Navigation – Plan du site

AccueilNuméros152Actes et actualitésAssemblée générale 2021, exercice...

Actes et actualités

Assemblée générale 2021, exercice 2020

Société des Océanistes
p. 191-197

Le conseil d'administration (ca), réuni en date du 1er février 2021, a approuvé les rapports d’activités et a convoqué l'assemblée générale (ag) ordinaire annuelle de la Société qui s’est tenue en visioconférence (via zoom) le mercredi 17 mars à 8 heures du matin, heure de Paris, pour permettre aux membres installés dans le Pacifique de se connecter.

Dix-sept membres étaient en ligne, par ordre alphabétique : Pascale Bonnemère, Maëlle Calandra, Sophie Chave-Dartoen, Raphaëlle Chossenot (invitée pour le jso), Aurélie Condevaux, Jessica De Largy Healy, Marie Durand, Élodie Fache, Sébastien Galliot, Jean-Pierre Labouisse, Isabelle Leblic, Stéphanie Leclerc-Caffarel, Magali Mélandri, Denis Monnerie, Philippe Peltier, Julia Ratzmann, Céline Travesi, soit treize membres du ca et seulement trois sociétaires non membres du ca, parmi lesquels aucun venant d’Océanie.

L’ag a commencé à 8h10. Selon l'article 7 de nos statuts, elle a entendu les rapports sur la situation financière et morale et sur la gestion du conseil d'administration. Elle les a approuvés et a voté le budget prévisionnel de l'exercice suivant, le tout à la majorité des voix. Elle a délibéré aussi sur les questions mises à l'ordre du jour.

Rapport moral de l'exercice 2020

Magali Mélandri, secrétaire générale de la SdO, présente le rapport moral. En 2020, la société des Océanistes a traversé les multiples vagues de la pandémie mondiale de coronavirus (covid-19), avec ses « hauts » et ses « bas », comme nombre d’associations et d’institutions scientifiques et culturelles.

Son mode de fonctionnement a été revu pour répondre aux situations répétées de confinement (mars-mai 2020, octobre-novembre 2020) :

Les missions de la secrétaire ont été réalisées en télétravail, ponctué de venues occasionnelles au bureau situé dans l’enceinte du mqb-jc durant le second confinement afin d’assurer le suivi financier et les envois postaux nécessaires au maintien de l’activité de l’association.

Les modalités de réunion des conseils d’administration et de l’assemblée générale annuelle ont privilégié la visioconférence. Cette disposition de réunion « en distanciel » a d’ailleurs été intégrée au règlement intérieur de la SdO, revu et validé lors du ca du 5 octobre 2020. Elle aura permis de réunir la quasi intégralité des membres du ca à chaque séance et d’accueillir en ag du 9 juillet 2020 une adhérente de la SdO résidant en Polynésie française.

Différents changements au sein du bureau ont été nécessaires en milieu d’année. Suite à sa nomination en tant que président du musée du quai Branly-Jacques Chirac (mqb-jc), Emmanuel Kasarhérou a démissionné de son poste de président de la SdO, afin d’éviter tout conflit d’intérêt. De nouvelles élections ont été organisées en juin-juillet 2020. Programmées en ligne, de manière anonyme, elles ont vu la désignation de Pascale Bonnemère, jusqu'ici vice-présidente et trésorière, à la présidence. Philippe Peltier a été élu vice-président et Élodie Fache trésorière.

Du côté des « bas » accusés par la SdO du fait de la covid-19, la programmation culturelle des séances de cinéma a subi deux arrêts contraints suite à la fermeture du mqb-jc, du 16 mars au 11 mai 2020, puis depuis le 30 octobre 2020 (mesures gouvernementales). Seules deux séances ont été programmées et n’ont réuni qu’un public limité du fait du contexte sanitaire. En conséquence, les relais sur les réseaux sociaux ont été réduits et la visibilité de l’activité culturelle de la SdO moindre.

