Navigation – Plan du site

AccueilNuméros151Actes et actualitésAssemblée générale 2020 : bilan e...

Actes et actualités

Assemblée générale 2020 : bilan exercice 2019

p. 327-332

L’assemblée générale, qui devait se réunir le 19 mars 2020 à 17h30, en salle de cours n° 1, musée du quai Branly-Jacques Chirac (mqb), s’est finalement tenue en visio-conférence, le 9 juillet 2020 de 9h00 à 12h45. Suite à sa nomination comme directeur du mqb le 27 mai 2020, le président en exercice, Emmanuel Kasarhérou, a démissionné et la présidence par intérim a été assurée par la vice-présidente, Pascale Bonnemère. Après l’avoir félicité et remercié, au nom de la Société des Océanistes, pour son travail en tant que président de la sdo, la présidente par intérim, Pascale Bonnemère, a lu les différents rapports (moral, financier, publications, cinéma et conférences, site Internet, réseaux sociaux et podcasts) liés à l’exercice 2019.

Rapport moral de l'exercice 2019 – Philippe Peltier et Magali Mélandri

La Société des Océanistes a vu en 2019 le renouvellement de son conseil d'administration (ca) ainsi que la désignation d'un nouveau bureau. Emmanuel Kasarhérou poursuit son mandat de Président, aux côtés de Maurice Godelier, vice-président, et Pascale Bonnemère qui assure la double fonction de co-vice-présidente et trésorière. Magali Mélandri a été élue au poste de secrétaire générale. Qu'il me soit permis de remercier ici les membres du bureau, ancien et nouveau, ainsi que la secrétaire de la sdo pour leur accompagnement précieux et fort utile dans cette transition.

Isabelle Leblic poursuit son implication dans son poste de secrétaire générale adjointe, chargée du Journal de la Société des Océanistes et des publications. Jessica De Largy Healy et Stéphanie Leclerc-Caffarel assurent désormais la programmation culturelle comme secrétaires générales adjointes chargées du cinéma et des conférences et Marie Durand et Sébastien Galliot contribuent également à la visibilité de la Société en tant que secrétaires généraux adjoints chargés du site internet et des réseaux sociaux. Le conseil d'administration s'est enrichi de nouveaux membres, chercheurs actifs qui promettent une dynamique nouvelle. Cette dynamique est indispensable, notamment face au nombre décroissant d'adhérents de la sdo (en 2019, 81 membres).

  • 1 Pour un bilan complet, voir le rapport d'I. Leblic sur le jso et les publications 2019.

Du côté du Journal de la Société des Océanistes1, 2019 a vu la poursuite de l'évolution des comités de rédaction, un pour chaque numéro. Suite à un travail collectif des membres du Conseil d'administration au second semestre, une révision des consignes aux auteurs et aux responsables de numéros thématiques a pu être mise en œuvre. Cela permet davantage de lisibilité de nos processus éditoriaux, accessibles via le site internet du jso https://journals.openedition.org/jso/.

L'année a été marquée par le lancement d'une seconde édition de la bourse Anthony JP Meyer, supportée par la sdo et la Société des Amis du musée du quai Branly-Jacques Chirac. En 2019, Sophie Jacqueline, première lauréate de cette bourse a pu mener son étude sur l'apport de l'étude médico-légale sur les têtes surmodelées de Mélanésie aux processus d'analyse des restes humains transformés, tandis que nous avons désigné en fin d'année une nouvelle lauréate, Lisa Renard. Cette doctorante de l'université de Strasbourg étudiera en 2019-2020 des manteaux maori conservés dans les collections du mqb-jc, selon une approche d'anthropologie des techniques associée à un travail collaboratif avec des expertes en tissage maori en Nouvelle-Zélande. Ces différents travaux devraient trouver une belle valorisation dans le Journal de la Société des Océanistes, dans lequel les deux lauréates proposeront un article. La diffusion de l'appel à bourse devrait être plus étendu à l'avenir, les candidatures étant encore trop « timides » après une année d'existence.

On peut souligner les partenariats fructueux noués avec le Festival International du Film Océanien (fifo), le centre des métiers d'art de Polynésie française, le Wairoa Māori Film Festival et le fonds d'amitié France-Nouvelle-Zélande (soutien financier) qui ont permis d'enrichir la programmation de séances de cinéma et de conférences autour d'une thématique Nouvelle-Zélande/Aotearoa (2018-2019) et Polynésie française (2019-2020) tout au long de l'année. Certaines séances ont fait salle comble, sous l'impulsion des invités et de leurs réseaux.

