Navigation – Plan du site

AccueilNuméros en texte intégral108-2Comptes rendusRéponse au compte rendu de Benjam...

Comptes rendus

Réponse au compte rendu de Benjamin Balloy « Frank Hamilton Cushing, Tenatsali ou l’ethnologue qui fut transformé en Indien »

Frédéric Saumade
p. 219-220

Texte intégral

1Je suis très heureux de la place donnée par la revue à cet ouvrage dont l’« intérêt énorme », justement reconnu par Benjamin Balloy, tient en premier lieu, bien sûr, aux textes de Frank Hamilton Cushing, et au fait que l’œuvre de ce dernier, certes loin d’être inconnue aux États-Unis, l’était à peu près totalement devenue en France, malgré l’admiration que l’ethnologue chef de guerre avait pu susciter chez nos « grands ancêtres fondateurs ». Bien sûr, on aura compris que l’auteur du compte rendu, qui commente et contextualise avec force érudition, se distingue à cet égard par sa profonde connaissance du dossier. Je ne peux que le remercier, avec une pensée émue pour notre regretté collègue Patrick Pérez, de sa lecture sensible et experte, qui devrait attirer les lecteurs du JSA vers le livre, et contribuer ainsi à la réhabilitation de Cushing dans l’histoire de l’anthropologie, ce qui était le principal objectif ici.

2Cependant, quelques points secondaires dans le compte rendu m’ont fait réagir et contraint à prendre la plume. Le premier, et le plus gênant, est la tendance à charge contre la personnalité de Cushing : la « légende essentiellement noire », « promoteur mensonger de ses propres aventures » et de « ses expériences indiennes », relayées par des « soutiens influents » à Washington. Il est vrai que Cushing était un personnage ambigu, qu’il s’était créé une sorte de mythologie anthropologique ; nos commentaires n’ont de cesse de le souligner, mais aussi précisément de montrer que cette ambiguïté fait l’un des intérêts majeurs de l’œuvre (scientifiquement visionnaire) et de son auteur (un personnage de l’entre-deux mondes, un génie et un traitre, celui à qui les Zuni ont confié un secret qu’il finit par vendre au public blanc, bref, un héros de tragédie, ou de western si l’on veut). Pour autant, comme me le disait Patrick Pérez lors de nos discussions passionnées, ce n’était pas un petit terrain que le sien ; ses « expériences indiennes », il les avait bien vécues ; il fallait y rester à Zuni, plus de quatre années durant, alors que la violence sévissait encore de toutes parts, entre Apaches, Mexicains, Mormons, Tuniques bleues, Cushing en étant lui-même l’objet, par ses inimitiés non seulement au sein du village mais aussi de la part des militaires voisins du fort Wingate. Aucun de ses critiques, ni aucun Zuni, n’a jamais remis en cause son initiation, à base de séances de torture, dans la confrérie de l’Arc, composée de guerriers-médecins de premier plan. Bref, il me semble injuste de ne retenir de l’expérience ethnographique de Cushing, avec la distance du temps et d’un abondant dossier bibliographique, que la légende noire, en minimisant la dimension héroïque, indéniable, du personnage. Qui, depuis lors, pourrait se targuer d’avoir résisté autant de temps sur un terrain aussi dur en étant allé aussi loin dans l’approche de l’altérité ? Pas même Malinowski, avec tout le respect que nous lui devons.

3Un second point justifiant ma réponse est beaucoup moins grave, puisqu’il s’agit d’une mise au point d’ordre personnel. Alors que j’ai passé plus de quatre années (autant que Cushing à Zuni !) à travailler sur ce projet, après avoir arpenté plus de vingt années durant des terrains américains, au Mexique et aux États-Unis, il peut sembler indélicat de voir mon apport minimisé, ou mes analyses quelque peu maltraitées. Ainsi, lorsque l’auteur du compte rendu me reproche d’avoir pris pour « une option crédible » l’affaire des scalps, alors même que je ne fais que la mettre en doute, et de montrer que cet épisode de ses « aventures » est au cœur de la formation du mythe anthropologique de Cushing, ce qui en fait toute l’ambiguïté « ethnomimétique », la richesse, et l’intérêt réflexif, comme on le dit de nos jours. Car si Cushing avait bien un côté mythomane, ses hôtes zuni, comme le rappelle Patrick Pérez dans ses commentaires, sont animés par une ontologie analogique. Après avoir évoqué ses demandes par correspondance aux agents de la Smithsonian Institution et à son père pour qu’on lui envoie des scalps de musée afin d’accomplir son initiation, je propose donc l’hypothèse suivante (p. 478) :

Dès lors la question se pose : cette fameuse épreuve rituelle, l’a-t-il vraiment accomplie dans le versement du sang, ou s’est-il contenté de la jouer dans un rituel zuñi où, on le sait, les pratiques mimétiques peuvent se concevoir comme autant de processus de transformation d’une entité substantielle en une autre ? Cet éthos mimétique était d’ailleurs, on l’a vu aussi, au cœur des manies vestimentaires du narcissique Tenatsali [nom zuni de Cushing], une fois celui-ci revenu au monde des Blancs, et devenu l’objet de la curiosité du public des villes, des musées et des foires-expositions.

4Enfin, avoir dédié l’ouvrage à la mémoire de Patrick Pérez, qui était l’homme de terrain des Indiens Pueblo que je n’étais pas, ne signifiait évidemment pas que ce projet n’était pas aussi le mien, ni que je n’avais pas participé à la rédaction des « notes fort bien faites », qui « paraissent essentiellement le fait de Patrick Pérez », comme il est dit dans le compte rendu. Patrick nous a quittés en 2019, en jetant avec un courage admirable ses dernières forces dans la bataille, mais il restait un bon bout de chemin à parcourir – de nombreuses sources à dépouiller, de relectures à soutenir, et même une brève enquête à Zuni – avant que l’ouvrage ne soit livrable à l’imprimeur. À cet égard, outre le travail de traduction d’Éléonore Devevey, justement loué par Balloy, je dois remercier mes collègues Guillaume Rozenberg et Thomas Hirsch (le relecteur désigné par les éditions du CNRS), dont les remarques et propositions ont eu une grande importance, mais également, Nicolas Adell et l’ANR « Vie savante », à l’origine de l’idée du projet et de ma rencontre avec Patrick Pérez, ANR dont une part de budget permit de réaliser la traduction. Bref, cet ouvrage est aussi un ouvrage collectif, lié à une équipe de recherche efficace, sans laquelle il n’aurait pas vu le jour, il me semblait important de le rappeler.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Saumade, « Réponse au compte rendu de Benjamin Balloy « Frank Hamilton Cushing, Tenatsali ou l’ethnologue qui fut transformé en Indien » »Journal de la Société des américanistes, 108-2 | 2022, 219-220.

Référence électronique

Frédéric Saumade, « Réponse au compte rendu de Benjamin Balloy « Frank Hamilton Cushing, Tenatsali ou l’ethnologue qui fut transformé en Indien » »Journal de la Société des américanistes [En ligne], 108-2 | 2022, mis en ligne le 30 décembre 2022, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/jsa/21481 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jsa.21481

Haut de page

Auteur

Frédéric Saumade

Aix-Marseille université – CNRS, IDEMEC, Aix-en-Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search