Navigation – Plan du site
Dossier Filmer (dans) le Pacifique

Quand Disney déchaîne les passions : retour sur la controverse autour de Moana

When Disney unleashes passions: a review of the Moana controversy
Mirose Paia et Marie Salaün
p. 85-96

Résumés

Cet article revient sur les principaux enjeux de la controverse qui a accompagné la sortie du film d’animation Moana, en proposant une chronique des diverses réactions auxquelles elle a donné lieu, et en évoquant les différents champs dans lesquels les positions contrastées des acteurs se sont exprimées. Si certains éléments de cette controverse, dont l’origine se situe clairement dans le Pacifique et à l’initiative d’insulaires de la région, ont été largement relayés par les médias français, nous évoquerons ici la situation particulière de la Polynésie française, qui a en effet connu deux versions de Moana : une en français (Vaiana) et une en tahitien (Moana), première adaptation dans une langue polynésienne soutenue par Disney. La virulence des débats constatée ailleurs dans le Pacifique n'y ayant pas trouvé d'écho, nous nous proposons de rendre compte de ce qui constitue en première lecture une exceptionnalité de la Polynésie française.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Quelques jalons pour en comprendre les enjeux
Du politiquement correct au politiquement incorrect
Une double accusation : accumulation de clichés et pillage culturel
La version française à Tahiti : quand l'accent pose problème
La version tahitienne : une histoire à écrire ensemble
Une version conforme aux attentes locales ?
Quelques critiques néanmoins
Conclusion

Aperçu du début du texte

La sortie du film d’animation Moana (Vaiana en français, pour un synopsis détaillé voir Lipset, ce volume) en novembre 2016 a été précédée, accompagnée et suivie d’une vaste controverse dont nous voulons ici rappeler les enjeux principaux. Cyril Lemieux, s’interrogeant sur la fonction de la controverse, nous signale que deux grandes options s’offrent au chercheur en sciences sociales qui se lance dans l’étude d’un disputing process (Lemieux, 2007). La première consiste à se servir de l’analyse du processus conflictuel comme un révélateur, au sens photographique, de rapports de force, de positions institutionnelles ou de réseaux sociaux qui, sans lui, resteraient plus difficiles à voir. Dans cette optique, la recherche pourra se consacrer à l’analyse des trajectoires des acteurs qui sont impliqués dans le débat et du type de ressources qu’ils ont mobilisées, afin de rendre explicables le cours pris par la controverse et la façon dont elle s’est terminée. Une seconde approche consiste...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mirose Paia et Marie Salaün, « Quand Disney déchaîne les passions : retour sur la controverse autour de Moana », Journal de la Société des Océanistes, 148 | 2019, 85-96.

Référence électronique

Mirose Paia et Marie Salaün, « Quand Disney déchaîne les passions : retour sur la controverse autour de Moana », Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 148 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/jso/10637 ; DOI : 10.4000/jso.10637

Haut de page

Auteurs

Mirose Paia

Université de la Polynésie française, eastco

Marie Salaün

Université Paris Descartes, canthel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page