Navigation – Plan du site

AccueilNuméros en texte intégral108-1Comptes rendusFrancisco López de Gómara, Histor...

Comptes rendus

Francisco López de Gómara, Historia de las Indias (1552)

Pierre Ragon
p. 207-209
Référence(s) :

Francisco López de Gómara, Historia de las Indias (1552), édition critique par Monique Mustapha, Louise Bénat-Tachot, Marie-Cécile Bénassy-Berling et Paul Roche (avec la collaboration de María del Carmen Martínez Martínez, Marie-Laure Rieu-Millán et Mónica Zarza Roca), Casa de Velázquez (Sources de la Casa de Velázquez, 1), Madrid, 2021, 987 p., bibliogr., index, append., ill. (en noir et blanc), cartes.

Texte intégral

1Voici assurément une ambitieuse édition critique de l’Historia de las Indias, la première partie de l’œuvre américaniste de Francisco López de Gómara. Complétée par une demi-douzaine d’études érudites, un important cahier iconographique et la publication en annexe de différents documents ayant trait à l’histoire éditoriale du texte, une bibliographie et trois index, cet ouvrage constituera désormais un outil précieux qui servira de référence à de nombreux chercheurs.

2Éditée, pour la première fois en 1552, l’Historia de las Indias de López de Gómara connut un succès immédiat et retentissant qui lui valut d’être rééditée ou réimprimée à six reprises au cours des deux années qui suivirent, tant en Espagne (Saragosse et Medina del Campo) qu’aux Pays-Bas (Anvers). Puis, sans disparaître des bibliothèques érudites, l’œuvre devint difficilement accessible, ayant été frappée d’une censure royale dès la fin de l’année 1553. Ensuite, avant que ne se libère le flot des différentes rééditions contemporaines des xixe, xxe et xxie siècles, on ne connut d’elle qu’une unique réimpression en langue espagnole, faite à Madrid en 1749, à partir de l’édition de Guillermo Millis (Medina del Campo, 1553). Longtemps, ce travail de López de Gómara ne circula donc plus que dans ses traductions en italien, en français et en anglais.

3La publication de la Casa de Velázquez vient combler un manque anciennement relevé par Marcel Bataillon et jamais réparé depuis. Elle répond à deux interrogations. D’une part, du vivant de l’auteur et souvent sous son contrôle, les éditions et les réimpressions qui se sont succédées à un rythme rapide présentaient de nombreuses variations. Il s’agit de comprendre ce que recouvrent ces ajustements. Mais les éditeurs de cet ouvrage font un autre constat : les nombreuses éditions parues depuis 1852, pendant très longtemps, se contentèrent de reprendre le texte de celle de Medina del Campo (1553), sans jamais ou presque confronter cette version avec celle qui l’avait précédée ni avec celles qui la suivirent. À ces publications s’ajoutèrent, à partir de 1978, les reproductions en fac-similé de différentes éditions anciennes, la princeps de 1552 tout d’abord puis celle de Saragosse datée de 1555, celle d’une édition anversoise de 1554 et enfin celle de l’édition sortie cette même année des presses de Pedro Bernuz à Saragosse. Le foisonnement de ces entreprises finissait par obscurcir le tableau et le moment semblait venu de proposer une vision globale de l’histoire du texte, d’autant plus que les études se sont multipliées ces dernières décennies, qui lèvent en partie le voile tant sur la biographie de l’auteur que sur ses motivations.

4Quant à l’histoire du texte proprement dit et à ses éditions anciennes, la critique interne des variations qu’il présente se révèle très parlante : elle atteste du caractère précipité de la première édition, qui contient nombre de fautes et de formules par trop rugueuses. Inévitablement, on s’interroge sur la nature de cette urgence et l’hypothèse la plus plausible s’en trouve renforcée : Francisco de López de Gómara, qui cherche à vivre de son talent d’écrivain, convoite alors la charge de chroniqueur des Indes que vient de libérer la mort de Pedro Mexía. L’examen attentif des corrections que l’auteur apporte aux éditions ultérieures renforce cette idée puisqu’il s’agit pour lui, dans la plupart des cas, de rendre plus lisses et moins polémiques des énoncés qui auraient pu choquer certains des acteurs de la Conquista, la Couronne ou encore la morale publique.

