Navigation – Plan du site

AccueilNuméros en texte intégral109-1Femmes pionnières de l’anthropolo...Introduction au dossier « Femmes ...

Femmes pionnières de l’anthropologie sud-américaniste

Introduction au dossier « Femmes pionnières de l’anthropologie sud-américaniste »

Mickaël Brohan, Elena Welper, Mariana Sombrio et Federico Bossert
p. 163-172

Texte intégral

  • 1 Il est impossible de citer ici la littérature récente sur les pionniers sud-américanistes tant ell (...)

1Depuis une petite vingtaine d’années, on assiste à un regain d’intérêt marqué pour l’œuvre des pionniers et des précurseurs des études sud-américanistes, ainsi qu’à une véritable explosion des travaux sur l’histoire de ces études régionales. Les traductions et les rééditions posthumes des ouvrages des grandes figures américanistes se succèdent à un rythme soutenu, leurs articles inédits ou jusque-là négligés sont redécouverts, des biographies intellectuelles et institutionnelles bien documentées ainsi que des thèses fouillées proposent de réexaminer dans le menu détail leurs formations universitaires, leurs multiples influences théoriques et leurs trajectoires scientifiques ; les études critiques rigoureuses sur tel ou tel volet de leurs œuvres se multiplient, et les projets éditoriaux consacrés à leurs archives, à leurs carnets de terrain, à leurs photographies et à leurs collections ethnographiques ou encore à leurs correspondances professionnelles foisonnent, tant dans les Amériques que sur le vieux continent. Par ailleurs, outre de multiples colloques et journées d’étude d’hommage, de nombreux documentaires et plusieurs expositions organisées au sein d’institutions muséales de premier plan ont aussi été consacrées à ces pionniers. Enfin, des longs-métrages, des romans et même des pièces de théâtre destinés au grand public se sont même récemment (très) librement inspirés des expériences ethnographiques ou des trajectoires biographiques de certains d’entre eux1.

2Ce phénomène de redécouverte contemporaine de la production des aînés et grands noms des études sud-américanistes concerne de nombreuses figures majeures appartenant à plusieurs générations successives, originaires tant d’Europe que d’Amérique du Nord et du Sud. Citons par exemple Karl von den Steinen (1855-1929), Paul Ehrenreich (1855-1914), Max Uhle (1856-1944), Guido Boggiani (1861-1902), Konrad Theodor Preuss (1869-1938), Theodor Koch-Grünberg (1872-1924), Max Schmidt (1874-1950), Paul Rivet (1876-1958), Erland Nordenskiöld (1877-1932), Curt Nimuendajú (1883-1945), Alfred Métraux (1902-1963), Claude Lévi-Strauss (1908-2009), Charles Wagley (1913-1991), Egon Schaden (1913-1991), John V. Murra (1916-2006), Eduardo Galvão (1921-1976), Darcy Ribeiro (1922-1997), Tom Zuidema (1927-2016) ou encore Roberto Cardoso de Oliveira (1928-2006) et Pierre Clastres (1934-1977). Preuve de son ampleur récente, le phénomène touche aussi des personnalités de moindre prestige international, et ayant sans doute moins marqué les esprits des spécialistes de la région, comme Ermanno Stradelli (1852-1926), Robert Lehmann-Nitsche (1872-1938), Arthur Posnansky (1873-1946), Juan Belaieff (1875-1957), les pères Constant Tastevin (1880-1962) et Martin Gusinde (1886-1969), le fantasque Vojtěch Frič (1882-1944) ou l’énigmatique Buell Quain (1912-1939).

