Navigation – Plan du site

AccueilNuméros151Dossier : Hommage à Françoise Oza...L’héritage de Jean-Claude Rivierr...

Dossier : Hommage à Françoise Ozanne-Rivierre et à Jean-Claude Rivierre

L’héritage de Jean-Claude Rivierre dans l’extrême sud de la Nouvelle-Calédonie

The legacy of Jean-Claude Rivierre in the far south of New Caledonia
Fabrice Wacalie
p. 263-270

Résumés

Le premier terrain d’investigation de Jean-Claude Rivierre sur le territoire calédonien fut l’extrême sud. Il étudia les systèmes phonologiques des trois langues de l’aire linguistique et coutumière drubéa-kapumë : le numèè (Yaté), le kwényï (île des Pins) et le drubéa (Païta et Unya). Dépêché par André-Georges Haudricourt qui mit au jour l’existence de tons dans les années 1960, Jean-Claude vint y étudier la phonologie et, plus spécifiquement, les tons. Il collecta une somme considérable de données qui a donné lieu à un ouvrage important sur la phonologie comparée des dialectes de l’extrême sud paru en 1973. D’autres travaux n’ont pu être publiés (dictionnaire numèè et corpus de textes oraux). Les travaux de Jean-Claude ont été le point de départ de nombreuses recherches scientifiques et de projets destinés à valoriser les langues et la culture kanak de cette région.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Les langues de l’extrême-sud, ses premières amours
Son héritage dans le Sud calédonien
L’enseignement des langues de l’extrême-sud
Normalisation et standardisation du système graphique des langues de l’extrême-sud
La collecte du patrimoine immatériel kanak
Les outils pédagogiques pour l’enseignement des langues de l’extrême-sud
Des perspectives pour la recherche et la documentation des langues kanak

Aperçu du début du texte

J’ai rencontré Jean-Claude Rivierre et son épouse, Françoise, pour la première fois en 2004 lors de mon premier séjour à Paris. C’était un simple déjeuner à la cantine du lacito (laboratoire des Langues et civilisations à tradition orale) à Villejuif entouré de linguistes océanistes que je ne connaissais pas encore. Parmi eux, Claire Moyse-Faurie qui m’avait « torturé » la matinée durant sur le réfléchi et le réciproque en drehu, ma langue maternelle (langue kanak des îles Loyauté, Lifou). Pour le jeune étudiant que j’étais, ces grands noms de la linguistique kanak n’avaient d’existence que dans les livres que je lisais – telle une groupie, j’étais à la fois excité et extrêmement intimidé.

Les recherches doctorales que j’ai entreprises quelques années plus tard sur la langue numèè (Wacalie, 2013) m’ont permis de côtoyer certaines de ces fabuleuses personnes qui marquent un parcours universitaire : Isabelle Bril, Isabelle Leblic, Claire Moyse-Faurie et Françoise et Jean-Claude Rivierr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Wacalie, « L’héritage de Jean-Claude Rivierre dans l’extrême sud de la Nouvelle-Calédonie », Journal de la Société des Océanistes, 151 | 2020, 263-270.

Référence électronique

Fabrice Wacalie, « L’héritage de Jean-Claude Rivierre dans l’extrême sud de la Nouvelle-Calédonie », Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 151 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 14 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/jso/12223 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jso.12223

Haut de page

Auteur

Fabrice Wacalie

Laboratoire interdisciplinaire de recherche en éducation (lire ea 7483) - espe - Université de la Nouvelle-Calédonie, fabrice.wacalie@unc.nc

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Journal de la société des océanistes est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search