Navigation – Plan du site

AccueilNuméros150ArticlesAnalyse archéologique des anciens...

Articles

Analyse archéologique des anciens terroirs kanak de Deva (Bourail, Nouvelle-Calédonie) par LiDAR

Archaeological study of former Kanak cultural landscapes on the Deva Domain (Bourail, New Caledonia) through lidar
Christophe Sand et Fabien Juffroy
p. 5-16

Résumés

L’application d’une nouvelle technique de levé du relief topographique appelée lidar (détection et estimation de la distance par laser), qui permet de pénétrer sous le couvert végétal, offre de grands potentiels d’identification de sites archéologiques pour les îles du Pacifique. Cet article présente une étude pilote utilisant la méthode lidar sur l’archipel calédonien, en analysant les données d’un levé réalisé sur le domaine de Deva (centre-ouest de la Grande Terre) dans une démarche archéologique. Ces données permettent d’identifier un nombre significatif de traces au sol, composées principalement de billons horticoles surélevés pour des cultures sèches et de tertres de cases, tous datables de la période de « l’ensemble culturel traditionnel kanak ». Les caractéristiques des vestiges identifiés ainsi que leur répartition spatiale démontrent les apports potentiels de la technique du lidar à l’étude des anciens terroirs Kanak sur la Grande Terre mais soulignent également un certain nombre de limites, rappelant l’importance de disposer de levés de haute précision et la nécessité de confirmer, par la prospection pédestre, les structures identifiées sur images.

Haut de page

Texte intégral

L’étude archéologique sur le levé lidar de Deva a été réalisée par C. Sand dans le cadre des programmes 2017-2018 de l’Institut d’archéologie de la Nouvelle-Calédonie et du Pacifique (iancp). Ce travail a été réalisé grâce au soutien du service de la Géomatique et de la Télédétection (sgt) de la direction des Technologies et des services de l'Information (dtsi) de la Nouvelle-Calédonie, avec l’accord de la province Sud pour permettre l’exploitation scientifique des données lidar de Deva. Toute erreur d’interprétation reste de la responsabilité des auteurs.

1L’archéologie s’est nourrie, depuis sa création en tant que discipline scientifique au xixe siècle, des avancées technologiques développées pour d’autres domaines scientifiques, pour progressivement diversifier et approfondir les connaissances sur le passé. Un des tournants majeurs de la discipline a ainsi été, à la fin des années 1940, la découverte de la technique de datation au carbone 14 (Libby et al., 1949), qui a révolutionné l’approche chronologique des périodes pré-datant l’écriture. L’application des techniques géochimiques issues de la géologie pour l’identification de la composition minérale des outils en pierre et des poteries ainsi que leur origine géographique, ou l’utilisation de méthodes dérivées de la médecine comme l’amplification des séquençages de l’adn et les études isotopiques dans l’étude des squelettes ont profondément enrichi la palette des études scientifiques de pointe auxquelles les archéologues peuvent aujourd’hui recourir.

  • 1 Les détails de la méthode ne sont pas développés plus avant dans cet article. Les personnes intéres (...)

2En matière d’identification de sites, l’utilisation déjà ancienne de la photographie aérienne s’est conjuguée, au cours des dernières décennies, avec des techniques plus pointues comme la télédétection satellitaire ou la magnétométrie, qui permettent d’inventorier rapidement de grandes superficies. Malheureusement, dans de nombreuses régions du monde, le couvert forestier ne permet pas d’utiliser ces techniques de prospection aérienne ou satellitaire de façon extensive, car la végétation masque les anciennes traces d’occupation au sol laissées par les groupes humains du passé. Cette contrainte écologique est tout particulièrement vraie en milieu tropical et sub-tropical, ce qui est le cas de la majorité des îles du Pacifique. Afin de supprimer cette contrainte environnementale, les archéologues ont, au cours de la dernière décennie, utilisé à des fins d’inventaire une technique mise au point pour les analyses spatiales ainsi que les études géographiques et environnementales, le lidar, acronyme de  Light detection and ranging, qui peut se traduire en français par « détection et estimation de la distance par la lumière » ou « par laser » (Weitkamp, 2005). Sur le principe et dans son application à l’archéologie, cette technique calcule le temps de réflexion d’une impulsion de lumière (généralement par un faisceau laser) à partir d’un point source, pour reconstituer en particulier l’altimétrie sous végétation d’une zone analysée. Ceci permet de disposer de modélisations très précises du relief du sol, sous forme d’images de points géo-référencés, faisant ressortir, après traitement numérique et application de différents filtres, la microtopographie des zones de plaines autant que des versants, avec une précision pouvant atteindre aujourd’hui 10 cm de dénivelé1. Dès les années 2000, les levés lidar ont été utilisés par les archéologues en Europe et en Amérique du Nord pour identifier, sur des zones géographiques étendues, des structures aussi diverses que des fossés défensifs, des terroirs agricoles fossiles et leurs habitats associés, des aménagements miniers ou hydrologiques, etc. (Hesse, 2010), souvent peu ou pas connus car cachés par le couvert forestier. L’application du lidar à de grands sites archéologiques en milieu tropical, comme Angkor au Cambodge ou les sites Maya d’Amérique centrale, a ainsi fait ressortir une densité d’aménagements d’habitats domestiques et de ruelles non encore identifiés après plus d’un siècle d’études archéologiques, celles-ci s’étant jusqu’à présent concentrées surtout sur les grands temples et les espaces publics (Evans, 2016).

  • 2 Ceci a été tout particulièrement le cas pour Samoa et Tonga en Polynésie occidentale ainsi que pour (...)

3Les premières applications de la technique du lidar au contexte des îles océaniennes se sont faites dans l’archipel de Hawai’i dès la fin des années 2000 (Ladefoged et al., 2011). Une des limitations principales de la technique est son coût financier, car le levé nécessite de déplacer un avion et son matériel ou d’utiliser un drone équipé d’un appareil assez puissant pour pouvoir réaliser des impulsions à une altitude dépassant 50 m. N’étant pas en mesure d’organiser eux-mêmes le financement de tels programmes, un certain nombre d’archipels du Pacifique ont pu néanmoins bénéficier, au cours des dernières années, d’un levé lidar partiel de leurs îles grâce à des campagnes réalisées dans le cadre d’aides de coopération régionale, liées en particulier aux études sur le changement climatique et au risque d’érosion des côtes2. Le traitement des données avec un but archéologique a permis la mise en lumière pour chacune des zones étudiées d’une densité de structures anciennes au sol insoupçonnée préalablement. Celles-ci sont de natures diverses, allant de milliers de tertres funéraires en complément de grandes fortifications sur l’île de Tongatapu (Freeland et al., 2016 ; Parton et al., 2018), à des ensembles de fossés agricoles sur des grands espaces sur l’île d’Upolu (Jackmond et al., 2018) ou des terrasses sur le groupe de Manu’a à Samoa (Quintus et al. 2015) et enfin des centaines d’hectares de murets et de billons surélevés sur Efaté dans le centre du Vanuatu (Bedford et al., 2017).