3Pourtant, force est de constater que cet intérêt manifeste et croissant ne concerne presqu’exclusivement que les chercheurs masculins. Pour l’heure, les femmes pionnières de l’anthropologie sud-américaniste ne semblent guère attirer l’attention des anthropologues et des historiens de l’anthropologie. S’il est vrai qu’elles furent moins nombreuses que leurs collègues masculins, il n’est pas moins exact que leurs œuvres sont aujourd’hui nettement moins connues et moins analysées que celles de leurs collègues masculins. Et leurs multiples contributions pourtant fondamentales au développement de ces études régionales tout au long du xxe siècle sont encore largement inexplorées et quelques fois minimisées, pour ne pas dire presque passées sous silence. C’est tout particulièrement le cas pour les femmes anthropologues sud-américanistes de la première moitié du xxe siècle, qui ont travaillé avant que la discipline ne soit encore véritablement assise, autonome, professionnalisée et institutionnalisée en Europe et dans les Amériques. Tel est aussi le cas pour plusieurs d’entre elles ayant embrassé la même profession que leurs époux et ayant travaillé en couple sur le terrain : elles sont souvent restées ensuite dans l’ombre scientifique de leurs maris et collègues (Pineda Camacho 2016), et leur carrière professionnelle a fréquemment pâti des succès et des honneurs académiques de ces derniers qui occupaient généralement le devant de la scène. Plusieurs analystes et historiens des sciences emploient les termes d’« invisibilité » et d’« invisibilisation » pour décrire la présence discrète et l’occultation relative des travaux et des apports des femmes dans l’histoire et l’historiographie des sciences en général. Certains chercheurs – ou plus exactement, certaines chercheuses ! – s’efforcent d’ailleurs d’analyser les modalités concrètes de la construction de cette invisibilité des travaux féminins dans les sciences humaines et sociales (Corrêa 1995, 2003 ; Lopes, Souza et Sombrio 2004 ; Lopes et Costa 2005). À bien y regarder, il semble que l’anthropologie sud-américaniste soit loin d’avoir échappé à ce phénomène discret et passant souvent inaperçu, mais néanmoins bien réel.

  • 2 Sur l’histoire du rôle des femmes dans les sciences, voir notamment Rossiter 1984 ; Shteir 1996 ; (...)

4Au-delà des seuls contextes de l’américanisme et même de l’anthropologie, la réflexion sur l’histoire du rôle des femmes dans les sciences, menée à partir de l’examen de leurs trajectoires professionnelles et de leurs circonstances historiques, de leurs traditions disciplinaires, de leurs pratiques de terrain, ou de leur insertion institutionnelle a constitué une stratégie fréquemment employée pour susciter des débats sur la reproduction des stéréotypes et des divisions asymétriques de genre dans les institutions, les pratiques et les discours scientifiques2. Ces études abordent les questions de la participation et de la permanence des chercheuses au sein des espaces de production et de légitimation des connaissances, de la reconnaissance, de l’influence académiques et de la renommée scientifique. Nous espérons qu’en analysant les trajectoires professionnelles de multiples anthropologues sud-américanistes de diverses époques, les contributions publiées dans ce dossier permettront d’alimenter ces réflexions.

  • 3 Parmi les exceptions, on peut citer : Ocampo Moscoso 1982 ; Corrêa 1997a, 1997b, 2002, 2003 ; Cole (...)

5Au cours des dernières décennies, plusieurs travaux stimulants ont été consacrés au rôle essentiel des femmes anthropologues et archéologues dans le développement de leur discipline dans différentes régions du monde, ainsi qu’à l’étude des implications de leur genre dans leurs pratiques professionnelles (Golde 1986 ; Helm 1996 ; Kohlstedt 1996 ; Beer 2007 ; Schumaker 2008 ; Browman 2013 ; Bank 2016). S’il existe aujourd’hui une littérature sud-américaniste foisonnante relative à la thématique du genre dans les sociétés autochtones, des travaux dans la veine de ceux cités ci-dessus demeurent en revanche encore très rares pour l’anthropologie et l’archéologie du continent sud-américain, à quelques notables exceptions près3.

6Ce dossier collectif réunissant plusieurs dizaines d’articles prendra la forme d’une rubrique dans plusieurs numéros successifs du Journal et se clôturera par un article de synthèse. Son principal objectif est de contribuer à remédier à une lacune en mettant en lumière l’œuvre de nombreuses pionnières et de grandes figures des études sud-américanistes, ainsi que leur rôle respectif dans le développement de l’anthropologie et de l’archéologie de la région au xxe siècle. Pour reprendre l’expression de Stéphen Rostain (2020), ce dossier s’attachera donc à étudier l’anthropologie sud-américaniste et son histoire « au féminin ».