La programmation culturelle de la sdo s'est enrichie par le lancement des podcasts Vents d'Océanie, créés par Mathilde Caër, nouvellement arrivée au ca. Ces enregistrements sonores inédits de personnalités artistiques et intellectuelles du Pacifique, diffusés gratuitement sur la plateforme Soundcloud, sont une nouvelle façon pour la sdo de valoriser les cultures océaniennes. Quatre séquences ont été réalisées, qui ont réuni plus de 300 auditeurs.

Pour conclure, soulignons l'engagement fort des membres du ca dans la vie de la sdo. Nous leur adressons nos remerciements pour toutes ces réalisations. Forts de cette implication, certains chantiers pourront être finalisés prochainement, espérons-le, parmi lesquels la fin du classement des archives de la sdo avant dépôt aux archives du mqb-jc.

Rapport accepté à l’unanimité des présents.

Rapport financier de l’exercice 2019 – Pascale Bonnemère

Tableau 1. – Bilan de l’exercice 2019 (comptes arrêtés le 31/12/19)

  • 2 Revenus 2nd semestre 2018 + International 2018 + 1er semestre 2019.
  • 3 Les cotisations maif 2019 et 2020 ont été réglées en 2019.
  • 4 Montant des ventes 2018 et 1er semestre 2019 (règlements reçus en 2019).
  • 5 Frais liés au Cinéma des Océanistes (sur subvention Fondation de France/Fonds amitié France/Nouvell (...)

Recettes

Dépenses

Cotisations membres

3 580,00

jso 148

Engagement jso 149

4 908,07

5 000,00

Abonnements jso

4 280,40

Subvention cnl jso

Subvention cnrs jso

3 398,91

1 500,00

Frais d’expédition jso 148

800,15

Ventes jso au n° 

1 936,74

Engagement frais d’expédition jso 149

500,00

Revenus ventes sur Cairn2

5 080,16

Salaire secrétaire

Charges sociales

8 420,82

3 357,55

Ventes publications

3 531,15

maif3

755,56

Contrat Istex

6 814,50

Frais de bureau (+ovh)

289,67

Ventes publi Openbook4

903,47

Frais financiers

163,20

Ventes dvd

115,50

Frais Paypal

25,80

Droits diffusion

370,00

Remb. Frais d’expéd.

363,87

Frais expédition dvd

9,40

Frais d'expédition Publi

314,80

Dons

154,84

Engagement frais Réassort Paillart

315,42

Droits de copie

Droits auteurs Gallimard

418,80

51,72

Droits d’auteur (dvd)

Droits d’auteurs publi. (estim.)

Divers5

517,58

TOTAL

32 500,06

25 378,02

Solde positif

7 122,04

Position des comptes : Livret A = 21 535,06 € (relevé du 31/12/2019) ; Portefeuille = 41 602,14 € (relevé 31/12/2019).

Tableau 2. – Budget prévisionnel 2020

Recettes

Dépenses

Cotisations membres

3 500,00

jso 150 et 151

10 000,00

Abonnements jso

3 500,00

Frais d’expé jso

1 300,00

Subvention cnl jso

Subvention cnrs jso

2 500,00

1 500,00

Ventes jso au n° 

500,00

Salaire secrétaire

8 500,00

Revenus ventes sur Cairn

3 000,00

Charges sociales

3 500,00

Prime 2019

600,00

Ventes publications

3 500,00

Frais de bureau

300,00

Ventes Openbook 2nd sem. 2019

270,00

Frais financiers

170,00

Ventes Openbook 1er sem. 2020

250,00

Frais Paypal

30,00

Ventes dvd

150,00

maif 2021

400,00

Remb. Frais d’expéd.

300,00

Frais d'expé publi/dvd

300,00

Subvention Graff mise de côté

4 800,00

Impress Pub 52 Graff

6 000,00

Droits de copie

400,00

Droits d’auteurs

280,00

Droits d’auteur (Gallimard)

51,00

Divers

500,00

TOTAL recettes prévu

24 221,00

Solde positif 2019

7 122,04

Total prévu 2020

31 343,04

31 880,00

Solde prévu 2020 (négatif)

-536,96

Rapport accepté à l’unanimité des présents.

