Navigation – Plan du site

AccueilNuméros en texte intégral108-1Comptes rendusFrancis Grandhomme, Jules Crevaux...

Comptes rendus

Francis Grandhomme, Jules Crevaux et l’exploration de l’Amérique du Sud (1847-1882)

Isabelle Combès
p. 210-213
Référence(s) :

Francis Grandhomme, Jules Crevaux et l’exploration de l’Amérique du Sud (1847-1882), Les Indes savantes, Paris, 2022, 551 p., bibliogr., index, ill. (en noir et en coul.), cartes.

Texte intégral

1Célébré de son vivant comme l’un des plus grands explorateurs de l’Amérique du Sud, le médecin de la Marine nationale Jules Crevaux (1847-1882) meurt assassiné à l’âge de 35 ans, quelque part sur les rives du Pilcomayo dans le Chaco bolivien, au cours de sa quatrième et dernière expédition. Le tollé suscité par sa mort dans le monde scientifique donne lieu à de nombreuses biographies qui virent bientôt à l’hagiographie, à des rééditions de ses récits de voyage, à des hommages posthumes et, enfin, à la création d’un héros populaire qui inspire Jules Verne et Hergé, et dont le portrait orne même les tablettes de chocolat Poulain.

2Cent quarante ans plus tard, on peut se demander ce qu’il reste à dire sur Jules Crevaux. Le livre de Francis Grandhomme répond à la question : beaucoup. Biographie d’un homme mais aussi d’une époque, cet ouvrage s’articule autour de trois grandes thématiques : la construction d’une vocation d’explorateur (chapitres 1 à 3) ; l’étude des voyages « à la Crevaux », lors de ses trois premières grandes expéditions dans le bassin amazonien (chapitres 4 à 6) ; une enquête sur sa mort et sur sa postérité (chapitres 7 à 9). À grand renfort d’archives françaises et étrangères, de journaux et de sources provenant de la famille même de l’explorateur, Grandhomme brosse un portrait complexe, nuancé et extrêmement riche de Crevaux le Lorrain, marqué par le traumatisme de l’annexion de sa terre natale par l’Allemagne en 1871 ; de Crevaux le médecin, passionné par les maladies tropicales ; de Crevaux l’explorateur, ni complètement « pur » ni complètement « professionnel » (pour reprendre la distinction faite par Broc 1999), atypique en tout cas.

3Orphelin très jeune, élevé dans un milieu modeste et rural de Lorraine, le jeune Jules est un élève inquiet, curieux, avide de savoirs, ce qui lui permet d’entrer au lycée de Nancy pour intégrer, en 1866, la faculté de médecine de Strasbourg. Il continue ses études à l’école de santé navale de Brest et, en 1869 et 1870, effectue deux premiers voyages sur la Cérès comme aide-médecin. Direction : les Antilles et la Guyane, son premier contact avec l’Amérique et les maladies tropicales qui feront plus tard l’objet de sa thèse (chapitre 1).

4La guerre franco-prussienne le surprend à Brest ; il y participe en tant que médecin et, ensuite, comme agent de renseignements au service de Gambetta. En 1872, Crevaux, comme nombre d’Alsaciens et de Lorrains, opte pour la France – bien décidé à collaborer à l’expansion internationale du pays, comme une façon de compenser la défaite (p. 474). C’est là un aspect souvent négligé de la vie de Crevaux et de ses motivations, amplement développé par Francis Grandhomme dont la thèse de doctorat (qui a donné lieu à ce livre) s’intitulait, de fait, « Une figure lorraine » (Grandhomme 2011).

5Un long voyage (1873-1876) sur le Lamothe-Piquet le ramène en Amérique du Sud. Il noue au Brésil et en Argentine de nombreux contacts politiques et scientifiques, il y rencontre des explorateurs comme l’Argentin Francisco Moreno, y développe des études sur les conditions sanitaires mais également sur la géologie ou l’archéologie. C’est aussi le temps des premières amours, en Argentine. À son retour, il est déjà l’auteur de plusieurs publications scientifiques et, dès 1875, on dit de lui que « ce médecin tiendrait très bien sa place dans une expédition scientifique » (p. 128). Crevaux sollicite de fait une mission en Guyane, pour explorer les monts Tumuc-Humac. L’explorateur est né.