  • 3 Les différents levés précités ont été effectués par des entreprises privées dans le cadre de projet (...)
  • 4 Les modèles numériques de terrain (mnt) et les données dérivées ont été produites par gnc/dtsi/sgt (...)

4En Nouvelle-Calédonie, les levés lidar ont, jusqu’à présent, été principalement utilisés par les groupes miniers pour cartographier les zones potentielles de prospections en environnement géologique de péridotites, qui couvrent environ un tiers de la Grande Terre (Paris, 1981). Malgré leur utilisation ponctuelle dans le passé de pré-contact (Sand et al., 2012), ces zones infertiles comportent un nombre restreint de vestiges archéologiques. Malheureusement, très peu d’espaces hors des zones minières sont, pour le moment, levés sur la Grande Terre. À notre connaissance, un seul levé à finalité proprement archéologique a été réalisé par la province Nord dans le cadre d’un projet de barrage dans le haut de la vallée de Pouembout (côte nord-ouest) (Fleurot, 2016), confirmant la densité de vestiges liés à la période traditionnelle kanak qui avait été observée lors d’une prospection de terrain (Carson, 2002)3. Afin de mener l’étude pilote présentée dans cet article, ont été utilisées les données du fichier de la dtsi (direction des Technologies et des services de l'Information) de la Nouvelle-Calédonie, où sont conservés, dans le cadre du programme sig de l’archipel appelé georep, les levés accessibles4. Après une première analyse des quelques zones géographiques couvertes, qui se limitent majoritairement à des espaces côtiers dans la partie centrale de la Grande Terre et à des espaces péri-urbains de Nouméa, il est apparu que le levé de la région de Deva, sur la côte centre-ouest, offrait les meilleurs résultats pour une première synthèse des potentiels de la technique du lidar appliquée à l’archéologie calédonienne.

Figure 1. – Localisation de la région de Bourail sur la côte centre-ouest de la Nouvelle-Calédonie

Figure 1. – Localisation de la région de Bourail sur la côte centre-ouest de la Nouvelle-Calédonie

(dao Institut d’archéologie de la Nouvelle-Calédonie et du Pacifique)

Le contexte archéologique du domaine de Deva (commune de Bourail)

  • 5 À la demande des clans kanak, Deva est écrit sans accent.

5La région de bord de mer de Bourail, commune du centre-ouest de la Grande Terre, se caractérise par la présence d’un récif proche de la côte, avec un lagon intérieur peu étendu comparativement au reste de la moitié ouest de l’archipel (fig. 1). Les zones côtières sont caractérisées par des espaces de collines peu élevées à l’arrière de l’étroite plaine littorale. Cette région reçoit un taux relativement faible de précipitations (environ 1 200 mm/an), car elle est séparée de la Chaîne centrale de l’île par les grande plaines d’arrière-pays associées aux rivières de la Néra et de la Boghen, ce qui engendre des espaces littoraux secs et pédologiquement peu fertiles. La région au nord-ouest de l’embouchure de la rivière Néra, qui s’étend sur une quinzaine de kilomètres jusqu’à la rivière du Cap, ne comporte aucun cours d’eau majeur. En conséquence, la plaine côtière est principalement formée d’un ensemble dunaire holocène, s’appuyant sur des formations géologiques de roches sédimentaires et de flyschs, qui composent le socle de plusieurs petites vallées orientées perpendiculairement à la côte, encadrées par des collines ne dépassant pas 300 m d’élévation. Une part spatialement importante de cet ensemble côtier de Bourail est formée par le domaine provincial de Deva5, couvrant une superficie de près de 8 000 hectares. Ce domaine, le plus étendu de l’archipel pour une propriété foncière d’un seul tenant, appartient depuis 1992 à la province Sud, qui a mis en place une série de programmes de développement économique concertés avec le gdpl Mwé Ara, qui regroupe une partie des clans kanak liés à la région, ainsi que les populations de la commune à travers la sem Mwé Ara (Cochin et Wéry, 2017).

6Dans le cadre du programme de développement initié à Deva par la volonté provinciale, un inventaire archéologique général du domaine a été réalisé en 2006. Celui-ci a permis de localiser plus de 200 sites archéologiques différents, caractérisés par des aires de concentration de céramiques et de coquillages dans la zone de dunes littorales ainsi que des anciens tertres de cases kanak, des billons horticoles et quelques espaces de cimetières dans les vallées (Domergue, 2009 ; Sand, 2015 ; Sand et al., 2019). Très peu de ces sites comportent l’indication d’une occupation se poursuivant jusqu’à la période coloniale. La taille considérable du domaine ainsi que le temps relativement restreint alloué à l’inventaire archéologique, couplés à des difficultés d’accès aux fond des vallées et à une faible visibilité due, dans certaines zones, à la couverture végétale importante, n’ont permis de réaliser qu’un inventaire partiel à ce stade, enrichi de quelques prospections ponctuelles à des dates plus récentes (Sand et al., 2009 ; Domergue et Wadarawane, 2015). Une succession de programmes de fouilles préventives, réalisées en préalable à la construction d’aménagements touristiques (hôtel, golf, chemins de randonnée), ont permis, au cours de la dernière décennie, de montrer que cette région avait été occupée sans interruption depuis le premier peuplement de l’archipel il y a environ 3 000 ans (Sand et al., 2013). Si les données apparaissent démontrer que, durant la première moitié de la chronologie, les occupations étaient caractérisées par une forme de semi-nomadisme le long de la côte, avec peu d’installations dans l’intérieur des vallées, une augmentation progressive du nombre de sépultures à partir du milieu du premier millénaire après j.-c. a été interprétée comme le signe d’une progressive intensification des occupations (Sand et al., 2019). Ceci aurait, à Deva comme ailleurs sur la Grande Terre, engendré, à partir du début du deuxième millénaire après J.-C., le développement des caractéristiques archéologiques de « l’ensemble culturel traditionnel kanak » (Sand, 2018). Cette évolution de l’occupation de l’espace est principalement identifiable dans les vallées intérieures par la construction de tertres surélevés pour l’habitat, associés à des ensembles de cultures horticoles sèches en billons. Les inventaires indiquent que cette région de la Grande Terre, une des toutes premières à avoir été touchées par des Européens à partir de La Pérouse en 1788 – grâce à un accès parmi les plus directs à la terre par la large passe de la Néra –, était déjà en grande partie dépeuplée lors de l’installation coloniale française au milieu du xixe siècle (Barbançon, 1986).