7Les auteurs analysent l’œuvre et la trajectoire professionnelle d’anthropologues et archéologues sud-américanistes qui ont marqué l’histoire de ces disciplines à de multiples titres. Une grande majorité des contributions sont consacrées à des femmes de terrain, c’est-à-dire des anthropologues ou archéologues qui ont réalisé des enquêtes ethnographiques de longue durée ou des fouilles archéologiques intensives, et ont publié des travaux ayant fait date. Pour leur part, plusieurs contributions traitent de pionnières qui ont joué un rôle décisif dans les processus de professionnalisation et d’institutionnalisation de l’anthropologie dans leur pays.

8Les auteurs examinent avec des inflexions variables, selon leurs intérêts personnels ou les informations disponibles, leur formation universitaire (vocation, maîtres, professeurs), leur biographie professionnelle, leur trajectoire intellectuelle (école théorique, etc.), leurs pratiques de terrain, leurs vies au sein des institutions de la recherche et de l’enseignement, leurs principales publications, leur contribution aux études et aux grands débats sud-américanistes, et enfin, leur influence sur les travaux actuels. Dans les cas où elles ont réalisé leur travail de terrain en couple ou en équipe, une attention particulière est portée à la division sexuelle du travail non seulement lors de la phase d’enquête ethnographique mais aussi au retour, lors du choix des thématiques traitées par chacun. Les auteurs soulèvent ainsi de façon implicite ou explicite la question des implications et des conséquences du genre de ces pionnières sur le déroulement de leur travail ethnographique, sur le choix de leurs thèmes d’étude, ainsi que sur leur carrière au sein des institutions universitaires et muséales. Les relations encore méconnues entre certaines d’entre elles et les milieux féministes militants nord- et sud-américains sont aussi analysées.

9Pour mieux circonscrire le thème de ce dossier, les éditeurs ont fait le choix de n’y inclure que des articles portant sur des anthropologues et archéologues ayant commencé leur travail de terrain ou leur carrière institutionnelle au cours du xxe siècle, mais avant 1972. Si chaque découpage temporel est nécessairement arbitraire, la période retenue l’a été pour plusieurs raisons que nous considérons pertinentes. Tout d’abord, cette période permet de s’intéresser à la situation institutionnelle et à l’apport négligé de pionnières encore relativement méconnues ayant réalisé leurs travaux avant la Seconde Guerre mondiale, c’est-à-dire avant les périodes de professionnalisation et d’institutionnalisation de l’anthropologie et de l’archéologie sud-américanistes en Europe et dans les Amériques. Elle permet aussi de se pencher sur le rôle fondamental et décisif de certaines femmes lors des étapes successives de ce processus de professionnalisation et d’institutionnalisation. Le choix de porter intérêt à des pionnières de plusieurs générations successives permettra ainsi de mettre au jour des séquences historiques initialement imperceptibles ou passées inaperçues, ainsi que de multiples variations régionales dans les diverses phases de la professionnalisation et du développement de ces études. Au-delà du demi-siècle symbolique séparant la date butoir de 1972 de la date de lancement de ce projet au début des années 2020, ce choix s’explique par le fait que de nombreuses femmes d’une nouvelle génération, formées à la discipline dans les universités à la fin des années 1960, ont entrepris leur travail de terrain à partir de cette date.

10Le dossier rassemble une majorité d’articles relatifs à des chercheuses sud-américanistes aujourd’hui décédées. Un certain nombre de contributions portent toutefois sur de grandes figures féminines vivantes et souvent encore en activité. Le terme « anthropologie » du sous-titre est à considérer dans son acception la plus large, puisque plusieurs articles sont consacrés à des femmes archéologues, à des préhistoriennes, à des spécialistes de l’anthropologie historique, à des anthropologues et historiennes, et enfin, à des folkloristes et ethnomusicologues. Par ailleurs, un article s’attachera à la production d’une pionnière aussi singulière que méconnue du cinéma ethnographique sud-américaniste.

