Navigation – Plan du site

AccueilNuméros150ArticlesBilan des recherches archéologiqu...

Articles

Bilan des recherches archéologiques sur l’île d’Alofi (Futuna, Polynésie occidentale)

Synthesis of archaeological investigations on Alofi Island (Futuna, West Polynesia)
Christophe Sand, Daniel Frimigacci, Jean-Pierre Siorat et Bernard Vienne
p. 75-91

Résumés

La petite île d’Alofi, en face de Futuna en Polynésie occidentale, a été décrite dès les premiers écrits missionnaires de la fin des années 1830 comme étant désertée. Au milieu des années 1980, dans le cadre d’un programme ethnoarchéologique sur Wallis-et-Futuna, a été réalisé un premier inventaire de vestiges anciens d’Alofi et des fouilles menées sur certains sites. La plus ancienne phase d’occupation, caractérisée par la production de céramiques post-Lapita, a concerné toute l’île et a pu être identifiée dans tous les sondages fouillés en bord de mer. L’inventaire de surface a identifié des structures d’habitat, des ensembles horticoles et des zones de cimetières caractérisant d’anciens espaces d’occupation associés à différents titres de chefferies du deuxième millénaire après J.-C., dont les noms ont été conservés dans les traditions orales. Quelques niveaux stratigraphiques de cette période ont également été fouillés. La synthèse des données archéologiques connues sur Alofi proposée ici permet de positionner l’île dans son environnement culturel régional.

Haut de page

Texte intégral

Le programme d’ethnoarchéologie cnrs-orstom sur Alofi, dirigé par D. Frimigacci et B. Vienne, avec comme collaborateurs J.-P. Siorat et C. Sand (1986), a été réalisé grâce à des financements du laboratoire umr 275 « Ethnologie préhistorique » du cnrs, des financements de l’orstom et du ministère de l’Outre-Mer. Il a été soutenu par l’Association culturelle des îles Wallis-et-Futuna et par le Service de la Culture de Wallis-et-Futuna, sous la direction de M. Siolesio Pilioko. Nos remerciements vont à la royauté d’Alo, qui a autorisé ces recherches, ainsi qu’aux titres Tui Asoa, Tui Sa’avaka et Vakalasi qui ont donné leur accord pour que soit réalisé l’inventaire en 1984 et que soient effectuées les différentes fouilles en 1985 et 1986. Le Tui Asoa Kalepo Nau a été le guide de l’équipe sur Alofi au cours de ces missions. Que l’ensemble de la population de Futuna soit remercié pour son soutien et son aide apportés au cours de ces recherches. Hemmamuthé Goudiaby a réalisé la pao des figures 2, 5, 6, 8, 9 et 10.

1Le passé du triangle formé par Fidji, Tonga et Samoa, région d’origine des cultures polynésiennes, a été marqué par un processus complexe d’évolutions, étendu sur une période de près de trois millénaires. Si la première phase de peuplement, débutée avec l’arrivée de groupes austronésiens fabriquant des poteries de tradition Lapita, est aujourd’hui relativement bien connue (ex. Burley et al., 2003 ; Sand, 2007), de nombreux questionnements persistent sur les processus socio-politiques ayant abouti à l’émergence de systèmes diversifiés de chefferies à titre au cours du deuxième millénaire après J.-C. La région était caractérisée au moment de l’arrivée des Européens par des relations à courte et longue distance au sein ainsi qu’entre les principaux archipels, permettant la circulation d’objets et de groupes entre Fidji, Tonga et Samoa (Kirch, 2000 ; Burley et Addison, 2018). La dynastie des Tui Tonga de l’île de Tongatapu avait, au cours des siècles précédents, réussi à étendre son contrôle sur une partie des archipels de la région, créant un « empire maritime » (Clark et al., 2008). Les implantations missionnaires ont réorganisé les structures coutumières existantes, avant un processus diversifié d’installations coloniales européennes.

Figure 1. – L’archipel de Futuna et Alofi dans le contexte géographique du Pacifique

Figure 1. – L’archipel de Futuna et Alofi dans le contexte géographique du Pacifique

2C’est dans ce contexte régional qu’est implantée en novembre 1837 une première mission mariste conduite par le père Pierre Chanel sur l’île de Futuna, alors que le père Pierre Bataillon débarque à Wallis (‘Uvea). Futuna, l’île de Polynésie occidentale la plus proche de Fidji (fig. 1), a reçu une première visite d’Occidentaux plus de deux siècles plus tôt, lors de l’arrêt de 14 jours des hollandais Jacob Le Maire et Cornelius Schouten à Leava en mai 1616 (Schouten, 1619 ; O’Reilly, 1963). Dans ses premières lettres (Rozier, 1960), le père Chanel décrit les caractéristiques de l’île qu’il souhaite évangéliser, notant que la petite île voisine, Alofi, n’est occupée que par quelques personnes. Les Futuniens lui expliquent que la récente dépopulation d’Alofi est liée aux guerres traditionnelles menées par les chefferies de sa grande voisine. Dans les années suivant le martyre du père Pierre Chanel en 1839, les lettres des missionnaires notent la présence sur Alofi de ruines de constructions, vestiges des anciennes chefferies connues à travers les traditions orales (Girard, 2008). Mais il faut attendre 1932 et l’étude menée durant cinq mois par l’ethnologue américain Edwin Burrows à Futuna pour que, pour la première fois, un de ces sites anciens soit cartographié. Dans son ouvrage sur l’ethnologie de Futuna (Burrows, 1936), Burrows ne tente pas de synthèse chronologique des traditions orales, mais publie un certain nombre de récits sur les anciens chefs qui régnaient à Alofi, en particulier Mauifa, Vakalasi, Tui Sa’avaka et le Faletolu. Ces noms, identifiant des lignages nobles, sont encore aujourd’hui des titres de chefferie à Futuna. Burrows discute également l’organisation du mala’e (place de réunion publique) de Mauifa à Loka, à la pointe orientale d’Alofi, dont il publie le relevé sommaire. En 1963, Michel Panoff réalise une mission d’étude sur l’organisation sociale de Futuna en lien avec la tenue foncière (Panoff, 1970).

3Dans le cadre de sa thèse sur les systèmes agraires de Futuna (Kirch, 1975, 1976), Patrick Kirch se rend en 1974 quelques jours à Alofi. Son objectif principal est alors de cartographier de façon plus précise l’espace du mala’e de Mauifa (Kirch, 1994 : 239-241), utilisé depuis plusieurs décennies dans les écrits ethnographiques polynésiens comme un modèle d’organisation ancienne pour la Polynésie occidentale (Burrows, 1939). Il note également la présence de murets de parcellaire à Tafao (Kirch, 1994 : 237-239). Une décennie plus tard, Daniel Frimigacci et Bernard Vienne entament un programme ethnoarchéologique pluriannuel sur Futuna pour le compte du cnrs et de l’orstom. Ils réalisent en 1984 un premier inventaire de 50 sites archéologiques et traditionnels à Alofi, avant d’entamer, avec Jean-Pierre Siorat, différentes fouilles stratigraphiques dans les plaines littorales d’Alofitai et de Sa’avaka et sur le plateau de Loka en 1985 (Frimigacci et al., 1985). Une fouille sur la sépulture attribuée au premier Mauifa est réalisée l’année suivante (Frimigacci et al., 1986), avant que ne soient menées différentes études du matériel découvert (Sand, 1991). Une synthèse des données archéologiques et ethno-historiques sur Futuna est publiée par D. Frimigacci en 1990, détaillant une partie des informations obtenues sur Alofi. Dans le cadre de la finalisation des résultats des travaux ethnoarchéologiques des années 1980 et 1990 sur l’archipel (cf. Frimigacci, 2015), cet article se propose de présenter une synthèse des différentes données archéologiques obtenues sur Alofi durant le programme cnrs-orstom du milieu des années 1980, afin de contribuer à la connaissance de la longue histoire du berceau polynésien.

Premier inventaire des sites archéologiques d’Alofi

4L’île d’Alofi (fig. 2), d’une superficie d’environ 18 km2, est positionnée au sud-est immédiat de Futuna, n’étant séparée de celle-ci que par le Vasa, un bras de mer d’environ 1,5 km de largeur. D’origine volcanique, Alofi se compose aujourd’hui d’une succession de 5 plateaux de nature karstique datant du Pléistocène, l’île ayant subi des poussées successives au cours de son histoire géologique (Grzesczyk et al., 1987). Des résurgences basaltiques s’observent néanmoins en différents points de la côte et sur certains plateaux, ainsi que dans la zone centrale autour du Mont Kolofau, qui culmine à 417 m de hauteur. La côte est marquée par la présence de plusieurs zones de plaines sableuses peu étendues de plages quaternaires, en face desquelles continuent à se développer des récifs frangeants. Seule la zone récifale nord-ouest, face à la plaine côtière d’Alofitai et au Vasa, a vu se développer une véritable formation de lagon. De par la nature calcaire des niveaux géologiques de surface, aucun cours d’eau ne coule de façon continue à Alofi, qui comporte néanmoins plusieurs sources naturelles, en particulier sur la bande littorale. Les espaces de plateaux à très faible présence de sols humifères portent des forêts originelles de grands arbres, alors que les espaces fertiles ont été débroussés puis plantés depuis des millénaires et se caractérisent aujourd’hui par une végétation de repousse secondaire.

Figure 2. – Carte d’Alofi localisant l’emplacement des sites de l’inventaire archéologique

Figure 2. – Carte d’Alofi localisant l’emplacement des sites de l’inventaire archéologique

pao réalisée par Hemmamuthé Goudiaby

  • 1 La numérotation des sites permet de suivre le circuit de visite, débuté dans la partie sud d’Alofit (...)

