Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148Dossier Filmer (dans) le PacifiqueL'authenticité au cinéma : notes ...

Dossier Filmer (dans) le Pacifique

L'authenticité au cinéma : notes des îles du Pacifique

Authenticity in Cinema: Notes from the Pacific Islands
Vilsoni Hereniko
Traduction de Eric Wittersheim
p. 65-72
Cet article est une traduction de :
Authenticity in Cinema: Notes from the Pacific Islands

Résumés

L’authenticité au cinéma est une notion difficile à saisir, à expliquer ouà analyser, en particulier dans les longs métrages de fiction. Pourtant, les spectateurs attendent des films de fiction qu’ils soient authentiques, car ils sont censés être des représentations réalistes d’un peuple ou d’une culture. De nombreux facteurs s’opposent à cette recherche d’authenticité, dont la dimension commerciale du cinéma qui conduit souvent à des compromis car il s’agit de divertir et de rendre les cultures autochtones accessibles à un marché global. L’idée qu’un film, avec sa durée limitée, puisse représenter fidèlement un peuple ou une culture, est illusoire, et trahit les difficultés et les obstacles qui s’opposent à une représentation authentique dans une œuvre de fiction. La recherche d’authenticité, cependant, est importante pour les autochtones et les cultures minoritaires, car les représentations erronées peuvent supplanter et se substituer à leurs expériences et conditions de vie réelles.

Haut de page

Texte intégral

Ce texte est issu d’une conférence organisée par netpac (Network for the Promotion of Asia-Pacific Cinema), en collaboration avec capa/cilect à Singapour (29 nov.-1er déc. 2017). capa est la branche Asie-Pacifique du cilect (Centre international de liaison des écoles de cinéma et de télévision).

La version révisée de cette présentation orale a été traduite de l’anglais par Éric Wittersheim. Les points de vue exprimés ici sont uniquement les opinions de l’auteur lequel remercie le traducteur, les relecteurs anonymes, ainsi que les éditeurs de ce dossier, pour leurs commentaires constructifs.

  • 1 Avant One Thousand Ropes, Tamasese a réalisé The Orator / O le tulafale (2011), film qui porte égal (...)

1Lors de l’édition 2017 du Festival international du film d'Hawai’i, le prix netpac fut attribué à One Thousand Ropes (2016), le deuxième long métrage réalisé par Tusi Tamasese, un Samoan vivant actuellement à Auckland (Nouvelle-Zélande)1. La remise de ce prix était accompagnée de cette mention :

  • 2 J'étais l'un des trois membres de ce jury : le président du jury était un professeur de l'Académie (...)

« One Thousand Ropes est un film-phare du cinéma autochtone : sans concessions, préservé de la tentation du cinéma commercial ou populaire, et il représente une étape de plus dans la quête de Tusi Tamasese pour représenter avec authenticité la vie des Samoans d'aujourd'hui. »2

2Cet article explore la notion d’authenticité dans quatre films long métrage tournés dans le Pacifique ou réalisés par des Océaniens : One Thousand Ropes (2016), le long métrage d'animation Disney Moana (Vaiana en français, 2016), le succès critique et public néo-zélandais Whale Rider (Paï en français, 2002), et enfin Samoan Wedding (2006).

3Le terme « authentique » signifie ici « réel, ou véritable et non contrefait », tel qu'il est appliqué aux longs métrages de fiction narratifs. « Authenticité » est un terme chargé. En effet, il est difficile de savoir ce qui est authentique et ce qui ne l’est pas, en particulier lors qu’on est là pour évaluer la qualité d’écriture du film. Et pourtant, ce mot revient sans cesse lorsque les critiques discutent des films autochtones du monde entier. Cela ne semble pas être une préoccupation au sein de certains genres comme le cinéma de fantasy, l’horreur ou la comédie, mais plutôt une inquiétude réservée aux films dépeignant des peuples ou des cultures indigènes.

4L’idée selon laquelle la représentation d'un peuple dans un film de fiction – une histoire « inventée » – devrait être « authentique » constitue un paradoxe. Après tout, les œuvres de fiction peuvent s’inspirer de la vie réelle, mais ce ne sont pas des documentaires, le genre que l’on associe le plus couramment à l’exactitude factuelle. Dans ce cas, pourquoi l'authenticité (synonyme d’« exactitude ») est-elle si importante dans les films de fiction ? Est-ce à cause du fait qu’un récit fictionnel, et un récit dramatique en particulier, aspire à créer un monde fictif qui soit une représentation de la réalité ? Une représentation sincère permet au spectateur de « mettre de côté son incrédulité » et de croire que la représentation est authentique et non créée de toutes pièces. L'idéal, c’est lorsque la représentation est si juste que le spectateur est totalement immergé dans le récit qui se déroule, et que regarder un film devient un moment chargé de sens, réconfortant et même profondément émouvant. En résumé, une expérience qui vaut la peine d’être vécue.