11Si un peu plus de la moitié des articles à venir traiteront de l’œuvre de spécialistes des sociétés autochtones d’Amazonie, des Guyanes et du Gran Chaco, les pionnières de l’anthropologie des autres régions sud-américaines ne seront pas écartées pour autant. Ce dossier comptera en effet des textes sur des anthropologues spécialistes des Andes et de la Patagonie indigènes, sur des expertes des études afro-brésiliennes et afro-colombiennes et, enfin, sur des anthropologues des sociétés paysannes et métisses. Toutes les grandes aires culturelles des études sud-américanistes seront donc traitées.

12L’un des risques de ce projet éditorial international consistait à trop se focaliser sur les pionnières européennes et nord-américaines au détriment des femmes originaires du continent sud-américain. Cet écueil sera évité puisque quantité d’articles porteront sur ces dernières. Le choix des pionnières étudiées et des auteurs sollicités a aussi été réalisé de façon à pouvoir couvrir un maximum de traditions anthropologiques nationales européennes, nord- et sud-américaines.

13La première livraison de ce dossier séquencé rassemble quatre articles consacrés à des anthropologues amazonistes ayant joué un rôle scientifique et institutionnel de premier plan dans le spectaculaire développement de l’américanisme tropical des cinquante dernières années : Berta Gleizer Ribeiro, Alcida Rita Ramos, Jean Elizabeth Jackson et Esther Jean Langdon. L’ordre de présentation est tout simplement chronologique, en fonction de l’année de naissance de chacune.

14Berta Gleizer Ribeiro représente une génération où les femmes œuvraient largement à l’ombre de leurs époux (Darcy Ribeiro, en l’occurrence) et se consacraient plutôt à des sujets impliquant une moindre exposition aux rigueurs du terrain, comme la culture matérielle. Elle atteint dans ce domaine une expertise rarement égalée. Sans renier son intérêt pour les techniques artisanales, Berta Ribeiro put cependant, dans une phase plus tardive de sa carrière, élargir la sphère de ses intérêts scientifiques à l’esthétique amérindienne, à la mythologie du haut Rio Negro, ainsi qu’aux relations entre les Amérindiens et leur environnement, tout en œuvrant activement pour la cause autochtone au Brésil.

15Ramos, Jackson et Langdon appartiennent pour leur part à cette génération de femmes anthropologues spécialistes des basses terres sud-américaines qui ont commencé leurs recherches par un travail ethnographique de longue durée à la fin des années 1960 et au tout début des années 1970. Chacune d’elles a produit une monographie remarquée (Ramos 1990, 1995 ; Jackson 1983 ; Langdon 2017). Et elles ont également longtemps enseigné dans de prestigieuses universités nord-américaines et brésiliennes, où elles ont formé de très nombreux étudiants, devenus pour la plupart d’entre eux à leur tour des universitaires renommés.

16De nationalité portugaise mais formée à l’anthropologie au Brésil et aux États-Unis, Alcida Rita Ramos a longtemps été professeure à l’Universidade de Brasília (UnB). Elle a marqué les esprits par ses nombreux travaux sur les Sanumá (de langue yanomami), mais aussi par son engagement politique, son éloquente dénonciation des stéréotypes, ainsi que ses réflexions sur l’indigénisme au Brésil et, plus largement, en Amérique du Sud (Ramos 1998, 2012).

17Nord-américaine, Jean E. Jackson a effectué l’essentiel de sa riche carrière aux États-Unis, essentiellement au Massachusetts Institute of Technology (MIT). Spécialiste des Bara d’Amazonie colombienne, elle est surtout connue des américanistes pour ses analyses de l’organisation sociale des peuples de langue tukano, et notamment du rôle qu’y tient le multilinguisme. Elle est également renommée pour ses travaux sur les mouvements indigènes, le changement culturel et l’anthropologie du genre. Une partie de son œuvre moins connue des américanistes porte sur l’analyse anthropologique de la douleur chronique.