Figure 2. – Zone de levé lidar effectué sur le domaine provincial de Deva et ses alentours immédiats, positionnant les principaux sites archéologiques identifiés et les vallées citées dans le texte : (A) vallée Tabou ; (B) vallée de la forteresse ; (C) vallée Taro ; (D) vallée Creuse ; (E) vallée des Cannes (grille d’ombrage drapée sur un mnt produit par gnc/dtsi à partir des données lidar acquises par la province Sud)

Figure 2. – Zone de levé lidar effectué sur le domaine provincial de Deva et ses alentours immédiats, positionnant les principaux sites archéologiques identifiés et les vallées citées dans le texte : (A) vallée Tabou ; (B) vallée de la forteresse ; (C) vallée Taro ; (D) vallée Creuse ; (E) vallée des Cannes (grille d’ombrage drapée sur un mnt produit par gnc/dtsi à partir des données lidar acquises par la province Sud)

Application archéologique du levé lidar réalisé sur le domaine de Deva

  • 6 Le lever a été effectué par l’entreprise australienne Digital Mapping Pty Ltd, avec un survol effec (...)

7Un levé lidar de la région de Deva a été effectué en 2012 par la société dimap, les données étant archivées en particulier au service de la Géomatique et de la Télédétection (sgt) de la dtsi du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie (fig. 2). Dans le cadre de l’étude pilote d’évaluation de l’application du lidar à des fins de recherche en archéologie calédonienne, un premier ensemble d’images a été extrait de la base de données. Mis en parallèle des résultats obtenus par les inventaires pédestres, ceci a permis d’évaluer le potentiel de la méthode à fournir des données de terrain complémentaires aux prospections classiques. L’information principale de l’étude est, sans conteste, que la méthodologie du lidar est parfaitement adaptée à l’identification topographique de différents types de vestiges caractéristiques de « l’ensemble culturel traditionnel kanak ». L'étude des images a en effet mis en lumière un nombre préalablement insoupçonné de vestiges au sol à travers les plus de 8 000 hectares du levé6. Pour autant, le croisement des images avec le fichier d’inventaire terrestre a également permis d’identifier des limitations, liées en particulier à la qualité de résolution du levé d’origine, qui a des répercussions sur la précision du rendu.

8Nous présentons ici les informations principales apportées par le levé lidar à notre connaissance des terroirs kanak anciens du domaine de Deva, en décrivant les aménagements artificiellement surélevés en billons et en tertres, qui sont les deux types principaux de structures visibles sur les images.

Figure 3. – Vue partielle des grands ensembles horticoles en billons situés dans la zone de Temrock, dans le nord-ouest du domaine de Deva (grille d’ombrage drapée sur un mnt produit par gnc/dtsi à partir des données lidar acquises par la province Sud)

Figure 3. – Vue partielle des grands ensembles horticoles en billons situés dans la zone de Temrock, dans le nord-ouest du domaine de Deva (grille d’ombrage drapée sur un mnt produit par gnc/dtsi à partir des données lidar acquises par la province Sud)

Les ensembles horticoles surélevés

9Indiscutablement, ce sont les anciens ensembles horticoles kanak en billons qui couvrent les superficies archéologiques les plus importantes identifiables grâce au levé lidar. Les zones de billons peuvent se présenter en ensembles alignés – qui se trouvent en grande majorité dans les espaces géographiques planes – et en ensembles numériquement plus nombreux, en croissants individuels ou emboîtés, localisés principalement sur les pentes. Ces billons en croissant sont également ceux qui semblent être les plus dispersés, parfois isolés de façon individuelle sur un flanc de colline. Certains de ces ensembles horticoles anciens sont spatialement étendus. Ceci est par exemple le cas d’une zone couvrant près de 100 hectares, quasiment d’un seul tenant, localisée à l’arrière de l’espace dunaire du nord-ouest du domaine, appelé Temrock, de part et d’autre de la colline marquant la limite du domaine (fig. 3). Des successions de billons de différentes formes s’emboîtent de la zone plane à l’arrière de la plaine dunaire jusqu’aux vallons des collines. Ils ne paraissent pas se poursuivre sur les parties hautes des collines (Montagnes blanches), aux sols pédologiques pauvres et rocailleux. Mais de même, ils ne sont pas présents sur le plateau de schiste inculte qui couvre l’espace de plaine côtière entre Temrock et le débouché du creek de la Deva, juste au sud. Ceci démontre que les horticulteurs kanak avaient concentré leurs aménagements horticoles intensifiés dans les zones où la qualité des sols permettait un rendement compatible avec les importants travaux collectifs que représentait la préparation de gros billons surélevés.

10D’autres ensembles étendus, principalement composés d’emboîtement de billons en croissants, sont identifiables aussi bien sur les contreforts des collines côtières que dans les différentes petites vallées de Deva (fig. 4). Dans certains cas, la forme courbe est remplacée par une structuration plus rectangulaire qui n’avait pas été véritablement notée dans l’architecture horticole kanak jusqu’à présent. Au-delà de la partie sud-est du domaine, face au col de Gouaro, une succession de collines comporte des aménagements sur une superficie totale d’environ 20 hectares, correspondant à un ensemble linéaire cumulé de billons horticoles surélevés de plus de 3 000 m (fig. 5).

