Navigation – Plan du site

AccueilNuméros152Dossier : Musées et collections o...La collection kanak de Marius Arc...

Dossier : Musées et collections océaniennes en France

La collection kanak de Marius Archambault. Les objets, témoins d’une mission scientifique en Nouvelle-Calédonie

The Kanak collection of Marius Archambault. Objects as witnesses of a scientific mission in New Caledonia
Margot Duband
p. 77-90

Résumés

Le 30 juin 1909, Marius Archambault, directeur des Postes et Télégraphes à Nouméa, se voyait confier par l’État français une mission archéologique en Nouvelle-Calédonie. Le fonctionnaire s’intéressait déjà, depuis plus de dix ans, aux pétroglyphes présents sur la Grande Terre, productions qu’il croyait étrangères aux Kanak avec qui il cohabitait. Cherchant ailleurs l’origine de ces gravures sur roches, Marius Archambault collecta et documenta néanmoins des typologies d’objets kanak variées, qui dotent a posteriori sa mission d’un caractère ethnographique. Cet article vise, à travers l’étude d’un corpus issu de diverses institutions et aujourd’hui réuni au musée du quai Branly-Jacques Chirac, à éclairer le déroulement d’une mission, la pensée d’un homme et leurs conséquences sur la matérialité d’une collection ainsi que la persistance d’idées reçues.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article, dans une version antérieure à paraître, a été l’un des lauréats du prix des publications du mqb-jc en 2017 (https://calenda.org/483529).

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

La collection Archambault du mqb-jc : une collection polymorphe autour des « roches à gravures »
Ce que la collection doit au hasard
Le paysage intellectuel qui soutint la curiosité de Marius Archambault
Une initiative personnelle à l'origine de la mission institutionnelle
Le projet de mission
La réalité de la mission
Les répercussions des conceptions théoriques de Marius Archambault sur la nature de la collection
Le spectre des théories racistes et diffusionnistes
Les considérations dichotomiques de Marius Archambault à l’origine d’une partition institutionnelle de la collection
La question des ensembles in situ et de leur documentation photographique
Le traitement archéologique des objets perçus comme « non kanak »
Conserver les objets kanak : la logique d’une collecte de sauvegarde
Le devenir des collections Archambault au sein des institutions les conservant
Postérité mitigée et rôle ambivalent d’Archambault dans l’appréciation des pétroglyphes kanak

Aperçu du début du texte

La notion de collection est complexe. En contexte muséal, elle désigne une entité constituée, un ensemble réuni en raison de certains points communs – provenance ou typologie des items, fenêtre chronologique, donateur... Par ailleurs, elle nous invite à penser ce qu’implique l’acte de collecter, acte intentionnel et raisonné fait de choix successifs et systématiques (sélectionner, rassembler, classer, conserver). Au croisement de ces deux aspects se trouve la collection kanak de Marius Archambault (1864-1920) conservée au musée du quai Branly-Jacques Chirac (mqb-jc). Collection institutionnelle puisqu'issue d'une mission de documentation officielle, elle n'en reste pas moins imprégnée de la subjectivité de son collecteur, fonctionnaire des Postes et Télégraphes à Nouméa.

Premier corpus néocalédonien à être construit autour d’un projet scientifique, il diffère en cela des collections de curios réunies à des fins de témoignage bruts ou de souvenir par les explorateurs, les militaires ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Margot Duband, « La collection kanak de Marius Archambault. Les objets, témoins d’une mission scientifique en Nouvelle-Calédonie », Journal de la Société des Océanistes, 152 | 2021, 77-90.

Référence électronique

Margot Duband, « La collection kanak de Marius Archambault. Les objets, témoins d’une mission scientifique en Nouvelle-Calédonie », Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 152 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 24 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/jso/12558 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jso.12558

Haut de page

Auteur

Margot Duband

Titulaire d’un mémoire d'étude réalisé en 2016 à l'école du Louvre, margotduband@netcourrier.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Journal de la société des océanistes est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search