18Elle aussi nord-américaine, Esther Jean Langdon a activement contribué au rayonnement de l’Universidade Federal de Santa Catarina (UFSC, Florianopolis, Brésil), où elle a enseigné jusque très récemment. Ses enquêtes ethnographiques chez les Siona d’Amazonie colombienne et ses nombreuses publications la placent parmi les meilleurs spécialistes du chamanisme autochtone sud-américain, une thématique sur laquelle elle a édité quantité d’articles et deux ouvrages collectifs vite devenus classiques (Langdon et Baer [dir.] 1992 ; Langdon [dir.] 1996).

* * *

19Entre les débuts de la préparation de ce dossier thématique et la publication de sa première livraison, Tekhla Olga Hartmann (1933-2020), Vilma Chiara (1927-2020) et Alicia Dussán de Reichel-Dolmatoff (1920-2023) nous ont quittés. Nous dédions ce dossier aussi à leur mémoire.

Haut de page

Bibliographie

Bank Andrew
2016  Pioneers of the Field. South Africa’s Women Anthropologists, Cambridge University Press, Cambridge.

Beer Bettina
2007  Women in German-speaking ethnology, Böhlau, Cologne.

Böeglin Bruno
2011  Tombé, pièce de théâtre, texte de Bruno Böeglin et Romain Laval, mise en scène de Bruno Böeglin, 70 min.

Bossert Federico et Diego Villar
2020  « Branislava Susnik en su laberinto: la lingüística, la etnología y la historia desde el Paraguay », Suplemento Antropológico, 55 (1), p. 237-279.

Browman David
2013  Cultural Negotiations. The Role of Women in the Founding of Americanist Archaeology, University of Nebraska Press (« Critical Studies in the History of Anthropology Series »), Lincoln.

Capiberibe Artionka et Oiara Bonilla
2008  « Simone Dreyfus e a antropologia: um tropismo pela América do Sul », Revista de Antropologia, 51 (1), p. 335-372.

Carvalho Bernardo
2002  Neuf nuits, Métaillé, Paris.

Ciacchi Andrea
2015  « Dossiê Gioconda Mussolini », Revista de Antropologia, 58 (2), p. 6-9.

Cole Sally
2002  « “Mrs. Landes meet Mrs. Benedict”: Culture pattern and individual agency in the 1930s », American Anthropologist, 104 (2), p. 533-543.

Cole Sally
2003  Ruth Landes. A Life in Anthropology, University of Nebraska Press, Lincoln.

Corrêa Mariza
1995  « A natureza imaginária do gênero na História da Antropologia », Cadernos Pagu, 5, p. 109-130.

Corrêa Mariza
1997a  « O espartilho de minha avó: linhagens femininas na Antropologia », Horizontes Antropológicos, 3 (7), p. 70-96.

Corrêa Mariza
1997b  « Dona Heloisa e a pesquisa de campo », Revista de Antropologia, 40 (1), p. 11-54.

Corrêa Mariza
2002  « Lettres d’une femme rangée », Cahiers du Brésil contemporain, 47-48, p. 181-197.

Corrêa Mariza
2003  Antropólogas e Antropologia, UFMG, Belo Horizonte.

Golde Peggy (dir.)
1986  Women in the Field. Anthropological Experiences (Expanded und updated), University of California Press, Berkeley.

Guerra Ciro (dir.)
2015  El abrazo de la serpiente, long-métrage, coproducción Colombia-Venezuela-Argentina, dirigida por Ciudad Lunar Producciones en asocio con Caracol Televisión, coproducción Nortesur Producciones/MC Producciones/Buffalo Producciones, en asoció con Dago García Producciones, Bogotá, 125 min.

Haraway Donna
1989  Primate Visions. Gender, Race and Nature in the World of Modern Science, Routledge, New York/London.

Helm Judy (dir.)
1996  Pioneers of American Anthropology. The uses of biography, University of Washington Press, Seattle.

