Basses Terres mayas et des lieux mentionnés dans l’article (carte M. Picas)

Archéologie et colonialisme en terres mayas : distanciation et réappropriation autour du patrimoine archéologique

8Au Mexique et au Guatemala, l’archéologie a longtemps eu un usage politique, servant à chercher dans le passé des symboles d’une gloire antérieure à la colonisation et à la fondation des États-nations contemporains (Bueno 2016 ; Chinchilla Mazariegos 2012). Paradoxalement, ces mises en valeur nationalistes ne considéraient pas les populations autochtones comme de potentiels acteurs ou héritiers des biens archéologiques. Ou si elles le faisaient, c’était seulement pour considérer les Mayas actuels et de la période postclassique comme « décadents » par rapport à leurs ancêtres de la période classique (250-900 EC), suivant une perspective déjà présente dans les écrits des premiers explorateurs et archéologues étrangers à avoir conduit des recherches dans le sud du Mexique et au Guatemala (de Charnay 1992 [1863] ; Redfield 1932 ; Thompson 2012 [1954]), et qui persiste encore de nos jours dans l’histoire et les sociétés contemporaines.

9Au Mexique, l’identité nationale s’est construite à partir de sites et d’objets appartenant à la culture aztèque qui symbolisaient le pouvoir d’un empire précolonial autour de la figure que Jacques Galinier (2004) désigne comme celle de l’indio imperial. L’historien Arturo Taracena Arriola (2006) explique que le nationalisme guatémaltèque a présenté les habitants indiens des Hautes Terres comme culturellement et historiquement éloignés des fondateurs des villes de la période classique du Petén (dans les Basses Terres), en raison des différences architecturales entre les monuments de ces deux régions. Les influences toltèques du centre du Mexique, observables dans de nombreux sites du postclassique, se voyaient ainsi érigées en preuves de l’absence de continuité entre les populations autochtones contemporaines et les « Mayas d’antan ». Aussi, les mises en valeur nationalistes des vestiges étaient – et sont encore parfois – révélatrices des stratégies de domination culturelle qui ont contribué à un phénomène que certains chercheurs qualifient de « fossilisation » des sites archéologiques et des peuples mayas dans un passé lointain (May Castillo et Kan Chí 2017, p. 166 ; Montejo 2005, p. 39).

10Contredire la supposée « disparition » des Mayas, figés à la fin de la période classique, constituait un des objectifs centraux des acteurs du Movimiento Maya, qui, à partir de la fin des années 1980, revendiquaient l’existence d’une nation maya unie par des liens historiques, linguistiques et culturels. L’une des stratégies de ce mouvement résidait dans la valorisation d’éléments mayas qui renvoyaient à la période précoloniale et qui permettaient d’affirmer une altérité à la fois politique et culturelle, tout en rendant visible le caractère pluriethnique de la société guatémaltèque (Esquit 1998 ; Fischer 1999). Débuta alors un processus d’(auto)mayanización des ethnies de langues mayas, un changement important sur le plan de l’auto-identification des groupes qui commencèrent à se définir comme « mayas » (Bastos, Cumes et Lemus 2007 ; Warren 1992). À ce sujet, l’anthropologue Gemma Celigueta Comerma (2015, p. 103) indique que cette identité maya est avant tout politique puisqu’elle se présente comme celle d’une nation à part entière au sein de la société guatémaltèque, en opposition à la catégorisation coloniale d’« indígena » utilisée jusqu’alors.

11Dans les années 1980, les manifestations de l’altérité se sont surtout fondées sur le critère linguistique, avant de s’intéresser également dans la décennie suivante aux pratiques rituelles (Bastos, Tally et Zamora 2013, p. 324). En 1990 fut créée l’Academia de Lenguas Mayas de Guatemala (ALMG), une organisation qui travaille à la promotion et à l’enseignement des vingt-deux langues mayas parlées dans le pays. Le travail de l’ALMG tout au long des années 1990 a impliqué de nombreux changements concernant la standardisation des langues mayas ainsi que la promotion des pratiques rituelles pan-mayas, comme nous le verrons dans le cas de San José, mais également dans le cas du Mexique via les contacts établis entre des organisations de ces deux pays. C’est dans ce contexte d’affirmation ethnique que, dans les années 1990, les sites archéologiques furent convoqués pour revendiquer une filiation entre les bâtisseurs des monuments anciens et les populations indiennes contemporaines, dans le but de rendre historiquement légitime l’existence d’une nation maya en proie au colonialisme interne et à l’assimilation culturelle (Cojtí Cuxil 1994 ; COMG 1991).

La espiritualidad maya

  • 4 L’anthropologue Charles R. Hale (2004) voit dans la reconnaissance de ces différents droits cultur (...)

12En 1994, lors du processus de paix, fut créée la Coordinación de Organizaciones del Pueblo Maya de Guatemala (COPMAGUA) afin de débattre des positions des différentes organisations mayas en matière d’identité, de droits territoriaux, politiques, linguistiques et religieux et de soumettre des propositions communes au gouvernement. Après des mois de réunions, des projets de réformes portés par COPMAGUA furent inclus dans l’Acuerdo sobre Identidad y Derechos de los Pueblos Indígenas (AIDPI) de 1995 qui figure dans les Acuerdos de Paz Firme y Duradera de 1996 conclus entre le gouvernement guatémaltèque et l’Unión Revolucionaria Nacional Guatemalteca (URNG). L’AIDPI reconnut le droit pour les peuples indiens (Mayas, Garifunas et Xinkas) de réaliser librement des cérémonies dans les lieux qu’ils considéraient « sacrés », entre autres dans les sites archéologiques (Gobierno de la República de Guatemala et URNG 1997, p. 400). Les pratiques rituelles connurent alors un processus d’institutionnalisation au cours duquel furent définis les différents organismes chargés de légaliser et d’officialiser le statut d’ajq’ij – expert(e) rituel(le) – ou de définir les lieux sacrés dans lesquels réaliser les cérémonies. Les deux étapes de la Comisión para la Definición de los Lugares Sagrados (COLUSAG), en 1997 puis en 2001, furent révélatrices des enjeux politiques autour de l’identification et de la reconnaissance des lieux sacrés situés sur le territoire national (Morales Sic 2007, p. 100-101), aussi bien pour les ajq’ijab (pluriel d’ajq’ij) que pour des instances gouvernementales comme la Secretaría de la Paz (SEPAZ), institution gouvernementale chargée de veiller au respect des accords de paix. En 2002, l’Accord ministériel no 525-2002 autorisa le libre accès aux sites archéologiques pour les ajq’ijab et leurs accompagnants afin d’y réaliser des cérémonies. Dès lors, des autels cérémoniels circulaires, appelés mesas (tables), furent emménagés dans la plupart des parcs archéologiques gérés par l’Instituto de Antropología e Historia (IDAEH). En 2003, le projet de loi du Consejo Nacional de Lugares Sagrados y de la Práctica de la Espiritualidad de los Pueblos Maya, Xinca y Garífuna reconnaissait la figure de l’ajq’ij comme la principale « autorité religieuse » des pratiques mayas. Comme l’explique José Roberto Morales Sic, cette reconnaissance supposait une certaine homogénéisation du statut d’expert rituel et donc des pratiques en lien avec le système calendaire d’origine préhispanique, domaine d’expertise des ajq’ijab (dont le nom signifie « compteurs des jours »). De plus, Morales Sic explique que cette hiérarchie homogène témoignait également des rôles politiques conférés aux ajq’ijab au sein des organisations mayanistes et gouvernementales (2007, p. 87)4.

  • 5 Au Guatemala, le terme d’« Altiplano » fait référence à la région des Hautes Terres de ce pays.

13Le terme « spiritualité » auquel nous faisons référence dans cet article correspond à l’espiritualidad maya promue par les institutions nationales et mayas du Guatemala. Cette expression renvoie à un ensemble de pratiques et de connaissances autour du système calendaire d’origine préhispanique. L’usage d’un calendrier de compte court composé de treize mois de vingt jours (dont le nom en k’iche’ est cholq’ij et, en yucatèque, tzolk’in) ainsi que les pratiques rituelles qui lui sont liées, ont perduré dans les Hautes Terres tout au long de la période coloniale et ce jusqu’au xxe siècle (Goubaud Carrera 1965 ; La Farge 1994 ; Weeks, Sachse et Prager 2009). José Roberto Morales Sic indique que les cérémonies qui ont été popularisées au sein du Movimiento Maya dérivent de la costumbre, un terme désignant les pratiques rituelles que réalisent les experts rituels au sein des cofradías, les confréries indiennes existant depuis l’époque coloniale et ayant permis une conservation partielle des expressions religieuses autochtones (2007, p. 71). Il précise aussi que l’une des différences majeures entre les pratiques dites de la costumbre et de la espiritualidad maya réside dans les contextes et les lieux choisis pour leur réalisation : alors que la costumbre relève de l’intime ou du domaine de la communauté, la espiritualidad maya se veut publique et constitue un indicateur de la politisation qui accompagne cette ritualité institutionnalisée (ibid., p. 50). Il est également important de souligner que les cérémonies pan-mayas ont été en grande partie influencées par les pratiques de la région occidentale de l’Altiplano5 (Cook et Offit 2013 ; Morales Sic 2007) et que la place qu’ont occupée ces pratiques dans la recherche d’une identité pan-maya, qui se voulait commune aux vingt-deux groupes linguistiques mayas du pays, est révélatrice de l’hégémonie des activistes k’iche’ et kaqchikel au sein du Movimiento Maya (Bastos et Camus 2003, p. 314).