5Dans le cadre de l’inventaire archéologique général des îles de Wallis et Futuna, mené principalement entre 1982 et 1985, le temps de terrain consacré à Alofi a été relativement restreint. Les sites d’Alofi ont été inventoriés durant la mission de 1984, D. Frimigacci et B. Vienne étant guidés par Kalepo Nau, Tui Asoa de Alo. Au total, 50 sites ont été numérotés individuellement, en utilisant la nomenclature définie pour l’archipel, chaque site d’Alofi étant identifiés par le sigle AF suivi d’un numéro1. L’objectif était avant tout d’inventorier les sites ethnoarchéologiques liés aux traditions orales, tout en notant de façon attentive l’existence de traces archéologiques plus anciennes, identifiables par exemple par la présence de tessons de poterie. Cet inventaire a été accompagné de l’enregistrement de toponymes d’Alofi.

Les sites comportant du matériel archéologique

6L’inventaire a permis de réaliser des ramassages de surface de matériel archéologique ainsi que l’identification de vestiges non-céramiques. Des tessons de poterie ont en particulier été ramassés en surface sur de nombreux sites, dans différentes plaines littorales et sur les plateaux intérieurs. Pour les bords de mer, c’est le cas de l’ancien hameau de Fugaana (AF 005) à Vaika, ainsi que d’Asau (AF 010) et de Pou Tasi (AF 015) à Sa’avaka. Différents sites de la plaine côtière d’Alofitai comportent également de la poterie en surface. Il en va de même en particulier à Mala’e Malu (AF 034), à Soki Soki (AF 037), à Lalo Aoa (AF 038) et à Ala Lasi (AF 039). Mala’e Tule (AF 008) sur le plateau d’Afaga, les champs d’Ala’ifo (AF 014), de Lalo Koli (AF 016), de Fenua Loa (AF 017) et de Mamalua (AF 018) sur les plateaux de Sa’avaka, ainsi que des zones de plateau de Poufatu (AF 020), de Loka (AF 021), d’Anatale (AF 031), de Lau Mea (AF 042), de Ka Tu Eni (AF 043) et de Lukefu (AF 044) le long du Ala Lasi comportent de la céramique. Quelques tessons ont enfin été ramassés à Malavai (AF 041), à Ala Paku (AF 049) et à la source de Vaina’ia (AF 050) le long des sentiers menant au Mont Kolofau.

7Les découvertes d’outils lithiques en surface ont été peu nombreuses, celles-ci se limitant à une herminette complète sur le site de Mala’e Tule (AF 008) à Afaga, trois fragments d’herminettes à Poufatu (AF 020), une petite herminette à Anatale (AF 031) et à l’extrémité distale d’une herminette à Mala’e Malu (AF 034). Un polissoir de basalte de forme concave, de 0,6 m de long, 0,4 m de large et 0,3 m de haut, a été répertorié à Mala’e Malu (AF 034). Un autre se trouve le long du chemin Ala Lasi au lieu-dit Talaki Uvea (AF 047). Des fragments d’ossements humains ont été identifiés dans la zone d’entrée de la grotte Ana o Lita (AF 024) sur le bord de mer de Loka. Enfin, une seule information liée à des vestiges enfouis a été récoltée lors de l’inventaire : à Lalo U’ui (AF 035) sur le terrain La’afua, aurait été observée lors du creusement d’un puits il y a plusieurs décennies, la présence en stratigraphie d’un ancien four renfermant des ossements et de la poterie.

Les résidences et habitats

8Alofi comporte série de résidences ainsi que d’anciens ensembles d’habitat, parfois organisés autour de centres cérémoniels et politiques. Dans de nombreux cas, les résidences sont associées à des titres d’anciennes chefferies. L’ancien village de Vaika (AF 004) se trouve ainsi dans l’ouest de la baie du même nom, celui de Fugaana (AF 005) étant situé en milieu de la baie. Le village de Mala’e Tule (AF 008), sur le plateau d’Afaga, comporte une place centrale légèrement surélevée par un entourage de blocs de corail, d’une longueur de 16,5 m sur une largeur côté mer de 14,7 m et côté opposé de 11,7 m. Des bases d’anciens fale (habitations) ainsi qu’une sépulture rectangulaire ont été observés autour de la place du mala’e. Dans la partie occidentale de la plaine côtière de Sa’avaka, l’ancien village d’Asau (AF 010) comporte, autour d’une place de mala’e et limitée côté falaise par des murs surélevés, une série de plates-formes basses avec des emplacements d’anciens fale et plusieurs zones de sépultures. Différents tertres de fale sont également présents dans l’ancien lieu d’implantation du Tui Sa’avaka à Pou Tasi (AF 015), à proximité d’un puits. Sur le plateau de Mamalua (AF 018) a été identifié un ancien espace de mala’e, environné de plusieurs fale ainsi que de sépultures. La zone de Poufatu (AF 020), sur le premier plateau à l’est de Sa’avaka, comprend l’espace de résidence attribué au premier Tui Sa’avaka, matérialisé par la présence d’un mala’e délimité par un alignement de blocs de corail et de basalte. Un grand tertre de fale est présent à proximité, ainsi que plusieurs tombes.

Figure 3. – Plan de la résidence et du mala’e de Mauifa à Loka (AF 021)

Figure 3. – Plan de la résidence et du mala’e de Mauifa à Loka (AF 021)

9La pointe orientale d’Alofi, dans la zone de Loka, est définie dans les traditions orales comme la zone de résidence de l’ancienne chefferie Mauifa. L’ensemble résidentiel (AF 021) (fig. 3), cartographié pour la première fois par E. Burrows en 1932, est situé sur une plate-forme comportant encore des alignements de blocs basaltiques, marquant probablement l’emplacement d’un habitat. À l’est se trouve une grande tombe individuelle attribuée au premier Mauifa. Cette résidence est bordée sur le flanc nord par un alignement de grandes dalles plantées de chant sur plus de 40 m de longueur, qui retiennent un talus d’environ 1 m de hauteur. Ces dalles, dont la plus grande mesure 2 m de longueur sur 1,1 m de hauteur et 0,25 m d’épaisseur moyenne, font face à une grande esplanade de mala’e mesurant 45 m de longueur sur environ 30 m de largeur. La limite occidentale du mala’e est bordée par un cimetière surplombant le cours d’eau qui divise Loka en deux et débouche à Ava Afi (AF 026) en bord de mer. Six tertres d’habitat de forme ovale ainsi qu’une dépression interprétée comme un grand four ont été identifiés au-dessus de la résidence. D’après la tradition, il s’agirait de la zone d’habitation de la famille du Mauifa. Les gens du commun habitaient, eux, à Toloka et Masina Afiafi. De l’autre côté du cours d’eau, dans la zone de Loaloa, se trouvent les vestiges d’un grand fale uvo (maison commune pour les jeunes célibataires), où résidaient les guerriers de Loka sous le commandement de Magotea.

10D’après les traditions orales, la région d’Anatale (AF 031), entre Loka et Ganiu, était la résidence du fale Tolu. L’inventaire a permis d’identifier, sur une largeur moyenne de 50 m à 150 m entre le pied de falaise et la zone rocheuse proche du bord de mer, l’existence d’un ensemble structuré de parcellaires sur environ 400 m de déroulé, de part et d’autre de la route ancienne AF 030. Les parcelles sont délimitées au sol par des murets, certains enclos renfermant un tertre de fale, un cimetière et/ou un four.

11La plaine côtière d’Alofitai, en face de Futuna, comporte également plusieurs résidences anciennes. Dans la zone nord-est, l’ancien village de Mala’e Malu (AF 034) était organisé autour d’un puits et comporte une plate-forme surélevée ainsi qu’un cimetière. Plus au sud-ouest, Lalo Aoa (AF 038) était la résidence d’un personnage de rang noble, Gututagi (Frimigacci, 1990 : 111). Sur ce site se trouve également la tombe de Pa Utu. La résidence de Mani Ulua se trouvait à Ala Lasi (AF 039).

12Enfin, le sommet d’Alofi, au Mont Kolofau (AF 040), comporte un ensemble étendu de plates-formes d’habitat en terrasses, à proximité de la source de Vaina’ia. À la base des terrasses a été observé un fossé défensif doté de chicanes ainsi qu’un mur en blocs de corail pouvant atteindre 1,8 m de hauteur. En aval, au lieu-dit Malavai (AF 041), se trouve un mur de plus de 5 m d’épaisseur et de 1,2 m à 1,5 m de hauteur, monté en blocs de corail (Frimigacci, 1990 : 60). Une porte nommée Malolo perce ce mur, permettant le passage du sentier allant de la rivière Vaiai’a à Tilifa. D’après la tradition orale, Kolofau aurait été l’emplacement d’un village avant l’installation du noble tongien Gaatialili, qui y aurait séjourné préalablement à sa tentative d’invasion de Futuna (Frimigacci, 1990 : 63-64).

Les sépultures

13L’inventaire s’est tout particulièrement attaché à localiser des cimetières et sépultures importants d’Alofi, afin, d’une part, d’en comprendre la répartition et, d’autre part, d’analyser les différentiations typologiques entre tombes et zones géographiques. Certaines tombes connues des traditions, comme celle du guerrier Vaivaika originaire de Sigave (AF 001), n’ont pas été localisées. Le cimetière au lieu-dit Mala’e (AF 006), comportant une quinzaine de tombes délimitées par des dalles de corail enfoncées de chant, serait associé au village de Fugaana (AF 005) dans le centre de la baie de Vaika. Un grand cimetière, attribué à la guerre entre le Tui Asoa et le Tui Sa’avaka, est présent à la limite de la zone du mala’e d’Asau (AF 010) (fig. 4). Il comporte une quarantaine de tombes de différentes tailles et formes, orientées est/nord-est à ouest/sud-ouest et marquées principalement par des dalles plantées de chant. La limite du cimetière est bordée par un muret sur une moitié de son pourtour. Plusieurs autres sépultures de plus grande taille, mesurant entre 2,3 m et 3,3 m de long sur 1,2 m et 2,15 m de large, sont disposées autour du mala’e. Des ensembles de sépultures, majoritairement de type rectangulaire, sont également présentes dans la plaine côtière de Sa’avaka à Faletiale (AF 011), à Alagi (AF 012), à Falefala (AF 013) et à Pou Tasi (AF 015). D’autres tombes ont été inventoriées sur le plateau, à Ala’ifo (AF 014), à Lalo Koli (AF 016) et à Ana Favela (AF 045), qui comporte huit sépultures de forme rectangulaire à entourage de dalles de corail ou de blocs de basalte. Plusieurs ensembles de tombes ont été inventoriés sur le plateau de Poufatu (AF 020), dont la tombe du premier Tui Sa’avaka, environnée de plusieurs autres sépultures, ainsi que celle du deuxième Tui Sa’avaka dans une autre zone du site. La tombe d’une des filles du Tui Sa’avaka avait été implantée au sommet d’un piton de karst de 5 m de hauteur et comporte un entourage de blocs de basalte, avec un remplissage composé de petits galets de basalte.

