Navigation – Plan du site

Appel à contribution pour un dossier thématique du Journal de la Société des Océanistes 154 (2022-1) sur Jean Guiart : L’ethnographie comme marathon d’une vie

Lamont LINDSTROM et Marc TABANI éds

Jean Guiart (1925-2019) est né à Lyon dans une famille protestante et trilingue (parlant français, anglais et allemand). De 1947 à 1956, il mena ses recherches de terrain sur les sociétés du Pacifique, en Nouvelle-Calédonie et à Vanuatu, en étant rattaché à l’Institut franc(2022ais d’Océanie de l’ORSTOM à Nouméa. Diplômé de l’École nationale des langues orientales vivantes en 1947, section langues océaniennes, de l’Office de recherche scientifique coloniale en 1948, mention ethnologie, puis de l’École pratique des hautes études 5e section en 1956, il devint chargé d’études dans cette dernière de 1957 à 1973, en charge des religions océaniennes. Docteur ès-lettres en 1963 pour avoir soutenu une thèse intitulée « La structure de la chefferie en Mélanésie », il occupa par la suite des postes de professeur à la Sorbonne, au Museum national d’histoire naturelle et au musée de l’Homme, où il fut également le directeur du laboratoire d’ethnologie. À sa retraite, il s’installa à Nouméa, puis à Papeete, où il fonda respectivement les éditions du Rocher-à-la-Voile et les éditions Te Pito o te henua, au moyen desquelles il poursuivit la publication de ses travaux et de ceux de certains de ses collègues localement.

Ses recherches en Nouvelle-Calédonie lui ont permis de compiler une somme de connaissances sur les sociétés kanak, en particulier sur leurs mythologies et leur culture matérielle. À Vanuatu, les enquêtes ethnographiques de Guiart ont été menées à Ambrym, Malekula, Esperitu Santo et Efate, dans les îles Shepeherd ; à Tanna, à la demande du commissaire-résident français, ses investigations (1951-1952) portèrent sur le mouvement John Frum. Selon Patrick O’Reilly :

« [Guiart] a orienté ses recherches de telle manière qu’elles ne restent pas de pures spéculations, mais peuvent aider la tâche de l’administration, en lui apportant avec des données précises sur les affaires locales et les besoins des indigènes, une meilleure compréhension de leurs intérêts et de leur mentalité. » (1957 : 88)

Enquêteur « méthodique » sur le terrain, Guiart établit des « inventaires sociologiques » qu’il remplissait au cours de visites dans chacun des villages d’une région ou d’une île, pour y recenser et documenter « dans un certain détail » les généalogies, le statut des chefs, la tenure foncière et d’autres points encore. En plus de ses travaux sur les mouvements sociaux mélanésiens, les systèmes politiques, les traditions orales et l’histoire coloniale, il consacra également une large part de ses publications aux arts de l’Océanie. Il collabora avec l’archéologue José Garanger, dont les fouilles furent guidées par le contenu de traditions orales de l’île d’Efate et des îles Sheperd recueillies par Guiart. Dans les dernières années, il s’est attelé à l’écriture d’une série d’ouvrages en mémoire des cultures du Pacifique, non dépourvus de commentaires et de critiques souvent acerbes envers les spécialistes qui les ont étudiés.

La tâche revient au jso, suite à la disparition de Jean Guiart, de publier à son tour un inventaire critique des recherches et travaux de celui qui, en alternance, fut vice-président et président de la Société des océanistes de 1958 à 1997. Cet appel à publication cible des articles permettant d’évaluer, voire critiquer, la contribution de Guiart à l’ethnographie française et aux études sur le Pacifique ; ses méthodes ethnographiques ; ses positions politiques ; les enjeux scientifiques contemporains que soulèvent les nombreux matériaux qu’il nous a légués sur les sociétés du Pacifique et leurs cultures ; son héritage intellectuel et ses influences pour l’anthropologie du Pacifique.

Quelques directions thématiques

1.  Les contributions ethnographiques de Guiart à l’étude des sociétés du Pacifique et à leurs cultures et sa place dans l’histoire de l’anthropologie océaniste française.

