Navigation – Plan du site
Dossier Filmer (dans) le Pacifique

Chris Owen en Papouasie Nouvelle-Guinée : entre idéal collectif et vocation personnelle

Chris Owen in Papua New Guinea: between a shared ideal and a personal vocation
Pascale Bonnemère
p. 37-51

Résumés

Chris Owen, décédé en 2018, était un documentariste de renom qui arriva en Papouasie Nouvelle-Guinée deux ans avant l’Indépendance et en partit en 2011. Employé par diverses institutions nationales, il participa à la grande majorité des films qui y furent tournés : tour à tour réalisateur, preneur de son et chef opérateur, il apporta aussi une aide logistique aux réalisateurs de passage et dirigea le National Film Institute, créé en 1999.

Après avoir évoqué son parcours, l’article présente le paysage institutionnel des années 1970 dans lequel ses premières réalisations et celles d’autres jeunes expatriés prirent place puisqu’en même temps que d’une vocation personnelle, l’article cherche à rendre compte d’un idéal artistique et politique partagé.

Il est ensuite question de deux de ses films, Gogodala et Malagan Labadama ainsi que d’un projet de film de fiction jamais abouti. L’article se termine en présentant les activités d’archivage, de formation, de réalisation et de production du National Film Institute ainsi que les difficultés auxquelles il fait face aujourd’hui.

Haut de page

Dédicace

« I do not know of one other culture whose children will inherit a film heritage such as the one Chris Owen has given to the people of Papua New Guinea » (Martin Maden, propos rapporté dans l’article du Weekend Courier du vendredi 23 mars 2018)

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Contextualisation
Effervescence, créativité et esprit de sauvegarde
Gogodala : « A powerful piece of political cinema »
Quand les sujets d’un film donnent leur avis ou Malagan Labadama : A Tribute to Buk-Buk
La Seconde Guerre mondiale en Nouvelle-Irlande et le Japon
Quand l’administration et la formation rattrapent la création
Un avenir sans doute incertain

Aperçu du début du texte

Comme l’indique ce propos du réalisateur papou Martin Maden, qui côtoya Chris Owen pendant plusieurs années, le directeur du National Film Institute était une figure du paysage culturel de la Papouasie Nouvelle-Guinée. Son décès, le 9 mars 2018, fut l’occasion de voir paraître plusieurs articles dans la presse qui, non seulement célébraient les nombreux films qu’il a consacrés aux pratiques rituelles des habitants de ce pays et aux réalités contemporaines qu’ils rencontraient, mais aussi soulignaient le rôle qu’il joua dans la formation de jeunes réalisateurs papous tout au long des trente-huit ans qu’il passa à travailler au sein de plusieurs institutions culturelles nationales.

Contextualisation

Né le 15 mai 1944 et orphelin d’un père pilote de bombardier mort en mission au-dessus de la France pendant la Seconde Guerre mondiale, Chris Owen a été élevé alternativement en Grande-Bretagne et en Australie dont il obtint le statut de résident permanent en 1961. Après avoir exercé divers...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Bonnemère, « Chris Owen en Papouasie Nouvelle-Guinée : entre idéal collectif et vocation personnelle », Journal de la Société des Océanistes, 148 | 2019, 37-51.

Référence électronique

Pascale Bonnemère, « Chris Owen en Papouasie Nouvelle-Guinée : entre idéal collectif et vocation personnelle », Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 148 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/jso/10446 ; DOI : 10.4000/jso.10446

Haut de page

Auteur

Pascale Bonnemère

Directrice de recherches au cnrs, credo (Aix-Marseille Université-cnrs-ehess), Marseille, pascale.bonnemere@univ-amu.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page