L'année a par ailleurs été marquée par l’arrêt de la bourse Anthony JP Meyer, supportée par la SdO et la Société des Amis du mqb-jc. La convention entre la SdO et Anthony Meyer a pris fin, cette bourse intégrant en 2021 l’ensemble des bourses portées directement par le mqb-jc.

Les podcasts « Vents d'Océanie » initiés par Mathilde Caër, ont été interrompus, cette dernière ne pouvant plus en assurer la production. Souhaitons qu’une reprise ou un prolongement de ce dispositif soit engagé à l’avenir, relayé par d’autres membres.

En ce qui concerne les « hauts », le travail éditorial du jso a pu être maintenu. Isabelle Leblic et Raphaëlle Chossenot ont poursuivi la direction éditoriale du jso en préparation (151-Linguistique et ethno-linguistique océaniennes. Hommage à Françoise Ozanne-Rivierre et à Jean-Claude Rivierre).

Malgré les difficultés liées à la pandémie, d’importants chantiers de fond ont été menés activement par les membres du bureau comme du ca :

  • refonte de l’arborescence des dossiers de la Dropbox SdO et de leur accessibilité ;

  • mise en place d’un groupe de réflexion sur l’avenir du jso et les perspectives de valorisation numérique des activités de la SdO ;

  • réflexion sur une mutualisation des publications d’ouvrages SdO avec les éditions du credo.

La dynamique des échanges menés dans le cadre de ces différents projets aura su démontrer l’engagement des membres de la SdO au service de la pérennisation des activités de notre association et, ce, malgré un contexte de baisse constante des adhésions et abonnements individuels et institutionnels.

Nos remerciements sincères à chacun des membres du conseil d'administration pour l’ensemble de ces réflexions positives et de ces réalisations, malgré les difficultés personnelles ou professionnelles rencontrées lors de cette singulière année 2020.

Bilan financier 2020

Élodie Fache, trésorière de la SdO, présente le rapport financier (comptes arrêtés le 31/12/2020) et le budget prévisionnel pour l’année 2021.

Tableau 1. – Bilan de l’exercice 2020 (comptes arrêtés le 31/12/20)

  • 1 Retard de l’urssaf dans le prélèvement des cotisations sociales en 2020 du fait du contexte sanitai (...)
  • 2 La cotisation maif 2020 a été réglée en 2019, soit 381,41 €.

Recettes

Dépenses

Cotisations 2019 x 12

Cotisations 2020 x 74

Sous-total

660,00

3 793,90

4 453,90

Fabrication jso 149

Engagement sur 2019 jso 149

Fabrication jso 150

Engagement fabrication jso 151

Sous-total

3 287,27

-5 000,00

3 999,29

5 342,52

7 629,08

Abonnements jso 2019 x 3

Abonnements jso 2020 x 72

Abonnements jso 2021 x 29

Sous-total

282,29

5 751,80

2 296,80

8 330,89

Coûts d’expédition jso 149

Engagement sur 2019 pour coûts d’expédition jso 149

Coûts d’expédition jso 150

Engagement coûts d’exp. jso 151

Sous-total

871,21

-500,00

628,40

1 107,49

2 107,10

Subvention cnl jso

Subvention cnrs jso

Participation lacito aux frais fabrication jso 151

1 976,00

1 500,00

527,50

Coûts expédition Publi

Coûts expédition dvd

Coûts expédition jso

Frais de réassort Paillart

Sous-total

455,03

-

154,55

315,42

925,00

Ventes jso au numéro

597,70

Salaire secrétariat

7 456,40

Revenus Cairn 2019

Expéri mesri 2019

Acompte Revenus Cairn 2020

Acompte Expéri mesri 2020

Sous-total

2 721,26

3 095,45

1 966,68

1 456,77

9 240,16

Prime secrétariat pour 2019

600,00

Charges sociales1

1 578,00

Ventes publications

3 935,82

maif2

-

Ventes publi Openbook

269,72

Frais bancaires

163,20

Ventes dvd

90,00

Commissions Paypal

36,40

Remboursement frais expédition

226,33

Frais de bureau (+ovh)