  • 3 Je suis retourné voir le film plus tard, et suis demeuré cette fois jusqu’à la fin.
  • 4 Un des problèmes d’une représentation inexacte est que le spectateur peut finir par croire un menso (...)

5Le besoin d'authenticité au cinéma est particulièrement important pour les spectateurs familiers de la culture ou des populations représentées à l'écran. Si un spectateur estime que la représentation n’est pas crédible, il risque de perdre tout intérêt pour l’histoire qui se déroule devant lui, et même de quitter le cinéma avant la fin3. Par exemple, la première fois que j'ai vu le film Cast Away avec Tom Hanks (Seul au monde de Robert Zemeckis, 2000), censé se dérouler sur une île au large de Fidji, j’ai perdu tout intérêt pour le film et suis parti immédiatement lorsqu’on me demanda, en tant que spectateur, de croire que des noix de coco toutes vertes (et non de couleur brune) étaient tombées des cocotiers durant la nuit. Il n'y avait pas de vent violent pouvant expliquer ce fait tout à fait inhabituel, et j'ai perdu tout intérêt pour cette histoire pour laquelle j'avais pourtant payé ma place. En fait, je pense que les réalisateurs de Cast Away n'ont pas fait ce film pour des gens comme moi, mais pour un public international qui connaît peu le Pacifique, ses habitants et son environnement4. Il est vrai que Cast Away raconte l'histoire d'un homme coincé sur une île lointaine, et la représentation exacte des détails de la flore et de la faune de l'île ne devait pas constituer une priorité.

  • 5 Je me suis trouvé impliqué car j’étais directeur de l’Oceania Center for Arts and Culture à l’Unive (...)
  • 6 Le personnage de Maui et les cocotiers de Waikiki Beach ont beaucoup en commun : « Comme des eunuqu (...)

6Un autre exemple provient de mon expérience en tant que consultant sur le scénario du long métrage d’animation de Disney, Moana (2016) (voir Tamaira, Hereniko et al., 2018). Soucieux de représenter les cultures et les peuples autochtones de manière authentique, Disney envoya les deux réalisateurs, Ron Clements et John Musker, à Fidji, aux Samoa et à Tahiti, dans l'espoir qu'interroger, observer et écouter ceux dont ils souhaitaient représenter la culture dans un long métrage à gros budget aboutirait à une représentation authentique. À la recherche d'une représentation authentique, Disney forma un « Oceania Story Trust » (« comité de réflexion sur l’Océanie »), un groupe constitué de personnes savantes et toutes originaires du Pacifique, chargées de conseiller et d'instruire Disney sur la vie dans le Pacifique, hier comme aujourd’hui5. Du fait des efforts sincères entrepris par Disney pour consulter des experts sur la Polynésie et ses populations, de nombreux aspects de la culture polynésienne sont représentés de manière authentique dans Moana : par exemple le respect de l'océan, l'utilisation de pirogues à double coque pour parcourir le vaste océan Pacifique et découvrir de nouvelles terres, la croyance qui veut que la terre soit féminine, le rôle des totems, l’importance de la famille et des relations sociales, ainsi que de nombreux autres aspects. Cependant, Moana de Disney dépeint le personnage de Maui comme un bouffon à l’apparence changeante, et souffrant d’un complexe d'infériorité. Dans la mythologie polynésienne, Maui est un demi-dieu et un héros, mais dans le film de Disney, il est juste l’acolyte de Moana, une adolescente de 16 ans qui navigue au-delà du récif sans l’approbation de son père, terrifié par l’océan. Sur le chemin, Moana rencontre Maui, qui lui enseigne les aspects les plus subtils de la navigation. Cette relégation de Maui à un statut moins important que celui d'une adolescente naïve de 16 ans renforce le pouvoir des jeunes filles de Polynésie et du monde entier. Cependant, elle diminue le pouvoir de ce héros et demi-dieu polynésien, très sexuel selon la mythologie polynésienne. Le Maui de Disney, destiné au marché mondial, est comme émasculé ; c’est un eunuque6.

7Tout film produit par un grand studio hollywoodien qui cherche à tirer profit d'une culture autochtone est suspect. La production doit donc faire tout son possible pour atténuer les retombées négatives qui ne manqueront pas d’advenir, mais même avec les meilleures intentions du monde, comme ce fut le cas pour Moana de Disney, une représentation totalement authentique dans un film à grand succès apparaît hautement improbable. Néanmoins, les efforts de Disney pour travailler avec des experts culturels du Pacifique ont eu pour conséquence de voir de nombreux moments authentiques dans Moana. Lorsqu’un grand studio de cinéma se rend compte que ses motivations pour ne pas tenir compte de l’avis des autochtones sont liées à une possible diminution des bénéfices tirés de la vente de billets, il devrait sérieusement s’interroger et envisager de trouver la solution appropriée. Par exemple, la controverse autour de Maui aurait pu être résolue si Disney avait utilisé un autre nom que Maui. Cette décision a nui aux nombreuses avancées positives de Disney dans son désir d’être authentique vis-à-vis de sa description des cultures autochtones.