Figure 4. – Plan du cimetière d’Asau (AF 010)

Figure 4. – Plan du cimetière d’Asau (AF 010)

14Sur le plateau central de Mamalua (AF 018), se trouve, en bord du chemin Ala Lasi, un cimetière de guerriers tongiens, ainsi que plusieurs autres ensembles de tombes au sud-est. Plus loin, le plateau de Loka (AF 021), à la pointe est d’Alofi, comporte également plusieurs cimetières. Celui positionné en bordure du cours d’eau est composé d’une quarantaine de tombes, dont celle à double entourage de dalles de chant attribuée à Mauifa ii. Le premier Mauifa avait, lui, été enterré à proximité immédiate de sa résidence, au centre d’une tombe rectangulaire à double entourage de dalles plantées de chant, fouillée dans le cadre de ce programme (voir plus loin). Dans la zone de l’ancien village d’Anatale (AF 031) ont été relevés plusieurs ensembles de sépultures, en particulier dans la zone ouest. La tombe attribuée au guerrier Ika Pouli (Frimigacci, 1990 :116) est de forme ovale et faiblement surélevée, marquée par un entourage extérieur de blocs de corail et un entourage intérieur de blocs de basalte. La majorité des autres sépultures est de forme rectangulaire, marquée par des dalles plantées de chant ou des blocs de basalte d’entourage.

15Plusieurs cimetières ont été inventoriés dans la plaine côtière d’Alofitai. Celui de Mala’e Malu (AF 034) comporte de nombreuses tombes de forme rectangulaire, marquées au sol par des dalles de corail de chant. L’une des sépultures comporte un double entourage, les dalles extérieures étant les plus élevées. Sur le terrain Lalo U’ui (AF 035) se trouve une sépulture de dignitaire non identifié, de forme quadrangulaire marquée par des dalles de corail de chant, orientée est-ouest comme la majorité des tombes d’Alofi. Une autre grande sépulture faiblement surélevée de 7 m de long sur 6 m de large à double parement de dalles de corail de chant, est localisée à Soki Soki (AF 037). D’après la tradition orale, il s’agit de la tombe du Vakalasi nommé Maniulu’a (Frimigacci, 1990 : 115). La tombe de Pa Utu à Lalo Aoa (AF 038), flanquée d’une petite tombe, est de forme rectangulaire, avec des dalles de corail placées de chant, sortant en moyenne de 0,2 m, sauf du côté est, où deux dalles atteignent 0,4 m de hauteur. Un cimetière se trouve près de la résidence du personnage noble Mani Ulua, au démarrage de la route Ala Lasi (AF 039). La tombe de Mani Ulua est de forme rectangulaire, de 2,2 m sur 1,1 m, marquée par des blocs de corail posés au sol, la tête de la tombe étant marquée par des blocs de basalte.

Puits et routes

  • 2 Ce puits a été récemment cimenté, avec l’installation d’une pompe électrique.

16Les résidences principales et les chemins comportent des aménagements complémentaires. On trouve un puits, attribué comme tous ceux d’Alofi aux Agaifo (un groupe étranger d’immigrants, probablement micronésiens, nommés aussi « chinois-tsiaina ») (cf. Burrows, 1936 : 54-55), à proximité du bord de mer et de la résidence d’Asau (AF 010). Il comporte une ouverture de 2,8 m de diamètre et mesure environ 3 m de profondeur, les parois étant maintenues par un mur en blocs de corail2. Un autre puits, rond, avec un entourage extérieur d’un diamètre de 5,9m, est encore visible à Pou Tasi (AF 015), bien qu’il ait été bouché à une date ancienne après la chute de la fille du Tui Sa’avaka. À Alofitai avait été creusé, au centre de la plaine côtière de Mala’e Malu (AF 034), un puits de forme ovale parementé de blocs de corail et de basalte, de 5 m sur 3m, avec une profondeur d’environ 2,4 m. Le puits est entouré de gros blocs de corail en limite extérieure, à environ 6,5 m du centre. Un puit récent se trouve également à Lalo U’ui (AF 035).

17Les routes parementées sont peu nombreuses à Alofi. Sur le premier plateau de la côte nord dans la zone de Ganiu, certaines portions du chemin reliant Alofitai à Loka (site AF 030, Ala Matua) sont encadrées par un muret pouvant atteindre à certains endroits près de 2 m de largeur. La route Ala Lasi (AF 039), qui relie Alofitai à Sa’avaka et Loka par l’intérieur de l’île, comporte plusieurs tronçons parementés. La route Ala Paku vers le Mont Kolofau part de Lalo Aoa (AF 038) à Alofitai. Trois sentiers menant au sommet du Mont Kolofau (AF 040) accèdent au site par des portes aménagées dans le mur de protection de Malavai (AF 041).

Abris et sources

18De par la nature karstique de la grande majorité du substrat de surface d’Alofi, l’île est percée de nombreux abris et de quelques grottes. Ceux-ci sont tout particulièrement présents sur les premier et deuxième plateaux. Ainsi, sur le plateau entre Alofitai et Vaika, plusieurs abris ont été inventoriés dans la zone de Ana o Lote (AF 003). Tout près du bord de mer, au centre de la baie de Vaika, ont été localisés plusieurs abris (AF 005) portant encore des traces d’occupations anciennes. D’autres abris ont été inventoriés le long de la falaise, celle de Analololi (AF 007) créant parfois un grondement, interprété comme l’annonce de mauvais temps. Une source suinte de la paroi d’une petite grotte à Tilitilivai (AF 019), au pied de la grande falaise du troisième plateau à l’arrière de Poufatu. La pointe orientale d’Alofi comporte également plusieurs abris et grottes. La grotte de Ana o Lita (AF 024), associée à une tradition sur la déesse tutélaire Lita, se trouve sous l’abri de Faiga Aluga (AF 022), au niveau de la terrasse holocène. Plus à l’ouest en longeant la falaise, se trouve le grand abri sphérique Faka Siliga Kumete (« récupération de l’eau qui coule dans un kumete [plat] ») (AF 025), connu comme la « grotte de Loka ». Ce grand espace, naturellement protégé et pourvu d’eau douce coulant du plafond en plusieurs endroits, est aujourd’hui un lieu dédié à la Vierge Marie.

19Plusieurs sources suintent de la paroi le long de la côte nord d’Alofi, dont celle de Vai o Tagata mo Fafine (AF 027), comportant deux espaces séparés de bain réservés chacun à un sexe. Avant d’arriver à Ganiu, la source pétrifiée de Atu Tanoa (« nombreux tanoa [bol à kava] ») (AF 029) comporte des vasques semi-circulaires formées par la précipitation de la calcite, créant une série de marches jusqu’à la zone des marées hautes. En bord de mer d’Anatale, une source sort sur la plage de Matavili (AF 032). À Alofitai, une source sort en bord de mer à Pou Ata, à l’avant du site de Lalo U’ui (AF 035).

20Une seule grotte de grande taille a été inventoriée dans l’intérieur d’Alofi. Il s’agit de la grotte Ana o Lulu (AF 028) au pied du troisième plateau entre Loka et Ganiu. Un petit abri sous roche nommé Ana Moo, utilisé comme lieu de repos, se trouve le long du chemin Ala Lasi à Ka Tu Eni (AF 043). Après Ganiu en allant vers Alofitai, se trouve en bord de mer la grotte de Fatu Tafola’a (AF 033), renfermant un rocher en forme de baleine et comportant une source à proximité. À la pointe est d’Alofi, la grotte de Fatu Toto (AF 046), qui aurait été un lieu de culte du Tui Sa’avaka, contient un gros rocher en forme de tortue.

Les sites liés à des traditions

21Les principaux sites liés à des traditions orales ont été présentés dans le cadre de l’ouvrage d’ethnoarchéologie sur Futuna (Frimigacci, 1990) et ne le sont ici que de façon succincte. Ainsi, un atterrage tongien (AF 002) est localisé au sud-est de la plage d’Alofitai, dans la zone de Keu. Le défilé d’Ana Ulu (AF 009) aurait été le théâtre d’une guerre meurtrière entre les guerriers du Tui Asoa et ceux du Tui Sa’avaka, au cours de laquelle se seraient distingués les guerriers Pulemua et Pulemuli (Frimigacci, 1990 : 83-85). À la pointe est d’Alofi, l’abri de Faiga Uluga (AF 022) à flanc de falaise surplombant la mer, est associé dans la tradition orale aux guerriers Magotea et Vikiviki. La pointe elle-même porte le site de Fai le Umu (umu, four) (AF 023), où des fugitifs de la famille du Tui Asoa, poursuivis par les guerriers du grand chef Papa (Frimigacci, 1990 : 56), auraient préparé un four avant de sauter à la mer et de se transformer en marsouins (Frimigacci, 1990 : 100-101). À proximité se trouve la grotte de Ana o Lita (AF 024), associée à la déesse Lita. Lita aurait retardé la dernière tentative d’invasion de guerriers tongiens en faisant revenir à plusieurs reprises les guerriers sur leurs pas, permettant ainsi aux habitants de Ganiu, Loka et Sa’avaka de se préparer à piéger les envahisseurs à Mamalua (AF 018) (Frimigacci, 1990 : 65). Lita aurait ensuite quitté Alofi pour s’installer à Somasoma sur Sigave, emportant un gros rocher de la doline d’effondrement de Ana o Lita à Loka, pour le placer à la pointe de Somasoma.