Jackson Jean E.
1983  The Fish People. Linguistic Exogamy and Tukanoan Identity in Northwest Amazonia, Cambridge University Press, Cambridge.

Kofes Suely
2001  Uma Trajetória, em Narrativas, Mercado das Letras, Campinas (São Paulo).

Kohlstedt Sally
1996  « In from the Periphery: women in early American Anthropology », in Judy Helm (dir.), Pioneers of American Anthropology. The uses of biography, University of Washington Press, Seattle, p. 29-81.

Langdon Esther Jean (dir.)
1996  Xamanismo no Brasil. Novas perspectivas, Editora da UFSC, Florianópolis.

Langdon Esther Jean
2017  Cosmopolitics among the Siona. Shamanism, Medicine and Family on the Putumayo River, Editorial Universidad del Cauca, Popayán.

Langdon Esther Jean et Gerhard Baer (dir.)
1992  Portals of Power. Shamanism in South America, University of New Mexico Press, Albuquerque.

Liener Stefanie Maria
2010  Wanda Haenke (1893-1958). Eine österreichische Ethnologin in Südamerika, mémoire inédit de master, anthropologie, Université de Vienne.

Lomová Lucie
2011  Les Sauvages, Actes Sud (Actes Sud-L’an 2), Paris.

Lopes Maria Margaret, Lia Souza et Mariana Sombrio
2004  « A construção da invisibilidade das mulheres nas ciencias. A exemplaridade de Bertha Maria Júlia Lutz (1894-1976) », Revista Gênero, 5 (1), p. 97-109.

Lopes Maria Margaret et Maria Conçeição da Costa
2005  « Problematizando ausencias: mulheres, gênero e indicadores na História das Ciências », in Maria Lygia Quartim de Moraes (dir.), Gênero nas fronteiras do Sul, UNICAMP, Campinas, p. 75-83.

Miglievich-Ribeiro Marina
2015  Heloisa Alberto Torres e Marina de Vasconcelos. Pioneiras na Formacão das Ciências Sociais no Rio de Janeiro, UFRJ, Rio de Janeiro.

Medina Andrés et Ángela Ochoa (dir.)
2008  Etnografía de los Confines. Andanzas de Anne Chapman, Centro de Estudios Mexicanos y Centroamericanos/Instituto Nacional de Antropología e Historia/Universidad Nacional Autónoma de México, México.

Ocampo Moscoso Eduardo
1982  Wanda Hanke en la etnografía boliviana, 1952-1958, Juventud, La Paz.

Oreskes Naomi
1996  « Objectivity or Heroism? On the Invisibility of Women in Science », Osiris, 11, p. 87-113.

Pineda Camacho Roberto
2012  « La aventura de ser antropóloga en Colombia: Alicia Dussán de Reichel-Dolmatoff y la Antropología social en Colombia », Maguaré, 26 (1), p. 15-40.

Pineda Camacho Roberto
2016  “Estrenando el oficio de etnólogas” y otros ensayos sobre la historia de la antropología en Colombia, Instituto Colombiano de Antropología e Historia, Bogotá.

Ramos Alcida Rita
1990  Memórias Sanumá. Espaço e tempo em uma sociedade yanomami, Editora UnB, Brasília.

Ramos Alcida Rita
1995  Sanumá memories. Yanomami ethnography in times of crisis, University of Wisconsin Press, Madison.

Ramos Alcida Rita
1998  Indigenism. Ethnic Politics in Brazil, University of Wisconsin Press, Madison.

Ramos Alcida Rita
2012  Constituições Nacionais e Povos Indígenas, Editora UFMG, Belo Horizonte.

Rossiter Margaret
1984  Women Scientists in America – Struggles and Strategies to 1940, Johns Hopkins University Press, Baltimore.

Rostain Stéphen
2020  Amazonie, l’archéologie au féminin, Belin, Paris.

Schumaker Lyn
2008  « Women in the field in the twentieth century: Revolution, involution, devolution? », in Henrika Kuklick (dir.), A New History of Anthropology, Blackwell Publishing, Malden, p. 277-291.