Figure 1. – Dwayne Johnson a été la voix de Maui dans le Moana de Disney

Figure 1. – Dwayne Johnson a été la voix de Maui dans le Moana de Disney

(© Avec l'aimable autorisation de Disney)

  • 7 Présentation publique de Ron Clements et John Musker au Doris Duke Theatre à Honolulu, le 3 avril 2 (...)
  • 8 Maui provoque les rires avec son apparence changeante, son allure bouffonesque et son égo démesuré. (...)

8Est-il possible que Disney ait insisté pour utiliser le nom Maui car ce nom suggère (pour ceux qui ont une connaissance superficielle de l'Océanie) que leur récit de fiction est enraciné dans un passé authentique ? Mon opinion est que la vraie motivation de Disney était davantage liée à sa détermination à utiliser Dwayne Johnson (alias The Rock), la star polynésienne, pour augmenter ses profits. Et ce, bien que Disney ait fait de son mieux pour décrire avec précision certaines de ses caractéristiques physiques (comme restaurer les cheveux sur la tête autrefois chauve de Maui, suivant les conseils d’un vieux Tahitien)7. Mais la description précise de certains détails physiques d'un demi-dieu polynésien n'était pas suffisante pour de nombreux spécialistes du Pacifique (voir Paia et Salaün, ce volume). Pour eux, toute représentation qui dévaloriserait les héros d’un peuple autochtone pour obtenir un succès au box-office constituerait une perpétuation d’une histoire d’appropriation pour un gain économique. Est-ce un problème que Maui, ou les cultures indigènes, ne soient pas dépeintes d’une manière authentique ?8 Je crois que oui, en particulier pour ceux dont la culture est décrite. La représentation filmique peut facilement devenir la source de connaissances la plus directe de la culture concernée.

9Pour le meilleur ou pour le pire, le film est aujourd’hui devenu le médium le plus puissant par lequel les gens s’informent sur d’autres cultures. Les spectateurs peuvent donc confondre une représentation juste avec une représentation inauthentique, ce qui entraîne la substitution des récits ou des connaissances autochtones par d’autres. Si le film a été réalisé par un grand studio appartenant à une puissance colonisatrice, les indigènes sont alors doublement colonisés : tout d'abord, quand il ont été colonisés dans la vie réelle, puis à nouveau lorsque les récits authentiques se voient remplacés par d’autres. Lorsque la représentation du colonisateur – la contrefaçon – déplace et remplace l'originale – l’authentique –, les dégâts deviennent encore plus insidieux. Lentement, au fil du temps, la représentation inexacte qui circule désormais dans les réseaux sociaux et l'imagination populaire peut s'installer, un peu comme du ciment frais qui se solidifie.

  • 9 Voir le film récent How Mum Decolonized the Screen (2018), écrit et réalisé par Heperi Mita. Le fil (...)

10Certains cinéastes autochtones ayant réalisé des films sur leur propre population ont également été critiqués pour avoir diffusé des représentations qualifiées d’inauthentiques. Je pense que la raison principale en est la méconnaissance, par le cinéaste, des enjeux entourant la question de la représentation. Une recherche ou une connaissance insuffisantes sur une culture, ou le désir de faire du profit peuvent facilement amener des cinéastes à faire des compromis. Par ailleurs, la plupart des cinéastes sont des conteurs qui veulent que leurs films s’adressent au plus large public possible. Ce désir de toucher un large public peut conduire à proposer une vision très générale d’une culture ou d’un peuple, plutôt qu’une vision précise et nuancée. C'est l'une des raisons pour lesquelles certains cinéastes ont recours à des stéréotypes que le public connaît déjà au sujet d’un peuple ou d’une culture. L’une des manières de changer cela consiste, pour les cinéastes, à commencer leurs récits avec un stéréotype sur un peuple ou une culture, mais à remettre en question ou à démystifier ce stéréotype à mesure que le récit se déroule. Une autre façon est de raconter l'histoire du point de vue d'une personne de statut inférieur au sein de sa culture, comme lorsqu’on revoit et réécrit l'histoire « par le bas ». Regarder l'histoire ou les formes de représentation du point de vue de l'opprimé, plutôt que du vainqueur, constitue un bon moyen de décoloniser l'écran9.

