Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Compte rendu de Tides of Innovation in Oceania. Value, materiality and place sous la direction de Elisabetta Gnecchi-Ruscone et Anna Paini

Stéphanie Leclerc-Caffarel
p. 180-183
Référence(s) :

Gnecchi-Ruscone Elisabetta et Anna Paini (eds), 2017. Tides of Innovation in Oceania. Value, materiality and place, Canberra, anu Press, 347 p. (http://press-files.anu.edu.au/downloads/press/n2395/pdf/book.pdf?referer=2395).

Texte intégral

1Résultat d’un projet initié lors de la conférence de l’European Society for Oceania à Vérone en 2008, l’ouvrage Tides of innovation in Oceania est paru en 2017. Sa force réside dans une certaine familiarité des exemples choisis par les contributeurs. Ces derniers interrogent, selon leur terrain (Nouvelle-Calédonie, Vanuatu, Fidji, Nouvelle-Guinée) et leur objet d’étude (formes de l’autorité, musées, alimentation, tourisme, échanges), les processus de « continuité, transformation et récurrence » (p. 28) mis en œuvre par les habitants du Pacifique pour faire face à ces « marées d’innovation » qu’ils ont eu à négocier, du peuplement des îles à nos jours.

2L’étranger-roi dans le monde austronésien (chapitre 1), les collections réunies lors des voyages de Cook (chapitre 2), les bambous gravés (chapitre 3) et les robes mission (chapitre 4) de Nouvelle-Calédonie, l’échange des porcs en Nouvelle-Guinée (chapitre 6), la consommation de sodas et d’autres biens importés dans le Pacifique (chapitre 8), les attractions touristiques phares que sont le Saut du Gol au Vanuatu (chapitre 7) ou la marche sur le feu à Fidji (chapitre 9) invitent ici, de façon pertinente, à remettre en perspective les notions de tradition et d’authenticité au cœur des débats anthropologiques contemporains.

3L’ouvrage s’efforce de revenir sur l’impasse, amplement discutée dans les années 1980 et 1990 (voir par exemple Kirshenblatt-Gimblett, 1998 ; Hau‘ofa, 1993 ; Sahlins, 1985), qui consisterait à considérer les cultures comme isolées, fragmentées, détachées des processus historiques et relationnels qui les nourrissent, reflets d’une version idéalisée et largement imaginée du passé (Hobsbawm and Ranger, 1992). En réaction, les éditrices ont choisi pour le titre du volume le terme d’innovation, connoté positivement, et l’image du flux et du reflux, éloquente en contexte insulaire. Les contributeurs corrèlent ces « marées d’innovation » à des paramètres globaux, mais en analysent les conséquences au niveau local.

4Cette tension entre global et local est au cœur de l’ouvrage. On regrettera donc qu’elle ne soit pas davantage interrogée en introduction. Une introduction qui, par ailleurs, aborde aussi très peu la notion même d’innovation et celle, complémentaire, de tradition. Elisabetta Gnecchi-Ruscone et Anna Paini se lancent à la place, et avec un succès mitigé, dans la tâche colossale de contextualiser au sein de la discipline anthropologique les notions de valeur, de matérialité et de lieu (place) qui forment le sous-titre de l’ouvrage et, selon les éditrices, l’ossature des communications rassemblées. Qu’en est-il dans ce cas du pouvoir d’action, de l’agency des populations océaniennes, également présente dans tous les textes et centrale dans les débats anthropologiques de ces vingt dernières années ? Elle n’est, elle aussi, qu’effleurée. C’est pourtant là, à mon sens, que les éditrices sont les plus efficaces ; quand elles traitent de ce pouvoir d’action qu’ont différents acteurs en termes d’innovation, d’adaptation et de régénération culturelle et qu’elles reviennent à l’idée éponyme du panel de la conférence de Vérone, « putting people first ». Il s’agit bien, là, de se placer du côté indigène de l’histoire et de contribuer à une décolonisation des études océaniennes, engagée il y a déjà plusieurs décennies (voir par exemple Howe et al., 1994 ; Tuhiwai Smith, 1999).

