Navigation – Plan du site

AccueilNuméros en texte intégral108-2Comptes rendusShawn Michael Austin, Colonial Ki...

Comptes rendus

Shawn Michael Austin, Colonial Kinship. Guaraní, Spaniards, and Africans in Paraguay

Marie Vesco
p. 204-209
Référence(s) :

Shawn Michael Austin, Colonial Kinship. Guaraní, Spaniards, and Africans in Paraguay, University of New Mexico Press, Albuquerque, 2020, 365 p., bibliogr., index, ill. (en noir et blanc), cartes, tabl.

Texte intégral

  • 1 Voir en particulier la base de données textuelles de sources historiques en ligne Langas (2012-).

1Comment les modes de parenté guarani et espagnols ont-ils été transposés dans la socialité coloniale ? Telle est la question qui sert de fil conducteur à cet ouvrage. À la lumière d’une anthropologie de la parenté inspirée par la notion de relatedness (Carsten [dir.] 2000), Shawn Michael Austin y retrace l’évolution des communautés guarani d’Asunción ainsi que des missions jésuites et franciscaines des années 1530 au xviiie siècle. Pour mener à bien cette relecture thématisée de l’histoire coloniale du Paraguay, l’auteur mobilise des fonds d’archives et de manuscrits disséminés au Paraguay, en Bolivie et en Argentine ainsi qu’une grande variété de sources secondaires. Désireux d’aborder le sujet au prisme d’Asunción et de ses alentours plutôt qu’à celui des seules missions jésuites et franciscaines, il s’est attelé à l’étude approfondie de sources judiciaires inédites ; de ce choix bienvenu ressort clairement le rôle ambigu des femmes le rôle des femmes dans les interstices politiques et leur importance dans le champs économique. Cet ouvrage a par ailleurs su tirer parti des recherches historiques et anthropologiques portant sur la langue guarani, notamment celles développées par les membres du projet ANR Langas1.

  • 2 Toutes les traductions de l’ouvrage ont été réalisée par l’autrice de la recension.

2Colonial kinship se situe à la confluence de deux orientations : d’une part des travaux consacrés aux processus d’ethnogenèse (Hill 1996 ; Powers 1995 ; Voss 2008), d’autre part de ceux s’intéressant à la créolisation (Buisseret et Reinhardt [dir.] 2000 ; Graubart 2009). La notion d’ethnogenèse décrit les transformations de long terme qui conduisent à la prise de conscience de nouvelles identités et résultent de l’adoption de nouvelles langues (en particulier la guaranisation et l’hispanisation), de l’appropriation d’éléments extérieurs ou encore du regroupement spatial d’entités ethniques auparavant autonomes. En contrepoint, celle de créolisation (traitée spécialement au chapitre sept) permet d’éclairer les imbrications complexes de processus volontaires et involontaires propres à des conjonctures de court terme. À travers la problématique de la créolisation, Austin se donne les moyens d’aborder le changement culturel ou social au-delà du paradigme conquérant/conquis ; la participation active des acteurs dominés reçoit ainsi un nouvel éclairage. L’auteur souhaite en effet attirer l’attention « sur les façons dont les Guarani ont orienté le changement culturel en vertu de leur supériorité numérique et leur pouvoir politique »2 (p. 245). S’il donne du relief à l’agentivité des Guarani, Austin se garde néanmoins à juste titre d’imputer à ces derniers l’initiative ou la « responsabilité » des changements auxquels ils ont participé.

  • 3 Il s’agit d’un néologisme formé à partir du terme espagnol cuñado, beau-frère, et du suffixe -azgo(...)
  • 4 Ceux-ci considèrent la « frontière » comme une zone de rencontre entre peuples sans limites géogra (...)

3La première partie de l’ouvrage (« Beginnings ») expose les différentes motivations justifiant l’entrée des Guarani dans l’orbite du pouvoir colonial (entre 1530 et 1640) : parenté, avantages matériels, protection, pouvoir spirituel. Elle explore plus particulièrement l’extension du terme d’affinité guarani tovaja (beau-frère) aux relations interethniques entre Guarani et Espagnols – un processus que l’auteur nomme cuñadazgo3 – et s’intéresse aussi au rôle de la coercition et du recours des colonisateurs à la force. Comme l’explique le premier chapitre, les Guarani et les conquistadors ont forgé ensemble un régime relationnel dans lequel s’imbriquent commerce et cuñadazgo. Dans un cas comme dans l’autre, ce régime impliquait des formes d’interaction et de réciprocité que les Guarani pouvaient considérer dans le prolongement de leurs pratiques sociales endogènes, au point de rencontre de l’intégration des affins et des obligations tributaires imposées par les Espagnols. Utile également pour les conquistadors lors de leur installation, ce régime relationnel n’a cependant pas pu se maintenir sur le long terme puisque le vocabulaire de la parenté employé par les Espagnols recouvrait des relations d’asservissement qui ne correspondaient pas à des liens de parenté reconnus et légitimés en leur sein. L’examen des transformations du cuñadazgo et de l’institutionnalisation des encomiendas (deuxième chapitre) confirme cette situation. Il montre par ailleurs que les dynamiques de parenté guarani au sens large ont certes subi des changements considérables sous l’effet de l’exploitation coloniale, mais sans être entièrement subverties pour autant. Une étude de cas (chapitre trois) permet d’en prendre la mesure. Elle emmène le lecteur dans le territoire de Guaira considéré simultanément comme « une frontière et un territoire frontalier » (p. 82). Reprenant à son compte les réflexions sur la frontière d’Adelman et d’Aron (1999)4, cette étude montre que, dans cette province où s’installèrent les jésuites (c’est là que fut dépêché le célèbre missionnaire et linguistique Ruiz de Montoya), les corps et les âmes étaient bien plus au cœur du projet colonial que le contrôle de territoires géographiques délimités. Les communautés autochtones y dessinaient des frontières mouvantes et instables se reconfigurant en permanence au gré des pressions coloniales et des rivalités interethniques ; des communautés comparables en cela à « des balises non amarées flottant en pleine mer » (p. 84).