2.  La formation professionnelle de Guiart, notamment son apprentissage auprès du missionnaire-anthropologue Maurice Leenhardt.

3.  Ses méthodes de collecte de données ethnographiques.

4.  Sa contribution à l’analyse et à la promotion des arts et traditions du Pacifique.

5.  Ses collectes d’objets et sa carrière muséologique.

6.  Les positions et choix politiques de Guiart.

7.  les enjeux scientifiques contemporains que soulèvent les nombreux matériaux qu’il nous a légués sur les sociétés du Pacifique et leurs cultures 

8.  Son héritage intellectuel et ses influences pour l’anthropologie du Pacifique ?

Contacts

Pour plus de détails concernant cet appel, veuillez contacter les éditeurs scientifiques de ce dossier :

- Lamont Lindstrom (University of Tulsa) : lamont-lindstrom@utulsa.edu

- Marc Tabani (Centre de Recherche et de Documentation sur l’Océanie) : marc.tabani@pacific-credo.fr

Ainsi que la rédaction :

- Isabelle Leblic, isabelle.leblic@cnrs.fr

- Raphaëlle Chossenot, Raphaelle.CHOSSENOT@cnrs.fr

Calendrier et processus de soumission

- 1er octobre 2020 : envoi des déclarations d’intention, incluant un titre et un résumé (1 000 signes espaces compris maximum), par les auteurs aux éditeurs scientifiques (voir ci-dessus) et à la rédaction du jso (Raphaelle.CHOSSENOT@cnrs.fr et isabelle.leblic@cnrs.fr).

- 1er janvier 2021 : envoi des textes complets (60 000 signes espaces compris maximum) par les auteurs aux éditeurs scientifiques (voir ci-dessus) et à la rédaction du jso.

Les instructions aux auteurs sont disponibles sur le site du jso  https://journals.openedition.org/jso/10756.

- Janvier-mars 2021 : lecture des textes par aux éditeurs scientifiques et demandes de modifications si nécessaire.

- 1er avril 2021 : envoi des textes en lecture par la rédaction du jso pour avis extérieurs et aux membres du comité de rédaction.

- 1er septembre 2021 : envoi des avis et demandes de corrections aux auteurs par la rédaction du jso.

- 1er janvier 2022 : réception de la version définitive des textes acceptés pour validation finale par le comité de réaction et pour commencer le processus d’édition par la rédaction du jso.

- Envoi des épreuves entre mars et mi-avril. La rédaction n'acceptera aucune correction ni insertion d'illustration dans la maquette réalisée à partir du 1er avril.

- Mise sous presse fin mai 2022.

Bibliographie

Orientations bibliographiques

Adams Ron, 1987. Homo anthropologicus and man/​Tanna: Jean Guiart and the anthropological attempt to understand the Tannese, Journal of Pacific History 22 (1), pp. 3-14.

Bonneuil Christophe, 1991. Des savants pour l'empire : la structuration des recherches scientifiques coloniales au temps de « la mise en valeur des colonies françaises » 1917-1945, Paris, orstom.

Coiffier Christian et Michel Panoff, 1995. Quelques aspects de l'histoire de la Société des Océanistes : un entretien avec M.-C.Laroche, Journal de la Société des océanistes 100-101, pp. 41-55.

O’Reilly Patrick, 1957. Hébridais. Répertoire bio-blibliographique des Nouvelles-Hébrides, Paris, Société des Océanistes, Publications de la SdO.

Pillon Patrick, 1993. Kouaoua et la méthode de Jean Guiart en anthropologie, Journal de la Société des océanistes 96, pp. 83-89.

Trépied Benoît & Éric Wittersheim, 2019. Une anthropologie au service de la réforme coloniale. Jean Guiart et l’Union française dans le Pacifique (1947-1957), in Christine Laurière & André Mary (éds), Ethnologues en situations coloniales, Les Carnets de Bérose 11, Paris, Bérose - Encyclopédie internationale des histoires de l’anthropologie, pp. 259-289.

Haut de page