Rapport sur le jso, les Publications et les dvd – Isabelle Leblic

Rapport sur le jso

Deux jso sont parus en 2019 :

- jso 148 : Filmer (dans) le Pacifique, sous la direction de Jessica De Largy Healy et Éric Wittersheim (194 p., dont 54 p. couleur) : https://journals.openedition.org/jso/7667. Quatorze textes reçus, douze finalement validés et publiés. Le comité de rédaction de ce volume était composé de Magali Mélandri, Marie Durand et Denis Monnerie. Pour veiller à l’équilibre anglais-français, certains textes ont été traduits pour la parution papier.

- jso 149 : Le Pacifique en première ligne face au changement climatique, sous la direction d’Élodie Fache, Pascal Dumas et Antoine De Ramon N'Yeurt (114 pages dont 34 p. couleur) : https://journals.openedition.org/jso/9005. Sept textes reçus, six finalement validés et publiés. Le comité de rédaction pour ce volume était composé de Maëlle Calandra, Marie Durand et Stéphanie Leclerc-Caffarel.

Depuis septembre 2018, chaque volume est doté d’un comité de rédaction spécifique ; celui du jso 149 a pu se réunir et la pratique se poursuivra pour les jso suivants en fonction des possibilités de chacun (présentiel, visio-conférence). L’ajout des comités de rédaction, qui représente une aide très appréciable pour la rédaction et les éditeurs scientifiques, rallonge considérablement la phase éditoriale jusqu’à la mise sous presse. Nous avons donc décidé d’intégrer ce paramètre dans le calendrier des prochains appels à dossiers afin que les volumes ne paraissent pas systématiquement en retard (ce qui s’est passé pour les deux volumes de 2019).

Par conséquent, nous avons mis à jour les renseignements et consignes destinés aux coordinateurs des dossiers et auteurs d’articles sur le site de la revue sur OpenEdition afin que le fonctionnement de la revue et le processus de soumission soient plus clairs. Ces éléments sont également communiqués systématiquement aux coordinateurs, membres des comités et auteurs de chaque numéro.

Côté abonnements institutionnels et adhésions : pour l’année 2019, nous avons enregistré 81 abonnements institutionnels (contre 92 l’an passé), soit, au prix moyen de 72 €, un total de 5 832 €. Nous avons, par ailleurs, pour 2019, 77 membres ayant cotisé pour le jso (contre 102 en 2018), pour un total de 3 745 €. Ce qui représente une baisse importante de nos membres, due peut-être au manque de relances régulières aux retardataires. Les campagnes de mailings personnalisés permettent souvent de récupérer des membres.

Avec les subventions, les ventes au numéro et les revenus Cairn, le jso a rapporté cette année à la sdo, en plus des abonnements et adhésions, 11 915,81 €, ce qui est une année record et représente 1/3 des recettes 2019 de la sdo. Quant aux dépenses, elles se répartissent entre les frais d’impression, environ 10 000 €, auxquels il faut ajouter les frais d’envoi d’environ 1 500 €, ce qui représente un budget totalement équilibré hors abonnements et cotisations. C’est la première année que cela nous arrive depuis très longtemps.

jso à venir :

  • jso 150 : Varia.

  • jso 151 : Hommage à Jean-Claude et Françoise Rivierre : Linguistique et anthropologie linguistique océanienne, coordonné par Isabelle Leblic. Comité de rédaction : Pascale Bonnemère et Sebastian Fedden.

  • Appels à contributions lancés pour les années à venir :

  • jso 152 : Les collections océaniennes en France (https://journals.openedition.org/jso/10974), coordonné par Hélène Guiot, Emmanuel Kasarhérou et Magali Mélandri.

  • jso 153 : Apprentissage, (re)construction et (re)valorisation des savoirs en Océanie (https://journals.openedition.org/jso/10979), coordonné par Céline Travési.

  • jso 154 : Jean Guiart : L’ethnographie comme marathon d’une vie (https://journals.openedition.org/jso/11247), par Lamont Lindstrom et Marc Tabani.

Subventions

– ventes :

Il faut noter que le jso 147 a enregistré un nombre record de ventes au numéro grâce aux initiatives prises par I. Leblic en tant que co-éditrice du dossier du jso 147 en 2019 pour un montant de 1 449,40 € (les 2/3 des ventes de 2019) auxquels il faut ajouter les 15 préventes de 2018 pour un total de 449 €. Soit un total de 1 898,40 €. Ce jso 147 est d’ailleurs épuisé. Pour mémoire, au total, en 2019, nous avons vendu au numéro pour 1 936,74 € de jso tous volumes confondus et hors vente de collections quasi complètes. C’est donc une année record.