11Dans le film Whale Rider (2002), Paikea est une jeune fille maorie qui aspire à devenir leader au sein de son peuple, mais son grand-père l’ignore, estimant que seuls les hommes peuvent (ou doivent) diriger la tribu. Sur le dvd du film, on peut écouter une discussion entre Niki Caro (le réalisateur) et David Coulson (le monteur), évoquant une scène entre le grand-père et le père de Paikea. Dans cette scène, qui fut tournée mais pas conservée dans le montage final du film, le réalisateur et le monteur expliquent que voir le grand-père, qui est chef, creuser pour dégager une fosse septique pendant qu’il converse avec son fils risquait de dérouter de nombreux spectateurs, enclins à croire qu'un chef n'est pas censé effectuer un travail manuel de ce type. Même si creuser une fosse septique est un travail tout à fait envisageable pour un chef maori dans la culture maorie, le réalisateur et le monteur ont considéré que cette scène était culturellement trop spécifique et décidé de la supprimer. Les bonus du dvd montrent la scène coupée au montage, attirant l'attention sur le fait qu’une trop grande spécificité culturelle pouvait constituer un obstacle, empêchant d’atteindre un public de masse au-delà de sa propre culture.

  • 10 Les films de Taika Waititi, tels que Boy (2012), Hunt for the Wilder People (2016) et la série tv W (...)
  • 11 Lorsque mon propre long métrage Pear ta ma ’on maf : The Land Has Eyes fut projeté dans une salle d (...)
  • 12 Après la sortie du film, Oscar Kightley fut invité à l’Université d’Hawai’i par le Center for Pacif (...)
  • 13 Texte aussi célèbre que controversé, traduit en français sous le titre Adolescence à Samoa (Mead, 1 (...)
  • 14 Bien que Kightley ait coécrit le scénario (avec James Griffen), c’est Chris Graham (un pakeha, ou B (...)

12Whale Rider est l’un des meilleurs films indépendants jamais tournés dans le Pacifique10. Le film connut un succès critique et commercial, mais suscita aussi des controverses. Par exemple, le producteur du film, John Barnett, déclara publiquement que Whale Rider n’était pas un film maori. Selon lui, le film ne prétendait pas représenter tous les Maoris vivant en Nouvelle-Zélande. Cette affirmation était destinée à contrer les accusations de représentation trompeuse. Cependant, la plupart des spectateurs vivant hors de Nouvelle-Zélande ne le voient pas ainsi, et considèrent Whale Rider comme un film maori et, par conséquent, associent le portrait d’une tribu en particulier à toutes les tribus maori. Ce mélange de spécifique et de traits communs à toutes les tribus laisse entendre que la mythologie de tous les Maoris affirmerait qu’ils sont arrivés en Nouvelle-Zélande sur le dos d'une baleine. Le regretté Barry Barclay (1944-2008), premier Maori à avoir réalisé un long métrage de fiction, refusa de voir le film, affirmant qu’il reprenait un récit sacré des Maoris avant de l’enjoliver pour satisfaire les goûts du grand public international11. Barclay était également d'avis qu'un film maori devait être réalisé par un Maori, même si le film en question est tiré d’un roman écrit par un Maori, Witi Ihimaera (1987), et qu’Ihimaera a été étroitement impliqué dans sa réalisation. Bien que Niki Caro ait signé le scénario, la romancière a travaillé en étroite collaboration avec un scénariste d'Hollywood afin de rendre le scénario plus accessible au marché mondial. Le fait d’avoir coupé au montage des éléments culturels spécifiques, tels que la scène de la fosse septique mentionnée plus haut, corrobore les remarques de Barclay. Dans Samoan Wedding (2006), une comédie romantique urbaine de Chris Graham, la question de la représentation authentique pose également problème12. Samoan Wedding, qui raconte l'histoire de quatre amis de sexe masculin âgés de 20 à 30 ans qui font des ravages lors des mariages, a été critiqué par certains spécialistes du Pacifique pour l’image négative qu’il donnait des jeunes Samoans, hommes ou femmes. Dans ce film, les jeunes hommes sont plus intéressés par le fait de se saouler et de s'amuser qu'aller à l'église ou se préoccuper de leur carrière. En outre, l’intérêt amoureux de l’un des quatre hommes est décrit comme ouvertement sexuel. Le rôle féminin est interprété par une ancienne Miss Samoa, et la reine de beauté y joue son propre rôle : la confusion d’identité entre sa vie réelle et le personnage qu'elle interprète dans le film estompent les frontières entre la réalité et le personnage à l'écran, joué par une actrice. Certains ont même prétendu que le comportement de cette jeune femme à l’écran perpétuait l’affirmation de Margaret Mead dans Coming of Age in Samoa (1928)13, selon laquelle les filles samoanes n’auraient aucune difficulté à se livrer à un comportement sexuel débridé. Lorsqu’on l’accusa de diffuser des stéréotypes négatifs sur son peuple, le coscénariste Oscar Kightley (qui joue également dans le film), s'est défendu en affirmant qu'il n'essayait pas de représenter la culture samoane ni même de parler pour le compte d'autres Samoans. Tout ce qu'il faisait était raconter une histoire basée sur ses propres expériences de la vie14. Selon ses propres mots, « Quand Mickey Mouse prend la parole, le fait-il au nom de toutes les souris ? » Il ajouta que si les gens n’aimaient pas son film, ils devaient se sentir libres de réaliser le leur.