240,58

Dons

20,00

Médecine préventive

99,00

Droits de copie

465,74

Droits auteurs Gallimard

64,19

TOTAL Recettes 2020

A titre de comparaison…

TOTAL Recettes 2019

31 697,95

32 500,06

TOTAL Dépenses 2020

TOTAL Dépenses 2019

20 834,76

25 378,02

Solde positif

10 863,19

Position des comptes :

CCP = 32 442,92 euros (solde opérationnel au 04/01/2021)

Livret A = 21 647,22 euros (solde comptable au 03/01/2021)

Portefeuille = 41 641,53 euros (relevé 30/09/2020)

Tableau 2. – Budget prévisionnel 2021

Recettes

Dépenses

Cotisations 2021

3 500,00

Fabrication jso 152 et 153

10 000,00

Abonnements jso

5 500,00

Coûts expédition jso

1 600,00

Subvention cnl jso

1 976,00

Coûts expédition Publi/DVD

400,00

Subvention cnrs jso

1 500,00

Salaire secrétaire (dont prime 2020)

6 900,00

Ventes jso au n°

500,00

Charges sociales

Rattrapage charges sociales 2020

3 600,00

2 700,00

Revenus Cairn

Expéri mesri 2020

Expéri mesri 2021 - 1er sem

3 000,00

1 456,77

1 400,00

Ventes publications

3 500,00

maif 2021

388,79

Ventes publi Openbook

500,00

Frais bancaires

170,00

Ventes dvd

100,00

Frais Paypal

35,00

Remboursement frais d’expédition

200,00

Frais de bureau (+ovh)

300,00

Divers

200,00

Droits de copie

400,00

Droits auteurs Gallimard

50,00

Subvention Graff mise de côté

4 800,00

Impress Pub 52 Graff

6 000,00

TOTAL Recettes prévues en 2021

28 382,77

TOTAL Dépenses prévues en 2021

33 906,25

Report solde positif 2020

10 863,19

Total prévu en 2021

39 245,96

Solde prévu positif

5 339,71

Rapport sur le jso, les Publications et les dvd

Isabelle Leblic, secrétaire générale adjointe chargée du Journal de la Société des Océanistes (jso) et des Publications-dvd de la SdO, présente ses rapports.

Le jso

Deux jso sont parus en 2020 :

- jso 150 : Varia, 124 p. (comme tout varia, il n’y a pas de comité de rédaction thématique)

Ce numéro comporte huit articles envoyés spontanément (dont un en anglais) qui ont été validés suite au processus d’expertise.

Au total, début 2020, nous avions reçu seize articles envoyés spontanément dont les huit publiés ci-dessus car acceptés. Deux ont par ailleurs été refusés. Sur les six articles restants, l’un a été publié dans le 2nd volume de 2020 (en hors dossier), d’autres le seront courant 2021 (une fois évalués, éventuellement révisés et acceptés).

- jso 151 : Hommage à Jean-Claude et Françoise Rivierre : Linguistique et anthropologie linguistique océanienne, coordonné par I. Leblic (comité de rédaction : P. Bonnemère et S. Fedden), 211 p.

Le dossier de ce volume était lié au décès de deux collègues ayant fortement marqué la linguistique des langues océaniennes et la recherche sur la Nouvelle-Calédonie, notamment sur les langues kanak de Nouvelle-Calédonie auxquelles ils avaient consacré toute leur vie. Le thème a suscité l’envoi de neuf articles, dont un a finalement été abandonné par son auteur et huit ont été validés (dont deux en anglais). L’introduction (en libre accès sur OpenEditionJournals) comprend une présentation détaillée de la carrière de ces deux chercheurs ainsi qu’une bibliographie détaillée (articles, ouvrages, mais aussi dépôts dans l’archive orale pangloss, etc.). Un article (en anglais) a été publié en hors-dossier.