Il est donc primordial que les responsables de dossier s’impliquent dans la publicité et la diffusion du numéro qu’ils coordonnent.

Pour Cairn, il est pour l’instant trop tôt pour dire si la baisse de la barrière mobile affecte ou non nos revenus. Rappelons que nous avons été sélectionnés dans le cadre de l’expérimentation proposée par Cairn d’abaissement de la barrière mobile à 1 an (contre 2 précédemment). Il est prévu que chaque revue participante reçoive une somme fixe ainsi qu’un supplément au prorata des consultations sur Cairn.

Côté subventions, le cnl a augmenté son aide de 2 500 à 3 398,91 € pour 2019, ce qui est un soutien appréciable. Le montant de la subvention cnrs est resté égal sur trois ans en l’absence temporaire d’un responsable des revues à l’inshs pour mener à bien la campagne d’évaluation des revues (la subvention a été reconduite automatiquement). Cependant, un nouveau responsable ayant été nommé, nous devrons faire, en 2020, notre demande de soutien comme à l’accoutumée. Espérons que celui-ci sera maintenu, d’autant plus que nous avons suivi les recommandations de l’inshs-cnrs en abaissant notre barrière mobile depuis plusieurs années : de 3 ans au départ, nous sommes passés à 2 puis à 1 an.

Il faut noter que nous devons recevoir, en même temps, les versions anglaise et française des introductions et des articles traduits car il est extrêmement difficile d’obtenir que Cairn fasse des modifications ou des ajouts après la mise en ligne officielle. En effet, le contrat prévoit que la mise en ligne intervienne en même temps que la parution papier. Cette mise en ligne doit se faire sur OpenEditionJournals et c’est OpenEdition qui se charge de la transmission des textes à Cairn. Nous ne pouvons communiquer directement avec Cairn et n’avons pas la main sur leur site.

Les Publications de la sdo

L’ouvrage de Stéphanie Graff, Autodétermination et autochtonie en Nouvelle-Calédonie. L’effacement progressif de la question coloniale, est en cours de correction (par l’auteur et par I. Leblic et D. Monnerie). Il paraîtra en 2020, sous forme papier (grâce à la subvention de l’ihel), et en ligne.

Cette année, notre collègue Jean-Louis Rallu a retiré son ouvrage L’ouvrage de Raghragh Charley, “Gooday Master Delegation Condominium N-H” (New-Hebrides - Vanuatu) alors que celui-ci avait été présenté et évalué par le biais de la sdo et de lecteurs extérieurs trouvés par la rédaction. Le retrait d’ouvrages déjà engagés dans le processus d’édition est regrettable et nous ne pouvons que le déplorer. Une telle attitude ne respecte pas le travail fait par les éditions de la sdo (recherche de lecteurs pour avis, lectures et corrections…) et met à mal l’ensemble du processus éditorial de nos collections et de leur mise en ligne sur OpenEditionBooks.

Cette année, les publications papier ont enregistré 3 531 € de recettes, soit un peu plus de la moitié des ventes de l’an dernier. Les revenus de publication OpenEditionBooks sont en baisse depuis deux ans (environ 1 000 € par an), baisse sans doute due au manque de nouveaux titres mis en ligne.

Les dvd

Il n’y a aucun nouveau dvd cette année. Les ventes des dvd existants ainsi que quelques droits de diffusion se montent à 470,50 € dont 130,50 € de ventes proprement dites de dvd. Les droits de diffusion ont donc généré 340 €.

Rapports acceptés à l’unanimité des présents.

Cinéma et conférences des Océanistes – Aurélie Condevaux, Jessica De Largy Healy et Stéphanie Leclerc-Caffarel

Durant la première partie de l’année 2019, nous avons poursuivi au musée du quai Branly-Jacques Chirac le cycle de projections autour de Aotearoa-Nouvelle-Zélande débuté l’année précédente, avec des créations portant sur la Nouvelle-Zélande ou réalisées/produites dans ce pays (cf. programme ci-dessous). Ce cycle, organisé grâce à une subvention de 3 000 euros du Fonds d’Amitié France-Nouvelle-Zélande, a pris fin le 19 juin.

La fréquentation s’est stabilisée, avec une moyenne de 20-25 personnes par séance et des pics de 50 personnes et plus pour certains événements organisés en collaboration avec d’autres partenaires (sociétés de production, fifo).

Des photos de ces différentes séances ainsi que les programmes détaillés sont consultables sur la page Facebook de la Société des Océanistes (https ://www.facebook.com/societedesoceanistes/).

