Navigation – Plan du site

AccueilNuméros152Dossier : Musées et collections o...Un contenant en algue de Tasmanie...

Dossier : Musées et collections océaniennes en France

Un contenant en algue de Tasmanie de l’expédition d’Entrecasteaux (1791-94) identifié au musée du quai Branly – Jacques Chirac

A Tasmanian kelp container from the d’Entrecasteaux Expedition (1791-94) at the quai Branly-Jacques Chirac Museum
Stéphanie Leclerc-Caffarel et Frédérique Servain-Riviale
p. 155-168

Résumés

Les récipients à eau façonnés en algue sont des biens emblématiques de la culture matérielle aborigène de lutruwita (Tasmanie). C’est la quête du plus ancien spécimen connu, collecté lors de l’expédition de Bruni d’Entrecasteaux (1791-1794), que retrace cet article. Depuis longtemps, cet objet inestimable, entré au musée de Marine du Louvre par le biais de la collection Denon, semblait avoir disparu. Il se cachait, anonyme, parmi les biens orphelins des collections du musée du quai Branly - Jacques Chirac.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Un bien emblématique de la culture matérielle de Tasmanie
Tayenebe : échange et revitalisation
Documents historiques et rarissimes objets de musées
Le sac en kelp du British Museum, 1850
Le sac en algue du musée de Marine du Louvre : un bien disparu ?
Enquête documentaire autour d’un bien disparu
De la collection Denon à l’entrée dans les collections nationales
Une collecte de 1792 documentée par les membres de l’expédition d’Entrecasteaux
Du musée de Marine du Louvre au musée du quai Branly-Jacques Chirac
L’identification dans les collections d’un bien « si précieux »
La recherche du bien dans le corpus des biens orphelins
Des collaborations transversales
L’analyse en spectrométrie infrarouge

Aperçu du début du texte

Situé à près de deux cents kilomètres de la côte sud-est du continent australien dont il est séparé par le détroit de Bass, l’État de Tasmanie (lutruwita) comprend une grande île, éponyme, et de nombreuses îles plus petites qui comptent parmi les écosystèmes les plus riches et les plus originaux de la planète (carte 1).

Carte 1. – Localisation de la Tasmanie

Carte 1. – Localisation de la Tasmanie

(Source : Cartogis Services, College of Asia and the Pacific, The Australian National University)

Les appellations modernes de nombreux sites les rattachent explicitement aux premiers voyages européens au cours desquels ces îles, ces baies et ces canaux furent mentionnés ; y compris par le navigateur néerlandais Abel Tasman en 1642. Elles ne doivent toutefois pas faire oublier l’ancienneté du peuplement autochtone (palawa). Au fil des millénaires, les populations aborigènes ont développé en Tasmanie une culture matérielle unique, d’une apparente simplicité et d’une extrême ingéniosité. Parmi les objets...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Leclerc-Caffarel et Frédérique Servain-Riviale, « Un contenant en algue de Tasmanie de l’expédition d’Entrecasteaux (1791-94) identifié au musée du quai Branly – Jacques Chirac », Journal de la Société des Océanistes, 152 | 2021, 155-168.

Référence électronique

Stéphanie Leclerc-Caffarel et Frédérique Servain-Riviale, « Un contenant en algue de Tasmanie de l’expédition d’Entrecasteaux (1791-94) identifié au musée du quai Branly – Jacques Chirac », Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 152 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 24 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/jso/12633 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jso.12633

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Journal de la société des océanistes est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search