4Le déséquilibre croissant entre les Guarani et les colonisateurs espagnols, civils ou missionnaires, tient évidemment à ce que ces derniers n’avaient évidemment aucune intention de contribuer au maintien des structures sociales et des traditions des groupes indigènes. Dans ces circonstances, les Guarani n’hésitèrent pas à défier l’entreprise coloniale. C’est là le sujet du chapitre quatre par lequel débute la deuxième partie de l’ouvrage (« Challenges »). L’auteur se penche sur deux mouvements de résistance à la domination coloniale dont il propose une interprétation renouvelée à l’aide d’une bibliographie actualisée. Il s’agit du mouvement dirigé par Juan Cuaraçi en 1625 – un pajé qui a agi à l’insu des autorités coloniales et a essayé d’attirer les Guarani hors des missions pour fonder une sorte d’anti-réduction – et celui, plus isolé et tardif, du village d’Arecaya (1660) – dont les membres ont vainement tenté de renverser le pouvoir en place et d’éradiquer les Espagnols du Paraguay. Les réflexions sur la frontière sont à nouveau mobilisées par l’auteur qui conclut que, dans les deux cas, les rebelles eux-mêmes « tiraient leur force de leur capacité à tirer parti des frontières du Paraguay et de la porosité des communautés de la région » (p. 153).

5Le cinquième chapitre s’intéresse aux facteurs expliquant la participation des Guarani aux milices missionnaires franciscaines et séculaires créées pour lutter contre les Guaicuru du Gran Chaco tels que l’autodéfense, l’autonomie communautaire, la rémunération sous forme d’exemptions de tribut, mais aussi la volonté d’échapper aux encomenderos ou à des fonctionnaires de la Couronne coercitifs, enfin un besoin de vindicte croissant. Il y soutient l’idée selon laquelle les Guarani ont été les acteurs de premier plan dont l’agentivité « explique » les modalités de la conquête, puis de la persistance de la société coloniale espagnole au Paraguay (p. 187). Sans nier l’inégalité sociale entre les Espagnols et les Guarani, il insiste sur le fait que la lutte contre un ennemi commun, l’empire du Portugal, a contribué à consolider leur interdépendance.

6La troisième partie de l’ouvrage (« Communities ») aborde la vie économique, politique et sociale de cette société de « frontière » particulière à l’époque coloniale. Elle commence par un sixième chapitre qui aborde les divergences, mais aussi la fluidité des rapports politiques et sociaux à travers le mouvement des personnes, des biens et des capitaux entre les réductions et les pueblos d’Espagnols, en particulier Asunción. L’auteur compare les pueblos à des aimants qui attiraient autant qu’ils repoussaient les Guarani, et souhaite nuancer le discours selon lequel seule la coercition espagnole explique la mobilité. S’il est attesté que des corregidores missionnaires abusifs ont conduit certains Guarani à choisir de rester auprès de leur encomendero et à considérer cette option comme un moindre mal, le chapitre sept met également en évidence un cas de figure différent. Ce n’est pas l’action coercitive d’un corregidor qui pousse à quitter la mission, mais le sentiment que la vie serait meilleure auprès d’un encomendero.

7Ce même chapitre illustre également les limites de l’emprise coloniale sur l’occupation de l’espace au regard de celle des Guarani à travers la géographie urbaine d’Asunción et son caractère rural/urbain. Austin entend faire réapparaître la communauté et l’identité amérindiennes au cœur même de la capitale pour nuancer l’idée largement répandue selon laquelle elle n’aurait été qu’un lieu d’appauvrissement culturel, de sédentarisation et d’hispanisation (p. 224). Le mot de « contradiction » est choisi pour décrire cette ville dont la physionomie relève tant de l’écologie de l’économie que du cuñadazgo. Grâce à une analyse fine des sources, l’auteur constate que sa population résulte d’un « processus continu de mélange biologique, mais encadré par les limites des identités collectives/fiscales ». Il affirme qu’« il n’y avait pas de métis au Paraguay, sauf lorsque l’identité collective d’un individu était suspecte ou invoquée » (p. 252).

