Navigation – Plan du site

AccueilNuméros152Dossier : Musées et collections o...La collection Auguste et Louise L...

Dossier : Musées et collections océaniennes en France

La collection Auguste et Louise Le Rat au musée des Beaux-Arts et de la Dentelle d’Alençon

The Auguste and Louise Le Rat collection at the musée des Beaux-Arts et de la Dentelle of Alençon
Soizic Le Cornec
p. 105-114

Résumés

Cet article propose d’étudier la collection d’Auguste et Louise Le Rat conservée au musée des Beaux-Arts et de la Dentelle d’Alençon. Envoyé par le ministère des Colonies en Nouvelle-Calédonie, Auguste Le Rat part, en compagnie de sa femme, remplir une mission d’instituteur à l’école communale de Nouméa à partir de 1900. Sur place, durant leur temps libre, ils effectuent une collecte abondante d’échantillons naturalistes qu’ils envoient au Jardin colonial de Nogent-sur-Marne et au Muséum national d’histoire naturelle de Paris. Accueillie avec intérêt par ces institutions parisiennes, la collection est documentée dans plusieurs publications dues à des sociétés savantes. À l’inverse, le manque d’informations relatives aux motivations et démarches de la collecte des objets donnés au musée de la maison d’Ozé à Alençon en 1937 nous invite à questionner la place de ces artefacts dans la pratique de ces deux botanistes amateurs.

Haut de page

Texte intégral

Cet article présente les recherches effectuées dans le cadre d’un mémoire d’étude de master 1, sous la direction de Daria Cevoli, Carine Peltier-Caroff et le suivi scientifique d’Emmanuel Kasarhérou.

  • 1 Les musées appartenant au Réseau des musées de Normandie inventorient leurs notices d’œuvre dans un (...)
  • 2 Le chirurgien de la marine Émile Deplanche a voyagé et collecté entre 1854 et 1867 en Guyane, Polyn (...)

1C’est au début de l’année 1900 que Louise et Auguste Le Rat arrivent à Nouméa où ce dernier a obtenu un poste d’instituteur par le ministère des Colonies (Guillaumin, 1911). Ils y séjournent dix ans. Botanistes de passion, ils collaborent étroitement avec le Jardin colonial de Nogent-sur-Marne et le Muséum national d’histoire naturelle de Paris (mnhn), institutions auxquelles ils envoient leurs collectes d’échantillons naturalistes. Nous trouvons des mentions de cette collection dans plusieurs revues publiées par des sociétés savantes, ce qui nous indique sa bonne réception par la communauté scientifique. A contrario, celle des artefacts – très peu documentée – de l’actuel musée des Beaux-Arts et de la Dentelle d’Alençon (mbad) demeure énigmatique sur bien des points. Les collections océaniennes ont été inventoriées par les services du mbad lors d’une campagne de récolement menée pendant le dernier trimestre de 2015. Les notices de cette centaine d’objets sont aujourd’hui accessibles en ligne depuis le portail des collections du réseau des musées de Normandie1. L’étude des archives du musée et l’observation précise des œuvres et de leurs étiquetages nous ont permis d’identifier précisément la collection Le Rat, difficilement discernable comme telle dans l’ensemble des collections océaniennes conservées au mbad, composées en outre du fonds Émile Deplanche2. Nous avons délimité ainsi un corpus de soixante-dix-sept objets, dans lequel quelques attributions, concernant une dizaine d’items, demeurent hypothétiques. Les œuvres proviennent majoritairement de Nouvelle-Calédonie (cinquante-et-un), mais aussi du Vanuatu (huit), de Somalie et de Djibouti (quatorze), de Madagascar (un), d’Australie (deux) et de Tahiti (un). Notre étude de l’histoire de cette collection tente de situer les artéfacts dans l’entreprise de collecte de ces deux botanistes amateurs et de questionner les valeurs attribuées à ces objets, de la sphère intime des collectionneurs jusqu’à l’espace public muséal.

Une reconnaissance du couple Le Rat en tant que naturalistes

  • 3 Les sources d’archives citées dans cet article se trouvent aux archives municipales d’Alençon (ama) (...)
  • 4 L’abbé Arthur-Louis Letacq (1855-1923) s’est passionné toute sa vie pour l’histoire naturelle de so (...)

2Né à Lonray (Orne) le 16 janvier 1872, Auguste Le Rat apprend la botanique très jeune auprès de son père, jardinier au château du village, puis à l’asile départemental de l’Orne (Letacq, 1912 : 463). Il exerce son métier d’instituteur à partir de juillet 1891 et consacre tous ses congés à étudier la flore locale et à composer un herbier (Letacq, 1912 : 464). Marié à Louise Duplain le 22 décembre 1894 (état civil, 1894, ama3), il fonde alors « un véritable ménage botanique » (Letacq, 1912 : 464). Ses compétences en la matière sont rapidement reconnues par l’abbé Letacq4, membre actif de sociétés savantes locales (Boisgallais et al., 2015) avec lequel, lors d’excursions, il effectue de nombreuses collectes. Juste avant le départ d’Auguste Le Rat pour la Nouvelle-Calédonie, l’abbé Letacq parle déjà de lui comme d’un confrère naturaliste apprécié :

« […] c’était un des plus agréables compagnons d’excursions que j’aie rencontrés. Je me réjouissais déjà de posséder cette nouvelle recrue pour l’étude de nos richesses végétales, quand, au mois de septembre 1899, il vint m’annoncer son projet de départ pour Nouméa. » (Letacq, 1912 : 464)

  • 5 Le décret à l’origine de la création du Jardin colonial de Nogent-sur-Marne date du 28/1/1899. Les (...)

3Pendant toute la durée de leur voyage, les époux Le Rat effectuent des envois réguliers d’échantillons botaniques au Jardin colonial de Nogent-sur-Marne. Cette toute nouvelle institution5, placée sous la tutelle du ministère des Colonies, est créée afin de développer l’agriculture coloniale et d’accompagner les futurs colons dans leur projet d’implantation outre-mer (Loir, 1904 : 42). Elle réunit plusieurs services spécifiques et complémentaires. Les plantes envoyées depuis les colonies y sont étudiées afin d’en déterminer le potentiel commercial ou industriel ; on y favorise la diffusion d’espèces à travers les colonies et on expédie des semences afin de développer des projets agricoles. En 1902, est créée en son sein l’école nationale d’agriculture coloniale pour former des ingénieurs spécialisés. La collaboration du couple Le Rat avec le Jardin colonial est attestée par le dossier de la mission Le Rat du ministère des Colonies conservé aux archives nationales d’outre-mer (missions d'études agricoles d’A. Le Rat, anom). Un document dactylographié liste notamment dix-neuf envois effectués entre le 28/3/1906 et le 26/11/1908 par Auguste Le Rat : mousses, herbiers, collections entomologiques et pathologiques, champignons, fougères, fruits, graines et minerais (envois de M. Le Rat au Jardin colonial, sd., anom).

  • 6   Nous avons repéré à ce jour trente-six articles provenant des revues scientifiques suivantes : la(...)

