Navigation – Plan du site
Articles

“Certain Malays and South Sea Islanders”: Non-European foreigners in early colonial British New Guinea

« Certain Malays and South Sea Islanders » : Les étrangers non européens au début de la période coloniale en Nouvelle-Guinée britannique
Michael Goddard
p. 63-74

Résumés

Les étrangers non européens ont joué un rôle essentiel dans la rencontre de la fin du xixe siècle entre les colonisateurs européens et les indigènes dans la partie sud de ce qui est aujourd'hui la Papouasie Nouvelle-Guinée (png). Ils ont d'abord été rendus anonymes par des termes descriptifs collectifs comme « Malays » et « South Sea Islanders », mais la poignée d'administrateurs coloniaux des années 1880 s'est rapidement appuyée de manière significative sur le service et les connaissances locales de ces soi-disant « indigènes étrangers », dont beaucoup avaient épousé des villageois indigènes. Si leur travail a été apprécié par la première administration coloniale, à la fin de la période coloniale, leurs contributions ont été pratiquement oubliées dans les récits historiques conventionnels et dichotomiques relatifs aux interactions entre les étrangers et les indigènes britanniques ou australiens. Cet article revient sur les activités de ceux que l'on appelle les « Malays and South Sea Islanders », afin de leur rendre leur importance historique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

“Alien natives” in a British Protectorate
Colonial identities
Land and business
Amnesia, genealogy
Conclusion

Aperçu du début du texte

Historical accounts of the European settlement of the south coast of what is now Papua New Guinea (png) mostly dichotomize the colonial-era population into Europeans and natives, and discuss one or the other of these designated groups, or the interactions between them (e.g. Inglis, 1974; Jinks et al., 1973; Legge, 1972; Nelson, 1976; Whittaker et al., 1975). Barely mentioned in this characterization are the early non-European settlers referred to as “Malays and South Sea Islanders", or “alien natives” in 19th-century colonial documents (e.g. bngar, 1886: 16, 21). In his definitive colonial history of Port Moresby, Nigel Oram wrote of the early-20th-century status of these immigrants:

“Europeans [...] treated them as inferiors. They did not form a corporate social group because they were few in number, differed in racial origin and did not live in the same residential area. They had virtually no political influence and made little impact on the social life of the other racial groups.”...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Goddard, « “Certain Malays and South Sea Islanders”: Non-European foreigners in early colonial British New Guinea », Journal de la Société des Océanistes, 150 | 2020, 63-74.

Référence électronique

Michael Goddard, « “Certain Malays and South Sea Islanders”: Non-European foreigners in early colonial British New Guinea », Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 150 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2022, consulté le 15 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/jso/11372 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jso.11372

Haut de page

Auteur

Michael Goddard

Macquarie University (Australia), michael.goddard@mq.edu.au

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page