Navigation – Plan du site

Appel à contributions pour un dossier thématique du Journal de la Société des Océanistes 153 (2021-2) sur Apprentissage, (re)construction et (re)valorisation des savoirs en Océanie

Cet appel à contribution du Journal de la Société des Océanistes invite à explorer les modalités et les enjeux liés aux processus contemporains d'apprentissage, de construction ou de reconstruction des savoirs autochtones liés à l’environnement en Océanie, tels qu’ils se déploient dans des contextes aussi variés que les processus de patrimonialisation, les pratiques de valorisation touristique, ou les programmes de développement et de gestion environnementalistes (souvent développés dans une perspective d’adaptation au changement climatique) qui cristallisent une grande partie des enjeux et des défis auxquels sont confrontés les Aborigènes et les insulaires du Pacifique aujourd’hui.

Les matériaux ethnographiques recueillis en Océanie ont et continuent de démontrer la diversité et la vitalité des savoirs développés par les populations océaniennes de manière à entretenir et à reproduire les relations qu’ils entretiennent avec la terre et la mer. Depuis la parution des numéros thématiques sur La pêche traditionnelle en Océanie en 1981 (jso 72-73) et Les plantations dans le Pacifique Sud en 1986 (jso 82-83), jusqu’au dossier sur L’environnement dans le Pacifique Sud en 2008 (jso 126-127), le Journal de la Société des Océanistes a toujours accordé une place importante à la question des relations entre l’homme et son environnement. Le numéro en hommage à Jacques Barrau en 2002 (jso 114-115), ou celui consacré à L’ethnoécologie en Océanie en 2005 (jso 120-121), témoignent également de cet intérêt. Ces dossiers proposent des contributions mettant en avant les savoirs, les techniques et les savoir-faire à partir desquels les hommes « appréhendent leurs environnements, pour les exploiter, les dégrader, les agrader ou en organiser l’amélioration ou le sauvetage » (Trichet et Leblic, 2008 : 8).

Depuis quelques années, ces savoirs – ou tek (pour « Traditional Ecological Knowledge » en anglais) – attirent également l’intérêt de la communauté scientifique internationale concernée par la question du changement climatique (Leonard et al., 2012), à laquelle le Journal de la Sociétés des Océanistes consacre un numéro spécial en cours de préparation (jso 149), la protection de la biodiversité et la gestion des ressources naturelles (cf. Prober et al., 2011 ; Woodward et al., 2012). Ces « nouveaux » enjeux, qui représentent des défis majeurs pour les populations océaniennes, sont aussi au cœur des problématiques abordées, de plus en plus conjointement, par les chercheurs et les acteurs de la gestion environnementale. Dans ce contexte, la mise en place de programmes collaboratifs de recherche, de développement et de gestion intégrée des ressources et des écosystèmes s’appuyant sur la valorisation des savoirs et des pratiques environnementalistes autochtones et/ou la diffusion de « recommandations de bonnes pratiques » à l’intention de ces mêmes populations autochtones est largement encouragée. Les « savoirs écologiques traditionnels » sont de plus en plus souvent l’objet, dans le même temps, de formes de (re)valorisation liées à des projets de patrimonialisation ou de développement touristique (cf. Wright et al., 2009 ; Travési, 2017, 2018).

L’objectif de ce numéro thématique est de rassembler des contributions interrogeant les phénomènes de (ré)appropriation, de (re)construction et de revitalisation de savoirs existants, mais aussi les processus d’émergence de nouveaux savoirs ou de nouvelles formes de mobilisation de ces savoirs, les stratégies d’adaptation, la construction de récits et de contre-récits, ainsi que les implications de ces phénomènes sur les processus d’apprentissage, les modalités de construction et de transmission des savoirs qui peuvent émerger dans ces différents contextes. Que se passe-t-il, du point des savoirs et des techniques qui permettent habituellement aux populations océaniennes d’interagir avec leur environnement, lorsque ces populations, confrontées à la circulation de discours et de pratiques liés au changement climatique, à la mise en place de programmes de développement ou de protection de la biodiversité, cherchent à concilier économie maîtrisée et « développement durable », programmes de valorisation, de sauvegarde et de revitalisation de leurs pratiques ? Comment ces savoirs et ces techniques, comme les conceptions locales de la connaissance, s’articulent-ils avec des pratiques, des discours et des représentations « importées » et souvent multi-référentielles ? On accordera une attention particulière aux phénomènes de (re)catégorisation, aux changements de significations, au redéploiement et à la redéfinition des savoirs, ainsi qu’à la manière dont ces processus de (re)valorisation peuvent aussi être mobilisés pour renégocier des relations, déconstruire des discours et produire des contre-discours, ou faire émerger de nouvelles formes d’action et de pensée individuelles ou collectives. Les contributions s’appuyant sur les apports de l’ethnoécologie, des ethnosciences, et les approches qui s'intéressent au rôle des émotions et des apprentissages sensoriels ou au point de vue des techniques et de la culture matérielle sont fortement encouragées. Une attention particulière sera également accordée aux contributions d’équipes pluridisciplinaires provenant de la recherche-action avec un point de vue réflexif sur leurs propres pratiques ainsi qu'aux contributions écrites à plusieurs mains intégrant une réflexion sur la co-production de la connaissance scientifique.