22Une tradition associée à la source de Matavili (AF 032) raconte l’histoire d’une femme partie chercher de l’écorce de bourao (fau, Hibiscus tiliaceus) à Vaina’ia (AF 050) près du mont Kolofau, afin de fabriquer des jupes (sisi) pour une danse et qui serait tombée dans une crevasse, avant de réapparaître à Matavili. Au début du Ala Lasi côté Alofitai, une pierre du lieu-dit Kalamisi (AF 048) est associée à l’histoire des Tongiens massacrés à Mamaulua (AF 018). Quand on passe devant cette pierre d’environ 1 m sur 2 m en portant une charge, il faut, suivant la tradition orale, cracher dessus pour reprendre son souffle. Une dépression d’environ 30 m de diamètre et 6 m de profondeur dans le quatrième plateau d’Alofi à Lukefu (AF 044), serait une entrée du Pulotu, le domaine des dieux dans l’ancienne religion des Futuniens.

23Plus à l’est, avant l’accès aux falaises descendant vers Loka, le lieu-dit Talaki ‘Uvea (AF 047) est lié à une histoire décrivant comment les dieux se balançaient au-dessus du précipice. Enfin, deux grottes de bord de mer renferment l’une un rocher en forme de baleine (Fatu Tofola’a, AF 033), qui serait le reste d’un « bateau » échoué, et l’autre un rocher en forme de tortue (Fatu Toto, AF 046), qui aurait été un lieu de culte du Tui Sa’avaka.

Fouilles archéologiques

24Dans le cadre du programme ethnoarchéologique sur les îles Wallis et Futuna, la réalisation de fouilles archéologiques répondait à deux objectifs complémentaires. Le premier était de contribuer à définir une chronologie pour les différentes îles, grâce à la datation de niveaux stratigraphiques et à la réalisation de chrono-typologies sur le matériel découvert, en particulier la céramique et les herminettes. Le second était de définir des évolutions dans les traditions funéraires, par la fouille de sépultures significatives. Concernant spécifiquement Alofi, le programme cnrs-orstom fut le premier à effectuer des fouilles sur cette île, qui se sont concentrées en 1985 sur la réalisation de sept sondages et, en 1986, sur la fouille de la sépulture du premier Mauifa. Cette partie présente les principaux résultats obtenus lors de ces fouilles, avant de proposer dans la partie suivante une synthèse des données sur le matériel archéologique découvert.

Mala’e Malu (AF 34A-B)

25Le site de Mala’e Malu se trouve dans la zone nord-est de la plaine côtière d’Alofitai. Deux sondages de deux mètres carrés chacun ont été implantés sur la dune quaternaire à l’arrière du puits. La fouille du sondage AF 034A a permis de mettre au jour six niveaux stratigraphiques différenciés :

  1. Horizon humifère avec quelques coquilles ;

  2. Sol argilo-sableux sans poterie mais avec quelques fragments d’os ;

  3. Couche noire renfermant les restes d’un four (umu), avec la présence de charbons, de cendres et de pierres chauffées. Des fragments d’os ainsi que des tessons de poterie décorés au battoir ont été identifiés dans le remplissage du four ;

  4. Sable corallien marin d’origine dunaire renfermant quelques ossements ainsi que quelques fragments de poterie. Le niveau 4A correspond à la lentille de sable rubéfiée et altérée par le four de la couche 3 ;

  5. Niveau sableux gris foncé peu marqué, renfermant des charbons et des tessons de poterie, dont la base atteint la profondeur de 120 cm sous la surface ;

  6. Sable marin non anthropisé. La fouille a été finalisée à ce niveau.

Figure 5. – Coupe stratigraphique du sondage AF 034B et répartition des vestiges céramiques

Figure 5. – Coupe stratigraphique du sondage AF 034B et répartition des vestiges céramiques

pao réalisée par Hemmamuthé Goudiaby

26Le sondage AF 034B (fig. 5), positionné à proximité de la fouille précédente, a permis d’identifier huit niveaux stratigraphies différenciés :

  1. Horizon humifère renfermant quelques coquillages et de la poterie ;

  2. Niveau sableux dunaire de couleur rouge, renfermant de la poterie ;

  3. Poches de sable plus clair que le niveau précédent, renfermant des vestiges céramiques. Un échantillon provenant d’une zone de concentration de charbons en coupe ouest (80 cm) a retourné une datation de 1500+/-80 BP (Gif-7484) ;

  4. Horizon sableux clair sans vestiges ;

  5. Sable gris clair fortement induré, associé à des cendres claires compactes renfermant de la poterie et du matériel non-céramique. Une datation sur un échantillon prélevé à 117 cm a retourné un résultat de 1860+/-60 BP (Gif-8064) et un autre provenant de la base du niveau (140 cm) a retourné un résultat de 2340+/-280 BP (Gif-7485) ;

  6. Amas induré de cendres blanches ;

  7. Sable gris clair non induré, dont la base se situe à environ 2 m de profondeur ;

  8. Horizon sableux clair sans vestiges.

Asau (AF 010A-B) et Pou Tasi (AF 015A)

27Deux sites ont été sélectionnés dans la zone de bord de mer de Sa’avaka pour des sondages. Dans la partie ouest, deux sondages ont été implantés à Asau (AF 010). Le premier a été positionné en bordure d’un ancien fale, sur la place du mala’e, et le second à l’arrière du puits. Le sondage AF 010A (fig. 6), d’une taille totale de 4 m2, a permis d’identifier six niveaux stratigraphiques différenciés :

  1. Horizon humifère de sable gris, sans tessons, renfermant quelques graviers de corail, fragments d’os et coquillages. La zone intérieure du fale, délimitée par des pierres de pourtour, comporte un remplissage plus caillouteux ;

  2. Niveau de sable stérile ocre-jaune renfermant de grosses ponces grises mais sans autre matériel. A la base de ce niveau, la fouille a été limitée à 2 m2, orientés au nord ;

  3. Sable gris-jaune foncé renfermant des ponces grises légèrement altérées et quelques vestiges archéologiques ;

  4. Horizon de sable gris-jaune renfermant quelques petits tessons ;

  5. Niveau de sable gris-jaune plus clair, renfermant un peu de matériel archéologique. La couche se prolonge en coupe nord jusqu’à près de 120 cm de profondeur, avec un remplissage de pierre brûlées d’un ancien foyer, des charbons et du matériel céramique ;

  6. Remplissage de sable blanc renfermant des blocs de corail épars, non anthropisé. La fouille a été interrompue à 200 cm de profondeur, sur un niveau de graviers de corail.

Figure 6. – Coupe stratigraphique du sondage AF 010A d’Asau et répartition des vestiges céramiques

Figure 6. – Coupe stratigraphique du sondage AF 010A d’Asau et répartition des vestiges céramiques

pao réalisée par Hemmamuthé Goudiaby

28Le sondage AF10B, d’une extension de 2 m2, a été implanté à proximité du puits, sur une terrasse quaternaire plus basse que le sondage précédent. Un total de sept niveaux stratigraphiques a été observé :

  1. Horizon humifère de sable gris-noir, rempli de ponces mais sans tessons. Un reste de dallage en blocs de corail semble présent à la base ;

  2. Horizon de sable marin clair avec quelques coquillages ;

  3. Même type de sable, comportant un remplissage plus important de coquillages et de blocs de corail ;

  4. Niveau de sable ocre stérile renfermant quelques ponces et blocs de corail ;

  5. Niveau stérile de sable blanc renfermant des fragments de coquillages et du gravier de corail roulé ;

  6. Niveau de sable blanc-gris renfermant des blocs de corail reposant sur une couche de cailloutis de corail. Une zone plus indurée avec du sable gris est présente dans la moitié sud de la fouille, renfermant quelques fragments de poterie et des coquilles brûlées ;

  7. Niveau de sable stérile fin. La fouille a été arrêtée à 140 cm de profondeur, sur un sable grossier coquillier.

29Dans la partie centrale de la zone de bord de mer de Sa’avaka a été implanté, sur le site de Pou Tasi (AF 015), un sondage à environ 35 m à l’arrière du puits comblé, sur la plate-forme d’un ancien fale. La fouille a permis d’identifier un total de onze niveaux stratigraphiques différenciés :

  1. Terre humifère noire, renfermant beaucoup de cailloutis de corail et des ponces grises ;

  2. Horizon de sable gris-noir renfermant toujours beaucoup de cailloutis et de ponces ;

  3. Sable ocre stérile renfermant du matériel d’apport naturel (ponces, coquilles, corail) ;

  4. Sable ocre stérile renfermant quelques coquillages de Burgos sp. et des ponces. À sa base est présente une induration de corail et de ponces rougies ;

  5. Induration de sable de couleur ocre-rouge renfermant de grosses ponces et des blocs de corail. Un charbon a été échantillonné dans ce niveau ;

  6. Conglomérat de gros blocs de corail dans un sable fin rosé, ne renfermant pas de ponces ;

  7. Horizon de sable blanc stérile, renfermant des ponces de couleur jaune foncé ;

  8. Niveau de sable gris dans la moitié nord du sondage, renfermant des tessons et des coquilles brûlées, en particulier vers 150 cm de profondeur, mais sans charbons ;

  9. Sable induré clair stérile, à l’exception de quelques fragments de coquillages et de galets de corail ;

  10. Sable non induré blanc stérile, renfermant quelques fragments de corail et des petites coquilles entières. La fouille a été arrêtée à 215 cm de profondeur, sur un niveau de sable induré (11).

