Navigation – Plan du site
Actes et actualités

Cinéma des Océanistes et Conférences de la SdO

p. 190

Poursuite du cycle sur Aotearoa Nouvelle-Zélande.

13 février 2019 (17h-19h) : conférence

Lisa Renard (doctorante) : Mémoires et tissage chez les Māori de Nouvelle-Zélande Aotearoa: Quand les manteaux de prestige (kākahu) se font outils mnémoniques

L. Renard, doctorante en anthropologie sociale et culturelle (université de Strasbourg, umr 7367 Dynamiques Européennes), se propose de nous présenter comment un manteau de prestige māori (kākahu) se fait outil mnémonique chez les Māori de Nouvelle-Zélande Aotearoa. En effet, la technique minutieuse du tissage au doigt māori est essentiellement le fait de femmes. Celles-ci, à travers l'acte de tisser et le produit ainsi créé, « tissent » des relations tout en se pensant et en pensant « l'autre », notamment le ou la récipiendaire de la pièce textile. Ce faisant, elles se remémorent, se racontent, nouent et dénouent des histoires de relations simultanément aux mouvements de leurs doigts qui guident les fibres, les agencent, les enserrent, puis les resserrent et les détendent. Elles intègrent ainsi « intentionnellement » (Gell, 2009) leurs souvenirs et leurs histoires au sein de la trame des pièces textiles, et en particulier des manteaux de prestige (kākahu), faisant de ceux-ci des « agents secondaires » au sens d’Alfred Gell (2009). Les souvenirs rattachés à un manteau forment alors un complexe d'histoires qui fait partie intégrante du processus de création d’un manteau de prestige (kākahu) et constituent une part de sa « biographie » (Bonnot, 2002), mais aussi de son « efficacité » (Lemonnier, 2004).

13 mars 2019 (17h-19h) : conférence

Catherine Pellini (docteure en anthropologie, credo-amu) : Affirmer son mana grâce à sa pratique artistique : l’art contemporain des femmes māori

Puisqu’elles intègrent des éléments issus de l’art contemporain occidental, de nombreuses créations contemporaines māori semblent a priori très différentes des productions datant de l’époque précoloniale. Pour autant, elles ne reflètent pas le succès de politiques d’acculturation ou d’assimilation mises en place en Nouvelle-Zélande après la colonisation britannique du xixe siècle. Au contraire, ces œuvres sont souvent utilisées par leurs auteurs pour exprimer des revendications culturelles, politiques et/ou identitaires de manière plus ou moins explicite. Dans le cas des femmes artistes māori, vient s’ajouter une volonté de présenter des images de femmes ayant un rôle important à jouer au sein de la société néo-zélandaise. Dans cette communication, nous verrons ainsi qu’elles utilisent l’art comme un moyen de contestation et de promotion d’un changement social visant à la décolonisation et à la reconnaissance du mana wahine (pouvoir, prestige féminin).

15 mai 2019 (17h-19h) : cinéma

Himiona Grace (réalisateur) et Nelly Gillet (traductrice) : Pā Boys/the Pā Boys

Quand les Pā Boys, groupe de reggae Māori, partent en tournée sur les routes de Nouvelle-Zélande, ils entraînent le spectateur dans un tourbillon musical. Road-movie émouvant et jubilatoire, Pā Boys propose un univers parfois déroutant, voire volontairement mystérieux, où se mêlent vie physique et spirituelle, amour, mort, filiation et généalogie.

Les deux héros, Danny (Fran Kora) et Tau (Matariki Whatarau), devront chacun comprendre ou accepter la malédiction qui plane sur eux. À la fois quête identitaire, histoire d’amour, légende Māori et récit humaniste profondément contemporain, Pā Boys construit des ponts entre le passé, le présent et l’avenir, et sa bande-originale nous accompagne longtemps après la dernière image.

En présence de Himiona Grace, réalisateur et de Nelly Gillet, traductrice.

Appel pour les Conférences et le Cinéma de la SdO (2019-2020) : cycle Polynésie française

La Société des Océanistes au musée du quai Branly-Jacques Chirac poursuit en 2019-2020 un programme de films et de rencontres consacrés au monde océanien. Après le succès du cycle sur la Nouvelle-Zélande-Aotearoa, la Polynésie française sera mise à l’honneur.

Dédiées à la diffusion des connaissances sur le Pacifique, ces séances peuvent aborder les thèmes les plus divers (littérature, anthropologie, sciences du vivant, arts, histoire, questions de société). Elles peuvent prendre la forme d'une projection de films ou de présentations s'appuyant sur des supports audiovisuels divers. Chaque séance est suivie d’échanges et de discussions entre le public, le réalisateur, intervenant ou discutant invité. 

Ce programme se déroule le jeudi soir, une fois par mois ou tous les deux mois, dans la salle de cinéma du musée du quai Branly-Jacques Chirac, de 18h à 20h.

Si vous souhaitez présenter un film et/ou conférence, merci de nous envoyer une proposition comprenant vos noms et adresse email, le titre et le résumé du film ou de votre présentation aux adresses suivantes : cineconf.sdo@gmail.com et sdo@quaibranly.fr.