Navigation – Plan du site
Dossier Filmer (dans) le Pacifique

Un ajustement postcolonial. À propos de Gilles Dagneau et des années calédoniennes du Gendarme Citron

A Postcolonial Adjustment. About Gilles Dagneau and the Gendarme Citron years in New Caledonia
Éric Soriano
p. 157-168

Résumés

Au début des années 2000, l’Agence de développement de la culture kanak acquiert quatorze bobines de films réalisés par un gendarme en Nouvelle-Calédonie dans les années 1950-1960. Ces images exceptionnelles permettent de voir le cycle des cérémonies de l’igname, une séance collective de désenvoûtement et des chants aé-aé de Canala et de l’île des Pins. Cette acquisition fut l’occasion de consacrer ce gendarme, bien malgré lui, comme le « Jean Rouch des Kanak » et d’imposer ces images comme un objet de patrimoine. En 2008, le cinéaste Gilles Dagneau s’empare alors de ces bobines pour en faire un documentaire : Le Gendarme Citron. Une aventure cinématographique en Nouvelle-Calédonie. En filmant le monde de Citron comme Citron filmait le monde kanak, Gilles Dagneau rééquilibre la position des protagonistes dans un monde encore dominé par la colonisation. Ces bobines sont en effet aussi celles d’un petit paysan en ascension sociale après la Seconde Guerre mondiale. Son regard socialement situé révèle en creux la singularité du regard ethnologique de ces années-là.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Une dramaturgie postcoloniale
Lorsque Dagneau rencontre Citron…
Deux affinités par homologie
Des choses sans importance
Conclusion

Aperçu du début du texte

À partir des années 1980, la constitution d’un patrimoine culturel kanak représente un enjeu de taille en Nouvelle-Calédonie. Pour les indépendantistes kanak comme pour le pouvoir métropolitain, le patrimoine devient le moyen privilégié de la reconnaissance d’une spécificité culturelle et d’une richesse créative (Graille, 2016). La mise en œuvre d’une politique patrimoniale dans l’archipel s’opère à la faveur de la création de l’Office culturel scientifique et technique canaque (cosstc) en 1982, puis de l’Agence de développement de la culture kanak (adck) en 1988, dans le sillage des accords de Matignon. Cette logique consiste à sortir des objets de leur contexte ordinaire et à les consacrer en leur donnant une valeur esthétique ou scientifique dans un autre contexte, celui des musées. Cette consécration passe par l’intervention de professionnels spécifiques tels que des ethnologues, des archéologues ou des conservateurs, qui contribuent à la formation d’un véritable « champ patrimo...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Soriano, « Un ajustement postcolonial. À propos de Gilles Dagneau et des années calédoniennes du Gendarme Citron », Journal de la Société des Océanistes, 148 | 2019, 157-168.

Référence électronique

Éric Soriano, « Un ajustement postcolonial. À propos de Gilles Dagneau et des années calédoniennes du Gendarme Citron », Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 148 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/jso/10517 ; DOI : 10.4000/jso.10517

Haut de page

Auteur

Éric Soriano

Maître de conférences en science politique, Université Paul-Valéry-Montpellier, laboratoire artdev – umr cnrs 5281

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page