4Plusieurs articles parus à l’époque dans des revues publiées par des sociétés savantes6 évoquent aussi ces envois et témoignent d’un certain engouement pour leurs collectes. Différents auteurs et spécialistes d’histoire naturelle s’attachent à identifier les échantillons et relèvent les espèces inconnues à ce jour par la science occidentale. Ces publications laissent parfois paraître des commentaires louant la qualité des envois :

« Dans un récent envoi de champignons récoltés à la Nouvelle-Calédonie par M. Le Rat, nous avons trouvé, parmi de nombreuses espèces intéressantes, un type générique nouveau appartenant à cette série de Cauloglossum. Nous désignerons ce nouveau groupe sous le nom de Le Ratia, pour rappeler notre zélé correspondant. » (Patouillard, 1907 : 50)

« Ces hépatiques m’ont été envoyées par le général Paris. Elles ont été récoltées par M. Le Rat en compagnie de son épouse qui a supporté toutes les fatigues d’un voyage en pays entièrement sauvage – Une de ces plantes (Frullania Ludoviciae), lui est dédiée, faible hommage vu que, parmi 44 espèces qu’elle a récoltées, on n’en compte pas moins de 14 nouvelles pour la science, résultat vraiement [sic] inouï. » (Stephani, 1908 : 28)

5Auguste Le Rat lui-même mentionne ses envois au Jardin colonial dans un courrier adressé le 10 mars 1903 au ministère des Colonies en remerciement pour la subvention qui vient de lui être octroyée :

« J'ai employé mes grandes vacances de décembre et de janvier à la recherche de plantes nouvelles pour les usagers au Jardin colonial. J'enverrai des plantes par un prochain courrier, lorsqu'elles seront toutes préparées. J'ai déjà envoyé à Monsieur l'Inspecteur de l'Agriculture coloniale un échantillon de caoutchouc provenant d'un arbre nouvellement découvert dans l'île par Mr Schlechter, botaniste allemand envoyé en mission en Nlle Calédonie. J'ai trouvé, dans une autre région, peu de temps après, ce même arbre "Alstonia", et je me suis empressé d'en envoyer des feuilles et des fleurs au Jardin colonial. Je vais retourner dans l'endroit où je l'ai trouvé, afin de récolter le plus de graines possible de cet arbre digne d'attirer votre attention, puisqu'il donne un caoutchouc abondant et de très bonne qualité jusque dans les feuilles. » (A. Le Rat, lettre au ministre des Colonies, 10/3/1903)

6Cette collaboration active avec le Jardin colonial se double d’un contact régulier avec le Muséum national d’histoire naturelle. Auguste Le Rat est d’ailleurs désigné dans la nécrologie écrite en son hommage dans la revue du Jardin colonial de 1911 sous le double titre de correspondant du Muséum et de correspondant du Jardin colonial (Berteau, 1911 : 423). La base de données du mnhn, qui permet d’avoir accès aux spécimens botaniques numérisés à ce jour par les services du Muséum, recense 2 207 échantillons enregistrés au nom du récolteur « Le Rat ». En outre, le registre général des entrées dans les collections entre 1910 et 1921, présente vingt-six envois et dons à leur nom (am 621, arch. du mnhn) et détaille des échantillons cryptogames, malacologiques, des herbiers, des mousses, des minéraux, des scories volcaniques, du sable, des coraux, des coquillages, des insectes et des oiseaux.

Itinéraire de collecte

7À notre connaissance, trois lettres manuscrites offrent un témoignage des époux sur leur séjour. Deux sont datées respectivement du 19/11/1900 et du 13/3/1901 et sont écrites par Louise Le Rat à l’attention de son « amie Jeanne » (L. Le Rat, lettres à Jeanne, 19/11/1900 et 13/3/1901, ambad). La troisième, de la main d’Auguste Le Rat, est adressée à l’abbé Letacq. Elle est publiée en trois fois dans le Journal d’Alençon et du département de l’Orne au cours du mois de janvier 1901. Toutefois, il semble que le couple ait transmis d’autres écrits sur son voyage car l’abbé Letacq mentionne, dans un article biographique sur Auguste Le Rat, une « expédition dans la chaîne centrale [de Nouvelle-Calédonie] » et mentionne dans une note de bas de page que « Mme Le Rat a écrit le récit de cette exploration » (Letacq, 1912 :468).

Document 1. – Lettre à Jeanne avec portrait présumé de Louise Le Rat, Louise Le Rat, Nouméa, 13/3/1901 (mbad)

Document 1. – Lettre à Jeanne avec portrait présumé de Louise Le Rat, Louise Le Rat, Nouméa, 13/3/1901 (mbad)
  • 7 Il s’agit en réalité du mont Mou.

8Les premières années, le couple Le Rat mène ses expéditions de collecte botanique dans les alentours de Nouméa. À la fin de l’année 1900, « […] la plus longue excursion qu’[Auguste Le Rat ait] faite est celle de Païta, joli site au pied du mont Moa7 [sic] (1 220 m d’alt.) et situé à 29 kil. de Nouméa […] ». Ils récoltent à Yahoué « […] bon nombre de plantes nouvelles […] », se rendent au col de Tonghoué pour collecter des fougères, dans les monts Koghi, sur les bords de la Dumbéa, et à l’îlot Amédée (Letacq, 17/1/1901). Entre la fin de décembre 1900 et la mi-janvier 1901, profitant de la période de vacances d’Auguste Le Rat, le couple se rend un mois à l’île des Pins (ibid.). Louise Le Rat témoigne de ce séjour dans la lettre du 13/3/1901 (doc. 1) où elle signale que ce voyage ne manque pas d’être l’occasion de mener des observations botaniques et une collecte sur place :

« Nous revenions quelques fois de nos promenades les bras chargés d’orchidées, qui poussent à l’état sauvage. » (lettre à Jeanne, arch. du mnhn)

  • 8 Rudolf Schlechter (1872-1925) est un botaniste allemand, missionné en Afrique et en Océanie. Il a n (...)

9Par la suite, Auguste Le Rat poursuit ses collectes au sud de la Grande Terre, jusqu’à Prony (Guillaumin, 1911). En 1902, il fait la rencontre de Rudolf Schlechter8 avec qui il entreprend quelques excursions dans le sud, à Païta, Yahoué et sur le versant sud du mont Mou (Guillaumin, 1911). En 1907, il entame des recherches dans la chaîne centrale en se rendant jusqu’à Koindé et Canala (Guillaumin, 1911). Il approfondit encore sa collecte en 1908 dans « les environs de Nouméa, sur les bords de la rivière Caricouyé à Plum et escalad[e] à nouveau le mont Dzumac » tandis que Louise Le Rat retourne seule sur l’île des Pins (Guillaumin, 1911). Cette dernière expédition est mentionnée en 1910 par le général Paris, dans un article consacré à la bryologie et l’hépaticologie de cette île. Il écrit dans l’introduction de son texte :