14Dans les pages qui suivent, nous nous intéresserons aux cérémonies dont les noms dans différentes langues appartenant au groupe linguistique quichéen, comme le k’iche’ ou le kaqchikel, sont xukulem (« agenouillement ») et kotz’i’j (« fleur »). Les traductions les plus courantes en espagnol sont ceremonia maya ou fuego sagrado, deux termes qui, comme nous le verrons, sont utilisés dans les Basses Terres. De nombreux travaux universitaires analysent le déroulement de cette pratique dans les Hautes Terres du Guatemala (Menchú 2013 ; Morales Sic 2007 ; Tedlock 1982). L’objectif ici n’est pas de décrire la cérémonie – elle le sera de manière très synthétique – mais ses utilisations. Il s’agit d’un rituel de divination dans lequel on brûle des offrandes dédiées à différentes entités telles que l’ajaw – le « seigneur » créateur de la vie et de l’univers – et les vingt nawals – entités dont l’influence agit sur les vingt jours que compte chacun des treize mois du calendrier cholq’ij (dont la durée totale est donc de 260 jours). Les offrandes, qui sont le plus souvent composées de différentes résines, de bougies et d’aliments, visent à solliciter les faveurs de ces entités ou à les en remercier. Ces matériaux inflammables constituent le toj, l’offrande disposée à même le sol et qui parvient aux entités auxquelles elles sont destinées à travers la fumée et le feu. Des offrandes additionnelles, le plus souvent des fleurs, du tabac ou des produits alimentaires, sont également disposées en différents points autour de l’espace cérémoniel afin de satisfaire les énergies et les esprits auxquels s’adresse l’ajq’ij. Mes recherches de terrain dans l’Altiplano occidental indiquent que ces cérémonies sont sujettes à des adaptations locales, collectives et personnelles, notamment en ce qui concerne les esprits des ancêtres invoqués. Elles sont réalisées quotidiennement dans les autels situés dans les hauteurs des montagnes et dans certains sites archéologiques ouverts au public comme Kaminaljuyú, Q’umarkaj ou Iximche’, sites qui disposent depuis 2002 d’aires cérémonielles dédiées à cette pratique rituelle. Ce phénomène de resémantisation patrimoniale est également observable dans les Basses Terres, bien que s’y pratiquent des rituels différents de ceux des Hautes Terres guatémaltèques et du Movimiento Maya.

La place des sites archéologiques dans les ritualités mayas du Quintana Roo et du Petén

  • 6 Précisons que cette « Montaña » se trouve dans la région des Basses Terres mayas et qu’elle ne fai (...)

15La péninsule du Yucatán regroupe les États mexicains du Yucatán, du Campeche et du Quintana Roo, le Belize et le département du Petén dans le nord du Guatemala. Aux xvie et xviie siècles, les colons européens considéraient la partie sud et orientale de la péninsule, qu’ils nommaient « la Montaña6 », comme un vaste territoire au sein duquel différents groupes autochtones conservaient une certaine autonomie politique et culturelle en marge du système colonial (Bracamonte y Sosa 2001). Cette indépendance était toutefois relative et certaines régions telles que celle du lac Petén Itzá dans le Petén connurent des incursions coloniales répétées jusqu’à la chute le 13 mars 1697 de Kan Ek’, alors souverain itza’ de la ville de Tayasal (Rice 2018). Dans la partie orientale de la péninsule, la résistance à la colonisation continua jusqu’au début du xxe siècle. Conséquence de l’expansion progressive des propriétaires terriens yucatèques dans la région de l’actuelle frontière entre les États mexicains du Yucatán et du Quintana Roo – l’ancienne frontière entre le système colonial et la Montaña –, le leader maya Cecilio Chi et ses hommes attaquèrent le village de Tepich le 30 juillet 1847, un évènement dont l’historiographie considère qu’il marqua le début de la guerre des Castes (1847-1901). Venue en renfort de l’autoproclamée République du Yucatán, l’armée mexicaine lutta contre les troupes mayas jusqu’à la prise en 1901 de leur capitale Noj Kaaj Chan Santa Kruz Xbáalam Naj, actuelle ville de Felipe Carrillo Puerto située dans le centre de l’actuel État du Quintana Roo. C’est en ce lieu que ceux qui allaient être par la suite connus comme les Mayas cruzo’ob (« ceux des croix ») veillaient sur la Cruz Parlante, un oracle apparu en 1850 et dont les messages incitaient les Mayas à continuer leur combat face aux troupes ennemies (Barabas 2008). Dès lors, le territoire des Mayas cruzo’ob s’articula autour de différents centres cérémoniaux dédiés à la Cruz Parlante. Dans le Quintana Roo, ces centres cérémoniaux se situent dans les villages de Tixcacal Guardia, Chancah Veracruz, Chumpón, Tulum et Felipe Carrillo Puerto. Ces derniers s’organisent autour d’un système militaire et religieux qui inclut des tours de garde des oracles et des images saintes, des célébrations et des pèlerinages vers les autres centres cérémoniaux. Les principales charges religieuses de cette organisation sont occupées par des hommes – le rôle des femmes y est cependant plus important qu’on ne l’a jusqu’ici signalé.

16Au-delà des cérémonies liées à la Cruz Parlante, les Mayas cruzo’ob réalisent d’autres rituels afin de solliciter ou de remercier des entités surnaturelles qui interviennent dans différents domaines comme l’agriculture, l’élevage, la chasse, la santé ou l’utilisation des terres. Ces entités sont fréquemment associées à différents lieux du paysage culturel des communautés mayas de la région comme les grottes, les cenotes ou les vestiges archéologiques appelés múulo’ob (collines, amoncellements de pierres ; voir Quintal et al. 2003). Ces structures préhispaniques, qui la plupart du temps ne sont pas restaurées et se trouvent à proximité des champs et des villages actuels, sont considérées comme la résidence des yuumtsilo’ob (entités gardiennes des terres, des ressources naturelles et des vestiges), des iiko’ob (entités qui se manifestent sous la forme de vents de bon ou mauvais augure), des cháako’ob (entités qui approvisionnent les vivants en eau), des aluxo’ob (entités gardiennes des parcelles agricoles), des nukuch máako’ob (personnes anciennes qui partagent certains attributs des vivants) et d’autres entités qui veillent sur les ressources naturelles (bétail, proies, miel, etc. ; voir Quintal et al. 2003 ; Vapnarsky et Le Guen 2011 ; Villa Rojas 1987). La plupart des interactions avec ces entités requièrent l’intervention de jmeeno’ob (experts rituels) qui officient en tant qu’intermédiaires entre les personnes qui sollicitent leurs services et les entités auxquelles ils s’adressent. Ni mes recherches dans le Quintana Roo ni la littérature régionale ne signalent l’existence de xmeeno’ob (expertes rituelles) dans cette région, mais uniquement de jmeeno’ob, un point qu’il conviendra de garder à l’esprit pour la suite de notre analyse.

  • 7 Le contexte socioculturel et linguistique de cette ville diffère de celui des villages mayas de la (...)

17Différents travaux nous indiquent que certains múulo’ob et zones archéologiques de l’État de Quintana Roo ont été utilisés pour la réalisation de cérémonies lors des dernières décennies. Parmi les pratiques mentionnées, citons : les offrandes déposées face à la stèle no 11 de Cobá en lien avec la chasse et le ch’a’ cháak (cérémonie de requête de pluie ; Con Uribe et Esparza Olguín 2016) ; le ch’a’ cháak et le looj à Báalche’ (Picas 2022) ; le looj à Muyil (Picas 2021, p. 222) ; ou encore le loojil kaaj (rituel communautaire) et le k’éex (rituel de guérison) documentés par Valentina Vapnarsky (2017) à Tampak. Il est important de signaler que le fuego sagrado ne constitue pas une pratique courante dans les communautés mayas de la région et que cette pratique semble avant tout mobiliser des associations locales principalement situées dans la ville de Felipe Carrillo Puerto7.

18En ce qui concerne le Petén, nous disposons de peu d’informations quant à l’éventuelle place qu’occupaient ces vestiges archéologiques dans la ritualité régionale avant le Movimiento Maya. Le site de Tikal est le parc archéologique le plus visité de la région et il occupe un rôle important dans les représentations aussi bien locales que nationales. Bien avant d’être inscrit en 1979 sur la liste du Patrimoine culturel de l’humanité par l’Unesco, le site était déjà connu des habitants de San José depuis plusieurs générations (Soza 1970a, p. 255). Dans les années 1990-2000, les linguistes et anthropologues Ximena Lois et Valentina Vapnarsky ont documenté la dimension sacrée accordée aux sites archéologiques de la région par les habitants de San José, qui les considèrent comme la résidence des âmes de leurs ancêtres et des esprits qui protègent la forêt (2010, p. 90). La relocalisation du fuego sagrado dans le département du Petén s’est d’ailleurs opérée à la fin des années 1990, période clé du Movimiento Maya. David García a documenté l’utilisation rituelle du site de Cancuén par des habitants q’eqchi’ qui s’étaient installés dans le sud du Petén durant la guerre civile (2002). L’archéologue explique que ces nouvelles pratiques sont apparues localement sous l’influence d’autres groupes q’eqchi’, des discours du Movimiento Maya relayés par les radios locales et par la visite de la Comisión para la Definición de Lugares Sagrados après la signature des accords de paix de 1996 (ibid., p. 14-15). Par ailleurs, Santiago Bastos, Aura Cumes et Leslie Lemus (2007) expliquent que l’appropriation du site par la communauté locale s’est également réalisée sous l’influence des discours des archéologues. Un phénomène similaire est également observable dans le village de San José où, comme nous le verrons par la suite, des activités de revitalisation culturelle sont apparues dans les années 1990.

Le fuego sagrado et l’identité pan-maya transnationale : le cas des Encuentros Lingüísticos y Culturales del Pueblo Maya

19Entre 2001 et 2014, différentes organisations du Mexique, du Guatemala et du Belize qui avaient pris part à la campagne continentale 500 Años de Resistencia Indígena Negra y Popular se réunirent annuellement lors de rencontres appelées Encuentros Lingüísticos y Culturales del Pueblo Maya (Pérez Martínez, Pérez Martínez et Pérez Martínez 2020). L’objectif de ces rencontres était la mise en commun des problématiques que les différents peuples mayas observaient dans leurs pays en termes d’application des droits des peuples autochtones, d’éducation, de culture ou encore de gestion des ressources culturelles et naturelles. Les revendications liées à ces thématiques étaient traitées au cours de tables rondes et exprimées lors de déclarations lues dans le cadre des actes de clôture qui incluaient généralement la réalisation de rituels. Je me suis entretenu à ce sujet avec des membres de différentes organisations du Quintana Roo et du Petén dans le but de contextualiser le phénomène de relocalisation du fuego sagrado dans ces deux régions.