Loka (AF 21A-B)

30Dans le cadre de l’étude détaillée du site de Filisia à Loka (AF 021), ont été fouillés deux sondages. Le premier (AF 021A) a été implanté au pied d’un tertre de fale dans la zone en amont de la résidence de Mauifa, le second (AF 021B) étant positionné en bordure d’un alignement de blocs marquant probablement un habitat de la résidence de Mauifa, à proximité de la tombe du premier Mauifa. Dans les deux cas, sous un niveau charbonneux de surface et une couche de terre argileuse brun-rouge contenant quelques charbons, apparaît, à partir d’environ 20 cm, l’horizon naturel en cours de décomposition. Aucun tesson n’a été découvert lors des fouilles.

Figure 7. – Plan de la sépulture du premier Mauifa à Loka (AF 021C)

Figure 7. – Plan de la sépulture du premier Mauifa à Loka (AF 021C)

Sépulture du premier Mauifa (AF 21C)

31La tombe attribuée au premier Mauifa est située dans la partie est de la résidence de ce titre, face au grand mala’e, sur la parcelle Filisia. Bien que grandement déstructurée par le temps, entraînant en particulier le basculement d’une partie des éléments d’entourage, on reconnaît une forme rectangulaire à double entourage de dalles en corail fichées de chant dans le sol, avec des limites orientées est-ouest. La structure mesure 5 m de long sur une largeur de 3,7 m, certaines des dalles extérieures atteignant une hauteur de 0,75 m. Une série de galets de basalte forme une couronne à l’intérieur de cet espace. La fouille a été ouverte sur une superficie de 4,5 m2, positionnée au centre de l’espace funéraire (fig. 7).

32Deux sondages profonds ont permis de montrer que la dépouille avait été placée sur un petit rehaussement artificiel de terrain. Le niveau sur lequel a été dégagée la base du squelette est aujourd’hui à une dizaine de centimètres sous la surface actuelle, démontrant une érosion importante de la couche de sol placée à l’origine sur la dépouille. Le corps, d’une taille estimée à 1,8 m, placé au centre de la tombe sur une fine couche de fragments de corail, a été enterré en position allongée, la tête orientée à l’est. La partie supérieure du crâne, avec la mâchoire supérieure et la boîte crânienne, n’étaient plus présentes, probablement déplacées lors de cultures horticoles. Les bras étaient écartés, la main gauche posée sur le bassin et la main droite plus éloignée de la base du tronc. Les jambes étaient allongées et faiblement écartées. L’acidité du sol ainsi que différents processus taphonomiques, liés à l’utilisation de cette zone comme espace de cultures mais également à la pousse d’arbres au cour du temps, ont grandement abîmé le squelette, dont seuls les os les plus robustes ainsi que quelques vertèbres ont pu être dégagés. Une partie du fémur droit, probablement exhumé lors d’une plantation, avait été ré-enterré à l’arrière de la tête. Le squelette était recouvert d’une couche de sable fin, témoignant de l’existence de cette tradition régionale à Alofi dans le passé. La tombe avait été fermée par une couche de terre, avant que sa surface ne soit couverte avec un lit de fragments de corail et de graviers de rivière (kili kili).

33À la fin de la fouille, des dents ont été prélevées pour datation. Une première datation a donné un résultat moderne, tout comme une deuxième datation (Beta-81449). Ces résultats, issus d’analyses radiocarbone réalisées dans les années 1980 et 1990, à une époque où les méthodes de datation pour des échantillons des derniers siècles restaient peu précises, permettent simplement de conclure que la dépouille attribuée au premier Mauifa a probablement été enterrée un à deux siècles avant l’arrivée des missionnaires.

Matériel archéologique, typologies et chronologie

34Les différents ramassages de surface et fouilles effectués à Alofi permettent de proposer une étude générale des caractéristiques du matériel archéologique découvert, qu’il s’agisse de la céramique ou des autres vestiges de la culture matérielle. La cartographie de plusieurs cimetières autorise également une première approche typologique de cette catégorie particulière d’aménagements.

La céramique

35L’inventaire des sites archéologiques d’Alofi a permis de récolter en surface des tessons de poterie sur vingt-et-un sites, avec une répartition spatiale couvrant l’ensemble de l’île, des plaines côtières aux principaux plateaux occupés dans le passé. Un total de 21 bords, 3 épaulements, 28 anses et 1 disque (tupe) ont été également identifiés dans les ramassages de surface. Par contre, seuls quatre des sept sondages ont mis au jour de la poterie en stratigraphie. Les niveaux de concentration de tessons sont situés pour le sondage AF 010A entre 45 cm et 80 cm de profondeur (couche 5), pour le sondage AF 015A entre 140 cm et 170 cm de profondeur (couches 8 et 9), pour le sondage AF 034A entre 105 cm et 115 cm de profondeur (couche 5) avec des tessons principalement roulés, trois tessons étrangers étant présents dans la couche supérieure 3. Seul le sondage AF 034B a permis de mettre au jour des tessons sur l’ensemble de la stratigraphie anthropique, tout en observant une grande homogénéité des tessons.

Figure 8. – Typologie des bords de poteries de la période Tavai à Alofi (AF 034B)

Figure 8. – Typologie des bords de poteries de la période Tavai à Alofi (AF 034B)

pao réalisée par Hemmamuthé Goudiaby

36Quelques tessons sont clairement d’origine fidjienne, de par la nature exogène des dégraissants observables au microscope binoculaire. Ceux-ci comportent des décors de motifs incisés ou imprimés au battoir. La majorité des tessons étudiés peut être rattachée à la tradition céramique de Tavai, caractéristique de la deuxième partie de la chronologie céramique de Futuna (Frimigacci, 1990 ; Sand, 1991). Le dégraissant est systématiquement composé d’un sable lithique. Les pots sont de forme relativement standardisée, avec en grande majorité des récipients à bord vertical (fig. 8), pouvant dans certains cas avoir une lèvre légèrement marquée. Le corps du pot comporte une panse souvent peu bombée, avec parfois la présence d’un épaulement ou d’une faible carène. Les quelques tailles ayant pu être calculées se situent entre 20 cm et 40 cm de diamètre au bord. En complément de l’utilisation d’engobe pour renforcer la couleur de certains pots, le seul décor identifié se caractérise par un alignement de petits points sur la lèvre de bords découverts dans le sondage AF 034B (niveaux 130-140 cm et 190-200 cm). Quelques rares bords issus de bols à fond probablement plat ont également été identifiés. Le montage des récipients paraît avoir été réalisé avec la technique des plaques et au battoir. Certains fonds de pots comportaient une superposition de deux plaques pour renforcer leur solidité, bien que la majorité des tessons aient une faible épaisseur, comprise entre 4 mm et 7 mm. Des traces de battoir technique, parfois renforcées afin de créer un décor, peuvent être observées sur certains tessons découverts en fouilles, en particulier dans le sondage AF 034B. Seules deux anses ont été découvertes en stratigraphie, respectivement dans le niveau 180-190 cm et 200-210 cm du sondage AF 034B. Plus de la moitié des anses provenant de ramassages de surface, placées verticalement sur les pots, ont une section ronde, le tiers restant ayant une section ovale. Enfin, dans les niveaux profonds des sondages AF 010A et AF 015A, des tessons dégraissés au moins en partie au sable corallien pourraient être rattachés à la tradition céramique ancienne d’Asi Pani, caractérisant le début du peuplement de Futuna. Le peu de vestiges céramiques présents ne permettent pas de préciser plus en détail, pour Alofi, les caractéristiques des pots produits durant cette période de premier peuplement sur la petite île.

Le matériel non céramique

37Seules deux herminettes entières et 4 fragments d’herminettes ont été récoltés en ramassages de surface. Celle découverte sur le site AF 008 se classe dans le type 21 de J. Garanger (1972a) mais n’a pas de correspondance dans la typologie proposée par R. Green pour Samoa (Green et Davidson, 1969). La petite herminette entière du site AF 031 est de type A-11 de Garanger mais ne se trouve pas non plus dans la typologie de Green. Enfin, le fragment distal découvert sur le site AF 034 est de type 22a de Garanger, correspondant au type III de Green pour Samoa. Toutes ces herminettes sont caractéristiques de la chronologie récente de la Polynésie occidentale.

38La grande majorité des autres objets non-céramique de petite taille a été découverte lors des fouilles, bien qu’aucun tamisage des sédiments n’ait été réalisé. Les fouilles ont permis d’identifier, dans les niveaux avec de la céramique, la présence de petits éclats de verre volcanique dans les sondages AF 010A (7), AF 015A (11) et AF 034B (2). L’origine de ce verre volcanique n’a pas été différenciée pour le moment, entre la source géologique de Tafai à Niuatoputapu (Tonga) (Kirch, 1988) et une source locale sur Futuna. Une herminette allongée, de 10 cm sur 5 cm, taillée dans la coquille d’un bénitier, a été découverte à 78 cm de profondeur dans le sondage AF 034B. Sa typologie la rapproche d’herminettes en bénitier présentes dans des niveaux du premier millénaire avant J.-C. aussi bien en Polynésie occidentale (ex. Kirch, 1988 : fig. 122) qu’en Mélanésie insulaire (ex. Bedford, 2006 : 194-199). Un autre fragment de bénitier plus épais, découvert brûlé dans le même sondage, pourrait être le reste d’une seconde herminette en coquillage.

39Quatre fragments d’hameçons simples en nacre et une probable chute de fabrication ont été découverts à différents niveaux du sondage AF 034B de Mala’e Malu (fig. 9). Le premier, dans le niveau 10-20 cm, a été fabriqué dans une coquille de Trochus sp. et comporte une courbure marquée avant le dard de la pointe, et devait avoir une longue hampe. Un grand hameçon de forme courbe, dont il manque la pointe et le dard, mais dont la tête rétrécie permet d’observer l’accroche réalisée pour l’attache, provient du niveau 110-120 cm. Deux petits hameçons de forme arrondie dont le sommet de la hampe est manquant ont été mis au jour à 135 cm de profondeur. Enfin, un fragment de nacre ayant probablement servi à confectionner un hameçon a été mis au jour dans le niveau 160-170 cm du sondage AF 034B.