« […] j’ai pensé qu’il ne serait peut-être pas sans intérêt pour mes confrères de la Revue d’y trouver, dans une notice spéciale, […], l’énumération de toutes les espèces de mousses et d’hépatiques connues jusqu’à ce jour de cette île inhospitalière, dans laquelle Mme Le Rat n’a guère vu, pendant tout un mois, d’autres visages humains que ceux des Canaques qui portaient ses provisions et ses récoltes, dont les herbiers du Museum et de Bescherelle sont à peu près les seuls à posséder les quelques espèces récoltées par Pancher, et qu’on doit d’autant moins s’attendre à voir avant longtemps, si jamais elle l’est, soumise à une exploration aussi complète et qui mérite à son auteur la reconnaissance de tous les bryologues et les hépaticologues […] » (Paris, 1910 : 35)

10Le professeur Guillaumin relate en outre, non sans mépris envers la population locale, une expédition que Louise Le Rat a menée, seule, en 1909, au sommet de la Dent de Saint-Vincent, au plateau de Dogny et à la Table d’Unio :

« En 1909, pendant que son mari restait à Nouméa, à remplir ses fonctions d’instituteur, cette dernière, accompagnée seulement de quatre porteurs canaques, s’enfonça dans la brousse, fit l’ascension de la Dent de Saint-Vincent (mont Coumboui des indigènes) et par Farino gagna le plateau de Dogny, le village de la Sarraméa et atteignit la Table Unio, l’objectif que son mari s’était fixé dès leur arrivée en Nouvelle-Calédonie. Il faut réfléchir aux difficultés que peut rencontrer une femme seule au cours de cette expédition de deux mois, dans un pays sans ressources et sans moyens de communications, à la merci de quatre sauvages, pour comprendre l’enthousiasme scientifique que Le Rat pouvait communiquer à ses proches et à ses amis et la ténacité dont il faisait preuve dans la poursuite de son but. » (Guillaumin, 1911 : 347-348)

11Les échantillons, tels qu’ils sont inscrits aujourd’hui dans la base de données du mnhn ou décrits dans les articles des revues contemporaines, sont parfois attribués précisément à Auguste ou Louise Le Rat, ce qui permet de distinguer les excursions menées seules, par l’un ou par l’autre.

12Peu avant leur retour en France, grâce à une subvention du ministère des Colonies, Auguste et Louise Le Rat parviennent à s’éloigner de leur lieu d’habitation (Nouméa), pour mener des explorations dans la région de Poindimié, de Hienghène et jusqu’au sommet du mont Panié (point le plus au nord qu’ils auraient atteint) (Guillaumin, 1911 : 348).

13Une lettre du ministre des Colonies adressée au ministre de la Marine le 1er février 1907 témoigne de la volonté d’Auguste Le Rat de se rendre aux Nouvelles-Hébrides :

« Cet instituteur voudrait étendre le champ de ses investigations en profitant des périodes de vacances pour faire des excursions aux Nelles Hébrides. » (lettre au ministère de la Marine, 1/2/1907, anom)

14Il aurait obtenu du ministère de la Marine l’autorisation de monter à bord du « Vaucluse » pour effectuer la traversée (lettre au ministre de la Marine, 8/1/1907, anom), mais ce voyage ne put finalement avoir lieu, Auguste Le Rat manquant de moyens financiers (Guillaumin, 1911 : 348). Il faut attendre le 12 février 1909 pour que le ministère des Colonies lui confie une mission aux Nouvelles-Hébrides (rapport au ministre, 12/2/1909, anom). De fait, ce projet ne se réalisera jamais à cause du décès brutal d’Auguste Le Rat, « atteint de la poitrine », en octobre 1910, alors que les époux sont en France pour un congé (Letacq, 1912). Par la suite, Louise Le Rat semble s’être rendue seule dans ces îles. Deux publications scientifiques mentionnent en effet les récoltes qu’elle effectua aux Nouvelles-Hébrides. Un article de 1911 fait état de dix fougères qu’elle collecte à Port-Vila, Santo et Épi (Jeanpert, 1911 : 571-580). Un second, paru en 1927, mentionne son nom parmi les collecteurs présents aux Nouvelles-Hébrides (Guillaumin, 1927 : 711). Dans les collections numérisées du mnhn, un spécimen récolté par ses soins et daté du 1/6/1911 témoigne concrètement de cette expédition.

Document 2. – Spécimen récolté par Mme Le Rat le 1/6/1911 à Epi (Nouvelles-Hébrides), collection : plantes vasculaires (P), spécimen P00123199, mnhn, Paris

Document 2. – Spécimen récolté par Mme Le Rat le 1/6/1911 à Epi (Nouvelles-Hébrides), collection : plantes vasculaires (P), spécimen P00123199, mnhn, Paris

(reproduction accordée à titre gracieux par le mnhn)

15Le registre général des entrées dans les collections du mnhn entre 1910 et 1921 (am 621, arch. du mnhn) permet de constater que Louise Le Rat a poursuivi les collectes après la mort de son époux. En 1910, dix entrées de spécimens étalées sur l’année sont attribuées à « M. Le Rat » et proviennent exclusivement de Nouvelle-Calédonie. À partir d’août 1911 et jusqu’en octobre 1914, on trouve quatorze spécimens fournis par « Mme Le Rat » provenant des Nouvelles-Hébrides, de l’île Maurice, de la Réunion, de Madagascar (Tamatave), d’Australie et, plus étonnamment, du Japon, qui n’est à l’époque pas desservi par les navires passagers de la Compagnie des messageries maritimes (Ducrois et Dallongeville, 2016). Ces localisations indiquent qu’à ces dates, Louise Le Rat est bien repartie en voyage et a probablement profité des escales des navires dans l’océan Indien et en Australie pour récolter des échantillons, à l’aller ou au retour du voyage aux Nouvelles-Hébrides. Ce voyage a en outre pu être l’occasion de collecter les objets identifiés dans le fonds Le Rat du mbad comme provenant des mêmes lieux. Dans ce cas, l’étude croisée de la provenance des objets d’Alençon et de celle des échantillons naturalistes conforte nos pistes sur l’itinéraire des voyageurs. Toutefois, le manque de documentation ne permet aucune affirmation sur les lieux et modalités d’acquisitions de ces objets. D’ailleurs, certaines localisations demeurent inexpliquées : un plat listé comme provenant de « Wallis » (L. Le Rat, lettre au maire d’Alençon, 11/8/1937, ambad), une lame d’herminette de Tahiti et un panier tressé du Vanuatu (mais étiqueté des îles Marquises par Louise Le Rat).

La collection Le Rat au musée des Beaux-Arts et de la Dentelle d’Alençon

16Plusieurs documents conservés aux archives du musée permettent d’attribuer des objets à leur collection. Ainsi, dans une lettre adressée au maire d’Alençon où elle l’informe du caractère imminent du don (11/8/1937, ambad), Louise Le Rat détaille la composition de la collection. De plus, des inventaires de la collection océanienne effectués successivement par les conservateurs du musée de la maison d’Ozé en 1937 et 1979 et par Jacques Faublée – assistant au service national de Muséologie – en 1953, nous donnent accès aux recensements réalisés ponctuellement dans la seconde moitié du xxe siècle. En outre, nous avons observé un étiquetage systématique apposé spécifiquement sur les objets identifiés de la collection Le Rat. Après examen détaillé et comparaison de la graphie avec les lettres manuscrites, nous avons pu attribuer l’écriture de ces étiquettes à Louise Le Rat. Son implication, déjà prouvée pour la collecte grâce aux témoignages des naturalistes, se trouve ici confirmée pour l’organisation de la collection.

