Navigation – Plan du site

AccueilNuméros152Dossier : Musées et collections o...La collection Auguste et Louise L...

Dossier : Musées et collections océaniennes en France

La collection Auguste et Louise Le Rat au musée des Beaux-Arts et de la Dentelle d’Alençon

The Auguste and Louise Le Rat collection at the musée des Beaux-Arts et de la Dentelle of Alençon
Soizic Le Cornec
p. 105-114

Résumés

Cet article propose d’étudier la collection d’Auguste et Louise Le Rat conservée au musée des Beaux-Arts et de la Dentelle d’Alençon. Envoyé par le ministère des Colonies en Nouvelle-Calédonie, Auguste Le Rat part, en compagnie de sa femme, remplir une mission d’instituteur à l’école communale de Nouméa à partir de 1900. Sur place, durant leur temps libre, ils effectuent une collecte abondante d’échantillons naturalistes qu’ils envoient au Jardin colonial de Nogent-sur-Marne et au Muséum national d’histoire naturelle de Paris. Accueillie avec intérêt par ces institutions parisiennes, la collection est documentée dans plusieurs publications dues à des sociétés savantes. À l’inverse, le manque d’informations relatives aux motivations et démarches de la collecte des objets donnés au musée de la maison d’Ozé à Alençon en 1937 nous invite à questionner la place de ces artefacts dans la pratique de ces deux botanistes amateurs.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Une reconnaissance du couple Le Rat en tant que naturalistes
Itinéraire de collecte
La collection Le Rat au musée des Beaux-Arts et de la Dentelle d’Alençon
Quelle place pour la culture matérielle dans une collection de botanistes ?
De la sphère intime à l’espace public : trajectoire d’une collection
Conclusion

Aperçu du début du texte

C’est au début de l’année 1900 que Louise et Auguste Le Rat arrivent à Nouméa où ce dernier a obtenu un poste d’instituteur par le ministère des Colonies (Guillaumin, 1911). Ils y séjournent dix ans. Botanistes de passion, ils collaborent étroitement avec le Jardin colonial de Nogent-sur-Marne et le Muséum national d’histoire naturelle de Paris (mnhn), institutions auxquelles ils envoient leurs collectes d’échantillons naturalistes. Nous trouvons des mentions de cette collection dans plusieurs revues publiées par des sociétés savantes, ce qui nous indique sa bonne réception par la communauté scientifique. A contrario, celle des artefacts – très peu documentée – de l’actuel musée des Beaux-Arts et de la Dentelle d’Alençon (mbad) demeure énigmatique sur bien des points. Les collections océaniennes ont été inventoriées par les services du mbad lors d’une campagne de récolement menée pendant le dernier trimestre de 2015. Les notices de cette centaine d’objets sont aujourd’hui accessible...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Soizic Le Cornec, « La collection Auguste et Louise Le Rat au musée des Beaux-Arts et de la Dentelle d’Alençon », Journal de la Société des Océanistes, 152 | 2021, 105-114.

Référence électronique

Soizic Le Cornec, « La collection Auguste et Louise Le Rat au musée des Beaux-Arts et de la Dentelle d’Alençon », Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 152 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 24 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/jso/12602 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jso.12602

Haut de page

Auteur

Soizic Le Cornec

Étudiante en master 2 à l’école du Louvre. soizic.le.cornec@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Journal de la société des océanistes est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search