  • 15 Il est possible que le distributeur américain ait songé que les spectateurs qui avaient apprécié de (...)

13La réponse de Kightley s’explique aussi par le fait que Samoan Wedding s’appelait initialement Sione’s Wedding, mais lorsque le distributeur américain en acheta les droits, il changea le titre en Samoan Wedding (Mariage samoan). Ce changement de titre entraîna peut-être une augmentation du nombre d’entrées en salles, puisqu'il y a sans doute plus de personnes dans le monde qui ont visité ou entendu parler de Samoa, que de personnes ayant rencontré quelqu’un appelé Sione ou sachant à quel pays ce nom est associé. Ce changement de titre implique cependant que Samoan Wedding représente de manière authentique tous les mariages samoans, ce qui n’était pas dans les intentions des créateurs originaux du film15.

  • 16 La révolution numérique a permis de baisser le coût de réalisation d’un film, bien que cela reste h (...)

14Quant à l’opinion de Kightley selon laquelle les critiques devraient se lancer dans la réalisation de leurs propres films, la réalité est que les règles du jeu ne sont pas équitables ; tout le monde n'a pas un égal accès au financement ou aux ressources. La réalisation de films est une pratique coûteuse, et quand un cinéaste appartenant à une culture minoritaire a la chance d’obtenir un financement, une représentation authentique devrait être prise en considération, sinon constituer une priorité16. Mon opinion est que les cinéastes ou les artistes devraient être libres de créer selon leur inspiration, mais cette liberté s’accompagne d’un droit de les critiquer, en particulier si cette liberté n'est pas utilisée de manière responsable. L’une des raisons pour lesquelles les spectateurs s’attendent à une représentation authentique de la part des cinéastes autochtones est que très peu de films de fiction (voire parfois aucun) sont réalisés dans les différents pays insulaires du Pacifique. Tant qu’il n’existe pas au moins une douzaine de films sur une culture insulaire ou une nation du Pacifique, les spectateurs continueront à s'attendre à ce qu'un seul film représente authentiquement l'ensemble, ce qui risque d’entrer en contradiction avec les intentions du cinéaste.

  • 17 Le principal producteur de ce film est mon épouse, Jeannette Paulson Hereniko. Fort heureusement, e (...)

15Financé grâce à des subventions, à des fonds personnels, à la contribution financière d’amis et de soutiens, et en utilisant à fond nos cartes de crédit, ma femme et moi avons produit un long métrage de fiction intitulé Pear ta ma 'On Maf: The Land Has Eyes (2004), tourné sur mon île natale, Rotuma. Cette manière de financer un film indépendant est celle que les cinéastes indépendants choisissent lorsqu'il n'existe aucune autre source de financement. Dans ce cas de figure, les réalisateurs bénéficient d’un contrôle créatif total sur leur propre travail. En tant que membre de la culture concernée, je tenais à la représenter avec exactitude (ou authenticité), car je me sentais responsable vis-à-vis de mon propre peuple. En outre, il n'y avait pas de studio ou d’autre autorité pour me dire comment je devais raconter mon histoire17. Ainsi, lorsque certaines personnes du métier (ainsi que plusieurs Rotumans) nous ont conseillé d’utiliser la langue anglaise afin de viser un public global, nous avons décidé que, pour être authentiques, nous devions utiliser la langue de Rotuma car c’était la langue parlée partout à l’époque à laquelle se déroule l’histoire (les années 1960), à l’exception du tribunal et de l’école. Si nous n'avions pas produit le film de manière indépendante, la langue anglaise aurait remplacé la langue de Rotuma.

Photo 1. – Sapeta Taito as Viki dans Pear ta ma ’on maf : The Land Has Eyes (2004) de Vilsoni Hereniko

Photo 1. – Sapeta Taito as Viki dans Pear ta ma ’on maf : The Land Has Eyes (2004) de Vilsoni Hereniko

(© Avec l'aimable autorisation de Te Maka Productions)

  • 18 Je pense qu’une dose d'humour dans ce film aurait rendu l’histoire plus accessible et plus séduisan (...)
  • 19 Le succès critique ne s’accompagne pas nécessairement d’un succès commercial. En fait, l'inverse se (...)