20La première de ces rencontres se tint en 2001 dans le village itza’ de San José dans le Petén. Elle fut convoquée par plusieurs organisations de Mayas des Basses Terres : l’Institut Maya U-Kuxtal Masewal (Belize), le Consejo Maya Peninsular (Mexique), Mayaón A. C. (Mexique) ainsi que par l’Academia de Lenguas Mayas de Guatemala (ALMG, Guatemala). Dans le cadre de la cérémonie de clôture, un rituel du fuego sagrado fut célébré sur le site archéologique de Motul de San José, situé à quelques kilomètres du village. Comme me l’a indiqué un habitant itza’ du village et ancien président de l’ALMG de San José, il était important de réaliser cette cérémonie dans un site archéologique ouvert au public, car ceux-ci sont des « lieux symboliques qui représentent l’histoire du peuple maya ».

  • 8 L’association civile CEQROODE fut créée en 1989 par des habitants mayas et non mayas résidant dans (...)

21En 2002, l’État du Yucatán fut l’hôte de la deuxième édition qui se tint à Valladolid. Cette année-là, une offrande de saká (boisson à base de maïs) se célébra dans le site de Chichén Itzá. La cérémonie reçut une autorisation du Centro INAH de Yucatán et se déroula dans une partie « peu visible du public, près du Cenote Sagrado », ainsi que me l’a décrit un membre du Centro Quintanarroense de Desarrollo (CEQROODE) qui avait participé au rituel8. Il me précisa en outre qu’une autorisation de réaliser le fuego sagrado avait également été demandée, mais qu’elle fut refusée. Tant au Mexique qu’au Guatemala, on m’affirma que la fraternité des peuples itza’ (Guatemala), yucatèque et cruzo’ob (Mexique) fut exprimée lors de cette rencontre, reconnaissant en particulier les liens linguistiques, culturels et historiques qui les unissent ainsi que le caractère arbitraire des frontières actuelles entre les deux pays, créations récentes qui n’empêchent pas ces groupes de constituer « un seul et même peuple ».

  • 9 Ley de Derechos, Cultura y  Organización Indígena del Estado de Quintana Roo, Gobierno del Estado (...)

22L’objectif de l’édition 2004 organisée par l’ALMG et la Secretaría de la Paz dans la capitale du Guatemala et sur le site d’Iximche’ était l’articulation d’un mouvement maya international (Pérez Martínez, Pérez Martínez et Pérez Martínez 2020, p. 22). La cinquième édition, alors qualifiée comme étant celle du « Pueblo Maya Mesoamericano », se tint à Felipe Carrillo Puerto dans le Quintana Roo et fut organisée par l’ACAMAYA en 2005. Cette allusion à l’aire culturelle mésoaméricaine renvoie à l’idée d’un mouvement maya transnational qui s’appuie sur des caractéristiques culturelles communes et qui remet en question les frontières territoriales des États-nations mexicains et centroaméricains. Lors de cette édition, le site archéologique de Cobá fut choisi pour l’activité rituelle qui se tint le 9 août, date que les Nations unies ont désignée comme étant « la journée internationale des peuples autochtones ». Cette année-là, deux types de cérémonies furent réalisées, l’une yucatèque dirigée par un jmeen (singulier de jmeeno’ob) originaire de l’État du Yucatán et l’autre par un ajq’ij guatémaltèque. Pour la première fois de son histoire, le Centro INAH de Quintana Roo autorisa la réalisation du fuego sagrado au sein d’un site placé sous sa responsabilité (Figure 2). La présidente actuelle de l’ACAMAYA m’a expliqué que la demande d’autorisation de cette cérémonie fut acceptée car elle faisait mention de la Ley de derechos, cultura y organización indígena del estado de Quintana Roo qui reconnait le droit pour les peuples mayas de réaliser des cérémonies religieuses au sein des zones archéologiques du Quintana Roo, dans le respect des autres lois en vigueur9. Cette cérémonie du fuego sagrado constitua un évènement majeur pour différents acteurs de la vie culturelle de la municipalité de Felipe Carrillo Puerto.

Fig. 2 – Cérémonie du fuego sagrado réalisée par un ajq’ij guatémaltèque dans la zone archéologique de Cobá dans le cadre du cinquième Encuentro Lingüístico y Cultural del Pueblo Maya dans l’État mexicain de Quintana Roo, 2005 (photo Carlos Chablé, CEQROODE)

Fig. 2 – Cérémonie du fuego sagrado réalisée par un ajq’ij guatémaltèque dans la zone archéologique de Cobá dans le cadre du cinquième Encuentro Lingüístico y Cultural del Pueblo Maya dans l’État mexicain de Quintana Roo, 2005 (photo Carlos Chablé, CEQROODE)

23En avril 2017, une exposition photographique représentant les différentes éditions de ces rencontres se tint à la Casa de la Cultura de cette municipalité. Une place spéciale fut alors accordée à la Declaración de Cobá, document lu lors de la cérémonie de clôture de l’édition 2005 et qui portait les revendications communes des participants concernant l’identité et la culture maya, les droits linguistiques, les droits des femmes mayas, le développement durable et la « ré-articulation du peuple maya » (Encuentro de Cultura Maya 2005). Cette variété de problématiques rappelle celle qui constituait l’agenda politique du Movimiento Maya dans les années quatre-vingt-dix au Guatemala, cette fois-ci pensée depuis une perspective transnationale.

  • 10 Ley de Derechos, Cultura y Organización Indígena del Estado de Campeche, Poder legislativo del Est (...)

24L’édition 2006, qui fut organisée par l’Academia Campechana de la Lengua Maya, ne connut pas le même succès sur le plan cérémoniel. Bien que le onzième article de la Ley de Derechos, Cultura y Organización Indígena del Estado de Campeche reconnaisse également le droit pour les peuples autochtones à réaliser des cérémonies dans les zones archéologiques de cet État10 et qu’une autorisation de réaliser le fuego sagrado dans le site d’Edzná eût été accordée par l’INAH, la cérémonie fut empêchée in situ par le délégué fédéral de cette institution, ainsi que me l’ont indiqué des membres de l’ACAMAYA et du CEQROODE présents ce jour-là. La raison énoncée fut le risque que le feu représentait pour la conservation du site archéologique. Une lettre de protestation fut postérieurement adressée au siège des Nations unies situé dans la ville de Mexico, dans le but de mettre en lumière ce qui fut considéré comme une « violation des droits des peuples indiens » reconnus par cette même organisation (Chim 2006).

25Dès lors, de nouveaux espaces furent choisis pour la réalisation de cérémonies dans le cadre de ces Encuentros au Mexique. Lors de la dixième édition qui se tint dans l’État du Yucatán, une visite à Chichén Itzá fut organisée, mais c’est à côté du cenote de la ville de Valladolid que le fuego sagrado fut célébré le 30 juillet 2010. Cette date avait été choisie afin de commémorer la prise d’armes de Cecilio Chi dans la ville de Tepich en 1847, acte associé au début de la guerre des Castes. Notons que la Declaración de Zací exhortait les institutions concernées à autoriser le libre accès aux zones archéologiques pour les peuples indiens afin qu’ils puissent y réaliser des cérémonies (Encuentro de Cultura Maya 2010). La dernière édition de ces rencontres se tint en 2014 dans la municipalité de José María Morelos dans le Quintana Roo. Une cérémonie de fuego sagrado fut organisée à l’Universidad Intercultural Maya de Quintana Roo (UIMQROO), un acte qui est décrit dans la déclaration rédigée cette année-là comme un moyen de « promouvoir les valeurs morales et la spiritualité des communautés indiennes ». Notons que cette même déclaration demandait une standardisation du libre accès aux sites archéologiques pour les Mayas du Belize, du Mexique et du Guatemala (Consejo Maya Nuevo Sol 2014, p. 3). Comme l’indiquent ces différentes requêtes, les sites archéologiques et les cérémonies constituaient des recours stratégiques pour les acteurs qui prenaient part à ces rencontres, leur permettant ainsi de revendiquer l’existence d’un groupe maya transnational, de dénoncer la non-application de conventions internationales ainsi que de solliciter des réformes nationales en matière de droits des peuples autochtones.

Identité itza’ et mémoire dans le Péten : le fuego sagrado comme élément de pan-mayanisation et mobilisateur de mémoires anticoloniales à San José

26Comme il a été mentionné dans l’introduction, la transmission de la langue itza’ se trouve actuellement en situation critique dans le village de San José (Moseley 2010), raison pour laquelle différentes initiatives de conservation des ressources naturelles et culturelles y débutèrent dans les années 1990. C’est le cas par exemple du Proyecto de Rescate del Idioma Maya Itzá (PRIMI) qui fut le premier projet de revitalisation linguistique de la municipalité et de Bio-Itzá, fondation de conservation écologique, tous deux fondées en 1991. Dans le présent article, nous nous intéressons au centre régional de l’Academia de Lenguas Mayas de Guatemala (ALMG) dédié à la langue itza’ qui fut créé dans le village en 1992. Dès lors, Ukajil Xokt’an Maya Itza’, le nom de cette institution en itza’, a entrepris différents projets linguistiques et de revitalisation de pratiques rituelles.

27Je me suis entretenu avec un ancien président d’Ukajil Xokt’an Maya Itza’ dans le but d’analyser le rôle qu’occupe le fuego sagrado dans les initiatives de cette institution. Cet habitant itza’ de San José, âgé d’une cinquantaine d’années, m’a indiqué que sur le plan rituel la reconstruction de l’identité itza’ débuta le 3 mai 1997 avec la revitalisation du baile de cabeza de coche (danse de la tête de cochon), un rituel qui ne s’était plus célébré dans le village depuis les années 1950. Cette cérémonie inclut alors une messe catholique ainsi que le rituel du fuego sagrado célébré par un ajq’ij originaire de l’Altiplano. L’introduction de cette pratique fut d’abord contestée par une partie des habitants de San José qui assistaient pour la première fois à ce rituel d’ambition pan-maya. De nos jours, la messe catholique ne se célèbre plus au cours de cette cérémonie organisée par l’ALMG, contrairement au fuego sagrado qui lui se réalise désormais dans différents espaces et contextes. L’apparition du rituel dans le village m’a été décrite par l’ancien membre de l’ALMG comme une alternative à la religion catholique qui, selon lui, « a laissé le peuple itza’ sans manifestations culturelles propres ». Comme il me l’a expliqué, à la fin des années 1990, plusieurs habitants de San José se rendirent dans la région occidentale du pays afin d’y apprendre la « cosmologie maya des peuples de l’Altiplano » et les cérémonies de feu qui permettraient la « reconstruction d’une identité itza’ avec des influences k’iche’ et kaqchikel ».