Figure 4. – Présence de multiples billons en croissant sur les flancs des collines du fond de la vallée des Cannes (grille d’ombrage drapée sur un mnt produit par gnc/dtsi à partir des données lidar acquises par la province Sud)

Figure 4. – Présence de multiples billons en croissant sur les flancs des collines du fond de la vallée des Cannes (grille d’ombrage drapée sur un mnt produit par gnc/dtsi à partir des données lidar acquises par la province Sud)

Figure 5. – Aménagements en billons arrondis et rectangulaires sur des collines de la zone de Gouaro, à l’est du domaine de Deva (grille d’ombrage drapée sur un mnt produit par gnc/dtsi à partir des données lidar acquises par la province Sud)

Figure 5. – Aménagements en billons arrondis et rectangulaires sur des collines de la zone de Gouaro, à l’est du domaine de Deva (grille d’ombrage drapée sur un mnt produit par gnc/dtsi à partir des données lidar acquises par la province Sud)

11En complément de ces ensembles étendus, on voit, dans certains talwegs ainsi que dans des zones planes, de longs billons surélevés, soit seuls, soit en rangées parallèles. Ceci est en particulier le cas dans la zone de Gouaro, où peuvent être observés des aménagements de plusieurs centaines de mètres de long sur une vingtaine de mètres de large, formant à chaque fois un seul très long billon. Au confluant des vallées, ces billons ce rejoignent mais ils ne paraissent pas se poursuivre en plaine.

Figure 6. – Exemple de grand ensemble d’habitat kanak en allée centrale, localisé sur un promontoire en zone moyenne de la vallée Taro (grille d’ombrage drapée sur un mnt produit par gnc/dtsi à partir des données lidar acquises par la province Sud)

Figure 6. – Exemple de grand ensemble d’habitat kanak en allée centrale, localisé sur un promontoire en zone moyenne de la vallée Taro (grille d’ombrage drapée sur un mnt produit par gnc/dtsi à partir des données lidar acquises par la province Sud)

Les tertres de cases

12Un des enseignements majeurs livré par l’analyse du levé lidar du domaine de Deva a été de montrer un nombre important de tertres surélevés, marquant l’emplacement d’anciennes cases (Sand, 1997), répartis sur les lignes de crêtes, les promontoires et les zones planes. Leur répartition spatiale met en lumière schématiquement deux configurations principales. La première est caractérisée par des tertres isolés, principalement positionnés sur les lignes de crête. La taille de certains tertres, qui peuvent dépasser 8 m de diamètre et comportent, dans certains cas, des plates-formes latérales traditionnellement dévolues aux échanges (Bensa, 1982 : 43), ne permet pas de conclure qu’il s’agit uniquement de tertres d’habitats provisoire ou de cases de champs. Certains devaient avoir un rôle d’observation, d’autres étaient peut-être réservés à des rencontres coutumières particulières, d’autres enfin ont pu servir comme lieu d’isolement des femmes lors de leurs périodes de menstruation. Certaines localisations d’implantation de cases identifiées grâce au levé lidar sont inattendues, car situées dans des parties du domaine de Deva composées de sols particulièrement peu fertiles. Ceci est par exemple le cas de tertres répartis de façon clairsemée sur différentes lignes de crête de la zone du Oua Koué. Un grand nombre de ces tertres n’avait pas été identifié lors des inventaires pédestres. On peut se demander qui occupait ces zones marginales et pour quelle utilisation.

13La deuxième configuration est caractérisée par le regroupement de plusieurs tertres, formant des ensembles d’habitat allant de seulement trois ou quatre tertres à plus de trente tertres pour les hameaux les plus étendus observés sur les images lidar (fig. 6). L’étude montre que la majorité des sites avait une organisation spatiale avant tout dictée par le relief du lieu. Certains de ces grands ensembles comportent clairement la forme du hameau kanak à allée centrale allongée (Sand, 1997), qui s’observe en particulier sur les replats de collines, en position dominante. Ceci est par exemple le cas de deux sites positionnés sur de petits promontoires de la vallée Creuse (fond de la vallée Taro), formés respectivement de quinze et onze tertres répartis de chaque côté d’une allée droite, orientées toutes les deux nord-ouest/sud-est dans l’axe principal des collines (fig. 7). Dans le cas des regroupements de cases positionnés en ligne de crête mais sans allée centrale, une forme d’alignement plus ou moins structuré est imposée par le relief. Ceci est moins le cas pour les sites situés en zones planes des vallons de creeks ou des zones de plaine, où aucune logique de positionnement n’est clairement identifiable. Un exemple de ce type d’occupation est donné par un regroupement de six tertres au confluent de deux creeks dans le centre de la vallée Creuse (fig. 8). Ceci s’observe également dans la zone centrale de la plaine de Forêt plate (zone du golf), où les regroupements de tertres – aujourd’hui en grande partie détruits par les aménagements liés au programme économique – se concentraient en zones hautes non inondables. Dans les espaces n’ayant pas subi un nivellement complet des anciennes structures de billons durant la période coloniale, la répartition spatiale de ces ensembles d’habitats les uns par rapport aux autres montre que certains des hameaux comportant le plus grand nombre de cases sont positionnés à une certaine distance des zones horticoles étendues, indiquant peut-être un statut particulier.

Figure 7. – Exemple de deux hameaux kanak à allée centrale, se faisant face sur deux promontoires du fond de la vallée Taro (grille d’ombrage drapée sur un mnt produit par gnc/dtsi à partir des données lidar acquises par la province Sud)

Figure 7. – Exemple de deux hameaux kanak à allée centrale, se faisant face sur deux promontoires du fond de la vallée Taro (grille d’ombrage drapée sur un mnt produit par gnc/dtsi à partir des données lidar acquises par la province Sud)

Figure 8. – Exemple de petit hameau au confluent de deux creeks du fond de la vallée Taro (grille d’ombrage drapée sur un mnt produit par gnc/dtsi à partir des données lidar acquises par la province Sud)

Figure 8. – Exemple de petit hameau au confluent de deux creeks du fond de la vallée Taro (grille d’ombrage drapée sur un mnt produit par gnc/dtsi à partir des données lidar acquises par la province Sud)

Les aménagements coloniaux et modernes

14Comparativement aux structures associées aux occupations traditionnelles kanak anciennes, les témoins de la période coloniale sont peu importants. On observe clairement les emplacements des retenues collinaires pour des bassins d’eau, des zones de regroupement de bétail (paddocks) et les gros trous d’eau des abreuvoirs en plaine. Les emplacements des espaces de carrières, en terrasses pour les prélèvements de pierres/gravats et en plaine pour les anciennes carrières de sable, peuvent également être facilement positionnés. Toute une série de surélévations marquent des aménagements de plates-formes ou d’amoncellements de déblais pour des utilisations diverses, alors que les différentes pistes routières sont identifiables par la présence d’un ombré.

