Navigation – Plan du site

Appel à contributions pour le Journal de la Société des Océanistes 152 (2021-1) sur Les collections océaniennes en France

En décembre 1945, la société des Océanistes publiait son premier tome du Journal de la société des Océanistes. Au sommaire, figurait un article de Marie-Charlotte Laroche – alors attachée au Muséum au département Océanie et une des fondatrices de la Société des Océanistes – intitulé : « Pour un inventaire des collections océaniennes en France ».

Par la suite, plus d’une trentaine d’articles furent publiés qui traitaient des objets océaniens, qu’il s’agisse de ceux conservés au musée de l’Homme (au travers des textes de Françoise Girard par exemple), dans les musées de région, ou encore d’approches spécifiques comme dans les numéros plus récents, tels La part d’immatériel dans la culture matérielle en 2013 (jso 136-137) ou le dossier Le Sepik : société et production matérielle en 2018 (jso 146). Notons également les nombreux comptes rendus de catalogues d’exposition dont le Journal de la société des Océanistes se fait régulièrement l’écho.

Le Journal de la société des Océanistes a ainsi, dès ses débuts, donné à comprendre les différentes approches, méthodologiques et thématiques, développées en France sur les collections et objets océaniens depuis le milieu du 20e siècle.

Après ce travail initial de Marie-Charlotte Laroche, chercheurs et conservateurs multiplièrent les inventaires et les récolements. Citons notamment les travaux fondateurs d’Anne Lavondès, ethnologue à l’orstom et ancienne conservatrice du Musée de Tahiti et des îles, ceux de Sylviane Jacquemin, du Musée national des Arts d’Afrique et d’Océanie, et de Roger Boulay en lien avec l’Agence de développement de la culture kanak (adck) et le centre culturel Tjibaou à Nouméa ; la publication électronique de Kimuntu, comme l’Annuaire des collections publiques françaises d’objets océaniens sont les prolongements récents des premiers recensements des institutions conservant des collections océaniennes en France.

Un certain nombre de musées menèrent par ailleurs des travaux d’inventaire et de récolement : les musées du Nord (http://www.musenor.com/vt/oceanie/index.htm), de Chartres pour le Fonds Bouge, les muséums d’histoire naturelle de La Rochelle, de Toulouse, les musées de l’Ouest (Angoulême, Nantes, Rochefort, Rennes…).

Lancée dans les années 1980 par Jean-Marie Tjibaou, l’idée d’un recensement du patrimoine matériel kanak dispersé dans les musées du monde et des musées français en particulier, prit une forme décisive entre 2011 et 2015, avec l’Inventaire de patrimoine kanak dispersé (ipkd). Cet inventaire raisonné d’un patrimoine insulaire, intégralement financé par le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, fait figure d’initiative pionnière.

À la faveur de cet approfondissement progressif des connaissances sur les collections et de leur valorisation par l'ouverture ou la rénovation d'institutions muséales en France (Musée Hèbre de Saint-Clément à Rochefort et Musée du quai Branly-Jacques Chirac en 2006, Muséum d'histoire naturelle de la Rochelle en 2007 et Musée des Confluences de Lyon en 2014, par exemple), des expositions régulières, consacrées aux objets océaniens, se sont multipliées dans le dernier quart du xxe siècle, accompagnées de publications de référence.

Ces études, diffusions et valorisations des collections océaniennes ont soulevé de nouvelles questions sur les valeurs accordées à ces objets et sur les modes de discours à porter sur ceux-ci. Elles se sont également attachées à considérer la biographie profonde des objets, depuis leur collecte, leur acquisition par des érudits/collectionneurs locaux jusqu'à leur intégration au sein des contextes spécifiques des musées territoriaux et des muséums et leur présence actuelle en France, exposée ou non.

Qu’en est-il donc aujourd’hui, 75 ans après le souhait d’un travail « plus suivi, plus coordonné, plus largement coopératif » émis par Marie-Charlotte Laroche dans son texte fondateur ?

Dans cette perspective, le Journal de la société des Océanistes souhaite publier en 2021 un dossier dédié à la connaissance et reconnaissance des collections océaniennes conservées en France.

Thèmes proposés

Les thèmes proposés peuvent s’entendre en termes de bilan comme de perspectives. Parmi les thèmes attendus, citons :

- Musées et collections : histoire locale et globale, documentation, étude…

- Objets océaniens : cas d’étude, matérialité, biographies et transformations des valeurs

- Muséologie des collections océaniennes : histoire, changements de paradigmes…

- Relations entre musées en France et en Océanie : collaborations/partenariats, dépôts, retours, rapatriements ou restitutions d’œuvres…

- Reconnexions : collaborations avec artistes et communautés du Pacifique, (ré)appropriations et (ré)inventions contemporaines

- Documentations : donateurs, archives, photographies, bases de données..., quel(s) outil(s) documentaires construire autour des objet(s).