28C’est dans ce contexte qu’une structure préhispanique se trouvant sur le terrain de l’institution a été convertie en un lieu cérémoniel au début des années 2000. Nommée Cerro Tz’unu’un (monticule/colline Colibri), cette structure archéologique accueille désormais des cérémonies ponctuelles convoquées par l’ALMG, mais également par des personnes kaqchikel, k’iche’ et q’eqchi’ qui se sont installées dans la région pour le commerce ou durant la guerre civile. Ainsi que me l’a relaté l’ancien président d’Ukajil Xokt’an Maya Itza’, ces derniers visitent ponctuellement le centre cérémoniel afin d’y réaliser leurs propres activités rituelles sans avoir à craindre les perturbations qu’ils connaissent dans leurs villages respectifs où ce type de cérémonies est considéré comme de la « brujería » (sorcellerie). Cette utilisation rituelle du site n’est pas supervisée par l’Academia, contrairement à d’autres cérémonies convoquées par l’institution.

  • 11 Día de la identidad itzá 13 de marzo [prospectus explicatif imprimé], Municipalidad de San José et (...)

29Sur le plan institutionnel, il semblerait que le monticule précolonial possède différents traits qui pourraient lui conférer la vocation de « lieu de mémoire » dans le sens où il est utilisé pour symboliser l’histoire sur laquelle se bâtit l’identité itza’ (Nora 1997). L’expression de liens généalogiques entre les habitants de San José et leurs ancêtres culmine chaque 13 mars, depuis qu’en 2007 un arrêté municipal impulsé par Ukajil Xokt’an Maya Itza’ et la municipalité de San José a décrété cette date comme Día de la identidad itza’ en référence à la chute du souverain Kan Ek’ le 13 mars 1697. Ainsi, l’identité itza’ actuelle, telle qu’elle est envisagée par les institutions concernées, se construit autour de la mémoire d’une résistance qui perdurerait via la « conservation d’une identité maya » comme l’indique un prospectus explicatif de la municipalité de San José et de l’ALMG11. Au cours de la cérémonie, le fuego sagrado est célébré sur la partie supérieure du Cerro Tz’unu’un (Figure 3). Cette mise en relation de l’espace archéologique, du rituel et de la commémoration d’un évènement historique nous permet de comprendre l’importance de l’acte cérémoniel dans le processus d’autoreprésentation itza’ au moyen de la pratique pan-maya. Certains hommes et femmes qui assistent à la cérémonie revêtent pour l’occasion les traje et huipil (habits traditionnels) blancs et noirs du village de San José. Une habitante itza’ d’une quarantaine d’année, qui n’évolue pas dans le domaine institutionnel, m’a expliqué que cet habit ne se porte qu’en de rares occasions, le plus souvent lors d’évènements précis tels que celui du Día de la identidad itza’, ce qu’elle regrettait d’ailleurs, estimant que cette identité devrait se vivre au-delà de célébrations ponctuelles. Précisons aussi que la majorité des personnes qui assistent à la commémoration est constituée d’écoliers du village, un fait révélateur de la volonté d’Ukajil Xokt’an Maya Itza’ de convertir le rituel en une tradition locale et de mettre en valeur l’histoire et les expressions culturelles pan-mayas auprès des plus jeunes générations.

Fig. 3 – Cérémonie du fuego sagrado réalisée par un ajq’ij itza’ lors des commémorations du Día de la Identidad Itza’ dans la partie supérieure du Cerro Tz’unu’un à San José, 13 mars 2018 (photo José Alfredo Chayax Tesucún)

Fig. 3 – Cérémonie du fuego sagrado réalisée par un ajq’ij itza’ lors des commémorations du Día de la Identidad Itza’ dans la partie supérieure du Cerro Tz’unu’un à San José, 13 mars 2018 (photo José Alfredo Chayax Tesucún)
  • 12 Depuis les années 1990, cette date remplace les commémorations du Día de la Raza ou Día de la Hisp (...)

30Dans le but d’analyser la relocalisation du rituel dans la région, je me suis entretenu avec un ajq’ij itza’, originaire du village de San José, qui participe à la cérémonie du Día de la identidad itza’. Il m’a expliqué son parcours en tant qu’expert rituel et son rapport aux sites archéologiques. C’est à la fin des années 1990 que débuta son initiation d’expert rituel auprès de deux homologues originaires des villes d’Antigua et de Ciudad de Guatemala. Au cours de cette initiation, il visita plusieurs sites archéologiques sur le territoire national et dans les pays voisins. En 2000, il participa par exemple à une cérémonie de fuego sagrado collective sur le site de Teotihuacán dans le centre du Mexique. En 2002, il participa à la deuxième édition des Encuentros Linguisticos y Culturales del Pueblo Maya Mesoamericano et à l’offrande rituelle maya yucatèque qui se tint à Chichén Itzá. Une fois sa période d’initiation terminée, il reçut une accréditation émise par une fondation d’ajq’ijab basée dans la capitale guatémaltèque qui l’identifie en tant qu’ajq’ij itza’. Cette reconnaissance institutionnelle lui permet d’accéder librement aux différents parcs archéologiques du Guatemala et d’y célébrer des cérémonies. Généralement, il réalise le fuego sagrado dans des sites régionaux tels que Tikal, Yaxhá ou Uaxactún. L’ajq’ij affectionne particulièrement ce dernier site en raison de l’observatoire qui, selon lui, aurait été construit par ses « ancêtres ». Il m’explique également qu’autrefois ces derniers réalisaient eux aussi la cérémonie du fuego sagrado, exprimant ainsi une volonté de filiation avec les anciens habitants de la région qui nous aide à comprendre l’importance de la pratique dans un procédé d’autoreprésentation autour du rituel. L’ajq’ij itza’ participe également à des cérémonies collectives aux côtés d’autres experts rituels. À Uaxactún, il réalise le fuego sagrado les jours de solstice et d’équinoxe aux côtés d’ajq’ijab appartenant à d’autres groupes linguistiques mayas qui habitent dans la région. À Tikal, il participe tous les 12 octobre au Día de la Resistencia Indígena12 aux côtés de centaines de visiteurs originaires de différentes régions du Guatemala venus réaliser le fuego sagrado dans les différentes aires cérémonielles que compte le parc archéologique.

31Dans un autre contexte et de manière ponctuelle, des personnes contactent l’ajq’ij de San José pour lui demander de réaliser cette cérémonie, qu’il célèbre en langue itza’ ou en espagnol. Il s’agit le plus souvent de visiteurs étrangers ou nationaux qui doivent l’avertir au moins quinze jours à l’avance. Après avoir consulté la date/nawal qui correspond le mieux à la nature de la cérémonie (santé, relations familiales, etc.), il rassemble le matériel cérémoniel et se réunit avec les personnes ayant sollicité ses services. Le jour du rituel, il procède à la saturación (régulation des énergies) des participants et de l’espace cérémoniel à l’aide d’alcool avant de réaliser la combustion d’offrandes de résine d’ocote (Pinus montezumae), de rue (Ruta graveolens sp.) ainsi que de bougies de six couleurs, chacune d’elles possédant une signification particulière. Cette description faite par l’ajq’ij itza’ est très semblable aux cérémonies que l’on peut observer dans des sites archéologiques situés dans l’Altiplano. Il m’a d’ailleurs indiqué que, généralement, les Mayas originaires d’autres régions qui souhaitent réaliser une cérémonie dans le Petén viennent accompagnés de leurs « propres ajq’ijab ».

Revendiquer les vestiges dans le Quintana Roo : le fuego sagrado comme action de contre-pouvoir et rituel pan-maya

32Au début des années 1990, des revendications vis-à-vis des sites archéologiques furent formulées par des activistes de l’État de Quintana Roo lors de la campagne continentale 500 Años de Resistencia Indígena Negra y Popular coordonnée localement par le Consejo Maya Peninsular 500 Años par l’intermédiaire du CEQROODE. C’est à cette période que des membres de cette association assistèrent pour la première fois au rituel du fuego sagrado, lors de rencontres avec des autorités mayas cruzo’ob auxquelles prirent part des réfugiés de la guerre civile guatémaltèque. Bien que ces cérémonies fussent ponctuelles, elles se sont toutefois avérées importantes sur le plan symbolique. L’ancienne secrétaire du CEQROODE m’a d’ailleurs informé que des membres de cette association, accompagnés d’ajq’ijab guatémaltèques, tentèrent de réaliser le rituel à Tulum en 1991, même si des employés du site les en avaient finalement empêchés. Cette même année, des représentants du Consejo participèrent au second sommet continental de la campagne 500 Años qui se tint dans la ville de Quetzaltenango au Guatemala. Cette rencontre fut déterminante pour la mise en réseau de différentes associations et institutions du Guatemala, du Belize et du Mexique. Lorsque débutèrent les Encuentros Lingüísticos y Culturales del Pueblo Maya dans les années 2000, quelques acteurs du Quintana Roo virent alors dans la pratique du fuego sagrado un moyen de revendiquer l’espace patrimonial.

33La relocalisation du rituel dans le Quintana Roo est indissociable de l’ACAMAYA, association qui fut fondée en 2002 et dont certains champs d’action concernent l’enseignement de la langue maya, la revitalisation des systèmes calendaires d’origine précoloniale et la cosmologie maya. Parmi les membres fondateurs de cette institution, nous retrouvons des membres du CEQROODE et des promoteurs culturels qui interviennent à Felipe Carrillo Puerto et dans différents villages mayas de l’État. Elle fut créée une année après la réalisation des premiers Encuentros Lingüísticos y Culturales del Pueblo Maya qui avaient eu lieu à San José dans le Petén et au cours desquels les membres de l’ACAMAYA avaient constaté les différences en matière de politiques culturelles et linguistiques entre le Mexique et le pays voisin. Le nom de l’association n’est d’ailleurs pas sans rappeler ceux des institutions guatémaltèques et il est intéressant de noter qu’un ajq’ij kaqchikel faisant partie de l’ALMG a pris part à la rédaction du plan de développement linguistique de l’ACAMAYA en 2008. Cette même personne a d’ailleurs également réalisé différentes cérémonies de fuego sagrado dans différents sites archéologiques du Quintana Roo.