Figure 9. – Hameçons en nacre découverts dans le sondage AF 034B

Figure 9. – Hameçons en nacre découverts dans le sondage AF 034B

pao réalisée par Hemmamuthé Goudiaby

40Ces découvertes indiquent que la tradition de fabrication d’hameçons en nacre a perduré durant toute la chronologie culturelle, avec des variations dans les formes produites au cours du temps et probablement en fonction des poissons pêchés. Un plomb de pêche rainuré fabriqué dans un galet de basalte (fatu matau) a été découvert dans le niveau 170-180 cm du sondage AF 034B ; différents cônes découverts dans ce sondage ont également pu être utilisés comme plombs de filet (figota matau).

41La présence de trois calottes de porcelaine de Cipraea sp. trouvées dans le niveau 35-40 cm et dans le niveau 120-130 cm du sondage AF 034B est plus surprenante, car ces éléments sont principalement utilisés comme un élément de leurre à poulpe (voir Burrows, 1936 : 152). Or le poulpe (feke) était, jusqu’à l’implantation de la religion chrétienne, un des dieux principaux du panthéon futunien et il était interdit d’en manger. Une épine d’oursin crayon provenant du niveau 70-80 cm du sondage AF 034B comporte les traces d’une utilisation comme polissoir, alors qu’un fragment de petit bracelet probablement en Trochus sp. a été découvert à 160 cm. Le sondage AF 034B du site de Mala’e Malu a produit un total de 6 disques céramiques (tupe) entre 70 cm et 170 cm de profondeur, comportant des diamètres variant entre 3,5 cm et 4,5 cm. Ces disques étaient probablement utilisés pour la forme ancienne du jeu polynésien du tupe, qui consistait à faire rouler ce disque le plus loin possible (Burrows, 1936 : 222).

42Bien que n’ayant pas été récoltés de façon systématique faute de tamisage des sédiments, les fouilles réalisées sur Alofi ont permis d’identifier des variations dans certains ensembles de vestiges osseux et coquilliers. Différents fragments d’os, identifiés par les fouilleurs comme des os humains ou de cochons, ont été mis au jour dans les couches supérieures du site AF 034 de Mala’e Malu. Dans les couches profondes des sondages AF 010A et AF 034B a été observée la présence d’un nombre plus ou moins important d’épines d’oursins crayon (Heterocentrotus mamillatus), qui sont complètement absentes dans les couches supérieures. Ceci pourrait indiquer soit un processus de progressive raréfaction à cause d’une surpêche durant la période céramique, soit l’introduction d’un prédateur ou d’une maladie qui aurait décimé la population d’oursins crayon à Alofi.

Typologie des sépultures

43L’inventaire de surface a permis d’identifier un total de 20 tombes individuelles et 18 regroupements de sépultures formant des cimetières, comportant entre 3 et parfois près de 40 structures individuelles. L’organisation interne des cimetières ne semble pas répondre à une règle déterminée, les tombes pouvant être séparées de près d’un mètre entre elles dans certains cas ou parfois être accolées les unes aux autres en rangées parallèles (cf. fig. 4). Si la majorité des tombes apparait se situer à la hauteur du sol, a été noté dans certains cas une légère surélévation du terrain, pouvant indiquer que des tombes ont été aménagées à des époques successives au même endroit. Les sépultures sont orientées majoritairement est/ouest (AF 010, AF 021, AF 045), certains cimetières ayant une orientation légèrement décalée vers l’ouest/sud-ouest (AF 010, AF 018).

Figure 10. – Typologie des types principaux de sépultures identifiés à Alofi

Figure 10. – Typologie des types principaux de sépultures identifiés à Alofi

pao réalisée par Hemmamuthé Goudiaby

44Sur Alofi, la majorité des sépultures (fig. 10, A1-A2) est caractérisée par une forme rectangulaire, délimitée par des dalles de corail plantées de chant dans le sol. Les plus modestes ne mesurent pas plus de 1,2 m de longueur totale, avec une moyenne entre 2 m et 3 m, la plus grande atteignant 7 m (AF 037). Dans de rares cas, l’entourage de dalles plantées est double (AF 010). Il s’agit alors majoritairement de tombes de grands personnages enterrés en bordure de cimetière collectif (site AF 021, tombe du Mauifa II ; site AF 037, tombe de Maniulu’a). L’autre organisation funéraire principale d’Alofi, en nombre moins important, est la sépulture avec entourage de blocs de basalte (fig. 10, B1-B2). De par la nature sphérique des blocs, ces sépultures sont souvent de forme légèrement ovale, avec des proportions proches de celles des sépultures rectangulaires en corail. Dans de rares cas, la sépulture est clairement ovale, de plus grande taille, avec parfois un double entourage (AF 031) et le mélange entre dalles de corail et blocs de basalte (AF 020) (fig. 10, C1-C2). L’association entre ces deux matériaux ne se rencontre que de façon ponctuelle dans 8 sites et ne semble donc pas avoir été une tradition courante. En revanche, dans ces mêmes petits cimetières, on rencontre fréquemment des tombes individuelles en dalles de corail et en blocs de basalte à proximité les unes des autres. Une autre variable entre tombes est le type de remplissage superficiel (kili kili). Le remplissage statistiquement le plus répandu est celui formé par des fragments de corail, dans certains cas associés à des petits galets de basalte. Dans la région de Sa’avaka, ce sont les pierres ponces qui ont été majoritairement utilisées, alors qu’entre Loka, Anatale et Alofitai sur la moitié nord d’Alofi, c’est l’utilisation de fragments de corail qui est la plus régulière.

Analyse

45Les données archéologiques mises au jour à Alofi permettent de replacer pour la première fois de façon relativement précise cette petite île dans le contexte général de la préhistoire et de l’histoire pré-coloniale du Pacifique central. Concernant la phase initiale d’occupation, les fouilles menées aussi bien sur le site de Mala’e Malu (AF 034) à Alofitai que sur ceux de Sa’avaka (AF 010 et AF 015) permettent de définir le début du peuplement de l’île au moins à la fin de la période Lapita-Asi Pani, vers 700 avant J.-C. Au cours des siècles suivants, les familles se sont progressivement dispersées à travers l’île, en occupant les zones côtières et en s’installant également sur les plateaux fertiles de l’intérieur. Les tessons de poteries de la tradition de Tavai découverts de façon régulière dans les champs, progressivement brisés au cours des millénaires lors des préparations des cultures horticoles, ont perdu pour leur immense majorité depuis longtemps tout attribut typologique permettant de définir avec précision leur période de production. Seul le sondage AF 034B a permis d’identifier des variations typologiques et de formes, sans que n’apparaisse une chrono-typologie claire pour la tradition de Tavai. De même, les sondages stratigraphiques réalisés à Alofi n’ont pas permis de définir à quelle époque la fabrication de poteries a été abandonnée sur l’île. De plus, cette question est compliquée par la présence de tessons céramiques paraissant, de par leur composition minéralogique et les décors incisés ou au battoir visibles, avoir une origine fidjienne. Cette identification rejoint une donnée de tradition orale (Frimigacci et al., 1987 : 114), rapportant que des « kulo » (poteries) étaient amenés à Futuna par des pirogues arrivant de Fidji dans les temps passés.

46L’impossibilité de définir, pour le moment, avec précision la fin de la chronologie céramique sur Alofi, rend difficile l’individualisation des sites occupés durant la période intermédiaire de la chronologie, avant l’émergence des chefferies traditionnelles décrites par les traditions orales. Néanmoins, les données ancrent clairement Alofi dans la sphère culturelle polynésienne au cours des deux derniers millénaires, avec des caractéristiques – dans les traditions matérielles autant que dans les formes d’occupation de l’espace – qui se différencient nettement des traditions culturelles de l’est fidjien, pourtant géographiquement proche (cf. Sand et al., 2000). À Fidji, la chronologie archéologique montre par exemple la poursuite de la fabrication de poteries jusqu’au xixe siècle. Les données stratigraphiques obtenues à Sa’avaka paraissent indiquer, pour la période intermédiaire, des épisodes de faible occupation pouvant laisser penser que, durant certaines phases historiques, les installations étaient avant tout réparties sur les plateaux de l’île. Sur une île sans rivière, il est également probable que, dès les périodes anciennes, la majorité des sources d’eau s’écoulant en bord de mer le long des falaises de la côte nord d’Alofi a été exploitée. Le débit de certaines sources a pu varier en fonction des modifications induites par les tremblements de terre, des mouvements de terrain pouvant entraîner le ralentissement ou l’assèchement de certains écoulements.

47Les vestiges de surface inventoriés sont quasiment tous associés à des traditions orales, la plupart du temps en lien avec des personnes ou des événements précis, dans un cadre politique liant Alofi avec la partie nord-ouest (Sigave) ou est (Tua-Alo) de Futuna suivant les périodes (cf. Frimigacci, 1990). Certaines de ces traditions n’ont pas de référence chronologique facilement identifiable, comme le cimetière des guerriers tongiens à Mamalua (AF 018) ou les puits de Mala’e Malu (AF 034) et Asau (AF 010) creusés par les Agaifo. D’autres sont associés à des personnages régionaux importants, comme le fort du Mont Kolofau (AF 040) occupé par le chef tongien Gaatialili et ses guerriers, avant leur départ pour Futuna. L’époque de Gaatialili est datée par les généalogies régionales autour des xve-xvie siècles (Frimigacci, 1990 : 161 ; Sand, 1999). Mais la grande majorité des vestiges de surface semble être associée à des événements et des titres ayant dominé durant les derniers siècles avant l’abandon de l’île (cf. Frimigacci, 1990). La datation récente de la tombe du premier Mauifa (AF 021), à Loka, vient en support archéologique de cette hypothèse. La position dans laquelle est enterrée la dépouille fouillée à Loka est similaire à celle du squelette de la tombe attribuée à Wallis (‘Uvea) au « Hau mythique » Puhi (MU 020A) (Frimigacci, 2015 : 255-257), à celle attribuée à Niuatoputapu au chef Houmafakalele iii (Kirch, 1988 : 133-138) et à celle du chef Roy Mata, probablement d’origine polynésienne, au Vanuatu (Garanger, 1972b). Elle est clairement différente de la tradition d’enterrement du corps enroulé dans des tapa (siapo) et/ou des nattes, qui était en pratique à Futuna à l’arrivée des missionnaires (Rensch, 1985 : 62). Cette tradition aurait été introduite de Samoa lors de l’installation de la chefferie Fakavelikele à Tua (Frimigacci et al., 1986 ; Frimigacci, 1990 : chap. iii).