5Le texte donné est celui de l’édition princeps. Les variantes qu’introduit la seconde édition de Saragosse sont proposées en pieds de page, les autres dans une seconde section de l’ouvrage, à la suite du texte proprement dit. Ainsi les corrections apportées dans l’édition aragonaise de 1554 se trouvent-elles mises en valeur et sont immédiatement disponibles. Ce choix est logique dans la mesure où elles correspondent aux remords de l’auteur qui a supervisé cette opération. L’ensemble des variantes repérées dans les cinq éditions est donné à la suite du texte, dans une section où le lecteur trouvera aussi un important appareil de notes à travers lesquelles les éditeurs apportent leurs propres commentaires. On accordera à ce choix, qu’on pourrait discuter, de présenter l’avantage de ne pas alourdir exagérément le volume des notes infrapaginales.

6Outre le texte original de la première édition, on trouvera dans cette version de bonnes mises au point actualisées portant sur les dossiers qui, depuis des décennies, occupent les spécialistes de l’œuvre de López de Gómara. Cette publication s’ouvre par une claire synthèse de l’histoire éditoriale du texte où Monique Mustapha aborde tout particulièrement deux questions essentielles : celle des liens qui unissaient Francisco de López de Gómara à la famille Cortés et celle des raisons de la censure prononcée en 1553 et renouvelée en 1566 (juste après la découverte du supposé complot de Martín Cortés) avant qu’en 1572, après sa mort, la Couronne ne fasse confisquer tous les brouillons de l’auteur touchant aux Indes. Monique Mustapha, elle encore, nous propose à la suite du texte de López de Gómara la première d’une série d’études où elle rassemble et passe au crible de la critique les différents éléments connus de la vie de l’auteur. Sans être complètement rempli, le tableau est aujourd’hui assez précis puisqu’il permet de deviner l’importance de ses séjours à la cour et de suivre ses déplacements à l’intérieur de l’Espagne mais aussi en Italie et en Flandres. À l’évidence, il s’employa à côtoyer les acteurs de la vie politique tout en conservant des liens très étroits avec sa région d’origine, son maître en humanités, Pedro de Rhúa, et les érudits locaux.

7Trois autres études livrent autant d’analyses du travail de l’historien, leurs auteurs (Monique Mustapha pour une troisième contribution, Paul Roche et Louise Bénat-Tachot) s’attachant notamment à décrire la manière dont Francisco de López de Gómara s’employa à rassembler l’information et à la mettre en forme. Dans tous les cas, il apparaît comme un auteur érudit mais aussi curieux et au fait des débats de son temps. Louise Bénat-Tachot insiste sur son « arte de historiar » car pour elle, il s’élève au-dessus de ses prédécesseurs tant par la rigueur de sa méthode, au moment de vérifier les informations, que par la qualité de son écriture, lorsqu’il s’agit de les présenter. Si on lui a souvent reproché de ne pas avoir été le témoin oculaire des événements qu’il rapporte, López de Gómara a su faire de cette position un avantage grâce à la maîtrise d’une méthode qui fait de lui l’un des plus grands historiens de son temps. Dans toute l’Europe des xvie, xviie et xviiie siècles, l’immense succès de son œuvre, qu’analyse Marie-Cécile Bénassy-Berling, ne tient donc pas seulement à la rareté des informations disponibles en provenance de l’Amérique. Il constitue aussi la récompense d’un immense talent d’écrivain.

8Cette importante édition est le résultat d’une longue enquête collective commencée dans les années 1990 et achevée trente ans plus tard. Saluons les résultats tout en regrettant que les auteurs aient renoncé, apparemment définitivement, à insérer La conquista de México, le second volet de l’œuvre américaniste de López de Gómara, dans ce même écrin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Ragon, « Francisco López de Gómara, Historia de las Indias (1552) »Journal de la Société des américanistes, 108-1 | 2022, 207-209.

Référence électronique

Pierre Ragon, « Francisco López de Gómara, Historia de las Indias (1552) »Journal de la Société des américanistes [En ligne], 108-1 | 2022, mis en ligne le 30 juillet 2022, consulté le 26 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/jsa/20909 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jsa.20909

Haut de page

Auteur

Pierre Ragon

Mondes américains (UMR 8168), université Paris Nanterre

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Creative Commons - Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/

Haut de page
  • Logo MSH Mondes
  • Logo Centre national du livre
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search