34Le rituel du fuego sagrado célébré en 2005 à Cobá dans le cadre de la cinquième édition des Encuentros Lingüísticos y Culturales del Pueblo Maya représente un antécédent majeur quant à la visibilité de cette pratique dans la région dans les années 2000. Présente parmi les 260 personnes qui assistèrent à la cérémonie, une ancienne membre de l’ACAMAYA et habitante du village d’Uh May dans la municipalité de Felipe Carrillo Puerto m’a expliqué que c’est lors de cet évènement qu’elle assista pour la première fois au rituel, qui fut alors réalisé par un ajq’ij guatémaltèque. En 2007, elle partit à San Juan Comalapa, village des Hautes Terres du Guatemala où elle reçut les enseignements de deux ajq’ijab. Le parcours de cette femme maya d’une cinquantaine d’années est particulièrement utile pour comprendre l’articulation du dialogue culturel et institutionnel entre les deux régions ainsi que pour analyser la réception du rituel dans une communauté cruzo’ob où celui-ci ne se réalisait pas auparavant et s’y pratique désormais de façon marginale. Depuis sa jeunesse, cette femme participe aux festivités du centre cérémoniel de Chancah Veracruz en tant que vaquera et plusieurs hommes de sa famille ont occupé des fonctions dans ce même centre cérémoniel. Après son initiation au Guatemala, elle a reçu une vara de mando, le bâton qui est remis aux ajq’ijab dans ce pays et qui symbolise l’autorité religieuse qui leur est conférée. Désormais, elle se définit comme guía espiritual ou aj k’iin. La première expression espagnole renvoie à une traduction fréquente d’ajq’ij au Guatemala. Aj k’iin est ici présenté comme une traduction en maya yucatèque du terme k’iche’ ajq’ij. Il renvoie également à un statut qui remonte à l’époque précoloniale et qui fut utilisé postérieurement pour désigner la fonction de « prêtre » au sein de l’organisation des centres cérémoniaux de la Cruz Parlante (Villa Rojas 1987, p. 212). Notons également qu’aj k’iin est parfois utilisé comme synonyme de jmeen (Quintal et al. 2014, p. 139).

  • 13 J’ai choisi ici de privilégier la traduction en maya yucatèque et non pas en k’iche’ du fait que l (...)

35L’aj k’iin13 dirige des cérémonies dans différents lieux et contextes au Quintana Roo. Parfois des habitants de la région – qui comme l’aj k’iin me l’a indiqué sont parfois mayas, mais le plus souvent originaires d’autres régions du pays et du monde – sollicitent ses services. Elle a ainsi réalisé le fuego sagrado à plusieurs reprises dans des zones archéologiques de la région de Cancún gérées par l’INAH, institution qui avait autorisé les cérémonies. Parfois, elle célèbre le rituel sur le terrain à l’arrière de son domicile où elle a construit un autel afin de déposer des offrandes pour satisfaire les aluxo’ob qui y vivent. Elle a également réalisé le rituel à plusieurs reprises à Tampak, une structure préhispanique située dans le sud de la municipalité de Felipe Carrillo Puerto. Nous avons précédemment mentionné ce lieu en raison des cérémonies communautaires et de guérison que les habitants des villages voisins ont l’habitude d’y réaliser (Vapnarsky 2017). Lorsqu’elle demanda la permission d’accomplir le fuego sagrado aux autorités mayas du village où se trouve cette structure, elle reçut leur approbation et, en une occasion, un dignatario du centre cérémoniel de Chancah Veracruz décida même d’y assister.

  • 14 D’après les informations dont je dispose, au moins quatre femmes de la région, toutes issues du mi (...)

36Lorsque je l’interroge sur les perceptions du rituel dans son village, elle m’explique que la majorité des personnes considèrent qu’il s’agit de brujería (sorcellerie) et d’une pratique qui « fait descendre les vents mauvais sur le village », une expression qui fait référence aux k’aak’as iiko’ob, vents/esprits de mauvais augure qui apportent des désagréments et des maladies que seuls les jmeeno’ob peuvent apaiser (Vapnarsky et Le Guen 2011). En revanche, l’aj k’iin m’explique que certains de ses proches d’Uh May « comprennent sa pratique » et la sollicitent même de temps à autre. Tout comme elle, des femmes originaires du Quintana Roo et du Yucatán sont parties pour le Guatemala de manière individuelle afin de s’initier aux pratiques rituelles de ce pays14. Le fait qu’il s’agisse de femmes n’est pas anodin étant donné que, de façon assez générale dans la péninsule, celles-ci ne peuvent ni prendre part à certaines cérémonies agricoles ni occuper les fonctions de xmeen (forme féminine du terme jmeen ; Con Uribe et Esparza Olguín 2016). À ce sujet, la présidente de l’ACAMAYA m’a indiqué que des jmeeno’ob de la région ont d’ailleurs reproché directement à certaines femmes le fait qu’elles prennent part à des activités rituelles. D’autres Mayas leur ont reproché de réaliser des cérémonies originaires du Guatemala. Lors de mon entretien avec l’aj k’iin d’Uh May, celle-ci m’a indiqué qu’elle se considérait également xmeen, bien que, comme elle me l’a expliqué, personne ne la considère comme telle dans son village.

  • 15 Un baktún est une unité de mesure du calendrier préhispanique de compte long qui correspond à peu (...)

37La fin du Baktún 13 le 21 décembre 2012 a attiré l’attention médiatique internationale et suscité l’intérêt de certains acteurs de la vie culturelle locale, notamment en ce qui concerne la réalisation de cérémonies mayas15. Plusieurs membres de l’ACAMAYA m’ont expliqué qu’ils avaient réalisé à Tampak une cérémonie de « répétition » avant la cérémonie de fuego sagrado qu’ils réalisèrent postérieurement à proximité du Cerro Kantunich, une structure archéologique située dans le village de Kantunilkín. Il est intéressant de noter que ce site s’est converti en un nouveau lieu de la vie culturelle et cérémoniale locale depuis l’année 2012, alors qu’auparavant il n’était associé à aucun type de ritualité, ainsi que me l’a relaté un membre de l’ACAMAYA et habitant du village (Picas 2022). Les utilisations cérémonielles de structures préhispaniques telles que Tampak ou Kantunich nous indiquent que les espaces archéologiques qui ne sont pas ouverts au public constituent une alternative aux sites gérés par l’INAH pour la réalisation du fuego sagrado. À ce sujet, un habitant maya de Felipe Carrillo Puerto, qui s’est initié aux pratiques rituelles des Hautes Terres du Guatemala dans la région de Chichicastenango, m’a expliqué que même lorsque cette institution concède une autorisation, il a malgré tout l’impression que les cérémonies se déroulent dans un contexte de semi-clandestinité, du fait des horaires et des lieux accordés par l’INAH pour la célébration des cérémonies. Ce sentiment, m’a-t-il dit, est également renforcé par le fait d’avoir à demander une permission pour accomplir une activité spirituelle. Il y a de cela quelques années, il avait sollicité une autorisation auprès de l’INAH pour célébrer le fuego sagrado sur le site de Tulum, mais celle-ci lui avait été refusée. Il ne désespère toutefois pas de pouvoir pratiquer un jour à Chichén Itzá, le site le plus visité de la péninsule du Yucatán.

  • 16 L’association Centro Comunitario U kúuchil k Ch’i’ibalo’on Raxalaj Mayab A.C. a été créée en 2008 (...)

38À Felipe Carrillo Puerto, le Centro Comunitario U kúuchil k Ch’i’ibalo’on16 (la maison de nos ancêtres) accueille ponctuellement le fuego sagrado. Ce centre culturel dispense des ateliers artistiques, d’éducation environnementale, de phytothérapie ainsi que des activités en lien avec les ritualités mayas régionales et pan-mayas. La plupart des personnes qui le fréquentent sont membres d’autres organisations locales telles que la Casa de la Cultura ou l’ACAMAYA ou du moins collaborent avec elles. Lors de ma visite du centre, j’ai assisté à un atelier d’initiation au calendrier tzolk’in au cours duquel le rituel du fuego sagrado fut réalisé (Figure 4). Il convient de préciser que l’utilisation de ce calendrier d’origine préhispanique a disparu dans les Basses Terres durant la période coloniale. Certains (notamment des membres mayas d’U kúuchil k Ch’i’ibalo’on) évoquent d’ailleurs le fait que son utilisation a perduré dans la région des Hautes Terres du Guatemala.

Fig. 4 – Atelier d’initiation au calendrier tzolk’in au Centro Comunitario U kúuchil k Ch’i’ibalo’on Raxalaj Mayab, mai 2018 (photographie de l’auteur)

Fig. 4 – Atelier d’initiation au calendrier tzolk’in au Centro Comunitario U kúuchil k Ch’i’ibalo’on Raxalaj Mayab, mai 2018 (photographie de l’auteur)

39Ces dernières années, des membres d’U kúuchil k Ch’i’ibalo’on ont participé à la préparation de la cérémonie dans différents espaces et contextes qui nous aident à comprendre l’utilisation du rituel comme élément de visibilité sociopolitique lorsque celui-ci se célèbre en public. Citons par exemple la cérémonie organisée conjointement avec le Centro de Estudios Interculturales (CENEI) de l’Universidad Autónoma del Estado de Quintana Roo (UQROO) de Chetumal dans le cadre des commémorations autours de la Journée internationale des peuples autochtones en 2016 ; ou, dans un autre contexte, le fuego sagrado qui se déroula dans le centre d’U kúuchil k Ch’i’ibalo’on le 21 décembre 2018, lors d’une rencontre/débat portant sur des thématiques socioéconomiques en marge de la construction du Tren Maya, un projet controversé dans la région et impulsé par le président Andrés Manuel López Obrador. Plusieurs des personnes avec lesquelles je me suis entretenu au sujet du rituel dans le Quintana Roo m’ont expliqué que, selon elles, la réalisation de cette pratique a justement une incidence politique sur le plan régional étant donné que les représentations acceptées des Mayas y relèvent généralement de la folklorisation du passé et/ou du présent indien en contexte politique ou touristique.