Schiebinger Londa
2001 [1991]  O Feminismo mudou a ciência?, traduction de Raul Ficker, EDUSC, Bauru.

Segalen Martine
2018  « La señora des études amazoniennes : biographie de Simone Dreyfus-Gamelon », in Bérose – Encyclopédie des histoires de l’anthropologie, Paris.

Sevilla Miguel Angel
2017  La légende des jumeaux. Théâtre, Les Cahiers de l’Égaré (La collection privée du capitaine), Paris.

Shiva Vandana
2001  Biopirataria. A pilhagem da natureza e do conhecimento, Vozes, Petrópolis.

Shteir Ann B.
1996  Cultivating women, cultivating science: Flora’s daughter and botany in England, 1760-1860, Johns Hopkins University Press, Baltimore.

Sibran Anne et Emmanuel Lepage
1999  La Terre sans Mal, Dupuis, Paris.

Sombrio Mariana
2014  Em busca pelo Campo: Ciências, Coleções, Gênero e outra Histórias sobre mulheres viajantes no Brasil em meados do Sécuo XX, thèse de doctorat, politique scientifique et technologique, Universidade Estadual de Campinas.

Sztutman Renato
2017  « When metaphysical words blossom. Pierre and Hélène Clastres on Guarani Thought », Common Knowledge, 23 (2), p. 325-344.

Haut de page

Notes

1 Il est impossible de citer ici la littérature récente sur les pionniers sud-américanistes tant elle est foisonnante. Sur les longs-métrages, romans, films et pièce de théâtre, voir notamment Carvalho 2002 ; Böeglin 2011 ; Guerra 2015 ; Sevilla 2017. Les arts graphiques ne sont pas de reste, avec une bande dessinée sur Vojtěch Frič (Lomová 2011) et un dessin animé sur Nimuendajú édité en 2021 (https://apusestudio.com/portafolio/nimuendaju/, consulté le 20/06/2023).

2 Sur l’histoire du rôle des femmes dans les sciences, voir notamment Rossiter 1984 ; Shteir 1996 ; Oreskes 1996 ; Shiva 2001 ; Kofes 2001 ; Corrêa 2003. Sur la reproduction des clivages et des stéréotypes de genre dans les milieux scientifiques occidentaux, voir Haraway 1989 et Schiebinger 2001 [1991].

3 Parmi les exceptions, on peut citer : Ocampo Moscoso 1982 ; Corrêa 1997a, 1997b, 2002, 2003 ; Cole 2002, 2003 ; Capiberibe et Bonilla 2008 ; Medina et Ochoa (dir.) 2008 ; Liener 2010 ; Pineda Camacho 2012, 2016 ; Sombrio 2014 ; Ciacchi 2015 ; Miglievich-Ribeiro 2015 ; Sztutman 2017 ; Segalen 2018 ; Bossert et Villar 2020 ; Rostain 2020. Mentionnons aussi la publication d’une bande dessinée inspirée des travaux d’Hélène Clastres (Sibran et Lepage 1999).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mickaël Brohan, Elena Welper, Mariana Sombrio et Federico Bossert, « Introduction au dossier « Femmes pionnières de l’anthropologie sud-américaniste » »Journal de la Société des américanistes, 109-1 | 2023, 163-172.

Référence électronique

Mickaël Brohan, Elena Welper, Mariana Sombrio et Federico Bossert, « Introduction au dossier « Femmes pionnières de l’anthropologie sud-américaniste » »Journal de la Société des américanistes [En ligne], 109-1 | 2023, mis en ligne le 24 juillet 2023, consulté le 10 décembre 2023. URL : http://journals.openedition.org/jsa/21612

Haut de page

Auteurs

Mickaël Brohan

Chercheur associé au centre Erea du Lesc (UMR 7186), Nanterre

Articles du même auteur

Elena Welper

Chercheuse boursière au Museu de Astronomia e Ciências Afins, Rio de Janeiro

Mariana Sombrio

Universidade Federal do ABC (UFABC), São Paulo

Federico Bossert

Conicet, Buenos Aires

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search