Pour ce volume, nous avons obtenu 500 € HT de soutien à l’édition (en échange de 15 jso) de la part du cnrs-lacito umr7107 dont les deux chercheurs étaient membres, de même que la coordinatrice du volume, I. Leblic.

Pour 2021, deux volumes à venir en juin et en décembre :

- jso 152 : Les collections océaniennes en France (https://journals.openedition.org/jso/10974), coordonné par H. Guiot, E. Kasarhérou et M. Mélandri. Le sujet de ce dossier a suscité l’envoi de dix-huit articles (dont un en anglais) sur 26 résumés proposés. Le processus d’expertise est en cours. Peuvent s’y ajouter des articles en « hors dossier » ainsi que quelques comptes rendus d’ouvrages (parfois liés à la thématique). Pour soutenir l’édition de ce volume dont la taille promet d’être importante, la rédaction, en accord avec les éditeurs du volume, a sollicité une aide du mqb-jc.

- jso 153 : Apprentissage, (re)construction et (re)valorisation des savoirs en Océanie (https://journals.openedition.org/jso/10979), coordonné par C. Travési. Nous avons reçu quinze propositions (dont une en anglais), mais cinq auteurs se sont par la suite désistés. Le processus éditorial avance bien, les dix articles sont en cours d’expertise. Le volume comptera éventuellement des articles en hors dossier.

Pour 2022, un volume est déjà prévu, le jso 154 : Jean Guiart : L’ethnographie comme marathon d’une vie, coordonné par L. Lindstrom et M. Tabani. Ce dossier, lié au décès de Jean Guiart en 2019, est réalisé en parallèle d’un symposium sur le même thème organisé par ces deux chercheurs lors du colloque asao qui s’est tenu début février 2021 (https://www.asao.org/jean-guiart.html). Nous avons reçu une dizaine de propositions d’articles (dont deux en anglais), dont la majeure partie est liée à ce panel asao. Comme pour le jso 151 sur les Rivierre, le dossier sera accompagné d’une bibliographie détaillée.

Nous sommes toujours preneurs de comptes rendus d’ouvrages. Ceux-ci sont publiés rapidement, accessibles en accès libre sur la plate-forme OpenEditionJournals. Nous les envoyons également aux éditeurs qui nous ont fait parvenir les ouvrages. Les propositions de dossiers thématiques sont également toujours les bienvenues.

Ventes - revenus

En 2020, nous avons vendu pour 597,70 € de jso au numéro, ce qui correspond à une baisse très importante par rapport à 2019 (1 936,74 €) ; l’essentiel de ces ventes correspondait au jso 147 (à présent épuisé). Nous avons enregistré 72 abonnements institutionnels (contre 81 l’an passé), soit, au prix moyen de 72 €, un total de 5 184 €. 72 membres ont cotisé pour le jso (contre 77 en 2019 et 102 en 2018), pour un total de 3 843 €. Cela représente une baisse importante de nos membres, due peut-être au manque de relances régulières aux retardataires. Les campagnes de mailings personnalisés permettent souvent de récupérer des membres. Il est également primordial que les responsables de dossier s’impliquent dans la publicité et la diffusion du numéro qu’ils coordonnent.

En raison de la hausse constante des tarifs postaux, les frais de port pour les commandes passées par notre site internet sont en cours de réévaluation.

Subventions

Côté subventions, nous avons demandé 3 000 € au cnl qui ne nous a attribués que 1 976 €, ce qui demeure cependant un soutien appréciable. Pour mémoire, nous nous efforçons de limiter les coûts annuels d’impression en restant dans la limite des 300 pages qui avait été fixée lors d’un précédent ca (ce qui correspond à environ 10 000 euros de frais d’impression/an).