40Des propos similaires sont parfois tenus concernant l’instrumentalisation par différents partis politiques des rituels mayas yucatèques et cruzo’ob. Il est également possible que le fuego sagrado offre une alternative rituelle pour des activistes culturels locaux qui n’occupent pas de fonction au sein de centres cérémoniaux et n’exercent pas en tant que jmeeno’ob. Il est d’ailleurs intéressant de noter qu’en 2017 l’aj k’iin d’Uh May a réalisé une cérémonie de fuego sagrado – nommée « ceremonia maya » pour l’occasion – sur l’esplanade de la ville de Chetumal dans le cadre d’un festival organisé par la Secretaría de Cultura. Ce type de cérémonie publique montre que la pratique est désormais associée à d’autres activités culturelles locales. Les personnes réalisant ce rituel au niveau local sont d’ailleurs peu nombreuses et évoluent généralement dans un contexte associatif, en marge des activités des spécialistes rituels traditionnels de la région.

Conclusion

41L’objectif de cet article était d’analyser la réalisation d’une pratique rituelle originaire des Hautes Terres du Guatemala dans les Basses Terres de ce même pays ainsi que du Mexique, dans un contexte d’activisme culturel et de revendication politique de l’espace patrimonial. On s’est ainsi intéressé au contexte sociohistorique dans lequel le fuego sagrado a été adopté par des institutions et des associations qui travaillent à la promotion des langues itza’ – dans le Petén – et yucatèque – dans le Quintana Roo –, ainsi qu’aux adaptations de la pratique rituelle aux contextes de ces deux régions. Comme nous l’avons vu, la relocalisation de la cérémonie s’est produite dans les régions mayas des Basses Terres à partir des années 1990 lors de la campagne continentale 500 Años de Resistencia Indígena, Negra y Popular qui a donné lieu à des rencontres placées sous l’influence du Movimiento Maya guatémaltèque et d’un mouvement maya péninsulaire au Mexique. Dans les années 2000, ce dialogue reprit avec la tenue des Encuentros Lingüísticos y Culturales del Pueblo Maya et certains habitants de l’État de Quintana Roo, des femmes et des hommes principalement issus du milieu associatif et militant, s’initièrent aux pratiques rituelles des Hautes Terres du Guatemala. Un phénomène similaire s’est également produit dans le Petén où des habitants itza’, des hommes, se sont formés en tant qu’ajq’ijab auprès d’homologues de l’Altiplano. Ces personnes, qui comme nous l’avons vu sont peu nombreuses, mais très actives dans des espaces culturels et politiques, ont par le passé pris part à des activités de promotion et d’enseignement des langues maya yucatèque et itza’. Par la suite, on leur a confié la réalisation du rituel dans leur région respective où la pratique était jusqu’alors dévolue de manière ponctuelle à des ajq’ijab de l’Altiplano.

42L’étude montre que les contextes de la réalisation du fuego sagrado varient entre le Petén et le Quintana Roo. Dans le premier cas, le rituel intervient pour revendiquer une identité itza’ en péril sur le plan linguistique et rituel. Les habitants de San José avaient cessé de réaliser la plupart de leurs rituels d’origine maya lorsque le fuego sagrado a commencé à se célébrer dans le village en 1997. Il se réalise désormais de manière ponctuelle, notamment lors d’évènements impulsés par Ukajil Xokt’an Maya Itza’ – comme la cérémonie commémorative du Día de la identidad itza’. Au cours de celle-ci, le rituel occupe une place centrale et sert à évoquer une mémoire anticoloniale via la singularisation du passé itza’ autour de la figure de Kan Ek’. Dans la municipalité de Felipe Carrillo Puerto, au Quintana Roo, le rituel intervient dans une région où d’autres pratiques rituelles sont majoritaires dans les communautés cruzo’ob. Depuis les années 2000, le rituel est célébré de manière marginale lors de rencontres internationales ou d’évènements publics tels que la ceremonia maya qui se tint à Chetumal en 2017. Ce dernier exemple laisse à penser que le rituel et les personnes qui le réalisent gagnent en visibilité et en représentativité dans une région où cette pratique demeure pourtant très minoritaire, hors contexte commémoratif institutionnel. Aussi bien dans le Quintana Roo que dans le Petén, il est certain que le fuego sagrado bénéficie d’une certaine exposition et médiatisation sur le plan local, un fait qui s’explique par les capacités de communication des associations et des institutions qui réalisent le rituel. Néanmoins, dans les deux régions, la pratique mobilise peu de personnes en dehors du milieu associatif (dans le cas de Felipe Carrillo Puerto) et institutionnel (dans le cas de San José). Il est d’ailleurs intéressant de noter que le procédé de resémantisation patrimoniale est impulsé à San José (au Guatemala) depuis une institution nationale, alors que dans le cas du Mexique ce même procédé intervient souvent dans un contexte d’opposition aux politiques gouvernementales.

43La perspective de la relocalisation a permis d’analyser les emprunts et les adaptations de la pratique aux contextes régionaux des Basses Terres. Un point qu’il semble important de souligner est l’aspect temporel de la pratique, les différentes dates mentionnées dans le présent article laissent entendre que le calendrier cholq’ij/tzolk’in y est peu consulté, alors qu’il est déterminant pour les ajq’ijab de l’Altiplano du Guatemala. En outre, les dates choisies correspondent aux solstices et aux équinoxes ou à des dates commémoratives importantes du point de vue historique dans une perspective anticoloniale, comme la chute de Kan Ek’ (13 mars), le soulèvement de Cecilio Chi à Tepich (30 juillet), la journée dédiée à la résistance indienne en opposition aux célébrations nationalistes (12 octobre) ou encore la Journée internationale des peuples autochtones (9 août).

44D’autres adaptations, sur le plan linguistique, nous renseignent également sur l’aspect revendicatif de la pratique. Le fait qu’au Petén le statut d’expert rituel soit désigné par le terme k’iche’ d’ajq’ij est révélateur de la volonté de l’ALMG de San José de s’inscrire, depuis la fin des années 1990, dans la mouvance pan-maya. Dans le Quintana Roo, la voix d’aj k’iin évoque d’autres statuts religieux et politiques datant de l’époque précoloniale ou propres à l’organisation de la vie rituelle contemporaine. Ceci nous renvoie à deux points cruciaux autour de la relocalisation du rituel dans la région : la volonté de revitaliser des pratiques et des connaissances liées au système calendaire préhispanique et la revendication d’une légitimité politico-rituelle. Il est d’ailleurs important de rappeler que plusieurs femmes originaires du Quintana Roo et du Yucatán se sont rapprochées des formes rituelles pan-maya au Guatemala et sont devenues ajq’ijab, alors qu’une expertise rituelle ne leur était auparavant accordée que lors de pratiques spécifiques.

45Le fait que le nom utilisé pour désigner le rituel dans ces deux régions soit en langue espagnole est un indicateur du fait que celui-ci est en partie destiné à un public non mayanophone, et reflète aussi l’utilisation de l’espagnol comme langue véhiculaire entre les Mayas des Hautes et des Basses Terres. Dans cet article, nous nous sommes avant tout intéressés à la portée politique de la pratique, bien que d’autres variables telles que le tourisme doivent être prises en compte dans ces deux régions. Comme nous l’ont tous deux indiqué l’aj k’iin mexicaine et l’ajq’ij guatémaltèque, il arrive parfois que des visiteurs nationaux ou étrangers sollicitent la tenue d’une cérémonie. Ainsi, au-delà de sa dimension revendicative, le rituel relève aussi de l’activité touristique, ouvrant une perspective de recherche qui pourrait être approfondie aussi bien dans la région de Felipe Carrillo Puerto qu’autour du lac Petén Itzá. Les informations dont je dispose actuellement à ce sujet indiquent que, dans les deux cas, la réalisation de ces cérémonies auprès de touristes relève de l’initiative personnelle et n’est pas liée aux activités des associations ou des institutions mentionnées.

46Finalement, il me parait judicieux de conclure en rappelant que les cérémonies du fuego sagrado décrites dans cet article oscillent entre le domaine du matériel et de l’immatériel, et que cette ambivalence permet aux personnes et aux associations concernées de se revendiquer comme actrices de l’espace patrimonial tout en revendiquant les sites archéologiques comme partie intégrante d’un patrimoine maya. En 2003, dans une étude portant sur les organisations mayas péninsulaires, les anthropologues Margarita Rosales González et Genner Llanes Ortiz (2003) se sont penchés sur la réalisation de cérémonies telles que celle du ch’a’ cháak (cérémonie de requête de pluie) dans des espaces publics comme les sites archéologiques. Ils y ont vu un moyen de convertir ces cérémonies en activités à vocation représentative dans un contexte de réaffirmation identitaire. Notre étude montre qu’il en va de même concernant la pratique du fuego sagrado dans les Basses Terres où, bien qu’elle n’en soit pas originaire, la cérémonie permet de revendiquer une identité maya tant régionale que transnationale, tout en apportant un éclairage sur les relations de pouvoir inhérentes à la gestion du patrimoine archéologique et sur les autoreprésentations culturelles et politiques qui lui sont liées.

Haut de page

Bibliographie

Alejos García José
2000  « Itzáes: pérdida de lengua y etnicidad », Estudios Mesoamericanos, 2, p. 75-81.

Argyriadis Kali et Renée de la Torre
2008  « Introducción », in Kali Argyriadis, Renée de la Torre, Cristina Gutiérrez Zuñiga et Alejandra Aguilar Ros (dir.), Raíces en movimiento. Prácticas religiosas tradicionales en contextos translocales, CEMCA, México, p. 11-44.

Arsenault Daniel
2003  « Réactiver la mémoire d’un lieu pour s’en réapproprier la dimension sacrée. Le cas du site rupestre du Rocher-à-l’Oiseau (Québec, Canada) », in ICOMOS 14th General Assembly and Scientific Symposium, Victoria Falls, Zimbabwe, 27-31 October 2003. Place, memory, meaning-preserving intangible values in monuments and sites. Proceedings/14e Assemblée générale et Symposium scientifique de l’ICOMOS, Victoria Falls, Zimbabwe 27-31 octobre 2003. La mémoire des lieux: préserver le sens et les valeurs immatérielles des monuments et des sites, International Council on Monuments and Sites, Victoria Falls.

Ayala Patricia, Sergio Avendaño et Ulises Cárdenas
2003  « Vinculaciones entre una arqueología social y la comunidad indígena de Ollagüe (región de Antofagasta, Chile) », Chungara. Revista de Antropología Chilena, 35 (2), p. 275-285.