6Les chapitres 4 à 6 explorent l’explorateur justement, au cours des trois voyages qu’il réalise entre 1876 et 1881 dans les Guyanes, le bassin de l’Amazone et celui de l’Orénoque. Ils se penchent en particulier sur le « style Crevaux », qui semble singulier en regard des grandes explorations organisées un peu partout dans le monde à cette époque. On le dit explorateur fluvial, qui remonte les fleuves pour arriver à leurs sources, mais il effectue également de longs parcours à pied ; on le dit vagabond, voire flâneur, au rythme de l’eau qui le porte (il affirme lui-même qu’« un voyage à toute vitesse est du temps perdu parce qu’on ne peut rien voir », p. 163), mais il enchaîne aussi étape sur étape, toujours plus en avant, obsédé par son but. On le peint comme un explorateur solitaire mais, s’il se démarque bien de ses collègues et de leurs immenses caravanes, il s’entoure toujours d’un petit groupe de collaborateurs choisis. Parmi eux : le Noir boni Apatou de Guyane, qu’il recrute d’abord comme canotier et qui l’accompagnera dans ses trois voyages et jusqu’en France.

7Que cherche Crevaux ? La quête géographique par excellence de l’explorateur « pur » : remplir les blancs des cartes. Un blanc en particulier : rien de moins que le mythique Eldorado, que d’aucuns situaient précisément dans les monts Tumuc-Humac. Il étudie aussi la flore et la faune (les espèces utiles surtout), découvrant en passant le secret de la fabrication du curare (p. 177, 229) ; il scrute les maladies tropicales, il ébauche des observations ethnographiques. Mais l’explorateur « pur » est aussi un explorateur « professionnel », au service des intérêts économiques et politiques de la France dans le monde. Les frontières sont trop floues entre les Guyanes néerlandaise et française, il faut pour cela reconnaître le cours du Maroni ; les Anglais aussi explorent dans la région, il faut localiser les exploitations aurifères.

8C’est là toute l’ambiguïté de l’explorateur Crevaux. Ami des Indiens, il les utilise cependant pour arriver à ses fins, troquant de la pacotille pour obtenir des objets, en arrivant même à piller secrètement leurs tombes (p. 181) ; accompagné sans cesse du fidèle Apatou, il traite cependant des Noirs d’« affreux Nègres » (p. 182). Les Indiens tombent, en revanche, dans la catégorie des Bons Sauvages, mais sauvages tout de même qu’en fin de compte il faut civiliser. Humaniste, Crevaux déplore les ravages causés par la civilisation et la colonisation occidentales, les maladies, l’esclavage, la perte des coutumes : « C’est bien triste à dire, il est rare que le sauvage n’ait pas eu beaucoup à souffrir de son premier contact avec les hommes civilisés », dit-il (p. 192) ; mais lui-même contribue à propager ces maladies, à changer les circuits commerciaux ; il souligne l’intérêt des ressources régionales, le commerce possible, et il finit vraisemblablement par posséder des intérêts économiques en Guyane, dans une société d’exploitation de bois (p. 287). Le « mendiant de l’Eldorado » (titre donné à une réédition de ses textes en 1987) démythifie l’Amazonie ; la science et les découvertes condamnent la magie des royaumes perdus dans la jungle ou la légende des Amazones (p. 185-187).

9Même si les crédits et les avals ne sont pas si simples à obtenir, Crevaux jouit d’appuis dans le monde scientifique et politique, en particulier Jules Ferry et Ferdinand de Lesseps, ainsi que dans la presse. Il enchaîne les publications scientifiques, les conférences et la littérature de voyages plus populaire dans Le Tour du monde ou le Journal des voyages et des aventures de terre et de mer. Mais le succès n’est que l’endroit de la médaille. Les revers sont nombreux : une santé fortement ébranlée par les voyages répétés (p. 256), des problèmes d’argent qui se multiplient, des critiques aussi de la part de ses collègues à propos de ses résultats. Crevaux songe à obtenir un poste dans un musée, il décide de ne plus voyager et vit entre Paris et la Lorraine. Il y a même des rumeurs de mariage dans l’air. Et pourtant, à la fin de 1881, il repart pour l’Argentine.