5L’introduction est heureusement complétée par deux autres textes, un « prologue » et un « épilogue », respectivement écrits par Andrew Motu et Christian Kaufmann. Tous deux reviennent sur la genèse du projet et son évolution. Tous deux interrogent aussi d’autres traditions et nécessaires innovations, au sein de la discipline anthropologique. Au centre de la discussion, le rôle des anthropologues, leur formation, leurs méthodes, leurs objectifs et leurs filiations avec la période coloniale. Il est surtout question de la pertinence de la discipline sur le long terme ; et pour qui. Ces thèmes apparaissent aussi en filigrane dans la plupart des chapitres, notamment ceux de M. Jolly, S. Kuehling, N. Pollock, M. Tabani et G. Pigliasco.

6Le corps de l’ouvrage consiste en neuf chapitres, répartis en deux parties : « Mapping Materiality in Time and Place » et « Value and Agency: Local Experiences in Expanded Narratives ». Les chapitres de la première partie analysent la capacité des populations océaniennes à intégrer le paramètre étranger dans leurs stratégies de développement au long cours. Ils combinent habilement profondeur historique et préoccupations autochtones contemporaines et soulignent le rôle clé de la culture matérielle et des hiérarchies de pouvoir dans cet accord entre passé et présent. La seconde partie reprend l’idée de profondeur historique, mais s’articule davantage autour de la dialectique local/global. Elle éclaire ainsi les résonances et les dissonances qui existent entre les sociétés océaniennes et la communauté internationale, par exemple en termes de propriété. Politisation et marchandisation sont, ici, les maîtres-mots de cette deuxième partie de l’ouvrage.

7Marshall Sahlins inaugure la première partie avec un texte comme lui seul sait les écrire. Il y reprend ses thèmes de prédilection, celui de « l’étranger-roi » et du composant étranger comme source de pouvoir en Océanie. Il explicite l’idée d’une altérité menaçante et bénéfique à la fois, telle qu’elle est sans cesse réitérée et renégociée dans le monde austronésien. Une excellente entrée en matière qui fournit des points de compréhension historiques et cosmogoniques importants pour mieux appréhender les chapitres suivants. Le texte de M. Sahlins trouve, par exemple, un écho particulier dans l’idée évoquée par Margaret Jolly (chapitre 2) de présenter Tupaia et Cook comme des figures ancestrales du Pacifique (p. 100) lors de l’exposition des collections Forster à Canberra en 2006. Dans le second chapitre, Margaret Jolly compare en effet la façon dont les collections Forster de l’Université de Göttingen (réunies lors du second voyage de Cook) furent présentées à Honolulu puis à Canberra. Elle analyse les différences muséographiques, compare la manière dont ces expositions ont présenté la figure ambivalente de Cook ainsi que la violence des « contacts » entre les populations océaniennes et les marins européens. Son étude prend également en compte les discours et les réactions suscitées par chacune des expositions – y compris auprès des visiteurs et des chercheurs autochtones – et s’attache à la question du « retour au pays » des objets. M. Jolly s’intéresse en outre aux omissions et aux manifestations associées à chaque exposition. Finalement, elle nous rappelle que, malgré de bonnes intentions, « le projet de créer des musées et des galeries d’un genre “nouveau” qui réaliseraient les aspirations postcoloniales et respecteraient véritablement les liens vitaux entre les créations océaniennes ancestrales et leurs descendants vivants » est loin d’être atteint (p. 104).

8Les changements en cours dans les dynamiques de pouvoir entre les communautés autochtones et les musées sont aussi évoqués par Roberta Colombo Dougoud (chapitre 3). L’auteure s’appuie sur l’exemple des bambous gravés de Nouvelle-Calédonie conservés au musée d’ethnographie de Genève et sur le travail de l’artiste kanak Micheline Néporon pour aborder les liens qui existent, dans les arts océaniens, entre techniques du passé, affirmation identitaire contemporaine et contribution aux enjeux de société de chaque époque.