16Les films autochtones possèdent des degrés d'authenticité variés, et aucun film ne peut prétendre figurer une totale authenticité. Cependant, il y a un film du Pacifique qui, je pense, a plus d'authenticité que tous les autres films que j'ai vus : il s’agit de One Thousand Ropes de Tusi Tamasese (2016). Le scénario du film est profondément ancré dans la vision du monde, l'esthétique, les valeurs et les modes de connaissance et d'existence samoans. Au lieu de faire des compromis pour atteindre un public global ou pour vendre plus de places de cinéma, Tamasese raconte son histoire de l’intérieur. Certains spectateurs risquent de ne pas comprendre parfaitement tout ce qui se passe au fil du récit, mais il ne fait aucune concession vis-à-vis de sa volonté de représenter avec authenticité sa culture et son peuple. Le public-cible semble avant tout être les Samoans et tous ceux qui s’intéressent à la culture samoane18. Les personnages de ce film sont complexes et multidimensionnels, et le milieu culturel dans lequel ils évoluent dans le contexte urbain d’Auckland est complexe, impénétrable et mystérieux pour les non-initiés. Et pourtant, à la fin du film, j’ai eu le sentiment d’avoir le privilège de voir la culture samoane à travers les yeux d’un auteur, dont la vision est « farouchement indépendante » et « insensible aux diktats du cinéma populaire ou commercial ». Selon moi, cette œuvre rare se situe à part, par rapport aux autres longs métrages du concours netpac 2017 du Festival international du film de Hawai’i19.

Photo 2. Uelese Petaia as Maea dans One Thousand Ropes (2016) de Tusi Tamasese

Photo 2. Uelese Petaia as Maea dans One Thousand Ropes (2016) de Tusi Tamasese

(© Avec l'aimable autorisation de Blueskin Films)

17En conclusion, l'authenticité au cinéma reste pour moi un idéal à atteindre, car il y a tant de paramètres en jeu dans la réalisation d'un film, sans compter le fait que le cinéma est aussi une industrie. Pour ceux qui souhaitent poursuivre cet idéal, certaines des idées évoquées dans ce texte méritent d’être résumées. La première est que le public s’attend à l'authenticité dans les films, même s'il s'agit d'œuvres de fiction. En effet, la plupart des films de fiction aspirent à représenter la réalité avec précision, et par conséquent, plus la représentation est authentique, plus le spectateur sera en mesure de laisser de côté son incrédulité et de se plonger totalement dans l'histoire qui se déroule devant lui à l'écran. Deuxièmement, jusqu’à ce qu’un nombre conséquent de films ait été consacré à une culture donnée, le ou les films existants sur cette culture continueront de porter le fardeau de la représentation, le grand public regardant ce film comme le moyen d’obtenir des informations et une représentation précise. Troisièmement, les représentations erronées d'une culture dans un film peuvent purement et simplement remplacer cette culture. Ces représentations erronées peuvent donc être dangereuses. Enfin, la dimension économique du cinéma complique les efforts de représentation authentique, en particulier lorsque le succès commercial constitue une préoccupation majeure. Cette question du box-office conduit souvent à négliger la spécificité culturelle (ou l'authenticité) afin de tenir compte de l'ignorance du public mondial quant aux cultures minoritaires, y compris celles des îles du Pacifique. Quand cela se produit, le film peut obtenir un succès commercial, mais cela se fait au détriment d’une représentation authentique.

Haut de page

Bibliographie

Hereniko Vilsoni, 1994. Representations of cultural identities, in K. R. Howe, R. C. Kiste and B. V. Lal (eds), Tides of History: the Pacific Islands in the Twentieth Century, Sydney, Allen & Unwin, p. 406.

Ihimaera-Smiler Witi Tame, 1987. The Whale Rider (Paï), Auckland, N.Z., Heinemann, traduit en français par Francine Tolron, Paris, Thélès, 2003.

Mead Margaret, 1928. Coming of Age in Samoa, New York, Morrow, 1928 (trad. française : Mœurs et sexualité en Océanie. Livre ii : Adolescence à Samoa, Paris, Plon, 1969).

Tamaira Mārata Ketekiri, Vilsoni Hereniko et al., 2018. Moana by Jared Bush (film review), The Contemporary Pacific 30 (1), pp. 216-224.

Filmographie [Tous les films cités sont des œuvres de fiction, sauf mention contraire]

Caro Niki, 2002. Whale Rider/Paï, New Zealand/Germany, 101 min (dvd, version française, Aventi Distribution, 2002, avec bonus de 18 min).

Clements Ron et John musker, 2016. Moana, film d’animation, usa, Walt Disney, 107 min.

Graham Chris, 2006. Samoan Wedding/Sione’s Wedding, New Zealand, 97 min.

Hereniko Vilsoni, 2004. Pear ta ma ’on maf : The Land Has Eyes, usa/Fiji, 87 min.