Figure 9a. – Faible visualisation d’un grand ensemble d’habitats kanak sur une zone de ligne de crête de la vallée Tabou, en comparaison avec le relevé cartographique (fig. b), illustrant les ronds des cases en orange et les billons horticoles en vert (Grille d’ombrage drapée sur un mnt produit par gnc/dtsi à partir des données lidar acquises par la province Sud)

Figure 9a. – Faible visualisation d’un grand ensemble d’habitats kanak sur une zone de ligne de crête de la vallée Tabou, en comparaison avec le relevé cartographique (fig. b), illustrant les ronds des cases en orange et les billons horticoles en vert (Grille d’ombrage drapée sur un mnt produit par gnc/dtsi à partir des données lidar acquises par la province Sud)

Figure 9b. – Relevé cartographique illustrant les ronds des cases en orange et les billons horticoles en vert

Figure 9b. – Relevé cartographique illustrant les ronds des cases en orange et les billons horticoles en vert

(Lever du département Archéologie de la Nouvelle-Calédonie)

Analyse

15L’étude des données archéologiques issues du levé lidar du domaine de Deva et de ses alentours immédiats permet de démontrer de façon indiscutable l’exceptionnel potentiel de cette méthode pour inventorier la densité des structures surélevées dans les anciens terroirs kanak. À l’analyse, cinq éléments d’analyse majeurs ressortent de ce travail pilote. Le premier concerne le caractère incomplet des données archéologiques rendues par le levé lidar du domaine de Deva réalisé en 2012. Ceci est en particulier le cas pour les structures présentes dans certains espaces à forte déclivité, une conclusion qui s’appuie sur une comparaison des images avec l’inventaire de terrain réalisé dans certaines des zones de la vallée Tabou. Ainsi, un grand site d’habitat cartographié en 2007 est difficile à distinguer de façon détaillée sur le levé lidar (fig. 9). Localisé sur une ligne de crête donnant d’un côté sur la « forteresse » de la vallée Tabou et de l’autre sur la vallée Taro, il se caractérise par une succession de plus de trente tertres de cases ainsi qu’un ensemble majeur de trente billons emboîtés, couvrant une superficie d’environ deux hectares (Sand et al., 2013 : 75). Sur les images lidar étudiées, les contours de ce grand site sont peu identifiables, de même que n’apparaissent que quelques-uns des tertres d’un autre grand ensemble d’habitat présent sur la ligne de crête surplombant le fond de la vallée de la « forteresse ». Ces exemples bien documentés grâce à des cartographies manuelles de terrain lors de prospections terrestres permettent d’envisager que toute une série d’autres traces au sol ne ressortent pas clairement sur le levé lidar utilisé pour la présente étude. On ne peut exclure un nombre potentiel encore plus important de sites d’anciennes occupations kanak que ce qui peut être observé avec les données actuellement disponibles, en particulier sur les zones à forte pente et au couvert végétal important.

  • 7 Depuis la fin des années 1980, il n’y a plus d’élevage extensif dans le domaine. La province Sud a (...)

16Le deuxième élément d’observation est l’importance numérique inattendue des traces de billons en croissant à flanc de collines. Un grand nombre de ces anciens aménagements horticoles est aujourd’hui quasiment invisible lors des prospections pédestres, n’étant observables que dans un contexte de lumière rasante qui intensifie les ombres portées. Le levé lidar a permis de répertorier des traces érodées de ces aménagements sur la majorité des creux de collines, sur des espaces qui sont aujourd’hui extrêmement érodés par le passage répété du bétail, des cerfs et des cochons depuis plus de cent ans7. Cette découverte multiplie de façon conséquente notre évaluation de l’étendue spatiale totale qui était cultivée dans la région de Deva durant les siècles ayant précédé le premier contact. Les données lidar démontrent que les Kanak avaient réussi à mettre en valeur ces sols collinaires peu fertiles et secs qui devaient nécessiter de longs cycles de jachère.

17Le troisième élément d’analyse apporté par l’étude pilote est l’absence d’identification de traces d’anciens ensembles horticoles et d’habitat dans la majorité des zones de la plaine maritime, sauf dans la partie occidentale du domaine (sorties de la vallée Taro et Carré 9). Ceci est également le cas dans la plaine alluviale de la vallée des Cannes. Les aménagements horticoles ne sont pas totalement inexistants et certains avaient déjà été identifiés lors de l’inventaire pédestre, comme par exemple dans la vallée Tabou. Néanmoins, ces structures semblent « absentes » dans des zones où les sols paraissent pourtant être de bonne qualité. Une des explications les plus probables à cette absence visuelle est leur destruction lors de l’aménagement, durant la période coloniale, de ces parties du domaine pour l’élevage extensif, le passage de la charrue pour favoriser la repousse de l’herbe ayant progressivement fait disparaître les anciens aménagements horticoles et les habitats associés. La limite tranchée des bas de billons dans la zone côtière de l’espace horticole de Temrock au nord-ouest du domaine est un élément pouvant venir en démonstration de cette hypothèse. En complément, différents témoignages recueillis dans les années 1990 décrivaient la destruction en cours d’ensembles de tertres de cases dans le cadre de la première période l’aménagement du domaine par la province Sud. À cette époque, aucune prospection archéologique ni relevé n’avaient été autorisés par la province.

  • 8 Cette observation et, plus largement, l’étendue des structures horticoles identifiées, posent la qu (...)

18Une des traditions horticoles kanak quasiment absente des relevés archéologiques est celle des terrasses à flanc de colline. Ceci n’est pas surprenant, la zone de Deva étant réputée pour être sèche, ce qui ne permet pas le développement de grands ensembles de terrasses irriguées pour les cultures en eau. Les seules terrasses identifiées lors de l’inventaire et confirmées par les images lidar se trouvent dans le fond de la vallée Taro. Celles-ci sont peu nombreuses et se limitent à quelques grands alignements en partie basse de collines (fig. 10). Certaines terrasses partent d’un pied de creek et ont donc pu avoir été alimentées par un captage d’eau une partie de l’année8. De même n’apparaissent pas, sur les images lidar, d’aménagements horticoles marqués par des ensembles de canaux dans les fonds marécageux des creeks principaux traversant le domaine, alors que cette tradition aurait théoriquement pu être développée sur Deva. En revanche, on observe, sur certains flancs de collines, de longues et étroites lignes qui correspondent probablement à des murets surélevés délimitant des parcelles.