9Il est encore question de culture matérielle, d’altérité et d’autochtonie dans le texte d’Anna Paini (chapitre 4), le deuxième de trois chapitres consacrés à la Nouvelle-Calédonie et plus particulièrement au pouvoir d’action des femmes kanak. À partir de données recueillies sur le terrain depuis les années 1980, Anna Paini explore le rôle des robes dites « mission » dans l’affirmation identitaire et l’émancipation des femmes kanak. Ce faisant, elle ajoute à la problématique de ces revendications des distinctions importantes, par exemple entre milieu urbain et rural, ou bien encore entre communautés protestantes et catholiques. En détaillant l’évolution matérielle et symbolique d’un objet « colonial devenu culturel » (p. 141), A. Paini recadre habilement les préoccupations d’authenticité qui ouvrent son récit et ponctuent l’ensemble du volume.

10Les notes de Marie-Claire Beboko-Beccalossi (chapitre 5), publiées de façon posthume, font la transition vers la seconde partie. Elles reprennent le thème de l’affirmation et de l’émancipation des femmes kanak, cette fois sous un angle plus politique. Retraçant l’histoire de la représentation des femmes de Nouvelle-Calédonie dans l’espace public, le texte de M.-C. Beboko-Beccalossi souligne aussi un autre élément récurrent de Tides of innovation : l’importance et la difficulté de bien nommer les choses. Les changements d’appellation des assemblées de femmes, par exemple, reflètent la tension entre affranchissement et adaptation aux normes coloniales. Déjà présent dans les premiers chapitres, notamment le chapitre 4, ce poids des mots et des formulations est examiné encore davantage par les auteurs de la seconde partie. S’ils continuent d’étudier l’interprétation des paradigmes océaniens dans le Pacifique et au-delà, ils réfléchissent surtout à la transformation des attentes océaniennes à l’aune de tendances globales : institutionnalisation des apprentissages (chapitre 6), développement et tourisme (chapitre 7), diversification alimentaire (chapitre 8) et législation sur la propriété intellectuelle (chapitre 9).

11Susanne Kuehling (chapitre 6) explore spécifiquement le rôle du vocabulaire dans l’intégration de concepts venus de l’extérieur et la création de nouvelles dynamiques, sur l’île de Dobu (Papouasie Nouvelle-Guinée). L’accent est mis sur la capacité de mots que l’auteure qualifie « d’onéreux » (expensive) à marquer la transformation des usages et l’adaptation à de nouveaux besoins. Il s’agit par exemple d’obtenir de quoi payer, avec de l’argent, les frais de scolarité des enfants sans affaiblir les relations de parenté, basées sur des échanges non marchands. La solution, une truie nommée « skulfi » (school fee), que ce nom place distinctement dans la sphère des échanges monétarisés. Kuehling souligne aussi le renouvellement, dans un monde globalisé, des savoirs réservés qui sont source de prestige pour ceux qui les détiennent et se manifestent dans la région, notamment, par un vocabulaire spécialisé.

12Marc Tabani (chapitre 7) revient sur le développement de l’industrie touristique au Vanuatu, en particulier sur l’île de Tanna, et sur ce qu’il qualifie de marchandisation voire de « prostitution » de la culture. Au-delà des facteurs exogènes, Tabani explore un enchevêtrement de stratégies politiques et commerciales locales et un paradoxe, celui d’une kastom perçue à la fois comme victime et rempart face aux travers de l’occidentalisation (p. 245).

13Dans le chapitre 8, Nancy Pollock examine l’évolution de l’alimentation et du goût dans le Pacifique, du peuplement des îles à nos jours. L’analyse historique est particulièrement efficace et permet d’apporter de la nuance à certains clichés, qui opposent par exemple produits des jardins et denrées importées. La dimension morale des débats sur la biodiversité, l’équilibre et la sécurité alimentaire est placée en regard de la réalité océanienne. Pollock évoque ainsi la spécificité des environnements insulaires, la compétitivité de certains produits importés, les revers d’une grande abondance de choix et la transformation plutôt que l’abandon des marqueurs identitaires que l’on trouve, comme partout ailleurs, en cuisine.

