Navigation – Plan du site

AccueilNuméros en texte intégral108-1Comptes rendusChristophe Giudicelli et Gilles H...

Comptes rendus

Christophe Giudicelli et Gilles Havard (dir.), Les Révoltes indiennes. Amériques, xvie-xxie siècle

Olivier Allard
p. 217-219
Référence(s) :

Christophe Giudicelli et Gilles Havard (dir.), Les Révoltes indiennes. Amériques, xvie-xxie siècle, Les Indes savantes (Americana), Paris, 2021, 330 p., bibliogr., index, photos (en noir et en coul.), cartes, tabl.

Texte intégral

1Traiter des « révoltes indiennes » dans l’ensemble des Amériques et du xvie siècle jusqu’à aujourd’hui représente indéniablement une entreprise colossale. En réunissant treize études de cas, Christophe Giudicelli et Gilles Havard n’ont pas cherché à couvrir l’ensemble de la question – et Carmen Bernand relève dans sa préface qu’aucun chapitre n’est consacré à la rébellion de Tupac Amaru alors que c’est peut-être la plus importante. Ils ont en revanche adopté un angle bien particulier, en encourageant une réflexion systématique sur les mots employés pour qualifier les phénomènes étudiés. Révolte, rébellion, soulèvement, massacre, guerre, résistance, pillage ou terrorisme ; ces mots sont loin d’être neutres et il est crucial de ne pas les employer naïvement, surtout pas en reprenant sans réflexion les termes des sources écrites ou des discours officiels. C’est sans doute la leçon que l’on peut tirer de l’ouvrage : même dans des situations de conflit et d’affrontement, la légitimation de la violence est cruciale et elle repose sur sa qualification qui est toujours contestée ou négociée.

2En Amérique du Nord, au xviiie siècle, c’est ainsi la souveraineté qui est en jeu. Les Natchez sont pour les Français des « alliés » plus que des « sujets » ; ils sont donc coupables d’une trahison plus que d’une rébellion, comme le remarque Gilles Havard (p. 66), et ce n’est qu’ultérieurement qu’on assiste à un resserrement de la notion de souveraineté. De même, lors de la guerre de Pontiac, les Amérindiens considéraient que les Britanniques n’avaient aucun droit à prendre possession des places fortes des Français – comme si ces derniers pouvaient céder leur souveraineté (p. 91). Là encore, Alain Beaulieu montre clairement les évolutions progressives qui conduisent la Proclamation royale de 1763 à ne reconnaître des droits aux peuples autochtones qu’au prix de leur dépossession et de leur soumission à la couronne anglaise (p. 103). Beaucoup plus au sud, au Paraguay, c’est un problème comparable – la cession par l’Espagne au Portugal de sept missions jésuites en 1750 – qui suscite une révolte guarani. Mais la justification de cette dernière est bien différente : selon Capucine Boidin, les Guarani se concevaient bien comme des sujets du roi d’Espagne, mais ce dernier avait trahi l’amour qu’il leur devait en les abandonnant (p. 125). Il est très intéressant de comparer ce chapitre à celui qu’Ignacio Telesca consacre à la disparition des « Villages d’Indiens » du Paraguay environ un siècle plus tard, et de suivre, avec celui de María José Vilalta sur les Andes septentrionales, le rôle des acteurs religieux dans les conflits sociaux et politiques.

3À la fin du xixe siècle, il semble qu’une nouvelle opposition se dessine entre la criminalité ou la délinquance, d’une part, et les révoltes ou les rébellions politiques, d’autre part. Dans le Nord-Ouest argentin, selon Diego Escolar, Santos Guayama est dénoncé comme un bandit de droit commun mais développe un discours politique (p. 179). Les rébellions ne traduisaient en fait pas un refus (anarchique) de l’État, mais plutôt une revendication d’intégration des autorités locales aux institutions du nouveau régime. Anna Guiteras Mombiola montre elle aussi que la criminalisation de la Guayochería, en Amazonie bolivienne, servit à légitimer la violente répression menée par les créoles – alors que les Amérindiens cherchaient avant tout à fuir l’exploitation croissante dont ils étaient victimes (p. 196-197). C’était aussi une manière de saper le rôle des élites indigènes, en définissant les Mojeños dans leur ensemble comme un groupe impossible à intégrer à la société civilisée.

4La question de la nature essentiellement violente ou rebelle des autochtones est donc déjà largement présente à l’époque et continue à peser actuellement. Elle peut évidemment être construite de bien différentes manières. Ainsi, dans les Andes boliviennes, les autorités communales aymaras jouent souvent un rôle crucial dans leurs mobilisations politiques violentes, comme le soulignent tant Ramón Pajuelo Teves que Gilles Rivière, ce dernier montrant que la lutte contre les politiques néolibérales s’appuie aussi sur la rotation entre ayllu/moitiés (p. 258). L’enracinement des mobilisations dans certaines institutions indigènes explique sans doute leur ampleur et leur succès. En retour, il nourrit également des tentatives de délégitimer toute opposition politique et d’en racialiser les sujets. Kyra Grieco, à propos du Pérou, explore systématiquement cette question qui traverse une grande partie de l’ouvrage : les identités indigènes ne sont évidemment pas figées, et les habitants de Cajamarca – région longtemps considérée comme métisse – ont pu être qualifiés péjorativement d’« Indiens ignorants », mais aussi revendiquer une identité indigène pour valoriser leur combativité politique (p. 289).

5Si l’organisation purement chronologique de l’ouvrage relève peut-être d’une solution de facilité, elle met aussi en valeur les transformations très importantes des manières de concevoir les révoltes amérindiennes au fil des siècles, ainsi que les échos entre différentes époques – du chapitre de Louise Bénat-Tachot sur la rébellion du cacique Enrique de Saint-Domingue au début du xvie siècle, jusqu’au texte que Jérôme Baschet consacre aux Zapatistes du xxie siècle. Les conflits du passé représentent également un enjeu pour le présent, et on peut facilement être tenté de projeter les attentes ou les revendications contemporaines sur les situations d’antan, par exemple, comme le suggère Alain Beaulieu (p. 84), pour en faire un moment fondateur de la résistance autochtone. Le rôle que jouent les intellectuels dans les mobilisations indigènes, étudié notamment par Víctor Bretón Solo de Zaldívar à propos des Andes équatoriennes, est en effet parfois ambivalent. L’un des grands mérites du volume dirigé par Christophe Giudicelli et Gilles Havard, est précisément de mettre en lumière la complexité des contestations violentes du passé et du présent. Une invitation réussie à poursuivre les échanges entre historiens et anthropologues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Allard, « Christophe Giudicelli et Gilles Havard (dir.), Les Révoltes indiennes. Amériques, xvie-xxie siècle »Journal de la Société des américanistes, 108-1 | 2022, 217-219.

Référence électronique

Olivier Allard, « Christophe Giudicelli et Gilles Havard (dir.), Les Révoltes indiennes. Amériques, xvie-xxie siècle »Journal de la Société des américanistes [En ligne], 108-1 | 2022, mis en ligne le 30 juillet 2022, consulté le 26 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/jsa/20939 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jsa.20939

Haut de page

Auteur

Olivier Allard

Laboratoire d’anthropologie sociale (LAS), EHESS, Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Creative Commons - Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/

Haut de page
  • Logo MSH Mondes
  • Logo Centre national du livre
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search