  • 9 Ce dernier peigne est reproduit dans le catalogue de l’exposition De jade et de nacre (Boulay et al (...)

17Nous avons ainsi recensé trois casse-têtes, trois massues en bois dur et un filet à pierre de fronde en fibres végétales orné de cordes en poils de roussette. Certaines de ces armes sont agrémentées d’éléments ajoutés, à l’instar d’un casse-tête orné d’un coquillage ovula accroché par une corde en poils de roussette et dont la poignée du manche est recouverte d’un tissu ligaturé (2015.0.449.2). Parmi les ornements, vêtements et accessoires, on trouve : des bracelets et une parure de jambe en coquillage et poils de roussette, des jupes de femme en fibre de bourao, des éventails en folioles de cocotier, un sac tressé en feuilles de pandanus et fils de laine colorée du type des îles Loyauté (ipkd, 2012, ambad) et un petit sac inspiré des sacoches occidentales en graines de faux-mimosa (J.-F. Butaud, botaniste basé en Polynésie française, comm. pers., 1/5/2020). Quatre peignes en bambou sont gravés de motifs géométriques et d’inscriptions sur leur partie supérieure. L’un d’entre eux se découpe en forme de flèche faitière et porte la gravure d’un voilier (2015.0.410.3)9.

  • 10 À l’œil nu, il semble que la pierre ne soit pas de la néphrite, roche verte utilisée dans la réalis (...)

18En outre, nous comptons trois paniers en jonc – dont l’un est muni d’anses en corde de poils de roussette attestant un propriétaire d’origine de haut-rang –, une gourde clissée et une lame en pierre polie. Une figure de masque sculptée en bois ne présente pas de marques d’usure. Emmanuel Kasarhérou nous a cependant fait remarquer que le placement des trous était fonctionnel et conçu pour monter la figure sur un masque de deuilleur (comm. pers., 5/5/2020). Deux appliques de case portent, à l’inverse, les traces de leur utilisation : les parties inférieures sont abîmées, attestant qu’elles ont été plantées de part et d’autre de l’entrée d’une case, et les nez des visages ont été brisés, témoignant peut-être des mutilations volontaires pratiquées lors de cérémonies de deuil (Boulay et al., 2013 : 272). S’y ajoute une hache-ostensoir dont le manche est recouvert d’un tissu européen bleu à points blancs, indiquant un montage effectué au xixsiècle. La couleur de la pierre nous laisse penser que cette hache a été spécifiquement produite pour une clientèle européenne10 (Sand et al., 2017 : 286, 287). De même, les deux modèles réduits de pirogues, provenant de l’île des Pins, sont des objets qui, non utilisés dans le monde kanak, auraient été vendus comme des curios (E. Kasarhérou, comm. pers., 5/5/2020).

Photo 1. – Hache-ostensoir, bois, pierre, fibre végétale, poils de roussette, tissu, Nouvelle-Calédonie (L. 55 x l. 18 cm). Don Le Rat, mbad, 2015.0.452 5

Photo 1. – Hache-ostensoir, bois, pierre, fibre végétale, poils de roussette, tissu, Nouvelle-Calédonie (L. 55 x l. 18 cm). Don Le Rat, mbad, 2015.0.452 5

mbad, Alençon)

19La collection se démarque par la présence d’objets qui décrivent la diversité des populations vivant en Nouvelle-Calédonie au début du xxe siècle : un chapeau tonkinois, un manche de fouet en corne de bovidés de stockman et une « scène de pilou » en terre crue et bois peint issue de l’artisanat du bagne. Cette dernière production trouvait pour clientèle les voyageurs qui ramenaient ces souvenirs suite à leur passage ou à leur affectation en Nouvelle-Calédonie (Lagarde, 2017). Un témoignage nous prouve qu’Auguste Le Rat avait effectivement fait l’observation de cette diversité culturelle :

« Quant à Nouméa, c’est une ville bien cosmopolite ; on y rencontre des gens de toutes couleurs et de toutes races, Arabes, Chinois ou Tonkinois, Javanais, Néo-Hébridais, Loyaltiens, Salomonistes y sont aussi nombreux que les Canaques. Les Anglais, les Allemands, les Australiens, les Espagnols, les Italiens, voir même les Russes, les Danois, les Dalmates y coudoient les Français libres, les libérés ou les relégués. » (Journal d'Alençon et du département de l'Orne, 26/2/1901)

Photo 2. – Manche de fouet en corne de bovidés et métal, Nouvelle-Calédonie, L. : 44,5 cm. Don Le Rat, mbad, 2015.0.436

Photo 2. – Manche de fouet en corne de bovidés et métal, Nouvelle-Calédonie, L. : 44,5 cm. Don Le Rat, mbad, 2015.0.436

mbad, Alençon)

20Quelques objets de la collection proviennent de Somalie (flèches), Djibouti (poignards, sandales), Madagascar (instrument de musique) et d’Australie (boomerangs). La liaison entre la métropole et la colonie était effectuée depuis 1887 par les cargos mixtes de la Compagnie des messageries maritimes suite à l’ouverture de la ligne de l’Océanie. Les bateaux passaient par le canal de Suez et faisaient escale dans la région, à Port-Saïd, Suez et Aden, puis à Ceylan avant de rejoindre l’Australie puis la Nouvelle-Calédonie par la ligne annexe Sydney-Nouméa (Ducrois et Dallongeville, 2016). Nous pensons donc que ces objets ont pu être collectés lors d’un trajet en bateau effectué par Auguste et Louise Le Rat. La collection Le Rat compte aussi des pièces provenant des Nouvelles-Hébrides : une massue, un plat à nalot, un bambou gravé, un élément d’ornement de hanche masculin, deux bracelets en écaille de tortue, une natte et un panier tressés en feuilles de pandanus. Si la documentation disponible à ce jour ne permet pas d’affirmer que ces objets ont été collectés sur place, leur présence conforte toutefois l’hypothèse, développée plus haut, que Louise Le Rat a effectué un voyage aux Nouvelles-Hébrides après la mort de son mari, en 1910.

Photo 3. – Plat à nalot en bois (67,5 x 30 cm), Vanuatu. Don Le Rat, mbad, 2015.0.420

Photo 3. – Plat à nalot en bois (67,5 x 30 cm), Vanuatu. Don Le Rat, mbad, 2015.0.420

mbad, Alençon)

Quelle place pour la culture matérielle dans une collection de botanistes ?

  • 11 À titre d’exemples, Philippe Peltier évoque une telle démarche pour la collecte d’Achille Raffray ( (...)