8Le livre s’achève par un chapitre particulièrement convaincant sur les interactions entre les populations africaines, les Guarani et les Espagnols. Austin y déconstruit au moins deux idées qui ont la vie dure dans les études historiques sur le Paraguay : d’une part, le cliché qui consiste à envisager le métissage avec les Amérindiens comme le résultat d’une « union purement pacifique », voire même aristocratique, entre des hidalgos espagnols et des femmes guarani tenues elles-mêmes pour nobles ; d’autre part, la tendance à assimiler l’encomienda paraguayenne à l’esclavage en montrant combien le rejet raciste des Noirs a été engendré par « la propagande antibrésilienne » (lire « noire » ou « africaine ») de la guerre de la Triple Alliance (1864-1870) (p. 13). Il ne nie pas que la population d’Africains, inégalement répartie, est restée modeste au Paraguay par rapport à d’autres pays (et en particulier au Brésil). Pour autant, il montre que les échanges avec cette population n’avaient rien de négligeable à Asunción et que « les changements culturels vécus par les Noirs en raison de leur association étroite avec les Guarani allaient de pair avec une certaine cohésion communautaire » (p. 271).

9Colonial Kinship s’empare d’un objet complexe, peu traité par les historiens qui naît de la superposition et de l’entrecroisement des institutions coloniales avec l’organisation sociopolitique autochtone. Selon l’auteur, l’emploi qui s’est rapidement généralisé du terme tovaja reflète le fait que les catégories coloniales ne suffisaient et ne suffisent toujours pas pour décrire la socialité locale qui a émergé au Paraguay. Dans ce processus de fusion et de transformation, les Espagnols et les Guarani ont contribué ensemble à une ethnogenèse finalement partagée. En somme, les paradigmes de parenté issus de cultures distinctes, les contacts sociaux étroits, les rencontres violentes aux frontières et dans les zones frontalières, l’immigration européenne minimale et la vitalité des communautés indiennes dans les réductions ont été les éléments clés de la transformation culturelle coloniale au Paraguay (p. 276). Colonial Kinship est un ouvrage incontestablement éclairant pour comprendre les dynamiques à l’œuvre dans le Paraguay colonial et permet de penser ensemble les logiques des villes et des missions, de saisir leurs différences tout comme les liens qui les unissent : un ouvrage qu’historiens et anthropologues seront à même d’apprécier.

Haut de page

Bibliographie

Adelman Jeremy et Stephen Aron
1999  « From borderlands to borders: Empires, Nation-States, and the peoples in between in North American History », American Historical Review, 104 (3), p. 814-841.

Buisseret David et Steven G. Reinhardt (dir.)
2000  Creolization in the Americas, University of Texas at Arlington, College Station.

Carsten Janet (dir.)
2000  Cultures of Relatedness. New Approaches to the Study of Kinship, Cambridge University Press, Cambridge/New York/Melbourne.

Graubart Karen B.
2009  « The creolization of the New World: Local forms of identification in Urban Colonial Peru, 1560-1640 », Hispanic American Historical Review, 89 (3), p. 471-499.

Hill Jonathan D.
1996  « Introduction. Ethnogenesis in the Americas, 1492-1992 », in Jonathan D. Hill (dir.), History, Power, and Identity. Ethnogenesis in the Americas, 1492-1992, University of Iowa Press, Iowa City, p. 1-19.

Langas
2012-  Corpus diacrónico del guarani en línea (xvi-xix), http://www.langas.cnrs.fr, consulté le 14/10/2022.

Powers Karen Vieira
1995  Andean Journeys. Migration, Ethnogenesis, and the State in Colonial Quito, University of New Mexico Press, Albuquerque.

Voss Barbara L.
2008  The Archaeology of Ethnogenesis. Race and Sexuality in Colonial San Francisco, University of California Press, Berkeley/Los Angeles.

Haut de page

Notes

1 Voir en particulier la base de données textuelles de sources historiques en ligne Langas (2012-).

2 Toutes les traductions de l’ouvrage ont été réalisée par l’autrice de la recension.

3 Il s’agit d’un néologisme formé à partir du terme espagnol cuñado, beau-frère, et du suffixe -azgo qui désigne ici une condition ou un état : il désigne donc un système de relations entre beaux-frères. La forme est malencontreusement écrite cuñadasgo dans l’ouvrage.

4 Ceux-ci considèrent la « frontière » comme une zone de rencontre entre peuples sans limites géographiques et culturelles clairement définies.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Vesco, « Shawn Michael Austin, Colonial Kinship. Guaraní, Spaniards, and Africans in Paraguay »Journal de la Société des américanistes, 108-2 | 2022, 204-209.

Référence électronique

Marie Vesco, « Shawn Michael Austin, Colonial Kinship. Guaraní, Spaniards, and Africans in Paraguay »Journal de la Société des américanistes [En ligne], 108-2 | 2022, mis en ligne le 30 décembre 2022, consulté le 21 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/jsa/21291 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jsa.21291

Haut de page

Auteur

Marie Vesco

Centre de recherche et de documentation sur les Amériques (CREDA, UMR 7227), université Sorbonne Nouvelle (ED 122)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search