Le montant de la subvention cnrs est resté égal sur trois ans en l’absence temporaire d’un responsable des revues à l’inshs pour mener à bien la campagne d’évaluation des revues (la subvention a été reconduite automatiquement). Cependant, un nouveau responsable ayant été nommé, nous avons refait, courant 2020, notre demande de soutien comme à l’accoutumée. Espérons que le soutien de l’inshs-cnrs sera maintenu, d’autant plus que nous avons suivi ses recommandations (abaissement de la barrière mobile notamment). Cette année, le cnrs a ajouté de nouvelles exigences vis-à-vis des revues qu’il subventionne (critères qualitatifs liés à la mise en place de l’accès ouvert, à la qualité éditoriale, etc.). Le jso a effectué un certain nombre de démarches pour respecter au mieux les demandes formulées (par exemple, adoption du contrat d’édition proposé par le cnrs). Les résultats de la demande de soutien CNRS seront communiqués en mars 2021.

Pour conclure : avec les subventions, les ventes au numéro et les revenus Cairn, le jso a rapporté cette année à la SdO, en plus des abonnements et adhésions, 13 841,36 €, ce qui est une très bonne année et représente plus de 40 % des recettes 2020 de la SdO. Si l’on y ajoute les abonnements institutionnels pour la version imprimée, nous arrivons à un total de recettes jso de 20 869,55  face à un total de dépenses jso 2020 de 10 077,69 (auxquels il faut ajouter la licence indesign annuelle et quelques frais supplémentaires, soit moins de 200 €/an). Le budget jso est donc largement excédentaire (deux fois plus de recettes que de dépenses) et totalement équilibré hors cotisations à la SdO, qui sont pourtant également des recettes en échange du jso.

Les Publications de la SdO

L’ouvrage de Stéphanie Graff, Autodétermination et autochtonie en Nouvelle-Calédonie. L’effacement progressif de la question coloniale, est en cours de correction (par l’auteur, I. Leblic et D. Monnerie). Nous ne savons pas quand il paraîtra, sous forme papier (grâce à la subvention de l’ihel) et en ligne, car l’auteur est très prise par son activité salariée.

Courant novembre 2020, Diego Muñoz Azócar, post-doctorant dans le projet erc Indigeneities in the 21st Century, nous a soumis un projet d’ouvrage sur Rapa Nui, réécriture de sa thèse soutenue en 2017, Diaspora Rapanui (1871-2015). L’île de Pâques, le Chili continental et la Polynésie française : une ethnographie historique de la mobilité dans une société transnationale (ehess, sous la dir. de S. Tcherkézoff).

En 2019, les ventes des publications « papier » avaient enregistré 3 351 € de recettes, soit un peu plus de la moitié des ventes de l’année précédente. Pour 2020, le montant, en légère hausse, s’élève à 3 935,82 €.

Les revenus engendrés par la commercialisation de nos ouvrages mis en ligne sur OpenBook sont en baisse depuis deux ans, baisse sans doute due au manque de nouveaux titres mis en ligne.

Pour mémoire, nos publications sont vendues sous deux formes :

  • papier, via la SdO, des librairies ou des distributeurs ;

  • format électronique, via OpenEditionBooks. La vente se fait de deux façons : soit le html du livre est en accès gratuit et les versions mises en page (pdf, epub) sont commercialisées (c’est ce qu’on appelle le « freemium »), soit le html du livre n’est pas en accès libre (ni a fortiori les versions pdf, epub, etc.). Notre contrat prévoit qu’au moins 50 % de nos titres soient placés en freemium.

Aujourd’hui, nous pensons qu’il est temps de passer toutes nos publications en freemium.

Nos ouvrages qui sont déjà en freemium nous rapportent autant que ceux qui sont en accès restreint. Dans le cadre de la politique d’accès aux publications en accès ouvert, je suis favorable à ce que toutes nos publications passent en freemium dès à présent et je le propose donc au vote en ca qui l’a accepté.

Les dvd

Il n’y a aucun nouveau dvd cette année. Les ventes des dvd existants (par le biais du site web uniquement), ainsi que quelques droits de diffusion, se montent à 90 € (droits de diffusion inclus), et sont donc en net recul par rapport à l’an dernier (470,50 € dont 130,50 € de ventes proprement dites de dvd. Les droits de diffusion avaient généré 340 €).