Un nouveau cycle consacré à la Polynésie française a débuté en septembre 2019 et se poursuivra jusqu’en décembre 2020. Nous bénéficierons des nouveaux horaires proposés par le musée, les séances ayant désormais lieu le jeudi de 19h à 21h.

Séances du cycle Aotearoa - Nouvelle-Zélande

  • Mercredi 13 février 2019 : « Mémoires et tissage chez les Māori de Nouvelle-Zélande Aotearoa : quand les manteaux de prestige (kākahu) se font outils mnémoniques ». Conférence de Lisa Renard, doctorante en anthropologie, Université de Strasbourg.

  • Mercredi 13 mars 2019 : « L’art contemporain des femmes māori (Aotearoa - Nouvelle-Zélande) ». Dialogue entre l’artiste Lisa Reihana, invitée dans le cadre de l’exposition Océanie au musée du quai Branly-Jacques Chirac, et Catherine Pellini (docteure en anthropologie credo-amu).

  • Mercredi 15 mai 2019 : The Pā Boys (93 min, Aotearoa Nouvelle-Zélande, 2014), de Himiona Grace. Séance suivie d’une discussion avec le réalisateur, Himiona Grace, invité grâce à la subvention du Fonds d’Amitié France-Nouvelle- Zélande, et Nelly Gillet (traductrice).

  • Mercredi 19 juin 2019 : Projection d’une sélection de courts métrages du Wairoa Māori Film Festival 2018. En présence de la présidente du festival, Deborah Walker-Morrison, Associate Professor, University of Auckland.

Séances du cycle Polynésie française

  • Jeudi 26 septembre 2019 : A’a, La Joconde de la Polynésie (52 min, Merapi Productions et les Films du Pacifique), film de Cécile Baquey-Moreno avec France Télévisions. Séance exceptionnelle, en présence de la réalisatrice Cécile Baquey-Moreno, du ministre de la Culture de Polynésie française, Heremoana Maamaatuaiahutapu et de Miriama Bono (directrice du Musée de Tahiti et des Îles, et coordinatrice du fifo), suivie d’un cocktail offert par Merapi Productions.

  • Jeudi 17 novembre 2019 : Makatea, l’oubli (52 min, Bleu Lagon, Grand Angle, Polynésie 1ère, 2010), de Jacques Navarro-Rovira. Projection organisée en partenariat avec le Festival international du film océanien (fifo), suivie d’une discussion avec la journaliste Khadidja Benouataf.

  • Jeudi 12 décembre 2019 : Rencontre autour de l’art contemporain polynésien. Projection de Putahi Kotahitanga (ke’a Concepts & Productions, 35 min, 2016), film de Viri Taimana, réalisé par Are Raimbault, suivie d’une présentation des travaux du Centre des métiers d’art de la Polynésie française. En présence de Hihirau Vaitoare, Tokainiua Devatine, enseignants au Centre des métiers d’art de la Polynésie Française, et de l’artiste Norbert Vanaa.

Rapport accepté à l’unanimité des présents.

Rapport sur le site internet – Sébastien Galliot

En 2019, 7 annonces d’événements (cinéma et conférences) et 2 annonces de parution (n° 147 et 148 du jso), ont été diffusées sur le site internet (http://www.oceanistes.org/oceanie/). Le podcast proposé par Mathilde Caër est venu s’ajouter aux actualités relayées sur le site. Cinq podcasts sont actuellement en ligne sur la page dédiée (http://www.oceanistes.org/oceanie/vents-doceanie-le-podcast-de-la-sdo/).

Le suivi des commandes via le site internet de la sdo est pris en charge par Hélène Guiot, ainsi que les renouvellements d’abonnements auprès de notre hébergeur ovh.

Le chiffre des ventes de la boutique en ligne s’élève à 545,50 € pour 15 commandes passées avec un total de 15 articles achetés. Le jso demeure la publication la plus achetée puisqu’elle totalise 351 €. Les autres ventes se répartissent de la manière suivante : Petit dossier : 11,50 € ; Publications des Océanistes : 62 € ; dvd : 30 €.

Rapport accepté à l’unanimité des présents.