14Dans le 9e et dernier chapitre, Guido Carlo Pigliasco traite de l’inadéquation qui existe entre les notions de propriété telles qu’elles sont décrites et légiférées par la communauté internationale et la protection d’une identité culturelle qui se construit, par essence, au niveau local. À travers l’exemple des motifs de tapa revendiqués comme emblème de la compagnie aérienne Fiji Airways, Pigliasco souligne l’absence d’un langage commun et le manque d’outils adaptés à la protection de traits culturels (motifs, rituels) qui relèvent du collectif plus que de l’individu, et dont les Fidjiens se considèrent gardiens et usagers plutôt que créateurs ou propriétaires.

15Sans surprise, les textes réunis dans Tides of innovation mettent l’accent sur le caractère continu des changements dans le Pacifique. Il est question d’adaptation, de résilience, de plasticité ou, pour reprendre la métaphore du titre, de fluidité, bien plus que de rupture ou de bouleversement. En cela, l’ouvrage se rapproche d’autres discours récents, sur le changement climatique par exemple (Farbotko and Lazrus, 2012). Cet ouvrage rassemble des approches et des thématiques déjà bien représentées dans la littérature sur le Pacifique, mais souvent traitées séparément (musées, culture matérielle, langage, propriété intellectuelle, tourisme, alimentation). Il favorise ainsi des comparaisons originales. Tides of innovation contribue à une discussion rendue incontournable par Epeli Hau‘ofa (p. 9) et invite les lecteurs à penser toujours davantage en termes de flux plutôt qu’à partir d’éléments isolés. Finalement, l’ouvrage encourage la communauté anthropologique à explorer ses propres attachements au passé, à repenser son rôle de médiation entre global et local, et à faire preuve d’introspection dans sa propre crise identitaire.

Haut de page

Bibliographie

Farbotko Carol and Heather Lazrus, 2012. The First Climate Refugees? Contesting Global Narratives of Climate Change in Tuvalu, Global Environmental Change 22 (2), pp. 382-390.

Hau'ofa Epeli, 1993. Our Sea of Islands, in A New Oceania: Rediscovering Our Sea of Islands, Suva, School of Social and Economic Development, The University of South Pacific, pp. 2-16.

Hobsbawm Eric and Terence O. Ranger (eds), 1992. The Invention of Tradition, Cambridge, Cambridge University Press.

Howe Kerry R., Robert C. Kiste and Brij V. Lal, 1994. Tides of History the Pacific Islands in the Twentieth Century, St Leonards, Allen and Unwin.

Kirshenblatt-Gimblett Barbara, 1998. Destination Culture: Tourism, Museums, and Heritage, Berkeley, University of California Press.

Sahlins Marshall, 1985. Islands of History, Chicago, University of Chicago Press.

Tuhiwai Smith Linda, 1999. Decolonizing Methodologies: Research and Indigenous Peoples, London, Zed.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Leclerc-Caffarel, « Compte rendu de Tides of Innovation in Oceania. Value, materiality and place sous la direction de Elisabetta Gnecchi-Ruscone et Anna Paini », Journal de la Société des Océanistes, 148 | 2019, 180-183.

Référence électronique

Stéphanie Leclerc-Caffarel, « Compte rendu de Tides of Innovation in Oceania. Value, materiality and place sous la direction de Elisabetta Gnecchi-Ruscone et Anna Paini », Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 148 | 2019, mis en ligne le 15 juillet 2019, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/jso/10430

Haut de page

Auteur

Stéphanie Leclerc-Caffarel

Responsable de collection Océanie, Musée du quai Branly - Jacques Chirac

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page