Bilan

Globalement, l’année 2020 a été marquée, du côté des ventes « papier » du jso et des publications, par un recul, qui peut être en grande partie imputable à l’épidémie de covid-19 qui a bloqué les ventes papier (pas d’accès aux locaux, problèmes de routage, baisse des interactions avec le lectorat, fermeture des librairies, etc.). Mais cela n’est pas sûr. Isabelle Leblic a mené une étude sur l’évolution du nombre d’abonnés au Journal auquel il faut ajouter les cotisations des membres (qui reçoivent en échange le jso), au regard des frais engagés pour la réalisation du jso. Cette étude a été discutée en ca en juin et juillet 2020. Il s’avère que notre modèle économique est plus qu’équilibré et nous permet de maintenir la version papier. Il ne faut pas négliger que nombre de nos membres sont éloignés et n’ont donc, comme lien réel avec la Société des Océanistes, que la réception des deux volumes annuels.

Bilan du cinéma des Océanistes

Stéphanie Leclerc-Caffarel et Jessica De Largy Healy, secrétaires générales adjointes chargées du cinéma et des conférences, présentent leur rapport annuel.

Pour le cinéma des Océanistes, il était prévu en 2020 de prolonger le cycle sur la Polynésie française jusqu’en décembre, afin de le faire coïncider avec la programmation du mqb-jc, en particulier avec l’exposition Maro ’ura : un trésor polynésien conçue en co-commissariat avec le musée de Tahiti et des îles, et initialement prévue à l’automne 2020. La pandémie de la covid-19 est venue bouleverser cette programmation.

Nous avons néanmoins réussi à organiser deux projections, l’une en janvier, l’autre en octobre. Toutes deux ont attiré un public peu nombreux (une quinzaine de personnes) mais intéressé, et suscité des discussions très intéressantes. Lors de la séance d’octobre, une discutante, Maëlle Calandra, a pu intervenir à distance, en visio-conférence. Cette formule a très bien fonctionné et ouvre de nouvelles perspectives pour l’avenir.

Cette année a aussi amorcé des changements d’organisation importants pour les séances de cinéma des Océanistes, afin de les rendre plus visibles. D’une part, notre partenariat avec le fifo s’est confirmé depuis septembre les séances de cinéma de la SdO sont inclues dans la programmation du département de la Recherche et de l’Enseignement (dre) du mqb-jc, auquel les sociétés savantes sont rattachées. Compte tenu de la fréquentation des séances en 2019 et début 2020, nous proposons maintenant un rendez-vous fixe, le deuxième jeudi du mois, de 19h à 21h tous les deux mois, en salle de cinéma du mqb-jc.

Ces séances seront complétées par des séances exceptionnelles, telles des avant-premières ou des séances coïncidant avec l’actualité du Pacifique (référendum en Nouvelle-Calédonie, fifo).

D’autres rapprochements, avec le département du Patrimoine et des Collections du mqb-jc (salon de lecture, médiathèque) et le département du Développement culturel (expos), sont en cours pour permettre une meilleure coordination des séances au sein du musée et favoriser leur visibilité. Désormais, les séances apparaîtront sur la page cinéma du site internet du mqb-jc et seront intégrées dans les événements visibles sur les comptes des réseaux sociaux du musée.

Séances du cycle Polynésie française

  • Jeudi 23 janvier 2020 : Projection de Mara (81 min, France, 2019) de Jonathan Bougard. Séance en présence du réalisateur, Jonathan Bougard.

  • Jeudi 8 octobre 2020 (initialement prévue en mars et reprogrammée) : Projection de Aux enfants de la bombe (53 mn, France Télévision, 2012) de Christine Bonnet et Jean-Philippe Desdordes, en partenariat avec le fifo, suivie d’un débat avec Maëlle Calandra.