Mita Heperi/Hepi, 2018. How Mum Decolonised the Screen, Documentary film, New Zealand, 89 min.

Tamasese Tusi, 2011. The Orator /O le tulafale, New Zealand/Samoa, 110 min.

Tamasese Tusi, 2016. One Thousand Ropes, New Zealand, 98 min.

Waititi Taika, 2004. Two Cars, One Night, Short, New Zealand, 12 min.

Waititi Taika, 2012. Boy, New Zealand, 87 min.

Waititi Taika, 2014. What We Do in the Shadows, New Zealand/usa, 86 min.

Waititi Taika, 2016. Hunt for the Wilder People, New Zealand, 101 min.

Waititi Taika, 2017. Thor Ragnarok, usa, Marvel, 130 min.

Zemeckis Robert, 2000. Cast Away, usa, 143 min.

Zwick Joel, 2003. My Big Fat Greek Wedding, Canada/usa, 95 min.

Haut de page

Notes

1 Avant One Thousand Ropes, Tamasese a réalisé The Orator / O le tulafale (2011), film qui porte également la marque du regard singulier de cet auteur.

2 J'étais l'un des trois membres de ce jury : le président du jury était un professeur de l'Académie de Beijing et l'autre un cinéaste espagnol. Une douzaine de films d’Asie et du Pacifique étaient en compétition. Lorsque nous avons répertorié nos trois meilleurs films, One Thousand Ropes était le seul à figurer dans chacune de nos listes.

3 Je suis retourné voir le film plus tard, et suis demeuré cette fois jusqu’à la fin.

4 Un des problèmes d’une représentation inexacte est que le spectateur peut finir par croire un mensonge, à savoir que les noix de coco vertes tombent des cocotiers sans raison. Soulignons au passage que les cocotiers de la plage de Waikiki à Honolulu sont vierges de toute noix de coco, leurs noix ayant été enlevées pour qu’elles ne tombent pas sur la tête de touristes non-avertis. Il y a probablement des millions et des millions de touristes qui ont visité Waikiki et qui ne savent pas que ces cocotiers sont censés porter des noix de coco vertes. Dans ce cas, ils n’auraient pas appris ce mensonge du film Cast Away, mais de l’expérience de la vie réelle en tant que touriste lézardant sur la plage de Waikiki.

5 Je me suis trouvé impliqué car j’étais directeur de l’Oceania Center for Arts and Culture à l’Université du Pacifique Sud à Suva (Fidji), lorsque Clements et Musker sont arrivés pour entreprendre des recherches durant la phase de développement de leur film.

6 Le personnage de Maui et les cocotiers de Waikiki Beach ont beaucoup en commun : « Comme des eunuques, ils embellissent le front de mer de Waikiki Beach. Des cocotiers sans noix de coco. Symboles d’une identité perdue. Images exotiques d’arrière-plan pour touristes à demi-nus se prélassant sur la plage » (Hereniko, 1994).

7 Présentation publique de Ron Clements et John Musker au Doris Duke Theatre à Honolulu, le 3 avril 2019. Les réalisateurs ont précisé, lors de leur présentation, que la décision d'utiliser Maui était déjà prise lors de leur venue à Fidji en 2010. La décision de faire de Moana, âgée de 16 ans, l’autre protagoniste, a été prise plus tard, après leurs séjours dans le Pacifique Sud.

8 Maui provoque les rires avec son apparence changeante, son allure bouffonesque et son égo démesuré. Comme je m’y attendais, certains chercheurs océaniens ont critiqué Disney pour sa représentation de Maui, et je fus moi-même attaqué pour avoir fait partie de l’« Oceanic Story Trust ».

9 Voir le film récent How Mum Decolonized the Screen (2018), écrit et réalisé par Heperi Mita. Le film est consacré à Merata Mita, la première femme Maori à réaliser des films, qui fut également très investie dans la programmation de films et de réalisateurs indigènes au Sundance Film Festival.

10 Les films de Taika Waititi, tels que Boy (2012), Hunt for the Wilder People (2016) et la série tv What we do in the Shadows (2014) ont également connu un grand succès. Son film Thor Ragnarok (2017), réalisé pour la franchise Marvel, fut un blockbuster. L’humour dont fait preuve Waititi, alors même qu’il aborde des questions politiques, est l’une des raisons de son succès. Il insuffle même à Thor Ragnarok un humour et une esthétique polynésiens, faisant dire à certains insulaires du Pacifique que ce film Marvel peut être considéré comme un film autochtone ! L’importance du travail créatif de Waititi mériterait de lui consacrer un article entier, qui commencerait par la nomination aux oscars de son court métrage Two Cars, One Night (2004), qui le propulsa sous les feux de la rampe.