19Le dernier enseignement important de cette étude est de montrer l’absence d’aménagements majeurs de tertres et d’ensembles de billons sur l’espace des dunes du bord de mer. Ceci vient en confirmation des données d’inventaires pédestres et des fouilles qui n’ont pas identifié d’occupations de grande étendue attribuables à la période traditionnelle kanak sur cette partie du domaine. Toutefois, la précision d’illustration de la courbure et des interrelations entre les successions de dunes contribuera, dans le cadre des études de synthèse à venir sur les fouilles archéologiques côtières du domaine de Deva (Sand et al., 2019), à une meilleure visualisation de la chronologie de la mise en place des espaces sableux côtiers au cours de la période holocène tardive, associée à l’occupation humaine.

Figure 10. – Vue des collines comportant des longs aménagements de terrasses en bas de pente. Noter le développement de certaines terrasses jusqu’au creek et la présence de plusieurs tertres sur les collines (grille d’ombrage drapée sur un mnt produit par gnc/dtsi à partir des données lidar acquises par la province Sud)

Figure 10. – Vue des collines comportant des longs aménagements de terrasses en bas de pente. Noter le développement de certaines terrasses jusqu’au creek et la présence de plusieurs tertres sur les collines (grille d’ombrage drapée sur un mnt produit par gnc/dtsi à partir des données lidar acquises par la province Sud)

Conclusion

20L’étude pilote menée sur le levé lidar du domaine de Deva à Bourail a permis de mettre en lumière des résultats particulièrement encourageants sur le potentiel de cette méthode à enrichir nos connaissances archéologiques sur le passé de l'archipel. Au-delà, cette vision cartographique originale, permise sur une grande étendue, vient une nouvelle fois questionner les données démographiques actuellement acceptées sur l’importance numérique de la population kanak au moment du premier contact, évaluée pour l’ensemble de l’archipel à environ 50 000 personnes (Rallu, 1990 ; Kasarhérou, 1992). Les études archéologiques des dernières décennies montrent en effet que, dans de nombreuses vallées de la Grande Terre, la densité des sites dessine des espaces fonciers occupés de façon intensifiée (par exemple, Sand et al., 2016), signe de groupes démographiquement significatifs (par exemple, Sand et al., 2007). L’intérêt majeur des résultats de l’étude lidar sur Deva, dans une perspective d’analyse ethnoarchéologique, est de montrer pour la première fois de façon claire que, même dans des régions côtières marginales – recevant peu de précipitations et aux sols bien plus pauvres que dans le grandes vallées alluviales –, il est possible d'observer ces utilisations intensives du milieu par les Kanak. Cette contribution à la synthèse en cours sur l’histoire démographique kanak est importante, car elle permet d’envisager de façon renouvelé l’occupation précoloniale de toute une partie des autres régions marginales de la côte Ouest de la Grande Terre jusqu’au xviiie siècle.

  • 9 Un levé lidar a également été effectué sur une petite zone de la commune de Thio, mais la résolutio (...)

21À ce jour, les quelques autres relevés lidar, effectués sur la Grande Terre accessibles dans la base de données de la dtsi et exploitables d’un point de vue de l’archéologie, se limitent à une petite zone de la commune de Canala et à une partie de la plaine littorale de la commune de Houaïlou, toutes les deux sur la côte centre-est9. Là où les techniques agricoles modernes et les aménagements contemporains n’ont pas détruit les anciennes surélévations, les images montrent la présence d’un réseau dense de structures horticoles, principalement en billons secs à Houaïlou et en terrasses de tarodières pour certaines collines de Canala. Des concentrations de tertres de cases sont également présentes dans certaines zones. Ces deux exemples permettent, d’une part, de rappeler la diversité des ensembles archéologiques potentiellement présents, influencés par les caractéristiques des milieux écologiques et topographiques locaux (Sand et al., 2016) et, d’autre part, de souligner que tout travail sur levé lidar doit être suivi par une confirmation sur le terrain, afin de permettre de croiser les informations des images avec l’interprétation déductible de l’observation visuelle des structures réelles. En effet, le caractère archéologique des structures étudiées, abandonnées anciennement, doit être clairement établi et différencié d’aménagements horticoles ou d’habitats qui continuent à être exploités aujourd’hui, ainsi que des monticules de terrassements modernes.

22En conclusion de cette étude pilote, il faut souligner la grande précision des rendus de relief de toute une partie des structures kanak anciennes produits par le lidar. Ceci est vrai aussi bien pour les billons érodés de flanc de colline que pour des ensembles de tertres qui, sur certains sites, sont plus clairement observables sur l’image produite par l’ordinateur que sur le terrain. L’archéologie calédonienne – et plus largement l’archéologie océanienne – sont aujourd’hui à un tournant car la multiplication des levés lidar va révolutionner, au cours de la prochaine décennie, notre connaissance et compréhension des paysages kanak anciens. Il est donc à espérer que puissent être réalisés, dans un proche avenir, des levés plus systématiques – pour la Grande Terre aussi bien que pour les îles qui l’entourent –, et que les chercheurs soient autorisés à exploiter les fonds de données.

Haut de page

Bibliographie

Barbançon Louis-José, 1986. Pages de la vie de Bourail, Nouméa, Association Passé de Bourail.

Bedford Stuart, Patricia Siméoni et Vincent Lebot, 2017. The anthropogenic transformation of an island landscape: Evidence for agricultural development revealed by lidar on the island of Efate, Central Vanuatu, South‐West Pacific, Archaeology in Oceania 53 (1), pp. 1-14.

Bensa Alban, 1982. Aspects de l’organisation sociale Cèmuhi, in Alban Bensa et Jean-Claude Rivière, Les Chemins de l’alliance, Paris, selaf, pp. 10-116.

Carson Mike, 2002. Appendix B. Research results for the Pouembout Dam site and Flooding zone. Phase Two Archaeological Study, Koniambo Project, Region of Voh, Koné, and Pouembout, Northern Province, New Caledonia, Honolulu, International Archaeological Research Institute, Inc.

Cochin Coralie et Claudine Wéry, 2017. Le domaine de Deva, Nouméa, province Sud.

Cracknell Arthur P. et Ladson Hayes, 1991. Introduction to Remote Sensing, London, Taylor and Francis Ed.

Domergue Stéphanie, 2009. Mission Deva 2006. Premier inventaire des vestiges archéologiques, Nouméa, département Archéologie de la direction des Affaires culturelles et coutumières.

Domergue Stéphanie et Jean-Marie Wadrawane, 2015. Rapport de prospection dans l’emprise du domaine projet sylvicole. Vallée des Cannes – Domaine de Deva (Commune de Bourail), Nouméa, Institut d’archéologie de la Nouvelle-Calédonie et du Pacifique.

Evans Damian, 2016. Airborne laser scanning as a method for exploring long-term socio-ecological dynamics in Cambodia, Journal of Archaeological Science 74, pp. 164-175.