Bilan du site internet et des réseaux sociaux

Sébastien Galliot, secrétaire général adjoint chargé du site internet, et Marie Durand, secrétaire générale adjointe chargée des réseaux sociaux, présentent leur bilan.

Site internet

Marquée par la pandémie de covid-19, la Société des Océanistes a dû annuler tous ses événements impliquant la présence de public dans l’enceinte du mqb-jc. Par conséquent, les mises en ligne et les annonces traditionnellement relayées sur le site ont toutes été suspendues à l’exception de celles concernant les sorties des deux numéros annuels du Journal de la Société des Océanistes (n°150 et n°151).

Plusieurs mises à jour ont été faites en fin d’année afin que la boutique en ligne puisse fonctionner correctement.

Réseaux sociaux

En relation avec la situation sanitaire compliquée et la baisse globale des activités de la SdO, la page Facebook de la société (https://www.facebook.com/societedesoceanistes/) a été moins active en 2020 que l’année précédente, avec 21 publications réparties sur l’ensemble de l’année. Les abonnements à la page ont néanmoins augmenté et atteignent environ 706 personnes au 26 janvier 2021, soit une centaine de personnes supplémentaires par rapport à janvier 2019. La portée générale des publications a été en moyenne de 587 personnes touchées par post, avec une moyenne de 49 clics sur le contenu et 33 partages par publication. Les publications qui ont suscité le plus de clics et de partages sont toujours les séances de cinéma et les parutions du Journal de la Société des Océanistes.

Questions diverses

À propos du jso

Isabelle Leblic rappelle qu’il faut inciter les membres de la SdO à solliciter des collègues, non forcément membres de la SdO, pour proposer des numéros thématiques. Il est nécessaire d’avoir deux ans de prévision au minimum.

Pascale Bonnemère demande si un appel à proposition de numéros thématiques pourrait être lancer sur le réseau e-toile pacifique. Isabelle Leblic répond que cela a déjà été fait par le passé et qu’il faudrait d’abord faire un appel sur notre site et sur Facebook, et via le listing mail des adhérents.

Nouvelles rubriques en ligne (sur Journals)

Groupes de travail internes :

  • Objets & collections : H. Guiot, S. Leclerc-Caffarel, M. Durand

  • Essais & paroles : J. De Largy Healy, A. Condevaux, E. Castro

  • Featured artists : S. Galliot, S. Mallon (cons. Pacific cultures, Te Papa Tongarewa, Wellington), M. Bono (dir. Musée de Tahiti & des îles)

Il était convenu que la première année, au moins un texte par rubrique puisse être publié.

Les responsables de rubriques doivent préparer un texte de présentation de la rubrique et une à deux propositions d’articles pour le ca de juin.

Magali Mélandri souligne qu’il faut établir un rétro-planning pour présentation au ca de juin afin d’avoir une visibilité sur le lancement de ces nouvelles rubriques.

Cinéma-conférences

La situation est bloquée en raison de la fermeture du mqb-jc. Pas de visibilité sur la réouverture et dans quelles conditions (quelle jauge ?).

La prochaine séance est programmée le 8 avril. Serait-il possible de la déplacer et d’envisager une forme hybride de diffusion ?

Une discussion sur l’avenir, si la situation actuelle perdurait, est engagée au cours de l’ag. I. Leblic demande s’il ne serait pas possible de demander aux auteurs de films un lien sur une plateforme dédiée au visionnage de films pour une durée limitée avant la visioconférence qui permettrait le débat en ligne. P. Peltier suggère que tout ce qui est mis en place actuellement va probablement être amené à durer (et que cela peut être une bonne chose). Les moyens techniques sont opérationnels et ils continueront à être utilisés, ce qui présage un changement de pratiques qui iront probablement vers l’hybridité (événements à la fois in situ et en ligne). S. Leclerc-Caffarel précise que le musée propose des événements en ligne via sa chaîne youtube avec une captation faite par les équipes techniques professionnelles du mqb-jc mais qu’aucune proposition n’a été faite à ce jour pour les sociétés savantes. Les accès à des plateformes de diffusion vidéo sont très onéreuses. Pas de streaming de films possible pour des questions de qualité de diffusion. J. De Largy-Healy rappelle que les offres sont tellement nombreuses actuellement qu’il n’est pas sûr qu’une offre éventuelle de films de la part de la SdO soit très attractive. Plusieurs festivals ont expérimenté des formules qui marchent bien comme le Festival Jean Rouch, gratuit, avec débats en direct sur les films, après une période de quelques jours pendant lesquels ceux-ci étaient visionnables (lien d’inscription envoyé sur demande). Il faut noter que la prochaine édition du festival Jean-Rouch sera programmée au mqb-jc et non plus au musée de l’Homme comme à son habitude.