21Si la collecte des échantillons naturalistes a trouvé une justification scientifique et a fait l’objet d’une démarche volontaire et réfléchie, comment envisager la constitution de la collection d’artéfacts ? À l’inverse des spécimens qui ont été envoyés progressivement au mnhn et au Jardin colonial, le caractère privé de la collection d’objets nous amène à penser une démarche différente. Louise Le Rat parle des objets de sa collection comme de « souvenirs de [leur] séjour en Nelle Calédonie […] » (L. Le Rat, lettre au maire d’Alençon, 11/8/1937, ambad), ce qui semble ne laisser aucun doute sur les motifs d’acquisition des objets. Il se peut que le couple Le Rat ait étendu sa pratique de collecte aux artéfacts, dans un « idéal d’inventaire exhaustif et de saisie intégrale » d’un territoire, partagé par de nombreux collectionneurs au xixe et xxe siècle (Bondaz, Dias et Jarassé, 2016), mais la très maigre documentation liée aux objets nous incite à écarter cette supposition. Autre hypothèse, il était fréquent que les scientifiques, missionnaires, militaires ou administrateurs, motivés premièrement par d’autres raisons que la collecte ethnographique, échangent des objets pour instaurer de bons rapports avec les habitants11. Michael O’Hanlon parle de concomitant collection pour ces collections créées en marge, selon les dynamiques des rapports humains sur le terrain (O’Hanlon et Welsch, 2000). Dans ce second cas, cette collection d’objets aurait pu s’être construite parallèlement à la première, mais de manière subordonnée, de façon à favoriser la richesse de la première.

22Les quelques témoignages retrouvés à ce jour ne permettent pas de statuer sur la question mais ils attestent l’existence de rapports entretenus par le couple avec les habitants :

« À l’île des Pins, les canaques [sic] vivent par petites tribus, sous la direction du roi Abel leur grand chef, tous nous connaissaient et ne se faisaient pas prier pour nous servir de guides, d’autant plus que nous avions emporté une certaine quantité de chica (tabac à chiquer que nous leur donnions au moindre petit service), ainsi que de la monnaie dont ils connaissent très bien l’usage. […] Nous sommes allés aussi dans une petite pirogue canaque que le roi Abel nous avait pretée [sic] pour aller à la chasse dans l’île de Kutumo [sic]. En moins de deux heures nous avons rapporté une trentaine de [?], colliers blancs, Nothous [sic], tourterelles chocolat, KiKis, hirondelles busiers, roussettes etc. Les oiseaux abondent dans cette île. » (L. Le Rat, lettre à Jeanne, 13/3/1901, ambad)

23Les quelques naturalia de la collection du mbad nous invitent à nuancer la division nette que l’on a attribuée jusqu’à présent entre les spécimens naturels envoyés aux institutions savantes parisiennes et les artéfacts humains donnés a posteriori à Alençon. Nous observons en effet des champignons lignivores aux formes irrégulières, des gousses de flamboyant (Delonix regia) et de liane (Entada phaseoloides et Canavalia rosea) aux tailles imposantes ainsi qu’un squelette de tortue. Le caractère monstrueux et majestueux de ces spécimens laisse penser que, potentiellement fascinants pour des botanistes européens, ils ont pu être sélectionnés par goût personnel, pour la constitution d’une collection privée, en dehors de toute logique scientifique. Cette mixité, qui mêle artéfacts humains et spécimens naturels, s’observe d’ailleurs fréquemment dans les collections privées, qui échappent de fait aux classifications imposées dans les institutions muséales (Bondaz, Dias et Jarassé, 2016).

24Nous savons d’ailleurs que la collection est depuis au moins 1930 en dépôt chez le frère et la belle-sœur de Louise Le Rat, Charles et Marie Duplain, au Perreux-sur-Marne (L. Le Rat, lettre au maire d’Alençon, 19/7/1930, ambad). L’attachement particulier de la famille Duplain à la collection est révélé dans une lettre de Louise Le Rat, alors qu’elle fait part au maire d’Alençon de son intention de donner la collection au musée de la ville. Elle précise ne vouloir remettre la collection « qu’à la mort de [sa] belle sœur [sic] Madame Duplain afin de ne pas lui faire le chagrin de lui retirer ces armes qui étaient chez elle » (lettre au maire d’Alençon, 11/8/1937, ambad). Nous avons, par le biais des états-civils et des listes de recensement de population, quelques renseignements sur la situation et les activités de Louise Le Rat à différentes dates : elle est sans profession jusqu’en 1915 (listes des habitants, 1853-1915, ama), femme de chambre en 1921 (recensement, Marseille, 1921, amm), gouvernante en 1926 (ibid., 1926, amm) et infirmière en 1929 (mariage de Michel Cacot et Louise Duplain, arch. de Paris). Elle décède sans succession le 22/1/1953 à l’hospice d’Ivry (acte de décès, 1953, am d’Ivry-sur-Seine). Ces situations changeantes témoignent sans aucun doute d’une vie moins opulente et stable que celle de sa belle-sœur et de son frère, lequel assure la fonction de sous-chef à la Société générale (mariage de M. Cacot et L. Duplain, arch. de Paris). Ces derniers bénéficiaient-ils d’un intérieur plus vaste pour accueillir et présenter la collection ? Cultivaient-ils, conformément aux modes et aux pratiques bourgeoises, un attrait pour l’exotisme ? Manuel Charpy insiste sur le goût, influencé par les idées évolutionnistes au xixe siècle, pour les objets qui témoigneraient d’une humanité primitive :

« Les armes en coquillages, les parures et les objets attachés à l’alimentation, venus notamment de ces territoires dont l’insularité est dans l’imaginaire bourgeois aussi une insularité temporelle, racontent à demeure l’enfance de l’humanité. » (Charpy, 2012 : 53)

25La collection d’Auguste et Louise Le Rat aurait donc pu satisfaire un « appétit bourgeois » de la belle-famille pour les objets venus du lointain et, surtout, constituer un support pour le récit des voyages familiaux.

De la sphère intime à l’espace public : trajectoire d’une collection

26La collection est donnée en 1937 au musée de la maison d’Ozé à Alençon par Louise Le Rat, alors âgée de soixante-neuf ans. Toutefois, lorsqu’elle présente sa promesse de don au maire d’Alençon, sept ans auparavant (lettre, 19/7/1930, ambad), elle semble évoquer un don précédent, remis par ses soins peu de temps auparavant au même établissement :

« Comme suite à notre entretien du 17 courant relatif au don que je vous ai remis pour être placé au Musée de votre ville, j’ai la faveur de vous informer que, suivant le désir de mon premier mari Auguste Le Rat, natif d’Alençon, une collection d’armes indigènes et articles divers provenant de la Nelle Calédonie, actuellement en dépôt chez Monsieur et Madame Duplain […], doit également être remise au Musée d’Alençon après la mort de ces derniers. »

27À ce jour, les objets relatifs à cet éventuel premier don n’ont pas été identifiés. Nous savons en revanche que le mbad possède un ensemble de coquillages et de spécimens naturels provenant d’Océanie, dont l’étude mériterait d’être approfondie.