Thèmes proposés

Les contributions attendues pourront aborder les thèmes suivants :

- Les effets du développement touristique et des pratiques patrimoniales sur l’évolution des savoirs, les modalités de leur apprentissage et de leur transmission, leurs significations et leurs usages.

- Les processus d’émergence, d’articulation ou d’adoption de nouveaux savoirs issus de la rencontre entre pratiques allochtones de gestion ou de protection de la biodiversité et les savoirs locaux.

- Les logiques de (ré)appropriation, de (re)construction, de revitalisation, les réinventions.

- L’élaboration de tactiques, de stratégies, et les usages subversifs et/ou politiques des savoirs.

Contacts

Pour plus de détails concernant cet appel, veuillez contacter l’éditrice scientifique de ce dossier :

Céline Travési, celine.travesi@univ-amu.fr

Ainsi que la rédaction :

- Isabelle Leblic, isabelle.leblic@cnrs.fr

- Raphaëlle Chossenot, Raphaelle.CHOSSENOT@cnrs.fr

Calendrier et processus de soumission

- 1er mai 2020 : envoi des déclarations d’intention, incluant un titre et un résumé (1 000 signes espaces compris maximum), par les auteurs à l’éditrice scientifique (voir ci-dessus) et à la rédaction du jso (Raphaelle.CHOSSENOT@cnrs.fr et isabelle.leblic@cnrs.fr).

- 1er septembre 2020 : envoi des textes complets (60 000 signes espaces compris maximum) par les auteurs à l’éditrice scientifique (voir ci-dessus) et à la rédaction du jso.

Les instructions aux auteurs sont disponibles sur le site du jso : https://journals.openedition.org/jso/10756.

- Septembre-novembre 2020 : lecture des textes par l’éditrice scientifique et demandes de modifications si nécessaire.

- 1er décembre 2020 : envoi des textes en lecture par la rédaction du jso pour avis extérieurs et aux membres du comité de rédaction.

- 1er mai 2021 : envoi des avis et demandes de corrections aux auteurs par la rédaction du jso.

- 1er septembre 2021 : réception de la version définitive des textes acceptés pour commencer le processus d’édition par la rédaction du jso.

- Envoi des épreuves entre septembre et mi-novembre. La rédaction n'acceptera aucune correction ni insertion d'illustration dans la maquette réalisée à partir du 1er novembre.

- Mise sous presse

Sélection bibliographique

Faurie Mathias, 2011. Impacts et limites de la patrimonialisation à Ouvéa (Nouvelle-Calédonie), Journal de la Société des Océanistes 132, pp. 109-122 (http://journals.openedition.org/jso/6293 ; DOI : 10.4000/jso.6293).

Leblic Isabelle, 2008. Vivre de la mer, vivre avec la terre… Savoirs et techniques des pêcheurs kanak du Sud de la Nouvelle-Calédonie, Paris, Société des Océanistes, coll. Travaux et documents océanistes 1 (https://books.openedition.org/sdo/599?lang=fr).

Leonard Sonia, Meg Parsons, Knut Olawsky et Frances Kofod, 2013. The role of culture and traditional knowledge in climate change adaptation: Insights from East Kimberley, Australia, Global Environmental Change 23, pp. 623-632.

Nolet Émilie, 2018. L’homme et la mer aux Yasawa (îles Fidji). Pêche, resorts et conservation de la nature dans un paradis touristique, Revue d’ethnoécologie 14, pp. 1-33.

Prober Suzanne M., Michael H. O’Connor et Fiona J. Walsh, 2011. Potential basis for shared understanding in environmental management, Ecology and Society [online] 16, 16 p. (ecologyandsociety.org/vol16/iss2/art12/ES-2011-4023.pdf).

Travesi Céline, 2018. Knowing and being known. Indigenous and non-Indigenous Australians’ politics of knowledge, Anthropological Forum 28 (3), pp. 275-292.

—, 2017. The politics of knowledge as a tourist attraction, Annals of tourism research 66, pp. 130-139.

Trichet Jean et Isabelle Leblic, 2008. L’environnement dans le Pacifique Sud. Présentation, Journal de la Société des Océanistes 126-127, pp. 5-10 (http://journals.openedition.org/jso/4892).

Woodward, Emma, Sue Jackson, Marcus Finn et Patricia Marrfurra McTaggart, 2012. Utilising Indigenous seasonal knowledge to understand aquatic resource use and inform water resource management in northern Australia, Ecological Management and Restoration 13 (1), pp. 58-64.

Wright Sarah, Sandie Suchet-Pearson, Kate Lloyd, Lak Lak Burarrwanga et Djawa Burarrwanga, 2009. That means the fish are fat’: sharing experiences of animals through Indigenous-owned tourism, Current Issues in Tourism 12 (5-6), pp. 505-527.