Navigation – Plan du site
Dossier Filmer (dans) le Pacifique

L’émergence du film d’auteur en Papouasie Nouvelle-Guinée. Une trajectoire personnelle

The Rise of Film Authorship in Papua New Guinea. A personal Journey
Martin Maden
Traduction de Jessica De Largy Healy
p. 23-36
Cet article est une traduction de :
The Rise of Film Authorship in Papua New Guinea. A personal Journey

Résumés

Cet article se base sur mon expérience du « cinéma direct », ainsi que sur l’éthique et la pédagogie à partir desquelles j’ai animé des ateliers de cinéma direct en Papouasie Nouvelle-Guinée, dans le Pacifique et ailleurs. S’appuyant sur mon parcours singulier de cinéaste papou de Nouvelle-Bretagne et sur ma formation à l’école de cinéma documentaire des Ateliers Varan fondée au début des années 1980 par le cinéaste français Jean Rouch, cet article retrace l’émergence du film d’auteur en Papouasie Nouvelle-Guinée depuis les années 1970 au lendemain de l’indépendance du pays. Il revient sur ma propre pratique et sur les films processuels, une méthode de tournage que j’ai développée dans les communautés rurales et qui articule la démocratie cinématographique et un mode d’intervention sociale permettant une action de justice réparatrice.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Développement des médias et expériences cinématographiques en Papouasie Nouvelle-Guinée
Le film comme instrument de la colonisation
L’ébranlement des fondations. La pratique filmique de Dennis O’Rourke en Papouasie Nouvelle-Guinée
L’ère post-Flower Power et la Nouvelle Vague du cinéma en Papouasie Nouvelle-Guinée (1973-1979)
Évolution des philosophies de Jean Rouch et émergence des auteurs de films du tiers-monde
Donner une voix aux cinéastes du tiers-monde dans les forums internationaux
Les Ateliers Varan en Papouasie Nouvelle-Guinée : une trajectoire personnelle
La création du film processuel Crater Mountain Story (2007)
Conclusion

Aperçu du début du texte

Un film est juste un film. En surface, il y a des images et des effets qui apparaissent comme une série de scènes juxtaposées. Mais c’est l’articulation en arrière-plan des philosophies et des références propres à ces scènes qui porte l’authenticité d’un objet d’art tel qu’un film. Pour ceux qui savent les reconnaître et les interpréter, elles donnent un corps singulier à l’art et créent un festival de cinéma personnalisé dans la tête de chaque spectateur.

J’ai commencé à faire des films dans la vallée d’Aiyura, dans la province des Eastern Highlands, en 1982, alors que j’étais un jeune étudiant de 18 ans en photographie. Arrivé dans cette vallée froide et venteuse depuis les côtes de la Nouvelle-Bretagne un an plus tôt, je me suis vu sortir de ma propre pauvreté. Les plaies sur ma peau séchèrent dans l’air glacé de la montagne et, alors que je m’en félicitais encore, j’attrapai la malaria. Alité et fiévreux, la lecture d’Athabasca, un roman d’Alistair MacLean (1980) me fit expérime...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martin Maden, « L’émergence du film d’auteur en Papouasie Nouvelle-Guinée. Une trajectoire personnelle », Journal de la Société des Océanistes, 148 | 2019, 23-36.

Référence électronique

Martin Maden, « L’émergence du film d’auteur en Papouasie Nouvelle-Guinée. Une trajectoire personnelle », Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 148 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/jso/10281 ; DOI : 10.4000/jso.10281

Haut de page

Auteur

Martin Maden

Dramaturge, cinéaste indépendant, réalisateur et caméraman mélanésien, http://www.artisticmelanesia.com/, martin.maden@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page