Navigation – Plan du site
Dossier Filmer (dans) le Pacifique

Visualité et imageries du pouvoir en Océanie. Dennis O’Rourke, un cinéaste des « zones de contact »

Visuality and imagery of power in Oceania. Dennis O’Rourke, a filmmaker of the “contact zones”
Jonathan Larcher
p. 53-64

Résumés

L’œuvre du cinéaste australien Dennis O’Rourke (1945-2013) parcourt l’histoire coloniale et postcoloniale du Pacifique. De la déclaration d’indépendance de la Papouasie Nouvelle-Guinée, dont il produit un document de première importance pour l’histoire cinématographique du pays (Yumi Yet, 1976), jusqu’à l’émergence des nouvelles formes de domination symbolique constitutives de la (néo)colonialité, Dennis O’Rourke fait preuve d’une remarquable constance. Par son souci de décrire l’assujettissement et l’expérience des « populations dominées » (peuples autochtones, marginaux du monde rural), et sa documentation de la visualité – « comme représentation culturelle et politique » (Mirzoeff, 2011) en Océanie, Dennis O’Rourke livre une observation minutieuse de l’intrication entre des formes de domination par l’image et des rapports de pouvoirs économiques et politiques.

Haut de page

Dédicace

« As a film-maker […] I reject the notion that I can pretend to represent something, especially other people’s ideas and, in part, their lives, without first of all placing myself completely within – insofar as I can. This always involves very deliberate strategies, sometimes dangerous strategies, in terms of my emotions and what it might do to other people around me. [...] I need many days with anyone I’m filming. I make myself vulnerable to them, as they are vulnerable to me. » (O’Rourke in Ansara, 2002 : 187-188)
« As I’m looking through the viewfinder, I know where the performances are transcending and where the performances are official. » (Idem : 193)

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Documenter les processus de domination matérielle et symbolique
Remploi critique des images d’archives
Des relations filmantes sur la scène du pouvoir
Regards, maîtrise et résistances des sujets filmés
Conclusion

Aperçu du début du texte

L’œuvre du cinéaste australien Dennis O’Rourke (1945-2013) parcourt l’histoire coloniale et postcoloniale du Pacifique. De la déclaration d’indépendance de la Papouasie Nouvelle-Guinée, dont il produit un document de première importance pour l’histoire cinématographique du pays (Yumi Yet, 1976), jusqu’à l’explosion du « tourisme vandale » et des nouvelles formes de domination symbolique constitutives de la (post)colonialité, Dennis O’Rourke fait preuve d’une remarquable constance, par son souci de décrire l’assujettissement et l’expérience des « populations dominées » (peuples autochtones, prostitués, marginaux du monde rural). Collaborateur et partie prenante de nombreux documentaires, Dennis O’Rourke arrêtait toutefois sa filmographie à une liste de dix films. Le cinéaste nous a quitté en 2013 alors qu’il travaillait sur un long métrage touchant à l’imagination poétique des « gens ordinaires » en Australie (I Love a Sunburnt Country).

Dans des situations caractérisées par la rémini...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jonathan Larcher, « Visualité et imageries du pouvoir en Océanie. Dennis O’Rourke, un cinéaste des « zones de contact » », Journal de la Société des Océanistes, 148 | 2019, 53-64.

Référence électronique

Jonathan Larcher, « Visualité et imageries du pouvoir en Océanie. Dennis O’Rourke, un cinéaste des « zones de contact » », Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 148 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/jso/10555 ; DOI : 10.4000/jso.10555

Haut de page

Auteur

Jonathan Larcher

Docteur en anthropologie et cinéaste. Centre de recherches sur les arts et le langage – ehess. larcherj@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page