Photo 4. – Étiquette de la collection Auguste et Louise Le Rat, mbad

Photo 4. – Étiquette de la collection Auguste et Louise Le Rat, mbad

(cliché Soizic Le Cornec)

28Il est difficile de retracer la collection entre le décès d’Auguste Le Rat en 1910 et cette mention du dépôt de la collection dans la belle-famille en 1930. L’inventaire après décès d’Auguste Le Rat ne fait pas état des objets (minutes de R. Tremblay, ado). On pourrait penser que les époux, censés rentrer en France pour un congé temporaire en 1910, ont laissé leur collection à Nouméa. Pourtant, l’acte notarié indique que, selon la déclaration de la veuve, le couple avait « vendu la majeure partie de son mobilier, en sorte qu’[au] décès [d’Auguste Le Rat], il ne restait plus leur appartenir à Nouméa que douze draps de lit et une douzaine de serviettes de toilette » (minutes de R. Tremblay, 1910, ado). Si l’on se fie à cette source, la collection se trouve donc en France en 1910. L’absence de sa mention dans l’inventaire ne permet cependant pas de savoir à qui appartenait la collection d’un point de vue légal, avant et après le décès d’Auguste Le Rat.

29Louise Le Rat laisse transparaître, dans sa correspondance avec le maire d’Alençon (lettre, 19/7/1930, ambad), son implication dans la volonté de don au musée et rappelle par la même occasion une origine locale, commune à elle et son mari (« Je tiens absolument que ces objets deviennent la propriété du Musée de notre ville natale à feu mon mari et à moi-même »), se joignant donc personnellement à la volonté de son époux.

30En proposant le don de sa collection au musée, Louise Le Rat permet le passage de ses souvenirs intimes de voyage au statut de témoins de la culture kanak. Elle justifie auprès du maire l’intérêt de la collection en indiquant que les objets sont « presque introuvables maintenant » (L. Le Rat, lettre au maire d’Alençon, 11/8/1937, ambad), renvoyant à la perception contemporaine de l’ethnologie en tant que « science de sauvetage » qui se donne la mission de collecter les vestiges des cultures traditionnelles avant leur présumée disparition (Grognet, 2005). Les objets rejoignent ainsi la collection ethnographique de la ville – constituée des fonds Deplanche et Leclère –, la collection d’histoire naturelle, de sculptures et de vases grecs pour participer au « vaste pêle-mêle pittoresque » (Herval, 1954) du musée de la maison d’Ozé.

31En 1953, Jacques Faublée, assistant au service national de Muséologie, est chargé par le directeur du Muséum national d’histoire naturelle et le directeur des Musées de France d’examiner les collections ethnographiques d’Alençon. Il rédige un inventaire des collections océaniennes et d’Asie du Sud-Est ainsi que, à la demande de la conservatrice mademoiselle Jardin, une proposition de réaménagement des œuvres dans les salles du musée. Manifestement, Jacques Faublée juge l’exposition des œuvres insatisfaisante et témoigne de l’intérêt qu’il y aurait à « présenter ces collections dans des conditions dignes de leur qualité » (J. Faublée, rapport, 28/5/1953, ambad). Son rapport note une muséographie chargée et confuse. Concernant les collections océaniennes, il indique qu’elles sont regroupées dans la salle de sciences naturelles où se trouvent aussi des « objets préhistoriques et des pièces de l’époque des invasions », « des collections de pré- ou protohistoire indochinoise » et des probables spécimens naturalistes. Son rapport sélectionne les objets à exposer pour alléger la muséographie et mettre en valeur les « collections importantes ». Quatre vitrines représentant une surface d’exposition de 12,80 m2 sont proposées pour l’Océanie. Aucune preuve n’atteste que ce projet, qui devait « entrainer des frais assez élevés », ait vu le jour avant le déménagement de 1981 donnant naissance à l’actuel musée des Beaux-Arts et de la Dentelle, dans le bâtiment de l’ancien collège des Jésuites de la ville.

32Depuis, la collection Le Rat a pris part à plusieurs expositions temporaires – Arts et traditions d’Outre-Mer (Océanie) au musée de Vire (juil.-sept. 1976), De jade et de nacre (mars-mai 1990) au musée territorial de Nouvelle-Calédonie à Nouméa, Parures d'Océanie (juin-sept. 1998) au musée de Vendôme et L’Art ancestral des Kanak (juin-sept. 2009) au musée des Beaux-Arts de Chartres – permettant la reconnaissance de certains objets en tant que pièces remarquables de l’art kanak, à l’instar du peigne en bambou (2015.0.410.3) qui se découpe en forme de flèche faitière et porte la gravure d’un voilier. Il est reproduit dans le catalogue de l’exposition de De jade et de nacre.

Photo 5. – Peigne en bambou, Nouvelle-Calédonie, L. 20 ; l. 5,5 cm, don Le Rat, mbad, 2015.0.410.3

Photo 5. – Peigne en bambou, Nouvelle-Calédonie, L. 20 ; l. 5,5 cm, don Le Rat, mbad, 2015.0.410.3

mbad, Alençon)

Conclusion

33Si les documents d’archives et les informations manquent pour rétablir précisément les modalités et pratiques de collecte d’Auguste et Louise Le Rat, la redéfinition des contours de la collection a permis de rendre compte de son caractère intime et subjectif. Cette collection porte en effet le récit du voyage lointain de deux Normands confrontés à une rencontre avec l’altérité. Donnée intentionnellement par les époux au musée de leur ville d’origine, cette démarche a construit la postérité locale du couple alençonnais. L’implication de Louise Le Rat dans les collectes sur le terrain ainsi que dans la gestion et l’appropriation postérieure des objets nous invite à considérer cette collection comme l’œuvre commune du couple alençonnais. Nous remettons ainsi en question les appellations réduisant la propriété de la collection à Auguste Le Rat seul.

34Conformément à l’histoire des arts extra-européens dans les musées français, la collection Le Rat n’a pas échappé au processus de mutation des objets ethnographiques en œuvres d’art à la fin du xxe siècle. Si le rapport de Jacques Faublée nous offre un témoignage de l’accrochage du musée en 1953, il serait intéressant d’approfondir l’étude muséographique de la collection pour cerner plus subtilement son appropriation par le musée de la maison d’Ozé à Alençon dans la 1re moitié du xxe siècle puis par les commissaires des expositions temporaires dans le dernier tiers du xxsiècle.

35Aujourd’hui, l’aboutissement d’une telle recherche est, selon Frédérique Guilbaud, chargée de récolement au musée, l’occasion de contrôler les informations saisies dans la base de données et de revoir le conditionnement et la localisation des objets en réserve. Le projet scientifique et culturel du musée n’envisage pas, à ce jour, d’intégrer les collections océaniennes dans le parcours permanent pour lequel les choix muséographiques sont focalisés sur les fonds de dentelle, de peinture et d’arts graphiques. L’exposition de la collection cambodgienne d’Adhémard Leclère montre toutefois que les arts extra-européens trouvent leur place au musée d’Alençon. D’ailleurs, la directrice du musée, Johanna Mauboussin, témoigne sa volonté de concevoir un projet de valorisation des collections océaniennes conservées en Normandie.

Haut de page

Bibliographie

Berteau Armand, 1911. Nécrologie Auguste-Joseph Le Rat, L’Agriculture pratique des Pays chauds, Bulletin mensuel du Jardin Colonial et des Jardins d’essai des Colonies 104, p. 423.