10Il s’agit d’un départ précipité, qui suscite bien des questions. Déception amoureuse ? un explorateur repris par la fièvre des voyages ? un Lorrain qui ne supporte plus de voir son pays aux mains des Allemands ? Ou est-ce parce que le poste demandé est finalement refusé ? On ne sait. Toujours est-il que Crevaux repart, pour une nouvelle mission, atypique à bien des égards. D’abord, ses compagnons de voyage sont tous nouveaux ; ensuite, si le but premier est bien de remonter le fleuve Paraguay jusqu’à ses sources et, de là, s’engager sur un affluent de l’Amazone (faire communiquer, en d’autres termes, les bassins de l’Amazone et du Río de la Plata), il change brusquement ses plans à Buenos Aires, où scientifiques, politiques et explorateurs argentins et boliviens le convainquent d’explorer le fleuve Pilcomayo. S’il existe un blanc sur les cartes, c’est bien celui-là : le Pilcomayo traverse le Gran Chaco, immense plaine aride au cœur du continent sud-américain, pratiquement inexplorée, un des derniers territoires d’Indiens encore libres et insoumis. La Bolivie, qui vient de perdre son accès à l’océan Pacifique dans la guerre du Salpêtre contre le Chili, a désespérément besoin d’une porte de sortie vers l’Atlantique. Le Pilcomayo, qui débouche dans le Paraguay, pourrait bien constituer cette valve de secours. Et Crevaux s’embarque alors dans une mission devenue internationale et officielle, avec l’appui de trois États : la France, l’Argentine et la Bolivie. L’explorateur « pur » a définitivement laissé la place à l’explorateur « professionnel ».

11Crevaux part pour la Bolivie, s’embarque le 19 avril depuis la mission franciscaine de San Francisco Solano (actuelle Villamontes) dans le Chaco bolivien. Le 27, l’expédition est massacrée par les Indiens Toba. Que s’est-il passé ? Les Toba se sont-ils vengés sur un Crevaux innocent des nombreuses « chasses à l’Indien » qu’affectionnaient les colons locaux ? Ont-ils agi seuls, ou bien commandités par d’autres – d’aucuns accusent les franciscains des missions, jaloux de leur exclusivité dans la région ? Faut-il y voir la main de l’Argentine, peu soucieuse de voir la Bolivie occuper le Pilcomayo ? Crevaux a-t-il fait preuve de trop de naïveté ou d’un excès de confiance ? Francis Grandhomme expose toutes les théories qui ont vu le jour sur cette sombre affaire. Sans pouvoir vraiment trancher à près d’un siècle et demi de distance, il semble cependant aller dans le sens d’hypothèses récemment émises (Combès 2022) : Crevaux, héraut en même temps que détracteur de la colonisation, a succombé à cette ambiguïté. En voulant ouvrir la voie du Pilcomayo au progrès et à la civilisation occidentale, il a péri sous les coups de ses victimes – les Indiens du Chaco –, dans un effort désespéré pour sauver leur monde.

12À la fois atypique et représentant de son époque, à mi-chemin entre l’explorateur romantique et le scientifique, humaniste mais colonialiste, Crevaux est un personnage fascinant, attachant même dans ses défauts. Il disait de lui-même : « j’ai fait de l’Amérique ma chose » (p. 297), et d’autres le considéraient comme étant « l’homme de l’Amazonie » (p. 280, 474). Il ne fait pas de doute qu’aujourd’hui, la monumentale étude de Francis Grandhomme lui fait largement mériter le titre d’« homme de Crevaux ».

Haut de page

Bibliographie

Broc Numa
1999  Dictionnaire illustré des explorateurs et grands voyageurs français du xixe siècle, t. 3, Amérique, Éditions du CTHS, Paris.

Combès Isabelle
2022  Qui a tué Jules Crevaux ? Un assassinat dans le Chaco bolivien en 1882, La Valette, Abreschviller.

Crevaux Jules
1987  Le Mendiant de l’Eldorado. De Cayenne aux Andes, 1876-1879, introduction de Chantal Edel et Jean-Pierre Sicre, Phébus, Paris.

Grandhomme Francis
2011  Une figure lorraine : Jules Crevaux (1847-1882) et l’exploration de l’Amérique du Sud, thèse de doctorat d’histoire contemporaine, université Nancy 2.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Combès, « Francis Grandhomme, Jules Crevaux et l’exploration de l’Amérique du Sud (1847-1882) »Journal de la Société des américanistes, 108-1 | 2022, 210-213.

Référence électronique

Isabelle Combès, « Francis Grandhomme, Jules Crevaux et l’exploration de l’Amérique du Sud (1847-1882) »Journal de la Société des américanistes [En ligne], 108-1 | 2022, mis en ligne le 30 juillet 2022, consulté le 26 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/jsa/20923 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jsa.20923

Haut de page

Auteur

Isabelle Combès

Institut français d’études andines, Centro de Investigaciones Históricas y Antropológicas, Santa Cruz de la Sierra, Bolivie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Creative Commons - Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/

Haut de page
  • Logo MSH Mondes
  • Logo Centre national du livre
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search