Fleurot Dominique, 2016. Identification des sites archéologiques dans la vallée de Ouendé, Commune de Pwëbuu (Pouembout), Koné, service Valorisation de l’information, direction des Systèmes d’information de la province Nord.

Freeland Travis, Brandon Heung, David V. Burley, Geoffrey Clark et Anders Knudby, 2016. Automated feature extraction for prospection and analysis of monumental earthworks from aerial lidar in the Kingdom of Tonga, Journal of Archaeological Science 69, pp. 64-74.

Hesse Ralf, 2010. lidar-derived Local Relief Models – a new tool for archaeological prospection, Archaeological Prospection 17, pp. 67-72.

Jackmond Gregory, Dionne Fonoti et Matiu Matavai Tautunu, 2018. Samoa's hidden past: lidar confirms inland settlement and suggests larger populations in pre-contact Samoa, Journal of the Polynesian Society 127 (1), pp. 73-90.

Kasarhérou Christiane, 1992. Histoire démographique de la population mélanésienne de la Nouvelle-Calédonie entre 1840 et 1950, thèse de doctorat non publiée, Université Paris 1.

Ladefoged Thegn N., Mark D. McCoy, Gregory P. Asner, Patrick V. Kirch, Cedric O. Puleston Oliver A. Chadwick et Peter M. Vitousek, 2011. Agricultural potential and actualized development in Hawai’i: an airborne lidar survey of the leeward Kohala field system (Hawai’i Island), Journal of Archaeological Science 38, pp. 3605-3619.

Libby Willard Frank, Ernest C. Anderson, James R. Arnold, 1949. Age determination by radiocarbon content: World-wide assay of natural radiocarbon, Science 109, pp. 227-228.

Paris Jean-Pierre, 1981. Géologie de la Nouvelle-Calédonie : un essai de synthèse, Orléans, Éd. du brgm, Mémoire du brgm 113.

Parton Phillip, Geoffrey Clark, Christian Reepmeyer et David Burley, 2018. The Field of War: lidar identification of earthwork defences on Tongatapu Island, Kingdom of Tonga, Journal of Pacific Archaeology 9 (1), pp. 11-24.

Quintus Seth, Jeffrey T. Clark, Stephanie S. Day et Donald P. Schwert, 2015. Investigating regional patterning in archaeological remains by pairing extensive survey with lidar dataset: The case of the Manu’a Group, American Samoa, Journal of Archaeological Science: Reports 2, pp. 667-687.

Rallu Jean-Louis, 1990. Les populations océaniennes aux xixe et xxe siècles, Paris, Institut national d’études démographiques, coll. Travaux et documents, Cahier 128.

Sand Christophe, 1997. Variété de l’habitat ancien en Nouvelle-Calédonie: étude de cas sur des vestiges archéologiques du Centre-Nord de la Grande Terre, Journal de la Société des Océanistes 104 (1), pp. 39-66 (www.persee.fr/doc/jso_0300-953x_1997_num_104_1_2012).

Sand Christophe, 2015. On the edge of a World Heritage Site: local communities and archaeological practice related to the nomination of the New Caledonia Reef, in A. Castillo Mena (ed.), Second International Conference on best Practices in World heritage: People and Communities, Madrid, Universidad Complutense de Madrid, pp. 874-887.

Sand Christophe, 2018. Archaeology of a Piece of Gondwanaland: The Past of New Caledonia, in Ethan E. Cochrane and Terry L. Hunt (eds), The Oxford Handbook of Prehistoric Oceania, Oxford, Oxford University Press, pp. 185-205.

Sand Christophe, David Baret, Jacques Bolé, Stephanie Domergue, André-John Ouetcho et Jean-Marie Wadrawane, 2019. From test-pits to big-scvale archaeology in New Caledonia, Southern Melanesia, in Mathieu Leclerc et James Flexner (eds), Archaeologies of Island Melanesia: current approaches to landscapes, exchange and practice, Canberra, Terra Australis 53-anu, pp. 53-65.

Sand Christophe, David Baret et André-John Ouetcho, 2009. Rapport d’intervention sur la limite nord du domaine de Deva, Nouméa, Département Archéologie de la Nouvelle-Calédonie.

Sand Christophe, Jacques Bolé et André-John Ouetcho, 2007. What were the Real Numbers? The Question of Pre-Contact Population Densities in New Caledonia, in P.V. Kirch et J.L. Rallu (eds), The Growth and Collapse of Pacific Island Societies. Archaeological and demographic Perspectives, Honolulu, University of Hawai’i Press, pp. 306-325.

Sand Christophe, Jacques Bolé, André-John Ouetcho, Yves-Béalo Gony et David Baret, 2012. Occupations anciennes des plateaux miniers calédoniens à Thio et à Tontouta: premières prospections et datations, Journal de la Société des Océanistes 134, pp. 31-44 (https://journals.openedition.org/jso/6582).

Sand Christophe, André-John Ouetcho, Jacques Bolé, David Baret et Yves-Béalo Gony, 2016. Traditional Kanak Landscapes. An Assessment of Settlement Pattern Studies in New Caledonia (Southern Melanesia), in Frédérique Valentin et Guillaume Molle (éds), La pratique de l’espace en Océanie: découverte, appropriation et émergence des systèmes sociaux traditionnels, Paris, Société préhistorique française, pp. 31-48.

Sand Christophe, Malia Terebo et Louis Lagarde (éds), 2013. Le passé de Deva. Archéologie d’un domaine provincial calédonien, Nouméa, Institut d’archéologie de la Nouvelle-Calédonie et du Pacifique, Archeologia Pasifika 2.

Weitkamp Claus, 2005. Lidar: Range-Resolved Optical Remote Sensing of the Atmosphere, New York, Springer Editions.

Haut de page

Notes

1 Les détails de la méthode ne sont pas développés plus avant dans cet article. Les personnes intéressées peuvent consulter des articles sur le sujet (Cracknell et Hayes, 1991).

2 Ceci a été tout particulièrement le cas pour Samoa et Tonga en Polynésie occidentale ainsi que pour certaines îles du Vanuatu en Mélanésie centrale, qui ont bénéficié d’une aide de l’Australie.

3 Les différents levés précités ont été effectués par des entreprises privées dans le cadre de projets à finalité économique et ne sont donc pas accessibles aux archéologues dans le cadre d’études à finalité de recherche.