Berthelier Nadine (éd.), 2009. L’art ancestral des Kanak, Chartres, musée des Beaux-Arts de Chartres.

Boisgallais Anne-Sophie, Gérard Clouet, Dominique Chivard, Serge Lesur et François Radigue, 2015. Colloque sur l'abbé Arthur-Louis Letacq (1855-1923), Association faune et flore de l’Orne (affo), Alençon (https://www.affo-nature.org/accueil/actualites/evenements/482-le-colloque-letacq).

Bondaz Julien, Nélia Dias et Dominique Jarasse, 2016. Collectionner par-delà nature et culture, Gradhiva 23, pp. 28-49.

Bounoure Gilles, 2009. Esthètes es têtes ou sans tête ? L’art ancestral des Kanak au musée des Beaux-Arts de Chartres, Journal de la Société des Océanistes 129, pp. 323-327 (https://doi.org/10.4000/jso.5969).

Boulay Roger, Emmanuel Kasarhérou et Henri Marchal, 1990. De jade et de nacre, patrimoine artistique kanak, Paris, Réunion des musées nationaux.

Boulay Roger et Emmanuel Kasarhérou, 2013. Kanak, l'art est une parole, Paris, Arles, musée du quai Branly, Actes Sud.

Charpy Manuel, 2012. Tréfonds et lointains à demeure. Collections de coquillages et souvenirs dans les appartements au xixe siècle, Techniques & Cultures 59, pp. 44-61.

Ducrois Clémence et Dorian Dallongeville, 2016. L’épopée des Messageries Maritimes : l’Orient pour horizon, exposition virtuelle, French Lines, Le Havre

(https://www.frenchlines.com/expositions/expositions-virtuelles/).

Grognet Fabrice, 2005. Objets de musée, n’avez-vous donc qu’une vie ?, Gradhiva 5, pp. 49-63.

Guiart Jean, 1976. Arts et traditions d’Outre-Mer (Océanie) : collections océaniennes des musées bas-normands : Alençon et Cherbourg, Vire, musée de Vire.

Guillaumin André, 1911. Auguste Le Rat, Correspondant du Muséum (1879-1910), Bulletin du Muséum national d'histoire naturelle 5, pp. 346-349. 

Guillaumin André, 1927. Contribution à la flore des Nouvelles-Hébrides ii. Liste des plantes connues, Bulletin de la Société botanique de France 74, 4, pp. 693-712.

Herval René, 1954. Alençon, Rouen, Maugard.

Jeanpert Henri-Édouard, 1911. Fougères recueillies en Nouvelle-Calédonie par M. et Mme Le Rat aux Nouvelles-Hébrides par Mme Le Rat, Bulletin du Muséum national d’histoire naturelle 1, pp. 571-580.

Lagarde Louis, 2017. Que ramenait-on de Nouvelle-Calédonie ? Histoire des souvenirs, curios et collections, du contact européen à nos jours, in J.-C. Gay et V. Defrance (éds), Un coin de paradis : vacances et tourisme en Nouvelle-Calédonie, Nouméa, ville de Nouméa.

Letacq Arthur-Louis (abbé), 1901 (10/1, 17/1 et 26/1). Un naturaliste ornais en Nouvelle-Calédonie, Journal d'Alençon et du département de l'Orne.

Letacq Arthur-Louis (abbé), 1912. Biographie, Auguste Le Rat, Instituteur à Nouméa, Explorateur-Naturaliste de la Nouvelle-Calédonie, Bulletin de la société historique et archéologique de l'Orne 31, 3, pp. 463-471.

Levêque Isabelle, Dominique Pinon et Michel Griffon, 2005. Le jardin d'agronomie tropicale, Paris, Actes Sud.

Loir Adrien, 1904. Le Jardin colonial de Nogent-sur-Marne, À travers le monde, Paris, Librairie Hachette et Cie, pp. 41-43.

Morat Philippe, 2010. Les botanistes récolteurs en Nouvelle-Calédonie de 1774 à 2005, Adansonia sér. 3, 32 (2), p. 200.

O’hanlon Michael et Robert Welsch, 2000. Hunting the Gatherers: Ethnographic Collectors, Agents, and Agency in Melanesia 1870s-1930s, Oxford, Berghahn Books.

Paris E. (général), 1910. Florule bryologique et hépaticologique de l’île des Pins (Kunié), Revue bryologique 37,1, pp. 34-41.

Patouillard Narcisse, 1907. Le Ratia, nouveau genre de la série des Cauloglossum, Bulletin de la société mycologique de France 23, 1, pp. 50-52.

Peltier Philippe, 2016. Insectes, armes et parures. Les enjeux de la collection d’Achille Raffray (Nouvelle-Guinée, 1877), Gradhiva 23, pp. 68-95.

Pessey-Lux Aude, 2001. Il était une fois…le musée d’Alençon des origines à nos jours, Alençon, mbad.

Sand Christophe, Russell Beck, Yoshiyuki Iizuka et Christophe Adams, 2017. Le « cycle de jade » kanak. Réévaluation archéologique d’un réseau d’échanges traditionnels (Mélanésie du Sud), Journal de la Société des Océanistes 144-145, pp. 269-298 (https://doi.org/10.4000/jso.7876).

Stephani Franz, 1908. Hépatiques de la Nouvelle-Calédonie et du Tonkin, Revue bryologique 35, 2, pp. 28-35.

Haut de page

Annexe

Sources primaires

* Archives de Paris

1M1929 : mariages, 1er arr., 4 /7/1929 – 26/10/1929 : mariage de Michel Cacot et Louise Duplain.

* Archives départementales de l’Orne (ado)

4E373/20 : minutes de Raphaël-Louis Tremblay, 2/11/1910 - 30/12/1910.

* Archives municipales d’Alençon (ama)

  • 3NUMECEC1/3E2_001_415 : État civil, Alençon, 1894, mariages : mariage d'Auguste Joseph Le Rat et Louise Duplain.

  • 4F/132 et 4F/133 : Listes nominatives des habitants, rue Lancrel, 1853-1915.

* Archives municipales de Marseille (amm)

Recensements de la population, Marseille, boulevard de Paris, 1921 et 1926.

* Archives municipales (am) d’Ivry-sur-Seine

Acte de décès de Louise Marie Duplain, 1953.

* Archives nationales d’outre-mer (anom)

mis73 : missions d'études agricoles en Nouvelle-Calédonie et Nouvelles-Hébrides d’A. Le Rat, instituteur à Nouméa (1902-1909) :

  • non daté, Envois de M. Le Rat au Jardin colonial,

  • Auguste Le Rat, 10/3/1903, lettre au ministre des Colonies, Nouméa.

  • lettre au ministère de la Marine, 1/2/1907, Paris.

  • ministre de la Marine, 8/2/1907, lettre au ministre de la Marine, Paris.

  • ministère des Colonies, 12/2/1909, rapport au ministre

* Archives du Muséum national d’histoire naturelle

am 621 : Registre général d'entrée dans les collections, 1910-1921. 