48Les organisations de l’espace qui peuvent être observées, structurées autour d’une place centrale et d’un grand fale cérémoniel, comme à Loka (AF 021) et à Asau (AF 010) dans la plaine côtière occidentale de Sa’avaka, sont conformes aux plans des hameaux futuniens connus par les premières descriptions faites par les navigateurs hollandais en 1616 (Schouten, 1619 : 51-52) puis par divers travaux ethnographiques (Burrows, 1936 ; Panoff, 1970). Lors du premier contact, les Hollandais ont pu observer l’arrivée à Leava (Futuna) d’une flotte de pirogues en provenance d’Alofi le 30 mai 1616, portant 300 guerriers, 16 cochons et de nombreuses racines de kava (Schouten, 1619 : 57-58). À cette occasion eut lieu la première cérémonie du kava décrite dans un texte européen. 

  • 3 Alofi a continué à être utilisée comme île de plantations horticoles et de chasse jusqu’à aujourd’h (...)

49À partir du corpus archéologique identifié, le recours aux traditions orales, qui attribuent de façon indiscutée la zone orientale d’Alofi (région de Loka) au titre guerrier Mauifa, avec le soutien de Tui Asoa, la partie sud de l’île au titre Tui Sa’avaka et la partie occidentale au titre Vakalasi, permet de définir les contours relativement précis d’une géographie politique ancienne d’Alofi. La présence du titre Fale Tolu à Ganiu sur la zone nord de l’île introduit des éléments de complexité dans les divisions entre chefferies, que les recherches futures devront préciser. L’inventaire archéologique permet donc de reconstituer de façon originale, car non perturbé par des occupations récentes, le cadre spatial et d’occupation des principaux lieux qui ont été le théâtre des conflits et événements marquants décrits par les traditions orales. L’abandon d’Alofi avant l’arrivée des premiers missionnaires en 1837 a « fossilisé » une partie de ces sites traditionnels, permettant de conserver une vision de l’organisation de l’espace polynésien préchrétien dans un contexte de préservation, un cas unique dans cette région centrale du Pacifique3.

Conclusion

50L’inventaire et les fouilles préliminaires réalisés au milieu des années 1980 à Alofi, la voisine de Futuna en Polynésie occidentale, ont permis de mettre en lumière un ensemble de données historiques de premier intérêt, démontrant une occupation longue et complexe dans cette petite île aujourd’hui sans population permanente. Ce premier travail général demande à être poursuivi, afin de préciser pour Alofi toute une série d’éléments de la chronologie historique et culturelle. La présence d’au moins un site daté du Lapita oriental sur Futuna (Sand, 1993) ouvre la possibilité d’une occupation de même époque sur Alofi, la plaine côtière d’Alofitai restant la zone probable de première implantation pour l’archipel. Certains sites d’Alofi pourraient également contenir des stratigraphies bien préservées à l’image du sondage AF 034B de Mala’e Malu, permettant d’analyser plus en détail les évolutions chrono-typologiques de la poterie et de définir avec précision la fin de la chronologie céramique de l’archipel, qui reste pour le moment débattue, entre une hypothèse envisageant une production perdurant jusqu’au milieu du deuxième millénaire après J.-C. (Frimigacci, 1990 : 170) et une autre considérant un abandon au début du premier millénaire après J.-C. (Sand, 1991, 1992). Comme ailleurs en Polynésie occidentale, les sites occupés durant les « âges sombres » (Dark Ages) (Davidson 1979 : 94) – soit entre la fin de la production de poteries et l’avènement des chefferies traditionnelles durant les siècles précédant l’intrusion occidentale – seront probablement les plus difficiles à identifier. Leur étude reste pourtant essentielle afin de mieux comprendre les processus de formation des organisations politiques et sociales polynésienne observées par les premiers Européens (Frimigacci et Vienne, 1987). Les données des fouilles stratigraphiques sur Sa’avaka permettent de proposer comme hypothèse que cette période intermédiaire a été caractérisée par des occupations prioritairement groupées sur les plateaux d’Alofi, comme ceci a été identifié pour Futuna (Frimigacci, 1990). Dans leur contexte régional, les deux îles se classent clairement dans l’ensemble culturel ouest-polynésien, marquant la frontière avec le monde mélanésien malgré leur lien ancien avec l’île de Cikobia (Fidji), à 250 km vers le sud-ouest (Sand et al., 2000). Cette division culturelle tranchée ne signifie pas que Futuna et Alofi étaient isolées en bordure du triangle polynésien. L’archéologie autant que les traditions orales mettent en lumière qu’elles avaient des contacts, d’une part, avec des grandes chefferies de Samoa (Frimigacci, 1990 ; Sand, 2006) et, d’autre part, avec des îles de l’est fidjien, d’où étaient parfois importées des poteries. Les traditions orales individualisent clairement les contacts avec les groupes tongiens comme systématiquement agressifs, les navigateurs du sud cherchant dans chaque histoire à s’implanter par la force. Toutes ces attaques se concluent par un échec, qu’elles soient menées par des guerriers anonymes ou par des personnages historiques importants comme le Tui Tonga Kau’ulufonuafekai puis le vice-roi Gaatialili (Frimigacci 1990 ; Sand, 1999). Outre ces échanges, les Futuniens avaient une tradition d’implantation dans d’autres îles. Ainsi, la présence ancienne de familles futuniennes sur la petite île de Naqelelevu à Fidji est, aujourd’hui encore, matérialisée par l’existence de 4 sépultures de typologie typiquement futunienne dans le cimetière, avec une forme rectangulaire en dalles de beachrock plantées de chant (Sand et al., 2007).

51Dans l’histoire de l’Océanie, une des spécificités de l’archipel est d’offrir un cas unique de contact précoce pour le Pacifique central, avec l’arrêt de 14 jours par l’équipage hollandais du navire Eendracht en mai 1616. À cette date, la majeure partie d’Alofi était occupée, comme le démontraient les fumées visibles à partir de la baie de Leava (Schouten, 1619 : 55). Plus de 220 ans plus tard, en arrivant à Futuna en 1837, le père Channel ne put que constater qu’Alofi était presqu’entièrement dépeuplée. Les raisons de ce dépeuplement ont été expliquées de différentes manières : guerres et cannibalisme (Frimigacci, 1990), évolutions politiques aboutissant à des regroupements de populations autours de systèmes de royautés (Kirch, 1994) ou impact direct et conséquences de l’introduction de maladies inconnues des populations locales par les navigateurs européens (Sand, 2017). Tous ces thèmes de recherche trouvent aujourd’hui un intérêt croissant de la part de la population originaire de Futuna, tout en étant centraux pour une meilleure reconstitution du passé de l’ensemble du Pacifique central. Des recherches archéologiques demandent donc à être reprises sur Futuna et Alofi afin de mieux comprendre les dynamiques d’évolution qui ont caractérisé les trois millénaires de l’histoire de cet archipel.

Haut de page

Bibliographie

Bedford Stuart, 2006. Pieces of the Vanuatu Puzzle: Archaeology of the North, the South and the Centre, Canberra, Pandanus Press, Terra Australis 23.

Burley David et David Addison, 2018. Tonga and Samoa in Oceanic Prehistory. Contemporary Debates and Personal Perspectives, in Ethan E. Cochrane et Terry L. Hunt (eds), The Oxford Handbook of Prehistoric Oceania, New York, Oxford University Press, pp. 231-251.

Burley David et Jeffrey T. Clark, 2003. The archaeology of Fiji/West Polynesia in the post-Lapita era, in Christophe Sand (ed.), Pacific Archaeology: Assessments and Prospects, Cahier de l’Archéologie en Nouvelle-Calédonie 15, Nouméa, département Archéologie de la Nouvelle-Calédonie, pp. 235-254.

Burrows Edwin, 1936. Ethnology of Futuna, Honolulu, B. P. Bishop Museum, B. P. Bishop Museum Bulletin 138.

Burrows Edwin, 1939. Western Polynesia: a study of cultural differentiation, Gothenberg, Ethnological studies 7.

Clark Geoffrey, David Burley et Tim Murray, 2008. Monumentality and the development of the Tongan maritime chiefdom, Antiquity 82 (318), pp. 994-1008.

Davidson Janet, 1979. Samoa and Tonga, in J. Jennings (ed.), The Prehistory of Polynesia, Canberra, anu Press, pp. 82-109.

Frimigacci Daniel, 1990. Aux temps de la terre noire. Ethno-archéologie des îles Futuna et Alofi, Paris, éditions Peeters, selaf 321.

Frimigacci Daniel, 2015. Archéologie de ‘Uvea Mama’o, Nouméa, Institut d’archéologie de la Nouvelle-Calédonie et du Pacifique, coll. Traces 1.

Frimigacci Daniel, Muni Keletaona, Claire Moyse-Faurie et Bernard Vienne, 1987. Ko le Fonu Tu’a Limulimua. La tortue au dos moussu. Textes de tradition orale de Futuna, Paris, édition Peters, selaf 356.