Barabas Alicia M.
2008  « Milenarismo y profecía en la etnogénesis de los macehualob de Quintana Roo, México », in Andrés Medina et Ángela Ochoa (dir.), Etnografía de los confines. Andanzas de Anne Chapman, CEMCA, México, p. 163-178. DOI : 10.4000/books.cemca.1847

Bastos Santiago et Manuela Camus
2003  Entre el mecapal y el cielo. Desarrollo del movimiento maya en Guatemala, FLACSO/Cholsamaj, Guatemala.

Bastos Santiago et Aura Cumes
2007  Mayanización y vida cotidiana. La ideología multicultural en la sociedad guatemalteca, vol. 3. Análisis específicos, FLACSO/CIRMA, Guatemala.

Bastos Santiago, Aura Cumes et Leslie Lemus
2007  Mayanización y vida cotidiana. La ideología multicultural en la sociedad guatemalteca. Texto para debate, FLACSO/CIRMA, Guatemala.

Bastos Santiago, Engel Tally et Marcelo Zamora
2013  « La reinterpretación del oxlajuj b’aqtun en Guatemala: entre el new age y la reconstitución maya », in Renée de la Torre, Cristina Gutiérrez Zúñiga et Nahayeilli Juárez Huet (dir.), Variaciones y apropiaciones latinoamericanas del new age, CIESAS, México, p. 309-336.

Benavides O. Hugo
2010  « Lo indígena en el pasado arqueológico: reflejos espectrales de la posmodernidad en el Ecuador », in Cristóbal Gnecco et Patricia Ayala (dir.), Pueblos indígenas y arqueología en América Latina, Fundación de Investigaciones Arqueológicas Nacionales/Universidad de los Andes, Bogotá, p. 417-438.

Bonerandi Emmanuelle
2005  « Le recours au patrimoine, modèle culturel pour le territoire ? », Géocarrefour, 80 (2), p. 91-100. DOI : 10.4000/geocarrefour.991

Bracamonte y Sosa Pedro
2001  La conquista inconclusa de Yucatán. Los mayas de la montaña, 1560-1680, CIESAS, México.

Bueno Christina
2016  The Pursuit of Ruins. Archaeology, History, and the Making of Modern Mexico, University of New Mexico Press, Albuquerque.

Celigueta Comerma Gemma
2015  « ¿Mayanización, indigeneidad o mestizaje? Clasificaciones étnicas y diversidad en Guatemala », Revista de Dialectología y Tradiciones Populares, 70 (1), p. 101-118. DOI : 10.3989/rdtp.2015.01.005

Chim Lorenzo
2006  « Prohíbe el INAH a mayas celebrar sus rituales en la zona arqueológica de Edzná », La Jornada [en ligne], 16 août, https://www.jornada.com.mx/2006/08/16/index.php?section=estados&article=038n1est, consulté le 15/07/2022.

Chinchilla Mazariegos Oswaldo
2012  « Archaeology in Guatemala. Nationalist, Colonialist, Imperialist », in Deborah L. Nichols et Christopher A. Pool (dir.), The Oxford Handbook of Mesomaerican Archaeology, Oxford University Press, Oxford, p. 55-68.

Cojtí Cuxil Demetrio
1994  Políticas para la reinvidicación de los mayas de hoy (Fundamento de los Derechos Específicos del Pueblo Maya), Cholsamaj, Guatemala.

COMG (Consejo de organizaciones mayas de Guatemala)
1991  Derechos Específicos del Pueblo Maya, Cholsamaj, Guatemala.

Con Uribe María José et Octavio Quetzalcóatl Esparza Olguín
2016  « Recovered history: Stela 11 of Coba », The PARI Journal, 27 (1), p. 1-17.

Consejo Maya Nuevo Sol
2014  « Encuentro lingüístico y cultural del pueblo Maya en José María Morelos », Gaceta Informativa Ya Ax Sot’ Ot’ Yook’ol Kaab, 5, p. 1-5.

Cook Garrett W. et Thomas A. Offit
2013  Indigenous Religion and Cultural Performance in the New Maya World, University of New Mexico Press, Albuquerque.

De Charnay Désiré
1992 [1863]  Viaje al país de los Mayas, Dante, Mérida.

Diaz-Andreu Margarita
2007  A World History of Nineteenth-Century Archaeology, Nationalism, Colonialism, and the Past, Oxford University Press, Oxford.

Encuentro de Cultura Maya
2005  Declaración de Cobá, V Encuentro de Cultura Maya, realizado en Felipe Carrillo Puerto, Qroo, México, del 6 al 9 de agosto de 2005, https://www.nacionmulticultural.unam.mx/movimientosindigenas/docs/79.pdf, consulté le 15/07/2022.

Encuentro de Cultura Maya
2010  Declaración de Zací, X Encuentro de Cultura Maya, realizado en Valladolid, Qroo, México, del 28 al 31 de julio de 2010. La déclaration est disponible sur le blog de l’Acamaya http://acamayaqroo.blogspot.com/2010/08/ et du CEQROODE http://ceqroodefcp.blogspot.com/2010/08/tercera-declaracion-de-zaci.html, consultés le 15/07/2022.

Esquit Edgar
1998  « Proyecto político maya y reconstrucción de la historia », Estudios Sociales, 59, p. 83-94.

Estrada Peña Canek
2012  « Lugares sagrados de los mayas de Guatemala: otra manera de pensar el patrimonio cultural », KinKaban Revista digital del Centro de Estudios Interdisciplinarios de las Culturas Mesoamericanas, 2, p. 52-58.

Fischer Edward F.
1999  « El cambio cultural inducido como una estrategia para el desarrollo socioeconómico: el Movimiento Maya en Guatemala », in Edward E. Fischer et Robert McKenna Brown (dir.), Activismo Cultural Maya, Cholsamaj, Guatemala.

Galinier Jacques
2004  « From the savage to the imperial Indian: Identity quests in contemporary Mexico », History and Anthropology, 15 (3), p. 223-231.

Galinier Jacques
2008  « Indio de estado versus indio nacional en la Mesoamérica moderna », in Renée de la Torre, Kali Argyriadis, Cristina Gutiérrez Zúñiga et Alejandra Aguilar Ros (dir.), Raíces en movimiento: prácticas religiosas tradicionales en contextos translocales, El Colegio de Jalisco, Zapopan, p. 111-128.

García David R.
2002  « Vínculos espirituales y religión alrededor de Cancuen », XVI Simposio de Investigaciones Arqueológicas en Guatemala, Museo Nacional de Arqueología y Etnología, Guatemala.

Goubaud Carrera Antonio
1965  « Guajxaquip Bats, ceremonia calendárica indígena », Cuadernos de Antropología, 4, p. 101-111.

Gobierno de la República de Guatemala et URNG (Unidad Revolucionaria Nacional Guatemalteca)
1997  Acuerdos de Paz, Universidad Rafael Landívar, Guatemala.

Hale Charles R.
2004  « Rethinking indigenous politics in the era of the “Indio Permitido” », NACLA Report on the Americas, 38 (2), p. 16-21.

Instituto Nacional de Estadística Guatemala
2019  XII Censo nacional de población y VII de vivienda, Instituto Nacional de Estadística de Guatemala/Fondo de Población de Naciones Unidas en Guatemala, Guatemala.

La Farge Oliver
1994  La costumbre en Santa Eulalia, Cholsamaj, Guatemala.

Lois Ximena et Valentina Vapnarsky
2010  Itza’: memorias mayas, UNAM/Centro Peninsular en Humanidades y Ciencias Sociales, México.

Lowenthal David
2018  « Stewarding disputed heritage: private property, tribal legacy, national patrimony, global commons », in Aníbal Arregui, Gesa MacKenthun et Stephanie Wodianka (dir.), Decolonial Heritage. Natures, Cultures, and the Asymmetries of Memory, Waxmann, Münster, p. 31-54.

May Castillo Manuel et Miguel Kan Chí
2017  « Tiempo, ritual y arquitectura Maya. Hacia una reflexión hermenéutica sobre espacios ceremoniales pre-coloniales y postcoloniales », Restauro Archeologico, 25 (1, numéro spécial “Architettura e urbanistica Maya”), p. 164-181.

Menchú Julio David
2013  « Los materiales ceremoniales que se usan en los ritos de la espiritualidad maya de Guatemala », in Barbara Arroyo et Luis Méndez Salinas (dir.), XXVI Simposio de Investigaciones Arqueológicas en Guatemala, 2012, Museo Nacional de Arqueología y Etnología, Guatemala, p. 487-500.

Montejo Victor
2005  Maya Intellectual Renaissance: Identity, Representation, and Leadership, University of Texas Press, Austin.

Morales Sic José Roberto
2007  Religión y política. El proceso de institucionalización de la espiritualidad en el movimiento maya guatemalteco, FLACSO, Guatemala.

Moseley Christopher (dir.)
2010  Atlas des langues en danger dans le monde, Éditions Unesco, Paris [2e éd.; traduction de la 3e éd. Atlas of the world’s languages in danger], https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000189451.

Nora Pierre
1997  Les lieux de mémoire, Gallimard, Paris, 3 vol.

Pérez Martínez Edgar Federico, Cristina Pérez Martínez et Edit Araceli Pérez Martínez
2020  « El IX Encuentro lingüístico y cultural del pueblo Maya, experiencias de vinculación social y educación comunitaria, en Huixtán Chiapas », Revista Latinoamericana de Educación y Estudios Interculturales, 4 (1), p. 17-33.

Picas Mathieu
2021  « The plurivocality of Tulum: “Scientific” vs. local narratives about Maya sites in Quintana Roo », in Gesa MacKenthun et Christen Mucher (dir.), Decolonizing “Prehistory.” Deep Time and Topological Knowledge in North America, University of Arizona Press, Tucson, p. 211-230.

Picas Mathieu
2022  « Los valores sagrados del patrimonio arqueológico: discontinuidades y reapropiaciones en torno a los múulo’ob de Quintana Roo », Chungara. Revista de Antropología Chilena, 54 (1), p. 149-163.

Quintal Ella F., Juan Ramón Bastarrachea, Fidencio Briceño, Martha Medina, Beatriz Repetto, Lourdes Rejón et Margarita Rosales
2003  « U lu’umil maaya wíiniko’ob: la tierra de los mayas », in Alicia M. Barabas (dir.), Diálogos con el territorio. Simbolización sobre el espacio en las culturas indígenas de México, INAH, México, p. 273-359.

