Navigation – Plan du site

AccueilNuméros150ArticlesLa rencontre de la tradithérapie ...

Articles

La rencontre de la tradithérapie kanak et du système de santé calédonien

The meeting of Traditional Kanak Medicine and Caledonian Health System
Antoine Leca
p. 57-62

Résumés

La tradithérapie kanak est largement ignorée du droit de la santé applicable en Nouvelle-Calédonie. Par ailleurs, comme elle relève du sacré dans la coutume autochtone, son contenu est rarement divulgué. Dans ces conditions, existe un double blocage. On n’en sortira pas sans un double effort, de la part des pouvoirs publics pour admettre un certain pluralisme en matière de santé (préconisé par l’oms), de la part de la société kanak pour se plier à certaines contraintes qu’implique la prise en compte de ce savoir traditionnel par le droit local.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Une tradithérapie entre interdiction et secret
Les raisons de l’hostilité du droit français
Les causes du voile de secret qu’entretient la coutume kanak
Faire évoluer le droit français et la coutume kanak
L’utilité de faire progresser le droit français vers la liberté des soins
Le besoin de rénover la coutume au service de la collectivité
Conclusion

Aperçu du début du texte

La tradithérapie kanak nous est très mal connue. Les connaissances qui la fondent sont strictement orales. Comme toutes les ethnomédecines populaires, elle passe pour mal autonomisée vis-à-vis de ce que les Européens regardent comme de la magie, voire de la sorcellerie. Les Kanak y voient plutôt un des aspects de leur lien aux ancêtres. Le savoir des tanaka (terme traduit de façon variable : sorcier, barde, etc.), des mèrhî (voyants) et de ceux qu’on appelle kapoturek (devin), kapohyarik (guérisseur) à Hienghène (en nemi) est d’ordre surnaturel. Chaque clan a ses herbes médicinales (deewi en ajië, la langue de Houaïlou) dont le nom aurait été révélé par les morts lorsque le guérisseur est en extase (vinyêê) (Naepels, 2012 :78 ; voir aussi Leblic, 2010 pour le rôle des rêves dans la transmission).

Certes, on en connaît des exemples attristants. Ainsi :

« une grand-mère mélanésienne diabétique s’est fait amputer d’une jambe (plaie gangréneuse) à la suite de l’abandon des médicaments di...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Leca, « La rencontre de la tradithérapie kanak et du système de santé calédonien », Journal de la Société des Océanistes, 150 | 2020, 57-62.

Référence électronique

Antoine Leca, « La rencontre de la tradithérapie kanak et du système de santé calédonien », Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 150 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2022, consulté le 28 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/jso/11527 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jso.11527

Haut de page

Auteur

Antoine Leca

Agrégé de droit, professeur à Aix-Marseille Université (adés - umr 7268 amu-efs-cnrs), ant.leca@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Journal de la société des océanistes est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search