Rapport sur la communication et les réseaux sociaux – Marie Durand

En 2019, la page facebook de la société (https://www.facebook.com/societedesoceanistes/) a été globalement plus active que l’année précédente avec environ trois publications par mois à l’exception des mois d’été. Les abonnements à la page ont continué d’augmenter et atteignent environ 600 au 15 janvier 2020, soit 200 personnes supplémentaires par rapport à décembre 2018. La portée générale des publications a été en moyenne de 712 personnes touchées par post, avec une moyenne de 78 clics sur le contenu et 47 partages par publication. Les publications qui ont suscité le plus de clics et de partages sont les séances de cinéma et les parutions du journal de la sdo. Notons également le podcast proposé par Mathilde Caër, Vents d’Océanie, dont les cinq opus disponibles (https://soundcloud.com/user-70535674/) sont venus cette année dynamiser notre fil d’actualité !

En 2019, 7 annonces d’événements (cinéma et conférences) et 2 annonces de parution (n° 147 et 148 du jso), ont été diffusées sur le site internet (http://www.oceanistes.org/oceanie/).

Rapport accepté à l’unanimité des présents.

Rapport sur le podcast Vents d'Océanie – Mathilde Caër

Le podcast Vents d'Océanie, lancé en septembre 2019, est constitué de neuf épisodes mis en ligne tous les mois sur le site Soundcloud. Les interviews ont été réalisées en anglais et en français et ont parfois été ponctuées de courts extraits sonores lors du montage. Grâce à l'aide d'Hélène Guiot et de Marie Durand, elles ont été diffusées sur la liste des membres de la sdo et sur la page facebook de la sdo. Le podcast comptabilise 22 abonnés et 786 écoutes.

L'objectif du podcast était de proposer une rencontre avec un.e invité.e originaire du Pacifique ou ayant un lien très fort avec cette région. Mathilde Caër s’est interrogée sur ce que signifie vivre dans le Pacifique contemporain et quelles philosophies de vie adoptent ses habitants. Les invité.e.s ont apporté des éléments de réponses à ces questions.

La Nouvelle-Zélande a été majoritairement représentée, avec le réalisateur Himiona Grace, la professeure Deborah Walker-Morrison, les quatre artistes du Mata Aho Collective, et la plateforme en ligne d'art contemporain néo-zélandais de Pauline Autet. La Nouvelle-Calédonie l’a été à deux reprises avec l'artiste Paul Wamo et le commissaire d'exposition et directeur du mqb Emmanuel Kasarhérou. L'Australie a été évoquée par la journaliste Marilyn Georgeff, les îles Marquises par l'étudiante Lucie Tetahiotupa et Tahiti par l'éditrice Lucile Bambridge. À travers des questions concernant leurs pratiques artistiques, intellectuelles et culturelles, les invité.e.s ont fait part de leurs expériences, leurs souvenirs et leurs attachements à l'Océanie lors d'échanges très fructueux. Nous avons eu des retours très positifs de la part d'auditeurs ou d'autres membres du ca que nous remercions pour leur soutien. Nous pensons que le podcast est un médium de plus en plus apprécié pour son accessibilité, sa malléabilité et la richesse des témoignages qu'il rend possible. Il était important d'évoquer différentes régions du Pacifique, et notre seul regret est celui de ne pas avoir pu interroger des personnes du Vanuatu, de Samoa ou de Fidji.

Travaillant cette année à temps partiel, Mathilde Caër a eu la disponibilité de se consacrer à ce podcast. En septembre prochain, elle va reprendre une activité à temps plein (normalement) et ne pourra donc plus assurer la réalisation du podcast. Vents d'Océanie a été une expérience très enrichissante et elle tient à conclure sur le plaisir qu’elle a eu à réaliser ces interviews et à remercier tou.te.s les participant.e.s de lui avoir accordé leur temps.

Rapport accepté à l’unanimité des présents.

En fin d’ag, des questions diverses ont été abordées. L’ordre du jour étant épuisé, la séance est levée à 12h45.

Addendum : Lors d’un ca exceptionnel qui s’est tenu dans le prolongement de l’ag, des élections se sont tenues pour le renouvellement partiel du bureau. Pascale Bonnemère, vice-présidente et présidente par intérim, a été élue présidente ; Philippe Peltier a été élu co-vice-président ; Élodie Fache a été élue trésorière.

Notes

1 Pour un bilan complet, voir le rapport d'I. Leblic sur le jso et les publications 2019.

2 Revenus 2nd semestre 2018 + International 2018 + 1er semestre 2019.

3 Les cotisations maif 2019 et 2020 ont été réglées en 2019.

4 Montant des ventes 2018 et 1er semestre 2019 (règlements reçus en 2019).

5 Frais liés au Cinéma des Océanistes (sur subvention Fondation de France/Fonds amitié France/Nouvelle-Zélande).

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search