4 Les modèles numériques de terrain (mnt) et les données dérivées ont été produites par gnc/dtsi/sgt à partir de levés lidar réalisés pour le compte de la province Sud et du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie par la société dimap en 2012.

5 À la demande des clans kanak, Deva est écrit sans accent.

6 Le lever a été effectué par l’entreprise australienne Digital Mapping Pty Ltd, avec un survol effectué par un bimoteur Piper Chieftain. L’enregistrement des données a été réalisé avec une caméra Vexel UltraCam D et un igi LiteMapper 5600 full wave Lidar sensor. La précision d’enregistrement est de 0,15 m, avec une détection de l’inclinaison du terrain de 10°. Les couloirs de passage se superposent sur près de 50 % et la triangulation des points a été réalisée par le programme Leica Photogrammetry Suite (lps), avant que le traitement des données brutes à haute résolution ne soit effectué avec le programme Terrascan. C’est le modèle numérique de terrain (mnt) hors sursol qui a été exploité pour cette étude, via un ombrage simulant la position du soleil à l’azimut 315° (no) et un angle de 45° au-dessus de l’horizon. L’étude a été réalisée sur le matériel du Service de la géomatique et de la télédétection de la Direction des technologies et des services de l'information de la Nouvelle-Calédonie (dtsi).

7 Depuis la fin des années 1980, il n’y a plus d’élevage extensif dans le domaine. La province Sud a mis en place, au cours de la dernière décennie, une politique de gestion des populations de cerfs et de cochons sauvages, engendrant une diminution drastique du nombre de têtes.

8 Cette observation et, plus largement, l’étendue des structures horticoles identifiées, posent la question de la gestion de l’eau durant la période traditionnelle kanak sur Deva, à une époque où les pluies étaient probablement plus nombreuses qu’aujourd’hui. Le comblement des sources ainsi que l’érosion des talus de bords de creeks par les animaux introduits durant la colonisation ne permettent pas de s’appuyer sur la situation actuelle comme base fiable pour reconstituer la situation en matière d’accès à l’eau qui existait il y a trois siècles.

9 Un levé lidar a également été effectué sur une petite zone de la commune de Thio, mais la résolution est trop grossière pour permettre une exploitation à des fins d’étude archéologique par un traitement « standard » automatisé des données. Comme présenté dans cet article, le traitement « standard » employé dans l’étude sur Deva permet de visualiser toute une série de structures, mais il est évident qu’un traitement direct des données brutes des points lidar peut faire ressortir les structures enfouies sous la végétation de manière beaucoup plus nette.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. – Localisation de la région de Bourail sur la côte centre-ouest de la Nouvelle-Calédonie
Crédits (dao Institut d’archéologie de la Nouvelle-Calédonie et du Pacifique)
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/11414/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Figure 2. – Zone de levé lidar effectué sur le domaine provincial de Deva et ses alentours immédiats, positionnant les principaux sites archéologiques identifiés et les vallées citées dans le texte : (A) vallée Tabou ; (B) vallée de la forteresse ; (C) vallée Taro ; (D) vallée Creuse ; (E) vallée des Cannes (grille d’ombrage drapée sur un mnt produit par gnc/dtsi à partir des données lidar acquises par la province Sud)
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/11414/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Figure 3. – Vue partielle des grands ensembles horticoles en billons situés dans la zone de Temrock, dans le nord-ouest du domaine de Deva (grille d’ombrage drapée sur un mnt produit par gnc/dtsi à partir des données lidar acquises par la province Sud)
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/11414/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 4. – Présence de multiples billons en croissant sur les flancs des collines du fond de la vallée des Cannes (grille d’ombrage drapée sur un mnt produit par gnc/dtsi à partir des données lidar acquises par la province Sud)
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/11414/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 5. – Aménagements en billons arrondis et rectangulaires sur des collines de la zone de Gouaro, à l’est du domaine de Deva (grille d’ombrage drapée sur un mnt produit par gnc/dtsi à partir des données lidar acquises par la province Sud)
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/11414/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 904k
Titre Figure 6. – Exemple de grand ensemble d’habitat kanak en allée centrale, localisé sur un promontoire en zone moyenne de la vallée Taro (grille d’ombrage drapée sur un mnt produit par gnc/dtsi à partir des données lidar acquises par la province Sud)
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/11414/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Figure 7. – Exemple de deux hameaux kanak à allée centrale, se faisant face sur deux promontoires du fond de la vallée Taro (grille d’ombrage drapée sur un mnt produit par gnc/dtsi à partir des données lidar acquises par la province Sud)
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/11414/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Figure 8. – Exemple de petit hameau au confluent de deux creeks du fond de la vallée Taro (grille d’ombrage drapée sur un mnt produit par gnc/dtsi à partir des données lidar acquises par la province Sud)
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/11414/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 9a. – Faible visualisation d’un grand ensemble d’habitats kanak sur une zone de ligne de crête de la vallée Tabou, en comparaison avec le relevé cartographique (fig. b), illustrant les ronds des cases en orange et les billons horticoles en vert (Grille d’ombrage drapée sur un mnt produit par gnc/dtsi à partir des données lidar acquises par la province Sud)
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/11414/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Figure 9b. – Relevé cartographique illustrant les ronds des cases en orange et les billons horticoles en vert
Crédits (Lever du département Archéologie de la Nouvelle-Calédonie)
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/11414/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Figure 10. – Vue des collines comportant des longs aménagements de terrasses en bas de pente. Noter le développement de certaines terrasses jusqu’au creek et la présence de plusieurs tertres sur les collines (grille d’ombrage drapée sur un mnt produit par gnc/dtsi à partir des données lidar acquises par la province Sud)
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/11414/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Sand et Fabien Juffroy, « Analyse archéologique des anciens terroirs kanak de Deva (Bourail, Nouvelle-Calédonie) par LiDAR »Journal de la Société des Océanistes, 150 | 2020, 5-16.

Référence électronique

Christophe Sand et Fabien Juffroy, « Analyse archéologique des anciens terroirs kanak de Deva (Bourail, Nouvelle-Calédonie) par LiDAR »Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 150 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2022, consulté le 06 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/jso/11414 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jso.11414

Haut de page

Auteurs

Christophe Sand

umr gred, centre ird de Nouméa, Nouvelle-Calédonie, christophe.sand@ird.fr

Articles du même auteur

Fabien Juffroy

Service de la Géomatique et de la Télédétection (sgt), direction des Technologies et des services de l'Information (dtsi) de la Nouvelle-Calédonie

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Centre National du Livre
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search