Quintal Ella F., Fidencio Briceño, Patricia Balam, Alejandro Cabrera, Jorge Gómez et Iván Solís
2014  « Los vientos, las nubes y las lluvias en el cosmos maya », in Catharine Good Eshelman et Marina Alonso Bolaños (dir.), Creando mundos, entrelazando realidades. Cosmovisiones y mitologías en el México indígena, INAH, México, p. 97-160.

Redfield Robert
1932  « Maya archaeology as the Mayas see it », Sociologus, 8 (5), p. 299-309.

Rice Price M.
2018  « Historical perspectives on Tayza/Flores », in Prudence M. Rice et Don S. Rice (dir.), Historical and Archaeological Perspectives on the Itzas of Petén, Guatemala, University Press of Colorado, Louisville.

Rosales González Margarita et Genner Llanez Ortiz
2003  « La defensa y la transformación de un legado. Organizaciones indígenas en la península de Yucatán », Los Investigadores de la Cultura Maya, 11 (2), p. 548-563.

Smith Laurajane
2006  Uses of Heritage, Routledge, Londres.

Soza José María
1970a  Monografía del Departamento de El Petén, vol. 1, Editorial « José de Pineda Ibarra », Guatemala.

Soza José María
1970b  Monografía del Departamento de El Petén, vol. 2, Editorial « José de Pineda Ibarra », Guatemala.

Taracena Arriola Arturo
2006  « La civilización maya y sus herederos. Un debate negacionista en la historiografía moderna guatemalteca », Estudios de Cultura Maya, 27, p. 43-55.

Tedlock Barbara
1982  Time and the Highland Maya, University of New Mexico Press, Albuquerque.

Tiedje Kristina
2010  « Patrimonialisation et politisation de la cérémonie du Feu nouveau : du rituel au spectacle », Cahier des Amériques latines, 65, p. 35-50.

Thompson John Eric S.
2012 [1954]  Grandeza y decadencia de los mayas, Fondo de Cultura Económico, México.

Van Geert Fabien et Xavier Roige
2016  « De los usos políticos del patrimonio », in Xavier Roigé, Fabien Van Geert et Lucrecia Conget (dir.), Usos políticos del patrimonio cultural, Universitat de Barcelona, Barcelona, p. 9-26.

Vapnarsky Valentina
2017  Les sens du temps. Temporalités et temporalisations des paroles, expériences et mémoires mayas, EHESS, Paris.

Vapnarsky Valentina et Olivier Le Guen
2011  « The guardians of space and history: Understanding ecological and historical relationships of the contemporary Yucatec Maya to their landscape », in Christian Isendahl, Bodil Liljefors Persson et Markt Schwaben (dir.), Ecology, Power, and Religion in Maya Landscapes. 11th European Maya Conference, Malmö, December 2006, Verlag Anton Saurwein, Markt Schwaben, p. 191-206.

Villa Rojas Alfonso
1987  Los elegidos de dios. Etnografía de los maya de Quintana Roo, Instituto Nacional Indigenista, México.

Warren Kay B.
1992  « Transforming memories and histories: The meanings of ethnic resurgence for Maya Indians », in Alfred Stepan (dir.), Americas. New Interpretive Essays, Oxford University Press, Oxford.

Weeks John M., Frauke Sachse et Christian M. Prager
2009  Maya Daykeeping. Three Calendars from Higland Guatemala, University Press of Colorado, Boulder.

Haut de page

Notes

1 Cette cérémonie du fuego nuevo est différente de la cérémonie du fuego sagrado qui est analysée dans cet article ainsi que celle du fuego nuevo qui se pratique à Pâques dans l’État du Quintana Roo (voir notamment description de Villa Rojas 1987, p. 349).

2 Kali Argyriadis et Renée de la Torre définissent la relocalisation comme un processus d’ancrage de pratiques religieuses dans des régions différentes de celles où elles sont apparues. Ces pratiques relocalisées interviennent ainsi dans les domaines de la mémoire, de l’identité et de la territorialité à différentes échelles transrégionales, transnationales et globales (Argyriadis et Torre 2008).

3 Données disponibles sur http://cuentame.inegi.org.mx/poblacion/lindigena.aspx et https://cuentame.inegi.org.mx/monografias/informacion/qroo/poblacion/diversidad.aspx?tema=me&e=23, consultés le 15/07/2022.

4 L’anthropologue Charles R. Hale (2004) voit dans la reconnaissance de ces différents droits culturels une stratégie de contrôle gouvernemental des mouvements sociaux via des réformes multiculturelles qui bénéficieraient principalement aux acteurs indiens évoluant au sein des institutions reconnues et autorisées par l’État.

5 Au Guatemala, le terme d’« Altiplano » fait référence à la région des Hautes Terres de ce pays.

6 Précisons que cette « Montaña » se trouve dans la région des Basses Terres mayas et qu’elle ne fait nullement référence à une zone montagneuse. Pedro Bracamonte y Sosa explique qu’il s’agissait d’un concept utilisé par les Espagnols pour désigner les régions de la péninsule du Yucatán méconnues du système colonial où habitaient des groupes autochtones indépendants et où les Mayas christianisés se rendaient pour se soustraire aux paiements des tributs et effectuer les rituels qui leur étaient interdits dans les villages coloniaux (voir Bracamonte y Sosa 2001, p. 26).

7 Le contexte socioculturel et linguistique de cette ville diffère de celui des villages mayas de la municipalité dont elle est la cabecera municipal puisqu’elle compte une population d’une vingtaine de milliers d’habitants composée de Mayas cruzo’ob mais également de nombreuses personnes originaires d’autres régions du pays.

8 L’association civile CEQROODE fut créée en 1989 par des habitants mayas et non mayas résidant dans la municipalité de Felipe Carrillo Puerto dans le but d’impulser des projets culturels et économiques destinés aux communautés mayas de la région.

9 Ley de Derechos, Cultura y  Organización Indígena del Estado de Quintana Roo, Gobierno del Estado de Quintana Roo, Periódico Oficial del Estado, Chetumal, 2017 [1998].

10 Ley de Derechos, Cultura y Organización Indígena del Estado de Campeche, Poder legislativo del Estado de Campeche, 2000, https://www.cndh.org.mx/pagina/marco-normativo-comunidades-y-pueblos-indigenas, consulté le 15/07/2022.

11 Día de la identidad itzá 13 de marzo [prospectus explicatif imprimé], Municipalidad de San José et Ukajil Xokt’an Maya Itza’, 2016.

12 Depuis les années 1990, cette date remplace les commémorations du Día de la Raza ou Día de la Hispanidad pour différentes organisations mayas du Guatemala. Là où la fête nationale célèbre l’arrivée de Christophe Colomb en Amérique et le métissage entre peuples indiens et européens, cette cérémonie anticoloniale commémore l’opposition aux envahisseurs et la persistance de l’identité maya.

13 J’ai choisi ici de privilégier la traduction en maya yucatèque et non pas en k’iche’ du fait que l’experte rituelle ainsi que d’autres personnes de la municipalité de Felipe Carrillo Puerto utilisent ce même terme pour se référer à la fonction d’expert rituel. Précisons qu’au Guatemala ajq’ij est utilisé pour désigner des experts rituels hommes et femmes et que le terme maya yucatèque d’aj k’iin utilisé ici comme équivalent d’ajq’ij n’est pas féminisé comme l’est xmeen via l’utilisation du préfixe x-.

14 D’après les informations dont je dispose, au moins quatre femmes de la région, toutes issues du milieu associatif, ont entrepris un apprentissage de la ritualité des Hautes Terres du Guatemala par le biais de séjours dans ce pays et de formations auprès d’ajq’ijab locaux.

15 Un baktún est une unité de mesure du calendrier préhispanique de compte long qui correspond à peu près à 394 années du calendrier grégorien.

16 L’association Centro Comunitario U kúuchil k Ch’i’ibalo’on Raxalaj Mayab A.C. a été créée en 2008 et est financée par une fondation étatsunienne. Lors de ses premières années, l’association qui s’appelait alors Raxalaj Mayab’ A.C. était alors présidée par une personne non maya et ses activités étaient orientées vers le tourisme et l’art. L’association a depuis changé de nom, d’installations, de direction et d’activités et est désormais dirigée par des Mayas.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation des Hautes et des Basses Terres mayas et des lieux mentionnés dans l’article (carte M. Picas)
URL http://journals.openedition.org/jsa/docannexe/image/20655/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre Fig. 2 – Cérémonie du fuego sagrado réalisée par un ajq’ij guatémaltèque dans la zone archéologique de Cobá dans le cadre du cinquième Encuentro Lingüístico y Cultural del Pueblo Maya dans l’État mexicain de Quintana Roo, 2005 (photo Carlos Chablé, CEQROODE)
URL http://journals.openedition.org/jsa/docannexe/image/20655/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 3 – Cérémonie du fuego sagrado réalisée par un ajq’ij itza’ lors des commémorations du Día de la Identidad Itza’ dans la partie supérieure du Cerro Tz’unu’un à San José, 13 mars 2018 (photo José Alfredo Chayax Tesucún)
URL http://journals.openedition.org/jsa/docannexe/image/20655/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Titre Fig. 4 – Atelier d’initiation au calendrier tzolk’in au Centro Comunitario U kúuchil k Ch’i’ibalo’on Raxalaj Mayab, mai 2018 (photographie de l’auteur)
URL http://journals.openedition.org/jsa/docannexe/image/20655/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Picas, « Revendiquer le patrimoine archéologique par le rituel : la cérémonie pan-maya du fuego sagrado dans le Petén et le Quintana Roo »Journal de la Société des américanistes, 108-1 | 2022, 49-81.

Référence électronique

Mathieu Picas, « Revendiquer le patrimoine archéologique par le rituel : la cérémonie pan-maya du fuego sagrado dans le Petén et le Quintana Roo »Journal de la Société des américanistes [En ligne], 108-1 | 2022, mis en ligne le 30 juillet 2022, consulté le 26 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/jsa/20655 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jsa.20655

Haut de page

Auteur

Mathieu Picas

Universitat de Barcelona; Grup d’Arqueologia Pública i Patrimoni (GAPP), Barcelone

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Creative Commons - Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/

Haut de page
  • Logo MSH Mondes
  • Logo Centre national du livre
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search