11 Lorsque mon propre long métrage Pear ta ma ’on maf : The Land Has Eyes fut projeté dans une salle de cinéma en Nouvelle-Zélande, Barclay s'est rendu à la projection, ainsi que Rawiri Paratene, le père de Paikea dans Whale Rider. Au cours de la discussion qui suivit la projection, je tins des propos flatteurs à propos de Whale Rider, et Barclay se leva et contredit mes propos. Barclay fit également entendre par voie de presse ses critiques à propos de Whale Rider, que je ne partage pour la plupart pas. Je pense que Whale Rider est l’un des rares exemples de fiction qui soit culturellement authentique (pour l’essentiel) et ait connu le succès au box-office (comm. pers.).

12 Après la sortie du film, Oscar Kightley fut invité à l’Université d’Hawai’i par le Center for Pacific Islands Studies (2007, cf. https://manoa.hawaii.edu/news/article.php?aId=1733) où il fut interrogé à propos de sa représentation des Samoans. J’étais présent à ce séminaire, ainsi que deux chercheuses samoanes bien connues.

13 Texte aussi célèbre que controversé, traduit en français sous le titre Adolescence à Samoa (Mead, 1969).

14 Bien que Kightley ait coécrit le scénario (avec James Griffen), c’est Chris Graham (un pakeha, ou Blanc néo-zélandais), qui a réalisé le film. Kightley déclara durant une projection publique à laquelle j’ai assisté que le réalisateur avait pris certaines libertés avec le scénario, ajoutant notamment une scène de séduction impliquant le personnage joué par l’ancienne « Miss Samoa ».

15 Il est possible que le distributeur américain ait songé que les spectateurs qui avaient apprécié des films à succès comme My Big Fat Greek Wedding de Joel Zwick (Mariage à la grecque, 2003) se presseraient pour voir Samoan Wedding.

16 La révolution numérique a permis de baisser le coût de réalisation d’un film, bien que cela reste hors de portée de la plupart des Océaniens.

17 Le principal producteur de ce film est mon épouse, Jeannette Paulson Hereniko. Fort heureusement, elle m'a accordé un contrôle total sur l'histoire du film. La productrice exécutive était Merata Mita, qui souhaita également que je raconte mon histoire comme je l’entendais, bien qu’elle ait tenu un rôle déterminant dans la recherche de financements pour la post-production du film. Il est rare que le réalisateur d’un film dispose d’une liberté totale de création sur son film.

18 Je pense qu’une dose d'humour dans ce film aurait rendu l’histoire plus accessible et plus séduisante pour les spectateurs étrangers. Les Samoans ont un registre comique particulier appelé fale aitu, qui se traduit par « la maison des esprits », et Tamasese aurait pu s'inspirer de cette tradition culturelle. Mais il ne l'a pas fait, produisant un drame poignant sans dimension comique.

19 Le succès critique ne s’accompagne pas nécessairement d’un succès commercial. En fait, l'inverse semble plus probable, à savoir que les films préoccupés par l'authenticité ont tendance à attirer moins de spectateurs. Mais comme ces films sont des « trésors culturels », ils méritent un financement de la part de leurs gouvernements et des pays d'origine des personnes dont la vie est dépeinte. Ainsi, Pear ta ma ’on maf : The Land Has Eyes a reçu un financement du gouvernement fidjien, ainsi que de la fondation Pacific Islanders in Communications à Hawai’i ; One Thousand Ropes a reçu un financement du gouvernement samoan, ainsi que de la New Zealand Film Commission. Ce type de soutien permet aux cinéastes de réaliser des films culturellement importants, qui peuvent ne pas plaire au grand public, qui tend à préférer les films divertissants à ceux qui mettent en valeur une culture ou la représentent avec authenticité.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. – Dwayne Johnson a été la voix de Maui dans le Moana de Disney
Crédits (© Avec l'aimable autorisation de Disney)
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/10607/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Photo 1. – Sapeta Taito as Viki dans Pear ta ma ’on maf : The Land Has Eyes (2004) de Vilsoni Hereniko
Crédits (© Avec l'aimable autorisation de Te Maka Productions)
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/10607/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Photo 2. Uelese Petaia as Maea dans One Thousand Ropes (2016) de Tusi Tamasese
Crédits (© Avec l'aimable autorisation de Blueskin Films)
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/10607/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 401k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vilsoni Hereniko, « L'authenticité au cinéma : notes des îles du Pacifique », Journal de la Société des Océanistes, 148 | 2019, 65-72.

Référence électronique

Vilsoni Hereniko, « L'authenticité au cinéma : notes des îles du Pacifique », Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 148 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 27 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/jso/10607 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jso.10607

Haut de page

Auteur

Vilsoni Hereniko

Dramaturge et réalisateur originaire des îles Fidji, et professeur à l’Université de Hawai’i at Manoa. vili@hawaii.edu

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Journal de la société des océanistes est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search