Contacts

Pour plus de détails concernant cet appel, veuillez contacter les éditeurs scientifiques de ce dossier :

- Hélène Guiot, helenguiot@gmail.com

- Emmanuel Kasarhérou, emmanuel.kasarherou@quaibranly.fr

- Magali Mélandri, mmelandri@hauts-de-seine.fr

Calendrier et processus de soumission

- 1er février 2020 : envoi des déclarations d’intention, incluant un titre et un résumé (1 000 signes espaces compris maximum), par les auteurs aux éditeurs scientifiques (voir ci-dessus) et à la rédaction du jso (Raphaelle.CHOSSENOT@cnrs.fr et isabelle.leblic@cnrs.fr).

- Entre février et le 1er juin 2020 : envoi des textes complets (60 000 signes espaces compris maximum) par les auteurs aux éditeurs scientifiques (voir ci-dessus) et à la rédaction du jso.

Les instructions aux auteurs sont disponibles sur le site du jso : https://journals.openedition.org/jso/10756.

- De juin à juillet 2020 : lecture des textes par les éditeurs scientifiques et demandes de modifications si nécessaire.

- D'août à octobre 2020 : envoi des textes en lecture par la rédaction du jso pour avis extérieurs et aux membres du comité de rédaction.

- De septembre à décembre 2020 : envoi des avis et demandes de corrections aux auteurs par la rédaction du jso.

- De janvier-février à fin mars 2021 : réception de la version définitive des textes acceptés pour commencer le processus d’édition par la rédaction du jso.

- Envoi des épreuves entre mars et fin avril. La rédaction n'acceptera aucune correction ni insertion d'illustration dans la maquette réalisée à partir du 1er avril.

Mise sous presse au 15 mai 2021 pour une parution au 15 juin 2021 (exposition Australie au mqb).

—, 1990-91. Les collections océaniennes du musée de Boulogne‐sur‐Mer, Journal de la Société des Océanistes 90, pp. 29‐34 (DOI : https://doi.org/10.3406/jso.1990.2864).

Girard Françoise, 1945. Récentes acquisitions du musée de l’Homme, Journal de la Société des Océanistes i, pp. 125-128 DOI : https://doi.org/10.3406/jso.1945.1500).

—, 1990-1991. Origine des collections océaniennes dans les musées parisiens : le musée du Louvre, Journal de la Société des Océanistes 90, pp. 47-52 (DOI : https://doi.org/10.3406/jso.1990.2868).

Laroche Marie-Charlotte, 1945. Pour un inventaire des collections océaniennes en France, Journal de la Société des Océanistes 1, pp. 51-57 (DOI : https://doi.org/10.3406/jso.1995.3204).

Bibliographie

Sélection bibliographique

Boulay Roger, 2015. Les collections extra-européennes : 25 ans après, La Lettre de l’ocim 158, pp. 31-34.

—, 1990. Actualités d’un débat qui s’éternise : que faire des collections d’objets exotiques, La Lettre de l’ocim 9, pp. 18-22.

Carreau Lucie, Alison Clark, Alana Jelinek, Erna Lilje & Nicholas Thomas, 2018. Pacific Presences: Oceanic Art and European Museums, 2 vol., Leiden, Sidestone press.

Coiffier Christian (éd.) 2001. Le voyage de la Korrigane dans les Mers du Sud, Paris, Hazan.

Collectif, 1997. La découverte du paradis Océanie : Curieux, navigateurs et savants, Association des conservateurs des musées du Nord-Pas-de-Calais, Somogy Éditions d’Art.

—, 1952, Les riches collections néo-calédoniennes du musée de l'Homme, Journal de la Société des Océanistes ix, pp. 302-306.

Guiot Hélène et Claude Stefani, 2002. Les Objets océaniens, série polynésienne, vol. 1, Chartres, musée des Beaux-Arts.

Jacquemin Sylviane, 1998. L’exploration des collections d’objets d’Océanie, La Lettre de l’ocim, 60, pp. 23-27.

Kaufmann Christian, Philippe Peltier et Markus Schindlbeck (éds), 2018, Journal de la Société des Océanistes 146 : Le Sepik : société et production matérielle (https://journals.openedition.org/jso/7928 - DOI : 10.4000/jso.7928).

Lavondes Anne, 1990. Vitrine des objets océaniens : inventaire des collections du Muséum de Grenoble, Grenoble, Muséum d’histoire naturelle.

Leblic Isabelle (éd.), 2013. Journal de la Société des Océanistes 136-137 : La part "d'immatériel" dans la culture "matérielle" (https://journals.openedition.org/jso/6837 - DOI : 10.4000/jso.6837).

Merlin-Anglade Véronique, 1998. Aquitaine-Océanie, Terres d'échanges, Bordeaux, Association des conservateurs des collections publiques de la région Aquitaine.

Thomas Nicholas , Julie Adams, Billie Lythberg, Maia Nuku & Amiria Salmond, 2016. Artefacts of encounter: Cook's voyages, colonial collecting and museum histories, University of Hawai’i Press.

Haut de page