Navigation – Plan du site
Hors dossier

L’île des Pins et ses relations avec la Polynésie. Données archéologiques et particularités stylistiques

Isle of Pines in relation to Polynesia: archaeological data and stylistic particularities
Louis Lagarde
p. 253-268

Résumés

Un important travail de recherches archéologiques a été mené sur l’île des Pins entre 2006 et 2010 par le département Archéologie de Nouvelle-Calédonie, devenu iancp. À l’issue de celui-ci, de nouvelles données archéologiques sur le dernier millénaire, notamment la preuve d’une introduction pré-européenne du coq bankhiva, sont à mettre en rapport avec les témoignages de contacts déjà connus entre la Polynésie occidentale et l’île des Pins au cours des derniers siècles. Nous proposons, dans cet article, de poser un regard nouveau sur la production artistique de l’île des Pins dont une partie évoque stylistiquement, à partir d’un canon de représentations très différent des autres productions de la statuaire kanak, celle des artistes de Polynésie occidentale ou centrale.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

L’île des Pins, Tonga et la Polynésie occidentale dans les traditions orales
Introduction du « poulet polynésien » à l’île des Pins
Diversité formelle dans l’habitat traditionnel
La production artistique de l’île des Pins
Un cas particulier : le chambranle « de Gustave Glaumont »
Discussion
Conclusion

Aperçu du début du texte

L’île des Pins ou Kwényï (graphie validée par l’Académie des langues kanak, Gouraya et al., 2011) est située à 45 kilomètres au Sud-Est de la Grande Terre de Nouvelle-Calédonie (fig. 1). Destination touristique célèbre, elle est également connue, dans la recherche océaniste, pour sa richesse ethnohistorique. Cette île de 150 km2 a fait l’objet, depuis la seconde moitié du xixe siècle, d’importants inventaires de traditions orales et patrimoniaux concernant la société traditionnelle (Lambert, 1900 ; Guiart, 1963 ; Dubois, 1982 ; Rivierre et al., 1980 ; Leblic, 2008). De même, la période comprise entre 1872 et 1911, quand l’administration pénitentiaire annexa la côte Ouest de l’île pour y exiler les insurgés de la Commune de Paris et de la Grande Kabylie, puis pour y faire travailler des transportés et des relégués, est le sujet principal de nombreux articles ou ouvrages (Pisier, 1971a et 1971b, entre autres). Le passé plus ancien de l’île des Pins est connu grâce à un site Lapita de ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louis Lagarde, « L’île des Pins et ses relations avec la Polynésie. Données archéologiques et particularités stylistiques », Le Journal de la Société des Océanistes, 144-145 | 2017, 253-268.

Référence électronique

Louis Lagarde, « L’île des Pins et ses relations avec la Polynésie. Données archéologiques et particularités stylistiques », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 144-145 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/jso/7714 ; DOI : 10.4000/jso.7714

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page