* Archives du musée des Beaux-Arts et de la Dentelle d’Alençon (ambad)

  • Faublée Jacques, 28/5/1953. Rapport. Collections ethnographiques.

  • Le Rat Louise, 19/11/1900, lettre à Jeanne. Nouméa.

  • Le Rat Louise, 13/3/1901, lettre à Jeanne, Nouméa.

  • Le Rat Louise, 19/7/1930, lettre à Monsieur le Maire d’Alençon, Alençon.

  • Le Rat Louise, 11/8/1937, lettre à Monsieur le Maire d’Alençon, Le Perreux.

  • Musée d’Alençon, 2012 (déc.). Inventaire du patrimoine kanak dispersé (ipkd), 33 feuilles.

Haut de page

Notes

1 Les musées appartenant au Réseau des musées de Normandie inventorient leurs notices d’œuvre dans une base de données mutualisée et peuvent choisir de les publier en ligne sur le portail des collections (https://collections.musees-normandie.fr/).

2 Le chirurgien de la marine Émile Deplanche a voyagé et collecté entre 1854 et 1867 en Guyane, Polynésie et Nouvelle-Calédonie.

3 Les sources d’archives citées dans cet article se trouvent aux archives municipales d’Alençon (ama), de Marseille (amm) et d’Ivry-sur-Seine (am d’Ivry), aux archives départementales de l’Orne (ado), aux archives nationales d’Outre-Mer (anom), aux archives du Muséum national d’Histoire naturelle (arch. du mnhn) et aux archives du musée des Beaux-Arts et de la Dentelle d’Alençon (ambad). Voir la liste et le détail des fonds en fin d’article.

4 L’abbé Arthur-Louis Letacq (1855-1923) s’est passionné toute sa vie pour l’histoire naturelle de son département natal en écrivant de multiples articles dans les revues des sociétés savantes locales où il était très actif. Il fut membre de la Société linnéenne de Normandie à partir de 1877 et de la Société historique et archéologique de l’Orne à partir de 1888. En outre, il correspondait avec la Société d’agriculture sciences et arts de la Sarthe, la Société des amis des sciences naturelles de Rouen et la Société d’horticulture de l’Orne dont il fut nommé membre honoraire à partir de 1932. Il a réalisé des articles biographiques sur près de trois cents Ornais, dont Auguste Le Rat.

5 Le décret à l’origine de la création du Jardin colonial de Nogent-sur-Marne date du 28/1/1899. Les chantiers de constructions démarrent cette même année (Levêque, Pinon, Griffon, 2005).

6   Nous avons repéré à ce jour trente-six articles provenant des revues scientifiques suivantes : la Revue d’Entomologie, le Bulletin mensuel du Jardin Colonial et des Jardins d’essai des Colonies, le Bulletin de la société mycologique de France, la Revue bryologique, le Bulletin de la Société botanique de France, le Bulletin de la société entomologique de France, le Bulletin du Muséum National d’Histoire Naturelle, la revue allemande Repertorium specierum novarum regni vegetabilis et la revue finlandaise Öfversigt af Finska vetenskaps-Societetens Förhandlingar.

7 Il s’agit en réalité du mont Mou.

8 Rudolf Schlechter (1872-1925) est un botaniste allemand, missionné en Afrique et en Océanie. Il a notamment obtenu un doctorat en botanique sur la Nouvelle-Calédonie en 1904 (Pflanzengeographische Gliederung der Insel Neu-Caledonien) et rédigé plusieurs ouvrages les orchidées. Lorsqu’il rencontre Auguste-Joseph Le Rat en Nouvelle-Calédonie, il effectue une mission (1902-1903) financée par le Kolonial-Wirtschaftliche Komitee de Berlin pour rechercher des arbres à caoutchouc (Morat, 2010).

9 Ce dernier peigne est reproduit dans le catalogue de l’exposition De jade et de nacre (Boulay et al., 1990) présentée au musée territorial de Nouvelle-Calédonie à Nouméa (mars-mai 1990) puis à Paris au musée des Arts d’Afrique et d’Océanie (oct.1990-janv. 1991).

10 À l’œil nu, il semble que la pierre ne soit pas de la néphrite, roche verte utilisée dans la réalisation des plus anciennes haches ostensoir. Plus tardivement, dans le cadre de la production de curios au xixe siècle, on sélectionne d’autres roches « de texture verdâtre », « l’essentiel étant devenu la forme de l’objet et non plus son support géologique » (Sand et al., 2017). Il serait nécessaire de confirmer cette observation par une étude approfondie de la nature de la roche et de la technique de percement de la pierre, en suivant les pistes récentes proposées par la recherche en archéologie (ibid.).

11 À titre d’exemples, Philippe Peltier évoque une telle démarche pour la collecte d’Achille Raffray (Peltier, 2016) et Michael O’Hanlon pour celle de sir William Mc Gregor en Nouvelle-Guinée (O’Hanlon et Welsch, 2000 : 5-15).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document 1. – Lettre à Jeanne avec portrait présumé de Louise Le Rat, Louise Le Rat, Nouméa, 13/3/1901 (mbad)
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/12602/img-1.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Document 2. – Spécimen récolté par Mme Le Rat le 1/6/1911 à Epi (Nouvelles-Hébrides), collection : plantes vasculaires (P), spécimen P00123199, mnhn, Paris
Crédits (reproduction accordée à titre gracieux par le mnhn)
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/12602/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 431k
Titre Photo 1. – Hache-ostensoir, bois, pierre, fibre végétale, poils de roussette, tissu, Nouvelle-Calédonie (L. 55 x l. 18 cm). Don Le Rat, mbad, 2015.0.452 5
Crédits (© mbad, Alençon)
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/12602/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Titre Photo 2. – Manche de fouet en corne de bovidés et métal, Nouvelle-Calédonie, L. : 44,5 cm. Don Le Rat, mbad, 2015.0.436
Crédits (© mbad, Alençon)
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/12602/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Titre Photo 3. – Plat à nalot en bois (67,5 x 30 cm), Vanuatu. Don Le Rat, mbad, 2015.0.420
Crédits (© mbad, Alençon)
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/12602/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 326k
Titre Photo 4. – Étiquette de la collection Auguste et Louise Le Rat, mbad
Crédits (cliché Soizic Le Cornec)
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/12602/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 351k
Titre Photo 5. – Peigne en bambou, Nouvelle-Calédonie, L. 20 ; l. 5,5 cm, don Le Rat, mbad, 2015.0.410.3
Crédits (© mbad, Alençon)
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/12602/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Soizic Le Cornec, « La collection Auguste et Louise Le Rat au musée des Beaux-Arts et de la Dentelle d’Alençon »Journal de la Société des Océanistes, 152 | 2021, 105-114.

Référence électronique

Soizic Le Cornec, « La collection Auguste et Louise Le Rat au musée des Beaux-Arts et de la Dentelle d’Alençon »Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 152 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 17 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/jso/12602 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jso.12602

Haut de page

Auteur

Soizic Le Cornec

Étudiante en master 2 à l’école du Louvre. soizic.le.cornec@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search