Frimigacci Daniel, Christophe Sand et Jean-Pierre Siorat, 1986. Fouilles de sauvetage à Futuna (Wallis-et-Futuna), rapport Sciences humaines, Nouméa, centre orstom.

Frimigacci Daniel et Bernard Vienne, 1987. How they become Polynesian: An ethnoarchaeological investigation of Futuna and Uvea, Man and Culture in Oceania 3, pp. 117-119.

Frimigacci Daniel, Bernard Vienne et Jean-Pierre Siorat, 1985. Fiches des sites archéologiques et ethnohistoriques de Futuna, rapport Sciences humaines, Nouméa, centre orstom.

Garanger José, 1972a. Herminettes lithiques océaniennes. Éléments de typologie, Journal de la Société des Océanistes 36, pp. 253-274 (https://doi.org/10.3406/jso.1972.2383).

Garanger José, 1972b. Archéologie des Nouvelles-Hébrides. Contribution à la connaissance des îles du Centre, Paris, Société des Océanistes, Publication de la Société des Océanistes 30 (http://books.openedition.org/sdo/859, https://doi.org/10.4000/books.sdo.859).

Girard Charles (éd.), 2008, Lettres des missionnaires maristes en Océanie 1836-1854. Anthologie de la correspondance reçue par Jean-Claude Colin fondateur de la Société de Marie pendant son généralat, Paris, Karthala.

Green Roger C. et Janet Davidson, 1969. Description and classification of Samoan adzes, in R.C. Green et J. Davidson (eds), Archaeology of Western Samoa 1, Auckland, Auckland Institute and Museum, Bulletin of the Auckland Institute and Museum 6, pp. 21-32.

Grzesczyk Alain, Jean-Philippe Eissen, Jacques Dupont, Christian Lefèvre, Patrick Maillet et Michel Monzier, 1987. Pétrographie et minéralogie des îles Futuna et Alofi, TOM de Wallis-et-Futuna (Pacifique Sud-Ouest), Comptes-rendus de l’Académie des Sciences de Paris 305, série II, pp. 93-98.

Kirch Patrick V., 1975. Cultural adaptation and ecology in western Polynesia: An ethnoarchaeological study, Yale University, Ph.D. non publié.

Kirch Patrick V., 1976. Ethno-archaeological investigations in Futuna and Uvea (Western Polynesia): A preliminary report, Journal of the Polynesian Society 85, pp. 27-69.

Kirch Patrick V., 1988. Niuatoputapu: the Prehistory of a Polynesian Chiefdom, Seattle, Burke Museum.

Kirch Patrick V., 1994. The wet and the dry. Irrigation and Agricultural Intensification in Polynesia, Chicago and London, The University of Chicago Press.

Kirch Patrick V., 2000. On the Road of the Winds: An Archaeological History of the Pacific Islands before European Contact, Berkeley, University of California Press.

O’Reilly Patrick, 1963. Le Maire et Schouten à Futuna en 1616, Journal de la Société des Océanistes 19, pp. 57-80.

Panoff Michel, 1970. La terre et l’organisation sociale en Polynésie, Paris, Payot.

Rensch Karl H (éd.), 1985. Futuna et Alofi. Notes ethnographiques du 19ème siècle, Canberra, Archipelago Press.

Rozier Claude (éd.), 1960. Écrits du Père Pierre Chanel, Paris, société des Océanistes, Publication de la Société de Océanistes 9.

Sand Christophe, 1991. The ceramic chronology of the Island of Futuna, Western Polynesia: an overview, in M. Spriggs (ed.), Lapita Design Form and Composition, Canberra, Australian National University, Research School of Pacific Studies, Occasional Papers in Prehistory 19, pp. 123-133.

Sand Christophe, 1992. Différenciation des chronologies céramiques de la Polynésie occidentale à partir d'une origine commune située dans l'ensemble culturel Lapita, in J.-C. Galipaud (éd.), Poterie Lapita et peuplement, Nouméa, Publications orstom, pp. 207-217.

Sand Christophe, 1993. Données archéologiques et géomorphologiques du site ancien d'Asipani, Futuna (Polynésie occidentale), Journal de la Société des Océanistes 96, pp. 117-144 (https://doi.org/10.3406/jso.1993.2928).

Sand Christophe, 1999. Empires maritimes préhistoriques dans le Pacifique : Ga'asialili et la mise en place d'une colonie tongienne à Uvea (Wallis, Polynésie occidentale), Journal de la Société des Océanistes 108, pp. 103-124 (https://doi.org/10.3406/jso.1999.2081).

Sand Christophe, 2006. A View from the West: Samoa in the Culture History of ‘Uvea (Wallis) and Futuna (Western Polynesia), The Journal of Samoan Studies 2, pp. 5-15.

Sand Christophe, 2007. The eastern frontier: Lapita ceramics in the Fiji-West Polynesia region, in S. Chiu et C. Sand (eds), From Southeast Asia to the Pacific. Archaeological Perspectives on the Austronesian Expansion and the Lapita Cultural Complex, Taipei, Academia Sinica, pp. 214-242.

Sand Christophe, 2017. The abandonment of Alofi Island (Western Polynesia) before missionary times: a consequence of early European contacts?, in M.C. Berrocal et C. Tsang (eds), Historical and archaeological perspectives on early modern colonialism in Asia-Pacific and the Pacific 1, Miami, University Press of Florida, pp. 33-56.

Sand Christophe, Frédérique Valentin et Tarisi Sorovi-Vunidilo, 2000. At the border of Polynesia: archaeological research in the East-Fijian Islands of Cikobia and Naqelelevu, in P. Bellwood, D. Bowery, J. Allen, E. Bacus et G. Summerhayes (eds), Indo-Pacific Prehistory: the Melaka papers, Canberra, Australian National University, Bulletin of the Indo-Pacific Prehistory Association 20, pp. 107-116.

Sand Christophe, Frédérique Valentin, Jacques Bolé, André Ouetcho, David Baret, Tarisi Sorovi-Vunidilo et Sepeti Matararaba, 2007. Report and preliminary analysis of the first archaeological survey of Naqelelevu atoll, Northeast Fiji, Journal of the Polynesian Society 124, pp. 407-432.

Schouten G., 1619. Journal ou description du merveilleux voyage de Guillaume Schouten, Hollandois natif de Hoorn, faites années 1615, 1616 & 1617, Amsterdam, Harman Ianfon.

Haut de page

Notes

1 La numérotation des sites permet de suivre le circuit de visite, débuté dans la partie sud d’Alofitai, avant de visiter la partie sud d’Alofi formée en particulier par les plaines côtières de Vaika et Sa’avaka. La pointe orientale de l’île autour de Loka a été tout particulièrement inventoriée, avant un retour à Alofitai en passant par la côte nord, dont la baie de Ganiu. Le dernier ensemble de sites se répartit le long du chemin central (Alalasi) traversant l’île et en direction du sommet d’Alofi, le Mont Kolofau (Frimigacci et al., 1985).

2 Ce puits a été récemment cimenté, avec l’installation d’une pompe électrique.

3 Alofi a continué à être utilisée comme île de plantations horticoles et de chasse jusqu’à aujourd’hui, sans qu’à aucun moment ne soient recréés des hameaux. Seule la plaine côtière d’Alofitai comporte un nombre important de fale, mais ceux-ci sont implantés à proximité de la plage, contrairement aux habitats anciens.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. – L’archipel de Futuna et Alofi dans le contexte géographique du Pacifique
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/11708/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Figure 2. – Carte d’Alofi localisant l’emplacement des sites de l’inventaire archéologique
Crédits pao réalisée par Hemmamuthé Goudiaby
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/11708/img-2.png
Fichier image/png, 336k
Titre Figure 3. – Plan de la résidence et du mala’e de Mauifa à Loka (AF 021)
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/11708/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Figure 4. – Plan du cimetière d’Asau (AF 010)
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/11708/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Figure 5. – Coupe stratigraphique du sondage AF 034B et répartition des vestiges céramiques
Crédits pao réalisée par Hemmamuthé Goudiaby
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/11708/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Figure 6. – Coupe stratigraphique du sondage AF 010A d’Asau et répartition des vestiges céramiques
Crédits pao réalisée par Hemmamuthé Goudiaby
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/11708/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Figure 7. – Plan de la sépulture du premier Mauifa à Loka (AF 021C)
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/11708/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Figure 8. – Typologie des bords de poteries de la période Tavai à Alofi (AF 034B)
Crédits pao réalisée par Hemmamuthé Goudiaby
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/11708/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 9. – Hameçons en nacre découverts dans le sondage AF 034B
Crédits pao réalisée par Hemmamuthé Goudiaby
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/11708/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Figure 10. – Typologie des types principaux de sépultures identifiés à Alofi
Crédits pao réalisée par Hemmamuthé Goudiaby
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/11708/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 553k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Sand, Daniel Frimigacci, Jean-Pierre Siorat et Bernard Vienne, « Bilan des recherches archéologiques sur l’île d’Alofi (Futuna, Polynésie occidentale) »Journal de la Société des Océanistes, 150 | 2020, 75-91.

Référence électronique

Christophe Sand, Daniel Frimigacci, Jean-Pierre Siorat et Bernard Vienne, « Bilan des recherches archéologiques sur l’île d’Alofi (Futuna, Polynésie occidentale) »Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 150 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2022, consulté le 29 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/jso/11708 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jso.11708

Haut de page

Auteurs

Christophe Sand

Conservateur en chef du patrimoine, Centre ird de Nouméa, gdr gred, christophe.sand@ird.fr

Articles du même auteur

Daniel Frimigacci

Directeur de recherches (retraité), umr arscan cnrs, dfrimigacci@canl.nc

Articles du même auteur

Jean-Pierre Siorat

Musée de la Nouvelle-Calédonie (retraité)

Bernard Vienne

Institut de recherches pour le développement (ird) (†)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Centre National du Livre
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search