Navigation – Plan du site
Dossier Urbanisation en Mélanésie

Respek et autres mots-clés du Port-Vila urbain

Respek and Other Urban Vila Keywords
Lamont Lindstrom
Traduction de Alexis Black et Christine Jourdan
p. 23-36
Cet article est une traduction de :
Respek and Other Urban Vila Keywords

Résumés

Dans leurs histoires de migration urbaine, les habitants de Tanna qui vivent dans les quartiers informels de Port-Vila emploient souvent un certain nombre de mots-clés pour décrire la vie en ville. J’utilise la méthode d’analyse culturelle dite par “mots-clés” afin d’aborder la perception insulaire de l’expérience urbaine. Respek (le respect) est un terme qui revient très fréquemment dans les entretiens que j’ai enregistrés. Ailleurs dans le monde, ce mot, souvent lié à des manœuvres politiques basées sur l’ethnicité et sur le genre, a contribué de façon importante à la prédominance de ce terme. Les migrants de Tanna déplorent l’absence de respect mais l’évoquent constamment pour expliquer les conflits et les déceptions. Je m’intéresse aussi aux autres mots-clés communs en bislama qui apparaissent dans les discussions sur la réalité urbaine : sikiuriti (la sécurité), mobael (à la fois le téléphone et les forces militaires du Vanuatu), noes (le bruit), jalus (la jalousie) et fri (gratuité, liberté). Ces mots-clés révèlent des perspectives instructives sur l’urbanisation mélanésienne émergeante.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Respek
La notion de respect dans les quartiers à habitat informel
Le respect et la culture nationale
Respectueusement vôtre ?

Aperçu du début du texte

Certains mots sont des clés qui ouvrent une conscience plus aiguë des formations culturelles et sociales élémentaires, du moins c’est ce que propose l’intellectuel britannique Raymond Williams dans son compte rendu historique des notions changeantes de culture et de société paru en 1958 (Culture and Society). Plus tard, en 1976, Williams publia un recueil de cent dix mots-clés de ce genre, allant d’« esthétique » à « travail ». Nous partageons, a dit Williams, un vocabulaire de mots-clés et nous utilisons ce vocabulaire lorsque :

« nous souhaitons discuter moult processus centraux à notre vie commune. » (1976 : 12)

Williams développa par la suite sa liste de mots-clés, comme l’ont fait d’autres auteurs tels que Bennett, Grossburg et Morris (2005). Les anthropologues ont eux aussi porté attention à des mots-clés importants afin de donner un aperçu d’une culture ou d’une autre. Kim (2005) examina quinze mots-clés en coréen (e.g. « pleurs », « cuillère », « feu ») ; Wierzbicka (1997) co...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lamont Lindstrom, « Respek et autres mots-clés du Port-Vila urbain », Le Journal de la Société des Océanistes, 144-145 | 2017, 23-36.

Référence électronique

Lamont Lindstrom, « Respek et autres mots-clés du Port-Vila urbain », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 144-145 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/jso/7676 ; DOI : 10.4000/jso.7676

Haut de page

Auteur

Lamont Lindstrom

Professor of Anthropology, Associate Dean, Henry Kendall College of Arts and Sciences, University of Tulsa usa, lamont-lindstrom@utulsa.edu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page