La plateforme Vimeo pourrait être une solution, sous forme de salle virtuelle avec jauge et inscriptions préalables. Seules les personnes inscrites au préalable reçoivent le lien et le code permettant de visionner.

S. Leclerc-Caffarel doit se renseigner auprès du musée pour voir ce qu’il serait possible d’envisager en terme de diffusion en ligne de films. Et aussi auprès des réalisateurs, dont certains ont refusé les débats en ligne jusqu’ici.

P. Peltier rappelle que la convention SdO/mqb-jc devrait peut-être être revue pour prendre en compte ces changements de pratiques éventuellement actés.

Stratégie pour augmenter les adhésions à la SdO

É. Fache propose d’intégrer à l’échéancier administratif en cours de réalisation, la stratégie à mener pour recruter de nouveaux membres, notamment en lançant l’appel sur les listes de diffusion existantes (à compiler). Ce qui a déjà été fait par le passé par I. Leblic. Cette dernière rappelle qu’il serait possible d’utiliser la Newsletter (via Journals), pour annoncer la création des nouvelles rubriques en ligne, l’appel à propositions de dossier thématique, et y insérer l’appel à cotisation ainsi qu’à nouvelle adhésion à la SdO. Pour ce faire, il faut préparer un texte pour sa mise en ligne…

L’assemblée générale est levée à 9h30.

Appel à cotisation pour l’année 2021

Tous les membres de notre Société à jour de leur cotisation reçoivent le Journal de la Société des Océanistes (jso) dès sa parution, ont un accès gratuit aux expositions temporaires et permanentes du musée du quai Branly-Jacques Chirac sur présentation de leur carte munie du cachet de l’année et bénéficient d’une réduction de 20 % sur l’achat des publications de la Société des Océanistes.

La cotisation peut être réglée :

  • par chèque, à l’ordre de la Société des Océanistes),

  • par virement (iban indiqué sur le bulletin ci-dessous)

  • via Paypal sur le site de la Société des Océanistes (cette modalité est réservée aux membres ne résidant pas en France et n’ayant pas de compte en euros. Cette modalité ne dispense pas d’envoyer le bulletin d’adhésion par mail).

Bulletin d’adhésion/renouvellement à la Société des Océanistes - année 2021

Nom :

Prénom :

Adresse :

Code Postal :

Ville :

Pays :

Téléphone :

e-mail :

  • J’accepte de recevoir, par email, des informations sur les activités de la Société des Océanistes

Je règle le montant de ma cotisation par chèque à l’ordre de la Société des Océanistes ou par virement (se renseigner auprès de la SdO).

55 € / 30 € pour les étudiants (joindre un justificatif)

15 € (pour une seconde cotisation par famille sans le jso).

Signature

Notes

1 Retard de l’urssaf dans le prélèvement des cotisations sociales en 2020 du fait du contexte sanitaire. Seules les cotisations des mois de mai, juin et juillet ont ainsi été prélevées. Le rattrapage des prélèvements des neuf autres mois est donc anticipé dans le budget prévisionnel 2021 ci-après. Pour mémoire, en 2019, nous avions payé 3 357,55 de charges sociales.

2 La cotisation maif 2020 a été réglée en 2019, soit 381,41 €.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search